Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi

  • Regina Caeli du Lundi de Pâques

    La fraternité, le dialogue et la relation à l’autre sont les fruits de Pâques : lors de la prière du Regina Caeli, le Pape François, au lendemain de Pâques, est revenu sur les nouveautés qu’a apporté la Résurrection du Christ.

    Compte rendu de Xavier Sartre sur Vatican.News.

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

  • « Marie Mère de l'Eglise » célébrée le lundi après la Pentecôte

    Conformément à la volonté du Pape François, la mémoire de Marie Mère de l’Église est désormais obligatoire pour toute l’Église de rite romain, le lundi après la Pentecôte. La Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements a publié ce samedi 3 mars un décret en ce sens, signé le 11 février 2018, date du cent-soixantième anniversaire de la première apparition de la Vierge à Lourdes.

    Explications de Marie Duhamel sur Vatican.News.

    Texte intégral du Décret en français sur le site internet du Vatican.

  • Lundi 18 décembre 2017 : Les Grandes Antiennes "Ô" - Ô Adonai

    Lundi de la 3ème Semaine de l’Avent

    Cantarte Regensburg
     
    O Adonai, et Dux domus Israel, qui Moysi in igne flammæ rubi apparuisti, et ei in Sina legem dedisti : veni ad redimendum nos in bracchio extento.
    O Adonaï, guide du peuple d'Israël, qui êtes apparu à Moïse dans le feu du buisson ardent, et lui avez donné vos commandements sur le mont Sinaï, armez votre bras, et venez nous sauver.

    Commentaires sur les grandes Antiennes « Ô » par Dom Guéranger (dans « l’Année Liturgique »)
     
    NB : Sur la Fête de l'Expectation de l'Enfantement de la Sainte Vierge, voir notre note publiée le 18 décembre 2014.
  • Méditation - Lundi des Rogations

    « L'origine des Rogations ou des trois jours de prières publiques et d'abstinence qui précèdent immédiatement l'Ascension, remonte à Saint Mamert, évêque de Vienne en Dauphiné, au cinquième siècle. Depuis que les Bourguignons avaient envahi cette partie de la Gaule Viennoise, il ne s'était point passé d'année où le pays n'eût été affligé de grandes calamités, regardées comme des châtiments du ciel. La désolation était générale. L'année 470 fut surtout fatale pour la ville de Vienne. Ce fut alors que le saint évêque, pour fléchir la divine justice, fit vœu d'établir tous les ans des Rogations (*) ou prières publiques et des processions [litanie mineure], dans son diocèse. Le peuple ratifia le vœu de son pasteur. Celui-ci fixa les Rogations aux trois jours qui précèdent l'Ascension, prescrivit le jeûne et indiqua pour stations ou termes de la procession trois églises hors de l'enceinte de la ville. Les Rogations eurent le plus heureux résultat : les fléaux cessèrent. Les autres évêques des Gaules les adoptèrent successivement dans leurs diocèses ; et le pape Léon III, sur la fin du huitième siècle, les rendit obligatoires pour toute l’Église latine. Mais en considération du temps pascal il supprima le jeûne et ne conserva que l'abstinence. »

    Père Bruno Vercruysse, Nouvelles méditations pratiques pour tous les jours de l'année..., Braine-le-Comte - Paris, Charles Lelong - Jouby et Roger, 1874.

    (*) : du latin rogo,avi,atum,are : I. interroger, questionner. II. chercher à obtenir en priant, prier, solliciter, faire une requête - rogatio,onis : action de demander, demande, question ; prière, sollicitation, requête.

    lundi,rogations,,prière,litanies,procession,abstinence

  • Lundi 22 mai 2017

    Lundi des Rogations

     

    En certains endroits : Ste Rita de Cassia
    « Sainte Patronne des causes perdues et des causes désespérées »

    Diffusion en direct de Nice de la Fête de Sainte Rita 2017 :

    - Messe solennelle du lundi 22 mai à 11h00
    présidée par Monseigneur Jean Bonfils, Évêque émérite de Nice.

    - Supplique à Sainte Rita du lundi 22 mai à 14h00
    méditation du Rosaire par le Père Didier Vernay, o.p., Recteur de l'Église Saint François de Paule à Nice,
    avec lecture des « requêtes » des fidèles.

