Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vierge

  • Mercredi 29 juillet 2015

    Ste Marthe, vierge

    Sainte_Marthe_Tarasque_1b.jpg

    Sainte Marthe et la Tarasque

    A voir : notre dossier sur l’évangélisation de la Provence

  • Vendredi 24 juillet 2015

    Ste Christine (de Tyr), vierge martyre

    Sainte_Christine-de-Tyr_Martyrdom_1b.jpg

    Le martyr de Sainte Christine, par Santo Peranda (1566–1638)
    Basilique des Saints Jean et Paul, Venise

    En certains endroits : St Charbel Makhlouf, prêtre et moine maronite
  • Méditation : l'intercession de Marie

    « Quand Marie écoute, c'est toujours Dieu qui répond. Même quand la prière est imparfaite. Car c'est vrai, parfois, nous ne savons pas très bien quoi demander. Mais quand la prière est imparfaite, Marie rectifie. Elle aide à ajuster la demande à la volonté de Dieu. Saint Louis Grignion de Montfort a une très belle parabole pour nous le faire comprendre. Il donne l'exemple d'un roi qui visite sa bonne ville. Pendant que le cortège du roi, avec toute sa suite, tous ses courtisans, entre dans la ville, voilà un paysan, très humble, qui voudrait, lui aussi, offrir les plus beaux produits de son jardin au roi. Or, devant les cadeaux splendides que les bourgeois de la bonne ville offrent au roi, il a un peu honte, il se sent un peu ridicule avec ses fruits et ses légumes. Mais, dit Saint Grignion de Montfort, la reine a vu l'ennui du paysan. Elle a vu qu'il était dans une situation un peu difficile. Alors, c'est elle qui va voir ce paysan. Elle prend tous les fruits et les légumes qu'il a apportés dans un panier et elle les dispose sur un plateau d'or, avec des rubans, avec des fleurs. Quelque chose qui prend tout de suite une autre allure. Puis c'est la reine elle-même qui offre au roi ce que le paysan voulait lui offrir. Et le roi, avec un grand sourire, reçoit ce que lui offre ainsi le paysan de son royaume.
    Voilà bien ce que Marie accomplit, chaque fois que nous prions et que nous prions avec elle. Parfois, nous ne savons pas quoi demander. Il y a certaines demandes - j'en rencontre parfois - qui, si le Seigneur les exauçaient, seraient un grand malheur pour la personne, ou pour la famille. Mais la personne ne le sait pas. Le demande peut être imparfaite. Aussi Marie vient-elle à notre aide pour que notre prière, chacune de nos prières, reste agréable aux yeux de Dieu. »

    Père Raymond Halter (1925-1998), Le disciple la prit chez lui, La Consécration à Marie (Deuxième Partie, ch.9), F.X. de Guibert, Paris, 1992.

    Vierge_Marie_47a.jpg

  • Méditation : La Sainte Vierge Marie, notre Maman

    « Ne l'oublions pas, la Sainte Vierge est une vraie Maman. Tout en se montrant toujours très tendre, Elle sait aussi être ferme quand il le faut. Si nous nous laissons un peu aller, si nous refusons quelque chose, son regard saura bien nous reprendre et nous exciter par de doux reproches à être plus généreux.
    Marie veut arracher tous ses enfants aux griffes du démon, en les purifiant, mais Elle veut aussi les sanctifier. Son regard est toujours penché sur nous pour travailler à faire de nous des images vivantes de son Fils, aussi parfaites que possible.
    En effet, la Sainte Vierge n'agit jamais seule, mais toujours avec l'Esprit-Saint.
    « Le Saint-Esprit, nous dit le Bienheureux Grignion de Montfort, ayant épousé Marie, et ayant produit en Elle, et par Elle, et d'Elle, ce chef d’œuvre Jésus-Christ, le Verbe Incarné ; comme Il ne L'a jamais répudiée, Il continue à produire tous les jours en Elle et par Elle, d'une manière mystérieuse mais véritable, les prédestinés. (1) »
    C'est en ce sens que l'on doit parler de sa médiation universelle. Dieu « a voulu tout nous donner par Marie », totum nos habere voluit per Mariam (2), nous dit Saint Bernard. Son regard agit donc toujours de concert avec l'Esprit-Saint, pour former Jésus en chacun de ses enfants en les rendant conformes à Lui...
    S'il nous semble n'être pas admis dans cette douce familiarité avec Marie, demandons-Lui, au moins, avec une confiance toute filiale, de nous former comme Elle formait Jésus autrefois. Plus nous nous abandonnerons à Elle, plus Elle agira en nous. »

