Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vatican et Papauté

  • Angelus de ce dimanche 26 mars 2017

     

    Ce dimanche 26 mars, quatrième du Carême, le Pape François a invité les fidèles à faire confiance à Jésus, vraie « lumière du monde », et non aux fausses lumières qui nous éloignent du prochain.

    Il s’est concentré sur l'Évangile du jour, un récit dans lequel Jésus redonne la vue à un homme aveugle de naissance. À travers ce miracle, le Christ se manifeste comme la « lumière du monde ». Cet épisode de la Bible pousse à réfléchir « à notre foi en le Christ, Fils de Dieu, et en même temps, fait référence au baptême, qui est le premier sacrement de la foi, celui qui fait venir la lumière », grâce à la « renaissance de l’eau et de l’Esprit-Saint ». C’est ainsi que « chacun de nous est illuminé à travers le baptême » explique le Pape.

    Cet homme aveugle de naissance, sans nom, « il représente nous-même, quand nous ne réalisons pas que Jésus est la lumière du monde, quand on regarde ailleurs, quand on préfère compter sur les petites lumières, quand on tâtonne dans l'obscurité ». Comme cet aveugle qui guérit, « nous aussi nous avons été éclairés par le Christ dans le baptême, et nous sommes appelés à nous comporter comme des enfants de lumière » insiste le Saint-Père.

    Ce baptême exige de choisir « de marcher dans la lumière », c’est-à-dire de d’abord abandonner les « fausses lumières, celles des préjugés qui déforment la réalité et provoquent de la haine contre ceux qui jugent sans pitié et condamnent sans appel ». Le Pape le rappelle, « ces bavardages sur les autres qui occupent les journées de chacun, c’est marcher dans l’ombre et non dans la lumière ».

    L’autre lumière factice, parce qu’ils sont séduisants et ambigus, ce sont les intérêts personnels. Car « si nous évaluons les gens et les choses en fonction du critère de notre propre utilité, notre plaisir, notre prestige, nous ne sommes pas dans la vérité des relations et des situations ». « La recherche du gain personnel, c’est marcher dans l'ombre. » Et pour éviter cela, le Pape appelle à « un changement radical de mentalité, une capacité de juger les hommes et les choses selon une autre échelle de valeurs, celle qui vient de Dieu ».

    Après la prière de l’Angelus, le Pape a rappelé la béatification, ce samedi 25 mars en Espagne, de José álvarez-Benavides y de la Torre et de ses 114 compagnons martyrs de la guerre civile espagnole. « Ces prêtres, religieux et laïcs ont été les témoins héroïques du Christ et de son Évangile de paix et de réconciliation fraternelle. Leur exemple et leur intercession soutiennent l’engagement de l'Église dans l’édification de la civilisation de l'amour ».

    angelus,pape,françois,dimanche,26 mars 2017

    De retour de Milan, le Saint-Père a aussi tenu, ce dimanche, à remercier le Cardinal Angelo Scola et tous les Milanais, croyants et non-croyants, pour l’extraordinaire accueil qu’il a reçu ce samedi 25 mars dans la cité lombarde. « Vous m’avez vraiment fait sentir comme à la maison » s’est réjoui le Pape, soulignant la générosité de ses habitants avec ce dicton « Milan si riceve col coeur in man ! ».

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral des paroles du Pape avant et après l'Angelus sur Zenit.org.

  • Visite pastorale du Pape François à Milan (Toscane)

    Programme de la journée

    07h10 : Départ de l'aéroport de Rome-Fiumicino
    08h00 : Atterrissage à l’aéroport de Milan-Linate

    08h30 : Visite au quartier Forlanini - “Case Bianche” de Milan
           Rencontre avec deux familles dans leurs appartements respectifs
           Rencontre avec les résidents place des “Case Bianche”
           Retransmission en direct sur KTO - VIDEO
           Salut du Saint-Père
           Rencontre avec les représentants des familles rom, musulmans, immigrés et habitants du quartier

    10h00 : Rencontre avec les prêtres et les religieux dans la cathédrale
           Retransmission en direct sur KTO - VIDEO
           Paroles de S. Em. le Card. Angelo Scola, archevêque de Milan
           Réponses à quelques questions posées par les prêtres

    11h00 : Récitation de l’Angélus et bénédiction sur le parvis de la Cathédrale
    11h30 : Visite à la prison de San Vittore

    12h30 : Déjeuner avec cent détenus dans la troisième aile de la prison de San Vittore
    13h45 : Transfert en voiture au Parc de Monza

    15h00 : Messe au parc de Monza
           Retransmission en direct sur KTO à partir de 14h30 - VIDEO
           Homélie
           Au terme, remerciement de S. Em. le Card. Angelo Scola, archevêque de Milano

