Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chemin d'Amour vers le Père - Au fil des jours

  • Découvrez gratuitement la revue Le Cœur de Jésus, Source de l’Amour, en lien avec le Message de Paray-le-Monial !

    CJ-492.jpg

    Unique par son contenu spirituel, cette revue, éditée par le Secrétariat des Œuvres du Sacré-Cœur et publiée à Paray-le-Monial depuis 1912, poursuit la mission que le Christ assigne à tous ceux qui œuvrent pour instaurer la « civilisation de l’Amour ». Le Secrétariat des Œuvres du Sacré-Cœur est animé par une équipe composée de religieuses et de laïcs au service de la Mission : faire connaître l’amour du Cœur de Jésus.

    • Spiritualité du Cœur de Jésus
    • Prières
    • A l’écoute du pape François
    • Message de Paray-le-Monial
    • Biographies et témoignages
    • Vie de l’Eglise et du monde
    • Interviews de grands témoins
     
    Mieux que toute documentation, affiches et autres communications, les témoignages des lecteurs expriment le mieux la paix intérieure et les bienfaits qu’apportent la revue, grâce à la connaissance et à l’accueil de l’amour du Cœur de Jésus :

    « Votre revue m’aide à prier, à garder l’espérance, sa lecture me donne un souffle de vie. Je sais que la Communauté prie pour moi. Lorsque je vous écris et vous confie mes intentions, j’ai une vraie réponse personnalisée, ce qui est très rare aujourd’hui. »

    "Après avoir demandé un numéro gratuit à la communauté, je me suis abonné car j’avais du mal à prier et à trouver les paroles du Pape. Aujourd’hui, la revue est un vrai soutien pour ma foi. J’ai apporté un jour la revue dans mon groupe de prière. Elle a été pendant des mois un véritable support pour nous accompagner. Beaucoup d’amies se sont abonnées."

    Soyez vous aussi « les instruments qui attirent les cœurs à l’Amour de Dieu » et demandez gratuitement votre numéro "Découverte" par courrier, par téléphone, ou par Internet rubrique "nous contacter" :

    logo_100.jpgSecrétariat des Œuvres du Sacré-Cœur
    9 rue Chervier
    71600 Paray le Monial - Tél : 03 85 81 15 04
    Mail : contact@secretariatdesoeuvresdusacrecoeur.org
    Internet : http://www.secretariatdesoeuvresdusacrecoeur.org
  • Acte de consécration au Sacré-Coeur de Jésus

    « O Cœur adorable de mon divin Rédempteur, source féconde de toutes grâces, Roi de tous les cœurs, je vous consacre aujourd'hui le mien avec tous ses mouvements et le dévoue entièrement à votre service. Venez donc y régner, ô mon Dieu, venez y commander en Souverain, bannissez-en tout ce qui vous déplaît, redressez ses inclinations, corrigez ses dérèglements, purifiez ses intentions, imprimez en lui l'amour de vos saintes lois. Faites que la douceur, la patience, l'humilité, le mépris et le détachement des biens de la terre, et toutes les vertus qui ont fait vos délices fassent aussi les délices de mon cœur. Soyez son guide dans les routes dangereuses de ce monde, son consolateur dans ses misères, son asile dans les persécutions et son défenseur contre les portes de l'enfer. Mais surtout je vous conjure par le sang précieux que vous avez répandu pour moi d'embraser au plus tôt mon cœur de ce feu sacré que vous avez apporté sur la terre. J'ai tout à craindre de sa fragilité, mais je mets en vous toute ma confiance, et j'espère tout de votre bonté.
    Consumez donc en moi tout ce qui vous déplaît, éloignez de moi tout ce qui peut vous résister, imprimez si avant votre amour dans mon cœur que jamais je ne puisse ni vous offenser ni vous oublier, ni être séparé de vous. Que mon nom soit écrit en votre Cœur, et que mon cœur soit semblable au vôtre afin qu'en vous et par vous il aime Dieu éternellement.
    Ainsi soit-il. »

    Cet Acte de consécration au Sacré-Cœur de Jésus figurait dans le "Livre des Heures d'Adoration en Union avec le sanctuaire du Sacré-Cœur de Montmartre", et était récité 3 fois par heure par les fidèles en adoration (Paris, Bureaux de la Basilique, 1897).