    1. Le Secret de Marie, p. 18 (nouv. éd., Mame) - 2. Sermon de l'Aqueduc. Fin de la 3e leçon de l'office cistercien de la Sainte Vierge pour le Samedi.

    Dom Godefroid Bélorgey (1880-1964), Sous le regard de Dieu - Initiation à la vie intérieure (ch. III, Art. II, III. Regard de la Sainte Vierge), Éditions du Cerf, Paris, 1946.

    Vierge_a_l_Enfant-80a.jpg

  • Lundi 6 juillet 2015

    Ste Maria Goretti, vierge martyre

    Sainte_Maria-Goretti-2.jpg

    « Sainte Marie Goretti, veuillez demander à Jésus de m’accorder la grâce d’être pur au milieu des tentations quotidiennes qui m’entourent. Quel qu’en soit le coût, permettez-moi d’être toujours fidèle à Dieu. »

    Calendrier liturgique et sanctoral

  • Lundi 15 juin 2015

    Mémoire des Sts Guy (Vite), Modeste et Crescence, martyrs

     Sts Guy,Vite,Modeste,Crescence,martyrs,Germaine,Pibrac,Cousin,vierge

    En certains endroits Ste Germaine de Pibrac (Cousin), vierge

     Sts Guy,Vite,Modeste,Crescence,martyrs,Germaine,Pibrac,Cousin,vierge

    Calendrier liturgique et sanctoral

  • Lundi 1er juin 2015

    Ste Angèle Merici, vierge, fondatrice des Ursulines

     Sainte_Angele_Merici_1b.jpg

    Calendrier liturgique et sanctoral

  • Samedi 30 mai 2015

    Samedi des Quatre-Temps de Pentecôte

     Ste Jeanne d'Arc, vierge, patronne secondaire de la France

  • Méditation : la Bse Vierge Marie et le culte d'hyperdulie

    « Nous ne saurions nous contenter d'avoir pour Notre-Dame une dévotion ordinaire comme celle que nous portons aux autres saints ; ce n'est pas un culte de dulie que nous nous contentons de lui rendre, mais un culte de dulie éminente, hyperdulie, comme le disent les théologiens. En effet, ce n'est pas s'expliquer assez explicitement que de parler de la dévotion à Marie, qui est en soi une chose excellente, mais pourvu qu'on entende ce mot d'une façon toute particulière, et non point comme facultative et de surérogation, parce que Marie appartient au symbole de notre foi. Et de même que sa maternité envers nous ne consiste pas seulement dans des sentiments, des dispositions, un dévouement de mère vraiment incomparable, mais qu'elle se base sur des réalités et non sur des sentiments seuls, de même il nous faut prendre conscience des liens que nous avons avec elle, et qui reposent sur un ensemble doctrinal beaucoup plus profond et plus résistant qu'une pieuse et douce sensibilité. Nous abaissons le culte rendu à la sainte Vierge en le réduisant à une dévotion ; et nous diminuons l'amour que nous lui portons en ne l'élevant pas jusqu'à la doctrine.

    Pour récapituler brièvement la parfaite convenance de ce culte théologique envers Notre-Dame, disons que sa dignité de Mère de Dieu la met absolument hors de pair et en fait un monde à part. Cette maternité divine la fait entrer dans un rapport d'intimité singulière avec le Père, dont le Fils unique est aussi son Fils ; avec le Verbe, à qui elle a donné sa nature humaine ; avec le Saint-Esprit, car le Fils de la Vierge est comme Dieu le principe de ce divin Esprit, et comme homme, son fruit saint et sanctifiant.

