26 novembre 2014

Gabriel Fauré (1845-1924) : Pavane Op. 50 en fa dièse mineur

Illustrations : tableaux de Claude Monet

Méditation : l'esprit de douceur

« Dès que l'on sort de l'esprit de douceur, on perd le calme et le sang-froid de la raison ; on ne parle plus le langage du devoir, mais le langage de l'humeur et de la passion ; l'âme est troublée, ne se possède plus, ne mesure ni ce qu'elle fait ni ce qu'elle dit ; et, dans cet état, on fait et on dit toujours des choses regrettables. L'âme sortie des voies de la douceur n'a ni sagesse pour se conduire, ni vigilance pour observer ses paroles, ni attention sur elle-même pour régler les mouvements de son coeur. L'homme doux, au contraire, se possède invariablement, et peut dire comme le saint roi : Je tiens toujours mon âme entre mes mains (Ps CXVIII, 109). Son intérieur est comme un beau ciel où luit toujours un soleil pur que n'obscurcit aucun nuage, que ne trouble aucun vent, et où tout se fait dans la lumière de la raison et de la foi. »

Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874), curé de Saint Sulpice, Méditations à l'usage du clergé et des fidèles pour tous les jours de l'année (Tome III, vingt et unième vendredi après la Pentecôte), Paris, Victor Lecoffre, 1886.

fleurs_soleil_1.jpg

Mercredi 26 novembre 2014

Calendrier liturgique

25 novembre 2014

Visite et discours du Pape François au Conseil de l'Europe à Strasbourg

La « nécessité » pour l'Europe « d’éduquer à la paix »

Le discours devant le Parlement européen à peine achevé, le Pape partait rapidement direction le Conseil de l'Europe, toujours à Strasbourg, pour s'adresser à ses membres.

Le Saint-Père a centré son discours sur l’apport du christianisme au développement culturel et social, mais aussi sur la paix, « un bien à conquérir continuellement et qui exige une vigilance absolue ». D’où « la nécessité d’éduquer à la paix ». « Elle est trop souvent blessée par différents conflits, a lancé le Souverain Pontife, mais aussi par le terrorisme religieux et international qui nourrit un profond mépris pour la vie humaine et qui fauche des victimes innocentes ».

Ce phénomène est alimenté par « un trafic d’armes en toute tranquillité », souligne encore le Pape, dénonçant aussi « le trafic d’êtres humains, nouvel esclavage de notre temps ». Et ajoutant que le Conseil joue un rôle important dans le combat contre ces formes d’inhumanité. Cependant, précise-t-il, « la paix n’est pas la simple absence de guerres et de conflits, elle est en même temps don de Dieu et fruit de l’action libre de l’homme qui entend poursuivre le bien commun ».

Le Saint-Père, comme il l’a fait depuis le Parlement européen quelques minutes plus tôt, dénonce ensuite la « culture du déchet ». Il souligne les dangers de « l’individualisme indifférent à l’origine du culte de l’opulence ». Et face à une Europe fatiguée et pessimiste, il s’interroge : « où est ta vigueur ? Où est cette tension vers un idéal qui a animé ton histoire ? Où est ton esprit de curiosité et ta soif de vérité ? ».

De la réponse à ces questions dépendra l’avenir du continent, indique le Pape qui, sans donner de réponse toute faite, propose une voie de réflexion : « l’Europe doit réfléchir pour savoir si son immense patrimoine est un simple héritage de musée du passé ». Elle doit tenir compte de « ses racines profondes » qui constituent le « patrimoine génétique de l’Europe » pour « marcher vers l’avenir ». Elle doit aussi faire preuve de créativité et assumer deux défis, deux réalités que sont « la multipolarité » et « la transversalité ». C’est en assumant ces deux phénomènes, en redécouvrant son patrimoine historique et la profondeur de ses racines, que l’Europe pourra retrouver « cette jeunesse d’esprit qui l’a rendue féconde et grande ».

