Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chapelle

  • Association de sauvegarde de la chapelle Saint-Hilaire

    st_hilaire_046i.jpg

    « La restauration de cette chapelle pourra sembler complètement folle à certains rationalistes. Mais elle est un cri dans le désert à la suite de saint Jean-Baptiste. Un cri qui rappelle les racines chrétiennes du pays. Elle est un signe pour tous que nous devons recevoir, préserver, restaurer notre héritage chrétien et notamment les monuments de prière qui sont comme l'âme de nos cités. »

    F. Louis-Marie, O.S.B., abbé de Sainte-Madeleine du Barroux
    (Les Amis du Monastère, n°164, décembre 2017)

    Participez au Sauvetage.

    Crédit photo : Les Amis de Saint-Hilaire.

  • 09h30, Chapelle Sixtine : Sainte Messe célébrée par le Pape François

    avec baptêmes d'enfants
     
     
    Livret de la célébration
    (Fête du Baptême du Seigneur)

  • Voyage du Pape - Visite au Monastère Jasna Gora à Czestochowa

    Visite au Monastère Jasna Gora à Czestochowa
    et prière à la chapelle de la Vierge Noire

    Deuxième journée ce jeudi 28 juillet de la visite apostolique du Pape François en Pologne. Une journée marquée par une visite à Czestochowa qui accueillit en 1991 les Journées Mondiales de la Jeunesse. Le Saint-Père s’est rendu ce matin au sanctuaire marial de Jasna Góra « la montagne lumineuse », située sur les hauteurs de la ville qui accueille chaque année 4 millions de visiteurs venus du monde entier. Après un long parcours en papamobile parmi les fidèles, particulièrement nombreux, et avant de célébrer la Messe sur l'esplanade du sanctuaire, le Saint-Père s’est d’abord recueilli devant l’icône de la Vierge noire « Reine de Pologne », symbole de l’unité du peuple polonais. Au son des tambours et trompettes, une plaque de métal doré s'est levée lentement laissant apparaitre l’icône de la Vierge Noire. Le Pape, visiblement ému, s'est recueilli en silence, entouré des Pères Paulins, gardiens des lieux.

    Source : Radio Vatican.

  • Méditation : Jésus-Christ au tabernacle

    « La charité veille et agit sur les grandes routes de la vie, parce qu'au bord de ces routes il y a des églises avec des tabernacles. La petite lampe qui brille dans le sanctuaire éclaire à peine l'ombre du temple ; mais, à des distances incalculables, elle échauffe les membres glacés des pauvres, des malades, des mourants. Quand, le matin, vous voyez s'ouvrir la porte d'une église et s'y glisser une frêle créature, vous dites : voici une âme qui va s'enfermer dans le mystique isolement où elle trouvera son Dieu. Regardez-la sortir. Elle porte dans ses yeux la volonté de découvrir et d'aimer son Dieu dans les plus déshérités des humains. Vous savez le colloque entre le ministre incrédule et la sœur de charité, après une visite à un hôpital où semblaient s'être donné rendez-vous tous les rebuts de la société humaine. « Ma sœur, qui vous a permis, pendant cinquante ans, de soutenir la vue de ces misères et vous a gardé la force de les soigner ? - Ceci, Monsieur le ministre », et elle montrait la chapelle, c'est-à-dire l'hostie. Qu'on supprime l'Eucharistie, on aura bientôt tari la source de l'amour fraternel. Le monde en rit peut-être, mais il en vit. Pour ceux-là mêmes qui ne croient pas, le monde n'est habitable que par la vertu rayonnante de l'hostie. »

    R.P. Ponsard, Carême 1928, Retraite Pascale (Jeudi Saint, II), Conférences de Notre-Dame de Paris, Spes, 1928.

