Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

8 décembre

  • Angelus de ce samedi 8 décembre 2018

    L’Église célèbre aujourd’hui la solennité de l’Immaculée Conception. Le Pape François a récité la prière de l’Angélus à midi, avec les fidèles rassemblés Place Saint-Pierre. Il a auparavant prononcé un message pour donner en exemple la disponibilité de la Vierge Marie et sa confiance en Dieu.

    Compte rendu d'Adélaïde Patrignani sur Vatican News.

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

  • Grande Neuvaine de l'Immaculée Conception 2018

    Vierge_a_l_enfant-114.jpg

    Comme chaque année, le texte de cette Neuvaine de l'Immaculée Conception est reproduit sur notre site internet « Chemin d'Amour vers le Père » en ses pages dédiées aux neuvaines.

  • Angelus du 8 décembre 2017

    En ce 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception qui est une fête religieuse majeure et un jour férié très important en Italie, le Pape François a prononcé sa traditionnelle bénédiction de l’Angélus, depuis la fenêtre du Palais apostolique.

    Le Pape a délivré une méditation sur la beauté de Marie et sur sa jeunesse, due au fait qu’elle n’a pas été corrompue par le péché.

    Le compte rendu de Cyprien Viet est à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

  • Place d'Espagne à Rome : Prière à Marie Immaculée avec le Pape François

    Retransmission en direct sur KTO

    Livret de la célébration

    immaculée conception,8 décembre,prière,place d'espagne,pape,françois

    Prière du Pape François

    O Marie, notre Mère Immaculée,
    en ce jour de ta fête, je viens vers Toi
    et je ne viens pas seul :
    je porte avec moi tous ceux que ton Fils m’a confiés
    dans cette ville de Rome et dans le monde entier,
    pour que Tu les bénisses et les sauves des périls.

    Je t’apporte, Mère, les enfants,
    spécialement ceux qui sont seuls, abandonnés,
    et qui par conséquent sont trompés et exploités.
    Je t’apporte, Mère, les familles,
    qui font avancer la vie et la société
    par leur effort quotidien et caché,
    en particulier les familles qui doivent affronter de nombreux problèmes internes et externes.
    Je t’apporte, Mère, tous les travailleurs, hommes et femmes,
    et je te confie surtout ceux qui, par nécessité,
    sont contraints à un travail indigne,
    ceux qui l’ont perdu ou ceux qui ne parviennent pas à en trouver.

    Nous avons besoin de ton regard immaculé,
    pour retrouver la capacité de regarder les personnes et les choses
    avec respect et reconnaissance,
    sans intérêts égoïstes et hypocrisies.
    Nous avons besoin de ton cœur immaculé,
    pour aimer de manière gratuite,
    sans arrière-pensée mais en cherchant le bien de l’autre,
    avec simplicité et sincérité, en renonçant aux masques et aux ruses.
    Nous avons besoin de tes mains immaculées
    pour caresser avec tendresse,
    pour toucher la chair de Jésus
    dans les pauvres, les malades, les méprisés,
    pour relever celui qui est tombé et soutenir celui qui vacille.
    Nous avons besoin de tes pieds immaculés
    pour aller vers celui qui n’ose pas faire le premier pas,
    pour cheminer sur les sentiers de celui qui est perdu,
    pour aller trouver les personnes seules.

    Nous te remercions, o Mère, parce qu’en te montrant à nous,
    libre de toute tâche du péché,
    Tu nous rappelles qu’avant tout il y a la grâce de Dieu
    et l’amour de Jésus-Christ qui a donné la vie pour nous,
    il y a la force de l’Esprit Saint qui renouvelle tout.
    Fais que nous ne cédions pas au découragement,
    mais, confiants dans ton aide constante,
    nous nous engagions à fond pour nous renouveler nous-mêmes,
    cette ville et le monde entier.
    Prie pour nous, Sainte Mère de Dieu !

    Texte original en italien sur le site internet du Vatican.