Source : Radio Vatican.

Texte intégral du discours en français sur le site internet du Vatican.

Visite et discours du Pape François au Parlement européen à Strasbourg

Le Pape François s’est adressé ce mardi 25 novembre peu avant midi à « plus de 500 millions de citoyens des 28 pays membres » de l’Union européenne. 35 minutes durant, devant les eurodéputés réunis au sein du Parlement européen à Strasbourg, le Souverain Pontife a abordé de très nombreuses questions, des droits de l’Homme aux racines chrétiennes du Vieux continent, en passant par le travail, l’immigration et l’écologie.

François a ainsi déployé une réflexion très ample, rappelant la disponibilité du Saint-Siège et de l’Église pour la poursuite du dialogue avec les institutions européennes.

Texte intégral du discours en français sur le site internet du Vatican.

Lire la suite

Gerald Finzi (1901-1956) : Concerto pour violoncelle et orchestre Op. 40 - II. Andante Quieto

The Royal Philharmonic - Dir. Vernon Handley - Yo-Yo Ma, violoncelle

Trentième anniversaire de la béatification du Père Daniel Brottier

directeur des Orphelins Apprentis d'Auteuil de 1923 jusqu'à sa mort en 1936

« Grignon-Orly, le 19 Août 1903
Demande de profession M. Brottier
Monseigneur,
Je suis prêtre; j’ai 27 ans et un peu de bonne volonté. Pour les aptitudes, je n’ai jamais brillé dans aucun genre. Mon état de santé, s’il n’est pas très brillant, ne m’a cependant pas empêché jusqu’ici d’aller et venir, tout comme les autres mortels, et je suis convaincu que la vie active du missionnaire au grand air me conviendra.
En entrant dans la Congrégation du St Esprit, j’ai eu en vue les missions et la vie religieuse, au même titre je dirais, ne voulant pas être missionnaire sans être religieux, avec un peu l’arrière pensée de ne pas être religieux sans être missionnaire.
J’ai étudié et je crois avoir compris l’étendue des obligations de la vie religieuse dans la Congrégation. La charité surtout, la simplicité, l’obéissance aveugle, et j’espère que, Dieu aidant, je pourrai, malgré certains défauts que n’a pas complètement déracinés l’année de noviciat, n’être pas trop encombrant pour mes supérieurs et mes confrères de demain.
Quant à la vie de mission, je l’ai toujours envisagée, dès l’âge de 12 ans, comme la vie d’un homme qui veut se sacrifier et s’immoler pour le salut des âmes, vite ou goutte à goutte, qu’importe! Si cependant il m’était permis d’exprimer une préférence, ce serait pour la première éventualité.
C’est vous dire, Monseigneur, que la tête ne me tient point trop sur les épaules, j’ai du reste de bonnes raisons pour cela. Je ne voudrais pas être présomptueux, mais, si vous avez un poste plus périlleux, où il faille risquer quelqu’un, je vous dis bien simplement: Me voici!
Du sang de missionnaire, c’est de la semence de chrétien. Ça été ma première parole au R.P. Genoud, quand je m’ouvris à lui de mes projets. Je ne la retirerai pas après une année de noviciat.
Daignez agréer, Monseigneur, l’hommage du religieux respect, avec lequel j’ai l’honneur d’être de Votre Grandeur l’enfant très humble et très obéissant.
D. Brottier »

Lettre du P. Brottier adressée à Monseigneur Le Roy, Supérieur Général des Spiritains, le 19 Août 1903, depuis Grignon-Orly - Lettre de demande d’admission à la Profession et à la Consécration à l’apostolat. Source : Documents historiques des OAA, Manuscrits du Père Brottier, Cahier 1, Lettre 144 à Mgr Le Roy - Source : Fam. 25 / Voc. 8, Original à Chevilly.

