Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pakistan

  • Urgence prière pour Asia Bibi



    Asia Bibi a été condamnée à mort pour "blasphème" en novembre 2010 au Pakistan. A Islamabad ce lundi 8 octobre, le dernier recours possible a été examiné :
    c'est le dernier recours judiciaire pour cette femme en prison depuis 9 ans. Dans ce dossier particulièrement délicat, les audiences ont fait l'objet de renvois à de nombreuses reprises – les magistrats subissant des menaces de la part des islamistes.

    Dans un pays où l'islam est religion d'État, cette affaire particulièrement médiatisée divise l'opinion publique car le blasphème constitue un sujet extrêmement sensible. De simples allégations se terminent régulièrement par des lynchages et les chrétiens, minorité persécutée, sont fréquemment visés.*

    Si la Haute Cour devait confirmer la sentence, seule une grâce présidentielle pourrait sauver Asia Bibi. Le nouveau Premier ministre pakistanais, Imran Khan a déclaré durant la dernière campagne électorale qu'il soutenait la législation en vigueur.

    Au service des chrétiens persécutés, l'AED s'est résolument engagée aux côtés d'Asia Bibi et de sa famille. L'Eglise catholique au Pakistan a appelé à adopter une certaine discrétion sur cette affaire, afin de ne pas compromettre l'éventuelle libération d'Asia Bibi et de ne pas mettre en danger ses proches.

    L'AED continue d'apporter un soutien moral, spirituel et financier à Asia Bibi et à sa famille : Aujourd'hui, nous vous invitons à prier pour la libération d'Asia Bibi.

    * Selon la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale du Pakistan, 964 personnes ont été condamnées pour blasphème entre 1986 et 2009. Parmi eux, on compte 479 musulmans, 119 chrétiens, 340 ahmadis, 14 hindous et dix appartenant à d'autres religions.

    Seigneur,

    Partout dans le monde aujourd'hui,
    tant de chrétiens sont emprisonnés,
    comme Asia Bibi au Pakistan.

    Nous te prions aujourd'hui tout spécialement pour elle,
    Et nous te confions aussi ses persécuteurs.

    Que le sacrifice et le pardon de ceux qu'ils oppriment
    les mènent sur un chemin de conversion.
     
    Amen.

     Source : Aide à l’Église en Détresse.

  • Pakistan : les chrétiens inquiets de la législation sur les médias

    Fermeture des chaînes de TV chrétiennes et arrestation de six de leurs employés, durcissement de la législation relative à Internet avec une nouvelle loi sur la cybercriminalité : ces dernières semaines, les chrétiens pakistanais ont vu l’étau du gouvernement se resserrer sur leur possibilité d’assurer une présence dans les médias.

    Pakistan-eglise.jpgPour le gouvernement pakistanais, la nouvelle loi venant encadrer la cybercriminalité était nécessaire pour lutter contre les menaces terroristes. Désormais, toute personne reconnue coupable de cyber-terrorisme sera passible de quatorze années d’emprisonnement. Toute incitation à la haine basée sur des critères « ethniques, religieux ou sectaires » sera passible de sept ans de camps de travaux forcés, et toute personne parodiant publiquement sur Internet un autre individu encourra trois ans d’emprisonnement.

    Une loi sur la cybercriminalité controversée

    Pour les défenseurs des droits de l’homme, cette nouvelle loi, très floue, est inquiétante car elle risque de réduire la liberté d’expression, et d’être utilisée à mauvaise escient pour faire condamner des personnes injustement. « Les termes très vagues contenus dans cette loi, ainsi que l’absence de définition précise, nous font craindre qu’en cas d’accusation, les citoyens pakistanais sans instruction ni connaissance de cette nouvelle loi, se retrouvent pris au piège de ces peines très lourdes », dénonce Nighat Daad, fondateur de Digital Rights Foundation, auprès de l’agence Reuters.

    Une crainte est partagée par les minorités chrétiennes, qui subissent déjà les conséquences du détournement de la loi anti-blasphème, utilisée contre eux pour des motifs qui n’ont rien à voir avec le blasphème. Le cas le plus connu est celui d’Asia Bibi, condamnée à mort en 2010.