  • Angélus de la fête de l'Immaculée Conception du 8 décembre 2016

    Notre « oui » à Dieu est-il un oui « à moitié » et médiocre, ou entier et inconditionnel ? C’est la réflexion proposée par le Pape ce jeudi, lors de la prière de l’Angélus, à l’occasion de la Solennité de l’Immaculée Conception. Devant une Place St Pierre, où trônent déjà le sapin décoré de Noël et la traditionnelle crèche, le Saint-Père est revenu sur les lectures du jour, tirées du livre de la Genèse et de l’Évangile selon St Luc, qui présentent deux « passages cruciaux » de l’histoire des relations entre Dieu et les hommes.

    « Le livre de la Genèse nous montre le ‘non’ des origines, lorsque l’homme a préféré se regarder plutôt que son Créateur, qu’il a voulu n’en faire qu’à sa tête, en choisissant de se suffire à lui-même ». Une attitude qui le conduit au péché et le coupe de la communion avec Dieu ; Dieu qui n’abandonne pourtant pas l’homme au mal. Il le cherche, et lui pose la question d’un père ou d’une mère dont le fils aurait disparu : « Où es-tu ? ».

    Face à ce « non des origines », le passage de l’Évangile nous montre le « oui le plus important de l’Histoire », celui de l’humble jeune fille de Nazareth, Marie. Sa disponibilité et son abandon rendent possible l’incarnation du Fils de Dieu. Jésus commence ainsi « dans le sein de Marie, son chemin sur les routes de l’humanité ». « Il se fait l’un de nous, en toute chose, excepté le péché ». Et c’est pour cela qu’il a choisi Marie, la toute pure, l’immaculée, la « comblée de grâce », la créature en qui le péché ne trouve aucun espace. Son « oui » humble et fidèle « détruit le non orgueilleux des origines », « guérit la désobéissance » originelle, et « renverse l’égoïsme du péché ».

    Partant de l’exemple de ce « oui » inconditionnel, le Pape s’interroge sur notre attitude, et constate : « parfois, dit-il, nous sommes experts des ‘oui à moitié’, nous excellons à faire semblant de ne pas comprendre la volonté de Dieu ». Mais plutôt que de dire « non », nous disons à Dieu « oui, mais... pas aujourd’hui. Demain je serai meilleur, je prierai, je ferai du bien ». Or, en agissant ainsi, « nous fermons la porte au bien », et « le mal profite de ces oui manqués ». En revanche, chaque « oui » donne naissance à une histoire de salut nouvelle et originale avec Dieu, et particulièrement en ce temps de l’Avent, où Dieu « désire nous visiter et attend notre 'oui' ».

    Au terme de la prière de l'Angélus, le Pape a évoqué le fort séisme qui a frappée l'ile de Sumatra, en Indonésie, ce mercredi. La secousse, de magnitude 6,5, a provoqué la mort d'une centaine de personnes. Le Pape François a affirmé prier pour les victimes et leurs familles, pour les blessés, et ceux qui ont perdu leurs maisons. « Que le Seigneur donne force à la population et soutiennent les opérations de secours ».

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral traduit en français sur Zenit.org.

  • Déclaration du Cardinal Barbarin pour la fête du 8 décembre à Lyon

    lyon-fete-de-la-lumiere.jpg

    Retrouvez ci-dessous la déclaration du cardinal Philippe Barbarin suite à l’annonce ce jour de l’annulation de l’édition 2015 de la Fête des Lumières à Lyon :

    Le Maire et le Préfet de Lyon ont annoncé que la Fête des Lumières ne pourrait se dérouler comme à l’habitude en cette édition 2015, pour des raisons de sécurité.

    C’est une décision que nous devinons mûrement réfléchie et difficile à prendre. Il s’agit certainement d’un choix prudent, raisonnable et sage.

    Nous regretterons l’absence de ces illuminations dont le caractère populaire n’avait pas effacé les origines et dont le succès avait même enrichi la tradition. Chaque année, nous admirons l’embellissement lumineux des grands monuments de notre ville, et pas seulement celui de nos églises.

    En ce 8 décembre 2015, j’appelle les catholiques de notre diocèse à célébrer la fête de l’Immaculée Conception avec une ferveur spéciale, en priant pour la paix et en invoquant la Miséricorde de Dieu sur notre pays et sur notre ville. Nous prierons la Vierge pour qu’elle nous épargne des lèpres modernes de l’idéologie, de la peur et de la guerre.