    Coeur-Jesus-3a.jpg

  • Méditation - Promesses du Sacré Coeur de Jésus à Ste Marguerite-Marie

    « Si vous saviez, ma bonne mère, combien je me sens pressée d'aimer le Sacré-Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ ! Il me semble que la vie ne m'est donnée du tout que pour cela, et cependant je fais tout le contraire ; il me fait de continuelles faveurs et je ne le paie que d'ingratitude. Il m'a gratifiée d'une visite qui m'a été extrêmement favorable pour les bonnes impressions qu'elle a laissées dans mon cœur. Alors il m'a confirmé que le plaisir qu'il prend d'être aimé, connu et honoré de ses créatures est si grand, que, si je ne me trompe, il m'a promis que tous ceux qui lui auront été dévoués et consacrés ne périront jamais ; et que, comme il est la source de toutes bénédictions, il les répandra avec abondance dans tous les lieux où sera posée et honorée l'image de son divin Cœur ; qu'il réunira les familles divisées et protégera et assistera celles qui seraient en quelque nécessité et qui s'adresseront à lui avec confiance ; qu'il répandra la suave onction de son ardente charité sur toutes les communautés qui l'honoreront et se mettront sous sa spéciale protection ; qu'il en détournera tous les coups de la divine Justice, pour les remettre en grâce lorsqu'elles en seront déchues. Il m'a donné à connaître que son sacré Cœur est le Saint des saints, le Saint d'amour ; qu'il voulait qu'il fût connu à présent pour être le Médiateur entre Dieu et les hommes, car il est tout-puissant pour faire leur paix, en détournant les châtiments que nos péchés ont attirés sur nous, nous obtenant miséricorde. »

    Sainte Marguerite-Marie, Lettre XXXVII à la Mère Greyfié, à Semur (1685), in "Œuvres Complètes", Tome deuxième, Troisième édition refondue par les soins de Mgr Gauthey, Paris, Poussielgue, 1915.

    Sainte_Marguerite-Marie_7a.jpg

  • Mardi 17 octobre 2017

    Ste Marguerite-Marie Alacoque, religieuse
    (Mémoire facultative la veille au nouveau calendrier)

    Sainte_Marguerite-Marie_4b.jpg

    notre dossier dédié au Sacré-Coeur de Jésus

    Au nouveau calendrier : Mémoire de St Ignace d'Antioche, évêque et martyr

  • Messe et canonisations présidées par le Pape François place Saint-Pierre

    Livret de la célébration

    Le Pape François a présidé ce dimanche la Messe et la canonisation de bienheureux parmi lesquels les martyrs brésiliens André de Soveral, Ambroise François Ferro et leurs 27 compagnons, dont un français, Jean Lostau Navarro ; 3 martyrs mexicains Christophe, Faustin et Jean tués alors qu’ils étaient encore adolescents entre 1527 et 1529 ; l’espagnol Faustino Miguez, prêtre et fondateur en 1885 de la Congrégation des Sœurs Calasanciennes qui se consacrent à l’éducation des jeunes filles, et un italien, Angelo da Acri, décédé en 1739 après avoir prêché dans l’Italie méridionale.

    Revenant sur l’Évangile de ce dimanche, qui parle du Royaume de Dieu comme de la célébration de noces, le Saint-Père commence son homélie en soulignant que le Seigneur désire « célébrer les noces » avec chacun d’entre nous. Des noces qui inaugurent la communion de toute la vie, et qui font de nous des serviteurs fidèles. Par cette noce, le Seigneur nous désire, et nous invite à une relation faite de dialogue, de confiance et de pardon. C'est la définition de la vie chrétienne, faite d’amour gratuit, et qui peut conduire jusqu’au don total de soi, jusqu’à donner la vie pour le Seigneur.

    Les saints canonisés ce dimanche indiquent cette voie. Ils n’ont pas dit « oui » au Seigneur pour un certain temps, « mais par leur vie et jusqu’au bout » dit le Pape. La vie chrétienne n’est pas une routine qui se contente de normalité sans enthousiasme et sans élan, et surtout avec la mémoire courte. Nous devons nous rappeler constamment du premier amour, du premier « oui » dit au Seigneur lorsque par le baptême, Il nous a invités à la noce.

    L’invitation peut aussi être refusée, et c’est précisément ce que rappelle l’Évangile de Saint Mathieu. Lorsque le Roi invite les serviteurs à la noce de son fils, de nombreux invités ont répondu « non » et son allés qui au camp, qui à son commerce, détournés par leurs intérêts, plutôt que d’accepter de se mettre en jeu. En se comportant ainsi, lorsqu’on préfère s’asseoir sur des sécurités, sur des commodités, on s’assoit sur les fauteuils des gains, des plaisirs, de quelque hobby qui rend joyeux, on finit par vieillir vite et mal, dit le Saint Père, « on devient rigide et méchant ».

