01 septembre 2014

Chine : La campagne de démolition des églises et des croix se poursuit

Chine,campagne,démolition,destruction,églises,croix,violence,Wenzhou,sanctuaire,Longgang,démantèlement

En 2014, des centaines d’églises de l’est de la Chine ont été partiellement ou totalement détruites et plus de 360 croix retirées de force par les autorités locales dans le cadre d’une campagne intitulée « rectifications pour une démolition ».

Officiellement cette opération vise à « embellir » la province en supprimant les aspects disgracieux des structures illégalement construites. Les chrétiens et les défenseurs des droits de l’homme dénoncent quant à eux une vaste opération de répression visant les lieux de culte chrétiens et en particulier les croix dressées sur les édifices, dans le but de stopper la croissance des Églises dans la région.

L’opération frappe surtout la zone urbaine de Wenzhou, à l’est de la Chine, où les chrétiens, essentiellement protestants, forment 15 % de la population ; un phénomène à l’origine du surnom de « Jérusalem de Chine » donné à la ville. Parmi les derniers incidents en date, on note la démolition d’une église sous la menace d’une centaine de policiers se massant devant elle avec des matraques et des boucliers pour prévenir toute réaction de la population. Lorsque les fidèles ont essayé d’entrer dans l’église pour empêcher sa destruction, la police les a refoulés avec brutalité, utilisant toutes les armes anti-émeute y compris les gaz lacrymogènes qui ont blessé plusieurs personnes. Les témoins présents rapportent des scènes d’une grande violence, les protestataires étant laissés inconscients et couverts de sang sur le sol après avoir été frappés par les forces de l’ordre. L’un d’eux aurait été traîné, inanimé, dans un véhicule de police et emmené vers une destination inconnue.

Des exactions qui ne sont pas récentes

La campagne antichrétienne avait déjà pris un tour sanglant le 21 juillet dernier lorsque des centaines de policiers avaient tenté lors d’une opération de force massive d’arracher la croix de l’église de l’Armée du Salut édifiée dans le district de Pingyang de la ville de Wenzhou. Des centaines d’officiers de police assistés d’hommes de main s’étaient affrontés alors aux membres de l’église tentant de protéger leur lieu de culte. On avait dénombré parmi les fidèles plusieurs blessés graves, et les forces de l’ordre avaient dû abandonner momentanément la destruction, avant de revenir l’achever le 14 août dernier.

Parmi les incidents les plus spectaculaires, il faut également citer le démantèlement le 26 avril, de l’imposant sanctuaire de Longgang situé dans le diocèse catholique de Wenzhou. S’appuyant sur de prétendues illégalités dans la construction du lieu de pèlerinage, les autorités ont enlevé, détruit ou emmuré, les immenses statues qui s’élevaient à l’extérieur des bâtiments.

Si les autorités continuent d’affirmer que la destruction de ces édifices n’a pour but que d’améliorer le paysage urbain en supprimant les constructions illégales, sans aucune volonté de viser les églises chrétiennes, elles s’expriment peu sur les raisons qui motivent le démantèlement des croix. « Toutes ces démolitions forcées des croix démontrent que le but visé est bien de réduire l’influence du christianisme sur la société », conclut Guo Baosheng, de China Aid.

Ces derniers jours, des rapports émanant de différentes ONG ont signalé que les opérations de destruction des églises et des croix commençaient à toucher d’autres provinces de Chine.

eda/msb/SB

Source : InfoCatho.be.

Gueorgui Vassilievitch Sviridov (1915-1998) : "Aie pitié de nous, Seigneur"

Chœur de Chambre de Kiev "Credo" - Dir. artistique Bogdan Plish
(Œuvres & Discographie complète)

Méditation : tentation ou péché ?

« Pour augmenter votre tranquillité et votre confiance, distinguez avec soin la négligence à chasser une mauvaise pensée, d'avec l'attention et le consentement libre donné à cette pensée déshonnête. Quand vous apportez un peu de négligence à chasser de votre esprit une représentation obscène, vous péchez véniellement. Pour que vous commettiez en ceci une faute mortelle, voici trois conditions requises ; remarquez-les bien, retenez-les pour toujours et tranquillisez-vous. Il faut votre liberté, votre réflexion et votre consentement ; je vais vous l'expliquer clairement.

