Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vie des Saints et Bienheureux

  • Mercredi 18 juillet 2018

    St Camille de Lellis, religieux,
    fondateur des Serviteurs des malades (Camilliens)

     (mémoire facultative le 14 juillet au nouveau calendrier)

    Saint_Camille_de_Lellis_2b.jpg

  • Mercredi 11 juillet 2018

    De la férie

    Mémoire de St Pie 1er, pape et martyr


    Au nouveau calendrier :
    St Benoît, co-patron de l’Europe (Fête en Europe)

  • L’Eglise a quatre nouveaux Vénérables

    nouveaux-venerables-2018-600.jpg

    La Congrégation pour les Causes des Saints promulgue les décrets pour quatre nouveaux Servants de Dieu qui deviennent Vénérables : une Espagnole et trois Italiens dont un maire de Florence dans les années 50 et 60. Giorgio La Pira était un homme politique humble, engagé pour la justice sociale et pour la paix.

    Le Pape François a reçu en audience le cardinal Angelo Amato, le préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints. Le Saint-Père a autorisé la promulgation de décret reconnaissant les vertus héroïque des Servants de Dieu, Pietro Di Vitale, Giorgio La Pira, Alessia González-Barros y González et Carlo Acutis. Tous les quatre sont des laïcs récemment décédés. Deux d’entre eux sont morts à seulement 14 et 15 ans.

    Giorgio La Pira, laïc italien (1904-1977)

    Giorgio La Pira surnommé « le saint maire » est né à Pozzallo, en Sicile, le 9 janvier 1904, mais il se fit connaitre à Florence, ville toscane dont il fut maire entre 1951 et 1957 puis entre 1961 et 1965. Il était fondamental pour lui d’apporter «du pain et la grâce» aux gens, en répondant tant à leurs demandes sur la foi qu’à leurs besoins matériels. Il se donna beaucoup de mal pour fournir un toit et un travail à ses concitoyens.  
    Giorgio La Pira fut également professeur universitaire et député du parti Démocratie chrétienne. Ce fut un homme politique et un homme de foi et de prière, un artisan de paix. En 1951, il intervient auprès de Joseph Staline pour la paix en Corée. En 1964, il se rend aux Etats-Unis pour soutenir la loi sur les droits civils. En 1965, il va à Hanoi pour rencontrer le fondateur de la République du Vietnam, Hô Chi Minh.
    Tous furent frappés de son amour pour les pauvres et de son humilité. Giorgio La Pira, qui était en relation avec les dirigeants du monde, dormait sur un lit de fer dans une simple cellule au monastère des dominicains de San Marco à Florence. Il meurt le 5 novembre 1977.

    Carlo Acutis, jeune laïc italien (1991-2006)

    Carlo Acutis s’est éteint à 15 ans seulement. Il nait le 3 mai 1991 à Londres où vit sa famille pour des motifs professionnels. A Milan, dès l’école élémentaire, il commence consolider sa foi. Fan d’internet, il en fait un moyen d’évangélisation comme en témoigne l’exposition virtuelle sur les miracles eucharistique qu’il réalise à 14 ans. Pour lui, l’Eucharistie est centrale, « son autoroute pour le ciel », ainsi que la prière du chapelet et son amour pour les autres. Il vit comme les autres de son âge mais amoureux du Christ jusqu’à ce qu’il soit frappé par une leucémie foudroyante. Il en succombe le 12 octobre 2006.

    Alessia González-Barros y González, jeune laïque espagnole (1971-1985)

    Alessia González-Barros y González est Espagnole, née à Madrid le 7 mars 1971. Elle décède le 5 décembre 1985 à Pampelune, à 14 ans, d’une tumeur maligne après de nombreuses opérations. Elle a offert sa souffrance à l’Eglise, au Pape et aux autres.