    L’Évangile nous demande de quel côté se positionner. Du côté de son propre égoïsme ou du côté de Dieu. Dieu qui continue de préparer le bien même pour celui qui fait le mal, parce que l’amour est toujours plus fort que le mal. Lorsque nous lui répondons « non », Dieu ne se résigne pas. Il continue de nous inviter à la fête, Il répond avec un amour toujours plus grand et ne perd jamais l’espérance, et aujourd’hui encore, Il nous appelle à « dépasser la résignation et les caprices de notre moi susceptible et paresseux ».

    Enfin, l’Évangile souligne que le vêtement des invités à la noce du fils du Roi est indispensable. Accepter l’invitation de Dieu n’est pas suffisant. Encore faut-il se revêtir chaque jour de l’amour de Dieu. Cet habit est aussi le vêtement blanc que nous avons reçu dans le baptême, l’habit nuptial de Dieu que nous devons endosser chaque jour et maintenir propre en allant recevoir sans peur le pardon du Seigneur.

    Source : Radio Vatican (JCP).

    Texte intégral de l'homélie traduite en français sur Zenit.org.


    Angélus : le Pape convoque un synode sur l'Amazonie

    « J’ai accueilli le désir de plusieurs conférences épiscopales de l’Amérique latine, ainsi que la parole de nombreux pasteurs et fidèles d’autres régions du monde, et j’ai décidé de convoquer une Assemblée Spéciale du Synode des Évêques pour la région de l’Amazonie ». Au terme de la messe célébrée place Saint Pierre et au cours de laquelle il a canonisé 35 bienheureux, le Pape a annoncé que cette rencontre aura pour objectif de trouver des nouvelles voies pour l’évangélisation des populations locales, particulièrement les populations indigènes, « souvent oubliées et sans la perspective d’un avenir serein ». Avenir assombri aussi par la déforestation du poumon amazonien, d’une importance capitale pour la planète.

    Source : Radio Vatican (JCP).

    Texte intégral des paroles du Pape traduite en français sur Zenit.org.

  • Du 15 au 22 octobre 2017 : Semaine missionnaire mondiale

    La Journée Missionnaire Mondiale aura lieu cette année le dimanche 22 octobre 2017, mais sera célébrée dans certaines paroisses françaises dès le 15 octobre, pour cause de vacances scolaires le 22.

    Message du Pape François pour la Journée mondiale des Missions 2017
    « La mission au cœur de la foi chrétienne »

  • Brésil : canonisation des trente martyrs « do Rio Grande do Norte »

    Brésil : canonisation des trente martyrs « do Rio Grande do Norte

    André de Soveral, Ambrosio Francisco Ferro, et Mateus Moreira, martyrs du Brésil

    Trente martyrs du Brésil du XVIIe ainsi que cinq autres bienheureux du Mexique, d’Espagne et d’Italie sont canonisés par le Pape François ce dimanche 15 octobre 2017, à Rome. Parmi eux, un Français.

    Il s’agit d’André de Soveral et d’Ambrosio Francisco Ferro, prêtres diocésains, de Mateus Moreira, laïc, ainsi que de leurs 27 compagnons, martyrs, tués « en haine de la foi » au Brésil, le 16 juillet 1645 et le 3 octobre 1645.

    Ils sont connus comme les proto-martyrs « do Rio Grande do Norte », tués lors d’un massacre provoqué par des soldats protestants calvinistes hollandais, à l’époque du Brésil colonial.

    Sur les trente martyrs, un seul était Portugais, un autre Espagnol, un autre Français, et 27 des Brésiliens de naissance : ce sont les 27 premiers martyrs du pays. Ils ont été béatifiés ensemble, par le pape Jean-Paul II, au cours du Grand Jubilé de l’An 2000, également année du 500e anniversaire de l’évangélisation du Brésil.

    Le père André de Soveral est né à Sao Vicente, au Brésil, vers 1572. À l’âge de 21 ans, il entre chez les jésuites et pendant son noviciat apprend la langue indienne. En 1606, il fait un voyage missionnaire dans le territoire des Indiens Potiguars où il baptise plusieurs personnes. En 1614, il devient curé à la paroisse Notre-Dame de la Purification, à Cunhau, au Rio Grande do Norte.

    En 1630, le pays est dominé par les Hollandais, qui sont calvinistes et oppriment les catholiques. Le dimanche 16 juillet 1645, un groupe des soldats hollandais et d’Indiens entrent dans l’église ou le père André de Soveral célèbre la messe. Ils tuent le prêtre ainsi que les fidèles de Cunhau.

