Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amman

  • Messe au stade international d'Amman

    A Amman, c’est devant un stade comble, et sous un soleil généreux, que le Pape a présidé la Messe. Dans les gradins, et sur la pelouse du stade, se trouvaient beaucoup de Jordaniens, mais également des Irakiens, Syriens, Libanais et Égyptiens, venus spécialement pour l’occasion.

    La prière des fidèles a été lue en arabe et en anglais. Au cours de la Messe, quelque 1.500 enfants ont fait leur première communion. A la fin de la Messe, le patriarche latin de Jérusalem, S.B. Fouad Twal, s’est adressé au Pape, rappelant la situation des chrétiens en Jordanie, soulignant combien sa visite était un signe d’espérance pour une terre tourmentée et divisée, comparant François au nouveau St Jean-Baptiste, patron de la Jordanie, le Précurseur qui appelle à la conversion du cœur avant la venue du Messie.

    Homélie du Pape (texte intégral) :

    « Dans l’Évangile, nous avons entendu la promesse de Jésus aux disciples : « Je prierai le Père, et il vous donnera un autre Paraclet, pour qu’il soit avec vous à jamais » (Jn 14,16). Le premier Paraclet est Jésus lui-même ; l’« autre » est l’Esprit Saint.

    Nous nous trouvons ici non loin du lieu où l’Esprit Saint est descendu avec puissance sur Jésus de Nazareth, après que Jean l’ait baptisé dans le Jourdain (Cf. Mt 3,16). L’Évangile de ce dimanche, ainsi que ce lieu, dans lequel par la grâce de Dieu je suis en pèlerinage, nous invitent à méditer sur l’Esprit Saint, sur ce qu’il accomplit dans le Christ et en nous, et que nous pouvons résumer ainsi : l’Esprit accomplit trois actions : il prépare, il oint, il envoie.

    Au moment du baptême, l’Esprit se pose sur Jésus pour le préparer à sa mission de salut ; mission caractérisée par le style du Serviteur humble et doux, prêt au partage et au don total de soi. Mais l’Esprit Saint, présent dès le début de l’histoire du salut, avait déjà opéré en Jésus au moment de sa conception dans le sein virginal de Marie de Nazareth, réalisant l’événement admirable de l’Incarnation : “ l’Esprit Saint viendra sur toi, il te couvrira de son ombre – dit l’ange à Marie – et tu enfanteras un Fils auquel tu donneras le nom de Jésus ” (Cf. Lc 1, 35). Ensuite, l’Esprit Saint avait agi en Siméon et Anne le jour de la présentation de Jésus au Temple (Cf. Lc 2,22). Tous deux dans l’attente du Messie ; tous deux inspirés par l’Esprit Saint, Siméon et Anne ont l’intuition, à la vue de l’enfant, qu’il est vraiment Celui qui est attendu par tout le peuple. Dans l’attitude prophétique des deux vieillards s’exprime la joie de la rencontre avec le Rédempteur et, dans un certain sens, une préparation de la rencontre entre le Messie et le peuple a lieu.

    Les diverses interventions de l’Esprit Saint font partie d’une action harmonique, d’un unique projet divin d’amour. La mission de l’Esprit Saint, en effet, est de générer l’harmonie – lui-même est harmonie – et de faire la paix dans les différents contextes et entre des sujets divers. La diversité de personnes et de pensée ne doit pas provoquer refus et obstacles, parce que la variété est toujours un enrichissement. Par conséquent, aujourd’hui, invoquons avec un cœur ardent l’Esprit Saint, en lui demandant de préparer la route de la paix et de l’unité.

    En deuxième lieu, l’Esprit Saint oint. Il a oint intérieurement Jésus, et il oint les disciples, pour qu’ils aient les mêmes sentiments que Jésus et puissent ainsi assumer dans leur vie les attitudes qui favorisent la paix et la communion. Avec l’onction de l’Esprit, notre humanité est marquée de la sainteté de Jésus Christ et cette onction nous rend capables d’aimer nos frères avec l’amour même dont Dieu nous aime. Par conséquent, il est nécessaire de poser des gestes d’humilité, de fraternité, de pardon, de réconciliation. Ces gestes sont les prémices et la condition pour une paix vraie, solide et durable. Demandons au Père de nous oindre afin que nous devenions pleinement ses enfants, toujours plus conformes au Christ, pour nous sentir tous frères et ainsi éloigner de nous rancunes et divisions et nous aimer fraternellement. C’est ce que Jésus nous a demandé dans l’Évangile : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements ; et je prierai le Père, et il vous donnera un autre Paraclet pour qu’il soit avec vous à jamais » (Jn 14, 15-16).