    « Internet est un moyen de communication important pour diffuser la parole de Dieu et former à la foi chrétienne dans une république islamique. Beaucoup de prêtres utilisent Facebook pour informer leurs communautés dans les régions sensibles. Restreindre Internet, c’est restreindre les possibilités d’évangélisation », confie le P. Qaiser Feroz, directeur du National Catholic Communication Center. Selon lui, la nouvelle loi sur la cybercriminalité est ambigüe et risque d’être mal interprétée.

    Alors que les communautés musulmanes peuvent facilement poster leurs croyances sur Internet, les minorités religieuses, chrétiennes notamment, se heurtent à de très réelles limites par crainte d’être accusées de prosélytisme et de subir les représailles des fondamentalistes musulmans.

    Interdiction de diffusion des chaînes de TV chrétiennes

    Pour les chrétiens, Internet reste pourtant une des dernières alternatives encore possibles actuellement, depuis que onze chaînes de TV chrétiennes ont été fermées par la Pakistan Electronic Media Regulatory Authority (PEMRA), le conseil supérieur des médias électroniques, le 15 octobre dernier.

    Toutes ces chaînes de TV chrétiennes, excepté deux d’entre elles, diffusaient leurs programmes depuis l’étranger. Catholic TV, gérée par l’archidiocèse catholique de Lahore, a également été contrainte de fermer ses portes. « Depuis la fermeture, nous publions notre programme sur Facebook et nous postons nos vidéos sur YouTube », explique Jasber Ashiq, directeur de Catholic TV.

    « Quel est l’avenir des médias d’Eglise au Pakistan ? Nous traversons une période très difficile actuellement. Nous cherchions juste à rejoindre notre propre communauté, ignorée par les autres chaînes de télévision », a déclaré le P. Morris Jalal, prêtre de l’archidiocèse de Lahore, fondateur et directeur général de Catholic TV. Au Pakistan, la diffusion de messages chrétiens sur les chaînes de TV pakistanaises n’est autorisée que pour Noël et Pâques, soit moins d’une heure de diffusion par an.

    Sources : Église d’Asie - AED.

  • Attentat à Lahore contre les chrétiens : appel à la prière du Pape François

    attentat-Lahore-Pakistan.jpg

    Un attentat-suicide a frappé dimanche soir la ville de Lahore, au Pakistan. Un homme portant une ceinture d’explosifs s’est fait exploser dans le parc Gulshan-e-Iqbal alors que des chrétiens y fêtaient Pâques. Selon un dernier bilan des autorités pakistanaises, 72 personnes y ont perdu la vie, dont 29 enfants et six femmes, le kamikaze ayant actionné sa bombe près d’un parc à jeux qui était bondé à cette heure de la journée. Cet acte terroriste a été revendiqué ce lundi par les taliban pakistanais du Jamaat-ul-Ahrar. « Nous avons perpétré l’attentat de Lahore car les chrétiens sont notre cible » a déclaré le porte-parole des taliban.

    Cette attaque qui visait explicitement des chrétiens a été fermement condamnée par le Pape François, qui s'est exprimé devant la foule des fidèles réunis place Saint-Pierre en ce lundi de Pâques :

    « Chers frères et sœurs, hier, dans le centre du Pakistan, Pâques a été ensanglanté par un attentat exécrable, qui a massacré tant de personnes innocentes, en majorité des familles de la minorité chrétienne – spécialement des femmes et des enfants – rassemblées dans un parc public pour passer la fête de Pâques dans la joie. Je désire manifester ma proximité à ceux qui ont été frappés par ce crime lâche et insensé, et j’invite à prier le Seigneur pour les nombreuses victimes et pour leurs proches. Je lance un appel aux autorités civiles et à toutes les composantes sociales de cette Nation, afin qu’elles fassent tous leurs efforts pour redonner la sécurité et la sérénité à la population, et en particulier aux minorités religieuses les plus vulnérables. Je le répète une fois encore: la violence et la haine homicide en conduisent qu’à la douleur et à la destruction. Le respect et la fraternité sont la seule voie pour arriver à la paix. Que la Pâque du Seigneur suscite en nous tous, de façon d’autant plus forte, de prier Dieu pour que s’arrêtent les mains des violents qui sèment la terreur et la mort, et que dans le monde puisse régner l’amour, la justice et la réconciliation. Prions tous pour les morts de cet attentat, pour les familles, pour les minorités chrétiennes et ethniques de cette nation. Je vous salue Marie... »