    Le prêtre Ambrosio Francisco Ferro, d’origine portugaise, est curé de la deuxième paroisse au Rio Grande do Norte : Notre-Dame de la Présentation, à Natal.

    Effrayés par les événements sanglants à l’église de Cunhau, les catholiques de Natal tentent de se cacher, mais ils sont retrouvés par les membres de la même bande. Les paroissiens sont conduits à 20 km de Natal, sur les bords de la rivière Uruaçu, où ils sont torturés et mis à mort. L’un d’eux, Mateus Moreira, au moment où on l’exécute, proclame sa foi dans l’eucharistie : « Loué soit le très saint sacrement ! », crie-t-il.

    De ces nombreux martyrs, le postulateur a réussi à identifier trente noms, les autres sont restés anonymes : des vieillards, des familles entières et beaucoup d’enfants en bas âge.

    Source : InfoCatho - Zénit.

  • Cristobal de Morales (v.1500-1553) : Missa Mille Regretz - Agnus Dei

    Gabrieli Consort & Players - Dir. Paul McCreesh

  • Octobre : mois du Rosaire... et des Saints Anges : ne les oublions pas !

    « Ange saint qui adorez toujours la face du Père éternel, comme vous la voyez toujours ; puisque sa bonté suprême vous a commis le soin de mon âme, secourez-la sans cesse par sa grâce, éclairez-la dans ses ténèbres, consolez-la dans ses peines, échauffez-la dans ses froideurs, défendez-la dans ses tentations, gouvernez-la dans toute la suite de sa vie.
    Daignez prier avec moi ; et parce que mes prières sont froides et languissantes, embrasez-les du feu dont vous brûlez, et portez-les jusqu'au trône de Dieu pour les lui offrir.
    Faites par votre intercession que mon âme soit humble dans la prospérité et courageuse dans l'adversité ; qu'elle s'anime dans la ferveur de sa foi et par la joie de son espérance, et que, ne travaillant dans cet exil qu'à avancer vers sa céleste patrie, elle aspire de plus en plus, par les gémissements d'un ardent amour pour Jésus son Sauveur, à l'adorer éternellement, et à jouir enfin avec vous, dans la compagnie de tous les saints Anges, de cette gloire ineffable qu'il possède dans tous les siècles.
    Ainsi soit-il. »

    Prière extraite d'un Office de l'Ange Gardien, attribué à St Charles Borromée (1538-1584).
    Source

    St Charles Borromée,prière,Ange,gardien,intercession,ferveur,foi,espérance,patrie

  • Dimanche 15 octobre 2017

    19ème Dimanche après la Pentecôte

    (28ème dimanche du Temps Ordinaire)

    Commentaire de l'Evangile du dimanche
    (Abbaye Sainte-Madeleine du Barroux)

  • Il y a 100 ans à Fatima, le 13 octobre 1917 : la « danse du soleil »

    miracle_of_the_sun_1a.jpg

    Le 13 octobre 1917, près de 70 000 personnes, provenant de toutes les régions du Portugal, se rassemblent à la « Cova da Iria » (Fatima). Depuis plusieurs semaines circule la nouvelle de l’apparition de la « Dame » et du miracle qu’elle a promis d’accomplir. Au milieu de citoyens ordinaires se trouvent aussi des nobles, des ingénieurs, des médecins, des notaires et, évidemment, des journalistes et des photographes.

    Du ciel, complètement couvert par les nuages, tombe une pluie incessante. François, Jacinthe et Lucie arrivent, accompagnés de leurs familles. Ils atteignent à grand peine le chêne sur lequel se pose habituellement la « Dame » et commencent à réciter le chapelet. Cependant, à midi, la pluie continue de tomber. Lucie ordonne de fermer les parapluies et la foule obéit. Peu après, la Vierge apparaît, plus lumineuse que d’ordinaire.

    Lucie demande : « Qui êtes-vous et que voulez-vous de moi ? ». La Vierge répond qu’elle est « Notre-Dame du Rosaire » et qu’elle veut que soit bâtie en ce même lieu une chapelle en son honneur. Elle conseille de réciter constamment le rosaire puis conclut : « Tous doivent se convertir, demander pardon pour leurs péchés et ne plus blesser Notre Seigneur ».

