Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vierge marie

  • Samedi 25 mars 2017

    Annonciation de la Bse Vierge Marie
    (Annonciation du Seigneur)

    Angelico-Annonciation-2a.jpg

    Fra Angelico (v.1395–1455), L'Annonciation de Cortone

  • Lundi 20 mars 2017

    St_Joseph_patron-eglise-universelle_1a.jpg

  • Clôture du Jubilé marial à Rome

    Messe célébrée par le Pape François place Saint-Pierre

     Livret de la célébration

    Merci : c’est un des mots que le Pape François répète souvent lors de ses différentes interventions. Ce dimanche 9 octobre 2016, il l’a encore rappelé, le plaçant au centre de l’homélie de la Messe célébrée place Saint-Pierre à l’occasion du Jubilé marial, dans le cadre de l’Année de la Miséricorde. Revenant sur l’évangile des dix lépreux, ainsi que sur la première lecture qui raconte l’histoire de Naaman, il a souligné combien il était primordial de « savoir remercier, savoir louer pour ce que le Seigneur fait pour nous ».

    Sur les dix lépreux guéris par Jésus, un seul, un samaritain, revient le remercier, ce que regrette le Christ. Ce manquement amène le Pape à nous demander si nous sommes capables de dire merci. Non seulement merci au Seigneur, mais merci en famille, en communauté et dans l’Église. « Souvent, nous tenons tout pour acquis ! Et cela se produit également vis-à-vis de Dieu. Il est facile d’aller vers le Seigneur demander quelque chose, mais revenir pour remercier… »

    Le Pape François propose alors Marie comme modèle, qui « après avoir reçu l’annonce de l’Ange, a laissé jaillir de son cœur un chant de louange et de gratitude à Dieu ». En ce jubilé marial, il demande ainsi « à la Vierge de nous aider à comprendre que tout est don de Dieu, et à savoir remercier : alors, notre joie sera pleine ».

    Il faut aussi, ajoute le Pape, être humble pour dire merci. Humble comme Marie. C’est pourquoi Dieu l’a choisi pour se faire homme. Là encore, le Saint-Père interpelle les fidèles : « Demandons-nous si nous sommes disposés à recevoir les dons de Dieu, ou si nous préférons plutôt nous enfermer dans les sécurités matérielles, dans les sécurités intellectuelles, dans les sécurités de nos projets. »

    Enfin, le Pape souligne le fait que le samaritain des dix lépreux et Naaman, personnage central de la première lecture de ce jour, soient deux étrangers. « Que d’étrangers, y compris des personnes d’autres religions, nous donnent l’exemple de valeurs que nous oublions parfois ou négligeons ! Celui qui vit à côté de nous, peut être méprisé et marginalisé parce qu’il est un étranger, peut nous enseigner cependant comment marcher sur la voie que le Seigneur veut ». Là aussi, il faut savoir être humble, pour reconnaitre dans l’autre une part de Dieu.

    Le Pape a conclu son homélie exhortant les fidèles à s’accrocher à la foi simple de Marie, qui « a fait l’expérience de l’éloignement de sa terre », qui, pendant longtemps, a aussi été « une étrangère en Égypte, loin de ses parents et de ses amis ». Il faut avoir confiance car sa « foi a su vaincre les difficultés ».

    Source : Radio Vatican (XS).

    Texte intégral de l'homélie traduite en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Veillée de prière mariale place Saint-Pierre

    Livret de la célébration

    Le Pape François était présent place Saint-Pierre ce samedi soir 8 octobre pour participer au jubilé marial, un jubilé qui s'est ouvert la veille au soir par une Messe solennelle en la Basilique Sainte-Marie Majeure. Avant cette veillée en compagnie du Saint-Père, un temps d’animation était proposé aux pèlerins avec des chants et des prières mariales, durant lequel s'est tenue une procession des délégations provenant des communautés nationales présentes en Italie et des sanctuaires mariaux du monde entier. Une procession qui s'est achevée par la présentation de l’icône de la Vierge « Salus Populi Romani ».

