Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

seigneur

  • Prière du poète

    « Je ne sais ni bêcher, ni herser, ni faucher,
    Et je mange le pain que d'autres ont semé.
    Mais tout ce que l'on peut moissonner de douceur,
    Je l'ai semé, Seigneur.

    Je ne sais ni dresser un mur de bonne pierre,
    Ni couler une vitre où se prend la lumière.
    Mais tout ce que l'on peut bâtir sur le bonheur,
    Je l'ai bâti, Seigneur.

    Je ne sais travailler ni la soie, ni la laine,
    Ni tresser en panier le jonc de la fontaine.
    Mais ce qu'on peut tisser pour habiller le cœur,
    Je l'ai tissé, Seigneur.

    Je ne sais ni jouer de vieux airs populaires,
    Ni même retenir par cœur une prière.
    Mais ce qu'on peut chanter pour se sentir meilleur,
    Je l'ai chanté, Seigneur.

    Ma vie s'est répandue en accords à vos pieds.
    L'humble enfant que je fus est enfant demeuré,
    Et le peu qu'un enfant donne dans sa candeur,
    Je vous l'offre, Seigneur. »

    Maurice Carême (1899-1978), Poèmes (Heure de Grâce, 1957).

    Maurice Carême,prière,poète,bonheur,enfant,candeur,coeur,offrande,Seigneur

    (Crédit photo)

  • Prière du matin

    « Seigneur, dans le silence de ce jour naissant,
    je viens Te demander la paix, la sagesse, la force.
    Je veux regarder aujourd'hui le monde
    avec des yeux tout remplis d'amour,
    être patient, compréhensif, doux et sage,
    voir au-delà des apparences Tes enfants
    comme Tu les vois Toi-même
    et ainsi ne voir que le bien en chacun.
    Ferme mes oreilles à toute calomnie,
    garde ma langue de toute malveillance ;
    que seules les pensées qui bénissent
    demeurent dans mon esprit.
    Que je sois si bienveillant et si joyeux
    que tous ceux qui m'approchent sentent Ta présence.
    Revêts-moi de Ta beauté, Seigneur,
    et qu'au long de ce jour je Te révèle. »

    St Bruno Le Chartreux (1030-1101) (*)
    Texte extrait du Recueil de prières composé par Claude Jeukens s.j.
    pour les Groupes de Jeunes de Verviers (Belgique).

    (*) : cette prière est attribuée par erreur à st François d'Assise ou ste Thérèse d'Avila.
    Un grand merci à Monique et Gisèle qui m'ont permis de lui donner sa juste paternité !

    soleil_levant_25a.jpg

    (Crédit photo)

  • Prière, à l’heure du crépuscule...

    « Et voici venir l’heure du crépuscule. À cette heure, Lumière du monde, sois encore avec moi. Reste avec nous, Seigneur, parce que le jour décline (Lc 24, 29).
    La clarté du jour se fait plus douce et plus tendre. Elle devient dorée, puis rouge, puis violette. Elle enveloppe toutes choses dans une grande paix.
    Étends la même paix, Seigneur, sur nos vies finissantes. Quand l’ombre des grands monts, – l’ombre des collines éternelles – s’approchera de mon âme, fais que cette ombre demeure traversée par ta lumière. Donne-moi alors, Seigneur, d’entendre sans crainte, avec joie, cette invitation qu’un jour, sur le lac, tu adressais à tes disciples : Passons à l’autre rive (Lc 8, 22). »

    Un moine de l’Église d'Orient [Lev Gillet, 1893-1980], Le visage de Lumière : Reflets d’Évangile, Éditions de Chevetogne, 1966.

    soleil_couchant_25a.jpg

    (Crédit photo)

  • Méditations sur l'Ascension

    Méditations sur l'Ascension précédemment proposées sur notre site internet:

    02 juin 2011 : Saint Augustin (354-430)

    17 mai 2012 : Dom Prosper Guéranger (1805-1875)

    09 mai 2013 : Mgr Raymond Bouchex (1927-2010)

    29 mai 2014 : Bx John Henry Newman (1801-1890)

    14 mai 2015 : Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874)

    05 mai 2016 : Les Bénédictins de l'Abbaye de Notre-Dame d'Einsiedeln (1936)

