Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vierge

  • Mardi 9 février 2016

    St Cyrille d'Alexandrie, évêque et docteur de l'Eglise

    St Cyrille d'Alexandrie,évêque,docteur de l'Eglise,

    Catéchèse de Benoît XVI sur St Cyrille d'Alexandrie (Audience générale du 3 octobre 2007)

     Mémoire de Ste Apolline, vierge martyre

    St Cyrille d'Alexandrie,évêque,docteur de l'Eglise,

  • Samedi 6 février 2016

    St Tite, évêque

    St Tite, évêque

    Saint Tite, peinture murale du XIVe siècle
    église St Nicholas, Patriarcat de Pec
    monastère orthodoxe serbe, Kosovo
    (crédit photo)

     Mémoire de Ste Dorothée, vierge martyre

    St Tite, évêque

    En certains endroits :
    St Paul Miki et ses compagnons, martyrs du Japon

    St Tite, évêque

  • Vendredi 5 février 2016

    Ste Agathe, vierge martyre

    Sainte_Agathe_8b.jpg

    Martyre de sainte Agathe, Giambattista Tiepolo (1696-1770)
    Staatliche Museen, Berlin

  • Samedi 30 janvier 2016

    Ste Martine, vierge martyre

    Ste Martine,vierge,martyre

    Sainte Martine refusant d'adorer les idoles, Pierre de Cortone (1596-1669)
    Palais Pitti, Florence (Italie)

  • Samedi 23 janvier 2016

    St Raymond de Peñafort, religieux

    St Raymond de Pennafort,religieux,

    St Raymond de Peñafort, Tommaso Dolabella (1570-1650)
    Couvent des Dominicains de Cracovie

    (Crédit photo)

     Mémoire de Ste Emerentienne, vierge martyre

    St Raymond de Pennafort,religieux,Ste Emerentienne,vierge,martyre

  • Lundi 18 janvier 2016

    De la férie
     
    Mémoire de Ste Prisque, vierge martyre
  • Méditation - Prière à la Très Sainte Vierge

    « O Mère tendre et aimante, Vierge très prudente qui êtes la Mère de mon Rédempteur, je viens Vous saluer en ce jour avec l'amour le plus filial dont puisse Vous aimer le cœur d'un enfant.
    Oui, je suis votre enfant et, parce que mon impuissance est si grande, je prendrai les ardeurs du Cœur de votre divin Fils ; avec Lui, je Vous saluerai comme la plus pure des créatures, car Vous avez été formée selon les désirs et les attraits du Dieu trois fois Saint !
    Conçue sans la tache du péché originel, exempte de toute corruption, Vous avez été toujours fidèle aux mouvements de la grâce et votre âme accumulait ainsi de tels mérites, qu'elle s'est élevée au-dessus de toutes les créatures.
    Choisie pour être la Mère de Jésus-Christ, Vous L'avez gardé comme en un sanctuaire très pur et Celui qui venait donner la vie aux âmes, a pris Lui-même la vie en Vous et a reçu de Vous son aliment.
    O Vierge incomparable ! Vierge Immaculée ! Délices de la Trinité bienheureuse ! Admirée des anges et des saints, Vous êtes la joie des cieux !
    Étoile du matin, Rosier fleuri du printemps, Lys très blanc, Iris svelte et gracieux, Violette parfumée. Jardin cultivé et réservé pour les délices du Roi des cieux !... Vous êtes ma Mère, Vierge très prudente, Arche précieuse où s'enferment toutes les vertus ! Vous êtes ma Mère, Vierge très puissante, Vierge clémente, Vierge fidèle ! Vous êtes ma Mère, Refuge des pécheurs ! Je Vous salue et je me réjouis à la vue de tels dons que Vous a fait le Tout-Puissant et de tant de prérogatives dont Il Vous a couronnée.
    Soyez bénie et louée, Mère de mon Rédempteur, Mère des pauvres pécheurs ! Ayez pitié de nous et couvrez-nous de votre maternelle protection.
    Je Vous salue au nom de tous les hommes, de tous les saints et de tous les anges.
    Je voudrais Vous aimer avec l'amour et les ardeurs des séraphins les plus embrasés, et c'est encore trop peu pour rassasier mes désirs... et Vous rendre éternellement une louange filiale, constante et très pure.
    O Vierge incomparable ! bénissez-moi, puisque je suis votre enfant. Bénissez tous les hommes ! Protégez-les, priez pour eux Celui qui est Tout-Puissant et qui ne peut rien Vous refuser.
    Adieu, Mère tendre et chérie ! Je Vous salue jour et nuit, et dans le temps et dans l'éternité ! »