    16h30 : Transfert en voiture au stade Meazza-San Siro de Milan

    17h30 : Rencontre avec les jeunes confirmés au stade Meazza-San Siro de Milan
           Retransmission en direct sur KTO à partir de 17h15 - VIDEO
           Réponses à quelques questions posées par un confirmé, un parent et un catéchiste
           Congé et décollage de l’aéroport de Milan-Linate

    19h30 : Atterrissage à l’aéroport de Rome-Fiumicino

  • Fatima : Francisco et Jacinta bientôt canonisés

    Lucia-Francisco-Jacintha-5a.jpg

    Le Pape a reconnu un nouveau miracle ouvrant la voie à la canonisation des voyants de Fatima. Dans un décret publié jeudi 23 mars, la Congrégation pour la cause des Saints a annoncé la canonisation prochaine de 36 nouveaux saints et de 40 nouveaux bienheureux. Parmi ceux qui seront prochainement canonisés, figurent Jacinthe et François Marto, les petits bergers à qui la Vierge Marie apparut à Fatima en 1917. Jacinthe et François n'avaient que 7 et 9 ans au moment de la première apparition.

    C'est aux côtés de Lucie Dos Santos, décédée en 2005, qu'ils verront la Sainte Vierge six fois entre le 13 mai et le 13 octobre 2017. Jacinthe et Francesco mourront en 1919 et 1920, emportés par la grippe espagnole. Ils avaient été béatifiés par le Pape Jean-Paul II le 13 mai 2000, jour de la fête de Notre-Dame de Fatima. Ce décret intervient quelques semaines avant la visite du Pape François au sanctuaire marial portugais, les 12 et 13 mai prochains.

    Source : Radio Vatican (OB).

  • Audience générale de ce mercredi 22 mars 2017

    La persévérance et la consolation sont deux attitudes importantes de notre vie qu’il faut mettre en relation avec l’espérance. Le Pape François, lors de l’audience générale place Saint-Pierre, ce mercredi 22 mars 2017, a poursuivi son cycle de catéchèses consacré à l’espérance chrétienne en s’intéressant à la signification la plus profonde de ces deux attitudes et à la manière dont elles mettent en lumière la réalité de l’espérance.

    Compte rendu de Xavier Sartre à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Texte intégral de la catéchèse traduite en français sur Zenit.org.

    Résumé en français :

    « Frères et sœurs, aujourd’hui je voudrais aborder deux attitudes importantes pour notre vie chrétienne : la persévérance qui est la capacité de demeurer fidèles, même quand nous sommes tentés de juger négativement et de tout abandonner ; et le réconfort – ou la consolation – qui est la grâce de savoir accueillir en toute situation la présence et l’action compatissante de Dieu. Saint Paul nous dit que persévérance et réconfort nous sont transmis particulièrement par les Écritures. En effet, la Parole de Dieu nous conduit à tourner notre regard vers Jésus pour lui ressembler toujours davantage et elle nous révèle que le Seigneur demeure inlassablement fidèle à son amour pour nous. Celui qui en fait l’expérience dans sa vie est en mesure de demeurer proche de ses frères plus faibles et de se charger de leurs fragilités, devenant ainsi un semeur d’espérance. En effet, la Parole de Dieu nourrit une espérance qui se traduit concrètement par le partage et le service réciproque. Et tous nous avons besoin d’être chargés sur les épaules du Bon Pasteur et de nous sentir enveloppés de son regard tendre et prévenant. »

    « Je suis heureux d’accueillir les pèlerins de langue française, en particulier les responsables de l’enseignement catholique du diocèse de Pontoise, avec l’Évêque Mgr Stanislas Lalanne, les fidèles venus de Belgique et de France ainsi que la communauté du Congo-Brazzaville d’Italie. Je vous invite à remercier Dieu pour le don de sa Parole, afin de devenir toujours plus conscients que notre espérance se fonde sur la fidélité de son amour. Que Dieu vous bénisse ! »

    Source : site internet du Vatican.

  • Message du Pape François pour la XXXIIe Journée mondiale de la Jeunesse

    « L’Église et la société ont besoin de vous » : le Pape François s’adresse aux jeunes dans un message diffusé et publié à l’occasion de la 32e Journée mondiale de la Jeunesse qui aura lieu le 9 avril 2017, lors du Dimanche des Rameaux. Elle a cette année pour thème « le Puissant fit pour moi des merveilles » tiré de l’Évangile de Saint Luc. Le Pape transmet ainsi un long message ainsi qu’une version vidéo afin d’atteindre le maximum de personnes à travers le monde.