Trentième,anniversaire,béatification,Daniel Brottier,directeur,OAA,Orphelins Apprentis d'Auteuil,lettre

Déplacement du Pape François à Strasbourg, visite au Parlement européen et au Conseil de l'Europe

Le Pape François est attendu à Strasbourg, en France, ce mardi 25 novembre, pour une visite aux institutions européennes, vingt-six ans après son prédécesseur Jean-Paul II.

Vidéos et discours mis en ligne plus haut

10h30 : Visite et discours au Parlement européen

12h00 : Visite et discours au Conseil de l'Europe

Mardi 25 novembre 2014

Ste Catherine d'Alexandrie, vierge et martyre

 Sainte,Catherine,Alexandrie,vierge,martyre,Saint,Moïse,prêtre,martyr,Rome,Erasme,Antioche,Mercure,stratopédarque,soldat,Césarée,Cappadoce,Joconde,Juconde,Emilie, Italie,Pierre,évêque,Marcule,Numidie,Pierre l'Hésychaste,ermite,Antioche,Maurin,diacre,évangélisateur,Agen,Réol,Rieul,Reims,Alain de Lavaur,Elan,Albi,Alnoth,Stowe,Grande Bretagne,Bienheureux,Bernold,moine,monastère,Ottobeuren,Bavière,Ekbert,Egbert,abbé,Münsterschwarzach, Conrad d'Heisterbach,abbaye,Heisterbach,Königswinter,Rhénanie-du-Nord,Westphalie,Allemagne, Bienheureuse,Béatrix,Béatrice,d'Ornacieux,fondatrice,Eymeux,Drôme,Elisabeth Achler,Achlin,la Bonne,religieuse,stigmatisée,Reute,Souabe,Saints,Pierre Yi Ho-yong,Agathe Yi So-sa,martyrs,Séoul,Corée,Hyacinthe,Jacinto,Serrano Lopez,Jacques,Santiago,Meseguer Burillo,martyrs,guerre civile espagnole,Louis,Luigi,Beltrame Quattrocchi,épouse,Marie,Maria,Corsini,père,mère de famille

Sainte Catherine avec la palme du martyre, l'épée et la roue, instruments de son supplice
Grandes heures d'Anne de Bretagne, Jean Bourdichon, XVIe

24 novembre 2014

Mgr de Kérimel : « banalisation sans précédent » de l'avortement

mgr de kérimel,banalisation,sans précédent,avortement« Le Parlement se prépare, ces jours-ci, à voter une résolution pour réaffirmer solennellement, à l’occasion de l’anniversaire de la loi Veil, le droit fondamental à l’avortement. Cette surenchère pour imposer l’avortement comme un acte médical banal au service de la liberté des femmes dit la difficulté à fonder de manière solide ce « droit fondamental ». Un droit humain peut-il reposer sur la négation du droit à la vie d’autres êtres humains au tout début de leur existence et de leur croissance ? Nous sommes tous passés par le stade embryonnaire, l’aurions-nous oublié ?

Certes, la promotion de la liberté des femmes et de l’égalité homme/femme sont des causes justes auxquelles on ne peut que souscrire, mais de quelle liberté parle-t-on ? Quand on lit le récit de bon nombre de femmes qui ont avorté, on entend leur angoisse, la pression de l’entourage, souvent du géniteur, et la souffrance qu’elles éprouvent durablement d’avoir été amenées à commettre un acte qu’elles ressentent comme grave. Pour certaines c’est une véritable descente aux enfers : des sociologues, des psychologues et des psychanalystes, hors de toute référence religieuse, connaissent ces situations douloureuses. Pourquoi le traumatisme post-abortif est-il laissé sous silence ou simplement nié ? Peut-on parler de liberté quand la parole est interdite ?