    Prière enseignée par Notre-Seigneur à Sœur Josefa Menendez (1890-1923) le 26 août 1923, in "Un appel à l'Amour - Le Message du Cœur de Jésus au monde", Apostolat de la Prière, Toulouse, 1944.

    Josefa Menendez,prière,Vierge,Marie,mère,fils,Jésus-Christ,rédempteur,trinité,enfant

  • Angelus de ce 8 décembre 2015

    Des dizaines de milliers de personnes ont participé sur la place Saint-Pierre à l’Angélus de ce 8 décembre 2015. Le Pape François leur a rappelé la signification de l’Immaculée Conception : « Marie est notre sœur dans la souffrance, mais elle ne l’est pas dans le mal et le péché ». « En elle, le mal a été vaincu avant même de l’effleurer ». Marie est « la première à avoir été sauvée par la miséricorde infinie du Père ». « C’est pour cette raison que l’Immaculée est devenue l’icône sublime de la miséricorde divine qui a vaincu le péché ». Et en ce début de l’Année Sainte extraordinaire, le Saint-Père a exhorté les fidèles à tourner leurs regards « vers cette icône avec un amour confiant et à la contempler dans toute sa splendeur en imitant sa foi ».

    Dans la conception immaculée de Marie, a-t-il dit, « nous sommes invités à reconnaître l’aube d’un nouveau monde, transformé par l’œuvre salvifique du Père, du Fils et du Saint-Esprit ». La Vierge Marie est « la Mère d’une humanité nouvelle, la Mère d’un monde recréé ». Célébrer la fête de l’Immaculée Conception veut dire tout d’abord « accueillir pleinement dans nos vies Dieu et sa grâce miséricordieuse » ; et en deuxième lieu, cela veut dire « devenir à notre tour des artisans de la miséricorde dans un cheminement évangélique ». « La fête de l’Immaculée devient alors notre fête à tous si par des “oui” quotidiens nous parvenons à vaincre notre égoïsme, à mettre de la joie dans la vie de nos prochains, à leur donner l’espérance, à essuyer quelques larmes, à offrir un peu de gaité ».

    « À l’imitation de Marie, nous sommes invités à annoncer le Christ, à être les témoins de son amour, en accordant notre attention surtout à ceux qui sont les préférés de Jésus » : ceux qui ont faim et soif, les malades, les détenus. La fête de l’Immaculée conception, a poursuivi le Saint-Père, nous rappelle que « dans notre vie tout est don, tout est miséricorde ». C’est la miséricorde divine qui doit distinguer les chrétiens. Un chrétien authentique ne peut pas ne pas être miséricordieux. La miséricorde est « la synthèse de l’Évangile ». Elle est « le trait distinctif du visage du Christ quand Il va à la rencontre de tous, quand Il guérit les malades, quand Il partage ses repas avec les pécheurs, et surtout quand, cloué sur la croix, Il pardonne ». Le Pape François encourage donc les chrétiens à « ne pas avoir peur, à se laisser embrasser par la miséricorde de Dieu qui nous attend et pardonne tout. Rien n’est plus doux que sa miséricorde. Laissons-nous caresser par Dieu », a-t-il lancé avant de prier pour que, par l’intercession de Marie Immaculée, la miséricorde s’empare de nos cœurs et transforme toute notre vie.

    Après l’Angélus, le Souverain Pontife a rappelé qu’il se rendrait dans l’après-midi place d’Espagne, dans le centre historique de Rome, pour rendre hommage à la statue de l’Immaculée Conception, une tradition qui se répète chaque année le 8 décembre. Mais il a ajouté qu’il se rendrait également dans la foulée à la basilique Sainte-Marie Majeure où se trouve une icône pour laquelle il nourrit une grande dévotion. Un geste, a-t-il expliqué, pour « confier à Marie, Mère de Miséricorde, l’Église et l’humanité tout entière, et en particulier la ville de Rome ». Avant de prendre congé des fidèles, le Pape François les a invités à saluer le Pape émérite Benoît XVI qui venait lui aussi de franchir la Porte de la Miséricorde.