    Un peu plus tôt, le P. Federico Lombardi, directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège, avait lui aussi condamné cet « horrible massacre de dizaines d’innocents » qui « jette une ombre de tristesse et d’angoisse sur la fête de Pâques ». « Encore une fois, la haine meurtrière s’abat lâchement sur des personnes sans défense. Ensemble avec le pape, qui a été informé - dit la note du Saint-Siège - nous prions pour les victimes, nous sommes proches des blessés, des familles touchées, de leur immense douleur, des membres des minorités chrétiennes touchées une nouvelle fois par la violence fanatique, et de tout le peuple du Pakistan qui est blessé. Comme le Pape l’a affirmé hier matin, malgré la poursuite de ces horribles manifestations de haine, le Seigneur crucifié et ressuscité pour nous continue de nous donner le courage et l’espérance nécessaires pour construire des voies de compassion, de solidarité avec les souffrants, de dialogue, de justice, de réconciliation et de paix »

    Sources : Radio Vatican - Zenit.org.
    Photo © ARIF ALI / AFP

  • Pakistan : le témoignage du 3ème vendredi de Carême

    "C'est avec douleur, avec beaucoup de douleur, que j'ai appris les attentats terroristes d'aujourd'hui, contre deux églises de la ville de Lahore, au Pakistan, qui ont provoqué de nombreux morts et blessés. Les chrétiens sont persécutés. Nos frères versent leur sang, seulement parce qu'ils sont chrétiens." Pape François, 15 mars 2015.

    Chers amis,
    "Je vous remercie pour tout ce que vous faites" : c'est avec ces mots que le Pape François a accueilli à Rome ce mardi 1er mars 2016 une délégation de l'AED, accompagnée de Mgr Joseph Coutts, archevêque de Karachi et Président de la Conférence des évêques du Pakistan, qui a concélébré la messe avec le Saint Père.
    Cette semaine, je vous invite à découvrir son témoignage :

    Extraits du témoignage de Mgr Coutts :
    "Ce que nous constatons depuis deux décennies maintenant, c'est qu'il y a une nouvelle forme d'islam qui pénètre au Pakistan et un peu partout dans le monde. Vous avez entendu parler d'Al Qaida, des Talibans, de Boko Haram en Afrique et maintenant de Daech au Proche Orient. Tous ces groupes ont un impact au Pakistan. En 2014, une église a été attaquée un dimanche matin au moment de la messe par un kamikaze, plus de 100 chrétiens sont morts sur le coup et beaucoup d'autres ont été blessés. (...) Le gouvernement maintenant assure un peu plus notre protection, dès qu'il y a un rassemblement les policiers viennent entourer l'église. Mais nous vivons toujours dans cette tension, nous nous demandons toujours quand cela va-t-il de nouveau arriver, où cela se passera-t-il la prochaine fois ? Mais la foi des gens au Pakistan est très forte."

    Je vous invite, chers amis, à prier cette semaine pour nos frères du Pakistan, et à soutenir les projets de Mgr Coutts, qui lutte pour les droits des chrétiens. Il vous remercie pour votre générosité qui fait vraiment la différence.

    Merci pour votre prière et votre générosité.

    Marc Fromager,
    Directeur de l'AED

    Source : Aide à l'Eglise en Détresse (AED).

    pakistan,témoignage,mgr joseph coutts,archevêque,karachi

    PS : pour soutenir les projets de Mgr Coutts, faites un don.

