Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

interreligieuse

  • Voyage apostolique - Rencontre Interreligieuse dans la mosquée “Heydar Aliyev”

    La visite du Pape François à Bakou a été courte, mais riche. Après la Messe célébrée ce dimanche 2 octobre 2016 au matin, le Pape a été reçu par le président de la République Ilham Aliyev, puis s’est recueilli en silence devant le mémorial de l’indépendance, avant de rencontrer les autorités et les représentants des différentes religions présentes dans le pays. C’est avec cette rencontre interreligieuse que le Pape a achevé son voyage dans le Caucase.

    Le compte rendu de Jean-Charles Putzolu à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Texte intégral du discours du Pape traduit en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Le Pape François au Kenya : Rencontre interreligieuse et œcuménique à Nairobi

    Le Pape a débuté sa deuxième journée au Kenya par une rencontre interreligieuse et œcuménique ce jeudi 26 novembre. Devant les responsables religieux des différentes communautés du pays, musulmans, hindous, religions traditionnelles, anglicans et autres Églises chrétiennes, le Saint-Père a rappelé l’importance du dialogue entre les religions, qui « renforce les liens d’amitié qui existent déjà entre » elles, et se met « au service du bien commun ».

    Devant les leaders religieux réunis dans le salon de la nonciature apostolique à Nairobi, la capitale kényane, le Pape a poursuivi : ce dialogue entre communautés « n’est pas un luxe, ce n’est pas quelque chose de supplémentaire ou d’optionnel », le dialogue « est essentiel, c’est quelque chose dont notre monde, blessé par des conflits et des divisions, a toujours plus besoin. »

    Être des artisans de paix

    Le Souverain Pontife, en visite pour la première fois sur le continent africain, a évoqué les récents massacres qui ont ensanglantés le Kenya. « Je sais qu’est vivant en vous le souvenir laissé par les attaques barbares à Westgate Mall, à Garissa University College et à Mandera », des attaques meurtrières revendiquées par les islamistes shebab somaliens depuis deux ans.

    « Le Nom de Dieu ne doit jamais être utilisé pour justifier la haine et la violence » a rappelé le Saint-Père, pointant du doigt la radicalisation de certains jeunes qui « sont rendus extrémistes au nom de la religion pour semer discorde et peur, et pour déchirer le tissu même de notre société. » Un seul message, « le Dieu que nous cherchons à servir est un Dieu de paix » a dit le Saint-Père aux responsables religieux, les exhortant à être « des artisans de paix qui invitent les autres à vivre dans la paix, dans l’harmonie et le respect réciproque ». « En regardant l’avenir, prions afin que tous les hommes et toutes les femmes se considèrent comme des frères et des sœurs, pacifiquement unis dans et à travers leurs différences » a ajouté le Souverain Pontife, appelant enfin à prier ensemble « pour la paix ».

    Source : Radio Vatican (BH).

    Texte intégral du discours traduit en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Audience générale interreligieuse du 28 octobre 2015

    Ce matin, malgré le mauvais temps et après avoir salué les malades Salle Paul VI, le Saint-Père a tenu l'audience générale Place Saint-Pierre, soulignant d'emblée qu'elle revêtait un caractère spécial, inter-religieux. Pour célébrer le cinquantenaire de la Déclaration conciliaire Nostra Aetate sur les relations entre l’Église catholique et les religions non chrétiennes, ont assisté à l'audience publique hebdomadaire des représentants de différentes religions qui participent au Congrès international organisé par le Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux, en collaboration avec la Commission pour les relations religieuses avec le Judaïsme (Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens) et avec l'Université pontificale grégorienne. Après une brève prière pour les malades, dès avant la catéchèse proprement dite, et la lecture en diverses langues d'un passage de Nostra Aetate, ont pris la parole le Cardinal Jean-Louis Tauran, Président du Conseil pontifical pour le dialogue, puis le Cardinal Kurt Koch, Président du Conseil pontifical pour l'unité.