    Dans son intervention, le Pape est revenu sur l'histoire de la miséricorde de Dieu qui se manifeste dans la vie de Jésus, des évènements où la Vierge Marie a toujours été présente. Le Saint-Père est aussi revenu sur le sens de la prière du Rosaire, qui nous permet de nous incarner dans l'histoire.

    La prière du Rosaire est, par de nombreux aspects, la synthèse de l’histoire de la miséricorde de Dieu qui se transforme en histoire de salut pour tous ceux se laissent façonner par la grâce a expliqué le Pape.

    Compte-rendu d'Olivier Bonnel à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Texte intégral des paroles du Pape François traduites en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Méditation - Le Saint Rosaire de la Vierge Marie

    « La vertu que possède le Rosaire pour inspirer à ceux qui prient la confiance d'être exaucés, il l'a également pour émouvoir la miséricorde de la sainte Vierge à notre égard. Il est facile de comprendre combien il lui plaît de nous voir et de nous entendre pendant que, selon le rite, nous tressons en couronne les plus nobles prières et les plus belles louanges. En priant ainsi, nous souhaitons et nous rendons à Dieu la gloire qui lui est due ; nous cherchons uniquement l'accomplissement de sa volonté ; nous célébrons sa bonté et sa munificence, lui donnant le nom de Père et, dans notre indignité, sollicitant les dons les plus précieux : tout cela est merveilleusement agréable à Marie, et vraiment dans notre piété elle glorifie le Seigneur ; car nous adressons à Dieu une prière digne de lui.

    Aux demandes si belles en elles-mêmes et, par leur expression, si conformes à la foi chrétienne, à l'espérance, à la charité, que nous faisons dans cette prière, se joint, pour les appuyer, un titre qui plaît, entre tous, à la Vierge. En effet, à notre voix, paraît s'unir la voix même de Jésus son Fils, qui est le propre auteur de cette formule de prière, dont il nous a donné les termes, et qu'il nous a prescrit d'employer : « Vous prierez donc ainsi ». Lors donc que nous observons ce commandement en récitant le Rosaire, la Vierge est plus disposée, n'en doutons pas, à exercer à notre égard son office plein de sollicitude et de tendresse ; accueillant d'un visage favorable cette guirlande mystique de prières, elle nous récompensera par une large abondance de dons. »

    Pape Léon XIII, Encyclique "Iucunda Semper Expectatione", 8 septembre 1894, Trad. française par les moines de Solesmes in "Le Rosaire dans l'enseignement des Papes", Solesmes, 1984.
    Texte intégral en latin.

    ND_du_Rosaire_chirens_1a.jpg

    Notre-Dame du Saint Rosaire, église de Chirens, Isère (France)
    (Crédit photo)

  • Vendredi 7 octobre 2016

    Le Saint Rosaire de la Vierge Marie
    (Notre-Dame du Rosaire)

    ND_du_Rosaire_Guillaume_Perrier_1b.jpg

    Guillaume Perrier (1600-1656), La remise du rosaire
    Musée des Ursulines de Mâcon (Saône-et-Loire, France)

    (Crédit photo)

  • Prière de St François : Salutation à la Bienheureuse Vierge

    « Je vous salue, ô sainte dame, reine très sainte, Marie, Mère de Dieu, toujours Vierge, choisie du haut du ciel par le Père très saint, consacrée par lui et par son très saint Fils bien-aimé et par l'Esprit consolateur, vous en qui ont été et sont toute plénitude de la grâce et tout bien. Je vous salue, ô palais de Dieu. Je vous salue, son tabernacle. Je vous salue, sa demeure. Je vous salue, son vêtement. Je vous salue, sa servante. Je vous salue, sa mère, et vous toutes, ô saintes vertus, qui, par la grâce et l'illumination du Saint-Esprit, êtes répandues dans les cœurs des fidèles, pour, d'infidèles qu'ils sont, les rendre fidèles à Dieu. »

    St François d'Assise (fêté ce jour), in "Œuvres de Saint François d'Assise" (Quatrième partie, XVII), Traduction, Introduction et Notes par Alexandre Masseron, Éditions Albin Michel, Paris, 1959.

