Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chapelet

  • « Un million d’enfants qui prient le chapelet »

    AED-chapelet-2019.jpg

    Ce 18 octobre 2019, le chapelet sera prié par des milliers de groupes d’enfants. Chaque année, l’AED reçoit des témoignages de cette journée de prière de l’Église universelle, qui ne touche pas que les cœurs des enfants. C’est pourquoi nous invitons enseignants, catéchistes, éducateurs, parents, grands-parents, etc. à y participer le 18 octobre en union de prière avec des milliers d’enfants à travers le monde.

    Toutes informations utiles sur le site de l'AED.

    Et pour toute information complémentaire sur cette action, cliquer sur ce lien.

  • Pour aider les chrétiens d’Alep : achetez des chapelets à l’AED

    aed-chapelet-syrie_1a.jpg

    Aide à l’Église en détresse (AED) vous propose d’aider concrètement les chrétiens de Syrie en achetant des chapelets confectionnés par des familles chrétiennes d’Alep. Le prix est très modique, 5 €, et votre petit effort fera beaucoup de bien !

    « La prière et la foi me donnent la force d’avancer », confiait une chrétienne de Syrie à l’AED. Pour survivre à la guerre, à la faim, au manque de soins… des familles chrétiennes d’Alep se mobilisent quotidiennement et confectionnent ces jolis chapelets. Une invitation à prier, en ce mois d’octobre qui est celui du Rosaire, pour les chrétiens qui souffrent de la guerre et des persécutions. Chapelet de Syrie, 5 €.

    Pour commander, c’est ici !

  • Jubilé marial du 7 au 9 octobre 2016 à Rome

    C’est ce vendredi 7 octobre, en la fête de Notre Dame du Rosaire, que débuteront les célébrations du Jubilé marial dans le cadre de l’Année de la Miséricorde. À cette occasion, le Pape François présidera samedi en fin d’après-midi une veillée mariale place Saint-Pierre puis la messe dimanche 9 octobre au matin.

    Le Jubilé marial qui se tiendra du 7 au 9 octobre s’ouvrira à 18h00 ce vendredi lors d’une messe solennelle en l’honneur de la Vierge dans la Basilique romaine de Sainte-Marie-Majeure. Les fidèles sont ensuite invités à se rendre, de 20h00 à minuit, dans les églises jubilaires (Santa Maria in Valicella et San Salvatore in Lauro) pour célébrer le sacrement de la réconciliation et participer à un temps d’adoration eucharistique. Dans chaque église seront présents des confesseurs de différentes langues.

    Samedi après-midi, tous les pèlerins sont invités à se retrouver place Saint-Pierre pour un temps de prière. Un temps d’animation avec des chants et des prières mariales est prévu durant lequel aura lieu une procession des délégations provenant des communautés nationales présentes en Italie et des sanctuaires mariaux. L’icône de la Vierge « Salus Populi Romani » fermera la procession. La journée s’achèvera par une veillée de prière en présence du Saint-Père qui débutera à 17h30. Le lendemain, dans la matinée, le Pape François présidera à 10h30 une messe solennelle place Saint-Pierre clôturant ainsi ce jubilé marial.

    Source : Radio Vatican (HD-SB).

  • Méditation - Prières des enfants de Fatima

    I - Entre les dizaines de chapelet (enseignée par la Sainte Vierge).
           « O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l'enfer et prenez au paradis toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. »

    II - Oraisons jaculatoires.
           « O Jésus, je vous aime ! »
           « Doux Cœur de Jésus, soyez mon amour ! Doux Cœur de Marie, soyez mon salut ! »
           « Immaculé Cœur de Marie, convertissez les pécheurs, préservez leurs âmes de l'enfer ! »

    III - Formule d'offrande des sacrifices.
           « O Jésus, c'est pour votre amour, pour la conversion des pécheurs, pour le Saint-Père et en rémission des péchés qui offensent le Cœur Immaculé de Marie ! »

    IV - Prières enseignées par l'Ange (récitées par les enfants à genoux et le front incliné jusqu'à toucher terre)
           « Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je vous aime ! Je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne vous aiment pas ! (Trois fois).
           « Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je vous offre les Très Précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles du monde, en réparation des outrages par lesquels il est lui-même offensé.
           Par les mérites infinis de son Cœur Sacré et par l'intercession du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion des pauvres pécheurs. »

    Chanoine C. Barthas (1884-1973), Jacinthe la confidente de Marie, Fides, Montréal et Paris, 1961.