    Adoration_Kentucky_1a.jpg

  • Voyage apostolique du Pape François en Amérique méridionale - Visite à la population pauvre d'Asuncion

    Dimanche 12 juillet 2015 - Paraguay

    08h15 - Visite à la population du quartier Bañado Norte d'Asuncion, Chapelle de San Juan Bautista (14h15 heure française)

    Pour la dernière journée de son voyage apostolique en Amérique Latine, consacré en grande partie aux déshérités, le Pape François a voulu commencer par une périphérie : le Bañado Norte d’Asunción, la capitale du Paraguay ; un bidonville très pauvre et marécageux, situé près de la grande décharge d’Asunción, régulièrement sinistré par les crues du fleuve Paraguay tout proche.

    Plus de 20.000 familles, pour un total de quelque 100.000 personnes, y vivent dans des conditions épouvantables. La plupart sont des paysans ou des Indiens, chassés des terres qu’ils cultivaient. Ils sont venus grossir les rangs des laissés-pour-compte de l’urbanisation. La majorité de ces pauvres sont là depuis au moins 30 ans. Ils ont construit leur logement avec leurs façades de planches ou de briques nues. Leurs enfants courent au milieu des chiens errants sur les chemins de terre battue. Les habitants vivent principalement de la fouille dans les ordures et du recyclage. Certains se nourrissent des déchets de l’industrie de la viande. Les femmes sont victimes de violence, les jeunes n’ont aucun avenir, les malades n’ont pas les moyens de se soigner.

    Le curé de la paroisse est un jésuite, le père Ireneo Valdez. La Compagnie de Jésus mise notamment sur l’éducation et l’animation des enfants pour qu’ils ne soient pas livrés à eux-mêmes dans la rue.

    Le Pape est surtout venu écouter

    Le Saint-Père, qui se dépense sans compter, a été accueilli par des scènes de liesse, à son arrivée ; comme il avait l’habitude de le faire à Buenos Aires, il s’est mêlé à la foule, il est entré dans une maison, il a serré des mains, s’arrêtant pour échanger quelques mots avec une personne âgée, ou pour caresser les enfants.

    Le Pape François était venu rencontrer la population mais surtout l’écouter. Et sa présence a offert une tribune à l’indignation, aux frustrations, et aux exigences des habitants. Ceux qui ont pris la parole, représentants d’organisations sociales ou ecclésiales, ont réclamé avec passion plus de justice, le respect de leur dignité, la recherche d'une solution inclusive. Sous les ovations, une femme a dénoncé ouvertement les autorités politiques : « l’État ne fait rien pour nous, il ne nous voit pas d’un bon œil, il met au point des projets sans nous consulter. Ils veulent nous déplacer car ce lieu commence à susciter des convoitises ». La population du Bañado Norte en a assez d’être manipulée par des politiques menteurs et sans scrupules. Une intervenante s’est également adressée à l’Église, souhaitant que les pasteurs s’engagent aux côtés de leur peuple.

    Dans son discours, le Pape François a lancé un appel à la solidarité, « un devoir pour les chrétiens car une foi sans solidarité est une foi faible, malade ou morte » ; elle n’est pas la foi de Jésus-Christ. « Je ne pouvais pas, a-t-il dit, ne pas venir écouter vos histoires et tout ce que vous avez réalisé pour être ici, toutes les luttes que vous avez menées pour avoir une vie digne, un toit ». Le Souverain Pontife a évoqué Joseph et Marie à Bethléem. Ils avaient dû quitter leur terre, leurs proches, leurs amis. Ils étaient seuls, dans une terre étrangère. À l’improviste, après la naissance de Jésus, commencèrent à apparaître des bergers. Des personnes, comme eux, qui avaient dû abandonner leur propre réalité pour trouver de meilleures opportunités familiales. C’est ce qui arrive quand Jésus apparaît dans notre vie.

    La foi nous rend proches, nous fait proches de la vie des autres. La foi suscite notre engagement, notre solidarité. « C’est une vertu humaine et chrétienne que vous possédez, a relevé le Pape François, mais que beaucoup doivent apprendre. Une foi qui ne devient pas solidarité est une foi morte ou mensongère. C’est une foi sans le Christ, une foi sans Dieu, une foi sans frères. La foi que Jésus suscite est une foi qui a la capacité de rêver l’avenir, de lutter pour lui dans le présent ». Et le Souverain Pontife a exhorté la population du Bañado Norte à ne pas se diviser car elle serait vaincue. Enfin, il a prié pour qu’il y ait des bergers, prêtres et évêques, capables d’accompagner, de soutenir et de stimuler la vie de ces familles.