Oui, la liberté doit être le fondement des relations homme/femme, et de la maternité. L’amour entre deux personnes humaines inclut la liberté s’il se veut pleinement humain ; la paternité et la maternité requièrent, elles aussi, l’engagement des libertés. Dans les deux cas, il s’agit d’une liberté responsable, une liberté qui s’engage par le dialogue et conduit à une parole donnée.

C’est donc en amont qu’il faut travailler à la promotion de la liberté des femmes et à l’égalité homme/femme, pour qu’une grossesse ne devienne pas comme une agression qui justifierait une légitime défense en supprimant « l’agresseur » bien innocent, à qui l’on fait porter les conséquences de comportements irresponsables. »

Guy de Kerimel
Evêque de Grenoble-Vienne

Mgr Guy de Kérimel est évêque de Grenoble-Vienne et Président du groupe de travail de la Conférence des Evêques de France « Phénomène social de l’avortement et enjeux éducatifs ».

Source : Église catholique en France

A l'exemple de saint Kuriakose Elias et de sainte Euphrasia

Le Saint-Père a rencontré ce lundi matin les fidèles indiens de l’Église syro-malabare venus pour la canonisation de saint Kuriakose Elias Chavara de la Ste Famille et de sainte Euphrasia Eluvathingal su Sacré Cœur, remerciant les fidèles du Kérala de sa force apostolique :

« Continuez à témoigner ainsi de votre foi. Le Kérala est un creuset fertile de vocations, sacerdotales et religieuses... Puissent ces moments de fête et d'intense spiritualité vous aider à admirer les merveilles accomplies par le Seigneur dans la vie et l’œuvre des nouveaux saints...qui nous rappellent que l'amour de Dieu est la source et la finalité de toute sainteté, tandis que l'amour du prochain est la plus lumineuse manifestation de l'amour envers le Seigneur. Le P. Kuriakose Elias fut un religieux actif et contemplatif à la fois, qui dépensa sa vie au service de son Église en se sanctifiant dans la sanctification de l'autre. » Quant à Sœur Euphrasie, « elle vécut en profonde union à Dieu. La vie de sainteté de celle qu'on surnommait Mère priante, demeure un exemple et un encouragement pour tous... Puissent-ils vous aider à faire fructifier leur trésor et leur leçon de vie évangélique. Suivez leurs traces, et de manière particulière leur amour de Jésus Eucharistie et de l’Église, afin d'avancer dans la voie de la sainteté. »

Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 24.11.14).

Texte intégral en italien sur le site internet du Vatican.

Avent 2014 à Paris : 500 animations gratuites dans la ville

Depuis le début de son pontificat, le Pape François encourage les catholiques à sortir de leurs églises pour aller à la rencontre de leurs contemporains. Cette invitation a été entendue par l’Église catholique de Paris.

Du 1er dimanche de l’Avent (30 novembre 2014) à Noël (25 décembre 2014), toutes les églises de Paris organiseront des animations pour aller à la rencontre des Parisiens et dialoguer sur le sens de la fête de Noël.

Différents moyens sont imaginés par les 106 églises et les basiliques de Paris pour faciliter les rencontres : musique, convivialité, partage de café, processions dans la rue, crèches géantes en bois ou crèches vivantes, présence sur les marchés et les parvis et visites dans les immeubles.

Le 22 novembre 2014, l’archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, a ouvert cet Avent 2014 par une grande fête sur le parvis de Notre-Dame.

« Je veux inviter les paroisses à passer à l’acte à l’occasion de l’Avent 2014, en faisant de ce temps un temps de mission, c’est-à-dire un temps favorable pour annoncer à tous ceux qui nous entourent, nos familles, notre milieu professionnel, nos amis, nos voisins, que la fête de Noël à laquelle ils se préparent avec tellement d’intérêt n’est pas simplement une fête des enfants ou une fête païenne, mais c’est la fête de Jésus Fils de Dieu venu parmi les hommes pour nous apporter le salut. Cela suppose que nous sortions de notre réserve, que nous surmontions nos craintes et nos timidités, que nous acceptions d’être nous mêmes ce que nous sommes vis-à-vis des autres et que nous ne reculions pas devant le risque d’être incompris ou rejetés. »
+ André Cardinal Vingt-Trois, Archevêque de Paris,
le 19 janvier 2014