    En outre, la maternité divine n'est pas seulement pour Marie un privilège ; c'est encore pour elle la source d'une grâce éminente et d'une sanctification incomparable ; et ce n'est pas sans raison qu'elle a été proclamée par l'ange gratia plena (1). Il faut joindre à ce point de départ les trente années qui s'écoulèrent pour elle à côté de celui qui est la source de la grâce et de la beauté surnaturelle ; son assistance dans les mystères de la Passion, de la Résurrection, de l'Ascension du Seigneur ; les quinze ans de soins, de dévouement, prodigués à l’Église naissante ; et tout cet ensemble s'écoulant avec des accroissements continuels de vertu, de pureté, de charité. Il faut reconnaître que nos hommages ne peuvent rencontrer, après Dieu, un objet plus digne de notre amour. »

    1. Luc I, 28.

    [Madame Cécile J. Bruyère (1845-1909), Abbesse de Sainte-Cécile de Solesmes], La Vie Spirituelle et l'Oraison d'après la Sainte Écriture et la Tradition monastique (ch. XXI), Solesmes, Imprimerie Saint-Pierre, 1899.

    Cf. Ad. Tanquerey, "Précis de Théologie Ascétique et Mystique", 10e édition, Desclée et Cie, 1928, 1ère partie, chap. II, par. 169, p. 119 :
    "Cette vénération doit être plus grande que celle que nous avons pour les Anges et les Saints, parce que par sa dignité de mère de Dieu, son rôle de médiatrice et sa sainteté elle surpasse toutes les créatures. Aussi son culte, tout en étant un culte de dulie (réservé aux saints) et non de latrie (réservé à Dieu), est appelé avec raison le culte d'hyperdulie, étant supérieur à celui qu'on rend aux Anges et aux Saints."

    Cf. Henri-Jacques Stiker, "Dulie & Hyperdulie", Encyclopædia Universalis.

    Cécile J. Bruyère,Abbesse,Solesmes,Vierge,Marie,culte,dévotion,vénération,dulie,hyperdulie,doctrine,eglise

  • Méditation : La Sainte Vierge en son Assomption

    « Considérez Marie monter au Père éternel, ornée de toutes les vertus qui font l'âme belle. Elles sont là, autour de Marie, toutes les vertus qui peuvent se nommer, chacune plus ou moins haut suivant son rang, toutes désirant parvenir à la bonté suprême de Dieu, qui est la source d'où elles découlent en nous. Et Marie, ainsi entourée, montait, avec une telle fête, une telle volonté, tout enflammée du désir de s'unir à la divinité incréée du Père. Et pareillement le Père, avec les deux autres personnes divines, l'attendait avec une joie, une allégresse que la langue humaine ne peut exprimer. Le Cantique des cantiques donne un peu l'impression de la douceur des paroles du Père, quand il dit : "Veni in hortum meum, soror sponsa mea ; messui myrrham meam cum aromatibus meis ; comedi favum cum melle meo ; bibi vinum meum cum lacte meo" (1).
    [...]
    Quelle plus grande joie que celle de Marie ! Elle jouit de Dieu, Je voit, le considère, le possède ; elle se mire en lui uni au Père éternel. Elle voit dans son fils bien-aimé la propre chair qu'elle a nourrie de son lait, celle qu'elle a conçue et tenue dans son sein virginal. Elle voit cette même chair avec laquelle il a passé trente-trois années dans cette vie. Elle voit cette même chair qui a souffert de si âpres douleurs sur le bois de la Croix, pour le salut des âmes qui voudraient suivre sa doctrine évangélique. Et, de cette vue, Marie éprouve tant d'allégresse, tant de consolation, tant de joie triomphante que jamais elle ne se lasse de regarder son fils.
    [...]
    Toute cette fête qui se fait dans la gloire du ciel, quelle en est la cause ? Ce sont les noces qui s'y font, les noces de Marie, épouse de Dieu. Voilà pourquoi, depuis que celle-ci a été élevée au ciel, il n'y a plus que danses, réjouissances, chants suaves qui n'auront pas de fin. Et il est dit par Salomon à tous ceux qui se trouvent à ces noces : "Venite comedite panem meum, et bibite vinum quod miscui vobis, Venite et comedite omnes et inebriamini." (Pr 9,5 ; Ct 5,1) Tous, nous sommes invités à ces noces. Femmes, plût à Dieu que je vous visse toutes enivrées, et moi avec vous, de ce vin de gloire de la vie éternelle. »

    (1) : Ct 5,1 : "Je suis venu dans mon jardin, ô ma sœur, mon épouse, je l'ai cueilli ma myrrhe, avec mes aromates ; j'ai mangé le rayon avec mon miel, j'ai bu mon vin avec mon lait."