    St François d'Assise,salutation,Vierge Marie,Mère de Dieu,Fils,Esprit-Saint,servante,grâce,tabernacle,demeure,palais,vêtement,vertu

  • Méditation - Prière et recueillement

    « La vie intérieure est une chose primordiale... La vie active est la conséquence de la vie intérieure et n'a de valeur que si elle en dépend. On voudrait tout faire le mieux possible, avec perfection. Mais si ce n'est pas relié à la vie intérieure, cela ne sert de rien. Toute la valeur de notre vie et de notre activité relève de la vie intérieure, la vie de l'amour de Dieu et de la Vierge Marie, l'Immaculée, pas de théories ni de douceurs, mais la pratique d'un amour qui consiste dans l'union de notre volonté à la volonté de l'Immaculée.

    Avant tout et par-dessus tout, nous devons approfondir cette vie intérieure. S'il s'agit vraiment de la vie spirituelle, les moyens surnaturels sont nécessaires. La prière, la prière et seulement la prière est nécessaire pour entretenir la vie intérieure et son épanouissement ; le recueillement intérieur est nécessaire.

    Ne soyons pas inquiets pour des choses sans nécessité, mais doucement et dans la paix, essayons de garder le recueillement de l'esprit et d'être prêts à la grâce de Dieu. Voilà pourquoi le silence nous aide. »

    St Maximilien Kolbe (1894-1941, fêté ce jour), Entretiens spirituels inédits, P. Lethielleux, 1974.

    veilleuse_6a.jpg

  • Prière et Poésie anciennes à Sainte Anne

    « Ô Dieu qui avez daigné conférer à la Bienheureuse Anne la grâce qu'elle méritât de devenir la mère de la Mère de votre Fils unique, accordez-nous, dans votre bonté, que Celle dont nous célébrons la fête nous fasse éprouver le secours de son intercession auprès de Vous. Par le même Notre-Seigneur Jésus-Christ, votre Fils, qui vit et règne avec Vous, dans l'unité du Saint-Esprit, pendant les siècles des siècles. Ainsi soit-il. »

    « Quand un Breton endimanché
    S'en vient prier dame sainte Anne,
    A ses pieds bien agenouillé,
    Il lui dit de toute son âme :

    Bonjour, noble dame saint Anne,
    Comment va la bénignité ?
    Avez-vous encor pour notre âme
    Quelques petits brins de bonté ?

    Ah ! de bien grand cœur je vous confie
    Nos pommiers, nos enfants, nos aïeux,
    Nos défunts, nos espoirs, notre vie,
    Pour avoir paix sur la terre et aux cieux.

    Quand il a dit ses compliments,
    Ses vœux, sa prière, il s'arrête
    Très fier de tous ses arguments :
    A quitter ces lieux il s'apprête.

    Pour dernier adieu plein de cœur,
    Et pour clore ses politesses,
    Il reprend en grande ferveur
    Et l'âme remplie d'allégresse :

    Veuillez bien m'excuser, Madame,
    A votre enfant je veux aussi
    Offrir des vœux brûlants de flamme
    Et vous les exprimer ici.

    Ma femme serait bien contrite
    Si je rentrais sans l'avoir fait ;
    Adieu, Madame, et, s'il vous plaît,
    Bien le bonjour à la Petite. »

    La Divine Hostie, Bulletin mensuel de l'Archiconfrérie de la Messe Réparatrice, Mars 1888 à Décembre 1891, Publié à Bonlieu (Drôme), pp. 479 & 511-512 (juin et juillet 1890)

    Sainte Anne,mère,Vierge Marie,poésie,prière,voeu,Bretagne,Ste Anne d'Auray

  • Méditation - Prière à Notre-Dame

    « Ô Vierge Marie, aidez-nous à assurer à l’Esprit Saint la fidélité qu’Il attend de nous.