Avent,2014,diocèse,ville,Paris,cardinal,Vingt-Trois,Noël,Jésus,sauveur,joie,bonne nouvelle,animations gratuites

Les porteurs de lanternes sont sorti de la cathédrale. Yannick Boschat / Diocèse de Paris.
Extrait de l'Album-photos de la fête d’ouverture de l’Avent 2014

Mgr Vingt-Trois a donné le ton : « La mission de l’Avent 2014 doit être un temps où nous serons assez convaincus de notre chance d’être chrétiens, assez joyeux de la foi qui nous habite pour oser aller au-devant de notre prochain pour lui annoncer cette Bonne Nouvelle : Dieu se fait homme ! ».

L’objectif ambitieux de cet Avent 2014 est de rappeler au monde qu’un Sauveur nous est né : « Tout le monde connaît Noël et se souvient qu’il s’agit à l’origine d’une fête religieuse, explique Marie Baudouin, du diocèse de Paris. Nous allons utiliser cette notoriété pour rappeler aux Parisiens éloignés de l’Église la joie de l’Évangile ». Chaque paroisse s’est emparée du projet pour le réaliser avec ses moyens propres. Dans le détail, cela donne un festival d’idées originales et sympathiques !
 
Par exemple, dans le Xe arrondissement l’exposition de photos « 1001 étoiles » entourera l’église Saint-Laurent. Le 13 décembre de 14 h à 16 h 30, un défilé de Noël remontera la rue Saint-Maur. Les trois paroisses du doyenné du XIe rassembleront des enfants déguisés, Marie sur son âne et même un chameau ! Musiques et distribution de bougies de la paix accompagneront la procession. Devant l’église Saint-Augustin du VIIIe, on tirera et on pointera : pétanque pour les paroissiens et tous les boulistes de bonne volonté. Et comme fête et évangélisation fonctionnent bien ensemble, dans le IXe arrondissement un banquet de la joie partagé avec les personnes démunies marquera cet Avent 2014. Une profusion de bonnes idées, qui n’ont besoin que de la participation des Parisiens pour que la fête soit réussie.

http://www.paris-fete-noel.fr/

(Avec Aleteia)

César Franck (1822-1890) : Dextera Domini, FWV 65 (1871)

(Offertoire, pour le saint jour de Pâques)
Les Petits chanteurs de Saint-Brieuc - Dir. Léon Guillou

Méditation : demandons-nous l'Esprit-Saint ?

Cf. Lc 11, 13 : « ... combien plus le Père du ciel donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui l'en prient ! »

« De même que Jésus-Christ prêchait, le Saint-Esprit prêche à présent ; de même qu'il enseignait, le Saint-Esprit enseigne ; de même que le Christ consolait, le Saint-Esprit console et réjouit.
Que demandes-tu ? Que cherches-tu ? Que veux-tu de plus ? Avoir en toi un conseiller, un pédagogue, un gardien, quelqu'un qui te guide, qui te conseille, qui t'encourage, qui t'achemine, qui t'accompagne en tout et pour tout ?
Finalement, si tu ne perds pas la grâce, il sera tellement à ton côté que tu ne pourras rien faire, ni dire, ni penser qui ne passe par sa main et son saint conseil. Il sera pour toi un ami fidèle et véritable ; il ne t'abandonnera jamais si tu ne l'abandonnes pas.
Ne peut-on considérer comme malheureux et infortuné celui qui ne possède pas cette union, celui qui ne possède pas un tel hôte dans sa maison ? Dites-moi, l'avez-vous reçu ? L'avez-vous appelé ? L'avez-vous importuné pour qu'il vienne ? Que Dieu soit avec vous ! Je ne sais pas comment vous pouvez vivre privés d'un si grand bien. Voyez tous les biens, toutes les grâces et les miséricordes que le Christ est venu faire aux hommes : ce Consolateur les répand toutes dans nos âmes. »

St Jean d'Avila, Sermon.