    St Bernardin de Sienne (fêté ce jour), 1er Sermon à Sienne, in Paul Thureau-Dangin, "Un prédicateur populaire dans l'Italie de la Renaissance - Saint Bernardin de Sienne, 1380-1444" (Le Prediche volgari, T. I), Librairie Plon E., Nourrit & Cie, Paris, 1896.

    Bernardin de Sienne,Assomption,Vierge,Marie,cantique des cantiques,ciel,fête,allégresse,joie,chants,jardin,épouse,myrrhe,aromates,rayon,miel,vin,lait

  • Méditation : Marie, parfait modèle des vierges

    « Comment devons-nous donc regarder Marie ? Comme ce buisson mystérieux (a) et ardent que les flammes ne consument point, parce que Dieu est lui-même dans ce buisson ; comme l'Arche sacrée (b) où se repose le Seigneur, mais qui est incorruptible ; comme l'Urne précieuse (c) qui renferme la vraie Manne, mais qui jamais ne servit à d'autres usages. Marie est cette Verge d'Aaron (d) qui fleurit par miracle, mais qui conserve toujours sa fleur et son fruit ; Elle est la Toison de Gédéon (e) qui ne reçoit que la rosée du Ciel, et qui en tire toute sa plénitude et toute sa fécondité ; Elle est cette terre bénie (f), qui ne porte que les fruits du Ciel. Elle est ce Chandelier (g) précieux, qui donne une lumière toute divine, mais qui ne contracte aucune souillure. Elle est cette nuée légère dont parle Isaïe (h), nuée qui porte le Seigneur, mais qui est incapable d'aucune tache.
    Quels respects ne devons-nous point à cette Vierge si pure ! Quelles admirations, quelles louanges ne devons-nous point à cette mère de la pureté même, comme l'appelle l’Église ? Quelle religieuse vénération ! La piété l'exige de nous, et nous ne pouvons y excéder tant que nous ne rendons à la Mère de Dieu que ce qui peut convenir à une créature, et que nous ne révérons en elle que les dons de Dieu. Mais avec quel zèle ne devons-nous point honorer sa pureté, en l'imitant, puisque Marie n'a pas été seulement la Vierge la plus parfaite, mais qu'elle a été le plus parfait modèle des Vierges ? »

    (a) Exod. 3, 3. (b) Ibid. 25, 10. (c) Ibid. 16, 33. (d) Num. 17, 8. (e) Jud. 6, 33. (f) Ps. 66, 7 & 84, 23. (g) Zach. 4, 2.

    M. Joseph Lambert (1654-1722), Instructions courtes et familières sur le symbole (Instruction XXIV), Troisième année, Tome I, A Paris, Chez Ph. N. Lottin, 1728.
    (Prêtre, docteur de Sorbonne, prieur de Saint-Martin de Palaiseau, près de Versailles, il y fonda en 1714 une école de charité.)

    Joseph Lambert,Vierge,Marie,arche,urne,chandelier,pureté,modèle

    Adalbert Begas (1836-1888), Madonna mit gesenktem Blick, 1881
    (Begas Haus, Museum für Kunst und Regionalgeschichte Heinsberg)

  • Mardi 19 mai 2015

    St Pierre Célestin, pape et confesseur

     Saint_Pierre-Celestin_2a.jpg

    Détail du panneau central d'un triptyque représentant le Pape Célestin V et des moines
    Château de Casaluce, Campanie

     
    Mémoire de Ste Pudentienne, vierge

    Sainte_Pudentienne_1.jpg

    St Pie Ier avec Ste Pudentienne et Ste Praxède

     
    En certains endroits : St Yves, prêtre
  • Méditation : Enfants de Dieu

    « Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom.
    Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. »
    Jn 1,12-13
     