    Chanoine Barthas,prières,enfants,Fatima,chapelet,sacrifices,ange,Trinité,Coeur,Jésus,Marie,pécheurs,enfer,paradis,miséricorde

  • Intentions de prière pour le mois de mai 2016

    Les femmes dans la société
    Pour que dans tous les pays du monde les femmes soient honorées et respectées, et que soit valorisée leur contribution sociale irremplaçable.

    Prière du Rosaire
    Pour que la pratique de la prière du Rosaire se diffuse dans les familles, les communautés et les groupes, pour l’évangélisation et pour la paix.

    Sources : Vatican Information Service - Apostolat de la Prière.

  • Méditation : l'Ave Maria et le saint Rosaire

    « L'Ave Maria bien dit, c'est-à-dire avec attention, dévotion et modestie, est, selon les saints, l'ennemi du diable, qui le met en fuite, et le marteau qui l'écrase, la sanctification de l'âme, la joie des anges, la mélodie des prédestinés, le cantique du Nouveau Testament, le plaisir de Marie et la gloire de la Très Sainte Trinité. L'Ave Maria est une rosée céleste qui rend l'âme féconde ; c'est un baiser chaste et amoureux qu'on donne à Marie, c'est une rose vermeille qu'on lui présente, c'est une perle précieuse qu'on lui offre, c'est un coup d'ambroisie et de nectar divin qu'on lui donne. Toutes ces comparaisons sont des saints.

    Je vous en prie donc instamment, par l'amour que je vous porte en Jésus et en Marie, de ne vous pas contenter de réciter la petite couronne de la Sainte Vierge, mais encore votre chapelet, et même, si vous en avez le temps, votre rosaire, tous les jours, et vous bénirez, à l'heure de votre mort, le jour et l'heure que vous m'avez cru ; et, après avoir semé dans les bénédictions de Jésus et de Marie, vous recueillerez des bénédictions éternelles dans le ciel : Qui seminat in benedictionibus, de benedictionibus et metet (1). »

    1. 2Co 9, 6 : "Ceux qui sèment des bénédictions recueilleront des bénédictions".

    St Louis-Marie Grignion de Montfort (fêté ce jour), Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge (253,254), in "Œuvres complètes", Éditions du Seuil, Paris, 1966.

    Reine-Saint-Rosaire-1a.jpg

  • Angelus de ce dimanche 21 février 2016

    Sous un beau soleil, le Pape François est revenu ce dimanche 21 janvier sur son voyage apostolique au Mexique, avant la prière de l'Angélus, récité depuis la fenêtre du palais apostolique. En rappelant le récit de la Transfiguration du Christ de ce deuxième dimanche de Carême, où Jésus laisse apparaître sa gloire divine aux apôtres Pierre, Jacques et Jean, un récit qui préfigure sa résurrection, le Pape a rappelé que son récent voyage au Mexique avait été « une expérience de transfiguration ».

    « Le Seigneur nous a montré la lumière de sa gloire à travers le corps de son Eglise, de son peuple saint qui vit sur cette terre,  a dit le Pape, un corps tant de fois blessé, opprimé, méprisé et violé dans sa dignité. » Les diverses rencontres qui se sont tenues au Mexique ont été pleine de lumière, « cette lumière de la foi qui transfigure les visages et éclaircit le chemin ». Le Pape a rappelé que le centre de gravité de son voyage était le sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe, le sanctuaire marial le plus fréquenté au monde. « Je me suis laissé guider par Celle qui porte dans ses yeux les regards de tous ses enfants, et vient recueillir les douleurs de ceux victimes de violences, d'enlèvements, de meurtres, de tant de femmes victimes d'abus » a expliqué le Saint-Père.

    Prière à la Vierge de Kazan

    Il a aussi rendu une nouvelle fois hommage au peuple mexicain et l'héritage que Dieu a laissé au Mexique : celui de garder la richesse dans la diversité, et de manifester en même temps l'harmonie de la foi commune, une foi franche et robuste, marquée par une grande vitalité et humanité. Cela s'est vu en particulier dans la rencontre avec les familles a-t-il expliqué, des familles mexicaines « qui m'ont accueilli avec joie comme pasteur de toute l'Eglise et qui m'ont montré un témoignage limpide et fort de foi vécue, de foi qui transfigure la vie ». Un exemple « édifiant pour toutes les familles chrétiennes du monde » a précisé le Pape.