Il faut votre liberté, c'est-à-dire, que la pensée dépende de vous. Un objet dangereux s'offre à vos yeux, un mauvais discours frappe vos oreilles ; vous ne voulez ni fixer cet objet ni prêter l'oreille à ce discours ; la pensée alors que l'un et l'autre vous présentent n'est point libre, elle ne dépend nullement de vous.
Cette liberté ne suffit pas ; il faut de plus votre réflexion ; c'est-à-dire, que vous y preniez garde, que vous fassiez attention à cette mauvaise pensée. Hélas ! tous les jours, à tous les instants notre esprit pervers forme, roule des pensées dans lesquelles nous nous trouvons comme enfoncés, sans que nous nous en soyons aperçus, sans que nous puissions rendre compte ni de l'objet qui les a occasionnées, ni du temps qu'elles ont duré ; alors il suffit, pour triompher, que vous fassiez ce qui dépend de vous pour éloigner cette pensée, du moment que vous vous en apercevez.

Enfin il faut votre consentement, et voici surtout ce que vous examinerez. Prenez garde toutefois de ne pas trop vous arrêter à une recherche dangereuse. Avez-vous prétendu vous arrêter à cette mauvaise pensée, vous en êtes-vous occupé volontairement ? Si les mauvaises pensées ne sont accompagnées de ces diverses conditions, je veux dire, si, pensant à des objets défendus, vous n'apportez d'abord votre liberté et votre réflexion, et qu'ensuite vous ne vouliez pas vous arrêter à cette pensée, votre ennemi reste confus, et il ne vous aura procuré que de la gloire. »

Abbé Boissard, Prédicateur ordinaire du Roi, La consolation du chrétien ou Motifs de confiance en Dieu dans les diverses circonstances de la vie (ch. XI), Paris, Méquignon-Junior, 1834.

Eve_fruit_defendu_3.jpg

Tentation d'Eve (détail d'un bas-relief du XIIe siècle), Musée Rolin, Autun (71)
(Crédit photo et explications détaillées)

Intentions de prière du Pape pour le mois de septembre

Générale (Universelle) :
"Prions pour que les personnes souffrant d'une déficience mentale reçoivent l'amour et l'aide dont elles ont besoin pour une vie digne."

Missionnaire (Pour l'évangélisation) :
"Pour qu'inspirés par la Parole de Dieu, les chrétiens s'engagent au service des pauvres et de ceux qui souffrent."

Source : Apostolat de la Prière.

Lundi 1er septembre 2014

St Gilles, abbé

 Saint,Gilles,Aegidius,ermite,abbé,Narbonne,Septimanie,12 Sts Martyrs,Donat,Félix,martyrs,Sentiano,la Pouille,Saints,Josué,patriarche,Gédéon,Palestine,Sainte,Anne la Prophétesse,Jérusalem,Prisque,Prisco,martyr,Capoue,Campanie,Térentien,évêque,Todi,Ombrie,Ammon,diacre,40 vierges,Héraclée,Thrace,Vincent,Sentes,Xaintes,frère,Loetus,Laetus,Liède,diocèse,Aire,Dax,Rieul,martyr,Populonia,Piombino,Toscane,Bienheureux,Loup,Leu,confesseur,Sens,Sinice,Sixte,Reims,Gaule,Victeur,Victor,Le Mans,Gaule,Constance,Costanzo,Aquin,Latium,Vérène,vierge,Zurzach,Rhin,canton,Argovie,Suisse,Ambrosinien,Arménie,Dijon,Nivard,Reims,Amédée,Lausanne,Suisse,Bienheureuse,Julienne de Collalto,abbesse,fondatrice,abbaye,Saint-Blaise,Catalde,Venise,Douceline,mystique,soin des malades,Marseille,Fréjus-Toulon,Jeanne Soderini,Florence,Toscane,Thérèse-Marguerite Redi,Teresa Margherita del Sacro Cuore,religieuse,Christin,Alphonse,Pierre,Marie-Carmen,16 martyrs,guerre civile espagnole,Vénérable,Marie-Josephte du Sacré Cœur,Marie-Josephte Fitzbach,veuve,Servantes du Coeur Immaculé de Marie,Maria Giuseppa Scandola,missionnaire

