Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Vigile de la Nativité : Introït "Hódie sciétis"

    IN VIGILIA NATIVITATIS DOMINI

    Ant. ad Introitum. Exodi 16, 6 et 7.
    Hódie sciétis, quia véniet Dóminus et salvábit nos : et mane vidébitis glóriam eius.
    Aujourd’hui, vous saurez que le Seigneur va venir et qu’il nous sauvera. Et demain matin, vous le verrez dans sa gloire.

    Ps. 23, 1.
    Dómini est terra, et plenitúdo eius : orbis terrárum, et univérsi, qui hábitant in eo.
    Au Seigneur appartient la terre et tout ce qui la remplit, l’univers et tous ceux qui l’habitent.

    V/. Glória Patri.

  • Méditation pour la nuit de Noël

    « « Bienheureux sont ceux qui ont le cœur pur parce qu'ils verront Dieu (Matth. V, 8). » C'est dans ce but que nous vivons, mes frères, c'est pour cela que nous sommes nés, pour cela que nous avons été appelés, pour cela enfin que le jour d'aujourd'hui a lui sur nos têtes. Il n'y avait que nuit et ténèbres dans le monde entier avant le lever de la lumière véritable, avant la naissance du Christ. Bien plus, chacun de nous était aussi dans les ténèbres de la nuit avant sa conversion et sa régénération intérieure.

    N'est-il pas vrai que la face de la terre était plongée dans la nuit la plus sombre et dans les plus épaisses ténèbres, alors que nos pères adoraient des dieux fabriqués de leurs mains, et, par une sacrilège folie, décernaient les honneurs divins à des divinités de pierre ou de bois ? Et nous-mêmes n'étions-nous point dans les plus profondes ténèbres quand nous vivions dans le siècle, comme si nous n'avions point eu de Dieu, quand nous étions traînés à la remorque de toutes nos passions, attirés par tous les appâts de la chair et soumis en esclaves à tous les désirs du siècle ; quand nos membres donnaient des armes au péché, et que l'iniquité passée était pour nous un pas vers une iniquité nouvelle ; quand enfin nous étions adonnés aux œuvres de ténèbres dont nous rougissons à présent ? [...] Vous avez été tels autrefois, mais vous avez secoué votre sommeil, mais vous vous êtes sanctifiés, si toutefois vous êtes des enfants de lumière, des fils du jour, non de la nuit ni des ténèbres.

    « Demain, est-il dit, vous verrez la majesté de Dieu au milieu de vous. » [...] Celui qui aujourd'hui a été fait notre justice, par Dieu le Père, est le même qui demain apparaîtra comme notre vie, afin que nous soyons avec lui dans la gloire. S'il naît aujourd'hui tout petit enfant, c'est afin que nul n'ose s'enorgueillir, mais que nous nous convertissions et devenions aussi nous-mêmes comme de petits enfants. Demain donc se montrera le grand Dieu, le Seigneur digne de toutes louanges, afin que nous recevions aussi louanges et grandeur le jour où chacun recevra de Dieu la gloire qu'il mérite. [...] Nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu'il est ; voilà pourquoi il est dit non pas seulement, « vous verrez la majesté de Dieu, » mais, « vous la verrez en vous. » C'est qu'en effet si aujourd'hui nous ne nous voyons en lui que comme dans un miroir, parce que maintenant c'est lui qui reçoit de nous, demain nous le verrons en nous, parce que c'est nous qui recevrons de lui, quand il se montrera à nous et nous attirera à lui. »

    St Bernard, Extraits du 5e Sermon pour la Veille de Noël, in "Œuvres complètes de Saint Bernard, Traduction nouvelle par M. l'Abbé Charpentier, Tome III, Paris, Librairie Louis de Vivès, Éditeur, 1866. (Texte intégral)

    nativite_etoile_6a.jpg

  • Adolphe Adam (1803-1856) : O Holy Night (Minuit, chrétiens)

    Adapt. John Sullivan Dwight (1813-1893) - Arr. John Rutter
    Kings College Choir of Cambridge

  • VIGILE DE LA NATIVITÉ

    21h30, Basilique Saint-Pierre : Messe de la nuit de Noël
    présidée par le Pape François


    Livret de la célébration

    Retransmission en direct sur KTO

     
    Texte intégral de l'homélie (version française) sur le site internet du Vatican.
     

  • Angelus de ce dimanche 24 décembre 2017

    Comme Marie, accepter avec humilité de servir le projet de Dieu… C’est le conseil donné par le Pape François avant la prière de l’Angélus ce 24 décembre 2017, veille de Noël. S’appuyant sur l’Évangile de ce quatrième dimanche de l’Avent, celui de l’Annonciation, le Saint-Père a posé Marie en exemple.