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral du discours traduit en français à venir sur le site internet du Vatican.

    Texte intégral original en espagnol sur le site internet du Vatican.

  • Voyage du Pape François au Sri Lanka - Dernières rencontres avant le départ vers les Philippines

    - Prière à la chapelle Notre Dame de Lanka de Bolawalana
    - Cérémonie de départ à l'aéroport

    A lire sur Radio Vatican.

  • Voyage du Pape François au Sri Lanka et aux Philippines

    Programme du jour
     
    08h15   Visite à la Chapelle « Our Lady of Lanka » de Bolawalana
    08h45   Cérémonie de congé à l’Aéroport international de Colombo
    09h00   Départ en avion de Colombo pour Manille (04h30 heure française)
    17h45   Arrivée à la Villamor Air Base de Manille
         Accueil officiel

    Fuseau horaire :
    Rome : +1h UTC
    Colombo : +5h30 UTC
    Manille : +8h UTC

  • Le Père Zanotti-Sorkine n’ira finalement pas rue du Bac

    Le curé de la paroisse Saint Vincent de Paul « Les réformés » à Marseille ne rejoindra pas la Chapelle de la Médaille Miraculeuse.

    Eh bien non, finalement, le Père Zanotti-Sorkine n’ira pas à la chapelle de la rue du Bac. C’est lui-même qui l’a fait savoir, lors de la « messe d’au-revoir » qu’il a célébré, dimanche 29 juin 2014, à la paroisse Saint Vincent de Paul « Les Réformés » dont il est le curé depuis dix ans.

    Le dimanche 8 juin dernier, jour de la Pentecôte, il avait annoncé publiquement son départ vers des cieux nouveaux, ceux de la Chapelle de la Médaille Miraculeuse, rue du Bac, à Paris. Ce confesseur très recherché comptait y exercer un ministère de confessions, de rencontres et de célébrations. « La Sainte Vierge me passe autour de la taille un sacré tablier », avait-il plaisanté, heureux de ce qui l’attendait.
    Mais alors, que s’est-il passé ? « Rue du Bac, il y a eu une telle avalanche de coup de téléphone, pour savoir entre autre quand il arrivait, que le chanoine a jugé préférable qu’il ne vienne pas », a confié à Aleteia une paroissienne présente à la « messe d’au-revoir », ajoutant que « Les gens ont été déçus mais [que] le Seigneur a sans doute d’autres plans pour lui ». L’avenir dira quels sont ces plans.

    Elisabeth de Baudoüin - Source : Aleteia

    « Je crois à la beauté de la liturgie, celle que l'on avait perdue avec des messes plates et insipides. Une célébration doit être au service du mystère de la foi. »
    Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

  • Le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine rejoindra la chapelle de la rue du Bac en septembre prochain

    Homélie de la Solennité de la Pentecôte

    En la Solennité de la Pentecôte, le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine a annoncé publiquement son départ de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul « Les Réformés » par ces mots :

    « Mes si chers frères bien-aimés,

    Un simple mot rempli d'affection, à vous que j'aime tant !

    Aujourd'hui, en ce jour de Pentecôte où le Saint Esprit a tous les droits, je dois vous annoncer que j'ai pris la décision de rendre ma charge de curé de la Paroisse des Réformés à notre archevêque Mgr Pontier.