Charlemagne rencontre St Gilles
La légende de saint Gilles d’après Guillaume de Berneville

31 août 2014

Angélus de ce dimanche 31 août 2014

Place Saint Pierre de Rome, le Pape François, dans sa prière de l'Angélus dominical, est revenu sur « le moment crucial » lors duquel Jésus, après avoir vérifié que Pierre et les autres onze apôtres avaient cru en Lui comme le Messie et le Fils de Dieu, « commença à [leur] montrer qu'il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup […], être tué, et le troisième jour ressusciter ». (Mt 16, 21).

Pour le Souverain Pontife, c'est un « moment critique lors duquel apparaît le contraste entre les modes de penser de Jésus et des disciples ». « Pierre se sent même le devoir de le réprimander, poursuit-il, car il ne peut pas attribuer au Messie une fin si ignoble. » Pierre est alors à son tour réprimandé par Jésus, car ses « pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes » et sans s'en apercevoir fait la part de Satan.

« Nous les chrétiens vivons dans le monde, pleinement insérés dans la réalité sociale et culturelle de notre temps, analyse le Pape, et c’est juste ainsi, mais cela comporte le risque que nous devenions “mondains”, que nous perdions la charge de nouveauté qui nous vient du Seigneur et de l'Esprit Saint. Ce devrait être le contraire ; quand dans les chrétiens reste vive la force de l’Évangile, celle-ci peut transformer "les critères de jugement, les valeurs déterminantes, les points d’intérêts, la ligne de pensée, les sources d’inspiration et les modèles de vie" ». (Paul VI, Evangelii nuntiandi, 19).

« Il est ainsi nécessaire de se renouveler continuellement, poursuit le Saint-Père. Comment faire cela, dans la pratique », questionne-t-il : « En lisant et méditant l’Évangile chaque jour, pour que la Parole de Jésus soit toujours présente dans notre vie ; en participant à la Messe du dimanche, où l'on rencontre le Seigneur dans la communauté, écoute sa Parole et reçoit l'Eucharistie qui nous unit à Lui et entre nous. Enfin sont très importantes pour le renouvellement spirituel les journées de retraite et d'exercices spirituels. Grâce à ces dons du Seigneur, nous pouvons nous conformer non au monde, mais au Christ, et Le suivre dans sa vie, perdant sa propre vie, dans le sens de l'offrir pour amour et dans l'amour. Et cela comporte le sacrifice, la croix, pour la recevoir nouvellement purifiée, libérée de l'égoïsme et de l'hypothèque de la mort, pleine d'éternité. »

Source : Radio Vatican.

Après la prière mariale, le Pape a salué les nombreux pèlerins réunis sur la place et a rappelé que demain, lundi 1er septembre, on célébrera en Italie la Journée annuelle pour la protection de la création, organisée par la Conférence épiscopale italienne (Eduquer pour la protection de la création, pour la santé de notre pays et de nos villes). Le Pape François a souligné l'importance de ce sujet et a lancé un appel pour que "se renforce l'engagement de tous, institutions, associations et citoyens, afin que soit sauvegardées la vie et la santé des personnes en respectant également l'environnement et la nature". Enfin, il a adressé un salut particulier aux parlementaires catholiques réunis pour leur cinquième rencontre internationale en les encourageant à "vivre le rôle délicat de représentants du peuple en conformité aux valeurs évangéliques".

Source : Vatican Information Service.

Texte intégral en italien sur le site internet du Vatican.

Traduction française (texte intégral) sur Zenit.org.

Thomas Tallis (1505-1585) : "Mass for Four Voices"

Chapelle du Roi

Méditation : la "nourriture des anges", empreinte de la grâce dans l'âme...