    Cette journée annuelle, célébrée dans tous les diocèses, se place sur le chemin qui part des dernières JMJ, à Cracovie, l’été dernier, pour aller vers les prochaines, qui auront lieu en 2019 à Panama, en passant par le Synode des Évêques qui se tiendra à Rome à l’automne 2018 et qui sera consacré aux jeunes.

    Le message du Pape est centré cette année autour de la figure de Marie, qui « nous accompagne et nous anime par sa foi ». « Elle ne s’enferme pas chez elle, parce qu’elle n’est pas une “jeune-divan” qui essaie de se sentir bien installée et à l’abri, sans que personne ne la dérange. Elle est mue par la foi, parce que la foi est le cœur de toute l’histoire de notre Mère » déclare le Pape François.

    Pour le Pape, les jeunes sont à l’image de Marie. « Vous pouvez rendre le monde meilleur, laisser une empreinte qui marque l’histoire, votre histoire et celle de bien d’autres personnes », dit-il dans la vidéo enregistrée. « Votre vision des choses, votre courage, vos rêves et vos idéaux abattent les murs de l’immobilisme et ouvrent des voies qui nous conduisent vers un monde meilleur, plus juste, moins cruel et plus humain », poursuit-il.

    Il invite les jeunes à « cultiver une relation de familiarité et d’amitié avec la Vierge Sainte » ; « Elle est notre Mère. Parlez-lui comme à une mère. » conseille-t-il. « Si vous le faîtes, vous ne le regretterez pas » assure enfin le Pape.

    Source : Radio Vatican (XS).

    En texte intégral, version française :

    Message du Pape François à l'occasion des XXXIIèmes Journées Mondiales de la Jeunesse 2017

    Message Vidéo du Pape François aux jeunes du monde entier à l'occasion des prochaines Journées Mondiales de la Jeunesse

  • Le programme du Pape François à Fatima : Rosaire et Messe

    logo-fatima-2017_600.jpg

    Le programme du voyage du Pape François au sanctuaire de Notre-Dame de Fatima au Portugal du 12 au 13 mai a été rendu public ce lundi 21 mars 2017 par la salle de presse du Saint-Siège. A l’occasion du centenaire des apparitions de la Vierge Marie à trois jeunes pasteurs, le Pape effectuera une visite de moins de 24 heures sur place.

    Il arrivera le vendredi 12 mai à 16h20 heure locale sur la base aérienne de Monte Real où il rencontrera le Président du Portugal. Il y visitera également la chapelle avant de se rendre en hélicoptère à Fatima. Une fois dans le sanctuaire, le Pape visitera la chapelle des apparitions où il priera avant de participer à 21h30 à la bénédiction des cierges. Il s’adressera alors à la foule des pèlerins avant de réciter le Rosaire.

    Le lendemain, samedi 13 mai, il s’entretiendra avec le Premier ministre en début de matinée avant de se rendre à la Basilique de Notre-Dame du Rosaire de Fatima. Après cette visite, il célébrera la Messe sur le parvis à 10h avant de saluer des malades à l’issue de la célébration.

    Le Pape déjeunera ensuite avec les évêques du Portugal avant de reprendre l’avion à 15h.

    Source : Radio Vatican (XS).

  • Angelus de ce dimanche 19 mars 2017

    Le temps de Carême est propice à la rencontre personnelle avec le Christ, a expliqué le Pape François ce dimanche à l’Angélus reprenant l’Évangile du jour qui évoque la rencontre entre Jésus et une femme de Samarie. C’est le moment où Jésus et ses disciples traversaient cette région habitée par des gens que les hébreux méprisaient, car ils la considéraient schismatique et hérétique. Or il s’agit de l’une des premières populations qui adhéra à la prédication chrétienne des Apôtres. Le Pape s’arrête sur le dialogue entre Jésus et la Samaritaine. Jésus lui demande à boire, puis dans la conversation qui s’installe, la femme se rend compte qu’elle a devant elle le Messie, en personne. Fait rare, Jésus confirme ses soupçons : « Je le suis, moi qui te parle ».

    La Samaritaine se retrouve à la source de la Parole de Dieu, cette source dont jaillit de l’eau qui donne la vie éternelle et qui a été répandue dans nos cœurs le jour de notre baptême. « Nous avons peut-être oublié que Dieu nous a transformés et remplis de sa grâce, que nous ayons réduit ce grand don à un simple épisode de notre vie personnelle », dit le Saint-Père. Si c’est le cas, « alors nous allons à la recherche de puits qui ne désaltèrent pas et qui ne contiennent pas d’eau pure ». Ce passage de l’Évangile de Jean est précisément pour ceux qui connaissent déjà le Christ, mais qui ne l'ont peut-être pas encore rencontré en personne, ni n’ont parlé avec lui. « Peut-être que nous ne l’avons pas encore reconnu comme notre Sauveur ». Ce temps de Carême est une occasion propice pour se rapprocher de Lui, le rencontrer dans la prière, pour parler avec Lui, et l’écouter. C’est l’occasion de voir son visage dans le visage d'un frère ou d’une sœur souffrante, pour renouveler en soi-même la grâce reçue du Baptême, pour se désaltérer à la source de la Parole de Dieu et de son Esprit Saint ; et ainsi découvrir aussi la joie de devenir artisans de réconciliation et instruments de paix dans la vie quotidienne.