  • Pakistan : Jeunes filles chrétiennes violées et enlevées par des musulmans

    Lahore - Deux jeunes sœurs chrétiennes ont été enlevées et violées par un groupe de musulmans. Deux des malfaiteurs ont été arrêtés alors que trois sont encore en liberté dans la ville de Jaranwala, au Pendjab. Le cas est arrivé devant le tribunal et voit la participation d’avocats chrétiens qui ont fait état de divers épisodes à Fides. Un autre cas concerne une jeune chrétienne de 13 ans, elle aussi enlevée et violée. Le troisième cas signalé à Fides concerne quant à lui deux jeunes filles enlevées et violées par un groupe de trafiquants d’êtres humains qui les ont contraintes à se prostituer toujours au Pendjab.

    Le phénomène de jeunes filles appartenant aux minorités religieuses – chrétiennes et hindoues – enlevées, violées et dans certains cas contraintes à un mariage islamique est endémique au Pakistan et, selon les sources de Fides, il concerne environ 1.000 jeunes filles chaque année. Il s’insère dans le cadre de la condition de subalternité de la femme au sein de la société pakistanaise, en particulier dans les zones rurales mais les femmes membres des minorités religieuses sont doublement vulnérables, remarque une source de Fides, attendu que les musulmans pensent pouvoir bénéficier de l’impunité dans le cadre de tels abus et trouvent souvent le soutien de la police et de la magistrature. Maître Sardar Mushtaq Gill, avocat chrétien et défenseur bien connu des droits fondamentaux, qui a défendu de nombreux cas de ce genre devant les tribunaux, vit aujourd’hui dans des conditions d’extrême insécurité, ayant reçu des menaces et des intimidations pour lui faire abandonner la défense des victimes et garantir l’impunité aux coupables. (PA)

    Source : Agence Fides (05/10/2015).

  • Pakistan : 600.000 personnes évacuées à cause des moussons

    Les fortes inondations qui causent actuellement des milliers d’évacués et de nombreux morts continuent à frapper le Pakistan depuis des semaines.

    Pakistan,personnes évacuées,catastrophe,pluie,inondations,moussonsLes pluies de mousson ont coûté la vie à des centaines de personnes à travers l’Asie ces dernières semaines en Inde, au Pakistan et en Birmanie où certaines zones restent toujours inaccessibles. Au Pakistan, le mauvais temps concerne particulièrement les régions montagneuses du nord du pays, où de nombreuses localités sont isolées. Selon les autorités pakistanaises, plus de 120 personnes avaient trouvé la mort au cours des dernières semaines dans le pays. Dans les régions de Jitral et Gilgit-Baltistán, des ponts et des routes ont été détruits. Des inondations ont également été enregistrées le long de l’Indo, qui traverse le Pakistan de l’Himalaya à la Mer d’Arabie. Au moins 200.000 personnes qui vivaient sur les rives du fleuve ont été évacuées. Selon des sources officielles, cinq districts demeurent en alerte dans l’éventualité d’un débordement des cours d’eau. Actuellement, 600.000 personnes sont concernées et 812 villages se trouvent littéralement sous l’eau. Tel est le bilan dressé par l’Autorité de gestion des catastrophes naturelles. Cette dernière a par ailleurs annoncé pour les prochaines 24 heures des orages et des précipitations modérées dans les bassins des grands fleuves qui traversent quatre provinces. Chaque année, les pluies et les moussons causent de graves dommages aux structures et aux habitants du pays. Les plus graves inondations de l’histoire du Pakistan ont eu lieu en 2010, suite à une mousson extraordinaire qui vint s’ajouter à un dégel estival particulièrement abondant, causant 2.000 morts et 20 millions d’autres victimes.

    Une catastrophe probablement sous-estimée

    En Birmanie, rapporte le Vif, la situation pourrait être bien plus critique que ne le montrent les premiers bilans, faisant état jusqu’ici de 46 morts. « Notre maison a été inondée en une journée. Nous avons déjà connu des inondations mais jamais comme cela. Cette année est la pire », raconte à l’AFP Htay Shein, une habitante de Kalay (centre de la Birmanie), qui a trouvé refuge dans un camp provisoire.