    Le commentaire de Samuel Bleynie est à lire sur Vatican News.

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

    Après la prière de l'Angélus, le Pape a lancé des appels pour la paix dans le monde et pour les victimes de la tempête aux Philippines.

  • William Byrd (1540-1623) : Motet "Vigilate"

    The Tallis Scholars - Dir. Peter Phillips

  • Méditation - « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert. » (Is. XL, 3)

    Ce désert est le pécheur ; son âme, en effet, en a toutes les conditions. Elle est comme un champ inculte et négligé, où jamais ne tomba la semence d'un bon fruit ; elle ne produit que des buissons et des épines ; les mauvaises pensées et les désirs pervers, comme des ronces épaisses, la couvrent de toutes parts. [...] Quelle solitude là où Dieu n'est pas ! Quelle sécheresse là où ne tombe jamais la pluie du ciel ! Quelle stérilité là où le soleil ne fait jamais sentir sa chaleur, là où la piété n'est pas cultivée !

    Tel est le désert auquel Dieu ne cesse de parler pour le convertir et le rappeler à lui. Depuis le jour où la raison commence à s'ouvrir jusqu'à la mort, le Seigneur ne cesse d'appeler le pécheur avec une clémence infinie. Ce doux Seigneur est l'offensé et pourtant c'est lui qui nous invite, c'est lui qui nous sollicite : « Je me tiens à la porte et je frappe (Ap. III, 20). » [...]

    « Préparez la voie du Seigneur (Is. XL, 3). » Il ne demande pas des choses grandes ou difficiles ; il ne nous demande pas de nous enrichir de ses dons et de ses grâces ; car lui seul peut ainsi enrichir les âmes. Il demande seulement que nous nous préparions, que nous nous disposions à sa venue ; car c'est à l'homme de préparer son cœur au Dieu qui vient y habiter ; Dieu lui-même perfectionnera cette œuvre de préparation, et alors vous ne lui opposerez aucune résistance, quand il se présentera pour entrer dans le sanctuaire de votre cœur : « Préparez la voix du Seigneur, dit-il » ; ne résistez pas, cela suffit. Écoutez ce qu'il dit lui-même : « Je me tiens à la porte et je frappe (Ap. III, 20). » [...]

    Ne résistez donc point, cela suffit, je le répète ; ôtez les pierres, les cailloux, les épines qui embarrassent vos voies ; ôtez les péchés qui souillent votre âme, les querelles, les discordes, les haines, les inimitiés, les usures, les simonies, les adultères, les larcins, les jalousies, l'orgueil ; ôtez tous vos péchés, ce sont eux qui vous ont séparés de votre Dieu. Purifiez votre conscience par la confession, que vos larmes l'arrosent et en effacent les souillures ; ornez-la de bons désirs et de saintes pensées ; que la prière soit l'odorant parfum qui la pénètre de son odeur suave ; en expiation de vos péchés, offrez des jeûnes et des veilles et faites l'aumône à l'indigent. Voilà la préparation qui convient à la demeure de Dieu, suivant la parole du Psalmiste : « La justice et l'équité préparent votre demeure (Ps. LXXXV11I, 15). »

    Accomplissez ces œuvres saintes, et la Majesté divine daignera venir habiter dans vos cœurs. Dès ici-bas il comblera votre âme de paix, de joie, de toutes sortes de biens. Je vous donne volontiers ma parole que toutes ces solennités se passeront dans le bonheur, pour celui qui donnera à son Dieu l'hospitalité de son cœur. Maintenant il entrera dans la grâce et plus tard dans la gloire éternelle, vers laquelle supplions le Seigneur notre Dieu, béni dans tous les siècles, de nous conduire et de nous faire habiter à jamais. Ainsi soit-il. »

    St Thomas de Villeneuve (1487-1555), Sermon pour le 4e dimanche de l'Avent, in "Œuvres de St Thomas de Villeneuve Religieux Augustin et Archevêque de Valence Traduites du latin par le Père V. Ferrier", Tome I, Sermons pour l'Avent, Paris, P. Lethielleux, 1866.

    jesus-porte-6.jpg

  • Samedi 23 décembre 2017

    Samedi des Quatre-Temps de l’Avent

    Cantarte Regensburg
     
    O Emmanuel, Rex et legifer noster, exspectatio gentium, et Salvator earum : veni ad salvandum nos, Domine, Deus noster.
    O Emmanuel, notre roi et législateur, que tous les peuples attendent comme leur Sauveur, venez nous sauver, Seigneur notre Dieu !