    Dix ans... dix ans que je suis à votre service, dix ans que je travaille inlassablement pour que tous ceux qui fréquentent cette église reçoivent un rayon, un simple rayon de la bonté et de la beauté de Dieu ! Et dix ans, mes frères... c'est déjà beaucoup ! Le prêtre doit savoir partir... et confier à d'autres ce qu'il a chéri par-dessus tout, ce qu'il a construit avec beaucoup de soin au jour le jour et pendant des années. Et quand le feu a pris et que la flamme est belle, c'est là qu'il doit être capable de passer le flambeau en se redisant qu'il n'est pas indispensable... et que d'autres ajouteront de belles couleurs au dessin qu'il a tracé ! Le prêtre est un apôtre avant d'être un pasteur. Et puis, que voulez-vous, le Christ lui-même, qui est notre exemple absolu, ne s'est jamais installé ; il allait de villes en villages pour annoncer les merveilles du Royaume, et le prêtre durant sa vie se doit de ne jamais perdre de vue cette lumière. Aussi, je crois que le moment est venu pour moi de partir vers d’autres horizons... et pour notre paroisse de poursuivre sa croissance. Mgr Pontier qui s'est rendu à ma décision, conscient de l'importance de ce lieu et du travail accompli, a choisi de nommer ici pour me remplacer à partir du mois de septembre prochain trois prêtres âgés respectivement de 36, 37 et 38 ans ; tous trois appartenant à la communauté de l'Emmanuel : le Père Philippe Rochas, actuellement vicaire à la Valentine, est nommé curé de la paroisse, il sera assisté de deux vicaires : le père Guillaume Petit et le père Benjamin Goirand.
    Quel travail merveilleux leur jeunesse va pouvoir mettre en œuvre ici !

    Surtout, mes frères bien aimés, ne soyez pas peinés de mon départ ! Restez en paix ! Non seulement nous ne nous quittons pas, mais vous allez voir, nous allons rester intimement liés, d'autant plus que Jésus et Marie maintiennent toujours vivants les liens forts qui existent entre les êtres ; nous allons donc continuer de nous aimer !

    Pour ma part, au mois de septembre prochain, je vais rejoindre Paris, et plus précisément la chapelle de la Rue du Bac où je vais exercer un ministère de confessions, de rencontres et de célébrations où je ne manquerai pas, vous vous en doutez, de mettre en lumière les trésors cachés de la parole de Dieu. Voyez, je ne suis pas sans travail ! Je pourrais même dire que la Sainte Vierge me passe autour de la taille un sacré tablier ! Je serai donc avec Elle, tout près d'Elle, à son service, et avec saint Vincent de Paul aussi que je n'abandonne pas, puisque la chapelle appartient aux Filles de la Charité qu'il a fondées. Il me semble aussi que la population venue du monde entier qui fréquente ce lieu m'ira bien.

    Et puis, « Marseille - Paris » c'est trois heures de train ! Pas davantage ! Juste le temps de prier un peu, de boire un petit café, de lire un bon livre, et... joie pour mon cœur : vous serez devant moi, et nous serons de nouveau ensemble ! C'est promis, n'est-ce pas, vous viendrez me voir à Paris, Rue du Bac.

    Le dimanche 29 juin prochain, juste avant que vous vous dispersiez pour le temps des vacances, donc dans trois semaines, pour la fête des saints apôtres Pierre et Paul, je célèbrerai à 10h30, comme tous les dimanches, non pas une messe d'adieu mais une messe d'au revoir, car je tiens à vous remercier pour l'aide considérable que vous m'avez apportée, mais aussi et peut-être surtout pour votre amitié qui m'est si chère et dont vous m'avez comblé sur toutes ces années passées près de vous. Dimanche 29 juin ! N'oubliez pas cette date ! Mais pour l'heure, je vous serre chacun dans mes bras... et vous bénis. »

  • Donnez des prénoms de saints à vos enfants !

    Alors qu’il présidait une Messe pour la France dans la basilique Saint-Pierre au Vatican, ce mardi matin, Mgr Jean-Louis Bruguès a invité à donner des prénoms de saints aux enfants afin de les faire entrer dans la « grande famille » de l’Église. Le prélat français, archiviste et bibliothécaire de la Sainte Église romaine, a regretté la multiplication des « prénoms insignifiants » dans les registres de baptême.

    Comme le veut la tradition, la Messe « pro felice statu gallicae nationis » était célébrée dans la chapelle Sainte-Pétronille de la basilique vaticane, en présence d’une trentaine de prêtres et prélats, dont de nombreux français travaillant dans la curie romaine. Au premier rang se tenait aussi l’ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, Bruno Joubert, à l’initiative de cette Messe.