    « En quelques heures, toute ma maison était sous l’eau. Mon mari a dû monter sur le toit car il n’y avait aucun moyen de sortir », confie une habitante de Sagaing à l’AFP. Ils ont maintenant trouvé refuge dans un monastère, qui sert d’abri temporaire.

    « 46 personnes sont mortes et plus de 200.000 ont été affectées par les inondations à travers le pays », a déclaré lundi un fonctionnaire du ministère des affaires sociales. Les accès à de nombreuses villes du nord et de l’ouest de la Birmanie ont été bloqués et les travailleurs humanitaires craignent que l’ampleur de la catastrophe soit pour l’instant sous-estimée.

    Source : InfoCatho.be, d’après Fides et Le Vif - Photo : Image d’illustration.

  • Pakistan – La Cour Suprême va réexaminer le cas d’Asia Bibi

    Suspension de la peine et réexamen du cas : telle est la décision de la Cour Suprême du Pakistan dans le cadre du recours présenté par les défenseurs d’Asia Bibi.

    asia-bibi_300.jpgLa condamnation à mort pour blasphème d’Asia Bibi avait été  confirmée par la justice pakistanaise lors d’un procès en appel, en octobre dernier. Le combat mené par l’entourage de la mère de famille pakistanaise est devenu ces dernières années le symbole de la lutte pour les droits de la communauté chrétienne au Pakistan.  Lors de l’audience de ce 22 juillet à Lahore, le collège de trois magistrats a déclaré admissible le recours présenté par l’avocat d’Asia Bibi, Maître Saiful Malook, de religion musulmane. D’après Joseph Nadeem, tuteur de la famille de la jeune femme, le cas sera par suite réexaminé par la Cour Suprême elle-même, cette fois en entrant dans le mérite des questions soulevées par la défense. Entre temps, la peine de mort à laquelle Asia Bibi a été condamnée a été suspendue jusqu’à la prochaine audience, pas encore fixée. Présent dans la salle, Joseph Nadeem, responsable de la Renaissance Education Foundation qui assiste la famille et pourvoit aux dépenses légales, raconte que l’audience s’est déroulée dans un climat serein et que n’étaient présents ni responsables religieux islamiques ni musulmans extrémistes.

    Joseph Nadeem déclare à l’agence Fides: « Ce qui a été fait aujourd’hui constitue un pas en avant important. Nous sommes très satisfaits. Maintenant, c’est le moment de prier ensemble le Seigneur afin qu’Il touche les cœurs de ceux qui sont impliqués dans ce cas, y compris les juges, et de prier afin que la justice soit rendue et qu’Asia soit libérée. Prions pour qu’Asia soit toujours remplie de la grâce de l’Esprit Saint et prions pour sa libération ».

    Source : InfoCatho.be - Fides – Image: Asia Bibi.

  • Les chrétiens du Pakistan expriment leur colère

    pakistan-16-mars-2015_550.jpg

    Des milliers de chrétiens ont manifesté ce lundi à Lahore, la deuxième ville du Pakistan, au lendemain d’un double attentat contre deux églises qui ont fait une quinzaine de morts et des dizaines de blessés.

    Selon l’AFP, les manifestants chrétiens brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Pourquoi nous tuez-vous ? », « Laissez-nous vivre, arrêtez de tuer des chrétiens ». Ces attaques simultanées, perpétrées à la sortie de deux églises situées à environ 500 mètres l’une de l’autre, ont été revendiquées par les talibans. Les chrétiens ont réagi avec colère en lynchant deux hommes soupçonnés d’être liés aux kamikazes, saccagé des voitures et des arrêts d’autobus. Plus de mille policiers ont été déployés dans ce quartier où s’entassent des dizaines de milliers de chrétiens. Des cérémonies ont été organisées dans les églises.