    Fortifiez notre foi, si faible parfois, qui doit traverser l’obscurité, passer au-delà de toutes les angoisses, pour aller à Dieu et croire en Lui.

    Aidez-nous aussi à Lui donner la fidélité de l’amour dans toute notre vie, notre vie quotidienne et notre vie à venir.

    Aidez-nous à Lui dire : « Je Vous donne déjà tout l’amour, toute la fidélité d’amour que Vous attendez de moi. Maintenant et dans l’avenir, demain, dans dix ans, dans vingt ans, jusqu’au dernier soupir, que je tienne cette fidélité d’amour ».

    Amen. »

    Vénérable Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus (1894-1967), Fondateur de l’Institut Notre Dame de Vie.
    Le Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus sera béatifié le samedi 19 novembre 2016 à 11h00 au Parc des Expositions d’Avignon (France).

    Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus,prière,Vierge Marie,Esprit Saint,fidélité,foi,amour

  • Audience générale de ce mercredi 8 juin 2016

    Le premier miracle de Jésus accompli à Cana « illumine tout le mystère du Christ et ouvre le cœur des disciples à la foi ». Lors de l’audience générale, ce mercredi, le Pape François, en cette année de la miséricorde, a proposé une méditation sur le récit évangélique des noces de Cana. Le Saint-Père a notamment rappelé que c’est à Cana, que Jésus livre le sens de sa venue parmi nous.

    Commentaire de Xavier Sartre à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Résumé :

    « Frères et sœurs, le premier signe de miséricorde accompli à Cana illumine tout le mystère du Christ et ouvre le cœur des disciples à la foi. Jésus se manifeste comme l’époux du peuple de Dieu et révèle la profondeur de la relation qui nous unit à lui. Le vin exprime l’abondance du banquet et la joie de la fête à laquelle nous sommes appelés. L’ultime recommandation, simple mais essentielle, de la Vierge ­ faites tout ce qu’il vous dira – est le programme de toute vie chrétienne. Il s’agit de s’en remettre à la Parole de Dieu pour faire l’expérience de son efficacité dans la vie. À Cana, Jésus livre le secret de sa personne et le but de sa venue parmi nous : l’époux inaugure les noces qui s’accompliront dans le mystère pascal ; il se lie à ses disciples par une Alliance nouvelle et définitive. »

    « Je salue cordialement les pèlerins de langue française, en particulier le pèlerinage du diocèse de Besançon, avec Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, la Confédération internationale de la Société Saint Vincent de Paul, le Séminaire du Prado de Lyon ainsi que les pèlerins de Suisse, de Belgique et du Canada.
    Chers frères et sœurs, Jésus nous invite, chacun, à la joie de le connaître et de l’aimer. Par l’intercession de la Vierge Marie puissions-nous toujours entendre sa voix et avoir le courage de le suivre.
    Que Dieu vous bénisse ! »

    Source : site internet du Vatican.

    Texte intégral traduit en français sur Zenit.org.

    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

  • Mardi 31 mai 2016

    Fête de Marie Reine
    (fête prescrite par Pie XII en 1954, encyclique Ad Caeli Reginam)

    Couronnement-de-la-Vierge_Diego-Velazquez_1a.jpg

    Diego Velasquez, Le couronnement de la Vierge
    Musée du Prado, Madrid (Espagne)

    (Crédit photo)

     Au nouveau calendrier : Visitation de la Vierge Marie
    (le 2 juillet au calendrier traditionnel)

    visitation-11b.jpg

  • Rappel : le 24 mai, Journée de prière pour l’Église en Chine

    Le 24 mai, en la Mémoire liturgique de la Très Sainte Vierge Marie auxiliatrice, vénérée dans le Sanctuaire de Sheshan, à Shanghai, est célébrée la « Journée de prière pour l’Église en Chine » instituée par Benoît XVI en 2007.