    Pietro Di Vitale, jeune laïc italien (1916-1940)

    Pietro Di Vitale est lui aussi décédé très jeune, à l’âge de 23 ans en raison d’une maladie à l’estomac qui le consuma lentement dès ses années de lycée. Il naît le 14 décembre 1916 à Castronovo di Sicilia où il meurt le 29 janvier 1940. Il passe sa vie entre son pays d’origine et le séminaire diocésain de Palerme. Il est inscrit à l’Action catholique et membre du troisième ordre franciscain. Il est très dévoué au Saint Sacrement et à la Vierge. Étudiant rigoureux, il n’oublia jamais les œuvres de charité et l’amour de son prochain.

    Source : Debora Donnini - Vatican.News.

  • Vendredi 6 juillet 2018

    De la férie
     
    (Au nouveau calendrier :
    mémoire facultative de Ste Marie Goretti, vierge et martyre)

  • Mercredi 4 juillet 2018

    De la férie
     
    (Au nouveau calendrier :
    mémoire facultative de Ste Elisabeth du Portugal)

  • Mercredi 27 juin 2018

    De la férie
     
    Au nouveau calendrier : Mémoire facultative de
    St Cyrille d'Alexandrie, évêque et docteur de l’Église

     En certains lieux : Notre Dame du Perpétuel Secours

  • Angelus de ce dimanche 24 juin 2018

    A l'occasion de la prière de l’Angélus de ce dimanche 24 juin, le Pape a proposé place Saint Pierre une réflexion sur le mystère de la naissance, s’appuyant sur celle de Saint Jean-Baptiste dans les Écritures.

    Dans l’Évangile selon Saint Luc cité par le Pape François depuis la fenêtre du palais apostolique, l'annonce de la naissance de  Jean-Baptiste laisse Zacharie incrédule « parce que les lois naturelles ne le permettaient pas ». Ainsi apparait que « Dieu ne dépend pas de notre logique et de nos capacités humaines limitées ». Tout l'événement de la naissance de Jean-Baptiste est donc entouré d'un joyeux sentiment « d'étonnement, de surprise et de gratitude » que le Pape assimile « au mystère de la naissance ».

    Insistant sur l’importance de ces sentiments de joie, d’étonnement, de surprise et de gratitude, véritables « âmes de la foi », le Souverain Pontife a loué toutes les variables de l’existence humaine « qui ne peuvent être ni prévues ni contrôlées ». Et ce, malgré une époque qui a tendance à tout planifier, a-t-il relevé.

    « Plus on en sait et plus l’on reste étonné et fasciné ! », s’est donc réjoui le Saint-Père, car « la vie d'une personne dépasse toujours nos modèles et nos propres attentes »: elle est « don de Dieu ».

    Enfin, le Pape a surtout appelé chacun à demeurer toujours plus conscients « que dans la génération d'un enfant, les parents agissent comme des collaborateurs de Dieu ». Chaque parent est ainsi porteur d'une « mission sublime qui fait de chaque famille un sanctuaire de la vie ».

    Ces paroles du Pape François sur l'importance de la vie, de la conception à la naissance, résonnent tout particulièrement en ce 24 juin, veille de deux jours du Congrès sur la bioéthique mondiale à l'Académie pontificale pour la vie. Ces travaux présidés par Mgr Vincenzo Paglia, président de cette Académie pontificale, pencheront sur le rôle de l'éducation dans les problématiques de bioéthique, ainsi que sur « la santé maternelle et infantile ».

    Source : Vatican.News.

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

    angelus,pape,françois,nativite,jean baptiste,beatification,chiquitunga,maría felicia de jesús sacramentado

    Bse María Felicia de Jesús Sacramentado (1925-1959)

    Après la prière de l'Angelus, le Pape a salué la béatification au Paraguay, ce samedi 23 juin, de Sœur Maria Felicia de Jésus au Saint-Sacrement (au siècle : Maria Felicia Guggiari Echeverría), moniale professe de l’Ordre des Carmélites Déchaussées, rappelant que son papa l’appelait – comme les Paraguayens aussi aujourd’hui encore – « la Chiquitunga », ce qui signifie « utile, simple, modeste » : un modèle que le Pape a proposé aux jeunes.