    Source : Radio Vatican (JCP).

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

  • Le Pape François se rendra en Égypte fin avril

    « A l’invitation du Président égyptien, des évêques catholiques, du Pape copte orthodoxe Tawadros et du Grand Imam d’Al Azhar, Sa Sainteté effectuera un voyage apostolique en Égypte, en visitant la ville du Caire » a annoncé ce samedi 18 mars le directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, Greg Burke, confirmant une information qui circulait depuis plusieurs jours. Si la date des 28 et 29 avril est désormais connue, le programme détaillé sera prochainement dévoilé. Une chose est sûre, ce voyage en Égypte s’inscrit dans une dynamique de rapprochement avec l'Orient, et en particulier avec l'université d'Al Azhar, considérée comme la principale institution sunnite du monde arabe.

    Après plusieurs années de distance, le dialogue a repris entre le Vatican et Al Azhar, avec pour lignes communes, la lutte contre la violence au nom de Dieu et le respect de la liberté religieuse. Les 22 et 23 février dernier, le Cardinal Jean-Louis Tauran, qui préside le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, s’était rendu au Caire et avait rencontré l’Imam Al Tayeb dans le cadre d'un séminaire sur leur rôle commun face au fanatisme religieux.

    Le Pape se rendra dans un pays où les chrétiens coptes s’inquiètent régulièrement de leur sort, en particulier ces derniers temps dans le Sinaï où les djihadistes ont chassé plusieurs familles. Interrogé par nos confrères de la rédaction italienne de Radio Vatican, Mgr Antonios Aziz Mina, évêque copte catholique de Guizeh s'est réjoui de cette prochaine visite du Pape, évoquant "une bénédiction pour l’Église et tout le peuple égyptien". Selon le porte-parole de la présidence égyptienne, cette visite sera l’occasion de renforcer "l’esprit de tolérance et de dialogue" entre les fidèles des différentes obédiences religieuses du pays.

    « Le Pape est l'unique force dans le monde qui quand elle parle, le fait pour défendre les droits des hommes et des peuples au nom de Jésus, c'est cela que nous attendons que le Pape dise quand il arrivera en Égypte - a poursuivi Mgr Mina - pour qu'il puisse instiller cette culture de paix entre les peuples de la région ».

    Le Pape François sera le deuxième pape à se rendre en Égypte après la visite de Saint Jean-Paul II en février 2000 lors de l'année jubilaire.

    Source : Radio Vatican (CV).

  • Béatification de Josef Mayr-Nusser (1910-1945), père de famille, mort martyr sous le nazisme

    Bx_Josef-Mayr-Nusser_1.jpg

    Le Cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, présidera la célébration ce samedi 18 mars au nom du Pape François, en la cathédrale de Bolzano en Italie.

    Biographie détaillée de Josef Mayr-Nusser sur Aleteia et Zenit.org.

    Photographie : © josef-mayr-nusser.it

  • Célébration pénitentielle présidée par le Pape François, avec confession et absolution individuelles

     
     
    Le Pape a présidé ce vendredi 17 mars en fin d’après-midi en la Basilique Saint-Pierre une célébration pénitentielle. Une semaine avant l’initiative 24H pour le Seigneur, que le Pape François a lui-même instaurée, la liturgie pénitentielle veut proposer aux fidèles le sacrement de la réconciliation et de la confession, en cette période de Carême.
     
    Pour cette immense célébration du pardon dans toute la Basilique Saint-Pierre, c’est le silence qui a régné pendant plusieurs minutes pour permettre à chacun d’examiner sa conscience. Près de 90 confessionnaux ont été ouverts pour donner le sacrement de la réconciliation.

    C’est d’ailleurs le Pape le premier qui s’est avancé vers le confessionnal, et s’est mis à genoux sous les chants du chœur pour se confesser. Un geste qui rappelle celui de mars 2014. Le Saint-Père avait donné l’exemple en allant se confesser devant la foule pour lancer les 24H pour le Seigneur, une initiative où les portes des Églises restent ouvertes jour et nuit à tous. Depuis le début du pontificat, le Saint-Père encourage les fidèles, les prêtres ou encore les évêques à recevoir plus souvent le pardon de Dieu.