    25 mai 2017 : Père Alphonse de la Mère des Douleurs (1917)

    10 mai 2018 : Mgr Raymond Bouchex (1927-2010)

    30 mai 2019 : Jean Tauler (v.1300-1361)

    Ascension-13a.jpg

  • Jeudi 9 avril 2020

    Jeudi Saint

    18h00 - Messe de la Cène du Seigneur
    célébrée par le pape François

    Livret de la célébration

    Retransmission en direct sur KTO

    Lors de la Messe de la Cène du Seigneur, célébrée dans une grande sobriété en la basilique Saint-Pierre, le Pape François a développé une homélie basée sur un appel lancé aux prêtres à « se laisser laver les pieds par le Seigneur ».

    Compte rendu à lire sur Vatican News.

    Texte intégral de l'homélie traduite en français sur Zenit.org.

  • Premier Vendredi du mois, dédié au Sacré-Coeur de Jésus

    Nous voici devant Toi, Seigneur

    « Nous voici devant Toi, Seigneur,
    à bout de souffle, à bout de courage, à bout d'espoir.
    Perpétuellement écartelés entre l'infini de nos désirs
    et les limites de nos moyens,
    bousculés, tiraillés, énervés, épuisés.
    Nous voici devant Toi, Seigneur,
    enfin immobiles, enfin disponibles.

    Voici la souffrance de notre insatisfaction,
    voici la crainte de nous tromper dans le choix de nos engagements.
    Voici la peur de n'en pas faire assez.
    Voici la croix de nos limites.

    Donne-nous de faire ce que nous devons faire,
    sans vouloir trop faire, sans vouloir tout faire,
    calmement, simplement, humbles dans notre recherche
    et notre volonté de servir.

    Aide-nous surtout à Te retrouver
    au coeur de nos engagements,
    car l'unité de nos actions, c'est Toi, Seigneur,
    un seul Amour à travers tous nos amours,
    à travers tous nos efforts.

    Toi qui es la Source,
    Toi vers qui tout converge,
    nous voici devant Toi, Seigneur,
    pour nous « re-cueillir ».

    Ainsi soit-il. »

    P. Michel Quoist (1921-1997)
    Jésus-Christ m’a donné rendez-vous,
    Les Éditions Ouvrières, 1972.

    Michel Quoist,prière,nous voici,devant toi,Seigneur,souffrance,crainte,peur,croix,amour,source

  • Mercredi 25 mars 2020

    Annonciation de la Bse Vierge Marie

    Annonciation,Seigneur,Vierge,Marie

    Fra Angelico (v.1395–1455), Annonciation de Cortone (1433-1434)
    Musée diocésain de Cortone (Italie)

  • Méditation - le feu de la charité

    « Tiens un flambeau allumé, et tiens-le droit, la flamme se dirige vers le ciel ; renverse-le, la flamme monte également ; tourne-le du côté de la terre, est-ce que la flamme y va ? De quelque côté que se dirige le flambeau, la flamme ne fait que s'élever vers le ciel. Que la ferveur spirituelle vous embrase ainsi du feu de la charité ; excitez-vous les uns les autres à chanter les louanges de Dieu et à vivre saintement. L'un est ardent, l'autre froid ; que la ferveur de l'un se communique à l'autre, que celui qui en a trop peu désire en avoir davantage et implore le secours du Seigneur. Le Seigneur est prêt à donner, aspirons à recevoir avec un cœur ouvert. »

    St Augustin (354-430), Sermon CCXXXIV (Pour la semaine de Pâques, V. La Foi chrétienne).

    feu_5a.jpg

    (Crédit photo : Rami Duek on unisci24)

  • Introït de la Messe de la Présentation du Seigneur

    Abbaye Saint-Pierre de Solesmes
     
    Ant. ad Introitum. Ps. 47, 10-11.
    Suscépimus, Deus, misericórdiam tuam in médio templi tui : secúndum nomen tuum, Deus, ita et laus tua in fines terræ : iustítia plena est déxtera tua.
    Nous avons reçu, ô Dieu, votre miséricorde au milieu de votre temple : comme votre nom, ô Dieu, ainsi votre louange s’étend jusqu’aux extrémités de la terre : votre droite est pleine de justice.