    Précisions et biographie sur Zenit.org.

  • Jeudi 21 juin 2018

    St Louis de Gonzague, religieux, patron de la jeunesse

    Saint_Louis-de-Gonzague-6b.jpg

    Gravure de Jan Van Den Sande (Anvers 1600-1664)

  • Mercredi 20 juin 2018

    De la férie
     
    St Silvère, pape et martyr

    Saint_Silvere_1b.jpg

  • Angelus de ce dimanche 17 juin 2018

    En ce onzième dimanche du temps ordinaire, le Pape François a commenté l’Évangile du jour (Mc, 4, 26 à 34) : « C’est la plus petite de toutes les semences, mais quand elle grandit, elle dépasse toutes les plantes potagères ».

    Commentaire à lire sur Vatican.News.

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

    Bse_Carmen-Rendiles-Martinez_1b.jpg

    Après la prière de l'Angélus, le Pape a évoqué la béatification samedi 16 juin dans la capitale du Venezuela de Mère Carmen Rendíles Martínez, fondatrice de la Congrégation des Siervas de Jesus de Venezuela : « une fidèle disciple du Seigneur » qui, au siècle dernier, « a servi avec amour dans les paroisses, les écoles et auprès des plus démunis ». Il a demandé aux fidèles de confier leurs prières pour le peuple vénézuélien à l'intercession à la nouvelle bienheureuse.

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

  • Mercredi 13 juin 2018

    St Antoine de Padoue, religieux, docteur de l’Église

    St Antoine de Padoue,religieux,docteur de l’Église

  • Messe de Béatification d’Adèle de Batz de Trenquelléon à Agen

    Ce dimanche 10 juin, à Agen (France) :
    béatification d’Adèle de Batz de Trenquelléon (Mère de la Conception, 1789-1828),
    fondatrice de la Congrégation des Filles de Marie Immaculée.

    béatification,Adèle de Batz,Trenquelléon,Mére de la Conception

    Vidéo KTO de la Messe de béatification de Mère Adèle de Batz :

  • Bientôt de nouveaux bienheureux et un jeune saint italien

    L’Argentine comptera quatre nouveaux bienheureux, parmi lesquels Mgr Enrique Angelelli, le "Romero argentin". Le Pape François a signé ce vendredi le décret reconnaissant le martyre de l’ancien évêque de la Rioja et de ses compagnons, après avoir reçu en audience le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, actuellement sur le départ.

    Mgr Angelelli, un évêque contre la dictature

    Mgr Enrique Angelelli (1923-1976) fut une figure particulièrement marquante de l’Eglise argentine. Après avoir été évêque de Cordoba, et avoir participé au Concile Vatican II, il fut nommé par le Bienheureux Paul VI évêque de La Rioja, où il se distingua par un fort engagement social. «Toujours avoir une oreille tournée vers le peuple, et l’autre vers l’Evangile», aimait à répéter celui que beaucoup surnomment le «Romero argentin». Il ne prit jamais la peine de cacher son hostilité envers la «guerre sale» et la dictature du général Videla, s’attirant l’ire des autorités.

    Il mourut dans un accident de voiture déguisé le 4 août 1976. Pendant des années, les autorités soutinrent que cette mort était accidentelle, en dépit des signes qui attestèrent de sa nature criminelle.  En 2014, deux officiers de l’armée, -qui avaient, selon un témoin, achevé par balles Mgr Angelelli après le simulacre d’accident-, furent condamnés à la prison à perpétuité.