    Source : Radio Vatican (HD-RF).

    Texte intégral traduit en français sur Zenit.org.

    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

  • Méditation : Immaculée Conception de la Sainte Vierge Marie

    « Comme le temps approchait auquel Dieu avait résolu de se revêtir de notre nature, le Verbe divin commença à disposer toutes choses pour sa venue en ce monde. Son premier soin fut de créer cette sainte Vierge qui devait être sa mère, et de la remplir, au moment de sa conception, de grâces convenables à sa dignité, n'étant pas possible qu'un Fils si puissant épargnât rien pour une mère qu'il avait choisie entre toutes les femmes, et qu'il aimait trop pour n'user à son égard que d'une libéralité commune. [...]
    Il la préserva du péché originel dont elle devait naturellement être coupable comme les autres filles d'Adam, et il sanctifia son âme dès qu'il la créa pour l'unir à son corps. Si bien que, comme le Créateur donna au soleil l'être et la lumière tout ensemble, et comme avec la vie naturelle il communiqua celle de la grâce tant aux Anges qu'à nos premiers pères, il remplit aussi l'âme de la Vierge d'une excellente sainteté à l'instant même qu'il la tira de l'abîme du néant, d'où elle sortit toute brillante, comme un soleil que les ténèbres du péché n'avaient jamais obscurci. [...]

    O Verbe divin ! qui vous êtes fait homme dans le sein de cette Vierge pour vous former une Église pleine de gloire, sans tache, sans ride et sans nul défaut (1), je vous rends grâce de ce que, par une faveur spéciale, vous avez communiqué à votre bienheureuse Mère, dès le moment de sa conception, cette pureté parfaite que les autres Saints n'obtiennent que dans le ciel. O glorieuse Mère de Dieu ! je me réjouis de ce que vous êtes venue au monde toute éclatante de lumière, aussi bien que votre Fils qui est le Soleil de Justice. Vous pouvez dire comme lui, en ce premier moment de votre vie, que vous êtes prête à exécuter la volonté du Seigneur (2), et que sa loi, qui est la loi de la charité et de la grâce, est déjà gravée au milieu de votre cœur. Tout ce que je vous demande, c'est que notre divin Rédempteur vous ayant choisie pour coopérer avec lui à notre salut, vous le conjuriez de nous appliquer ses mérites, de nous pardonner nos fautes passées, de nous préserver de celles que nous pouvons faire à l'avenir, de nous imprimer en général une telle horreur du péché, que nous comptions pour le dernier de tous les maux, celui d'être un moment privé de sa grâce. »

    1. Ephes. 5, 27. - 2. Psal. 39.

    Vénérable Louis Dupont s.j. (Luis de la Puente, 1554–1624), Le Trésor des Serviteurs de Marie ou Méditations sur les vertus et les glorieuses prérogatives de la Sainte Vierge (Première Partie, IIIe Méditation), Trad. des Méditations du P. Brignon, A Lyon, Chez Rusand / A Paris, A la Librairie Ecclésiastique de Rusand, 1829.

    Louis Dupont,Luis de la Puente,Immaculée Conception,Vierge,Marie,péché originel,pureté,sainteté,gloire

    L'Immaculée Conception, Francisco de Zurbarán
    Magyar Szépmüvészeti Múzeum, Budapest (Crédit photo)

  • Vendredi 4 décembre 2015

    St Pierre Chrysologue, évêque et docteur de l'Eglise

    St Pierre Chrysologue,évêque,docteur de l'Eglise,Ste Barbe,Barbara,vierge,martyre

    Mémoire de Ste Barbe (ou Barbara), vierge martyre

    St Pierre Chrysologue,évêque,docteur de l'Eglise,Ste Barbe,Barbara,vierge,martyre

    Au nouveau calendrier : Mémoire facultative de St Jean Damascène (de Damas), prêtre et docteur
    (le 27 mars au calendrier traditionnel)