    Le Souverain Pontife a enfin tenu à faire « une louange spéciale » pour sa rencontre à Cuba avec le Patriarche de Moscou Cyrille 1er, au début de son voyage, le « cher frère Cyrille ». « Cet évènement est aussi une lumière prophétique de la Résurrection dont le monde a besoin » a-t-il dit. A cette occasion, le Pape a fait réciter un 'Je vous salue Marie' aux fidèles réunis, en priant particulièrement la Vierge de Kazan en Russie, souhaitant « qu'elle continue à nous guider sur le chemin de l'unité. »

    Source : Radio Vatican (OB).

    misericordina_1.jpg

    Comme il l'avait déjà fait le 17 novembre 2013, le Pape François a fait distribuer par des volontaires - « parmi lesquels il y a des pauvres, des sans-abri, des réfugiés » - de petites boîtes contenant la couronne du Rosaire (un chapelet) et la petite image de Jésus Miséricordieux, « de meilleure qualité » que la fois précédente, « médecine spirituelle » appelée « Misericordina Plus ».  « Acceptez ce don comme une aide spirituelle pour répandre, spécialement en cette Année de la Miséricorde, l'amour, le pardon et la fraternité. »

    Texte intégral traduit en français sur Zenit.org.

    Texte intégral original sur le site internet du Vatican.

  • Méditation : de la nécessité de l'oraison

    « Commencez toutes sortes d’oraisons, soit mentale soit vocale, par la présence de Dieu, et tenez cette règle sans exception, et vous verrez dans peu de temps combien elle vous sera profitable.

    Si vous me croyez, vous direz votre Pater, votre Ave Maria et le Credo en latin ; mais vous apprendrez aussi à bien entendre les paroles qui y sont, en votre langage, afin que, les disant au langage commun de l’Eglise, vous puissiez néanmoins savourer le sens admirable et délicieux de ces saintes oraisons, lesquelles il faut dire fichant profondément votre pensée et excitant vos affections sur le sens d’icelles, et ne vous hâtant nullement pour en dire beaucoup, mais vous étudiant de dire ce que vous direz, cordialement ; car un seul Pater dit avec sentiment vaut mieux que plusieurs récités vitement et couramment.

    Le chapelet est une très utile manière de prier, pourvu que vous le sachiez dire comme il convient : et pour ce faire, ayez quelqu’un des petits livres qui enseignent la façon de le réciter. Il est bon aussi de dire les litanies de Notre Seigneur, de Notre Dame et des saints, et toutes les autres prières vocales qui sont dedans les Manuels et Heures approuvées, à la charge néanmoins que si vous avez le don de l’oraison mentale, vous lui gardiez toujours la principale place ; en sorte que si après icelle, ou pour la multitude des affaires ou pour quelque autre raison, vous ne pouvez point faire de prière vocale, vous ne vous en mettiez point en peine pour cela, vous contentant de dire simplement, devant ou après la méditation, l’oraison dominicale, la salutation angélique et le symbole des apôtres.

    Si faisant l’oraison vocale, vous sentez votre cœur tiré et convié à l’oraison intérieure ou mentale, ne refusez point d’y aller, mais laissez tout doucement couler votre esprit de ce côté-là, et ne vous souciez point de n’avoir pas achevé les oraisons vocales que vous vous étiez proposées ; car la mentale que vous aurez faite en leur place est plus agréable à Dieu et plus utile à votre âme. J’excepte l’office ecclésiastique si vous êtes obligée de le dire ; car en ce cas-là, il faut rendre le devoir.

    S’il advenait que toute votre matinée se passât sans cet exercice sacré de l’oraison mentale, ou pour la multiplicité des affaires, ou pour quelque autre cause (ce que vous devez procurer n’advenir point, tant qu’il vous sera possible), tâchez de réparer ce défaut l’après-dînée, en quelque heure la plus éloignée du repas, parce que ce faisant sur icelui, et avant que la digestion soit fort acheminée, il vous arriverait beaucoup d’assoupissement, et votre santé en serait intéressée. Que si en toute la journée vous ne pouvez la faire, il faut réparer cette perte, multipliant les oraisons jaculatoires, et par la lecture de quelque livre de dévotion avec quelque pénitence qui empêche la suite de ce défaut ; et, avec cela, faites une forte résolution de vous remettre en train le jour suivant. »