    ND-de-Sheshan-3.jpg

    Dimanche dernier après la prière de l'Angelus, le Pape François a invité les fidèles à prier pour les catholiques en Chine :
    « Mardi 24 mai, nous nous unirons spirituellement aux fidèles catholiques en Chine, qui ce jour-là célébreront avec une dévotion particulière la mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie "Auxiliatrice", vénérée dans le sanctuaire de Sheshan à Shanghai. Demandons à Marie de donner à ses enfants en Chine la capacité de discerner en tout temps les signes de la présence aimante de Dieu, qui accueille toujours, pardonne toujours. En cette année de la miséricorde puissent les catholiques chinois, ainsi que ceux qui suivent d'autres nobles traditions religieuses, devenir un signe concret d'amour et de réconciliation. De cette façon, ils feront la promotion d'une culture authentique de la rencontre et l'harmonie de la société tout entière, cette harmonie qu'aime tant l'esprit chinois. »

    angelus,pape,françois,trinité,beatification,francesco maria greco,journée,prière,catholiques,chine,sheshan

     Cliquer sur l'image ci-dessus pour lire / imprimer la prière à ND de Sheshan

  • Méditation - Pour honorer la Vierge Marie

    « La Salutation angélique est l'une des prières à la bienheureuse Vierge, qui a plus de bénédiction. Elle remplit le ciel de joie et la terre de grâces... C'est donc bien fait de dire une chose si sainte, qui renferme le mystère de l'Incarnation, et tout ce qu’il y a de plus grand en la glorieuse Vierge ; c'est imiter un Ange, c'est faire la volonté de Dieu, c'est parler comme la bienheureuse Élisabeth par le mouvement du Saint Esprit ; c’est suivre l'esprit de l’Église, qui la joint dans tous les Offices avec l’Oraison Dominicale, et qui l'a ordonnée pour nous obtenir des grâces, et particulièrement le don de persévérance à la mort. C’est cette prière avec l’Oraison Dominicale qui compose le Rosaire, enseigné par le grand saint Dominique, et que Dieu a comblé de tant de faveurs...

    Les dévots de la Mère de Dieu ne manquent pas à l'honorer tous les jours ; et c'est l'une des marques qu'ils sont à son service. Cependant ils s'y appliquent encore plus spécialement en certains jours qui lui sont consacrés plus particulièrement. Nous avons parlé des jours de ses fêtes ; mais toutes les semaines l’Église lui dédie le jour du samedi, en faisant célébrer son Office, quand ce jour n'est pas occupé d'autre part...

    Davantage, les dévots de la Reine des anges et des hommes s'appliquent en différentes manières à lui donner des témoignages de leur estime et de leur amour. Ils ont une dévotion spéciale à son très doux nom de Marie ; et il y en a qui l'honorent en récitant le Magnificat, Ave Maris stella, Regina caeli laetare, Inviolata, Ave Regina caelorum : Cantique, Hymne et Antiennes qui commencent par les lettres qui composent son précieux nom de Marie... Saint Bernard, au sermon quatrième de l'Assomption, écrit qu'on ne saurait la nommer sans être embrasé du pur amour ; qu'on ne saurait y penser sans sentir son cœur tout rempli de joie ; que son souvenir apporte la paix, la douceur, la délectation spirituelle, qui est inséparable de sa véritable dévotion. Cette Mère admirable a bien voulu révéler à sainte Brigitte, comme elle l'assure dans ses Révélations, que les Anges se réjouissent entendant son nom, que les Démons tremblent et s'enfuient, que les âmes qui sont dans le Purgatoire en reçoivent du soulagement, et que les Anges gardiens redoublent leurs soins. Cela se doit entendre quand il est bien invoqué. Ô nom précieux ! ô nom sacré ! ô nom aimable ! nom admirable ! nom de douceur ! de consolation et de paix ! nom de protection ! je désire vous révérer tous les jours de ma vie : servez-moi toujours de refuge et d'asile, particulièrement à l'heure de ma mort. Ô mon bon Ange, esprit céleste, au milieu de tous les soins assidus que vous prenez de tout ce qui me regarde avec des bontés inexplicables, redoublez ces soins pour me donner de plus en plus de la vénération et de l'amour pour le très doux nom de Marie, pour la gloire du divin nom de Jésus, par lequel le nom de Marie est grand au ciel et en la terre, le tout se terminant à la très adorable Trinité, qui est la fin de toutes choses. »