    Commentaires sur les grandes Antiennes « Ô » par Dom Guéranger (dans « l’Année Liturgique »)
  • Vendredi 22 décembre 2017

    Vendredi des Quatre-Temps de l’Avent

    Cantarte Regensburg
     
    O Rex gentium, et desideratus earum, lapisque angularis, qui facis utraque unum : veni, et salva hominem, quem de limo formasti.
    O Roi des nations, objet de leur désir, clef de voûte qui unissez les peuples opposés, venez sauver l'homme que vous avez façonné d'argile.

    Commentaires sur les grandes Antiennes « Ô » par Dom Guéranger (dans « l’Année Liturgique »)
  • Jeudi 21 décembre : Les Grandes Antiennes "Ô" - Ô Oriens

    Cantarte Regensburg
     
    O Oriens, splendor lucis æternæ, et sol iustitiæ : veni, et illumina sedentes in tenebris et umbra mortis.
    O Orient, splendeur de la Lumière éternelle, Soleil de justice, venez, illuminez ceux qui sont assis dans les ténèbres et la nuit de la mort.

    Commentaires sur les grandes Antiennes « Ô » par Dom Guéranger (dans « l’Année Liturgique »)
  • Jeudi 21 décembre 2017

    St Thomas, apôtre

    Saint_Thomas_6b.jpg

    Au nouveau calendrier :
    Mémoire facultative de St Pierre Canisius, docteur de l'Église

  • Audience générale du mercredi 20 décembre 2017

    Après avoir loué les vertus du repos dominical la semaine dernière, le Pape François poursuit son cycle de catéchèses sur la célébration eucharistique en entrant, dit-il, « dans le vif du sujet ». Ce mercredi 20 décembre, il a expliqué l’importance des rites d’introduction de la Messe.

    Le commentaire de Marie Duhamel est à lire sur Vatican.news.

    Texte intégral de la catéchèse traduite en français sur Zenit.org.

    Le résumé en français mis en ligne sur le site internet du Vatican a été remplacé inopinément par le texte intégral de la catéchèse donnée le mercredi 15 novembre dernier. Si ce résumé est effectivement mis en ligne, il sera reproduit ci-dessous.

  • Un miracle attribué au Vénérable Jean-Baptiste Fouque

    Le Pape François a reçu en audience privée, mardi 18 décembre, le Cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, et a autorisé la Congrégation à promulguer plusieurs décrets reconnaissant les « vertus héroïques » de plusieurs serviteurs de Dieu :

    - le Cardinal Stefan Wyszynski (1901-1981), Primat de Pologne de 1948 à sa mort en 1981.

    - le Père Paolo Smolikowski (1849-1926), prêtre polonais, profès de la Congrégation de la Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ

    - le Père Alfonso Barzana (1530-1597), missionnaire espagnol, mort au Pérou

    - le Père Patrick Peyton (1909-1992), missionnaire irlandais, profès de la Congrégation de la Sainte Croix, mort aux Etats-Unis.

    - Maria Anna de Saint Joseph (au siècle, Maria Anna de Manzanedo Maldonado, 1568-1638), fondatrice espagnole des Monastères de Sœurs Augustiniennes Recollettes

    - Luisa Maria Langstroth Figuera De Sousa Vadre Santa Marta Mesquita e Melo (Luiza Andaluz, 1877-1973), religieuse portugaise, fondatrice de la Congrégation des Servantes de Notre Dame de Fatima

    - Anna del Salvatore (au siècle, Marianna Orsi, 1842-1885), sœur italienne de la Congrégation des Sœurs filles de Sainte Anne

    - Maria Antonia Samá (1875-1953), laïque italienne paralysée à 22 ans, décédée à Sant’Andrea Jonio.

    trois miracles

    Il a également reconnu des miracles attribués à l'intercession des Serviteurs de Dieu :

    J-B-Fouque_1.jpg

    - Jean-Baptiste Fouque (1851-1926), prêtre marseillais, surnommé « Le saint Vincent de Paul de Marseille »
    « Dans le contexte social et ecclésial de son temps, caractérisé par des nouveautés et des tensions, le Serviteur de Dieu Jean-Baptiste Fouque vécut intérieurement la compassion du Cœur du Christ et offrit avec persévérance et générosité le témoignage d’un zèle pastoral fondé sur une profonde vie intérieure », indiquait le décret promulgué en décembre 2016, reconnaissant ses vertus héroïques.