    Sainte_Rita_22_mai_2017_600.jpg

    Le 22 mai est un grand jour de fête pour tous ceux et celles qui aiment et prient Sainte Rita.

    A Nice, tout au long de la journée, les célébrations eucharistiques réunissent les fidèles qui viennent prier.

    A la fin de chaque célébration les roses sont bénies et les fidèles peuvent les porter aux malades en signe de solidarité et de fraternité.

    - Consulter le programme de la Fête de Sainte Rita

    - Déposer votre requête

  • Méditation - Mardi des Rogations : la ferveur dans la prière

    « La ferveur dans la prière n'est autre chose que ces désirs ardents d'être exaucés qui s'exhalent en pieux gémissements par lesquels, sous l'inspiration de l'Esprit-Saint, on prie Dieu comme un enfant, dans une extrême détresse, prie et sollicite un père (1). [...] Pour comprendre combien fervents doivent être les désirs dont il faut accompagner la prière, il suffit de considérer la grandeur soit des biens que nous prions Dieu de nous accorder, soit des maux dont nous le prions de nous préserver.

    Nous lui demandons les dons de son Esprit-Saint ; ses grâces, dont la moindre vaut mieux que tous les empires ; ses vertus, dont la moindre participation l'emporte sur tous les trésors imaginables. Nous lui demandons le sang adorable de son Fils, ses mérites, son humilité, sa charité, sa douceur, toutes ses perfections. Or n'est-il pas évident que des biens si grands doivent être grandement désirés ; que les demander avec indifférence ou même avec peu d'ardeur, c'est en méconnaître l'excellence, c'est s'en rendre indigne ?

    Les grandes choses doivent être demandées avec grande affection, et la véhémence du désir doit être proportionnée à leur excellence. Examinons si c'est ainsi que nous demandons à Dieu ses grâces. »

    1. Rom. VIII, 26, 15.

    Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874), curé de Saint Sulpice, Méditations à l'usage du clergé et des fidèles pour tous les jours de l'année, Tome II (Mardi des Rogations, Premier Point), Paris, Victor Lecoffre, 1886.

    Abbé Hamon,Lundi,Rogations,prière,ferveur

  • Méditation - Lundi des Rogations - Une confiance filiale dans la prière

    « Ô mon Dieu, ne connaissez-vous pas tous mes besoins, puisque rien n'échappe à votre science infinie ? ne pouvez-vous pas les soulager, puisque vous êtes le Tout-Puissant ? ne voulez-vous pas les soulager, puisque vous êtes le Dieu infiniment bon, qui aime tant à se communiquer, qu'on dirait que vous avez comme un besoin de donner, égal au besoin que nous avons de recevoir ? « Vous avez, dit saint Augustin, placé à la porte de votre palais la miséricorde, avec mission d'accueillir tous ceux qui se présentent, de blâmer et de convier ceux qui tardent à venir. Vous n'avez encore rien demandé, leur criez-vous : demandez, et vous recevrez ; frappez, et l'on vous ouvrira. Mes anges sont là, non pour vous fermer la porte, mais pour vous l'ouvrir ; non pour vous repousser, mais pour vous introduire ; non pour éloigner vos requêtes, mais pour les présenter et les appuyer. Venez donc ; frappez avec confiance : je ne laisserai point périr de faim le juste à ma porte. » - « Je le crois, ô mon Dieu ! dit ailleurs le même saint Docteur ; car votre porte aime à voir une affluence de suppliants qui frappent, qui crient, qui importunent ; vos trésors souffrent et s'affligent de n'être point demandés et de ne point se répandre. »

    Aussi voulez-vous être appelé du nom de Père, plutôt que du nom de Juge et de Seigneur, pour nous montrer qu'ayant envers nous un amour de père, vous voulez que nous ayons envers vous une confiance d'enfant. Et comment ne l'aurais-je pas, Seigneur ? Si les hommes, tout méchants qu'ils sont, ne donnent pas à leurs enfants un caillou pour du pain, un serpent pour un poisson, un scorpion pour un œuf, vous le plus tendre des pères, pourriez-vous nous refuser votre esprit et vos grâces, vous dont la science sait tout, dont la puissance peut tout, et dont la bonté nous veut tant de bien ?