    Comment être un bon confesseur ? C’est la question à laquelle le Pape François a tenté de répondre ce vendredi matin, avec trois conseils : le confesseur est bon quand il est un véritable ami de Jésus. Il doit aussi un homme de l’Esprit Saint et donc de discernement. Car comme le rappelle le Pape, dans son dernier conseil, le confessionnal est véritablement le lieu même de l’évangélisation.

    L’an dernier, lors de la cérémonie, le Pape François avait appelé les confesseurs à bien s’investir dans l’accompagnement, pour que la rencontre avec le Seigneur soit personnelle, et intime. « Et après avoir reçu le pardon du Père, faisons la fête ! » avait ajouté le Pape.

    Source : Radio Vatican.

  • Audience générale de ce mercredi 15 mars 2017

    Lors de l’audience générale de ce mercredi 15 mars 2017, tenue sur la place Saint-Pierre sous un soleil déjà printanier, le Pape François a poursuivi sa série de catéchèses sur l’espérance. Pour la 14e étape de ce parcours, le Pape s’est appuyé sur la Lettre de saint Paul aux Romains, dans laquelle l’Apôtre invite les chrétiens à vivre « heureux dans l’espérance » et à ne pas vivre une charité hypocrite.

    Compte rendu de Cyprien Viet à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Texte intégral de la catéchèse traduite en français sur Zenit.org.

    Résumé en français :

    « Frères et sœurs, notre vocation la plus haute est d’aimer Dieu et le prochain. Mais saint Paul nous met en garde contre un amour qui serait hypocrite, motivé par des intérêts personnels, pour nous mettre en avant et nous satisfaire. Or la charité ne vient pas de nous, mais elle est une grâce. Elle n’est pas l’occasion d’étaler nos capacités mais elle est un don que nous accueillons librement. Notre manière d’aimer est marquée par le péché, mais nous sommes appelés à l’espérance car Dieu nous ouvre une voie de salut. En entrant dans notre cœur il nous permet de connaître la compassion du Père. Savoir que nous ne vivons pas pleinement le commandement de l’amour est une grâce pour comprendre que nous avons besoin que le Seigneur renouvelle notre cœur afin d’aimer les autres comme il les aime, voulant leur bien, c’est-à-dire qu’ils soient des saints, des amis de Dieu. »

    « Je salue cordialement les pèlerins de langue française, en particulier l’association Chemins d’Humanité avec Monseigneur Jean Luc Brunin, Evêque du Havre.
    Soyons pleins d’espérance sur notre route de carême, certains que, même à travers nos échecs, l’amour de Dieu est le plus fort et nous donne l’occasion de renouveler notre cœur pour être à son service et au service de nos frères.
    Que Dieu vous bénisse ! »

    Source : site internet du Vatican.

  • Angelus de ce dimanche 12 mars 2017

    Comme chaque dimanche, et au terme d’une semaine marquée par sa retraite spirituelle à Ariccia avec les principaux responsables de la Curie romaine, le Pape François est apparu ce dimanche midi à la fenêtre des appartements du Palais apostolique pour délivrer sa traditionnelle méditation de l’Angélus.

    Devant 35 000 fidèles rassemblés Place Saint-Pierre, le Pape François est revenu sur l’Évangile de ce deuxième dimanche du Carême, qui reprend le récit de la Transfiguration, dans le texte de saint Matthieu.

    Le compte rendu de Cyprien Viet à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Texte intégral des paroles du pape François traduites en français sur Zenit.org.

  • Angelus de ce dimanche 5 mars 2017

    En ce premier dimanche de Carême, le Pape François exhorte les fidèles à lutter contre le Mal « avec la force de la parole de Dieu ». Lors de l’Angélus, ce dimanche 5 mars 2017, le Saint-Père, prenant appui sur l’Évangile du jour selon Saint Mathieu, où pendant 40 jours “Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable”, invite à chérir la Bible pour éloigner toutes les tentations.

    « Jésus a un ennemi déclaré : le diable, qui tente de le détourner de la voie de l’obéissance et de l’humiliation » mais, affirme le Pape, le Christ l’affronte tout de suite “au corps à corps”. Face aux tentations, Jésus parvient à parer « les flèches vénéneuses du diable avec le bouclier de la Parole de Dieu qui exprime la volonté du Père ». Ainsi, observe le Saint-Père, « le Fils, empli de la force de l’Esprit Saint, sort victorieux du désert ».

    Le Pape François appelle ainsi les fidèles, en ce temps de montée vers Pâques, « à suivre les traces de Jésus en affrontant le combat spirituel contre le malin avec la force de la Parole de Dieu ». Pour cela, il est important de « se familiariser avec la Bible, la lire souvent, la méditer, l’assimiler. La Bible contient la Parole de Dieu, qui est toujours actuelle et efficace ». Le Pape établit alors une « comparaison paradoxale mais qui fait réfléchir » entre la Bible et notre téléphone portable.

