Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vie des Saints et Bienheureux

  • Mercredi 22 mai 2019

    De la férie

    Au nouveau calendrier :
    mémoire facultative de
    Ste Rita de Cascia, religieuse

    Sur notre site internet : Sainte Rita

  • Mercredi 15 mai 2019

    St Jean-Baptiste de la Salle, confesseur

  • Nouveaux décrets pour de possibles futurs saints et bienheureux

    Le cardinal Becciu, préfet de la Congrégation des Causes des Saints, s’est entretenu avec le Pape François hier, lundi 13 mai 2019. Le Saint-Père a autorisé son dicastère à promulguer plusieurs décrets concernant de possibles futurs saints et bienheureux.

    Deux religieuses, déjà bienheureuses, pourront être bientôt canonisées grâce à la reconnaissance de miracles attribués à leur intercession ; il s’agit de :
    - Giuseppina Vannini (au siècle Giuditta Adelaide Agata, 1859-1911), fondatrice italienne des Filles de Saint-Camille ;
    - Dulce Lopes Pontes (au siècle Maria Rita, 1914-1992), membre brésilienne de la Congrégation des Sœurs Missionnaires de l’Immaculée Conception de la Mère de Dieu.

    Un miracle est également attribué à l’intercession d’une autre religieuse italienne :
    la Servante de Dieu Lucia dell’Immacolata (au siècle Maria Ripamonti, 1909-1954), sœur professe de l’Institut des Servantes de la Charité, ce qui ouvre la voie à une future béatification.

    Enfin plusieurs décrets reconnaissent les vertus héroïques de plusieurs personnalités, qui deviennent donc Serviteurs de Dieu et Servante de Dieu, avant que l’identification d’un miracle n’ouvre éventuellement la voie à leur béatification. Ces cinq personnes sont :

    - Giovanni Battista Pinardi (1880-1962), ancien évêque auxiliaire de Turin, en Italie ;
    - Carlo Salerio (1827-1870), prêtre milanais, membre des MEP (Missions étrangères de Paris) et fondateur de l’Institut des Sœurs de la Réparation ;
    - Domenico Lázaro Castro (1877-1935), prêtre espagnol, membre de la Société de Marie ;
    - Salvatore da Casca (Erminio Pinzetta, 1911-1972), frère capucin brésilien ;
    - Maria Eufrasia Iaconis (au siècle Maria Giuseppina Amalia Sofia, 1867-1916), religieuse italienne, fondatrice de la Congrégation des Filles de l’Immaculée Conception, qui était née en Calabre et a fini sa vie en Argentine, à Buenos Aires, comme beaucoup d’Italiens de sa génération.

    Source : Vatican News.

  • Vendredi 3 mai 2019

     
    Au nouveau calendrier :
    St Philippe et St Jacques le Mineur, Apôtres

  • Nouveaux Décrets : un futur bienheureux et sept vénérables

    Le Pape François a reçu samedi 6 avril le cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation pour les Causes des saints, autorisant le dicastère dont il a la tête à promulguer huit décrets ; ceux-ci concernent un futur bienheureux et sept vénérables serviteurs de Dieu.

    Le futur bienheureux :

    Donizetti-Tavares-de-Lima_1a.jpg

    - Donizetti Tavares de Lima (1882-1961), prêtre brésilien, connu pour avoir déclenché plusieurs conversions à Tambau (État de Sao Paulo) à la suite de plusieurs événements inexpliqués. Il est ainsi relaté qu’en 1927 une pluie torrentielle menaçant la statue de Notre Dame d’Aparecida cessa alors que le P. Tavares de Lima menait la procession autour de cette sainte patronne du Brésil. Fondateur d’une crèche et d’une école à Tambau, le P. Donizetti devient rapidement une référence en matière de conseils sociaux pour la mairie de la localité. D’autres témoignages affluent sur des cas de guérisons survenues lors de ses bénédictions. En 1976, quinze ans après sa mort, un sanctuaire consacré à Notre-Dame d'Aparecida est construit à Tambau. Le Père Tavares de Lima y repose en paix.