    Ps. ibid., 2.
    Magnus Dóminus, et laudábilis nimis : in civitáte Dei nostri, in monte sancto eius.
    Le Seigneur est grand et digne de toute louange, dans la cité de notre Dieu, sur sa sainte montagne.

    V/. Glória Patri.
  • Méditation - Chandeleur

    « Malgré les nombreuses lumières qui brillent au chœur et les chants de la procession, la note dominante de la journée est grave. Dans l'atmosphère sereine et joyeuse des fêtes du temps de Noël elle apparaît comme un trait sombre qui laisse présager la Passion du Sauveur. Si, dans la vie du Christ, la Passion correspond à l'immolation de la victime, la Chandeleur en constitue l'offrande : la victime est préparée, consacrée, et, par les mains de Marie, offerte au Père céleste. Jésus et Marie sont maintenant prêts pour le sacrifice de la Croix que le prêtre Siméon annonce solennellement, ce sacrifice qui, suivant l'expression du vieillard, va percer d'un glaive le coeur de la Mère des douleurs...

    Combien la Mère de Dieu nous apparaît aujourd'hui digne de toutes les louanges ! Elle élève dans ses mains le Très Saint, l'hostie vivante Jésus, son bien, le fruit de ses entrailles ; elle Lui a préparé un corps capable de souffrir, un corps qui pourra subir d'une façon méritoire les souffrances de la Passion. Après la Présentation elle rachète l'enfant de ses propres moyens, à la seule fin de le nourrir, de l'élever jusqu'à l'âge d'homme pour en faire une victime parfaite...

    Historiquement la présentation au Temple a eu lieu le quarantième jour après la naissance du Sauveur. Mais, mystiquement, elle se renouvelle aujourd'hui à la célébration de la Sainte Messe. Alors Jésus est offert au Père céleste, et en Jésus - en Jésus par Marie - toute la communauté paroissiale devient une offrande vivante faite à Dieu. L’Évangile lui-même, qui nous raconte la joie du vieillard Siméon, devient pour nous une réalité pleine de grâces lorsque, dans la sainte communion, nous avons le bonheur de posséder notre Rédempteur. Combien sont merveilleux les mystères de notre foi !

    A la Chandeleur, les fidèles emportent chez eux, dans leur famille, le cierge béni pendant l'office. Il est le signe des grâces reçues en ce jour. Il représente le Christ ; il est le symbole de la foi, de cette foi qui prend sa source dans le sacrifice de Jésus, et, de là, vient baigner notre vie toute entière. On l'allume au moment de la prière familiale. A la campagne, on le fait brûler souvent pendant les orages. Le lendemain de la Purification, à la fête de saint Blaise, allons à l’Église recevoir la bénédiction avec les cierges consacrés la veille, pour être protégés des maladies, en particulier du torticoli et des maladies de la gorge. Enfin, dans chaque maison chrétienne, on garde précieusement le cierge qu'on allume un jour à notre lit de mort, ce cierge dont la vertu et la lumière nous préservent des ténèbres de la perdition.

    Qu'une lumière éclaire et réchauffe notre vie et notre mort : Jésus-Christ ! »

    Toute l'année avec le Christ, par les Bénédictins de l'Abbaye de Notre-Dame d'Einsiedeln, Traduction des Bénédictins de l'Abbaye Ste-Marie de la Pierre-Qui-Vire, Comptoir Français du Livre, Paris / Bruxelles, 1936.

    Chandeleur,Présentation,Seigneur,Temple,Purification,Sainte Vierge,offrande,cierge,symbole,lumière,Jésus

    Tableau d'Andrey Shishkin, Siméon et Jésus
    (Crédit photo : Maher Art Gallery)

  • Dimanche 2 février 2020

    Purification de la Très Sainte Vierge
    (Présentation du Seigneur au Temple)

    purification-3.jpg

  • Angelus de ce dimanche 12 janvier 2020

    Lors de la prière de l’Angélus du dimanche 12 janvier, jour de la fête du Baptême du Seigneur, le Pape est revenu sur l’épisode du baptême de Jésus et le rôle des baptisés qui sont appelés à proclamer l’amour du Père.

