Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 janvier 2015

Angelus de ce dimanche 25 janvier 2015

Le Pape François a placé l’Angélus de ce dimanche place Saint-Pierre sous le signe de l’unité des chrétiens, alors que se conclut ce dimanche la semaine de prière pour l’unité des chrétiens par la célébration des Vêpres en la basilique romaine de Saint-Paul-hors-les-Murs. Dans son message avant la prière de l’Angélus, le Pape est revenu sur la nécessité que tous les chrétiens soient unis, priant l’Esprit Saint pour que s’accomplisse ce « désir d’unité des disciples », battue en brèche par  « le diable qui est le père des divisions, et qui fait les guerres ».

« C’est une vilaine chose que les chrétiens soient divisés. Mais Jésus nous veut unis : un seul Corps. Nos péchés, l’histoire nous ont divisés et c’est pourquoi nous devons prier autant pour que ce soit l’Esprit Saint qui nous unisse de nouveau » a poursuivi le Pape.

« Jésus est l’accomplissement des promesses divines parce que c’est Lui qui donne à l’homme l’Esprit Saint ». Le Pape François est ainsi revenu sur le début de la prédication de Jésus en Galilée, après l’arrestation de Jean-Baptiste. Jésus le révéla non seulement à tous ceux qui l’écoutèrent, mais aussi à la Samaritaine, à qui Il dit : « Donne-moi à boire ».

« Dieu en se faisant homme, a fait sienne notre soif, non seulement de l’eau matérielle, mais surtout la soif d’une vie pleine, libre de l’esclavage du mal et de la mort. En même temps, grâce à son incarnation, Dieu a mis sa soif dans le cœur d’un homme : Jésus de Nazareth. Ainsi, dans le Cœur du Christ, se rencontrent la soif humaine et la soif divine. Et le désir de l’unité de ses disciples appartient à cette soif, » a encore expliqué le Pape.

Appel pour la paix en Ukraine

Après la prière de l’Angélus, le Pape a exprimé sa « vive préoccupation » pour les combats qui se poursuivent en Ukraine et qui « continuent à provoquer de nombreuses victimes par la population civile. » Le Pape a renouvelé son appel en faveur d’une reprise « des tentatives de dialogue » afin que les hostilités prennent fin.

Le Pape François a évoqué également la Journée mondiale des malades de la lèpre. « J’exprime ma proximité envers toutes les personnes qui souffrent de cette maladie, et envers tous ceux qui prennent soin d’eux, et envers qui lutte contre les causes de la contagion, c’est-à-dire les conditions de vie indignes de l’homme. »

Il n’a pas manqué non plus de saluer les membres de la communauté philippine de Rome, venus nombreux place Saint-Pierre, une semaine après son voyage dans l’archipel. « Le peuple philippin est merveilleux pour sa foi forte et joyeuse. Que le Seigneur vous soutienne vous aussi qui êtes loin de votre patrie. »

Caravane de la paix de l’ACR

A l’issue de l’Angélus, le Pape fut rejoint à la fenêtre de ses appartements par deux jeunes romains de l’Action Catholique de Rome (ACR) venus pour lui lire un message à l’occasion de la fin de leur « caravane de la paix » dont le thème cette année est « la paix est la solution ». Environ trois mille enfants ont participé à cette initiative. Ils ont été bénis par le cardinal vicaire Agostino Vallini. Cette année, leur initiative a permis de recueillir des fonds pour acheter des pompes à eau qui seront installées au Burkina Faso et qui permettront l’irrigation des champs. A l’issue de cette rencontre entre le Pape et les enfants, des ballons multicolores furent lâchés dans le ciel de Rome.

Source : Radio Vatican.

Texte intégral traduit en français à venir sur Zenit.org.

Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

A 17h30, célébration des Secondes Vêpres de la Solennité de la Conversion de Saint Paul Apôtre

en conclusion de la Semaine de Prière pour l'unité des chrétiens
par le Pape François, en la Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs

 Vidéo KTO mise en ligne dès que disponible

Licinio Refice (1885-1954) : "Signum Magnum"

Pueri Cantores della Cappella Sistina - Dir. Marcos Pavan (juin 2009)

Méditation : louange et adoration, un devoir

« L'adoration est un profond abaissement de l'âme devant la Majesté suprême, devant celui qui, d'un seul mot, a créé le ciel et la terre, qui, d'un regard, fait fondre les nations comme la cire, sous les pas duquel les collines se courbent avec respect, devant ce Dieu qui envoie les foudres et les tempêtes, pour être les ministres de sa colère, et qui les enchaîne, quand il lui plaît d'exercer sa miséricorde. A la vue de la grandeur de Dieu, l'âme s'humilie, se confond et s’anéantit en sa présence ; elle fait l'humble aveu de sa dépendance ; elle loue et glorifie le saint nom de Dieu ; elle lui rend grâce des biens qu'elle a reçus de lui, et lui demande humblement ceux qui lui manquent, et qu'elle n'attend que de sa seule bonté ; elle s'offre elle-même et se consacre à lui sans réserve, pour accomplir en tout sa sainte volonté. Ces sentiments intérieurs se manifestent au-dehors par des actions qui y répondent, comme des génuflexions, des prières, et surtout par le sacrifice de la Messe, qui est de tous les actes d'adoration le plus excellent et le plus auguste.

Vous devez donc, mon cher Théophile, rendre à Dieu tous les jours, principalement le matin et le soir, le tribut de louange et d'adoration qu'il exige de vous. C'est par cet exercice de religion qu'il faut commencer et finir la journée. Ne manquez jamais de remplir un devoir si important et si essentiel ; que votre première pensée, que le premier mouvement de votre cœur s'élève vers celui qui vous a créé, qui vous conserve, et qui vous comble chaque jour de nouveaux bienfaits. »

P. Lhomond, Doctrine chrétienne en forme de lectures de piété (Seconde Partie, Des commandements, XXXIXe Lecture), Nouvelle édition, Lyon, Chez Rusand, 1808.

prayer-f.jpg

25 janvier 2015 : 62e Journée Mondiale des Lépreux

25 janvier 2015,62e,Journée Mondiale,Lépreux

Fondation Raoul Follereau

Dimanche 25 janvier 2015

Troisième Dimanche après l'Epiphanie

 Commentaire de l'Evangile du Dimanche (Abbaye du Barroux)

 Conversion de Saint Paul Apôtre

(Troisième Dimanche du Temps Ordinaire)

 Calendrier liturgique et sanctoral

24 janvier 2015

200 morts, 200.000 déplacés au Malawi... Une "non-information" pour les media

Au Malawi, les inondations hors norme ont fait près de 200 morts et 200.000 sinistrés. Selon l’AFP, écoles, maisons, jardins vivriers, tout est sous l’eau à part quelques îlots où les rescapés survivent dans des conditions précaires. Un bidonville situé à cinq kilomètres de la capitale économique a été submergé par un nouveau cours d’eau créé par les crues éclair. Les secours ont dû sillonner le pays en bateau ou en hélicoptère à la recherche des disparus. Dans une déclaration faite le 13 janvier 2015, le Président du Malawi Peter Mutharika soulignait la destruction de 15 districts dans son pays dues aux inondations. Depuis le début du mois de janvier 2015, des inondations inédites ont touché non seulement le Malawi mais également le Mozambique et le Zimbabwe.

Le Pape François a adressé un message de solidarité à Mgr Thomas Msusa, Archevêque de Blantyre et Vice-Président de la Conférence Episcopale du Malawi. Dans son télégramme signé du Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat, le Saint-Père tient à « exprimer sa solidarité et sa proximité » à l’endroit du peuple malawite pour les conséquences tragiques de ces inondations. Il prie pour les victimes, pour les familles et pour toutes les personnes touchées par cette catastrophe, et demande à Dieu de bénir les secouristes et de leur accorder force et persévérance dans les opérations de sauvetage en cours. Il exhorte la communauté internationale à « répondre généreusement et efficacement » aux besoins des populations durement éprouvées.