    Les sept vénérables :

    - Victorin Nymphas Arnaud Pagés (1885-1966), français, frère de l’Institut des Frères des Écoles Chrétiennes. Né à Ozillon dans le diocèse du Puy-en-Velay, il est admis chez les Frères des Écoles chrétiennes dès l’âge de 16 ans. Les lois de 1905 contraignant les religieux à quitter la France, frère Victorin accepte une mission à Cuba, où il prononcera ses vœux définitifs à La Havane en 1913. Le jeune religieux y fonde une Fédération de la Jeunesse catholique cubaine sous l’égide de l’évêque de la capitale. Un mouvement qui a laissé son empreinte sur le catholicisme cubain, du moins jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro en 1961. Tous les religieux étrangers sont alors expulsés par le régime et frère Victorin se retrouve au Canada, avant de passer par la Floride, et enfin Puerto Rico où il passera la fin de sa vie à aider l’afflux de réfugiés cubains fuyant la dictature castriste.

    - Nelson Santana (1955-1964), petit enfant brésilien atteinte d’ostéosarcome. Il vécut sa souffrance avec une foi simple. « La douleur est importante pour augmenter le véritable amour », disait-il. Il rend l’âme la veille du Noël 1964, à l'âge de 9 ans.

    - Gaetana Tolomeo (1936-1997), plus connue sous le nom de « Nuccia ». Elle aussi vécu le mystère de la douleur avec foi. Frappée par une paralysie progressive, elle trouva en Jésus la force de donner courage et espoir à tous ceux qui la côtoyait. Contrainte à l'immobilité pendant 60 ans, elle transforma sa souffrance en prière. « Par ton pouvoir d'amour, Seigneur, transforme ma plainte en une joie éternelle : je tiens à te remercier de manière particulière pour le don de l'immobilité, qui était pour moi une véritable école d'abandon, d'humilité, de patience et de gratitude », implorait-elle.

    - Carlo Cavina (1820-1880), prêtre originaire de Castel Bolognese près de Ravenne en Emilie-Romagne, fondateur de la Congrégation des Filles de Saint François de Sales

    - Raffaele da Sant’Elia a Pianisi (au siècle : Domenico Petruccelli, 1816-1901), prêtre italien de l’Ordre des frères mineurs capucins, originaire de la région italienne de Molise au sud de la péninsule

    - Damiano de Bozzano (au siècle : Pio Giannotti, 1898-1997) prêtre italien de l’Ordre des frères mineurs capucins, originaire de Toscane

    - Sœur Consolata Betrone (au siècle : Pierina Lorenzina Giovanna, 1903-1946), religieuse des clarisses capucines.

    Source : Vatican News.

  • Vendredi 5 avril 2019

    St Vincent Ferrier, Confesseur

    Saint_Vincent-Ferrier_6b.jpg

  • Mercredi 27 mars 2019

    Mercredi de la 3ème semaine de Carême
     
    Mémoire de St Jean Damascène, Conf. et Doct.

    Saint_Jean-Damascene_1b.jpg

  • Nouveaux décrets sur des causes de béatification

    Recevant en audience le Cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation des Causes des Saints, le Pape François a autorisé la publication de plusieurs décrets concernant des causes de béatification.

    Bse_Maria-Emilia-Riquelme-y-Zayas.jpg

    Ces décrets concernent un miracle attribué à une religieuse espagnole, Maria Emilia Riquelme y Zayas (1847-1940), fondatrice de la Congrégation des Sœurs missionnaires du Saint-Sacrement et de la Bienheureuse Marie Vierge Immaculée.