    Après ces paroles, elle ouvre ses mains qui se reflètent sur le soleil. À ce moment, pendant que Lucie crie : « Regardez le soleil », le miracle se produit : les épais nuages se dispersent et le soleil commence à tournoyer, à changer de couleur, à danser dans le ciel puis à s’approcher progressivement de la terre.

    Voici le témoignage du docteur Almeida Garrett :

    « Soudain, j’entendis la clameur de centaines de voix, et je vis toute cette multitude s’étendre à mes pieds, tourner le dos à l’endroit vers lequel, jusque-là, convergeaient toute leur impatience, et regarder le soleil du côté opposé… Je me tournai à mon tour vers ce point qui attirait tous les regards, et je pus voir le soleil apparaître comme un disque au bord net, à l’arête vive, qui luisait sans blesser la vue… Il ne pouvait se confondre avec le soleil vu à travers le brouillard – il n’y en avait d’ailleurs pas à ce moment – car il n’était ni voilé, ni brouillé. À Fatima, il conservait sa lumière et sa chaleur, et se dessinait nettement dans le ciel, avec ses arêtes vives, comme une large table de jeu… Le plus étonnant est d’avoir pu fixer aussi longtemps le disque solaire étincelant de lumière et de chaleur, sans avoir mal aux yeux et sans abîmer leur rétine. On entendit une clameur, le grand cri d’angoisse de la foule. En effet, le soleil, conservant son mouvement rapide de rotation, sembla pouvoir se détacher du firmament, et, rouge sang, avancer vers la Terre, menaçant de nous détruire sous son poids énorme. Ce furent des secondes terrifiantes. »

    Ce fut un instant si terrible que plusieurs personnes s'évanouirent, mais finalement il s'arrêta au grand soulagement de tous

    miracle_of_the_sun_2.jpg

    À la stupéfaction générale, la foule put constater que leurs vêtements, trempés par la pluie quelques minutes auparavant, étaient complètement secs.

    L’évêque de Leiria, dans sa lettre pastorale sur le culte à Notre-Dame de Fatima, écrivit : « Le phénomène solaire du 13 octobre 1917 fut encore plus merveilleux et laissa une impression indélébile chez ceux qui eurent le bonheur d’y assister. Il a été constaté par des personnes de toutes les classes sociales, des croyants, des non-croyants, des journalistes des principaux journaux portugais et des personnes qui se trouvaient à plusieurs kilomètres ». Les journalistes des principaux quotidiens du Portugal l'ont vu et raconté.

    miracle_of_the_sun_3a.jpg

    Journal portugais (Ilustração Portugueza) relatant le miracle du soleil
    (Crédit photo)

    Ce fut la dernière fois que Notre-Dame apparut à la Cova da Iria, laissant la preuve irréfutable de la réalité de ses apparitions.

    Source : Aleteia - Fatima.be.

  • Vendredi 13 octobre 2017

    St Édouard, roi d'Angleterre

    Saint_Edouard_Tapisserie-Bayeux_scene01.jpg

    Édouard le Confesseur (première scène de la Tapisserie de Bayeux)
     
    Au nouveau calendrier : de la férie
  • Audience générale de ce mercredi 11 octobre 2017

    Lors de l’audience générale de ce mercredi matin, sur la Place Saint-Pierre, le Pape François a poursuivi son parcours catéchétique sur l’espérance. Pour la 36e étape, le Pape s’est arrêté ce matin sur la notion «d’attente vigilante».

    Le compte rendu de Cyprien Viet à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Texte intégral de la catéchèse traduite en français sur Zenit.org.

    Résumé en français :

    « Frères et sœurs, je voudrais aborder le thème de l’attente vigilante, l’une des dimensions de l’espérance. Jésus nous appelle à ne jamais baisser la garde pour accueillir avec reconnaissance et étonnement chaque jour nouveau que Dieu nous donne. En effet, si nous sommes déjà sauvés par la rédemption de Jésus, nous attendons ce moment, ce « rendez-vous » où Dieu sera tout en tous. Le chrétien sait que dans la monotonie de certains jours se cache toujours un mystère de grâce. Ainsi, aucune situation ne demeure complètement réfractaire à l’amour, si nous restons unis à Jésus. De fait, après avoir connu Jésus, nous ne pouvons pas faire autrement que de scruter l’histoire avec confiance et espérance, dans l’attente de son retour. Car la volonté de Dieu est claire : « il veut que tous les hommes soient sauvés et accèdent à la connaissance de la vérité » (1 Tm. 2,4). De ce point de vue, la résignation n’est pas une vertu chrétienne. Jésus nous recommande ainsi de l’attendre sans rester les bras croisés. Alors, répétons cette invocation des premiers disciples : « Viens Seigneur Jésus » (Ap. 22,20) et, dans la prière, entendons la voix du Seigneur nous répondre : « Voici, je viens sans tarder » (Ap. 22,7). »

    « Je suis heureux de saluer les pèlerins venus de France, de Suisse, du Canada et de République Centrafricaine. Que le doux et puissant souvenir du Christ nous aide à rester vigilants dans l’espérance, attentifs à sa parole. Que Dieu vous bénisse ! »

    Source : site internet du Vatican.