    1er Vendredi du mois dédié au Sacré-Coeur de Jésus

  • Mercredi 2 décembre 2015

    Ste Viviane (ou Bibiane), vierge martyre

    Sainte_Bibiane_1b.jpg

  • Mercredi 25 novembre 2015

    Ste Catherine d'Alexandrie, vierge martyre

    Ste Catherine d'Alexandrie,vierge,martyre

    Sainte Catherine d'Alexandrie par Caravage (1571-1610)
    Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid

    (Crédit photo)
     
  • Méditation : La Vierge Marie « Mater Misericordiae »

    « Le grand tourment de la Sainte Vierge est de voir un de ses enfants se perdre. Comme les mamans de la terre aiment toujours leurs enfants, même quand ils ont commis les plus grands crimes, et sont toujours prêtes à les excuser, ainsi Marie veut sauver tous ses fils, même les plus misérables. Elle intercède jusqu'au bout auprès de son divin Fils, dans son amour quasi infini pour ses pauvres enfants, ayant l'air de dire : Ce pardon que votre justice ne permet pas de donner, accordez-le à la supplication d'une Mère, de votre Mère ! Pour sauvegarder votre honneur, mettez tout sur le compte de ma trop grande miséricorde !

    Nous devons être convaincus de cet amour de Marie pour nous, de sa sollicitude à notre égard jusqu'à la dernière seconde de notre vie, du soin qu'Elle prend pour nous tirer du péché en se montrant, parfois jusqu'à la témérité, Mater Misericordiae. »

    (Cf. méditation proposée le 11 juillet dernier)

    Dom Godefroid Bélorgey (1880-1964), Sous le regard de Dieu - Initiation à la vie intérieure (ch. III, Art. II, III. Regard de la Sainte Vierge), Éditions du Cerf, Paris, 1946.

    ND-de-la-Merci_3a.jpg

    Basilique de la Miséricorde, à Macerata (MC, Italie)
    Retable du XVIe, Mater Misericordiae
    (A gauche St Giuliano et St André ; à droite St Roch et St Sébastien)

    (Source et crédit photo)

  • Mardi 10 novembre 2015

    St André Avelin, religieux

    Saint_Andre-Avelin_1b.jpg

    Mémoire des Sts Tryphon et Respice, martyrs, et Ste Nymphe, vierge martyre

    Saint_Tryphon_1.jpg

    Calendrier liturgique et sanctoral

  • Méditation : Marie, Mère des chrétiens

    « Si Jésus est le Père des âmes, Marie en est la Mère ; car, en nous donnant Jésus, elle nous a donné la vie.
    Marie est notre Mère, non seulement par adoption, mais surtout à titre de génération spirituelle. Elle est devenue notre Mère lorsqu'elle a conçu le Fils de Dieu. Et c'est sur le Calvaire que le prix de notre rédemption a été payé à la justice divine ; c'est du haut de sa croix que Jésus-Christ nous a mérité la grâce de l'adoption et de la gloire ; c'est donc là proprement que Marie, dans le sein de laquelle nous étions conçus spirituellement depuis l'Incarnation, nous a enfantés à la vie de la foi.
    Jésus, par ces paroles : « Femme, voilà votre Fils », a révélé au monde une vérité qui importe grandement au salut : il a réservé cette manifestation pour le moment suprême de sa vie. Et Marie, au pied de la croix, se montrait si bien notre Mère en sacrifiant pour notre salut son Fils premier-né !
    Nous sommes donc les enfants de Marie. Nous lui appartenons comme le fils à sa mère. C'est dans elle et par elle que Jésus-Christ, en nous communiquant sa vie, nous a rendus participants de sa nature ; de sorte que nous sommes nés spirituellement de Marie, par suite de son ineffable union avec Jésus-Christ, Père de nos âmes.
    Bénissons la bonté divine qui nous a donné Marie pour mère, pour nourrice spirituelle et pour médiatrice. C'est bien avec raison que saint Bernard l'appelle l'échelle des pécheurs et la raison de leur espérance. Elle a été donnée au monde, dit-il encore, afin que, par elle, les dons célestes fussent sans cesse transmis de Dieu aux hommes ; et Jésus a voulu mettre entre les mains de sa Mère le prix de ses mérites afin que nous recevions d'elle tout ce que nous pouvons avoir de bien.
    En méditant de si grandes choses, goûtons notre bonheur, et admirons avec reconnaissance la profondeur des trésors de la sagesse et de la miséricorde divines. »

    Bx Guillaume-Joseph Chaminade (1761-1850), cité in "L'Immaculée Vierge Mère de Dieu", Maison de la Bonne Presse, Paris, 1933.