    - Tiburzio Arnáiz Muñoz (1865-1926), jésuite espagnol, fondateur des Misioneras de las Doctrinas Rurales

    - Maria Carmen Rendiles Martínez (1903-1977), religieuse vénézuélienne, fondatrice de l’Institut des Siervas de Jesús

    martyrs espagnols

    Il a enfin autorisé le Cardinal Angelo Amato à promulguer le décret reconnaissant le martyre de 16 chrétiens durant la Guerre civile espagnole, en 1936 et 1937 : le Père Teodoro Illera Del Olmo, prêtre de la Congrégation de San Pietro in Vincoli, et ses quinze compagnons.

    Source et biographie du futur bienheureux Jean-Baptiste Fouque, faite par le Saint-Siège, sur Vatican.News.

  • Rorate Caeli

    L'hymne du « Rorate Cæli desuper » est par excellence le chant grégorien du Temps de l'Avent. Son refrain est tiré du Livre d'Isaïe (45, 8) : « Cieux, épanchez-vous là-haut, et que les nuages déversent la justice, que la terre s’ouvre et produise le salut ».

    R. Roráte caeli désuper, et nubes pluant iustum.
           R. Cieux, répandez d'en haut votre rosée et que les nuées fassent descendre le Juste.

    1. Ne irascáris, Dómine, ne ultra memíneris iniquitátis:
           Ne te mets pas en colère, Seigneur, ne garde plus souvenir de l’injustice.
    ecce cívitas Sancti tui facta est desérta:
           Voici, la cité sainte est devenue déserte,
    Sion desérta facta est : Ierúsalem desoláta est:
           Sion a été désertée, Jérusalem est en désolation,
    domus sanctificatiónis tuae et glóriae tuae, ubi laudáverunt te patres nostri
           la maison de ta sanctification et de ta gloire, où nos pères avaient dit tes louanges.

    2. Peccávimus, et facti sumus tamquam immúndus omnes nos,
           Nous avons péché et sommes devenus impurs.
    et cecídimus quasi fólium univérsi
           Nous sommes tombés comme des feuilles mortes
    et iniquitátes nostrae quasi ventus abstúlerunt nos :
           et nos iniquités nous ont balayés comme le vent.
    abscondísti fáciem tuam a nobis, et allilísti nos in manu iniquitátis nostrae.
           Tu as détourné de nous ta face, et nous as brisés sous le poids de nos fautes.

    3. Vide Dómine, afflictiónem pópuli tui
           Vois, Seigneur, l’affliction de ton peuple,
    et mitte quem missúrus es :
           et envoie celui que tu dois envoyer :
    emítte agnum dominatórem terrae, de petra desérti, ad montem fíliae Sion :
           envoie l’Agneau, le maître de la terre, de Pétra dans le désert jusqu’à la montagne de ta fille Sion,
    ut áuferat ipse jugum captivitátis nostrae
           afin qu’il ôte le joug de notre captivité.

    4. Consolámini, consolámini, pópulevmeus, cito véniet salus tua.
           Consolez-vous, consolez-vous, mon peuple : vite viendra ton salut,
    Quare mærore consúmeris, quare innovávit te dolor ?
           Pourquoi es-tu consumé dans l’affliction, pourquoi la douleur se renouvelle-t-elle en toi ?
    Salvábo te, noli timore; Ego enim sum Dóminus Deus tuus,
           Je te sauverai, n’aie pas peur, moi, je suis le Seigneur Dieu,
    Sanctus Israël Redémptor tuus.
           Le Saint d’Israël, ton Rédempteur.

    Source : Notre-Dame des Neiges.

  • Méditation - Du détachement

    « Celui qui veut aimer Jésus-Christ de tout son cœur, doit bannir de ce cœur tout sentiment qui, étranger à Dieu, est amour désordonné de soi. Ne plus se rechercher soi-même, mais seulement le plaisir de Dieu, voilà ce que comporte cette parole : « La charité ne cherche pas ses propres intérêts. » Le Seigneur nous demande-t-il autre chose quand il nous dit : « Vous aimerez le Seigneur votre Dieu de tout votre cœur » ? (Matth. XXII, 37). Pour aimer Dieu de tout son cœur, deux choses sont nécessaires : 1°) le vider de tout le terrestre ; 2°) le remplir du saint amour. Aussi, un cœur qui reste attaché à la terre ne sera jamais tout à Dieu. « Autant d'amour donné à la créature, disait saint Philippe de Néri, autant qui est enlevé à Dieu. » Or, comment dégager le cœur ? Par la mortification et le détachement. Il est des âmes qui se lamentent de chercher Dieu et de ne pas le trouver. Qu'elles écoutent la réponse de sainte Thérèse : « Détachez votre cœur de toutes choses ; puis, cherchez Dieu, et vous le trouverez (1). » »

