Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

détritus

  • Cameroun - Douala dévastée par des pluies torrentielles, 2.000 évacués, 30.000 sinistrés

    Une semaine de fortes inondations causées par les violentes pluies qui se sont abattues sur la capitale économique du Cameroun, Douala, a causé mort et destruction parmi les habitations et les structures de la ville, outre à contraindre à l’évacuation 2.000 personnes et à causer des dommages à 30.000 autres. La ville est complètement dévastée. Les pylônes du réseau électrique ont été abattus, l’énergie fait défaut et les voitures et autres moyens de transport ont été abandonnés dans les rues, des déchets et autres détritus jonchant les rues boueuses. Dans le sud-ouest du Cameroun, les pluies de la mousson tropicale et les inondations qui les suivent deviennent de plus en plus fréquentes, devenant chaque année plus létales et néfastes. (AP)

    Source : Agence Fides (02/07/2015).

  • Méditation - Prière : tristesse et joie

    Prière pour demander pardon d'avoir cédé à la tristesse

    « Pardonnez-moi, Seigneur, en cette tristesse amère
    Où je me suis complu.

    Pardonnez-moi, Seigneur, d’avoir médit des autres
    Et douté de moi-même.

    Pardonnez-moi, Seigneur, ce visage fermé.
    Et ce rire mauvais qui déforme la bouche,
    Et ce dégoût de vivre et cette lassitude
    Et cet abattement.

    Je chasserai de moi cette fumée pesante.

    Ce sont mes détritus et mes mauvaises herbes,
    Seigneur, que vous brûliez.
    J'en éparpillerai la cendre aux quatre vents ;
    Dispersez-la.
    Et que votre soleil entre dans ma cellule,
    Que votre sainte joie illumine ma face.
    Que chante en moi la gaité franciscaine
    Et le rire qui est aussi une vertu.

    Pardonnez-moi, Seigneur,
    Pardonnez-moi, Seigneur,
    D’avoir médit, douté, gémi, pleuré, bâillé,
    D’avoir haï l’immense allégresse de vivre
    Et d’avoir hébergé la Fille de Satan,

    O Joie, en ta demeure. »

    Léon Chancerel (1886-1965), Le Pèlerin d’Assise (rédigé à Assise en 1923), 3ème Édition, Éditions franciscaines, 1942. (Première édition : La Renaissance du Livre, 1924)

    lumiere_arbre_29a.jpg

    (Crédit photo)