    Vénérable Henri-Marie Boudon (1624-1702), La dévotion à l'Immaculée Vierge Marie Mère de Dieu (Livre Troisième, Pratique V), A Paris, Chez Jean-Thomas Hérissant, 1749.

    Henri-Marie Boudon,Vierge Marie,Salutation angélique,Rosaire,Ave Maria,Magnificat,Ave Maris stella,Regina caeli laetare,Inviolata,Ave Regina caelorum,nom,Marie,saint Bernard,sainte Brigitte,saint Dominique

    Fra Angelico (v.1395–1455), Vierge d'humilité
    National Gallery of Art, Washington, D.C.

    (Crédit photo)

  • Un très beau film sur les apparitions de Notre-Dame à Fatima

  • Dimanche 1er mai 2016

    St Joseph Artisan, époux de la Bse Vierge Marie

    St Joseph,Artisan,époux,Vierge Marie

     
  • Méditation : l'Ave Maria et le saint Rosaire

    « L'Ave Maria bien dit, c'est-à-dire avec attention, dévotion et modestie, est, selon les saints, l'ennemi du diable, qui le met en fuite, et le marteau qui l'écrase, la sanctification de l'âme, la joie des anges, la mélodie des prédestinés, le cantique du Nouveau Testament, le plaisir de Marie et la gloire de la Très Sainte Trinité. L'Ave Maria est une rosée céleste qui rend l'âme féconde ; c'est un baiser chaste et amoureux qu'on donne à Marie, c'est une rose vermeille qu'on lui présente, c'est une perle précieuse qu'on lui offre, c'est un coup d'ambroisie et de nectar divin qu'on lui donne. Toutes ces comparaisons sont des saints.

    Je vous en prie donc instamment, par l'amour que je vous porte en Jésus et en Marie, de ne vous pas contenter de réciter la petite couronne de la Sainte Vierge, mais encore votre chapelet, et même, si vous en avez le temps, votre rosaire, tous les jours, et vous bénirez, à l'heure de votre mort, le jour et l'heure que vous m'avez cru ; et, après avoir semé dans les bénédictions de Jésus et de Marie, vous recueillerez des bénédictions éternelles dans le ciel : Qui seminat in benedictionibus, de benedictionibus et metet (1). »

    1. 2Co 9, 6 : "Ceux qui sèment des bénédictions recueilleront des bénédictions".

    St Louis-Marie Grignion de Montfort (fêté ce jour), Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge (253,254), in "Œuvres complètes", Éditions du Seuil, Paris, 1966.

    Reine-Saint-Rosaire-1a.jpg

  • Méditation : Annonciation de la Bienheureuse Vierge Marie

    « Quelle humilité d'abord en Marie ! L'Ange l'appelle pleine de grâces ; et elle ne s'estime qu'une pauvre indigente, qui n'a rien que ce qu'elle a reçu du Seigneur. L'Ange l'appelle bénie entre toutes les femmes ; et elle ne s'estime qu'une femme de rien, que Dieu a élevée par bonté pure. L'Ange lui dit : Vous avez trouvé grâce devant Dieu ; et elle répond : C'est qu'il a regardé ma bassesse. L'Ange lui dit enfin : Vous êtes mère de Dieu ; et elle répond : Je suis sa servante. Tant d'humilité lui vaut de devenir à l'instant mère de Dieu, dit saint Bernard. Oh ! qu'il est donc bien vrai que les eaux de la grâce descendent dans les âmes humbles, ainsi que les pluies du ciel dans les vallées profondes, et que, comme les métaux précieux se trouvent cachés dans les entrailles de la terre et les perles au fond de la mer, c'est dans les âmes humbles que Dieu fonde les plus hautes vertus. L'humilité plaît tant à Dieu, qu'en venant sur la terre il en fait sa vertu propre et spéciale.