    St François de Sales, Introduction à la vie dévote (Seconde Partie de l'Introduction, ch. I, 5-9), in "Œuvres", nrf-Gallimard, 1969.
    Texte intégral en ligne (publié d’après l’édition de 1619) à l'Abbaye Saint Benoît de Port-Valais.

    chapelet-ha.jpg

  • Méditation : le nom de Jésus

    « Dire le nom de Jésus, ce n'est pas seulement dire un mot qui, en étant dit, devient étranger à celui qui le dit. C'est entrer en communion avec celui qui est dit par ce nom, et par lui avec le mystère de Dieu et le mystère de l'homme. Jamais nous n'aimerons assez le nom de Jésus. Jamais nous n'aimerons assez le dire et le redire. Des saints ont su chanter en accents merveilleux ce qu'était pour eux le nom de Jésus. Pensons à Saint Bernard, à Saint François d'Assise, à Sainte Jeanne d'Arc, pour qui le nom de Jésus a été le dernier nom prononcé sur le bûcher, à Sainte Thérèse de Jésus d'Avila, à Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, au bienheureux Antoine Chevrier, à Charles de Foucauld (*), pour n'en citer que quelques-uns. Pensons à la prière à Jésus, chère aux chrétiens d'Orient, qui consiste à répéter inlassablement : "Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi pécheur".
    Que le nom de Jésus soit pour nous un nom aimé, médité, dit et redit dans la prière. Ce nom nous donnera foi, espérance, amour, vie. Marie et Joseph sont ceux qui ont su le mieux le dire. Marie gardait et méditait en son cœur tout ce qui concernait Jésus. Au milieu et au sommet du "Je vous salue Marie", il y a le nom de Jésus. Le chapelet est justement la prière par laquelle nous demandons à Marie de nous faire entrer peu à peu dans le Mystère du nom de Jésus. Dans les Évangiles, le seul mot qui est demandé à Joseph de dire est le nom de Jésus : "Tu lui donneras le nom de Jésus".
    Sainte Marie et Saint Joseph, apprenez-nous à dire ce nom qui a été tout pour vous : Jésus. »

    Mgr Raymond Bouchex, Il a habité parmi nous, Parole et Silence, 2006.

    (*) : Charles de Foucauld a été béatifié le 13 novembre 2005, alors que cet écrit était déjà chez l'imprimeur.

    chapelet-ga.jpg

  • Méditation : n'oublions pas les âmes du Purgatoire (4)

    « On peut aussi, et très utilement, réciter le Rosaire ou le chapelet pour le soulagement des défunts. Les pauvres âmes du Purgatoire connaissent bien son efficacité. On lit dans la vie de la Mère Françoise du Saint-Sacrement qu’elle récitait chaque jour le Rosaire, pour la délivrance des défunts, et au lieu du Gloria Patri, elle terminait chaque dizaine par le verset requiescant in pace. Elle appelait son chapelet son aumônier ; c’était lui, en effet, qui lui permettait de faire aux âmes du Purgatoire de riches aumônes spirituelles, et de les mettre en état de s’acquitter envers Dieu. Aussi, dans les fréquentes visites que lui faisaient ces pauvres âmes, on les voyait lui prendre des mains son chapelet et le baiser avec respect, comme l’instrument de leur salut.
    Un autre dévot aux âmes du Purgatoire, Joseph Nieremberg, avait aussi la coutume de réciter chaque jour le chapelet à la même intention. Il avait pour cela un chapelet enrichi de nombreuses indulgences. Il vint à le perdre, ce qui le chagrina beaucoup, à cause de ces pauvres âmes ; or, un soir que, faute de mieux, il offrait à Notre-Seigneur sa bonne volonté, il entend au plafond de sa chambre un bruit singulier, il regarde, et voit tomber à ses pieds, son chapelet avec toutes les médailles qui y étaient attachées. Il ne douta pas que ce ne fussent les âmes du Purgatoire qui le lui renvoyaient, pour l’encourager à persévérer dans une pratique qui leur était si utile.

    louvet,purgatoire,saints,soulagement,suffrage,âmes,chapelet,rosaire,neuvaine,dizaine,messe,de profundis,morts,sainte vierge,pie vi

    [...]