  • Cristobal de Morales (v.1500-1553) : O Magnum Mysterium

    Lluís Vich Vocalis (octobre 2014)

  • Méditation - Courage !

    « Du courage ! Encore du courage ! Et toujours du courage ! Nous n'avons pas le droit de dire ni même de penser que la vie est triste. La vie est une chose magnifique ; seulement il faut l'envisager sous son vrai jour. Si vous la regardez dans la réalité présente, avec sa succession d'ennuis, de séparations, de deuils, etc, etc, etc... il est évident que c'est le plus atroce tissu de misères qu'on puisse imaginer. Mais si vous la regardez comme une marche vers la maison du Père qui est aux cieux, vers le foyer de famille, vers le lieu de réunion définitive et de tendresse sans nuages et sans fin, et si vous songez que chaque minute et chaque épreuve sont les moyens fixés par Celui qui sait tout, qui peut tout et qui nous aime pour nous acheminer au terme, alors vous ne songerez plus à vous plaindre, vous serez plutôt tentés de dire : « Mon Dieu, encore des jours tristes, encore des peines... tout ce que vous voudrez, pour que nous nous retrouvions là où on ne se quitte plus. » Cela ne supprime pas la souffrance, cela n'empêche pas de la sentir, parfois bien rudement, mais cela lui donne un aspect qui la fait accepter avec bien plus de courage, et parfois qui la fait aimer. »

    Dom Augustin Guillerand (1877-1945), Écrits spirituels Tome II (Extraits de Lettres, Souffrance), Roma, Benedettine di Pricilla, 1967.

    croix-lumiere_foule_1a.jpg

  • Mercredi 11 octobre 2017

    Maternité de la Vierge Marie

    Vierge_a_l_enfant-105aa.jpg

    Fra Angelico (v.1395–1455), Vierge d'humilité
    National Gallery of Art, Washington, D.C. (USA)

    (Crédit photo)
     
    Au nouveau calendrier : de la férie
  • Nouveaux Décrets de la Congrégation pour les Causes des Saints

    Le Pape François a reçu lundi en audience le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints. Il a autorisé ce dicastère à promulguer plusieurs décrets.

    Le Vatican reconnaît officiellement le martyre de Tullio Maruzzo (au siècle Marcello), prêtre italien de l’Ordre des Frères Mineurs né en 1929, et de Luis Obdulio Arroyo Navarro, laïc du Tiers-Ordre de Saint François né en 1950, tués en haine de la foi le 1er juillet 1981 près de Los Amates au Guatemala.

    Par ailleurs, trois femmes sont désormais vénérables :

    Mere-Francoise-du-Saint-Esprit_1b.jpg

    La Française Mère Françoise du Saint Esprit (au siècle : Caroline Baron), née à Mailhac en 1820 et morte à Saint Chinian en 1882. Elle fut fondatrice, en 1861, des Franciscaines du Saint Esprit de Montpellier, Congrégation vouée notamment à l’accueil et à l’éducation des enfants orphelins.

    Maria Lorenza Requenses in Longo (1463-1539), espagnole naturalisée italienne, fondatrice de l’Hôpital des Incurables de Naples et des Moniales clarisses capucines. De famille noble, elle entra dans le Tiers-ordre franciscain après la mort de son mari et fondit un monastère de contemplatives qui fut rattaché aux capucins.

    La comtesse polonaise Rosa Czacka (1876-1961), devenue Sœur Elisabeth, fondatrice de la Congrégation des Sœurs franciscaines de la Croix, au service des personnes aveugles.

    L’Église reconnaît aussi les vertus héroïques de quatre hommes (un laïc et trois prêtres) du XIXe et du XXe siècles :

    Le laïc Francesco Paolo Gravina (1800-1854), fondateur de la Congrégation des Sœurs de la Charité de saint Vincent de Paul. Prince italien, trompé par une épouse infidèle, il dédia sa vie aux œuvres de charité et au service de sa ville de Palerme.

