Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Angelus de ce dimanche 22 novembre 2020

    Avant de réciter la prière de l’Angélus et après avoir célébré la Messe en la solennité du Christ Roi, dimanche 22 novembre, le pape François a rappelé l’importance du critère de l’amour le moment du jugement venu.

    Compte rendu à lire sur Vatican News.

    Texte intégral des paroles du pape traduites en français sur Zenit.org.

  • Basilique St-Pierre : Messe pour la Fête du Christ Roi et dépose de la Croix des JMJ

     
    Retransmission à 10h en direct sur KTO
     

    Réaliser de grands rêves pour vivre dans la gloire de Dieu, avoir le courage de choisir le bien et donner sa vie selon le critère de l’amour. Le pape François a centré son homélie sur « les choix de vie et les choix banals » qui s’imposent à toute existence, lors de la Messe de remise de la Croix des JMJ, en la Basilique Saint-Pierre, dimanche 22 novembre, solennité du Christ-Roi.

    Compte rendu à lire sur Vatican News.

    Texte intégral de l'homélie du pape traduite en français sur le site du Vatican.

  • EUCHARISTIE "Il n'y a pas de plus grand don à protéger" Michael Lonsale

    « Il était inimaginable pour l'homme, que le Seigneur se donne dans ce pain qui devient Sa chair, et dans ce vin qui devient Son sang.
    C'est le plus grand des dons, c'est le plus grand trésor que Dieu puisse vous faire.
    Il n'y a pas de plus grand don à protéger que ce don là.
    Demandez au Seigneur Jésus cette grâce d'avoir faim de son Eucharistie. »

  • Alexandre Gretchaninov (1864-1956) : Bénis mon âme, ô Seigneur


    Valaam Monastery Choir
     
    (si la lecture vidéo est impossible, merci de cliquer ICI)
  • Méditation - La Messe, c'est identiquement le Sacrifice du Calvaire

    « La prière des prières, c'est la Sainte Messe ; car c'est l'Œuvre de Dieu au-dessus de toutes ses œuvres.
    La Messe, ce n'est pas un nouveau Sacrifice ; non, c'est identiquement le Sacrifice du Calvaire. Le temps, l'espace qui nous séparent de l'Oblation du Golgotha n'ont rien à voir ici. Ils n'existent pas, de par la Volonté du Christ.
    A la Sainte Messe, non seulement nous sommes au Calvaire, mais, ce Sacrifice est l'unique et identique et substantiel Sacrifice de Jésus mourant, là, sur la Sainte Croix.
    Même Prêtre, même Victime. Une seule différence ici : le Précieux Sang ne coule plus que symboliquement ; mais, il coule, comme et à l'heure où il coulait au Calvaire.
    Après la Consécration, Jésus est à l'Autel, tel qu'il était sur le Golgotha, ayant rendu le dernier soupir ; et c'est ainsi qu'il s'offre à son Père, et que l’Église l'offre à son tour, Lui et nous tous ensemble avec Lui, l’Église de la terre, du Purgatoire et du Ciel.
    [...]
    Oui, faites des neuvaines, accomplissez vos pèlerinages ; allez même jusqu'à Rome et à Jérusalem, c'est très bien.
    Qu'est-ce cela, comparé à une seule Messe entendue comme il faut l'entendre, se perdant dans ce Sacrifice en lequel il faut que nous entrions, en plénitude, par Jésus, avec Jésus, et en Jésus, à la Gloire du Père, dans l'Unité d'Amour du Saint-Esprit !
    [...]
    La Sainte Messe, c'est toute la Religion.
    Et dire que tant de chrétiens ignorent ces choses !
    On ne va plus à la Messe, on ne va pas assez souvent à la Messe. Pourquoi ? Parce qu'on a perdu le sens authentique de toute Religion. Il faut qu'on le rééduque, ce sens, en nous.
    Non, il ne faut rien préférer à ce culte. »

    Dom Eugène Vandeur (1875-1967), écoute, mon fils - et tu parviendras, Éditions de Maredsous, 1954.