    Ils concernent également la reconnaissance du martyre de sept évêques tués en haine de la foi en Roumanie communiste entre 1950 et 1970, (Vasile Aftenie, Ioan Balan, Tit-Liviu Chinezu, Alexandru Rusu, Ioan Suciu, Valeriu-Traian Frentiu et Iuliu Hossu), ainsi que le martyre d’un prêtre italien de l’Institut pontifical pour les Missions étrangères, Alfredo Cremonesi, assassiné en Birmanie en 1953. La voie vers leur future béatification est donc ouverte sans qu'il ne soit nécessaire d'identifier des miracles liés à leur intercession.

    Enfin cinq autres Italiens voient reconnaître leurs « vertus héroïques » :
    - le prêtre Francesco Maria di Francia (1853-1913), fondateur de la Congrégation des Sœurs capucines du Sacré-Cœur,
    et les religieuses :
    - Maria Hueber (1653-1705), fondatrice de la Congrégation des Sœurs tertiaires de saint François,
    - Maria Teresa Camora (1818-1894), fondatrice de la Congrégation des Filles de Notre-Dame-de-la-Piété,
    - Maria Teresa Gabrieli (1837-1908), cofondatrice de la Congrégation des “Suore delle Poverelle” – Institut Palazzolo,
    - Giovanna Francesca dello Spirito Santo (Luisa Ferrari, 1888-1984), fondatrice de l’Institut des Sœurs Missionnaires Franciscaines du Verbe Incarné.

    Source : Vatican News.

  • Méditation - Ste Thérèse de Jésus invite à tout confier à St Joseph

    « Je pris pour avocat et patron le glorieux saint Joseph et je me recommandai instamment à lui. J’ai vu bien clairement que c’est lui, mon père et mon protecteur, qui m’a guérie de cette infirmité (*), comme il m’a tirée également de dangers très grands où il s’agissait de mon honneur et du salut de mon âme. Son assistance m’a procuré plus de bien que je ne savais lui en demander. Je ne me souviens pas de lui avoir jamais adressé une supplique qu’il ne me l’ait exaucée. C’est une chose merveilleuse que les grâces insignes dont Dieu m’a favorisée, et les dangers tant du corps que de l’âme dont il m’a délivrée par la médiation de ce bienheureux saint. Les autres semblent avoir reçu de Dieu le pouvoir de nous assister dans une nécessité spéciale. Mais ce glorieux saint, je le sais par expérience, nous assiste dans tous nos besoins. Notre Seigneur veut nous faire comprendre que, s’il a été soumis sur la terre à celui qu’il appelait son père, parce que c’était son gouverneur qui pouvait lui commander, il défère également au ciel à toutes ses suppliques. C’est ce qu’ont reconnu par expérience plusieurs personnes qui, d'après mes conseils, se sont recommandées à lui. A l’heure actuelle, elles sont nombreuses les âmes qui l’honorent et constatent de nouveau la vérité de ce que j’avance.
    [...]
    Je voudrais persuader à toutes les âmes qu'elles doivent porter de la dévotion à ce glorieux saint. Une longue expérience, en effet, m'a montré les grâces qu'il nous obtient de Dieu. Je n'ai pas connu une seule personne, ayant pour lui une dévotion vraie et l'honorant d'un culte particulier, que je ne l'aie vue plus avancée dans la vertu. Il fait progresser d'une manière admirable les âmes qui se recommandent à lui. Depuis plusieurs années, ce me semble, je lui demande une grâce le jour de sa fête, et je l'ai toujours obtenue ; et lorsque ma supplique est quelque peu de travers, il la redresse pour le plus grand bien de mon âme. Si j'avais autorité pour écrire, je m'appliquerais très volontiers à raconter dans tous leurs détails les faveurs dont ce glorieux saint m'a favorisée, ainsi que d'autres personnes. [...] Je demande seulement pour l'amour de Dieu à celui qui ne me croirait pas, d'en faire l'épreuve. Il verrait par son expérience combien il est avantageux de se recommander à ce glorieux patriarche et d'avoir pour lui une dévotion spéciale. »