    Le Concile Vatican II, a rappelé le Pape, "a été un moment extraordinaire de réflexion, de dialogue et de prière pour renouveler le regard de l’Église catholique sur elle-même et sur le monde. Lire les signes des temps était nécessaire afin d'opérer une mise à jour qui préserve la fidélité à la tradition mais aussi la fidélité à l'histoire des hommes et des femmes de notre temps. Car Dieu, qui se révèle dans la création et l'histoire, qui a parlé par les prophètes puis en plénitude dans son Fils fait homme, s'adresse au cœur et à l'esprit de tout homme qui cherche la vérité et les moyens de la pratiquer". Puis il a souligné que le message de Nostra Aetate est toujours actuel, qui prend en compte l'interdépendance croissante entre les peuples, la recherche du sens de la vie, la souffrance, la mort, toutes questions qui accompagnent notre chemin, mais aussi l'origine et le destin de l'humanité, l'unité de la famille humaine, les religions en tant que recherche de Dieu ou de l'Absolu au sein des diverses cultures, le regard bienveillant de l’Église sur les religions qui ne rejettent rien de ce qui est vrai et beau, de l’Église qui apprécie les croyants de toutes les religions, leur engagement spirituel et moral, de l’Église, ouverte au dialogue avec tous mais fidèle aux vérités de sa foi, à commencer par le salut offert par Jésus, le seul Sauveur, et par la certitude que l'Esprit agit comme source la paix et l'amour".

    Ces dernières années, a-t-il ensuite rappelé, de nombreuses initiatives, rapports institutionnels ou individuels ont renforcé les liens avec les religions non-chrétiennes. Cela a développé l'amitié et l'unité entre les communautés et les personnes. Citant au premier chef la Rencontre d'Assise du 27 octobre 1986, voulue par Jean-Paul II, le Saint-Père a souligné la grande transformation de ces 50 dernières années en matière de relations entre chrétiens et juifs. "On est passé de l'indifférence et de l'opposition à la coopération et à la bonne volonté. D'étrangers nous sommes devenus amis et frères. Le Concile et la Déclaration Nostra Aetate ont ouvert la voie, en disant oui à la redécouverte des racines juives du christianisme, en disant non à toute forme d'antisémitisme et de diffamation, de discrimination et de persécution. La connaissance, le respect et l'estime mutuelle qui caractérisent la relation avec les juifs, doivent s'appliquer également aux relations avec les autres religions... Les musulmans, comme le rappelle Vatican II, adorent le Dieu un, vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, qui a parlé aux hommes. Ils en appellent à la paternité d'Abraham, vénèrent Jésus comme un prophète [*], honorent la Vierge Marie, attendent le jugement dernier, pratiquent la prière, l'aumône et le jeûne".

    "Pour être fructueux, notre dialogue avec tous ne peut être qu'ouvert et respectueux". Le respect mutuel est la condition et le but du dialogue inter-religieux : "Nous devons respecter le droit des autres à la vie, à l'intégrité physique, aux libertés fondamentales, à savoir la liberté de conscience, de pensée, d'expression et de religion. Le monde observe les croyants. Il nous invite à coopérer les uns avec les autres et avec les hommes et les femmes de bonne volonté qui ne professent aucune religion. Il attend de nous des réponses sur de nombreux sujets, tels la paix, la faim, la misère qui afflige des millions de personnes, la crise de l'environnement, la violence, et en particulier celle commise au nom de la religion, la corruption, la décadence morale et la crise de la famille, l'économie, la finance, et surtout l'espérance. Nous, croyants, si n'avons pas avoir des recettes nous disposons d'une grande ressource, la prière. Nous devons prier. La prière est notre trésor commun...chacun selon ses traditions respectives". Le Pape a ensuite constaté que la violence et le terrorisme ont favorisé "une attitude de suspicion voire même de condamnation des religions. Certes aucune religion est à l'abri du risque de déviations". Contre les fondamentalistes et extrémistes il faut tabler sur les valeurs positives que nous partageons et qui sont source d'espérance. "Du dialogue basé sur la confiance peut germer l'amitié et la coopération dans de nombreux domaines, en particulier au service des pauvres, des jeunes et des personnes âgées, dans l'accueil des migrants, dans l'attention aux exclus, mais aussi dans le la défense du bien commun et de l'environnement".