    Ne pas oublier le culte des saints

    Dans son homélie, Mgr Bruguès a médité sur l’importance du culte des saints, qu’il faudrait à son sens remettre au goût du jour. A ses yeux, être proche de ceux qui ont « approché » le Christ « revient à se rendre proche du Christ lui-même ». « Voilà pourquoi l’Église éprouve le besoin de confier chacun de ses enfants à un ou plusieurs saints », a-t-il poursuivi, regrettant alors avec grande tristesse la multiplication des prénoms insignifiants dans les registres de baptême.

    « Le calendrier chrétien ne ferait-il plus recette ?, s’est-il interrogé, pourquoi cette ombre immense portée sur nos saints ? ». Et le prélat d’insister : « Le temps n’est-il pas venu de redonner aux saints la place qui leur revient ? » Pour Mgr Bruguès, donner un nom de saint à un enfant signifie le faire entrer « dans une famille plus grande ». « C’est lui donner un frère ou une sœur aînés dans la foi, dans l’histoire, dans l’avenir », a-t-il ajouté. « Le prénom reçu au moment du baptême n’est pas seulement un signe de reconnaissance sociale, a précisé l’archiviste et bibliothécaire de la Sainte Église romaine, il agit d’une manière qui nous reste mystérieuse, mais que l’Église assure être efficace, dans la construction même de notre personnalité psychologique et morale ».

    Cette Messe a eu lieu trois jours après la fête de sainte Pétronille, l’une des saintes patronnes de la France, vierge romaine et martyre du 1er siècle considérée comme la « fille spirituelle » de saint Pierre. (apic/imedia)

    Source : Radio Vatican.