    (*) : A l'âge de 23 ans, Thérèse, jeune carmélite, est tombée gravement malade. Après plusieurs mois de souffrances aigües, elle reste quatre jours dans le coma. « On me croyait si bien morte, que l'on avait même laissé couler sur mes yeux de la cire que j'y trouvais ensuite... Il y avait déjà un jour et demi que l'on avait creusé dans mon monastère la tombe qui attendait mon corps... Après ces quatre jours de crise, je restai dans un état tel que Dieu seul peut savoir quelles tortures intolérables j'endurais... » (cf. sa Vie chap.V,9 et VI,1).

    Ste Thérèse de Jésus (d'Avila), Vie écrite par elle-même (Chap. VI), Œuvres complètes, Éditions du Seuil, Paris, 1948.

    Murillo_3a.jpg

    Bartolomé Esteban Murillo (1618-1682), Saint Joseph et l'Enfant Jésus

     

  • Mardi 19 mars 2019

    St Joseph, époux de la Bse Vierge Marie

    Saint_Joseph_vitrail_1a.jpg

  • St. Patrick's Day

    St. Patrick's Day,Saint Patrick,Irlande,fête,17 mars

    9 St Patrick’s Day Facts

  • Le Cardinal Newman bientôt canonisé

    Bx_John-Henry-Newman_6.jpeg

    Le Pape François a autorisé mercredi 13 février la publication de huit décrets par la Congrégation pour la cause des saints. Le Cardinal Newman sera bientôt canonisé.

    Le Souverain Pontife valide ainsi le miracle attribué au Bienheureux Cardinal britannique John Henry Newman (1801-1890). Anglican converti au catholicisme au milieu du XIXème siècle, ce fut un théologien à « l’intelligence fine et à la plume féconde », disait de lui Benoît XVI lors de sa béatification en 2010.

    Le miracle attribué à la religieuse indienne Marie Thérèse Chiramel Mankidyan (1876-1926) est également reconnu. Fondatrice des sœurs de la Sainte Famille de Thrissur, Marie Thérèse Chiramel Mankidyan avait été béatifiée par Jean-Paul II le 9 avril 2000.

    Également dans la salve de décrets, la reconnaissance du martyre du serviteur de Dieu Salvador Victor Emilio Moscoso Cárdenas (1846-1897). Prêtre jésuite, il est mort in odium fidei en Équateur.

    De prochains bienheureux

    Cinq vertus héroïques ont été reconnues, ouvrant la voie à de prochaines béatifications. Sont ainsi déclarés "vénérables" :
    - Giovanni Battista Zuaboni (1880-1939), prêtre, fondateur de la l’Institut séculier de la Compagnia della Sacra Famiglia
    - Cardinal Jozsef Mindszensty (1892-1975), archevêque d’Esztergom et primat de Hongrie, héros de la résistance contre le communisme
    - Emmanuel Garcia Nieto (1894-1974), prêtre jésuite
    - Serafina Formai, religieuse italienne, fondatrice de la Congrégation des sœurs missionnaires de la Bonne nouvelle
    - Maria Berenice Duque Hencker (1898-1993), religieuse colombienne, fondatrice de la Congrégation des sœurs de l’Annonciation.

    Source : Vatican News.

  • 11 février 1858, première apparition de Notre-Dame à Lourdes

    Le récit de l'apparition par Bernadette

    Ce jour-là, il fait bien froid. Vers 11 heures, Bernadette Soubirous, sa sœur Marie-Antoinette et une amie, Jeanne Abadie, se dirigent vers les bords du Gave du côté de la grotte de Massabielle pour chercher du bois. Pendant que Toinette et Jeanne s'éloignent de Bernadette, celle-ci avant de passer l'eau glaciale du canal se met à genoux pour réciter l'Angélus qu'on vient de sonner. C’est alors qu’a lieu la première apparition, comme la raconte Bernadette :