    Et enfin l’Esprit Saint envoie. Jésus est l’Envoyé, rempli de l’Esprit du Père. Oints du même Esprit, nous sommes aussi envoyés comme messagers et témoins de paix. Combien le monde a besoin de nous comme messagers de paix, comme témoins de la paix ! C’est une nécessité qu’a le monde. Alors, le monde nous demande de faire ceci : porter la paix, témoigner de la paix !

    La paix ne peut s’acheter : elle est un don à recevoir avec patience et à construire « artisanalement » par des petits et des grands gestes qui impliquent notre vie quotidienne. Le chemin de la paix se consolide si nous reconnaissons que nous avons tous le même sang et faisons partie du genre humain ; si nous n’oublions pas que nous avons un unique Père céleste et que nous sommes tous ses enfants, faits à son image et à sa ressemblance.

    Dans cet esprit je vous embrasse tous : le Patriarche, mes frères Évêques, les prêtres, les personnes consacrées, les fidèles laïcs, les nombreux enfants qui, aujourd’hui, reçoivent la première communion, ainsi que leurs parents. Mon cœur s’adresse aussi aux nombreux réfugiés chrétiens provenant de la Palestine, de la Syrie et de l’Irak : portez à vos familles et à vos communautés mon salut et ma proximité.

    Chers amis ! L’Esprit Saint est descendu sur Jésus près du Jourdain et a commencé son œuvre de rédemption pour libérer le monde du péché et de la mort. Demandons-lui de préparer nos cœurs à la rencontre avec nos frères au-delà des différences d’idées, de langues, de cultures, de religions ; demandons-lui d’oindre tout notre être de l’huile de sa miséricorde qui guérit les blessures des erreurs, des incompréhensions, des controverses ; demandons-lui de nous envoyer avec humilité et douceur sur les sentiers exigeants, mais féconds, de la recherche de la paix. Amen ! »

    Source : Radio Vatican.

  • Rencontre du Pape avec les autorités du Royaume de Jordanie

    Après une rencontre privée avec le Roi Abdallah II et sa famille, le Pape François s’est adressé aux plus hautes autorités du royaume hachémite, les chefs religieux et le corps diplomatique, soit quelque 300 personnes rassemblées dans le grand salon du palais royal Al-Husseini, à Amman.

    Le Roi Abdallah II s'est adressé au Pape, dans un discours prononcé en anglais et arabe. Le souverain hachémite a chaleureusement souhaité la bienvenue au Pape, saluant son engagement pour la Paix et l'harmonie entre les religions et les cultures. Le Roi Abdallah II a d'ailleurs annoncé la tenue au Vatican, en novembre prochain, d'une rencontre en vue de promouvoir le dialogue interreligieux.

    Le Pape s'est adressé, à son tour, au Roi et à son auditoire :

    « Je remercie Dieu de pouvoir visiter le Royaume Hachémite de Jordanie, sur les traces de mes prédécesseurs Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI, et je remercie Sa Majesté le Roi Abdallah II pour ses cordiales paroles de bienvenue, dans le vivant souvenir de notre récente rencontre au Vatican. J’étends mon salut aux membres de la famille royale, au Gouvernement et au peuple de Jordanie, terre riche d’histoire et de signification pour le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam.

    Ce pays fait un accueil généreux à un grand nombre de réfugiés palestiniens, irakiens, et provenant d’autres régions en crise, en particulier la Syrie toute proche, bouleversée par un conflit qui dure depuis trop longtemps. Un tel accueil mérite l’estime et le soutien de la communauté internationale. L’Église Catholique, selon ses possibilités, veut s’engager dans l’assistance aux réfugiés et à ceux qui vivent dans le besoin, surtout par l’intermédiaire de Caritas Jordanie.

    Alors que je constate avec douleur la permanence de fortes tensions au Moyen Orient, je remercie les Autorités du Royaume pour ce qu’elles font et je les encourage à continuer de s’engager dans la recherche d’une paix durable, souhaitée pour toute la région ; dans ce but une solution pacifique à la crise syrienne est plus que jamais nécessaire et urgente, ainsi qu’une solution juste au conflit israélo-palestinien.