  • Un mois avec Marie - Vingt-neuvième jour

    UN MOIS AVEC MARIE

    VINGT-NEUVIÈME JOUR
    Le Grand Miracle

    La danse du soleil à Fatima

    Le 13 octobre 1917 étant arrivé, la pluie tombe à verse, sans décourager les pèlerins et les curieux, qui affluent de toutes parts. La foule atteint plus de 70.000 personnes.
    « Il faut fermer les parapluies », crie Lucie.
    Tout le monde obéit à cette petite fille de dix ans, et, trempés jusqu'aux os, transis de froid dans ce bas-fond de la Cova-da-Iria transformé en immense bourbier, l'on récite le chapelet, chantant des cantiques entre les dizaines, sous la pluie qui tombe toujours.
    A midi précis, Lucie tressaille et s'écrie : « Un éclair ! »
    Et regardant vers le Ciel : « La voici, la voici ! »
    - « Regarde bien ma fille. Prends garde de ne pas te tromper », lui dit sa mère, qui se demande, non sans inquiétude, comment s'achèvera toute cette affaire. Saisie par l'extase, Lucie ne l'entend plus. Son visage devient de plus en plus beau ; il prend une teinte rose, ses lèvres s'amincissent. François et Jacintha aperçoivent aussi la Dame à l'endroit ordinaire.
    « Qui êtes-vous, Madame, et que voulez-vous de moi », interroge Lucie.
    - « Je suis Notre-Dame du Rosaire et je veux en ce lieu une chapelle en mon honneur », répond la Vision.
    Pour la sixième fois elle recommande la récitation quotidienne du chapelet et, revenant au point central de son message :
    « Il faut que les hommes se corrigent, qu'ils demandent pardon de leurs péchés. » Et l'air plus triste, d'une voix suppliante elle ajoute :
    « Qu'ils n'offensent plus Notre-Seigneur qui est déjà trop offensé ! »
    Ces paroles frappent fortement l'esprit des petits Voyants. Ils garderont tous les trois un profond souvenir de l'expression d'indicible douleur qui a paru sur le visage de la Vierge lorsqu'elle les prononçait.
    Comme pour en souligner l'importance et la gravité, « les puissances célestes sont alors ébranlées », les lois astronomiques renversées et l'immense foule est témoin d'un spectacle stupéfiant, unique, jamais vu...
    La pluie s'arrête, par une large déchirure des nuages, sur le ciel bleu le soleil apparaît, étrange, semblable à un disque d'argent mat, que l'on peut regarder sans en être ébloui. Une couronne brillante entoure le disque.
    Tous contemplent avec stupeur cette éclipse d'un nouveau genre.
    Soudain, le soleil tremble, se secoue avec des mouvements brusques et finalement il tourne sur lui-même comme une roue de feu, projetant dans toutes les directions des gerbes de lumière dont la couleur change plusieurs fois. Cela dure quatre minutes, après lesquelles la féerie recommence une seconde, une troisième fois, toujours plus variée, coloriée, prodigieuse.
    Tout à coup, ceux qui composent la multitude des spectateurs, sans aucune exception, ont la sensation que le soleil se détache du firmament. Ils le voient par bonds en zigzag, se précipiter sur eux, irradiant une chaleur de plus en plus intense.
    Un cri formidable jaillit de toutes les poitrines, des exclamations diverses se font entendre.
    « Miracle ! Miracle ! » crient les uns. « Je crois en Dieu ! » proclame un autre. « Je vous salue, Marie », disent certains. « Mon Dieu, miséricorde », implorent un grand nombre... Et bientôt, c'est ¬ce dernier appel qui domine.
    Puis, d'un seul mouvement, cette foule terrifiée et attendant la mort, tombe à genoux dans ce bourbier de terre glaise et, la voix entrecoupée de sanglots, récite le plus fervent acte de contrition.
    Cependant le soleil, s'arrêtant dans sa course vertigineuse, remonte à sa place en zigzaguant comme il est descendu, il reprend peu à peu son éclat normal, dans un ciel limpide.
    Alors la foule se relève et chante en chœur un vibrant Credo. Indescriptible est l'émotion générale. Un vieillard, jusque là incroyant, les larmes inondant son visage et les mains tendues vers le Ciel, s'écrie : « Vierge sainte !... Vierge bénie !... Vierge du Rosaire, sauvez-nous !... » De tous côtés se déroulent des scènes analogues.
    La foi et la pratique sincère de la religion se réveillent puissamment dans les âmes, et le relèvement national du Portugal s'ensuit sur toute la ligne.
    Ô France ! Ô Français ! voyez et comprenez !... Le Message de Fatima est parfaitement adapté aux besoins de notre siècle si troublé ; il nous apporte ce qui nous manque le plus. Accueillons-le avec une parfaite et généreuse bonne volonté. Jetons-nous dans les bras de notre céleste Mère qui s'ouvrent pour nous recevoir et nous conduire, repentants et transformés, à Celui qui, Seul, est le salut, la paix, le bonheur des individus et des nations, dans l'ordre recouvré et conservé.

    PRIÈRE

    Seigneur, nous vous offrons les mérites de Marie, votre Mère et notre Mère au pied de la Croix, pour apaiser votre divine Justice.

    Ô Marie, doux Refuge des pécheurs,
    priez pour nous.

    Œuvre de Propagande du Sacré-Cœur, Lyon, 1945.
    Nihil obstat : Montepessulano, 12.03.1945 – A. Bonjean, c.d.
    Imprimatur : Montepessulano, 13.03.1945 – Jean Rouquette, v.g.

  • Messe pour la France

    Selon la tradition, une Messe pour la France sera célébrée en la Basilique Saint-Pierre dans la chapelle Sainte-Pétronille ce mercredi 29 mai à 8 heures. Elle sera présidée par le Cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux.

    C'est en 1889 que Léon XIII remit officiellement à la France cette chapelle de Ste Pétronille dans la Basilique Saint-Pierre. Une lampe votive, entretenue par une œuvre française, y brûle en permanence.