    « Le détachement suprême, c'est le détachement de soi-même, c'est-à-dire de la volonté propre. Quand on a triomphé du moi, on vient à bout aisément de toutes les autres difficultés. Avec tous, saint François Xavier revenait sur cette exhortation : « Se vaincre soi-même. » Jésus-Christ lui-même a dit : « Si quelqu'un veut me suivre, qu'il se renonce lui-même. » (Matth. XVI, 24). C'est là en résumé le travail de la sanctification : se renier soi-même et renoncer à sa propre volonté. « Ne te mets pas à la remorque de tes convoitises, dit l'Esprit-Saint, et détourne-toi de ta volonté. » (Eccli. XVIII, 30). Le plus grand don que Dieu puisse nous accorder, au dire de saint François d'Assise, c'est la victoire sur nous-mêmes par le renoncement à notre volonté propre. Et, d'après saint Bernard, il ne faudrait pas autre chose que ce renoncement pour soustraire tous les hommes à la damnation. « Cesse la volonté propre, et il n'y aura plus d'enfer (2). » N'arrive-t-elle pas à gâter nos meilleures actions elles-mêmes ? « Mal funeste, s'écrie le même saint, qui fait que tes bonnes œuvres ne soient plus telles pour toi ! (3) » En effet, voici, par exemple, un pénitent qui veut pratiquer une mortification : jeûne, discipline, malgré la défense de son père spirituel ; cette mortification devient un acte de volonté propre, un acte répréhensible. »

    (1) Avis. - (2) Cesset voluntas propria et infernus non erit. In temp. pasch. s. 3. - (3) Grande malum propria voluntas, qua fit ut bona tua ubi bona non sint. In Cant. s. 71.

    St Alphonse de Liguori (1696-1787), La pratique de l'amour envers Jésus-Christ (Chap. XI, 1 & 22), Trad. F. Lupy, Bureaux de l'Apôtre du Foyer, Saint-Etienne, 1991.

    oiseau-ciel_8a.jpg

  • Mercredi 20 décembre 2017 : Les Grandes Antiennes "Ô" - Ô clavis David

    Mercredi des Quatre-Temps de l’Avent

    Cantarte Regensburg
     
    O Clavis David, et sceptrum domus Israel ; qui aperis, et nemo claudit ; claudis, et nemo aperit : veni, et educ vinctum de domo carceris, sedentem in tenebris et umbra mortis.

    O Clef de la cité de David, sceptre du royaume d'Israël, vous ouvrez, et personne alors ne peut fermer ; vous fermez, et personne ne peut ouvrir ; venez, faites sortir du cachot le prisonnier établi dans les ténèbres et la nuit de la mort.

    Commentaires sur les grandes Antiennes « Ô » par Dom Guéranger (dans « l’Année Liturgique »)
  • Mardi 19 décembre 2017 : Les Grandes Antiennes "Ô" - Ô radix Iesse

    Mardi de la 3ème Semaine de l’Avent

    Cantarte Regensburg
     
    O Radix Iesse, qui stas in signum populorum, super quem continebunt reges os suum, quem gentes deprecabuntur : veni ad liberandum nos, iam noli tardare.
    O Fils de la race de Jessé, signe dressé devant les peuples, vous devant qui les souverains resteront silencieux, vous que les peuples appelleront au secours, délivrez-nous, venez, ne tardez plus !

    Commentaires sur les grandes Antiennes « Ô » par Dom Guéranger (dans « l’Année Liturgique »)
  • Lundi 18 décembre 2017 : Les Grandes Antiennes "Ô" - Ô Adonai

    Lundi de la 3ème Semaine de l’Avent

    Cantarte Regensburg
     
    O Adonai, et Dux domus Israel, qui Moysi in igne flammæ rubi apparuisti, et ei in Sina legem dedisti : veni ad redimendum nos in bracchio extento.
    O Adonaï, guide du peuple d'Israël, qui êtes apparu à Moïse dans le feu du buisson ardent, et lui avez donné vos commandements sur le mont Sinaï, armez votre bras, et venez nous sauver.

    Commentaires sur les grandes Antiennes « Ô » par Dom Guéranger (dans « l’Année Liturgique »)
     
    NB : Sur la Fête de l'Expectation de l'Enfantement de la Sainte Vierge, voir notre note publiée le 18 décembre 2014.