D'après Radio Vatican.

Magnificat

Daughters of Mary
Tableaux de Domenico Ghirlandaio et Jacopo da Pontormo

Méditation : "comme des petits enfants..."

« C'est bien la vérité que notre bien dépend de nous laisser conduire et gouverner par l'Esprit de Dieu sans réserve ; c'est cela que prétend la vraie simplicité que Notre-Seigneur a tant recommandée : Soyez simples comme la colombe (1), dit-il à ses Apôtres ; mais il ne s'arrête pas là, leur disant de plus : Si vous n'êtes faits simples comme petits enfants, vous n'entrerez point au Royaume de mon Père (2). Un enfant, tandis qu'il est bien petit, est réduit en une grande simplicité qui fait qu'il n'a autre connaissance que de sa mère ; il a un seul amour qui est pour sa mère, et en cet amour il n'a qu'une seule prétention qui est le sein bien-aimé, il ne veut rien autre. L'âme qui a la parfaite simplicité n'a qu'un amour, qu'une seule prétention, qui est de reposer sur la poitrine du Père céleste, et là, comme un enfant d'amour, faire sa demeure, laissant entièrement tout le soin de soi-même à son bon Père, sans que jamais plus elle se mette en peine de rien, sinon de se tenir en cette sainte confiance ; non pas même les vertus et les grâces qui lui semblaient être fort nécessaires ne l'inquiètent point à force de les désirer, ni n'a aucune sollicitude à la poursuite de la perfection. Elle ne néglige rien de ce qu'elle rencontre en son chemin, mais aussi elle ne s'amuse point à rechercher d'autres moyens de se perfectionner que ceux qui lui sont prescrits. »

1. Mt X, 16. - 2. Mt XVIII, 3.

St François de Sales (1567–1622), Entretiens spirituels (XIV. De la simplicité), in "Œuvres", nrf Gallimard, 1969.

bebe-maman_2a.jpg

Samedi 24 janvier 2015

St Timothée, évêque et martyr

 St Timothée,évêque,martyr

Ordination et martyre de saint Timothée
Speculum historiale. V. de Beauvais. XVe siècle

Au nouveau calendrier : St François de Sales
(fête le 29 au calendrier traditionnel)

 Calendrier liturgique et sanctoral

23 janvier 2015

Ouverture du procès en béatification de Léonie Martin, sœur de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face

Ce samedi 24 janvier à Caen (Calvados), Mgr Jean-Claude Boulanger, évêque du diocèse de Bayeux-Lisieux, au cours de la Messe qu’il va célébrer à 15h en la chapelle du monastère de la Visitation, annoncera officiellement l’ouverture du procès en béatification de sœur Françoise-Thérèse, plus connue sous le nom de Léonie Martin, la petite violette de Dieu, sœur de sainte Thérèse de Lisieux.

Née en 1863 à Alençon, Léonie Martin a été éveillée à la foi par sa sœur, Ste Thérèse de Lisieux. Léonie est la moins douée des quatre sœurs Martin, et trouve difficilement sa place entre Marie et Pauline, ses aînées, et Céline et Thérèse, ses cadettes. Qualifiée d’enfant difficile (après la mort de sa sœur Hélène à 5 ans, elle devient le souffre-douleur de la bonne, qui la bat à l’insu de ses parents), elle est attirée adolescente par la vie religieuse. Mais à trois reprises, elle ressort du couvent, d’abord des clarisses d’Alençon, puis deux fois de la Visitation de Caen. Enfin en 1899, elle devient définitivement visitandine à Caen, alors que ses autres sœurs ont choisi de devenir carmélites à Lisieux. Depuis sa mort, à l’âge de 80 ans, les courriers ont afflué pour remercier la sœur de l’aide apportée et des grâces obtenues par son intercession, rapporte Le Pays d’Auge.
Normandie Actu - Ouest France

A lire : Léonie Martin - Une vie difficile (Sanctuaire de Lisieux)