    Deux autres Argentins et un Français tués en haine de la foi

    Avec Mgr Angelelli seront béatifiés trois autres personnes, tous morts « en haine de la foi », durant la même période :
    - Le Père Carlos Murias, jeune franciscain, avait été envoyé par Mgr Angelelli au service des pauvres de Chamical. Son engagement en faveur des paysans lui avait valu une étroite surveillance des militaires. Le 18 juillet 1976, des hommes se présentant comme des policiers l’arrêtèrent alors qu’il se trouvait dans un monastère.
    - Le curé de la paroisse de Chamical, le Père Gabriel Longueville, prêtre français Fidei Donum, refusa de le laisser partir seul et choisit de l’accompagner. Leurs corps furent retrouvés deux jours plus tard dans un champ, atrocement mutilés.
    - Wenceslao Pedernera, paysan, organisateur du Mouvement rural catholique, fut assassiné chez lui, devant sa femme et ses filles, par des hommes masqués, le 25 juillet 1976. Avant d’expirer, à l’hôpital où on l’avait transporté, il pardonna à ses meurtriers.

    Signature de trois autres décrets

    Bse_Conchita_1a.jpg

    Conchita Cabrera @ Domaine public

    D’autres décrêts ont été signés à la même occasion. Celui reconnaissant le miracle attribué à l’intercession du Bienheureux Nunzio Sulprizio (1817-1836), jeune ouvrier italien mort à 19 ans, « le petit saint boîteux ». Une Mexicaine et une Espagnole seront également prochainement béatifiées : la vénérable Maria Cabrera Arias de Armida (1862-1937), « Conchita », laïque et mère de famille mexicaine, et la vénérable Maria Guadalupe Ortiz de Landazuri y Fernández de Heredia (1916-1975), laïque espagnole, membre de l’Opus Dei.

    Source : Vatican.News.

  • Mercredi 6 juin 2018

    St Norbert de Xanten, religieux et évêque,
    fondateur des Prémontrés

    Saint_Norbert_3b.jpg

  • Vendredi 1er juin 2018

    Ste Angèle Merici, vierge, fondatrice des Ursulines

    Sainte_Angele_Merici_1b.jpg

    Au nouveau calendrier : Mémoire de St Justin, martyr

  • Mercredi 30 mai 2018

    De la férie
     
    En France : Ste Jeanne d’Arc

    Sainte_Jeanne-d-Arc_2a.jpg

  • Angelus de ce dimanche 27 mai 2018


    En cette Solennité de la Sainte Trinité, que l’Église célèbre le dimanche suivant la Pentecôte, nous sommes invités à contempler le « mystère d’un Dieu qui ne cesse de nous créer, de nous racheter et de nous sanctifier » : le Pape François l’a affirmé lors de la prière de l’Angélus, qu’il a récitée depuis les fenêtres du Palais apostolique.

    Compte rendu de Manuella Affejee sur Vatican. News.

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

    Après la prière de l’Angélus, le Pape a évoqué la béatification à Piacenza en Italie, hier samedi 27 mai, de Sœur Leonella Sgorbati, tuée en 2006 à Mogadiscio en Somalie. Il a invité à prier avec lui un « Ave Maria » pour la paix en Afrique.

    « Hier à Piacenza a été proclamée bienheureuse Leonella Sgorbati, sœur Missionnaire de la Consolata, tuée en haine de la foi à Mogadiscio (Somalie) en 2006. Sa vie dépensée pour l’Évangile et au service des pauvres, ainsi que son martyre, représentent un gage d’espérance pour l’Afrique et pour le monde entier. Prions ensemble pour l’Afrique, afin qu’il y a la paix là-bas. » [Ave Maria…] « Notre Dame d’Afrique, prie pour nous. »

    Bse_Leonella-Sgorbati_4.JPG

  • Jeudi 24 mai 2018 : Fête de Notre Dame de Sheshan, « Aide des chrétiens », en Chine

    Le Pape a invité hier tous les fidèles réunis place Saint-Pierre à s’unir par la prière à leurs frères chinois.

