Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sauvegarde

  • Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création

    Vêpres célébrées par le Pape François en la Basilique Saint-Pierre
     
     
     
    Il s’agit de la deuxième édition de cette journée : le Pape l’a instituée en 2015, en lien avec les orthodoxes qui la célèbrent le 1er septembre depuis un certain nombre d’années.
    Dans la Lettre instituant cette journée, le Pape François souhaitait « que cette célébration annuelle soit un temps fort de prière, de réflexion, de conversion et d’adoption d’un style de vie cohérent ».
    « La crise écologique nous appelle à une conversion spirituelle profonde », écrivait-il. « La Journée mondiale annuelle de prière pour la sauvegarde de la création, ajoutait le pape, offrira à chacun des croyants et aux communautés la précieuse opportunité de renouveler leur adhésion personnelle à leur vocation de gardiens de la création, en rendant grâce à Dieu (…) et en invoquant son aide pour la protection de la création et sa miséricorde pour les péchés commis contre le monde dans lequel nous vivons. »
     
    Texte intégral de l'homélie du Père Cantalamessa, Prédicateur de la Maison Pontificale, ci-dessous.

    Lire la suite

  • Message pour la deuxième Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création

    « Usons de miséricorde envers notre maison commune »

    « Nous ne pouvons pas nous résigner ou être indifférents à la perte de la biodiversité et à la destruction des écosystèmes, souvent provoquées par nos comportements irresponsables et égoïstes. » Le Pape François, dans son message pour la deuxième Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création, célébrée ce jeudi 1er septembre, veut rappeler à chacun d’entre nous notre responsabilité envers « les souffrances qui affligent les pauvres et la dévastation de l’environnement ».

    Saluant cette initiative œcuménique, le Pape rend hommage aux orthodoxes qui sont à l’origine de cette journée, et tout particulièrement aux patriarches Bartholomée et son prédécesseur Dimitrios qui ont dénoncé depuis de nombreuses années les péchés commis contre la nature et mis l’accent sur la crise morale et spirituelle qui est à la base des problèmes environnementaux.

    Dans son message, le Souverain Pontife renouvelle son engagement envers la protection de la création, déjà longuement exposé dans son encyclique Laudato si’. Partant du constat que pécher contre la nature, c’est faire du mal à l’homme, il appelle tous les hommes à reconnaitre leurs fautes et à se convertir afin de changer de route et de sauver notre monde.

    Les précisions de Xavier Sartre à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Texte intégral du Message du Pape François pour cette deuxième Journée mondiale de prière ci-dessous.

    Lire la suite

  • Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création

    A 17h00, à Saint-Pierre de Rome : Liturgie de la Parole présidée par le Pape François


     Livret de la célébration

    Pour la liturgie de la Parole en la basilique Saint-Pierre, présidée par le Pape François, l’homélie a été confiée au Père Raniero Cantalamessa, prédicateur de la Maison Pontificale. Il s’agit d'un signe de l’importance accordée par le Saint-Père à cette célébration. Le prédicateur est revenu sur le sens des paroles de la Genèse et sur l’enseignement de St François d’Assise, déjà présent dans l’encyclique Laudato Si’ du Souverain Pontife.

    La sauvegarde de la création dans la Genèse ; Dieu confiant à l’homme la tâche de veiller à la création. Le P. Cantalamessa précise un mot qui se trouve dans ce passage de la Bible : « dominer ». « Dominer » ne signifie pas exploiter pour l’homme, de manière indiscriminée, le reste de la nature, mais bien en être le gardien. Il répond ainsi à certaines critiques qui attribuent à ces paroles bibliques un autre sens : celui « d’une domination indiscriminée de l’homme sur le reste de la nature » qui serait à « l’origine de l’actuelle crise écologique ».

    « La domination de Dieu sur les créatures » en effet « ne trouve pas sa finalité dans son propre intérêt, mais dans les créatures qu’Il crée et sauvegarde », poursuit le prédicateur. « La foi dans un Dieu créateur et dans l’homme fait à l’image de Dieu n’est donc pas une menace, mais plutôt une garantie pour la création, et la plus forte de toute. Elle dit que l’homme n’est pas le patron absolu des autres créatures ; il doit rendre compte de ce qu’il a reçu ».

    Certes, le récit biblique « met en lumière une hiérarchie d’importance », une « hiérarchie de la vie et inscrite dans toute la nature », mais celle-ci est « pour la vie, pas contre elle ». Mais elle est « violée, poursuit le P. Cantalamessa, quand par exemple de folles dépenses sont faites pour des animaux alors que nous laissons mourir de faim et de maladie sous nos propres yeux des millions d’enfants ».