    Des menaces de plus en plus pressantes

    Malgré les appels au calme lancés par le clergé, des chrétiens ont bloqué des routes à Karachi et incendié des pneus en guise de protestation. Ils craignent pour leur avenir et demandent justice et protection. En Inde et au Pakistan, la minorité chrétienne est victime d’attaques incessantes.

    Lire la suite de cet article sur le site de Radio Vatican.

  • ASIE/PAKISTAN - « Journée de prière pour nos martyrs » après le double attentat suicide contre des églises du 15 mars

    Temps de deuil et de prière pour l’Eglise au Pakistan : aujourd’hui, 16 mars, les fidèles catholiques célèbrent une « Journée spéciale de prière pour les vies innocentes des martyrs ». C’est ce qu’annonce, dans une note envoyée à l’Agence Fides, S.Exc. Mgr Sebastian Shaw OFM, Archevêque de Lahore, après le double attentat suicide qui a frappé hier, Dimanche 15 mars, l’église Saint Jean et le temple protestant dit église du Christ de Youhanabad, faubourg entièrement chrétien de la périphérie de Lahore, faisant 15 morts et plus de 80 blessés.

    L’Archevêque annonce que les écoles et les instituts catholiques seront fermés aujourd’hui afin de commémorer les victimes innocentes et qualifie de « martyrs » ceux qui « ont donné leur vie dans l’incident pour sauver des milliers de personnes ». « Leur sang n’aura pas été versé en vain et portera la paix à tous les citoyens du Pakistan ». Condamnant les actes barbares et demandant davantage d’engagement au gouvernement en ce qui concerne la protection des chrétiens pakistanais, Mgr Shaw prie « afin que la paix et l’harmonie prévalent dans le pays » invitant tous les citoyens à « rejeter ouvertement la violence et le terrorisme ».

    L’Archevêque de Karachi et Président de la Conférence épiscopale du Pakistan, S.Exc. Mgr Joseph Coutts, a lui aussi publié une note, envoyée à l’Agence Fides, dans laquelle il affirme : « L’Eglise catholique condamne fermement les brutales attaques suicides contre les églises de Lahore. Nous supplions le gouvernement du Pendjab et le gouvernement fédéral du Pakistan afin qu’ils prennent des mesures adéquates en vue de la protection des églises et des minorités religieuses au Pakistan. Nous demandons aux fidèles de ne pas réagir par la violence et de collaborer aux enquêtes menées par les forces de police. Nous prions Notre Seigneur Jésus Christ pour la guérison des blessés et pour les familles des victimes ».

    « Le gouvernement, les partis politiques, les responsables religieux et tout citoyen du Pakistan – a rappelé Mgr Coutts – sont appelés à prendre position contre les forces extrémistes, aux côtés de leurs frères et sœurs chrétiens. D’atroces épisodes comme celui-ci exigent que toute la nation s’unisse contre le terrorisme. Les croyants de toutes les religions doivent promouvoir la paix et l’harmonie sociale et se protéger réciproquement contre le terrorisme. L’Eglise catholique et les minorités religieuses au Pakistan demandent au gouvernement d’adopter des mesures efficaces pour garantir la liberté de religion dans le pays ». (PA)

    Source : Agence Fides 16/03/2015.

  • Angélus de ce dimanche 15 mars 2015

    Lors de la prière de l’Angélus ce dimanche, le Saint-Père, deux jours après avoir annoncé l'organisation d'une Année sainte de la Miséricorde, a développé une réflexion sur l’amour de Dieu, Père miséricordieux. Il s’est attardé sur l’Évangile du jour selon Saint Jean : les paroles prononcées par Jésus à Nicodème : “Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique”. « Dieu nous aime vraiment, il nous aime tant », a déclaré le Saint-Père, soulignant qu’il s’agissait de « l’expression la plus simple qui résume tout l'Évangile, toute la foi, toute la théologie : Dieu nous aime d’un amour gratuit et illimité ».