    Messe,France,chapelle,Sainte Petronille,Basilique,Saint Pierre,Rome

    - A visiter -

  • Messe à la Chapelle Sixtine et Angélus de ce dimanche 13 janvier 2013

    Messe à la chapelle Sixtine
    Le Pape baptise 20 nouveau-nés et rappelle le sens d'une éducation chrétienne

    Comme chaque année, une semaine après le dimanche de l’Epiphanie, Benoît XVI a présidée une messe dans la chapelle Sixtine. Une célébration au cours de laquelle 20 nouveaux-nés ont reçu le baptême, 11 filles et 9 garçons. Ils sont tous des enfants dont les parents travaillent au Vatican, à la radio, ou encore au Musée ou à la secrétairerie d’Etat. Comme le veut la tradition le père de chaque famille a prononcé à haute voix le nom de baptême de son enfant, puis le Pape a apposé le signe de croix sur le front du néo baptisé. Dans son homélie Benoît XVI a rappelé l’important devoir d’éducation des parents et des parrains et marraines.

    Les parents doivent transmettre les vertus chrétiennes à leurs enfants

    « Sachez offrir à vos enfants le bon exemple, à travers l’exercice des vertus chrétiennes ». Benoît XVI a invité ainsi la famille de chaque baptisés à faire grandir leurs enfants dans une amitié toujours plus profonde avec le Seigneur. La société d’aujourd’hui « considère souvent comme démodés et en dehors du temps ceux qui vivent de la foi en Jésus » a expliqué le Pape. Il a toutefois admis « qu’il est difficile de manifester ouvertement et sans compromis ce à quoi l’on croit dans le contexte actuel ».

    La relation avec Jésus n'est pas une limite a dénoncé Benoît XVI

    Benoît XVI a également mis en garde les fidèles :
    « en suivant cette mentalité, il peut y avoir parmi les chrétiens le risque de vivre la relation avec Jésus comme une limite, comme quelque chose qui mortifie la réalisation personnelle ». Au contraire, a-t-il insisté, dans le chemin de foi il existe « l’action libératrice de l’amour de Dieu, qui nous fait sortir de notre égoïsme, de notre repli sur soi, pour nous conduire à une vie pleine, en communion avec Dieu et ouverte aux autres ». Benoît XVI a ainsi décrit la beauté de la foi, reçue comme « un grand don, que personne n’a mérité, mais qui nous a été donné gratuitement et auquel nous avons répondu Oui ».

    Source : Radio Vatican.

    Angélus de ce dimanche 13 janvier
    Le Pape appelle a plus de solidarité envers les migrants

    Un dimanche 13 janvier chargée pour Benoît XVI. Après la messe dans la chapelle Sixtine, le Pape a récité la prière de l’Angélus depuis la fenêtre de ses appartements. Devant plusieurs milliers de fidèles réunis sur la place Saint-Pierre qui ont dû affronter la pluie, Benoît XVI a invité « chacun à se remémorer son baptême, cette renaissance spirituelle qui nous a ouvert le chemin de la vie éternelle ». Commentant l’épisode du baptême de Jésus dans le Jourdain, le Pape a expliqué que le Christ « est l’homme qui face au mal du monde a choisi la voie de l’humilité et de la responsabilité, il a choisi de ne pas se sauver lui-même, mais d’offrir sa propre vie pour la vérité et la justice ». Le Baptême reçu des mains de Jean Baptiste – a ajouté le Pape – marque « le début de la vie publique du Christ » et « s’apparente à l’Incarnation ».

    Plus de solidarité pour les migrants et les réfugiés

    Ce dimanche 13 janvier on célébre la Journée mondiale des migrants et des réfugiés. Cette année dans son message le Pape a comparé les migrations à un « pèlerinage de foi et d’espérance ». Il a souhaité plus de solidarité pour ces personnes.

    Le texte de l'allocution de Benoît XVI aux pèlerins francophones :

    « Chers pèlerins francophones, la fête du Baptême de Jésus nous fait souvenir de notre baptême. Ce jour-là, nous sommes devenus enfants de Dieu, appelés à être dans le monde des témoins de l’amour de Dieu pour chaque personne. Cette mission est importante alors que nous célébrons la Journée internationale des migrants et des réfugiés. Que partout, ces personnes puissent être accueillies et aidées pour qu’elles aient chacune, ainsi que leur famille, une existence digne. Comme Jésus, soyons proches de ceux qui souffrent et n’ont pas de voix pour se faire entendre. Il bénira chaque geste de charité. Bon dimanche à tous ! »

    Source : Radio Vatican.