    « Pour eux, prions la Sainte Vierge pour qu’ils puissent vivre la foi avec générosité et sérénité, et pour qu’ils sachent accomplir des gestes concrets de fraternité, de concorde et de réconciliation, en pleine communion avec le Successeur de Pierre. L’Église universelle prie avec vous et pour vous afin qu’au travers même des difficultés vous puissiez continuer à vous confier à la volonté de Dieu. La Sainte Vierge vous aidera toujours et vous gardera dans son cœur de mère. »

    C’est en 2008 que Benoît XVI, dans une lettre qu’il avait adressée aux catholiques chinois, avait exprimé sa volonté qu’une journée de prière se tienne chaque année le 24 mai pour l’Église en Chine. Il avait rédigé alors une prière à Notre Dame de Sheshan, vénérée dans la basilique du même nom, près de Shanghaï, premier lieu marial en Chine.

    D'après Vatican.News.

    « Vierge très sainte, Mère du Verbe incarné et notre Mère,
    vénérée dans le sanctuaire de Sheshan sous le vocable d’« Aide des Chrétiens »,
    toi vers qui toute l’Église qui est en Chine regarde avec une profonde affection,
    nous venons aujourd’hui devant toi pour implorer ta protection.
    Tourne ton regard vers le peuple de Dieu et guide-le avec une sollicitude maternelle
    sur les chemins de la vérité et de l’amour, afin qu’il soit en toute circonstance
    un ferment de cohabitation harmonieuse entre tous les citoyens.

    Par ton « oui » docile prononcé à Nazareth, tu as permis
    au Fils éternel de Dieu de prendre chair dans ton sein virginal
    et d’engager ainsi dans l’histoire l’œuvre de la Rédemption,
    à laquelle tu as coopéré par la suite avec un dévouement empressé,
    acceptant que l’épée de douleur transperce ton âme,
    jusqu’à l’heure suprême de la Croix, quand, sur le Calvaire, tu restas
    debout auprès de ton Fils, qui mourait pour que l’homme vive.

    Depuis lors, tu es devenue, de manière nouvelle, Mère
    de tous ceux qui accueillent dans la foi ton Fils Jésus
    et qui acceptent de le suivre en prenant sa Croix sur leurs épaules.
    Mère de l’espérance, qui, dans l’obscurité du Samedi-Saint,
    avec une confiance inébranlable, est allée au devant du matin de Pâques,
    donne à tes fils la capacité de discerner en toute situation,
    même la plus obscure, les signes de la présence aimante de Dieu.

    Notre-Dame de Sheshan, soutiens l’engagement de tous ceux qui, en Chine,
    au milieu des difficultés quotidiennes, continuent à croire, à espérer, à aimer,
    afin qu’ils ne craignent jamais de parler de Jésus au monde et du monde à Jésus.
    Dans la statue qui domine le Sanctuaire, tu élèves ton Fils,
    le présentant au monde avec les bras grands ouverts en un geste d’amour.
    Aide les catholiques à être toujours des témoins crédibles de cet amour,
    les maintenant unis au roc qui est Pierre, sur lequel est construite l’Église.
    Mère de la Chine et de l’Asie, prie pour nous maintenant et toujours. Amen ! »

    Benoît XVI, Prière à Notre Dame de Sheshan, 15 mai 2008.
    © Copyright - Libreria Editrice Vaticana.
     
  • L’Église a douze nouveaux Vénérables Serviteurs et Servantes de Dieu

    Samedi 19 mai, le Pape François a signé le décret que lui a présenté le Préfet de la Congrégation pour la Cause des saints et qui a été rendu public ce lundi 21 mai. Il reconnait les vertus héroïques de douze Serviteurs et Servantes de Dieux. Parmi eux, le prêtre français Jean-Baptiste Berthier, déclaré vénérable en 1953.

    Jean-Baptiste-Berthier_1a.jpg

    Jean-Baptiste Berthier (1840-1908)
    fondateur de la Congrégation des Missionnaires de la Sainte-Famille

    Jean-Baptiste Berthier, né le 24 janvier 1840 à Châtonnay dans le Dauphiné, et mort le 16 octobre 1908 à Grave dans le Brabant-Septentrional, est un prêtre français, ordonné en 1862 et fondateur de la Congrégation des Missionnaires de la Sainte-Famille en 1895.