    Eugène Vandeur,messe,sacrifice,calvaire,Golgotha,prêtre,autel,consécration,corps,sang,Christ

    « Le Sacrifice de la Messe est quelque chose de si grand, qu'il faudrait trois éternités pour l'offrir dignement : la première pour s'y préparer, la seconde pour le célébrer, la troisième pour en rendre de justes actions de grâces. »
    St Jean Eudes (1601-1690)

    « Toutes les bonnes œuvres réunies n’équivalent pas au sacrifice de la Messe, parce qu’elles sont les œuvres des hommes, et la sainte Messe est l’œuvre de Dieu. »
    St Jean-Marie Vianney, curé d’Ars (1785-1859)

  • Dimanche 22 novembre 2020

    25ème et dernier Dimanche après la Pentecôte
     

    Christ_Roi_4.jpg

  • Guillaume Bernard : « Laissez-nous vivre ! »

    Après être intervenu à Paris, devant l’église Saint-Sulpice, le vendredi 13 novembre, Guillaume Bernard (universitaire, docteur et habilité à diriger des recherches en histoire du droit) a tenu, à titre personnel, un discours lors d’un rassemblement pour la liberté de culte, en Vendée, devant la cathédrale de Luçon, le dimanche 15 novembre.

    Billet à lire sur le Blog de l'Homme Nouveau.

  • Audience générale de ce mercredi 18 novembre 2020

    Ce mercredi 18 novembre, depuis la bibliothèque Palais apostolique, le pape a poursuivi son cycle de catéchèses sur la prière lors de l’audience générale. Il s’est arrêté aujourd’hui sur la femme de prière qu’est la Vierge Marie. Suivant son exemple, le pape invite, dans la prière, à se mettre dans une attitude de disponibilité, avec un cœur ouvert à la volonté de Dieu, en ne dirigeant pas sa vie de manière autonome mais en la remettant entre les mains du Seigneur.

    Compte rendu à lire sur Vatican News.

    Texte intégral de la catéchèse (trad. française) et résumé sur le site du Vatican.

  • J.S. Bach : Concerto no.1 en ré mineur BWV 1052

    The Mariinsky String Orchestra - Dir. Anton Gakkel
    Polina Osetinskaya, piano
     
    (si la lecture vidéo est impossible, merci de cliquer ICI)
  • Méditation - donner avec joie

    « Dieu aime celui qui donne avec joie (2 Co 9,7). Le meilleur moyen de manifester notre gratitude à l'égard de Dieu, ainsi qu'aux autres, est de tout accepter avec joie. Un cœur joyeux s'accorde naturellement avec un cœur embrasé par l'amour. Les pauvres se sentaient attirés par Jésus parce qu'il était habité par quelque chose de plus grand que lui ; il rayonnait de cette force dans ses yeux, ses mains, dans tout son corps. Tout son être manifestait le don qu’il faisait de lui-même à Dieu et aux hommes.

    Que rien ne puisse nous faire du souci au point de nous remplir de tristesse et de découragement et de nous laisser enlever la joie de la Résurrection. La joie n'est pas une simple question de tempérament lorsqu'il s'agit de servir Dieu et les âmes ; elle est toujours à accueillir. Et c'est là une raison de plus pour tâcher de l'acquérir et la faire grandir dans nos cœurs. Même si nous avons peu à donner, il nous restera néanmoins la joie qui jaillit d'un cœur amoureux de Dieu.

    Partout dans le monde les gens sont affamés et assoiffés de l'amour de Dieu. Nous répondons à ce manque lorsque nous semons la joie. Elle est aussi l'un des meilleurs remparts contre la tentation. Jésus ne peut prendre pleine possession d'une âme que si elle s'abandonne à lui joyeusement. »

    Ste Teresa de Calcutta (1910-1997), Il n’y a pas de plus grand amour, Lattès, 1997.

    Teresa de Calcutta,don,donner,joie,gratitude,accepter,Dieu,coeur,amour,tristesse,découragement,résurrection

  • Mercredi 18 novembre 2020

    Dédicace des Basiliques St-Pierre et St-Paul

    Sts_Pierre-et-Paul_2b.jpg