« Regarde, ma fille bien-aimée, quelle excellence acquiert l'âme qui reçoit comme elle doit le recevoir ce pain de vie, cette nourriture des anges. En recevant ce sacrement, elle est en moi et moi en elle. Comme le poisson est dans la mer, et la mer dans le poisson, moi je suis dans l'âme et l'âme est en moi, l'océan de la paix. Et, dans cette âme, réside la grâce : elle a reçu le pain de vie en état de grâce, et la grâce demeure, quand l'accident du pain est consommé.
Je lui laisse l'empreinte de la grâce, comme fait le sceau qu'on pose sur la cire chaude : lorsqu'on retire le sceau, l'empreinte du sceau reste, de même la vertu de ce sacrement reste dans l'âme ; elle conserve la chaleur de ma divine charité, la clémence du Saint-Esprit ; elle garde la lumière de la sagesse de mon Fils. L’œil de l'intelligence est éclairé de la sagesse du Verbe, pour qu'elle connaisse et contemple la doctrine de ma Vérité, et cette sagesse, qui reste avec force, la fait participer à ma force toute-puissante, qui fortifie l'âme contre sa propre passion sensitive, contre les démons et contre le monde. »

Notre Seigneur à Ste Catherine de Sienne, in Auguste Saudreau, "Les divines Paroles ou ce que le Seigneur a dit à ses disciples dans le cours des siècles chrétiens", Tome II, Angers, Ed. de l'Ouest, 1936.

Jesus_Eucharistie_2.jpg

Dimanche 31 août 2014

22e Dimanche du Temps ordinaire

(Calendrier traditionnel : 12ème Dimanche après la Pentecôte)

Calendrier liturgique

30 août 2014

Le curé de Gaza a rencontré le Pape François

Le Pape François a reçu le curé de Gaza, le père Jorge Hernandez, en audience hier vendredi à la résidence Sainte-Marthe.

cure_gaza_1b.jpg

http://fr.lpj.org/2014/07/15/lettre-du-cure-paroisse-gaza/

Le Saint-Père, qui avait lancé plusieurs appels durant l'été pour l'arrêt du conflit à Gaza, appelant personnellement au téléphone les présidents israélien et palestinien, a voulu faire un geste de solidarité avec la petite communauté catholique présente sur place.

Missionnaire argentin de l’Institut du Verbe incarné, le père Hernandez est à la tête de l'unique paroisse catholique de l'enclave palestinienne, l'église de la Sainte Famille. Pendant l'offensive israélienne, des enfants handicapés et des femmes âgées, dont s'occupaient des sœurs de Mère Teresa, y avaient trouvé refuge. Au cours d’un entretien intense avec le Pape François, le père Hernandez a retracé les moments dramatiques de ces dernières semaines. Il a livré son témoignage à Christelle Pire, de Radio Vatican.

A Gaza, les chrétiens sont une minorité : 1300, sur plus de deux millions de personnes. Les catholiques sont encore moins nombreux. La paroisse du père Hernandez compte 136 membres. 136 personnes qui ont été particulièrement émues par le soutien du Pape.
« Le Pape François a toujours été proche, explique le curé de Gaza. Il nous avait envoyé un e-mail que nous avons traduit en arabe, et toute la communauté chrétienne l’a reçu : nous étions très reconnaissants ! Vous savez, recevoir un tel message dans un moment comme celui-là, c’est très réconfortant, c’est un soulagement. Et maintenant nous avons pu le rencontrer personnellement, pour nous faire comprendre, pour sentir la proximité du Pape, sa parole, son encouragement à être - et cela résume le message - à être le sel de la terre à Gaza. »

Un sacrifice au nom de Jésus Christ
Lors de cette rencontre, le Pape François a insisté sur l’importance du témoignage chrétien. Le père Hernandez a été particulièrement sensible à cet appel : «  Il a dit : « L’Évangile exige des sacrifices, que Jésus Christ demande à chacun d’entre nous, dans des lieux différents. Vous êtes touchés dans cette terre qui a vu souffrir Jésus Christ, qui l’a vu mourir, mais qui l’a aussi vu ressusciter. Alors, avec force et courage, en avant ! » Ce sont les paroles du Pape François qui nous ont vraiment touchés. »
Le Saint-Père s’est personnellement engagé pour la paix au Proche-Orient. Tout d’abord par son voyage en Terre Sainte en mai, puis par l’invocation pour la paix en juin, lorsque le président palestinien Mahmoud Abbas et son homologue israélien Shimon Peres, se sont retrouvés dans les jardins du Vatican pour un moment de prière historique. Tous ces gestes ont touché les populations de Terre-Sainte, qu’elles soient chrétiennes ou non.