    Les Messes prévues le 8 décembre sont maintenues, sauf avis contraire des services de sécurité. Les curés des paroisses concernées se rencontreront prochainement pour savoir ce qu’il est possible de maintenir ou de proposer, étant donné l’état d’urgence.

    Peut-être les missionnaires du 8 auront-ils moins de personnes à accueillir : je les invite à rester disponibles à ceux qui viendront découvrir nos églises et à redoubler dans leurs efforts de prière.

    Je me réjouis que la Ville ait choisi de faire distribuer des milliers de lumignons pour que se perpétue la tradition. J’invite les catholiques à se mobiliser généreusement pour leur diffusion.

    Quant aux processions du 8 décembre, nous espérons qu’elles pourront avoir lieu, mais nous attendons l’autorisation des services de police. Quelle que soit leur décision, nous suivrons leurs conseils.

    En 1852 déjà, des imprévus étaient venus contrarier le déroulement de la fête. Aujourd’hui, nous saurons nous ajuster aux décisions des autorités compétentes. Nous nous associerons de grand cœur aux efforts de la Ville pour rendre hommage à chacune des victimes des attentats de Paris.

    Que cette journée si singulière du 8 décembre 2015 reste une fête et nous donne de redécouvrir ce qui fait le ciment de notre société, d’en consolider les fondements et de célébrer, différemment et sobrement, en levant nos yeux vers Notre-Dame de Fourvière.

    Chers Lyonnais, je vous invite à regarder la plus belle lumière qui soit : la lumière intérieure. Et celle que vous poserez à votre fenêtre !

    Cardinal Philippe Barbarin
    Archevêque de Lyon

    Source : lyon.catholique.fr

  • Présentation du Jubilé de la Miséricorde (8 décembre 2015 – 20 novembre 2016)

    A 11h30 ce mardi matin, dans la Salle Jean-Paul II du Saint-Siège, s'est déroulée la Conférence de Presse de présentation du Jubilé de la Miséricorde qui s'ouvrira le 8 Décembre 2015 et se terminera le 20 Novembre 2016. Ont été notamment détaillés le logo et la devise de cette Année jubilaire.

    Réalisé par le jésuite Marko Rupnik, le logo se présente comme une petite somme théologique du thème de la Miséricorde. Il représente le Fils chargeant sur ses épaules l’homme qui s’est égaré. Ses yeux se confondent avec ceux de l’homme. Le Bon Pasteur touche en profondeur la chair de l’homme avec un amour si fort qu’il lui change la vie.

    Présentation,logo,devise,Jubilé,Miséricorde,8 décembre,2015,2016

    Sont intervenus S.E. Mgr. Salvatore Fisichella, Président du Conseil Pontifical pour la Promotion de la Nouvelle Evangélisation, et Mons. Graham Bell, Secrétaire de ce Conseil Pontifical.

    Nous publions ci-dessous l'intervention de Mgr. Salvatore Fisichella.

    Lire la suite

  • Angélus, en la Solennité de l'Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie

    « Tout est don gratuit de Dieu et de son amour pour nous »

    En ce lundi 8 décembre, solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, le Pape François a tenu à souligner que le message de cette fête « peut se résumer facilement : tout est grâce, tout est don gratuit de Dieu et de son amour pour nous. »

    « L’attitude de Marie de Nazareth nous montre que l’être passe avant le faire, qu’il faut laisser Dieu agir pour être vraiment comment Il veut. Marie est réceptive, mais pas passive. Comme, au niveau physique, elle reçoit la puissance de l’Esprit Saint, mais ensuite donne chair et sang au Fils de Dieu qui se forme en Elle, ainsi, sur le plan spirituel, elle accueille la grâce et lui correspond avec la foi. Ce mystère de l’accueil de la grâce, qui en Marie, par un privilège unique, était sans l’obstacle du péché, est une possibilité pour nous tous. Comme Marie, nous aussi avons été bénis, c'est-à-dire aimés, et pour cela, choisis avant la création du monde pour être saints et immaculés. Marie a été préservée, alors que nous avons été sauvés grâce au Baptême et à la foi. Tous cependant, elle autant que nous, par l’intermédiaire du Christ. »