    Je profite de cette occasion pour renouveler mon profond respect et mon estime pour la communauté musulmane, et manifester mon appréciation pour le rôle de guide joué par Sa Majesté le Roi dans la promotion d’une plus juste compréhension des vertus proclamées par l’Islam, et la sereine cohabitation entre fidèles des différentes religions. J’exprime ma reconnaissance à la Jordanie pour avoir encouragé diverses initiatives importantes en faveur du dialogue interreligieux pour la promotion de la compréhension entre Juifs, Chrétiens et Musulmans, parmi lesquelles le « Message Interreligieux d’Amman », et pour avoir promu au sein de l’ONU la célébration annuelle de la « Semaine d’Harmonie entre les Religions ».

    Je voudrais maintenant adresser un salut plein d’affection aux communautés chrétiennes qui, présentes dans le pays depuis les temps apostoliques, offrent leur contribution au bien commun de la société dans laquelle elles sont pleinement insérées. Bien qu’étant aujourd’hui numériquement minoritaires, elles peuvent développer une action qualifiée et appréciée dans les champs éducatif et sanitaire, par des écoles et des hôpitaux, et elles peuvent professer avec tranquillité leur foi, dans le respect de la liberté religieuse qui est un droit humain fondamental et que je souhaite vivement être tenu en grande considération partout au Moyen Orient et dans le monde entier. Celui-ci « comprend à la fois au niveau individuel et collectif, la liberté de suivre sa conscience en matière religieuse et la liberté de culte… la liberté de choisir la religion que l’on juge être vraie et de manifester publiquement sa propre croyance » (Benoît XVI, Exort. Ap. Ecclesia in Medio Oriente, n. 26). Les chrétiens se sentent et sont citoyens à part entière, et ils entendent contribuer à la construction de la société avec leurs concitoyens musulmans, en offrant leur contribution propre et spécifique.

    J’adresse enfin un souhait spécial pour la paix et la prospérité du Royaume de Jordanie et de son peuple, avec le vœu que cette visite contribue à augmenter et à promouvoir les bonnes et cordiales relations entre chrétiens et musulmans.

    Je vous remercie pour votre accueil et votre courtoisie. Que Dieu Tout Puissant et Miséricordieux accorde à Vos Majestés bonheur et longue vie, et qu’il comble la Jordanie de ses bénédictions. Salam ! »

    Source : Radio Vatican.

  • Le Pape François en Terre Sainte : les 24, 25 et 26 mai 2014

    Le Pape commence ce samedi 24 mai un voyage de 3 jours en Jordanie, dans les territoires palestiniens et en Israël. Commémorant la rencontre entre Paul VI et Athénagoras, le pèlerinage sera « strictement religieux » a dit le Saint-Père.

    Les textes des homélies, discours et interventions, ainsi que les vidéos KTO, seront mises en ligne au fur et à mesure de leur disponibilité tout au long des déplacements du Pape François.

    Samedi 24 mai : arrivée en Jordanie
           16h00 : Messe à Amman
           rencontres

    Dimanche 25 mai : arrivée à Bethléem
           11h00 : Messe sur place
           visite privée et rencontres

           16h30 : arrivée à Tel-Aviv et discours
           19h00 : rencontre avec le patriarche Batholoméos 1er

    Lundi 26 mai : Jérusalem
           Visites et rencontres
           17h20 : Messe au Cénacle
           20h15 : départ pour Rome

    voyage,visite,pape,François,Terre Sainte,Jordanie,Amman,Palestine,Bethléem,Israël,Jérusalem,rencontre,patriarche,Batholoméos 1er