    Donizetti Tavares de Lima (1882-1961), prêtre diocésain brésilien réputé pour sa charité envers tous et pour les miracles qui entourèrent sa vie.

    Serafin Alojzy Kaszuba (au siècle : Ludvík Kazimír), (1910-1977) prêtre ukrainien de l’Ordre des capucins.

    Magí Morera y Feixas (1908-1984), prêtre espagnol de la Congrégation de la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph.

    Source : Radio Vatican (CV avec Zenit).

  • Programme du Voyage apostolique du Pape François en Birmanie et au Bangladesh [26 novembre - 2 décembre 2017]

    logo-bangladesh-myanmar-2017a.jpg

    Le programme du prochain voyage du Pape François, qui effectuera une tournée asiatique du 26 novembre au 2 décembre prochains, a été publié ce mardi matin. Le Pape visitera deux nations, l’une à majorité bouddhiste, la Birmanie, une autre à majorité musulmane, le Bangladesh.

    Le Pape quittera Rome le dimanche 26 novembre à 21h40 et atterrira le lendemain à Rangoon à 13h30 heure locale. Ses premiers engagements officiels auront lieu le mardi 28 novembre : François fera un aller-retour dans la capitale de la Birmanie, Naypiydaw, pour y rencontrer les autorités politiques, notamment la conseillère d’État et ministre des Affaires étrangères Aung San Suu Kyi. Il prononcera un discours devant les autorités, la société civile et le corps diplomatique au centre de convention internationale.

    Le mercredi 29 novembre, le Pape célèbrera une messe dans un stade de Rangoon, avant de rencontrer dans l’après-midi le Conseil suprême Sangha des moines bouddhistes, puis les évêques de Birmanie. Dernière étape birmane dans la matinée du jeudi 30 novembre, avec une messe pour les jeunes dans la cathédrale Sainte-Marie de Rangoon.

    Le Pape s’envolera ensuite pour le Bangladesh voisin, il atterrira à Dacca vers 15h. Ses premières heures seront consacrées aux étapes politiques, avec un passage au mémorial des martyrs de l’indépendance, obtenue en 1971, puis le passage au Palais présidentiel, où il sera reçu par le chef de l’État avant un discours aux autorités.

    Le vendredi 1er décembre, il célèbrera la messe dans un parc de la capitale, où il procèdera à des ordinations sacerdotales. L’après-midi, après avoir reçu la Première ministre Sheikh Hassina à la nonciature, il visitera la cathédrale de Dacca, avant une entretien avec les évêques du Bangladesh dans une maison de prêtres âgés, puis une rencontre interreligieuse et œcuménique pour la paix dans les jardins de l’archevêché.

    Enfin dernière journée le samedi 2 décembre, avec une visite le matin dans une maison tenue par les missionnaires de la charité, puis une rencontre avec les prêtres, religieux et séminaristes en l’église du Saint-Rosaire. Le Pape se rendra également dans le cimetière de la paroisse. Enfin, il rencontrera les jeunes dans l’après-midi au collège Notre-Dame de Dacca, avant de reprendre un avion pour Rome, où il sera de retour vers 23h.

    Source : Radio Vatican (CV).

    Programme détaillé ci-dessous.

    Lire la suite

  • Angelus de ce dimanche 8 octobre 2017

    C’est l’histoire d’une vigne confiée par son propriétaire à des vignerons. Ces derniers manquent de loyauté et tuent les hommes venus récupérer les fruits de la vendange dont le fils du propriétaire, qui s’était pourtant montré patient. Commentant l’Évangile de ce dimanche 8 octobre 2017 consacré à la parabole des vignerons (Mt 21, 33-43), le Pape revient sur « la grande nouveauté qu’offre le christianisme », la miséricorde. Il demande aux chrétiens d'être pour tous un signe d'espérance.

    « C’est une histoire qui nous appartient », il s’agit de « l’alliance que Dieu a voulu établir avec l’humanité et à laquelle il nous appelle nous aussi à prendre part ». Une alliance qui, « comme toutes les histoires d’amour, connaît des moments positifs, mais est également marquée par des trahisons et des refus ». Face à ces comportements de rejet, quelle est la réponse de Dieu ? « Quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? (v40) ». Une question qui souligne combien « la déception de Dieu concernant le comportement mauvais des hommes n’est pas le dernier mot ! ».