    « Face à l’amour, à la miséricorde, à la grâce divine réservée à nos cœurs, la conséquence qui s’impose est une seule : la gratuité. Comme nous avons reçu gratuitement, ainsi gratuitement nous sommes appelés à donner. Comme Marie qui à peine entendue l’annonce de l’Ange, va aussi vite partager le don de la fécondité avec sa cousine Élisabeth. Parce que, si tout nous a été donné, tout doit être redonné. De quelle manière ? En permettant que l’Esprit Saint fasse de nous un don pour les autres ; qu’il nous fasse devenir des instruments d’accueil, de réconciliation et de pardon. Si notre existence se laisse transformer par la grâce du Seigneur, nous ne pourrons retenir pour nous la lumière qui vient de son visage, mais nous la laisserons transparaître pour qu’elle illumine les autres. Apprenons de Marie, qui a constamment conservé son regard fixé sur le Fils et son visage est devenu « le visage qui ressemble le plus au Christ » (Dante, Paradis, XXXII, 87). »

    Source : Radio Vatican.

    Cérémonie Place d'Espagne

    « Cet après-midi je vais aller à Sainte Marie Majeure pour saluer la Salus Populi Romani, puis à la Place d'Espagne pour renouveler le traditionnel acte d'hommage et de prière au pied du monument à l'Immaculée. Ce sera toute une après-midi consacrée à la Vierge. Je vous demande de vous unir spirituellement à moi dans ce pèlerinage, qui exprime la dévotion filiale à notre Mère céleste. Et n'oubliez pas : la grâce est gratuite. Nous avons reçu cette grâce gratuitement, cette grâce de Dieu, et nous devons la redonner ; nous avons reçu le don et nous devons le redonner aux autres. Ne l'oubliez pas ! »

    Texte intégral en français sur Zenit.org

    Texte intégral en italien sur le site internet du Vatican.

  • La Neuvaine - Neuf mois de prière pour la France (8 décembre)

    La Neuvaine,Neuf mois,prière,France,Méditation,abbé,Eric Iborra

    4e semaine - Méditation du Père Xavier Malle

    Disponible également en téléchargement ici.

     

  • Les apparitions de l'Ile Bouchard

    A l'âge de 12 ans, Jacqueline Aubry allait à l'école comme tous les enfants de son âge. Ses parents n'étaient pas pratiquants, mais sa maman l'avait quand même inscrite à l'école des Sœurs. En ce 8 décembre 1947, fête de la Sainte Vierge, Jacqueline, sa petite sœur et une petite voisine entrent dans l'église pour aller dire une petite prière. C'est alors, qu'au 4ème "Je vous salue Marie", Jacqueline aperçoit une dame d'une beauté extraordinaire...

    L'Ile Bouchard - Témoignage de Jacqueline Aubry

  • Le Pape François à la place d'Espagne (Rome) le 8 décembre

    Vierge_Marie_place-d-Espagne_1b.jpg

    Lundi prochain, 8 décembre, en la fête de l’Immaculée Conception, le Pape François se rendra Place d’Espagne, accueilli dès son arrivée par le Cardinal Vicaire Agostino Vallini, et par le Maire de Rome Ignazio Marino. Il confiera à la Vierge Marie, comme chaque année, la ville de Rome, l’Église et toute l’humanité. Le Pape arrivera à 16h00, priera au pied de la colonne qui porte la statue (photo ci-dessus) et déposera un bouquet de fleurs.

    Source : Radio Vatican.

    Livret de la célébration

  • Neuvaine de l'Immaculée Conception du 30 novembre au 8 décembre 2014

    en nos pages "Neuvaines"

    Neuvaine,Immaculée Conception,30 novembre,8 décembre,2014

  • Angélus de ce dimanche 8 décembre 2013

    « Ce deuxième dimanche de l'Avent tombe le jour de la fête de l'Immaculée Conception de la Marie, alors notre regard est attiré par la beauté de la Mère de Jésus, notre Mère. Avec une immense joie, l’Église la contemple, elle, pleine de grâce (Lc 1,28), et en commençant, nous la saluons tous par ces mots : "Pleine de grâce". Disons le trois fois "Pleine de grâce" ! Tous ensemble : "Pleine de grâce ! pleine de grâce ! pleine de grâce !" C'est comme ça que Dieu l'a regardée dès le premier instant, dans son dessein d'amour. Il l'a regardée toute belle, elle était pleine de grâce. Elle est belle, notre Mère ! Marie nous soutient dans notre chemin vers Noël, puisqu'elle nous apprend à vivre ce temps d'Avent dans l'attente du Seigneur, parce que ce Temps de l'Avent est une attente du Seigneur, qui nous rendra visite, nous tous, dans la fête, mais aussi, chacun dans son cœur. Le Seigneur vient ! Nous l'attendons !