  • Programme du voyage en Terre Sainte

    Le 24 mai, l'avion papal est attendu à Amman (Jordanie) à 13 h locales. Après la cérémonie d'accueil, le Saint-Père rendra visite au Roi et à la Reine, avant de s'adresser aux corps constitués. A 16 h il célébrera une messe au Stadium de la capitale, avant de se rendre sur le site attribué au baptême du Seigneur et d'y rencontrer des réfugiés et de jeunes handicapés en l'église latine de Béthanie. Le lendemain dimanche, le Pape quittera la Jordanie pour gagner en hélicoptère Bethléem, où il sera accueilli par le Président palestinien, avec lequel il aura un entretien. Là aussi il s'adressera aux autorités palestiniennes avant de célébrer la messe sur l'esplanade de la Nativité. Après le Regina Coeli et le déjeuner au couvent franciscain, il visitera en privé le sanctuaire de la Nativité. En début d'après-midi il rendra visite aux enfants de deux camps de réfugiés, puis prendra congé à 16 h. Un hélicoptère le conduira à Tel Aviv. Il prononcera un discours à son arrivée en Israël, avant de gagner Jérusalem, où il s'entretiendra d'abord avec le Patriarche œcuménique de Constantinople, avec qui il signera une déclaration commune. A 19 h le Pape présidera en la Basilique du St Sépulcre une rencontre œcuménique pour célébrer le cinquantenaire de celle entre Athénagoras et Paul VI. Après quoi il dînera au patriarcat latin avec l'épiscopat régional. Le 26 au matin il se rendra à l'Esplanade des mosquées où il s'entretiendra avec le Grand Mufti de Jérusalem, avant de se rendre au Mur occidental puis au Mont Herzl pour un dépôt de gerbe. A 10 h suivra la visite au mémorial de Yad Vashen (discours) puis aux deux Grands Rabbins d'Israël et enfin au Président de l'Etat d'Israël (discours). A 13 h le Saint-Père s'entretiendra en privé avec le Premier Ministre au Notre Dame Jerusalem Center. Après le déjeuner il fera une visite privée au Patriarche œcuménique au Mont des Oliviers, puis y rencontrera les prêtres, religieux et séminaristes en l'église du Gethsémanie, et les évêques de Terre Sainte au Cénacle (homélie). Après quoi, vers 19 h 30, il regagnera en hélicoptère Tel Aviv pour la cérémonie de congé. L'avion papal sera attendu à Rome vers 23 h heure locale.

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 27.3.14).

  • Angélus de ce dimanche 05 janvier 2013

    (Rappel : l’Épiphanie sera fêtée demain en Italie - jour férié - et une Messe sera célébrée par le Saint-Père à la basilique Saint-Pierre à 10h00)

    Au cours de la prière de l’Angélus ce dimanche, le Pape est revenu sur le sens profond de Noël, en reprenant le prologue de l’Évangile de Jean : « Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous. (...) Tout le christianisme est contenu dans ces paroles qui n’en finissent pas de nous émerveiller », a souligné François. En s’incarnant, Dieu s’est fait fragile comme nous, il a partagé notre condition humaine, excepté le péché, mais Il a pris sur Lui les nôtres. La naissance de Jésus, a rappelé le Pape, montre que Dieu a voulu s’unir à chaque homme et chaque femme, à chacun de nous, pour nous communiquer sa vie et sa joie.

    Dieu nous aime et chemine avec nous

    Avec la naissance de Jésus, a poursuivi François, est née une promesse nouvelle, un monde nouveau, mais un monde qui peut aussi être toujours renouvelé. Dieu est en effet toujours présent pour susciter des hommes nouveaux a-t-il souligné, à purifier le monde du péché, et sa présence dans l’histoire auprès de chacun d’entre nous n’a jamais fait défaut.

    Le Pape a enfin expliqué que dans le mystère de l’Incarnation se jouait aussi la liberté de l’homme, celle d’accueillir Dieu ou de le rejeter comme le fut Jésus ainsi que le raconte l’Évangile de Jean. Jésus ne cesse pourtant jamais de s’offrir Lui-même et de nous offrir sa grâce salvifique. « Jésus est patient, Il sait attendre, Il attend toujours » a répété François, qui a invité tous les croyants à être des témoins de la joie du message de l’Évangile, de la lumière, de l’Espérance et de l’amour.

    Annonce du pèlerinage en Terre Sainte :

    « Dans le climat de joie propre à ce temps de Noël, je désire annoncer que du 24 au 26 mai prochain, si Dieu le veut, je me rendrai en pèlerinage en Terre Sainte. Le but principal de ce pèlerinage est de commémorer la rencontre entre le Pape Paul VI et le Patriarche Athenagoras, qui eut lieu exactement il y a 50 ans, le 5 janvier, comme aujourd’hui. Les étapes seront au nombre de trois : Amman, Bethléem et Jérusalem. Trois jours. Au Saint Sépulcre, nous célèbrerons avec le Patriarche de Constantinople, Bartholomée I, une rencontre œcuménique avec tous les représentants des Églises chrétiennes de Jérusalem. Dès maintenant, je vous demande de prier pour ce pèlerinage, qui sera un pèlerinage de prière. »

    Source : Radio Vatican.