    Cet amour, précise-t-il, Dieu le démontre tout d’abord à travers la Création. « A l'origine du monde, il y a seulement l’amour libre et gratuit du Père ». Et le Pape cite « un Saint des premiers siècles », Saint Irénée . “Dieu n’a pas créé Adam parce qu'il avait besoin de l'homme, mais afin d'avoir quelqu'un sur qui répandre ses bienfaits”. « L’amour de Dieu est ainsi », insiste le Saint Père qui rappelle que « Dieu est venu avec sa miséricorde ». « Tout comme dans la Création, l'amour gratuit de Dieu, se distingue dans les étapes successives de l'Histoire du Salut ».

    « Le Seigneur choisit son peuple non pas parce qu'il le mérite, mais parce qu’il est le plus petit parmi tous les peuples ». Et, poursuit le Pape, « bien que les hommes aient à maintes reprises rompu l'alliance, Dieu, plutôt que de les abandonner, a établi un lien nouveau avec eux, dans le sang de Jésus - le lien de l'Alliance nouvelle et éternelle - un lien que nul ne pourra jamais briser ». Le Saint-Père se référant à Saint Paul nous rappelle une fois encore que : “Dieu est riche de miséricorde”, « ne l’oubliez jamais » affirme-t-il. « La Croix du Christ est la preuve suprême de la miséricorde et de l'amour de Dieu pour nous : Jésus nous a aimés "jusqu'à la fin", non seulement au dernier moment de sa vie terrestre, mais à l'extrême limite de l'amour ».

    « Si, dans la Création, le Père nous a donné la preuve de son immense amour en nous donnant la vie, dans la passion et la mort de son Fils, il nous a donné la preuve de la preuve : il est venu souffrir et mourir pour nous ». Et le Pape conclut sur ces paroles : « la miséricorde de Dieu est si grande, parce qu’Il nous aime, Il nous pardonne. Avec sa miséricorde, Dieu pardonne tout et Dieu pardonne toujours ».

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral traduit en français sur Zenit.org.

    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

  • Pakistan : double attentat meurtrier contre la minorité chrétienne - Douleur du Pape François

    pakistan-15-mars-2015_550.jpg

    REUTERS/Mohsin Raza

    Selon un dernier bilan fourni par les services de secours, au moins 14 personnes sont mortes et des dizaines d’autres ont été blessées ce 15 mars dans une double explosion à Lahore, au Pakistan. Les déflagrations ont retenti dans un quartier chrétien, au moment de la messe du dimanche. Cet attentat s’ajoute à la longue liste des violences contre les minorités religieuses du pays.

    Source et article sur RFI (Radio France Internationale).

    Lors de l'Angélus (à écouter plus haut), le Pape François s'est exprimé sur ce nouveau drame en des termes forts : « C'est avec douleur, avec beaucoup de douleur, que j'ai appris les attentats terroristes d'aujourd'hui, contre deux églises de la ville de Lahore, au Pakistan, qui ont provoquée de nombreux morts et blessés. Ce sont des églises chrétiennes. Les chrétiens sont persécutés. Nos frères versent leur sang, seulement parce qu'ils sont chrétiens. Alors que j'assure de ma prière les victimes et leurs familles, je demande au Seigneur, j'implore du Seigneur, source de tout bien, le don de la la paix et de la concorde pour ce pays, et je demande que cette persécution contre les chrétiens, que le monde tente de cacher, finisse, et que vienne la paix. »

    Source : Radio Vatican.

  • Manifestation pour la libération d’Asia Bibi le 23 octobre à Paris

    Chrétienté Solidarité organise jeudi 23 octobre à 19h00, une manifestation à proximité de l’ambassade de la République islamique du Pakistan à Paris, pour protester contre l’arrêt de la Cours d’appel de Lahore confirmant la sentence de mort par pendaison prononcée en novembre 2010 par un tribunal de première instance, contre Asia Bibi, mère de famille chrétienne d’une quarantaine d’années, accusée faussement de “blasphème”.

    Asia_Bibi_23.jpg

     Jeudi 23 octobre à partir de 19h00
    devant l’ambassade du Pakistan : 18 rue Lord-Byron, Paris 8°