    C'est là que se trouve « la grande nouveauté du christianisme », nous dit le Pape : « Un Dieu qui, même lorsqu’il est déçu de nos erreurs et péchés, ne manque pas à sa parole, il ne s’y arrête pas et surtout ne se venge pas (…) Il continue de mettre en circulation le ‘bon vin’ de sa vigne, c’est-à-dire sa miséricorde. »

    Il y a seulement un obstacle à la volonté tenace de Dieu, c’est notre arrogance qui devient aussi violence. Et « face à ces comportements qui ne produisent aucun fruit, la Parole de Dieu conserve toute sa force de reproche et de réprimande : 'Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits' (v43) ».

    « L’urgence de répondre à l’appel du Seigneur par de bons fruits » aide à comprendre « la nouveauté et l’originalité du christianisme ». Ce n’est pas « la somme de préceptes et de normes morales, explique le Pape, mais c’est avant tout une proposition d’amour que Dieu, à travers Jésus, a faite et continue de faire à l’humanité ». C’est un appel à entrer dans cette histoire d’amour, en devenant « une vigne vivace et ouverte, riche de fruits et d’espérance pour tous ».

    Le Pape rappelle que nous sommes appelés à sortir de la vigne pour « nous mettre au service des frères qui ne sont pas avec nous, pour nous secouer et nous encourager les uns les autres, pour nous rappeler de devoir d’être la vigne du Seigneur dans tous les milieux, même les plus lointains et défavorisés ». La vigne plantée par le Seigneur est pour le bien de tous.

    Source : Radio Vatican (MD).

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

    angelus,pape,françois,dimanche,8 octobre 2017

    Le Pape François a évoqué après l’Angélus la béatification, hier à Milan, du Père capucin italien Arsenio da Trigolo (1849-1909) : il a été membre de la Compagnie de Jésus avant de rejoindre les frères mineurs capucins.

    « Le bienheureux Père Arsenio de Trigolo (au siècle Giuseppe Migliavacca), prêtre des frères mineurs capucins et fondateur des sœurs de Marie Consolatrice, a été proclamé bienheureux hier à Milan. Louons le Seigneur pour son humble disciple qui, même dans les adversités et les épreuves – il en a eu tellement ! – n’a jamais perdu l’espérance. »

    D'après Zenit.org.

  • Aeterne rerum conditor

    (Hymne ambrosienne chantée aux Laudes du 1er octobre à l'Avent)
    Moines de la Grande Chartreuse
     
    Aeterne rerum conditor aeterne rerum
    noctem diemque qui regis
    et temporum das tempora
    ut alleues fastidium

    Praeco diei iam sonat
    noctis profundae peruigil
    nocturna lux uiantibus
    a nocte noctem segregans

    Hoc excitatus lucifer
    soluit polum caligine
    hoc omnis errorum chorus
    uias nocendi deserit

    hac nauta uires colligit
    pontique mitescunt freta
    hoc ipse petra ecclesiae
    canente culpam diluit

    Surgamus ergo strenue
    gallus iacentes excitat
    et somnolentos increpat
    gallus negantes arguit

    Gallo canente spes redit
    aegris salus refunditur
    mucro latronis conditur
    lapsis fides reuertitur

    Iesu, labantes respice
    et nos uidendo corrige
    si respicis lapsus cadunt
    fletuque culpa soluitur

    Tu lux refulge sensibus
    mentisque somnum discute
    te nostra vox primum sonet
    et vota soluamus tibi

    St Ambroise de Milan
    Éternel créateur du monde,
    toi qui gouvernes les nuits et les jours
    fais succéder les temps aux temps
    pour alléger la lassitude

    Le hérault du jour déjà sonne
    le veilleur de la nuit profonde,
    clarté nocturne aux voyageurs,
    séparant la nuit de la nuit.

    Par lui réveillé, Astre porteur de lumière
    Délivre le ciel des ténèbres,
    par lui tout le chœur des rôdeurs
    abandonne les voies du mal.

    Par lui le marin reprend force
    et la houle des flots s'apaise ;
    La Pierre même de l’Église
    à son chant a lavé sa faute.

    Levons nous donc avec courage ;
    le coq éveille ceux qui gisent,
    invective les somnolents ;
    le coq confond les renégats

    Au chant du coq, l'espoir renaît,
    la santé revient aux malades,
    l'arme du bandit se rengaine,
    la foi s'en retourne aux pécheurs.

    Jésus, regarde qui chancelle
    et par ta vue corrige-nous
    sous ton regard, nos faux pas cessent,
    nos pleurs effacent notre faute.

    Reprends ton éclat dans nos âmes,
    dissipe le sommeil du cœur ;
    pour toi d'abord, que nos voix sonnent :
    acquittons nos vœux envers toi.


    (Source traduction)