    « J'avais commencé à ôter mon premier bas, quand tout à coup j'entendis une grande rumeur pareille à un bruit d'orage. Je regardai à droite, à gauche, sur les arbres de la rivière. Rien ne bougeait ; je crus m'être trompée. Je continuai à me déchausser, lorsqu'une nouvelle rumeur, semblable à la première, se fit encore entendre. Oh! alors, j'eus peur et me dressai. Je n'avais plus de parole et ne savais que penser, quand, tournant la tête du côté de la grotte, je vis à une des ouvertures du rocher un buisson, un seul, remuer, comme s'il avait fait grand vent. Presque en même temps il sortit de l'intérieur de la grotte un nuage couleur d'or, et peu après une Dame jeune et belle, belle surtout, comme je n'en avais jamais vu, vint se placer à l'entrée de l'ouverture au-dessus du buisson. Aussitôt elle me regarda, me sourit et me fit signe d'avancer, comme si elle avait été ma mère. La peur m'avait passé, mais il me semblait que je ne savais plus où j'étais. Je me frottais les yeux, je les fermais, je les ouvrais, mais la Dame était toujours là, continuant à me sourire et me faisant comprendre que je ne me trompais pas. Sans me rendre compte de ce que je faisais, je pris mon chapelet dans ma poche et me mis à genoux. La Dame m'approuva par un signe de tête et amena elle-même dans ses doigts un chapelet qu'elle, tenait à son bras droit. Lorsque je voulus commencer le chapelet et porter ma main au front, mon bras demeura comme paralysé, et ce n'est qu'après que la Dame se fut signée que je pus faire comme elle. La Dame me laissa prier toute seule ; elle faisait bien passer entre ses doigts les grains de son chapelet, mais elle ne parlait pas ; et ce n'est qu'à la fin de chaque dizaine qu'elle disait avec moi : Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto. Quand j'eus fini de réciter mon chapelet, la Dame me fit signe d'approcher. Mais je n'ai pas osé. Alors elle rentra à l'intérieur de la roche et le nuage disparut avec elle. »

    « La Dame avait l'air d'une jeune fille de seize à dix-sept ans, aux yeux bleus. Elle était vêtue d'une robe blanche, serrée à la ceinture par un ruban bleu glissant le long de la robe. Elle portait sur sa tête un voile blanc, laissant à peine apercevoir ses cheveux, retombant ensuite en arrière jusqu'au dessous de la taille. Ses pieds étaient nus, mais couverts par les derniers plis de la robe sauf à la pointe où brillait sur chacun d'eux une rose jaune, épanouie. Les grains de son chapelet étaient blancs et la chaîne d'or brillante comme les deux roses des pieds. Je n'en ai jamais vu de semblable, ça brillait comme de l'or et bien plus encore. »

    Source : J.M., Agence Fides, 2 mai 2007.

    Notre-Dame_de_Lourdes_8a.jpg

  • Mercredi 6 février 2019

    St Tite, évêque

    Saint_Tite_Kosovo.jpg

    Saint Tite, peinture murale du XIVe siècle
    église St Nicholas, Patriarcat de Pec
    monastère orthodoxe serbe, Kosovo

    (crédit photo)

    Mémoire de Ste Dorothée, vierge martyre

    En certains endroits :
    St Paul Miki et ses comp., martyrs du Japon

    Saint_Paul-Miki-et-compagnons.jpg

  • Vendredi 1er février 2019

    St Ignace d'Antioche, évêque martyr

    Saint_Ignace-Antioche_6b.jpg

  • Mercredi 30 janvier 2019

    Ste Martine, vierge et martyre

    Sainte_Martine_3.jpg

  • Samedi 26 janvier 2019

    St Polycarpe, évêque et martyr

    Saint_Polycarpe_1.jpg

    Au nouveau calendrier :
    Mémoire de St Timothée et St Tite, évêques