    Pour le comprendre, élevons-nous par delà tous les cieux, avançons-nous de hauteurs en hauteurs jusqu'à cette sublime solitude où le place l'excellence infinie de son être, à une distance incommensurable de tout être créé. Voilà le point de départ qui nous servira à mesurer l'humilité du Verbe incarné. Il descend d'abord à l'ordre brillant des séraphins ; déjà pour un Dieu la descente est immense : c'est l'infini à traverser ; il descend, il descend encore, il arrive jusqu'à notre nature. C'est dans notre boue qu'il veut sa majesté. Mais dans cette boue, il y a divers degrés. Il est de la boue qui brille sous l'éclat de l'or et de la pourpre. Faux éclat sans doute ; mais enfin cela brille : le Verbe de Dieu n'en veut pas. Il descend donc toujours : il trouve une étable d'abord, puis une chaumière d'ouvrier ; il trouve une pauvre ouvrière ignorée qui gagne son pain en travaillant : il descend encore, et il se cache dans ses entrailles ; il élit en cette obscure prison son premier domicile sur la terre. O abîme d'humilité ! Qui après cela voudra encore de l'estime et de la gloire ? qui voudra se montrer, se faire regarder, se faire applaudir ? qui n'aimera la vie cachée ? »

    Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874), curé de Saint Sulpice, Méditations à l'usage du clergé et des fidèles pour tous les jours de l'année (Tome I, 25 mars : Fête de l'Annonciation, Second Point), Paris, Victor Lecoffre, 1886.

    Abbé Hamon,Annonciation,Vierge Marie,humilité,ange,servante,St Bernard,Verbe,Dieu,incarnation,vie cachée

  • Lundi 4 avril 2016

    Annonciation de la Bienheureuse Vierge Marie
    (transférée du 25 mars)

    Annonciation,Bienheureuse,Vierge Marie,4 avril,25 mars,Seigneur

    Bartolomé Esteban Murillo (1617-1682), La Vierge de l'Annonciation
    Musée du Prado, Madrid (Espagne)

  • Jacqueline Aubry rappelée à Dieu le 15 mars 2016

    Jacqueline Aubry, aînée des voyantes de l'Ile-Bouchard, a été rappelée à Dieu le 15 mars 2016, à l’âge de 80 ans à la maison de retraite de Saint-Louans, sur la commune de Chinon (37), entourée de la prière des sœurs Augustines et de quelques proches.

    Sa sépulture

    • Sa sépulture sera célébrée en l’église Saint-Gilles de L’Ile-Bouchard, à une date en cours de fixation à l’heure où nous mettons en ligne l’article.
    • En raison de l’affluence attendue : retransmission vidéo à l’Accueil Notre-Dame.
    • L’inhumation au cimetière Saint-Gilles se fera dans l’intimité.
    • A l’issue, un verre de l’amitié sera proposé à l’Accueil Notre-Dame sur le parvis de l’église Saint-Gilles.

    Chapelle ardente

    Les paroissiens et les pèlerins pourront venir se recueillir dans la chapelle ardente, à l’Accueil Notre-Dame, sur le parvis de l’église saint-Gilles, de 9h à 11h (messe à l’église à 11h15) et de 14h à 18h15 (messe à l’église à 18h30).

    Source et renseignements complémentaires : Sanctuaire de L'Ile Bouchard.

    L'Ile Bouchard - Témoignage de Jacqueline Aubry