    Lire la suite

  • 9ème Veillée de la Miséricorde Divine - Nuit de prière du 11 au 12 octobre 2014

    Église Saint-Pierre du Gros Caillou
    92 rue St Dominique, 75007 Paris
    Métro : Invalides, La Tour-Maubourg ou École Militaire

    Programme

    20h00     Accueil
    21h00     Vêpres
    21h30     Enseignement
    22h30     Messe votive de Ste Faustine suivie de la vénération des reliques de Ste Faustine et du Bienheureux Père Michel Sopocko

    de 24h à 4h30   Veillée de prière devant le Saint Sacrement exposé
                Possibilité de recevoir le Sacrement de la réconciliation
                Rosaire, Chapelet à la Miséricorde Divine

    5h00     Eucharistie dominicale

    Renseignements

    Pères Pallotins, Apostolat de la Miséricorde Divine
    25 rue Surcouf, 75007 Paris
    Tél. 01.40.62.69.11
    apostolat.misericorde[at]wanadoo.fr
  • Méditation : l'arme du Saint Rosaire

    « D'un bout du monde à l'autre, une race d'infidèles se dresse contre nous... Le mot d'ordre de ces hommes qui se comptent par milliers, c'est la guerre à Dieu et à ses saints. Dieu, ils voudraient le bannir de ce monde ; le Christ, ils le blasphèment ; l’Église, ils la persécutent ; la religion, ils cherchent à l'étouffer dans le sang et dans la boue. Voilà leurs projets hautement avoués. A ces desseins pervers, nous opposerons, nous aussi, une ligue, mais une ligue toute pacifique, toute spirituelle, une sainte croisade de prières et de bonnes œuvres. Or dans ce divin arsenal de la prière chrétienne, le S. Rosaire apparaît comme une arme puissante entre toutes : arma et tela nostra. (Tertullien, De oratione, XXVIII.)
    Puisse donc le mois d'octobre devenir parmi nous un mois de prières et de supplications ! ... Et ce n'est pas pendant le mois d'octobre seulement, mais encore dans tout le reste de l'année, qu'une si excellente pratique est appelée à produire ses fruits. Rien n'est touchant comme le spectacle que présente une famille où la récitation du chapelet en commun vient couronner pieusement les travaux et les fatigues de la journée. Plus cette prière est facile et à la portée de chacun, plus elle devrait venir se placer sur les lèvres des chrétiens de tout âge et de toute condition. Par là nous attirerons sur nous la protection de Marie ; et la protection de Marie est pour ses fidèles serviteurs un gage de bonheur et de salut. »

    Mgr Freppel, L'excellence du S. Rosaire, in "Œuvres oratoires et pastorales de Mgr Freppel, évêque d'Angers", Librairie Roger et Chernoviz, Paris.

    ND_du_Rosaire_image_3a.jpg

    « Ô ! Cœur très saint de la mère de mon Dieu, asile des pauvres, refuge des affligés, solide espoir des pécheurs, pénétré des plus vifs sentiments de respect, d'amour et de reconnaissance pour tous les biens que j'ai reçus de Dieu par votre intercession, je viens me dévouer pour toujours à votre service, je vous offre mon cœur et avec lui tout ce que je suis et tout ce qui m'appartient ; et je veux désormais remplir envers vous tous les devoirs d'un serviteur fidèle. Agréez l'offrande que je vous fais de moi-même, et obtenez-moi de mon Sauveur J.-C. votre cher Fils, une foi vive, une espérance ferme, un amour de mon Dieu tendre, généreux et constant ; obtenez-moi une pureté de corps, d'esprit et de cœur qui ne soit jamais ternie, une humilité sincère qui ne soit jamais altérée, une patience dans les adversités qui ne puisse jamais être ébranlée, une soumission à la volonté de mon Dieu qui ne soit jamais partagée, une persévérance dans la vertu qui ne soit jamais affaiblie, enfin cette grâce finale, cette sainte mort, qui seule peut me procurer le bonheur de vous aimer avec mon Dieu durant toute l'éternité.
    Vous serez, ô Cœur tout aimable, vous serez désormais après le Cœur de votre très cher Fils l'objet de ma vénération, de mon amour et de ma plus tendre dévotion. Vous serez la voie par où j'irai à mon Sauveur, et ce sera par vous que je recevrai ses grâces et ses miséricordes ; vous serez mon refuge dans mes afflictions, ma consolation dans mes peines, mon secours dans tous mes besoins ; j'irai apprendre de vous la pureté, l'humilité, la douceur, et puiser dans vous l'amour du Sacré Cœur de Jésus votre Fils. »

    In "La dévotion du Saint Rosaire de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu", Nouvelle édition, considérablement augmentée, Avignon, Offray Aîné Imprimeur-Libraire, s.d. (fin XVIIe).