    Bx Guillaume-Joseph Chaminade,Vierge,Marie,Mère,chrétiens,enfants,fils,Jésus-Christ,médiatrice,dons,espérance,miséricorde

    Retable de la Vierge de Miséricorde (panneau central), par Jean Miralhet
    Chapelle des Pénitents noirs, Nice

  • Méditation : Marie notre Mère

    « Dès que Marie fut proclamée notre mère, elle conçut aussitôt pour nous cette tendre compassion, cet amour sans bornes, qui est le propre d'une mère. Le Seigneur dilata son cœur et l'enflamma de telle sorte, qu'elle put accueillir et aimer autant d'enfants qu'il y avait de fidèles. Ainsi elle n'a pas seulement le nom et le titre de mère ; elle l'est réellement par sollicitude, par inclination, par amour... Sur le Calvaire, elle s'unit à l'immolation de Jésus pour notre salut. Ce fils qu'elle aimait mille fois plus que sa propre vie, elle en fait généreusement le sacrifice pour nous témoigner son amour. En toute vérité, l'on peut appliquer à Marie ces paroles dites du Père céleste : Sic dilexit mundum, ut Filium suum unigenitum daret (Jn III, 16). Par dévouement pour ses enfants d'adoption, elle n'a pas hésité à donner son fils unique... Tant que Marie vécut sur la terre, elle fut pour tous les fidèles la plus tendre des mères ; et maintenant qu'elle est dans le ciel, elle continue à nous donner à tous, chaque jour, des preuves de son amour maternel. Comptez, si vous le pouvez, les malades guéris, les affligés consolés, les malheureux soulagés, les morts ressuscités, les pécheurs convertis par la protection de cette incomparable mère. Mais, si elle nous est toute dévouée et si elle nous a donné tout ce qu'elle avait de plus cher, est-il quelque chose que nous soyons en droit de lui refuser ? A l'exemple du disciple bien-aimé, payons-la d'un juste retour ; soyons tout entiers à son amour, à son culte, à son service. Et ex illa hora accepit eam discipulus in sua... (Jn XIX, 27). »

    M. H.-C.-A. Juge, Manuel de Prédication Populaire, Tome second (IIIe Série : Marie notre mère, XXI), Société Générale de Librairie Catholique, Paris - Bruxelles, 1881.

    M. H.-C.-A. Juge,Vierge,Marie,mère,enfants,compassion,coeur,Jésus,calvaire,croix,adoption,amour maternel,malades,affligés,pécheurs,guérison,consolation,conversion

  • Samedi 3 octobre 2015

    Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus, vierge, religieuse
    docteur de l'Eglise, patronne secondaire de la France et des missions

    (fête avancée au 1er octobre au nouveau calendrier)

    Sainte_Therese_Lisieux_3b.jpg

    Calendrier liturgique et sanctoral

  • Voyage apostolique du Pape : Prière au Sanctuaire de la Virgen de la Caridad del Cobre à Santiago

    Galerie photographique

    Rediffusion en différé sur KTO ce mardi 22 à 11h00

    Après sa visite à Holguìn, le Pape François a été accueilli par des milliers de personnes à Santiago, grand port de l’est du pays. Le Souverain Pontife a rencontré dans la soirée les évêques avant de se rendre au Sanctuaire de la Vierge de la Charité del Cobre.

    Le Pape François a posé un bouquet de fleurs au pied de la statue de la Vierge, puis il a médité pendant plusieurs minutes, avant de réciter une prière. « Vierge de la Charité de Cobre ! Patronne de Cuba ! Votre nom et l'image sont sculptés dans l'esprit et le cœur de tous les Cubains. (…) Mère de la réconciliation ! Rassemble tes enfants dispersés à travers le monde. Fais de la nation cubaine une maison de frères et sœurs pour que ce peuple ouvre son esprit et sa vie au Christ ».