    « D'après Jn 1,12-13, nous pouvons « devenir » progressivement enfants de Dieu, dans la mesure où nous croyons en celui qui est notre modèle, le Fils de Dieu. « Filii in Filio », telle sera la formule classique de la théologie moderne : nous devons « devenir » enfants de Dieu dans le Fils (1). Il va donc sans dire que si Marie est la mère du Fils de Dieu fait homme - notre modèle - elle aura aussi un rôle à tenir dans la répétition de cette « incarnation » dans les âmes des croyants. La maternité de Marie, qui a commencé à l'Incarnation de Jésus, se prolonge dans la vie des chrétiens. [...]
    C'est ce que signifient les paroles de Jésus sur la croix : « Femme, voici ton fils... ; voici ta mère » (19,26-27)... Expliquée théologiquement, la signification de Marie pour nous est alors d'une importance exceptionnelle. Elle a enfanté le Christ entier, et par conséquent aussi les disciples et les frères de Jésus (2). [...]
    S'étendant donc à tous les hommes, la maternité virginale de Marie implique pour nous une invitation à l'accueillir dans notre vie et à la considérer comme notre mère, en même temps que celui dont elle est la mère, le Christ, notre modèle, puisque nous sommes appelés à lui devenir semblables. Puisqu'en chacun de nous doit être formée l'image du Christ, il faut que nous aussi, comme Marie - mais spirituellement parlant - nous concevions en nous et nous enfantions en nous le Christ. »

    1. - A la différence de Paul, Jean, pour en parler, utilise toujours deux mots différents : « tekna » (enfants) pour les croyants, et « Huyos » (Fils) pour Jésus.
    2. - Voir à ce sujet Isaac de l'Etoile, Serm. 51 in Ass. B.M. (PL 194, 1863 A-B)

    Ignace de la Potterie s.j., Marie dans le mystère de la Nouvelle Alliance (La conception virginale de Jésus selon Jean, p.147), Desclée, Coll. "Jésus et Jésus-Christ" n°34, Paris, 1988.

     Ignace de la Potterie,Vierge,Marie,mère,fils,enfant,conception,Christ

    Domenico Ghirlandaio, Vierge de Miséricorde (v.1472)

  • Mardi 12 mai 2015

    Sts_Neree_Achille_Domitille_1b.jpg

    Pomarancio (v.1598-99), Ste Domitille avec Sts Nereus (Nérée) & Achilleus (Achille)
    Eglise des Saints Nérée et Achille, Rome

  • Jeudi 30 avril 2015

    Ste Catherine de Sienne, vierge et docteur, patronne de l'Europe
    (fête avancée à la veille au nouveau calendrier)
  • Lundi 16 février 2015

    Ste Julienne de Nicomédie, vierge et martyre

     Sainte_Julienne-de-Nicomedie_1a.jpg

    Calendrier liturgique et sanctoral

  • Beauraing : elle était la dernière à avoir vu la Vierge...

    La dernière voyante de Beauraing a rejoint la "Belle dame" au Ciel. Hospitalisée quelques temps à l'hôpital Mont-Godinne, Gilberte Degeimbre est décédée ce mardi 10 février, à l'âge de 91 ans.

    beauraing,déces,mort,Gilberte Degeimbre,apparitions,Vierge,Marie,Belgique

    Albert, Fernande, Gilberte Voisin, Gilberte et Andrée Degeimbre

    Rappel des apparitions et dernier entretien avec Gilberte Degeimbre à lire sur InfoCatho.be