    L’Évangile de saint Luc présente Marie, une jeune fille de Nazareth, petite localité de Galilée, à la périphérie de l'Empire romain et aussi dans la périphérie d'Israël. Un petit village. Pourtant, sur elle, cette petite fille de ce village lointain, sur elle, s'est posé le regard du Seigneur, qui l'a choisie pour être la mère de son Fils. En vue de cette maternité, Marie a été préservée du péché originel, c'est-à-dire de cette fracture dans la communion avec Dieu, avec les autres et avec la création, qui blesse en profondeur chaque être humain. Mais cette fracture a été guérie par anticipation en la Mère de Celui qui est venu pour nous libérer de l'esclavage du péché. L'Immaculée est inscrite dans le dessein de Dieu, elle est le fruit de l'amour de Dieu qui sauve le monde.

    Et la Vierge ne s'est jamais éloignée de cet amour : toute sa vie, tout son être est un « oui » à cet amour, il est un « oui » à Dieu. Mais ce n'était certainement pas facile pour elle ! Quand l'Ange l'appelle « pleine de grâce » (Lc 1, 28), elle reste "très troublée" parce que dans son humilité elle ne se sent rien devant Dieu. L'Ange la réconforte : "Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Et voici que tu vas concevoir un fils... et tu lui donneras le nom de Jésus » (v. 30). Cette annonce la bouleverse encore plus, car elle n'était pas encore mariée à Joseph, mais l'Ange ajoute : « L'Esprit Saint descendra sur toi... C'est pourquoi celui qui naîtra sera saint et sera appelé Fils de Dieu » (v. 35). Marie écoute, obéit intérieurement et répond : « Voici la servante du Seigneur, qu'il m'advienne selon ta parole » (v. 38).

    Le mystère de cette jeune fille de Nazareth, qui est dans le Cœur de Dieu, ne nous est pas étranger. Elle n'est pas là-bas et nous ici. Non, nous sommes reliés. En effet, Dieu pose son regard d'amour sur tout homme et sur toute femme ! Avec le nom et le prénom. Son regard d'amour se pose sur chacun de nous. L'apôtre Paul dit que Dieu « nous a choisis en lui avant la création du monde pour être saints et immaculés » (Eph 1:4). Nous aussi, depuis toujours, nous avons été choisis par Dieu pour vivre une vie sainte, libérée du péché. C'est un projet d'amour que Dieu renouvelle chaque fois que nous nous approchons de Lui, en particulier dans les sacrements.

    Alors en cette fête, en contemplant notre Mère Immaculée, belle, reconnaissons aussi notre véritable destin, notre vocation la plus profonde : être aimé, être transformé par l'amour, être transformé par la beauté de Dieu. Regardons-la, notre Mère, et laissons-nous regarder par elle, parce qu'elle est notre Mère et qu'elle nous aime tellement ; laissons-nous regarder par elle pour apprendre à être plus humble, et aussi plus courageux pour suivre la Parole de Dieu, pour accueillir la tendre étreinte de son Fils Jésus, l'étreinte qui nous donne vie, espérance et paix. »

    Après la prière de l’Angélus, le Pape a salué tout particulièrement l’Église « qui vit en Amérique du Nord et qui se souvient aujourd’hui de la fondation de sa première paroisse, il y a 350 ans : Notre-Dame de Québec. Rendons grâce pour le chemin parcouru depuis lors, spécialement les saints et les martyrs qui ont fécondé cette terre. »

    Le Pape a également annoncé qu’il se rendrait, comme le veut la tradition, place d’Espagne, pour « prier au pied du monument dédié à l’Immaculée. Je vous demande de vous unir spirituellement à moi lors de ce pèlerinage, qui est un acte de dévotion filiale à Marie, pour lui confier la ville de Rome, l’Église et l’humanité toute entière. »

    Traduction sur le texte italien, en ligne sur le site internet du Vatican.