« Ô mon Dieu, dans ma vie où Vous avez mis peu de ce qui brille, faites que comme Vous, j’aille aux valeurs authentiques, dédaignant les valeurs humaines pour estimer et ne vouloir que l’absolu, l’éternel, l’Amour de Dieu, à force d’Espérance. »
La servante de Dieu Léonie Martin

Promulgation de Décrets

A la suite de l'audience accordée hier après-midi au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

au MIRACLE attribué à la bienheureuse Maria Teresa Casini (1864-1937), religieuse italienne, fondatrice des Oblates du Sacré Cœur.

au MARTYRE

de la servante de Dieu Fidelia (Dolores Oller Angelats) et de ses deux compagnes, religieuses espagnoles (Soeurs de St.Joseph de Girona), tuées en haine de la foi en août 1936.

du serviteur de Dieu Pio Heredia et de ses dix sept compagnons et compagnes, cisterciens et cisterciennes espagnoles, tués en haine de la foi en 1936.

du serviteur de Dieu Tshimangadzo Samuel Benedict Daswa (Bakali), laïc sud-africain, tué en haine de la foi le 2 février 1990.

aux VERTUS HÉROÏQUES attribuées

au serviteur de Dieu Ladislao Bukowiński (1904-1974), prêtre ukrainien mort au Kazakhstan.

au serviteur de Dieu Aloysius Schwartz (1930-1992), prêtre américain mort aux Philippines, fondateur des Sœurs de Marie et des Frères du Christ.

à la servante de Dieu Cointa Jáuregui Osés (1875-1954), religieuse espagnole.

à la servante de Dieu Teresa Gardi (1769-1837), laïque italienne tercière franciscaine.

au serviteur de Dieu Luis Trelles y Noguerol (1819-1891), laïc espagnol, fondateur de l'adoration nocturne en Espagne.

à la servante de Dieu Elisabeth Marie Satoko Kitahara (1929-1958), laïque japonaise.

à la servante de Dieu Virginia Blanco Tardío (1916-1990), laïque bolivienne.

Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 23.1.15).

Texte original des Décrets en italien : Bulletin de la Salle de Presse du Saint-Siège.

Message à l'occasion de la XLIXe Journée Mondiale des Communications Sociales, 2015

"Communiquer la famille : milieu privilégié de la rencontre dans la gratuité de l'amour"

Ce matin près la Salle de Presse, Mgr Claudio Maria Celli, Président du Conseil pontificale pour les communications sociales, assisté de Mme Chiara Giaccardi, Professeur à l'Université catholique de Milan (Italie), a présenté le Message du Pape François pour la prochaine Journée mondiale des communications sociales (17 mai). Il y rappelle que la famille continue d'être une grande institution, pleine de ressources. Même si elle est une institution en crise, elle est capable de se faire connaître et de communiquer. Elle dispose d'un lien fort qui fait inter-agir ses membres". Et puis la prière, qui trouve en elle un mode de communication fondamental, définit la famille comme lieu authentique de découverte et d'expérience. "Dans ce contexte, le pardon doit être considéré une dynamique de communication...car le repentir exprimé et reçu fait grandir". Il faut également être attentifs aux media de dernière génération et à leur influence dans la communication familiale, au sein de la famille et entre les familles. Loin d'être des obstacles, ils doivent la favoriser comme l'avait déjà indiqué Jean-Paul II et Benoît XVI. "Il est de grande importance de redécouvrir la primauté éducative des parents, de mieux en mieux représentée sur la toile", avec un profit pour la connaissance plus que pour la technologie. "Cela ne veut absolument pas dire que les rapports amicaux seraient absents de la communication numérique", a conclu Mgr Celi, qui a rappelé que nous devons tous, jeunes compris, partout témoigner du Christ. Donc aussi sur le web.

Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 23.1.15).

« Le thème de la famille se trouve au Centre d'une réflexion ecclésiale approfondie et d’un processus synodal qui comporte deux synodes, un extraordinaire – qui vient d’être célébré – et un synode ordinaire, convoqué pour octobre prochain. Dans ce contexte, il m’a semblé opportun que la famille soit le point de référence du thème de la prochaine Journée mondiale des communications sociales. La famille est du reste, le premier lieu où l'on apprend à communiquer. Retourner à ce moment originel peut nous aider autant à rendre la communication plus authentique et plus humaine qu’à considérer la famille d'un nouveau point de vue.