    Face à une telle coopération, le prochain Jubilé extraordinaire de la Miséricorde offre une occasion unique d'agir de commun dans le domaine de la charité. Dans la compassion, a souligné le Pape François, "beaucoup de non chrétiens ou de personnes en recherche de Dieu et de la vérité peuvent nous rejoindre... Dans la miséricorde, nous sommes appelés à embrasser toute la création que Dieu nous a confié pour en être les intendants non les exploiteurs ou, pire, les destructeurs". Il a conclu en encourageant à prier pour l'avenir du dialogue inter-religieux. "Prions les uns pour les autres, car nous sommes tous frères... Sans le Seigneur, rien est possible. Avec lui, tout est possible ! Que notre prière, chacun selon sa tradition, corresponde pleinement à la volonté de Dieu, qui veut que tous les hommes soient des frères, reconnus comme tels, formant la grande la famille humaine dans l'harmonie de la diversité".

    Après la catéchèse, le Saint-Père a lancé un appel en faveur des populations du Pakistan et de l'Afghanistan victimes du séisme qui vient de frapper l'Hindu kush : "Prions pour les défunts et les blessés, pour leurs familles et tous ceux qui ont tout perdu. Puissent-ils bénéficier de notre concrète solidarité".

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 28.10.15).

    [*] - rappels du webmaster à propos de Jésus :

    « Si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. »
    Jean 8, 21-30.

    « En dehors de lui, il n'y a pas de salut. Et son nom, donné aux hommes, est le seul qui puisse nous sauver. »
    Ac 4, 12.

    « Si quelqu’un vous annonce un Évangile différent de celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème ! »
    Ga 1, 9.

    « Le menteur n’est-il pas celui qui refuse que Jésus soit le Christ ? Celui-là est l’anti-Christ : il refuse à la fois le Père et le Fils. »
    1 Jn 2, 22.

    Introduction : interventions du Cardinal Jean-Louis Tauran et du Cardinal Kurt

    Texte intégral traduit en français de l'intervention du Cardinal Tauran sur Zenit.org.
    Texte intégral traduit en français de l'intervention du Cardinal Kurt sur Zenit.org.
    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

    Catéchèse du Pape François

    Texte intégral traduit en français sur Zenit.org.
    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

    Salut en français après la catéchèse :

    « Je salue très cordialement les pèlerins de langue française, en particulier les membres de la Communauté Saint Jean, l’Université Catholique de l’Ouest, l’Action Catholique des Enfants, et l’Enseignement Catholique d’Avignon, ainsi que les personnes venues de Suisse.
    Je vous invite tous à renouveler votre prière et votre engagement pour l’établissement d’un dialogue fraternel et fructueux avec les personnes appartenant à d’autres religions, afin de construire, avec la grâce de Dieu, un monde de justice et de paix.
    Que Dieu vous bénisse et vous garde. »

    Source : site internet du Vatican.

  • Voyage apostolique du Pape : Rencontre interreligieuse au Memorial de Ground Zero

    Galerie photographique

    Peu après son discours devant les Nations Unies, le Pape s'est rendu au mémorial de Ground Zero dans le sud de Manhattan, site des attentats du 11 septembre 2001, afin de participer à une rencontre interreligieuse. Accompagné du cardinal Thimothy Dolan, l'archevêque de New York, le Souverain Pontife s'est recueilli sur ce lieux symoblique du terrorisme et a déposé une rose blanche sur l'une des stèles de marbre noir où sont gravés les noms de près de 3000 victimes, fauchées dans l'effondrement des tours jumelles. Il a salué ensuite des familles des victimes des attentats, en particulier des secouristes.