    O Dieu ! mon Père, je vous dirai donc avec David : J'ai mis en vous ma confiance. Je suis un pupille qui n'a d'autre soutien que vous (1) ; je fais appel à votre coeur, et il me semble l'entendre qui me répond : Confiez-vous en moi, je suis le père des orphelins (2).

    - Est-ce avec cette confiance filiale que nous parlons à Dieu dans la prière ? »

    1. Ps. X, sec Hebr., 14. - 2. Ps. LXVII, 6.

    Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874), curé de Saint Sulpice, Méditations à l'usage du clergé et des fidèles pour tous les jours de l'année, Tome II (Lundi des Rogations, Premier Point), Paris, Victor Lecoffre, 1886.

    Abbé Hamon,Lundi,Rogations,confiance,enfant,prière,supplier,donner,recevoir,miséricorde,puissance,bonté

  • Lundi de Pâques : Regina Caeli avec le Pape François

    En ce Lundi de Pâques, le Pape François a pris la parole à midi depuis la fenêtre des appartements pontificaux, pour la prière du Regina Caeli, qui remplace l’Angélus en ce temps pascal.

    « Aujourd’hui aussi, nous nous tenons devant la tombe vide de Jésus, et nous méditons avec étonnement et reconnaissance le grand mystère de la résurrection du Seigneur. La vie a vaincu la mort. La miséricorde et l’amour l’ont emporté sur le péché ! » s’est exclamé le Saint-Père, tout en rappelant qu’il « faut de la foi et de l’espérance pour s’ouvrir à ce nouveau et merveilleux horizon ».

    « Au cours de cette Année jubilaire nous sommes appelés à redécouvrir et à accueillir avec une particulière intensité la réconfortante annonce de la Résurrection. "Christ mon espérance, est ressuscité". Si Christ est ressuscité, nous pouvons regarder avec des yeux et un cœur nouveaux chaque nouvel événement de notre vie, aussi les plus négatifs. Les moments d’obscurité, d’échec et de péché peuvent se transformer et annoncer un chemin nouveau. Quand nous avons touché le fond de notre misère et de notre faiblesse, le Christ ressuscité nous donne la force de nous relever. Si nous nous confions à Lui, Sa grâce nous sauve ! », a rappelé le Pape François. Il a appelé les fidèles présents sur la Place Saint-Pierre a répéter plusieurs fois à haute voix cette parole : « Christ, mon espérance, est ressuscité ».

    Souhaitant à tous de « traverser dans la joie et la sérénité cette semaine durant laquelle se prolonge la joie de Pâques », il leur a conseillé de lire chaque jour, pendant 5 minutes, un extrait de l’Évangile, qui parle de cet évènement de la Résurrection.

    Le Pape s'est ensuite exprimé sur le tragique attentat qui a fait plusieurs dizaines de morts dans un parc municipal de Lahore, au Pakistan.

    Source : Radio Vatican (CV).

    Texte intégral traduit en français sur Zenit.org.

    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

  • Méditation : « Vous êtes ressuscités avec le Christ. » (Col. III, 1)

    « Même dans les heures sombres, garde toujours ta volonté de joie, ta volonté d'optimisme, non l'optimisme satisfait qui croit que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais l'optimisme surnaturel et viril. Aie confiance dans la vie ; combats tout ce qui mène à être sceptique, désabusé, fatigué de l'existence. Les événements extérieurs sont heureux ou malheureux selon la qualité de l'âme sur laquelle ils font impression. Pour toi, il faut que tout contribue à ton bien. Il faut que tu saches sourire à la lutte, à l'adversité comme à la prospérité. Aime à te baigner dans ce qu'il y a de beau et de bon dans la vie ; fuis tout ce qui est malsain, démoralisant ; aime le travail, sois généreux et bon ; et tu ne manqueras pas d'envisager de plus en plus la vie avec confiance, sérénité et joie. Que la conscience de ta condition de ressuscité éveille et ranime en toi l'amour et la valeur de la vie, l'enthousiasme pour tout ce qu'il y a de grand et de noble ! »

    Dom Idesbald Van Houtryve, o.s.b. (1886-1964), La Vie dans la Paix Tome II (Livre dixième chap.4), Abbaye du Mont César, Louvain, 1944.