  • Méditation : "Qu'elle est donc grande la puissance de la Prière !"

    « Qu'elle est donc grande la puissance de la Prière ! on dirait une reine ayant à chaque instant libre accès auprès du roi et pouvant obtenir tout ce qu'elle demande. Il n'est point nécessaire pour être exaucée de lire dans un livre une belle formule composée pour la circonstance ; s'il en était ainsi... hélas ! que je serais à plaindre !... En dehors de l'Office Divin que [je] suis bien indigne de réciter, je n'ai pas le courage de m'astreindre à chercher dans les livres de belles (italiques) prières, cela me fait mal à la tête, il y en a tant !... et puis elles sont toutes plus belles les unes que les autres... Je ne saurais les réciter toutes et ne sachant laquelle choisir, je fais comme les enfants qui ne savent pas lire, je dis tout simplement au Bon Dieu ce que je veux lui dire, sans faire de belles phrases, et toujours Il me comprend... Pour moi la prière, c'est un élan du cœur, c'est un simple regard jeté vers le Ciel, c'est un cri de reconnaissance et d'amour au sein de l'épreuve comme au sein de la joie ; enfin c'est quelque chose de grand, de surnaturel qui me dilate l'âme et m'unit à Jésus.

    Je ne voudrais pas cependant, ma Mère bien-aimée, que vous croyiez que les prières faites en commun au chœur, ou dans les ermitages, je les récite sans dévotion. Au contraire j'aime beaucoup les prières communes car Jésus a promis de se trouver au milieu de ceux qui s'assemblent en son nom, je sens alors que la ferveur de mes sœurs supplée à la mienne, mais toute seule (j'ai honte de l'avouer) la récitation du chapelet me coûte plus que de mettre un instrument de pénitence... Je sens que je le dis mal, j'ai beau m'efforcer de méditer les mystères du rosaire, je n'arrive pas à fixer mon esprit... Longtemps je me suis désolée de ce manque de dévotion qui m'étonnait, car j'aime tant la Sainte Vierge qu'il devrait m'être facile de faire en son honneur des prières qui lui soient agréables. Maintenant je me désole moins, je pense que la Reine des Cieux étant ma Mère, elle doit voir ma bonne volonté et qu'elle s'en contente. »

    Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, Manuscrit C (25 r°/v°), in "Œuvres complètes", cerf/DDB, Paris, 1996.

    Vierge-au-sourire-4a.jpg

    Vierge au sourire

    « Entre les diverses formules et manières d’honorer la divine Marie, il en est qu’il faut préférer, puisque nous savons qu’elles sont plus puissantes et plus agréables à notre Mère ; et c’est pourquoi Nous Nous plaisons à désigner en particulier et à recommander tout spécialement le Rosaire. Le langage vulgaire a donné le nom de couronne à cette manière de prier, parce qu’elle rappelle, en les réunissant par les plus heureux liens, les grands mystères de Jésus et de Marie, leurs joies, leurs douleurs et leurs triomphes. Le souvenir de la pieuse contemplation de ces augustes mystères, médités dans leur ordre, peut procurer aux fidèles un admirable secours, aussi bien pour alimenter leur foi et la protéger contre la contagion des erreurs que pour relever et entretenir la vigueur de leur âme. En effet, la pensée et la mémoire de celui qui prie de la sorte, éclairées par la foi, sont entraînées vers ces mystères avec l’ardeur la plus suave ; elles s’y absorbent et les pénètrent, et ne peuvent assez admirer l’oeuvre inénarrable de la Rédemption des hommes, accomplie à un prix si élevé et par une succession de si grands événements. »

    Léon XIII, Encyclique Octobrimense (22 septembre 1891).

  • Méditation : « A trois heures implore ma miséricorde... »

    « A trois heures implore ma miséricorde, tout particulièrement pour les pécheurs, et ne fût-ce que pour un bref instant, plonge-toi dans ma passion, en particulier dans mon abandon au moment de mon agonie. C'est là une heure de grande miséricorde pour le monde entier. Je te laisserai pénétrer ma mortelle tristesse ; en cette heure, je ne saurais rien refuser à l'âme qui me prie, par ma passion... »

    Notre-Seigneur à Ste Faustine, in "Petit Journal", 10.X.1937 (1320), Parole et Dialogue, Paris, 2002 (deuxième édition).