    François est ensuite descendu dans le sous-sol du mémorial où se situe un musée du souvenir, comportant notamment des morceaux de la structure du World Trade Center, pour rencontrer plusieurs leaders religieux de la ville de New York. Une cérémonie interreligieuse au cours de laquelle sont intervenus un rabin, un imam, ainsi que des leaders de la communauté sikhe, bouddhiste, hindouiste et grecque-orthodoxe.

    Le Saint-Père a ensuite pris la parole pour expliquer, en termes fort et poétiques combien la lumière peut jaillir des ténèbres dans ce lieu chargé de symboles, rendant hommage à l'héroïsme de ceux qui ont donné leur vie et faisant part de son espérance que la présence des différents leaders religieux soit l'occasion de "réaffirmer le désir d’être des forces de réconciliation".

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral du discours traduit en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Voyage du Pape François - Programme du vendredi 25 septembre

    voyage,pape,françois,Cuba,La Havane,messe,vêpres,jeunes,homélie,discours

     
    Statistiques
    Rappel du programme

    Vendredi 25 septembre 2015
    08h30 : Visite au Siège de l'Organisation des Nations-Unies (14h30 sur KTO)
    [Discours]
    11h30 : Rencontre interreligieuse au Memorial de Ground Zero à New York (17h30 sur KTO)
    [Discours]
    16h00 : Visite à l'école « Notre-Dame, Reine des Anges » et rencontre avec des enfants et des familles d'immigrés à New York (Harlem) (22h20 sur KTO)
    18h00 : Messe au Madison Square Garden de New York
    [Homélie]

    Vidéos KTO et textes mis en ligne dès que possible

    Fuseau horaire :
    Washington / New York : -4h UTC
  • Rencontre œcuménique et interreligieuse au Centre international franciscain pour les étudiants

    Texte intégral du discours traduit en français sur le site internet du Vatican.

    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

  • Voyage du Pape François au Sri Lanka - Rencontre interreligieuse et oecuménique

    Au centre de conférences Bandaranaike Memorial de Colombo, le Pape a rencontré les représentants des différentes religions du Sri Lanka, et des autres confessions chrétiennes. Le pays compte 70% de bouddhistes, 12,6 % d’hindouistes, 9,7 de musulmans et 7,16 % de catholiques. Avant l'implantation du bouddhisme sur l'île au IIIe siècle av.JC, l'hindouisme était dominant (il est principalement pratiqué au nord par les tamouls). Vers 200 av.JC, une cinquantaine d'année après son arrivée, le bouddhisme Theravada a été proclamé religion officielle. Sa relance remonte au milieu du XIXe siècle. L'islam a commencé sa pénétration au XVe siècle par le biais des marchands naviguant, parallèlement au christianisme, diffusé dès le siècle précédent, mais surtout à compter du XVIe siècle, grâce aux missionnaires franciscains. En présence d'un millier de participants, l'assemblée s'est ouverte par une prière ou une bénédiction de chacune des religions représentée. Puis, à la suite des paroles d'accueil du moine bouddhiste Eigithasiri Niyangoda Thero, le Saint-Père a pris la parole :

    « Le développement des relations interreligieuses et œcuméniques prend une signification toute particulière et urgente au Sri Lanka où depuis trop d’années les hommes et les femmes de ce pays ont été victimes de conflits civils et de violence. » « Je tiens, a-t-il déclaré, à réaffirmer le respect sincère de l’Église à votre égard, envers vos traditions et vos croyances ». Le Pape a dit espérer que « sa visite aidera à encourager et à approfondir les diverses formes de collaboration interreligieuse et œcuménique, qui ont été entreprises durant ces dernières années. » « Surtout en ce moment de l’histoire de votre pays, a–t-il ajouté, tellement de personnes de bonne volonté cherchent à reconstruire les bases morales de toute la société. Que l’esprit de coopération entre les leaders des différentes communautés religieuses puisse s’exprimer dans un engagement à donner la priorité à la collaboration entre tous les srilankais pour tous les efforts à faire en vue de renouveler la société et ses institutions. »

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 13.1.15) et Radio Vatican.

    Texte intégral du discours du Saint-Père ci-dessous.

    Lire la suite