Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Discours du Pape François aux participants au IVe Congrès missionnaire national

Le Saint-Père a reçu ce matin les participants au quatrième Congrès missionnaire national organisé par la Conférence épiscopale italienne. Devant quelque 800 personnes, le Pape a rappelé que "chaque génération est appelée à être missionnaire...dès le début...comme quand André et Jean ont rencontré le Seigneur et...sont ensuite repartis enthousiastes. La première chose qu'ils ont fait a été de devenir missionnaires. Ils se sont rendus chez leurs frères et amis pour leur dire : Nous avons rencontré le Seigneur, nous avons trouvé le Messie !".

Après ces paroles improvisées, le Pape François a cité son exhortation apostolique Evangelii Gaudium dans laquelle il évoque une Église en sortie et rappelle qu'"une Église missionnaire ne peut être qu'en sortie, ne doit pas avoir peur d'aller à la rencontre des autres, de découvrir des nouveautés, de parler de la joie de l’Évangile...non pour faire du prosélytisme, mais pour dire ce que nous avons et voulons partager sans forcer personne, avec tous, sans distinction... Les Églises locales en Italie ont beaucoup fait... Je répète ce que m'a dit un cardinal brésilien : Quand je vais en Amazonie - parce que sa mission est de visiter les diocèses amazoniens - je vais au cimetière et je vois les tombes des missionnaires. Il y en a beaucoup. Et je pense : Ceux-ci pourraient être canonisés immédiatement. C'est cela l’Église ; ce sont les Églises d'Italie".

"Je vous remercie de ce que vous faites à divers titres...et vous demande de vous engager avec passion pour maintenir vivant cet esprit. Je vois ensemble des évêques, des prêtres et tant de laïcs. La mission est le devoir de tout chrétien, non de quelques-uns... L’Église italienne - a répété le Pape - a donné de nombreux prêtres et laïcs Fidei Donum, qui choisissent de dépenser leur vie pour construire l’Église dans les périphéries du monde, parmi les pauvres et les marginaux... Je vous encourage à ne pas vous laisser voler l'espérance et le rêve de changer le monde avec...le levain de l’Évangile, en commençant par les périphéries humaines et existentielles. Sortir signifie dépasser la tentation de parler entre nous en oubliant tous ceux qui attendent de nous une parole de miséricorde, de consolation, d'espérance. L’Évangile de Jésus se réalise dans l'histoire. Jésus lui-même a été un homme de la périphérie, de cette Galilée éloignée des centres de pouvoir de l'Empire romain et de Jérusalem... Pourtant, sa parole a été le début d'un tournant dans l'histoire, le début d'une révolution spirituelle et humaine, la bonne nouvelle du Seigneur mort et ressuscité pour nous".

Le Pape a alors encouragé les présents à accroître l'esprit missionnaire et l'enthousiasme de la mission, sans se décourager devant les difficultés et surtout "en commençant par les enfants. Dans leur catéchèse, les enfants doivent recevoir une catéchèse missionnaire. Parfois, même dans l’Église, nous sommes gagnés par le pessimisme, qui risque de priver de l'annonce de l’Évangile tant d'hommes et de femmes. Allons de l'avant avec l'espérance ! Les nombreux missionnaires martyrs de la foi et de la charité nous indiquent que la victoire est seulement dans l'amour et dans une vie dépensée pour le Seigneur et pour le prochain, à commencer par les pauvres. Les pauvres sont les compagnons de voyage d'une Église en sortie, parce que ce sont les premiers que celle-ci rencontre. Les pauvres sont aussi vos évangélisateurs, parce qu'ils vous indiquent quelles sont les périphéries où l’Évangile doit encore être proclamé et vécu. Sortir, c'est ne pas rester indifférents à la misère, à la guerre, à la violence de nos villes, à l'abandon des personnes âgées, à l'anonymat de tant de gens nécessiteux et à la distance avec les plus faibles. Sortir et ne pas tolérer que dans nos villes chrétiennes il y ait tant d'enfants qui ne sachent pas faire le signe de la croix. Cela est sortir. Sortir c'est être des artisans de paix, cette paix que le Seigneur nous donne chaque jour et dont le monde a tant besoin. Les missionnaires ne renoncent jamais au rêve de la paix même au milieu des difficultés et des persécutions, qui reviennent aujourd'hui en force".

Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 24.11.14).

Texte intégral en italien sur le site internet du Vatican.

Les commentaires sont fermés.