  • Mardi 10 février 2015

    Ste Scholastique, vierge

     Ste Scholastique,vierge,soeur,St Benoît

    Calendrier liturgique et sanctoral

  • Jeudi 5 février 2015

    Ste Agathe, vierge et martyre

     Sainte_Agathe_6b.jpg

    Calendrier liturgique et sanctoral

  • Méditation : la Purification de la Sainte Vierge

    « Aujourd'hui, une vierge mère porte le Seigneur du temple dans le temple du Seigneur, et Joseph vient offrir à Dieu, non pas son fils à lui Joseph, mais le Fils même de Dieu, en qui le Père a mis toutes ses complaisances. Siméon, le juste, reconnaît celui qu'il attendait, Anne, la veuve, le confesse. Ces quatre personnages sont les premiers qui ont célébré, en ce jour, une procession qui devait ensuite être l'objet d'une fête joyeuse, fête pour tous les peuples de la terre, et dans tous les endroits du monde. Ne vous étonnez point si cette procession fut petite, Celui qui en était l'objet était si petit lui-même ! Mais, dans ses rangs, il n'y avait point de place pour un seul pécheur, ceux qui la composaient étaient tous justes, saints et parfaits. Mais Seigneur, ne sauverez-vous que ceux-là ? Vous grandirez et votre compassion grandira aussi, et, quand votre miséricorde se sera multipliée, vous ne sauverez pas seulement les hommes, Seigneur Dieu, vous sauverez les animaux même. Dans une seconde procession, le Sauveur marche précédé et suivi de la foule, mais alors ce n'est plus une vierge, c'est un âne qui le porte ... Si on est de mœurs pures, si à l'obéissance on joint la charité, qui couvre une multitude de péchés, alors on sera jugé digne de l'honneur de suivre sa procession. Je vais plus loin et je trouve que cette procession même, où il semble n'avoir admis qu'un si petit nombre de personnes, nous est réservée, à nous aussi. Et pourquoi n'aurait-il pas réservé, pour la postérité, cet honneur qu'il a accordé à nos devanciers ?

    "Seigneur Dieu, nous avons reçu votre miséricorde au milieu de votre temple (Psal. XLVII, 10.)" ... Embrassons donc la miséricorde que nous avons reçue au milieu du temple, et ne nous éloignons pas plus du temple que la bienheureuse Anne ne s'en éloignait elle-même. "Car le temple de Dieu est saint, mais ce temple n'est autre que vous-même (I Cor. III, 17)," dit l'Apôtre. Par conséquent, cette miséricorde n'est pas loin de vous, la parole de Dieu n'est point éloignée de vous, elle est dans votre bouche, dans votre cœur (Rom. X, 8). D'ailleurs, le Christ habite dans vos cœurs par la foi, voilà quel est son temple, quel est son trône ; car je ne pense pas que vous ayez oublié ces paroles : "L'âme du juste est le trône de la sagesse (1)." Aussi, s'il est une chose que je veux rappeler souvent à mes frères, que je veux leur rappeler toujours, et que je leur demande aujourd'hui avec instance, c'est que, dans cette chair, nous ne vivions point selon la chair, si nous ne voulons point déplaire à Dieu. Ne soyons pas amis de ce siècle, si nous ne voulons être ennemis de Dieu. Résistons aussi au diable, et il s'éloignera de nous, il nous laissera marcher librement selon l'esprit, et vivre dans notre cœur. Aussi bien, le corps qui se corrompt appesantit, énerve et effémine l'âme, et cette habitation de boue accable l'esprit par la multitude de soins dont elle l'occupe, et l'empêche de s'élever aux choses du ciel (Sap. IX, 15). Voilà pourquoi la sagesse de ce monde est appelée folie auprès de Dieu, et celui qui se laisse vaincre par le malin lui est abandonné en esclavage. Or, c'est dans le cœur que nous recevons la miséricorde, c'est dans le cœur que Jésus-Christ habite, c'est dans le cœur enfin qu'il parle de paix à son peuple, à ses saints, à ceux, en un mot, qui rentrent dans leur cœur. »

    1. Cette phrase est citée comme étant de l’Écriture sainte par plusieurs Pères, et entre autres par saint Grégoire-le-Grand. Nous la retrouverons encore sous la plume de saint Bernard, dans son sermon XXVII sur le Cantique des cantiques.

    St Bernard, Extrait du Premier Sermon pour le jour de la Purification de la Sainte Vierge Marie : Des trois miséricordes, in "Œuvres complètes de Saint Bernard" Tome III, Traduction nouvelle par M. l'Abbé Charpentier, Paris, Librairie Louis Vivès, Éditeur, 1866.

    Simeon-et-Anne_1.jpeg