    D’abord missionnaire de la Salette, il veut créer un séminaire pour les vocations tardives, mais ses supérieurs refusent. Il décide alors de créer une congrégation, sous le patronage de l’archevêque de Reims, le cardinal Langénieux et s’installe finalement aux Pays-Bas, à cause du climat alors hostile dans la France de la IIIème République, à l’égard des congrégations religieuses. Il a écrit de nombreux livres de spiritualité, ce qui a fait de lui l’un des auteurs religieux les plus lus de son époque en France.

    August-Joseph-Hlond_1a.jpg

    Le cardinal Hlond

    Les vertus héroïques du cardinal polonais August Joseph Hlond (1881-1948), de la Société de Saint-Jean-Bosco, ont également été reconnues. Fils de cheminot dans une fratrie de onze enfants, August Joseph Hlond a été ordonné prêtre en 1905. En 1926, il devient archevêque de Gniezno et Poznan et primat de Pologne. L'année suivante, le Pape le fait cardinal. En 1932, il a fondé la Société du Christ pour les émigrants, afin d'aider ses nombreux compatriotes qui ont quitté le pays.

    En mars 1939, il a participé au conclave qui élit Pie XII. Lorsque la Seconde Guerre mondiale commence, le cardinal s'est positionné contre les violations des droits de l'Homme et de la liberté religieuse commises par Adolf Hitler. Contraint à l'exil, il s'est réfugié en France, à l'abbaye de Hautecombe en Savoie. Mais la Gestapo entre dans l'abbaye et le déporte à Paris. Il a ensuite été incarcéré en Lorraine puis en Westphalie. Il rentra chez lui en 1945, dans une Pologne libérée du nazisme qui découvre le communisme de Joseph Staline. Il défend courageusement les Polonais contre l'oppression du Kremlin. Il est mort le 22 octobre 1948 à cause d'une pneumonie, à l'âge de 67 ans.

    Les autres Vénérables Serviteurs et Servantes de Dieu :

    - Mgr Michele Angelo Builes (1888-1971), évêque de Santa Rosa de Osos en Colombie et fondateur de plusieurs congrégations religieuses.

    - Père Enrico Mauri (1883-1967), prêtre diocésain italien qui a fondé les Oblates du Christ-Roi ainsi qu’une œuvre destinée aux veuves et orphelins de la Première Guerre mondiale.

    - Père Wilhelm Eberschweiler (1837-1920), prêtre allemand de la Compagnie de Jésus. Il a formé pendant 45 ans des futurs prêtres et missionnaires.

    - Père Pietro Uccelli (1874-1954), membre italien de la Société pieuse de Saint-François-Xavier pour les missions étrangères. Fondée en 1895, elle est entièrement consacrée au travail en pays de mission.

    - Père Pio Dellepiane (1904-1976), Italien de l’Ordre des minimes, considéré comme religieux exemplaire au sein de sa congrégation. Il était également un fervent dévot du Padre Pio.

    - Norbert McAuliffe (1886-1959), de l’Institut des frères du Sacré-Cœur. Né à New York (États-Unis), le missionnaire américain s’est éteint en Ouganda.

    - Francesca des Plaies de Jésus (1860-1899), moniale espagnole du second Ordre de Saint-François du monastère de la divine Providence de Badalona en Catalogne.

    - Eleonora de Sainte-Marie (1841-1900), religieuse argentine de l’Ordre de Saint-Dominique.

    - Angela Maria du Cœur de Jésus (1900-1944). Membre de la Congrégation des sœurs de la Sainte-Trinité, cette religieuse allemande est morte dans le camp de concentration de Birkenau à Auschwitz (Pologne).

    - Maria Edvige Zivelonghi (1919-1949), sœur de la Congrégation des Filles de Jésus.

    Source : Vatican.News.