    Gethsemani_7a.jpg

  • Méditation - Poésie : Ave Maria

    « Prenant le chapelet qui s'use entre mes doigts,
    J'en récite le soir, l'Ave cinquante fois.
    Ayant péché, j'étais d'une tristesse amère ;
    Mais, simplement ainsi qu'un fils devant sa mère,
    Mains jointes, à genoux, les yeux mouillés de pleurs,
    J'ai répété : « Priez pour nous pauvres pécheurs ! »
    Et déjà dans mon cœur, je sens la paix renaître...
    Je crois, j'espère en Dieu. Je sais qu'il est un Maître
    Miséricordieux, bon clément, paternel.
    Pourtant, il est aussi, sur un trône éternel,
    Un Juge... Et quand je songe à ma vie, il me semble
    Que je suis devant lui bien coupable, et je tremble.
    Oui, mais la Bonne Vierge est là qui me défend !...
    Souvenons-nous : jadis, quand on était enfant,
    Que pour nous châtier de quelque faute grave
    Le père, juste, avançait, la main haute,
    Notre mère arrêtait son bras prêt à frapper...
    Or, dans le saint Récit qui ne peut nous tromper,
    Jésus-Christ, sur la Croix, donnant Jean à Marie,
    Lui dit : « Voilà ton fils ! » ... C'est pourquoi je la prie,
    A l'heure de ma mort, d'implorer mon pardon,
    Car, quand Jésus lui fit ce mystérieux don,
    Il lui léguait aussi l'humanité chrétienne
    Tout entière, et sa Mère, ô Seigneur, est la mienne !...
    Dans le creux de ma main, je vois mon chapelet,
    Et pour moi ces grains noirs sont comme une semence
    qu'avec un grand espoir, je jette au ciel immense.
    Chaque Ave va bientôt, miracle merveilleux,
    S'épanouir aux pieds de la Reine des Cieux,
    Et, suave parfum, ma prière fleurie

    Montera sans tarder vers la Vierge Marie. »

    François Coppée (1842-1908), in Sœur Paul-Emile, s.g.c.,
    "Le Renouveau Marial dans la Littérature Française",
    Éditions Spes, Paris, 1936.

    chapelet-e.jpg

  • Tous en prière pour la famille

    pourlafamille2.jpg

     Consécration au Coeur de Jésus

  • Le piège de l’exposition du Musée Fesch (Ajaccio)

    PNG - 62.3 ko Quelle réaction doivent avoir les Corses devant une exposition dont l’ambition est de choquer leur foi et ses symboles ? Pour l’Évêque d’Ajaccio, c’est la consternation et l’indignation qui dominent, bien au-delà d’une éventuelle qualité artistique à déceler. Blesser les visiteurs du musée Fech et de la Corse témoigne d’une volonté de provocation et insulte ce qui fondamental pour nous. Un piège...

    Apprenant le choix fait par le Musée Fesch d’Ajaccio d’accueillir une exposition temporaire consacrée à M. Andres Serrano comprenant, selon les mots mêmes du descriptif, « l’œuvre la plus irrévérencieuse et la plus symbolique de son époque » – en l’occurrence la photographie d’un crucifix plongé dans l’urine – je tiens à exprimer ma consternation et mon indignation.

    Chapelet sur le sexe d’un homme mort...

    Certains soutiennent que l’auteur de ces photographies – l’une d’entre elle par exemple montre, dans la collection Serrano, un chapelet posé sur le sexe d’un homme mort – est un « digne héritier de l’histoire de l’art ». Je n’entrerai pas dans ce débat ; la postérité répondra d’elle-même. J’invite en revanche tous ceux qui se sentent concernés par cette exposition à s’interroger :

    * Doit-on tenir pour négligeable, tout particulièrement ici en Corse, le fait que de très nombreuses personnes, pour qui la représentation du Christ en Croix symbolise ce qu’il y a de plus précieux, vont être choquées et profondément blessées par ces images ?

    * Doit-on faire le jeu de ceux qui pensent que la polémique et la provocation sont aujourd’hui les meilleurs moyens de se faire connaitre ?

    Une paix sans respecter le sacré ?

    * La paix entre nous est-elle possible si nous ne respectons pas ce qui est sacré pour les autres ?

    J’appelle par ailleurs les fidèles catholiques à ne pas tomber dans le piège de la provocation. Toute action violente ou insultante vis-à-vis de cette exposition serait contraire au message du Christ en Croix, « Lui qui, insulté, ne rendait pas l’insulte » (1 P2,23).

    Et si le musée Fesch élevait vers le beau ?