Saint_Esprit_colombe_10a.jpg

Lundi 24 novembre 2014

St André Dung-Lac, prêtre, et comp., martyrs

Au calendrier traditionnel : St Jean de la Croix, religieux, confesseur et docteur

 Calendrier liturgique

23 novembre 2014

Michel Corrette (1707-1795) : Motet "Laudate dominum de coelis"

Arrangement pour voix et orchestre du Largo du Printemps de Vivaldi
Maîtrise de Bretagne & Le Parlement de Musique - Dir. Martin Gester

Méditation : Jésus est roi

« Jésus est roi en étant celui qui nous conduit à la vie qui ne passe pas, à la vie éternelle, à la résurrection. Les rois de la terre meurent. Et ils sont remplacés par d'autres. S'ils peuvent quelque chose pour la vie terrestre de leurs sujets, et encore pas toujours, ils ne peuvent rien pour les faire vivre au-delà de la mort. Jésus aussi est mort, mais il est ressuscité, et il est vivant d'une vie difficile à concevoir. S'il est ressuscité, c'est pour que nous ne restions pas dans la mort quand nous mourons, mais pour qu'avec lui nous vivions auprès de Dieu, pour que nous entrions dans le Royaume de Dieu qui est le Royaume de la Vie, de la Lumière, de l'Amour. En disant que Jésus est notre roi, nous proclamons que nous trouvons en lui l'espérance de vivre après notre mort, auprès de Dieu, avec la Vierge Marie et tous les saints.

Jésus est roi, dit l’Évangile, en jugeant toutes les nations, tous les hommes, à commencer par nous quand il viendra à notre rencontre dans notre mort, et à la fin de l'histoire humaine. Mais il est roi parce qu'il jugera comme Dieu seul peut juger. Les rois de la terre exercent aussi la justice. Dans leurs royaumes, il y a des juges, des avocats, des palais de justice. La plupart essaient de bien juger. Pourtant leur justice est toujours imparfaite, même dans les meilleurs des cas. Elle ne peut que juger à partir des lois, souvent bonnes, parfois mauvaises. Elle ne peut jamais voir ce qu'il y a dans le cœur des hommes. Qu'est-ce qu'il y a dans le cœur d'un homme qui passe en justice ? Aucun roi de la terre ne peut le dire.

Jésus seul, comme Dieu, nous jugera en nous amenant à voir clair nous-mêmes dans notre cœur, dans ce qu'il y a de plus caché en nous. Mis devant Jésus, nous reconnaîtrons si oui ou non nous avons mis à la première place de notre vie le seul essentiel qui compte : l'amour gratuit qui s'ignore, qui s'adresse même à ceux qui n'ont rien pour attirer : les affamés, les malades, les étrangers, les sans-logis, les prisonniers. Jésus est roi parce qu'il est le seul juge vraiment juste, devant qui tout homme sera amené à reconnaître le fond mystérieux et décisif de sa vie. il est Roi parce que, ressuscité des morts, il fera part de la vie éternelle de Dieu à ceux qui l'ont reçu. Alors, comme le dit saint Paul, sera vaincu le dernier ennemi, la mort, et, « quand tout sera sous le pouvoir du Fils, il se mettra lui-même sous le pouvoir du Père qui lui aura tout soumis, et ainsi, Dieu sera tout en tous » (1 Co 15, 26-28). »

Mgr Raymond Bouchex, Il est avec nous tous les jours (Vers un ciel nouveau et une terre nouvelle), Parole et Silence, Paris, 2007.

jesus_roi_jugement_1a.jpg