    Dusk_afternoon_1a.jpg

    Maurizio Fecchio, Dusk afternoon - © Maurizio51
    Reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur

  • Lundi 16 mars 2015

    Lundi de la quatrième semaine de Carême

     Calendrier liturgique et sanctoral

  • Lundi 2 mars 2015

    Lundi de la deuxième semaine de Carême

     Calendrier liturgique et sanctoral

  • Lundi 12 janvier - 10h30 : Voeux du Pape François au Corps diplomatique

    « Il existe une tendance au refus qui nous concerne tous, qui nous conduit à ne pas regarder le prochain comme un frère à accueillir, mais qui nous porte à le laisser en dehors de notre propre horizon de vie, à le transformer en adversaire à dominer ».

    Ce sont quelques-unes des paroles fortes prononcées par le Pape François ce lundi alors qu’il recevait au Vatican l’ensemble du Corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège. Le Pape n’a pas hésité à parler « du cœur endurci de l’humanité ». « Il s’agit d’une mentalité, a-t-il souligné, qui génère cette culture du rejet qui n’épargne rien ni personne : des créatures, aux êtres humaines et jusqu’à Dieu même. De là naît une humanité blessée et continuellement lacérée par les tensions et les conflits de toutes sortes ».

    Source : Radio Vatican.


    Discours, texte intégral en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Lundi 09 juin 2014

    Calendrier liturgique

  • Lundi des Rogations

    Origine des Rogations, par Dom Guéranger

  • Lundi 9 décembre 2013

    Calendrier liturgique

    (La fête de l'Immaculée Conception de la Vierge Marie est fêtée ce 9 décembre au nouveau calendrier)

  • 14 mai : Sanctoral

    Saint Matthias, apôtre

    Sainte Théodore Guérin,

    religieuse fondatrice des Soeurs de la Providence (1798-1856)
    canonisée le 15 octobre 2006

    Saint Michel Garicoïts, confesseur (1797-1863)

    fondateur des Prêtres du Sacré-Coeur de Jésus de Betharram

     

    Au calendrier traditionnel :

    Lundi des Rogations

    Mémoire de Saint Boniface, martyr (+ 754)

     

  • 9 avril : Toute l'année avec les Pères de l'Eglise

    « "Pourquoi donc chercher parmi les morts celui qui est vivant ?" Celui qui est déjà ressuscité pour une vie qui ne finira pas, pourquoi le cherchez-vous aujourd’hui dans un tombeau ? Rappelez-vous donc ! Il vous l’avait bien dit en Galilée : le Fils de l’homme devait être livré aux mains des pécheurs ; mais crucifié, après trois jours, il devait ressusciter. Ce message angélique, tous les fidèles de l’Église le connaissent bien, s’ils l’ignoraient, comment pourraient-ils se dire fidèles ? Et nous, ce message sans cesse rappelons-nous le ! Ce message de Résurrection d’un cœur assidu, méditons-le ! Le Fils de Dieu a voulu se faire Fils de l’homme ; aujourd’hui à qui donne sa foi, en retour il permet d’être fils. Lui qui s’est livré volontairement aux mains des pécheurs, aujourd’hui, du milieu des pécheurs il vient nous rassembler ; du pouvoir des esprits mauvais, il vient nous libérer. En effet, le troisième jour après sa mort sur la croix, il est vraiment ressuscité. La force de souffrir pour son Nom, l’espérance de vivre pour lui, il nous en fait aujourd’hui le don. Mais ce mystère de l’Économie divine sans cesse gardons-le présent et surtout faisons-en mémoire quand, de la bienheureuse Passion, sur l’autel, le sacrement se renouvelle, force irrésistible de Résurrection éternelle ! Deux morts pesaient sur la nature humaine accablée : mort de l’âme sous le poids du péché ; mort de la chair pour la peine due à la faute À ces deux morts nous avons été livrés. Mais est venu le Médiateur, l’homme-Dieu, Jésus-Christ ! Entre deux nuits, un jour au tombeau, il a voulu dormir ; mais la lumière du Ressuscité de toute mort a eu raison ! »


    Saint Bède le Vénérable, au VIIIe siècle, Homélie sur Luc 24.