    Que se passerait-il, interroge le Saint-Père, « si nous traitions la Bible comme nous traitions notre téléphone portable ; si nous l’emportions toujours avec nous ; si nous retournions la chercher quand nous l’oublions ; si nous l’ouvrions plusieurs fois par jour ; si nous lisions les messages de Dieu contenus dans la Bible comme nous lisons les messages du téléphone portable ».

    Et le Pape insiste : « Si nous avions toujours à cœur la Parole de Dieu (…) aucun obstacle ne pourrait nous faire dévier de la route du bien ». Nous serions ainsi capables de vaincre les tentations quotidiennes, « d’accueillir et d’aimer nos frères, en particulier les plus vulnérables et les plus faibles, et même nos ennemis ».

    Source : Radio Vatican (HD).

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

  • Messe des Cendres célébrée par le Pape François

     
    16h30, Église Saint-Anselme
    Procession pénitentielle

    17h, Basilique Sainte-Sabine
    Messe, bénédiction et imposition des Cendres
     
     
     
    Le Pape François a présidé mercredi 1er mars 2017 la célébration du Mercredi des Cendres qui marque l'entrée en Carême. Après la traditionnelle procession du couvent Saint-Anselme à la basilique Sainte-Sabine, sur la colline de l'Aventin, à Rome, le Pape a invité, dans son homélie, les fidèles à profiter du Carême pour dire non à une asphyxie « qui éteint notre foi, refroidit notre charité et détruit notre espérance ». Au contraire, il conseille d’accueillir le « souffle de la vie de Dieu ».
     
    Compte rendu de Manuella Affejee à lire / écouter sur Radio Vatican.
     
    Texte intégral de l'homélie traduite en français sur le site internet du Vatican.

  • Audience générale de ce mercredi 1er mars

    Le Carême comme chemin d’espérance : c’est le thème de la catéchèse que le Pape François a développé lors de l’audience générale place Saint-Pierre ce mercredi matin 1er mars 2017, lors du mercredi des Cendres, premier jour du Carême. « Cette perspective est tout de suite évidente si on pense que le Carême a été instituée dans l’Église comme un temps de préparation à Pâques. Cette période de quarante jours prend donc tout son sens du mystère pascal vers lequel il est dirigé » a ainsi expliqué le Pape devant plusieurs milliers de fidèles.

    Commentaire de Xavier Sartre à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Texte intégral de la catéchèse traduite en français sur Zenit.org.

    Résumé en français :

    « Frères et sœurs, aujourd’hui, nous entrons dans le temps du Carême, qui est une période de pénitence, non pas comme une fin en soi, mais comme un chemin destiné à nous faire ressusciter avec le Christ, à renouveler notre identité baptismale, à renaître de l’amour de Dieu.  Pour cette raison, le Carême est un temps d’espérance. Le sens nous en est donné dans l’expérience fondamentale de l’exode des Israélites depuis l’Égypte vers la Terre promise. C’est un chemin de l’esclavage vers la liberté, un chemin d’espérance s’inscrivant dans le plan de salut de Dieu qui veut pour son peuple la vie et non la mort. Ainsi, la Pâque de Jésus, son exode, nous ouvre la route vers la vie éternelle : par le don de sa vie, nous sommes sauvés de l’esclavage du péché. Mais, le don de notre salut est une histoire d’amour, d’où la nécessité de notre « oui » et de notre participation. Si Jésus nous donne l’eau vive de son Esprit, il nous incombe d’aller boire à sa source dans les sacrements, dans la prière, dans l’adoration. Alors, à la lumière de l’espérance de la Vierge Marie qui, dans la nuit de la passion et de la mort de son Fils, continue à espérer en la victoire de l’amour de Dieu, commençons avec joie ce chemin d’espérance. »

    « Je suis heureux de saluer les pèlerins de langue française, en particulier les jeunes de Paris, Pignan, Saint Cloud et de Suisse ainsi que les fidèles venant de Belgique. Que le Carême soit pour nous un chemin de joie et d’espérance, grâce à la force de l’amour miséricordieux du Seigneur et l’aide de la Vierge Marie, afin que nous puissions ressusciter avec le Christ. Que Dieu vous bénisse ! »

    Source : site internet du Vatican.