    Je formule enfin le souhait que le Musée Fesch – qui doit son existence au cardinal du même nom, et qui d’ordinaire organise des expositions dignes d’intérêt – puisse à l’avenir nous élever vers le beau.

    + Olivier de Germay, Évêque d’Ajaccio

    Source : Diocèse d'Ajaccio.

  • Mois du Sacré-Coeur - Vingt-deuxième Jour

    Vingt-deuxième Jour
     
    Prions pour ceux de nos parents qui sont éloignés de leurs devoirs religieux.

    La 3ème épine du Cœur de Jésus, ce sont les âmes lâches et tièdes.

    Elles ne sont pas indifférentes celles-là, mais peut-être voudraient-elles le devenir… L’amour de Jésus-Christ les ennuie et leur pèse ; elles en ont senti cependant toute la douceur… Ô vous qui, par l’effet d’une passion cachée, d’un amour-propre et d’un orgueil sans mesure, vous éloignez de Jésus, écoutez ces plaintes : « Si au moins c’était un ennemi qui me traitât ainsi, je le supporterais ; mais une enfant que j’aime, que j’ai admise à ma table !... » - Revenez à Jésus… Demain peut-être il sera trop tard… S’il ne vous voulait plus !...

    Je réciterai mon chapelet pour demander à Marie qu’elle me donne ma ferveur d’autrefois.
  • Mois du Sacré-Coeur - Dixième Jour

    Dixième Jour
     
    Prions pour celles de nous qui en ont le plus besoin.

    Jésus et le peuple manquant de pain en plein désert.

    Il y a des paroles bien émouvantes ; Jésus voit la foule qui le suivait oubliant, dans sa ferveur, les choses nécessaires à la vie, et il dit : « J’ai pitié de ce peuple ; depuis trois jours qu’il me suit il n’a presque rien pris… Je ne veux pas le renvoyer à jeun, de peur que les forces lui manquent… » Vous pensez donc à tout, à tout, bon Maître ; et je m’inquiéterais !... Oh ! si je vous suis, si je vous sers, ne pensant pas même à ma vie matérielle, je puis donc être assurée que vous y pourvoirez vous-même par un miracle, s’il le faut ! Ô mon Dieu ! que je la comprends bien cette autre parole : « Cherchez d’abord le royaume du ciel et tout le reste vous sera donné par surcroît !... » Le monde ne comprend pas, le monde se moque… Je crois, je crois, mon Dieu !

    Je dirai une dizaine de chapelet, pour demander à la Sainte Vierge beaucoup d’abandon à la Providence.
  • Méditation : vertus du chapelet...

    « L'Ave Maria est une prière qui ne lasse jamais (S. Curé d'Ars). Il redit à Dieu la pureté, la foi, l'obéissance et l'amour de la créature qu'Il chérit entre toutes. Aussi chaque dizaine de notre chapelet est comme le coup d'une verge bénie et puissante, faisant jaillir l'eau de la grâce de la pierre vivante qui est le Christ (Mgr Gay). Le chapelet est le livre du riche comme du pauvre, du savant et de l'ignorant, de l'enfant et du vieillard, du docte théologien et de l'humble bergère (Card. Perraud) ; il est la prière des âmes simples et il fait les délices des âmes élevées en sciences et contemplation (P. de Ravignan). C'est la dévotion à Marie la plus autorisée, la plus agréable à la Sainte Vierge et la plus populaire ; c'est la plus admirable formule de prière et la plus propre à favoriser l'esprit de piété (Léon XIII). Celui qui égrène son chapelet m'inspire grande confiance (Mgr de Bouillerie) ; les grâces obtenues par cette dévotion font penser, tant elles sont nombreuses, aux étoiles du ciel et aux grains de sable, ces images de l'immensité (Mgr Isoard). Si donc vous voulez la paix dans vos cœurs, dans vos familles et dans la partie, dites tous les soirs, réunis en famille, cette prière si efficace du chapelet (Pie IX). Oh ! qu'ils sont assurés de leur salut, ceux qui s'attachent avec amour et persévérance à cette sainte pratique (S. Alphonse). - Ô mon chapelet, tu es le plus souriant ami de ma vie ; avec toi la paix a toujours régné dans mon coeur ; reçois mon dernier acte d'amour et mon dernier soupir (Card. Dechamps). »

    P. Romain Rome, O.F.M., in "Le Messager de St François", Mai 1911.

    ND_du_Rosaire_image_1a.jpg