    Le Saint-Père a aussi offert un vase d'argent avec des fleurs et des pétales en céramique : un geste symbolique à l’image de celui que font les cubains, donner un bouquet de fleurs à la Vierge. Car ce lieu réunit de nombreux fidèles : Notre Dame de la Charité a été proclamée Sainte patronne de Cuba en 1916 par le Pape Benoit XV, à la fin de la guerre d’indépendance nationale. La statue a, elle, été finalement couronnée par St Jean Paul II, au cours de son voyage sur l’ile.

    Source : Radio Vatican.

    Texte original des prières en espagnol sur le site internet du Vatican.

  • Méditation : Marie, refuge des pécheurs

    « Ne craignez point de vous confier à Marie, malheureux pécheurs ; jetez-vous dans son sein avec une entière confiance. Vous avez un moyen assuré de salut, et vous vous laisseriez périr ! La bonne Vierge Marie veut vous arracher à l'éternelle damnation, et vous iriez affronter la colère de Dieu, et vous vous condamneriez vous-mêmes aux souffrances de l'enfer. Oh ! non ; voilà que vous renoncez sans retour à tous vos dérèglements, à toute une vie de péchés et de scandales. Voilà que vous dites à la Très-Sainte Vierge : Me voici confus et humilié ; recevez votre enfant, qui ne mérite plus ce titre ; cachez-le sous vos ailes maternelles, et priez Dieu pour lui, pour qu'il lui fasse miséricorde. Marie aura pitié de vous. La considération de vos crimes pourrait vous arrêter peut-être. Vous avez foulé aux pieds toutes les vertus dont Marie vous donnait un si bel exemple. Vous avez profané peut-être cette angélique pureté si chère à la Vierge sans tache. Votre cœur, fait pour être la demeure des pensées chastes et saintes, s'est souillé de mille pensées impures, de mille désirs obscènes ; vous vous êtes abandonnés à tous vos penchants dépravés. Ah ! Marie a bien souffert d'une conduite si opposée à la sienne. Mais, enfin, elle est mère. A votre tour, pleurez sur toutes vos erreurs. Marie aura égard à vos larmes, elle vous aidera à recouvrer votre innocence. Quelque grands que soient vos crimes, sa bonté est plus grande encore ; pourvu que vous les détestiez, elle intercèdera pour vous, elle vous défendra auprès de Dieu, et Dieu se laissera toucher.

    Ô admirable tendresse de Marie pour les âmes pécheresses ! Souvent elle n'attend pas que le pécheur aille à elle. Comme le bon pasteur, elle court à la recherche de la brebis égarée. Que de conversions obtenues par sa protection toute puissante, que d'âmes arrachées à l'enfer par ses supplications auprès de Dieu ! Non, Chrétiens, elle ne vous laissera pas périr ; elle vous fera ouvrir les yeux à la lumière, elle vous montrera l'horrible état de votre conscience, et vous frémirez, et vous reviendrez à Dieu... Un peu de confiance, un peu de bonne volonté, et vous sentirez tous les effets de sa puissante intercession.

    Ô Marie, douce Vierge, ayez pitié de tous les coupables. Du haut du ciel, jetez un regard favorable sur les crimes de la terre. Assise sur le trône éclatant où vous ont élevé vos vertus, intercédez pour les pécheurs. Dieu ne peut rien vous refuser. Jésus-Christ vous accordera, puissante souveraine, tout ce que vous lui demanderez pour le salut des âmes. Ces âmes pécheresses, qui vous devront leur bonheur, vous loueront pendant toute une éternité ; toute une éternité, elles chanteront votre gloire. Ô Marie, refuge des pécheurs, priez pour nous ! »

    M. l'Abbé Martin, Le Livre de Marie - Cours d'instructions neuves et surtout pratiques (Vingt-sixième jour), A Taillard-Jaunet, Guincourt (Ardennes), 1857.

    Abbé Martin,Vierge,Marie,refuge,pitié,miséricorde,pécheurs,coupables,pensées,désirs,tendresse,bonté,bonheur,gloire,éternité