  • Un martyr slovaque du communisme bientôt béatifié

    Bx_Tito-Zeman_2b.jpg

    Recevant en audience, ce lundi 27 février, le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour la cause des Saints, le Pape François a autorisé le dicastère à promulguer les décrets reconnaissant :

    - le martyre du Serviteur de Dieu Tito Zeman, prêtre salésien slovaque, né le 4 janvier 1915, tué en haine de la foi le 8 janvier 1969. En avril 1950, lorsque le régime communiste interdit les congrégations religieuses, et commença à déporter prêtres et consacrés, Tito Zeman organisa l’exfiltration clandestine vers Turin de jeunes Salésiens, afin qu’ils puissent poursuivre leur formation. Arrêté, puis jugé comme "espion du Vatican", il fut condamné à 25 ans de prison. Relâché au bout de 12 années de détention, il mourut 5 ans après, des suites des privations et mauvais traitements infligés en prison.

    - ainsi que les vertus héroïques des Serviteurs et Servantes de Dieu :

    - Ottavio Ortiz Arrieta (1878-1958), premier salésien d’origine péruvienne, évêque de Chachapoyas, un diocèse très vaste et difficile à administrer, qu’il parcourut infatigablement. Il refusa l’archevêché de Lima pour se consacrer à son diocèse de la Cordillères des Andes.

    - Antonio Provolo (1801-1842), prêtre du diocèse de Vérone (Italie), fondateur de la Société de Marie pour l’éducation des sourds-muets et de la Congrégation de Marie pour l’éducation des sourdes-muettes.

    Antonio Repiso Martínez de Orbe (1856-1929), jésuite mexicain, fondateur de la Congrégation des sœurs du Divin Pasteur.

    - Maria della Mercede Cabezas Terrero (1911-1993), religieuse espagnole, fondatrice de l’Institut religieux des Œuvres missionnaires du Sacré Cœur de Jésus.

    - Lucia dell’Immacolata (1909-1954), religieuse italienne de la Congrégation des Ancelles de la Charité.

    - Pedro Herrero Rubio (1904-1978), laïc espagnol, médecin auprès des enfants pauvres.

    - Vittorio Trancanelli (1944-1998), laïc italien, père de famille et médecin.

    Source : Radio Vatican (MA).

  • Angelus de ce dimanche 26 février 2017

    « Nul ne peut servir deux maîtres (…) Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent ». Ce dimanche 26 février 2017, le Pape appelle les catholiques à faire un « choix clair », que l'Évangile de ce jour indique avec précision (saint Matthieu 6, 24-34). Il les invite à une attitude évangélique qui consiste à « chercher d’abord le Royaume de Dieu ».

    Sous un grand soleil, le Pape s’adresse depuis une des fenêtres de l’appartement apostolique à la foule des fidèles rassemblée sous ses yeux place Saint-Pierre. En ce huitième dimanche du Temps ordinaire, il souligne que ce passage de l’Évangile de Matthieu est un fort rappel à s’en remettre à Dieu. « Jésus nous exhorte avec insistance à ne pas nous préoccuper de l’avenir ». Le regard de Dieu, prompt et bienveillant, veille continuellement sur notre vie, assure le Pape. « Il coule sous-jacent à la hantise de tant de préoccupations qui risquent d’ôter sérénité et équilibre ; une angoisse souvent inutile, car elle ne parvient pas à changer le cours des événements ». S’en remettre à Dieu ne résout pas magiquement les problèmes, mais permet de les affronter courageusement avec une âme juste.

    Le Pape rappelle combien Dieu est proche. « C’est notre refuge, la source de notre sérénité et de notre paix. Le rocher de notre salut auquel on peut s’accrocher, certain de ne pas tomber ». A notre époque, voir un Père en Dieu est tellement important, souligne le Pape qui regrette pourtant que, parfois, on ne s’en rende pas compte, trop occupés à rechercher « de manière obsessive des biens terrestres et des richesses, leur manifestant un amour exagéré », « oubliant, et parfois refusant, le bien suprême, c’est-à-dire l’amour paternel de Dieu ». Or Jésus le dit : cette recherche de possessions est « une illusion, un motif de malheur ».

    Jésus donne à ses disciples une règle fondamentale de vie : « Cherchez d’abord le royaume de Dieu » pour réaliser le projet qu'Il a annoncé lors du Sermon sur la montagne, « en s’en remettant à Dieu qui ne déçoit pas ; en se mobilisant pour être des administrateurs fidèles des biens qu’il nous a donnés, même des biens terrestres, sans en faire trop comme si tout, et même notre salut, dépendait seulement de nous ». Un comportement évangélique de ce genre nécessite de faire « un choix clair », car « nul ne peut servir deux maîtres ». Ou l’on sert les idoles fascinantes mais illusoires, ou l’on sert Dieu. Un choix qui se doit se répercuter dans chacun de nos actes, programmes ou engagements. Un choix à faire de façon nette, et à renouveler constamment, « car les tentations de tout réduire à l’argent, le plaisir et le pouvoir sont pressantes », avertit le Pape François.