Personne ne peut gagner une guerre
« C'est un engagement à vie, décrit le père Hernandez, un engagement concret et existentiel, de dire que la paix est possible, que nous tous et ces deux peuples, nous pouvons vivre en paix, en témoignant par-dessus tout l’amour de Jésus Christ, le Prince de la paix. Les fruits du pèlerinage du Pape François nous les voyons déjà, et nous allons les voir plus tard : il a conquis le cœur des gens, il a adressé un message bienveillant à tous ainsi qu’aux deux États, ça a été pour nous une immense grâce. »
Le père Hernandez espère que le cessez-le-feu, négocié mardi soir entre Israël et la Palestine, sera de longue durée. Face aux souffrances subies par toutes les populations, il appelle à une paix durable : « Une guerre, personne ne peut la gagner. Personne. Chaque partie devra en payer les conséquences, certains d'une manière, certains d’une autre. Mais, fondamentalement, personne ne peut sortir gagnant d’une guerre, nous sommes tous perdants. Nous espérons que Dieu nous bénisse et nous donne la force de tout recommencer. »

Source : Aleteia.

Ste Hildegard von Bingen (1098-1179) : "O Tu Suavissima Virga"

Sequentia - Susanne Norin

Méditation : Marie, "paradis de Dieu"

« Il n'y a point et il n'y aura jamais créature où Dieu soit plus grand, hors de lui-même et en lui-même, que dans la divine Marie, sans exception ni des bienheureux, ni des chérubins, ni des plus hauts séraphins, dans le paradis même...

Marie est le paradis de Dieu et son monde ineffable, où le Fils de Dieu est entré pour y opérer des merveilles, pour le garder et s'y complaire. Il a fait un monde pour l'homme voyageur, c'est celui-ci ; il a fait un monde pour l'homme bienheureux et c'est le paradis ; mais il en a fait un autre pour lui, auquel il a donné le nom de Marie ; monde inconnu presque à tous les mortels ici-bas et incompréhensible à tous les anges et bienheureux, là-haut dans le ciel, qui, dans l'admiration de voir Dieu si relevé et si reculé d'eux tous, si séparé et si caché dans son monde, la divine Marie, s'écrient jour et nuit : Saint, Saint, Saint. (Is 6, 3)

Qu'on ne s'imagine donc pas, avec quelques faux illuminés, que Marie, étant créature, elle soit un empêchement à l'union au Créateur : ce n'est plus Marie qui vit, c'est Jésus-Christ seul, c'est Dieu seul qui vit en elle. Sa transformation en Dieu surpasse plus celle de saint Paul et des autres saints, que le ciel ne surpasse la terre en élévation.

Marie n'est faite que pour Dieu, et tant s'en faut qu'elle arrête une âme à elle-même, qu'au contraire elle la jette en Dieu et l'unit à lui avec d'autant plus de perfection que l'âme s'unit davantage à elle. Marie est l'écho admirable de Dieu, qui ne répond que : Dieu, lorsqu'on lui crie : Marie, qui ne glorifie que Dieu, lorsque, avec sainte Elizabeth, on l'appelle bienheureuse. »

St Louis-Marie Grignion de Montfort, Le secret de Marie (19 & 21), in "Œuvres complètes", Éditions du Seuil, Paris, 1966.

Bouguereau_Vierge-avec-Anges_a.jpg

William-Adolphe Bouguereau (1825-1905), La Vierge avec des Anges
Musée du Petit-Palais, Paris (Source et crédit photo)