    La pollution, le saccage de la nature, ne coïncident pas avec la diffusion de la Bible ou d’autres religions, précise le prédicateur, mais avec une « industrialisation sauvage, vouée seulement au profit, et avec la corruption ».

    « Personne ne peut servir sérieusement la cause de la sauvegarde de la création s’il n’a pas le courage de pointer le doigt contre l’accumulation de richesses exagérées dans les mains de peu de personne et contre l’argent qui en est la mesure », lance-t-il encore. « Jésus n’a jamais condamné la richesse en soi. Il condamne la richesse malhonnête, la richesse accumulée au dépend de son prochain, fruit de corruption et de spéculation, la richesse sourde aux besoins du pauvre ».

    François d'Assise et Laudato Si'

    Le Père Cantalamessa est ensuite revenu sur l’enseignement de François d’Assise, notamment à travers le Cantique des Créatures. Enseignement largement repris par le Pape François dans son encyclique Laudato Si' : le saint peut « jouir de toutes les choses, parce qu’il a renoncé à n'en posséder aucune ».

    Le premier péché contre la création est de ne pas écouter sa voix comme disait le Saint d’Assise. Et au capucin de poursuivre : Saint François nous montre le chemin vers un changement radical de notre rapport avec la création. Il s'agit de remplacer la possession par la contemplation. Comme la paix, conclut le P. Cantalamessa, la sauvegarde de la création se fait en commençant par changer nos comportements.

    Le prédicateur de la Maison Pontificale, pour conclure son homélie, se permet d’ajouter une strophe au Cantique de Saint François d’Assise : « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour tous ceux qui travaillent pour protéger notre sœur et mère la Terre, les scientifiques, les politiciens, les chefs de toutes les religions et les hommes de bonne volonté ».

    Source : Radio Vatican.

  • Appel du Pape François à prier, le 1er septembre, pour la sauvegarde de la Création

    Le Pape François invite tous les catholiques à prier pour la planète mardi prochain, 1er septembre, à l’occasion de la première Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création. Cette Journée, il l’a lui-même instituée le 6 août, rejoignant ainsi une pratique des Églises orthodoxes lancée par le Patriarche œcuménique Démétrios en 1989. Le Saint-Père a lancé un appel ce mercredi à l’occasion de l’audience générale.

    « En communion de prière avec nos frères orthodoxes et avec toutes les personnes de bonne volonté, nous voulons contribuer à trouver une solution à la crise écologique qui tenaille actuellement l’humanité, a déclaré le Pape François. Dans le monde entier, les différentes réalités ecclésiales locales ont programmé des initiatives de prière et de réflexion, pour que cette Journée soit un moment fort et qu’elle encourage l’adoption de styles de vie cohérents. »

    Mardi à 17h, le Pape François présidera dans la Basilique Saint-Pierre une Liturgie de la Parole à laquelle sont invités les membres de la Curie, les romains, les pèlerins et tous ceux qui le désirent.

    En France, la Conférence des Évêques a mis en ligne des propositions permettant aux paroisses et communautés de célébrer la Journée du 1er septembre ainsi que le dimanche de la Création, propre à l’Église en France, qui lui a été fixé au 4 octobre, jour de la saint François d’Assise. Temps de prière en famille ou avec des amis, pour des chants et de lectures bibliques, sont proposés ainsi que des idées pour un temps de partage, un repas, des sorties en groupe, des gestes individuels ou collectifs.

    Si l’on célèbre l’Eucharistie, il est suggéré d’utiliser les oraisons pour le développement des peuples. Il s’agit d’offrir aux communautés catholiques un chemin de conversion écologique dans la ligne de l’encyclique Laudato Si'. Ces propositions ont été présentées par Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre et président du Conseil Famille et Société.

    Source : Radio Vatican.

  • Lettre pour l'institution de la Journée Mondiale de Prière pour la Sauvegarde de la Création

    Dans une lettre d’indiction rendue publique aujourd'hui, adressée au Cardinal Turkson, Président du Conseil Pontifical Justice et Paix et au Cardinal Koch, Président du Conseil Pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens, le Pape François explique son désir de répondre positivement à une demande qui avait été formulée par le Patriarcat œcuménique de Constantinople :
    Une journée de prière commune pour la sauvegarde de la Création aura bien lieu. Elle sera célébrée le 1er septembre de chaque année.

    « Je souhaite vous communiquer ma décision d’instituer également dans l’Église catholique une “Journée Mondiale de Prière pour la Sauvegarde de la Création”. À partir de cette année, cette journée sera célébrée le 1er septembre, comme cela se produit déjà au sein de l’Église orthodoxe. »

    Texte intégral en français ci-dessous.

    Lire la suite