    Il souligne que si « honorer ces idoles a des résultats tangibles bien que fugaces », choisir Dieu et son règne n’a pas toujours de fruits immédiats. « C’est une décision qui se prend dans l’espérance et dont on laisse à Dieu la pleine réalisation ». On n'abandonne pas son choix au moindre obstacle car « l’espérance chrétienne est fondée sur la fidélité à Dieu qui ne déçoit jamais ».
    Le Pape prie enfin la Vierge Marie pour qu’elle aide chacun à s’en remettre à l’amour et la bonté du Père céleste, à vivre en Lui et avec Lui. « Ceci est le présupposé permettant de surmonter les tourments et les adversités de la vie, et même les persécutions ».

    Maladies rares

    A l’issue de l’Angélus, le Pape a salué les pèlerins italiens et espagnols, nombreux place Saint-Pierre. Il s’est également adressé à un groupe venu à Rome à l’avant-veille de la Journée des maladies rares. Il les a félicités pour leur action et a dit espérer que « les patients et leurs familles soient soutenus de manière adéquate dans leur parcours difficile, tant au niveau médical que législatif. »

    Source : Radio Vatican (MD).

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

  • L'utilisation de l'image du Pape placée sous surveillance...

    blason_francois_2.jpg

    L’image du Souverain Pontife ne saurait être instrumentalisée, c’est le sens d’une mise au point ce mercredi 22 février de la Secrétairerie d’état du Saint-Siège. Dans un communiqué, elle précise que l’une de ses attributions est de veiller à protéger l’image du Souverain Pontife, « afin que son message puisse rejoindre les fidèles intègres ».

    La Secrétairerie d’état précise en particulier qu’elle est responsable des blasons officiels du Saint-Siège. Pour mettre un terme « aux situations d’illégalités  éventuellement rencontrées », elle « effectuera une surveillance systématique des modalités selon lesquelles sont utilisées l’image du Saint-Père et les blasons du Saint-Siège, en prenant si besoin les mesures appropriées » précise encore le communiqué.

    La salle de presse du Saint-Siège précise que cette mise au point de la Secrétairerie d’état n’a rien à voir avec des faits récents qui ont été médiatisés (*). Début février, des affiches représentant le Pape et l’accusant de manque de miséricorde avaient été placardées dans le centre-ville de Rome. Un faux numéro de l’Osservatore Romano avait par ailleurs été envoyé par mail à plusieurs membres de la Curie quelques jours plus tard.

    Source : Radio Vatican (OB)

    (*) : Cette précision de la salle de presse ne pourra que faire sourire - et sans doute réagir - les observateurs réguliers de la récente actualité vaticane...

  • Audience générale de ce mercredi 22 février 2017

    Texte intégral de la catéchèse traduite en français sur Zenit.org.

    Résumé en français :

    « Frères et sœurs, la création est un don merveilleux que Dieu a placé entre nos mains. Mais, quand il se laisse prendre par l’égoïsme, l’être humain ruine les plus belles choses qui lui ont été confiées. Alors le Seigneur nous offre une nouvelle perspective de libération, de salut universel. Ainsi, saint Paul nous invite à nous mettre à l’écoute des gémissements de la création, des êtres humains et ceux de l’Esprit dans notre cœur. Ces gémissements ne sont pas stériles. En effet, si le chrétien sait reconnaître en lui et autour de lui les signes du mal, en même temps il a appris à lire tout cela avec les yeux du Christ Ressuscité. Dans l’espérance, nous savons que, par sa miséricorde, le Seigneur veut guérir définitivement les cœurs blessés et humiliés, tout ce que l’homme a défiguré. Trop souvent nous sommes tentés par la déception ou le pessimisme. Que l’Esprit-Saint nous vienne en aide, lui qui voit au-delà des apparences négatives du présent et nous révèle déjà les cieux nouveaux et la terre nouvelle que le Seigneur prépare pour l’humanité. »

    « Je suis heureux d’accueillir les pèlerins de langue française, en particulier les laïcs du Mans avec l’évêque, Mgr Yves Le Saux, les servants d’autel de Metz, avec l’évêque Mgr Jean-Christophe Lagleize, ainsi que les paroisses et les jeunes venant de France et du Canada.
    Que l’Esprit-Saint soit pour chacun de vous un guide sur les chemins de votre vie et vous affermisse dans l’espérance ! Que Dieu vous bénisse ! »

    Source : site internet du Vatican.

  • Mercredi 22 février 2017

    Chaire de Saint Pierre
    (Fête le 18 janvier à Rome)

    chaire de saint pierre,catechese,benoit xvi,2006

    A (re)lire : la Catéchèse de Benoît XVI
    donnée lors de l'Audience générale du mercredi 22 février 2006