    Compte rendu à lire sur Vatican News.

    Texte intégral des paroles du pape traduites en français sur Zenit.org.

  • Dimanche 12 janvier 2020

    Fête de la Sainte Famille
    (Premier dimanche après l'Épiphanie)
     
    Si le 6 janvier ne tombe pas un dimanche, la solennité extérieure de l’Épiphanie doit être célébrée le dimanche entre le 7 et le 12. Là où la fête n’est pas d’obligation le 6 janvier : Solennité obligatoire de l’Épiphanie du Seigneur.
     
    Au nouveau calendrier :
    Le Baptême du Seigneur

  • Dimanche 5 janvier 2020

    Très St Nom de Jésus

    IHS_15a.jpg

    Maître-Autel de l'église du Gesù à Rome (Italie)
    (Crédit photo)

    Au nouveau calendrier : L'Épiphanie du Seigneur
    (fêtée demain au calendrier traditionnel)

  • Mercredi 1er janvier 2020

    Octave de la Nativité

    Circoncision du Seigneur


    Au nouveau calendrier :
    Sainte Marie, Mère de Dieu

    Vierge-Orante_2b.jpg

    Orante d'Iaroslavl
    (XIIe / XIIIe siècle)
    « Notre-Dame des signes » ou « Grande Panagia »
    Galerie Tretiakov, Moscou (Russie)

    (Crédit photo)

  • Méditation - « Préparez le chemin du Seigneur »

    « Préparez le chemin du Seigneur ! Il ne réclame rien de grand, rien de difficile, pas de cadeaux, pas de faveurs : c'est lui qui va nous en faire ; mais il nous appartient de nous y préparer et de nous y disposer. Quelle perversité, quel aveuglement que de ne pas vouloir lui ouvrir et l'accueillir. C'est assez, ne résistez pas ! Ôtez les pierres de vos chemins, ôtez les horribles péchés, les bagarres, les disputes, les haines... Nettoyez votre conscience avec le balai de la confession, lavez-la avec des larmes, décorez-la de bons désirs et de bonnes pensées, parfumez-la de la bonne odeur de vos prières, offrez des jeûnes et des veilles en satisfaction de vos péchés, faites des aumônes aux indigents : voilà comment préparer le trône de Dieu. Et si vous faites cela, sa Majesté daignera venir en vos cœurs et y demeurera. »

    Saint Thomas de Villeneuve (1487-1555), Sermon pour le 4e dimanche de l'Avent.

    Thomas de Villeneuve,sermon,Avent,préparer,chemin,Seigneur

  • Mercredi 18 décembre 2019

    Les Grandes Antiennes de l'Avent
    18 décembre : O Adonái

    grandes_antiennes.jpg


    Cantuale Antonianum

    O Adonái, et Dux domus Israël, qui Móysi in igne flammæ rubi apparuísti, et ei in Sina legem dedísti : veni ad rediméndum nos in bráchio exténto.

    O Adonaï (Seigneur), et Conducteur de la maison d’Israël, qui avez apparu à Moïse dans le feu du buisson ardent, et lui avez donné la loi sur le Sinaï : venez pour nous racheter par la puissance de votre bras.

  • Méditation - « Qui est au centre de ma vie ? »

    « La communion est un combat
    de tous les instants.
    La négligence d'un seul moment peut la briser :
    il suffit d'un rien ;
    une seule pensée sans charité,
    un préjugé maintenu obstinément,
    un attachement sentimental,
    une orientation erronée,
    une ambition ou un intérêt personnel,
    une action accomplie pour soi-même
    et non pour le Seigneur [...].
    Aide-moi, Seigneur, à m'examiner ainsi :
    "Quel est le centre de ma vie ?
    Toi ou moi ?"
    Si c'est toi, tu nous rassembleras tous dans l'unité.
    Mais si je vois qu'autour de moi,
    tous s'écartent et se dispersent,
    ce sera le signe que je me suis placé au centre. »

    Cardinal F.-X. Nguyen van Thuan (1928-2002),
    Prières d'espérance, Le Sarment, Fayard, 1995.

    Nguyen van Thuan,communion,combat,centre,ego,moi,unité,Seigneur