Nous pouvons nous laisser inspirer par l'icône évangélique de la visitation de Marie à Elisabeth (Lc 1, 39-56). « Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : “Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni” » (v. 41-42). » ...

Texte intégral sur le site internet du Vatican.

La Neuvaine - Neuf mois de prière pour la France (11ème semaine)

La Neuvaine,Neuf mois,prière,France,Méditation,abbé,Eric Iborra

11e semaine - Méditation de Mgr Guillaume Derville

Disponible également en téléchargement ici.

Jean Sibelius : Concerto pour violon en ré mineur, Op. 47 - II. Adagio di molto

Chicago Symphony Orchestra - Dir. Daniel Barenboim
Maxim Vengerov, violon

Méditation : les croix du chrétien

« Notre amoureux Sauveur dispense à ses membres, selon son bon plaisir, ses vénérables croix, à proportion de la grâce qui les dispose par sa propre inclination, ou même à mesure de la perfection où il les veut élever de nouveau. De ce principe, qui n'a jamais encore manqué, l'admirable saint Paul tire cette conséquence..., que « tous ceux-là endureront des persécutions, qui voudront vivre pieusement en Jésus-Christ » (1)...

Cette proposition du grand Apôtre a tant de vérité qu'elle ne souffre point d'exception, parce qu'il n'y eut jamais aucun homme sur la terre qui appartienne à la grâce de Jésus par la participation de sa sainteté - ce que saint Paul appelle : « vivre pieusement en Jésus-Christ » -, lequel n'ait expérimenté quelqu'une de ces manières de persécutions...

C'est pourquoi le Saint-Esprit veut que celui qui dispose son cœur pour servir Dieu avec toute la fidélité que lui doit sa créature, prépare à même temps son âme à l'épreuve de cette touche infaillible qui fait discerner les âmes généreuses d'avec les inconstantes (2). Que l'on jette les yeux sur cette troupe innombrable qui compose le Corps mystique glorieux de Jésus, et sur ceux qui, étant encore en l’Église militante, s'efforcent d'atteindre à la fin de la lice, à l'exemple de lui-même qui, comme un géant, l'a courue depuis un bout jusqu'à l'autre (3) sans avoir repris haleine, et l'on verra avec trop de clarté la vérité constante de cette très importante maxime. »

1. II Tim III, 12 - 2. Eccli II, 1 - 3. Ps XVIII, 6-7.

P. Louis Chardon o.p. (1595-1651), La Croix de Jésus (Premier Entretien, ch. XVIII), Éditions du Cerf, Paris, 1937 (1ère édition 1647).

porter-sa-croix_3a.jpg

22 janvier 2015

Dei Amoris Cantores : La voix du Bien-aimé

Voici mon bien-aimé qui vient !
il escalade les montagnes,
il franchit les collines,
il accourt comme la gazelle,
comme le petit d’une biche.
Le voici qui se tient derrière notre mur ;
il regarde par la fenêtre,
il guette à travers le treillage.
Mon bien-aimé a parlé ;
il m’a dit :
« Lève-toi, mon amie,
viens, ma toute belle.

Ma colombe, blottie dans le rocher,
cachée dans la falaise,
montre-moi ton visage,
fais-moi entendre ta voix ;
car ta voix est douce,
et ton visage est beau. »
Mon bien-aimé est à moi,
et moi je suis à lui.

« Que mon nom soit gravé dans ton cœur,
qu’il soit marqué sur ton bras. »
Car l’amour est fort comme la mort,
la passion est implacable comme l’abîme.
Ses flammes sont des flammes brûlantes,
c’est un feu divin !
Les torrents ne peuvent éteindre l’amour,
les fleuves ne l’emporteront pas.

Cantique des Cantiques 2, 8-10.14.16a ; 8, 6-7a.