    Source : Portail Internet des Fraternités de Jérusalem

  • 9 avril : Lundi de Pâques

    Grande doxologie

    du Lundi de Pâques


    (La grande doxologie est le "Gloria in excelsis Deo", omis durant l'Avent et le Carême - La petite doxologie est le "Gloria Patri")

  • 9 avril : Antienne de l'Offertoire de la Messe

    Offertoire de la Messe traditionnelle du Lundi de Pâques :
    Ant. ad Offertorium. Matth. 28, 2, 5 et 6.




    Pâques / Angelus Domini / Schola Bellarmina


    Angelus Dómini descéndit de cælo, et dixit muliéribus : Quem quæritis, surréxit, sicut dixit, allelúia.

    Un Ange du Seigneur descendit du ciel et dit aux femmes : Celui que vous cherchez est ressuscité, comme il l’a dit, alléluia.

     

     

  • 9 avril : Lundi de Pâques

    Lundi de Pâques

    « Dans l'octave de Pâques, honorez la vie nouvelle et ressuscitée de Jésus Christ, sa vie glorieuse, son entrée dans la jouissance paisible de sa souveraineté, la manière dont agit cette vie nouvelle en sa sainte Mère, sainte Madeleine et toutes les âmes qu'il a daigné appeler alors et depuis à cette sainte participation. Jésus est au comble de sa gloire. Il ne peut plus rien perdre. Honorez cette vérité. »

    Cardinal Pierre de Bérulle (1575-1629).

    « Durant cette semaine, la joie de la Résurrection remplissait tous les cœurs et occupait tous les instants. Les conciles publièrent des canons qui érigeaient en loi cette pieuse coutume. Celui de Mâcon, en 585, formulait ainsi son décret : "Nous devons tous célébrer et fêter avec zèle notre Pâque, dans laquelle le souverain Prêtre et Pontife a été immolé pour nos péchés, et l’honorer par notre exactitude à garder les prescriptions qu’elle impose. Nul ne se permettra donc aucune œuvre servile durant ces six jours (qui suivaient le Dimanche) ; mais tous se réuniront pour chanter les hymnes de la Pâque, assistant avec assiduité aux sacrifices quotidiens, et se rassemblant pour louer notre créateur et régénérateur, le soir, le matin et à midi." Les conciles de Mayence (813) et de Meaux (845) établissent les mêmes prescriptions. Nous les retrouvons en Espagne, au VIIe siècle, dans les édits des rois Recesvinthe et Wamba. L’Église grecque les renouvela dans son concile in Trullo ; Charlemagne, Louis le Pieux, Charles le Chauve, les sanctionnèrent dans leurs capitulaires ; les canonistes des XIe et XIIe siècles, Burkard, saint Yves de Chartres, Gratien, nous les montrent en usage de leur temps ; enfin Grégoire IX essayait encore de leur donner force de loi dans une de ses Décrétales, au XIIIe siècle. Mais déjà, en beaucoup de lieux, cette observance avait faibli. Le concile tenu à Constance, en 1094, réduisait la solennité de la Pâque au lundi et au mardi qui suivent le grand Dimanche... Elle ne tarda pas à s’étendre dans tout l’Occident, et forma le droit commun pour la célébration de la Pâque, jusqu’à ce que le relâchement croissant toujours, on ait obtenu successivement du Siège Apostolique la dispense de l’obligation de férier le Mardi, et même le Lundi, en France, après le Concordat de 1801.

    Pour avoir l’intelligence de la Liturgie des jours qui vont se succéder jusqu’au dimanche in Albis, il est donc nécessaire de se souvenir constamment de nos néophytes toujours présents avec leurs robes blanches à la Messe et aux offices divins. Les allusions à leur récente régénération sont continuelles, et se montrent sans cesse dans les chants et dans les lectures que la sainte Église emploie durant tout le cours de cette solennelle Octave. »

    Dom Prosper Guéranger (1805-1875), in L’Année Liturgique, Le Temps Pascal Tome I, Lundi de Pâques, Tours, Maison Alfred Mame et Fils, 1920 (19e éd.)."

    ... Et nous-mêmes, comment allons-nous vivre notre semaine ?
    Honorerons-nous toujours Jésus-Christ ressuscité ?
    Joindrons-nous à nos prières ces baptisés de Pâques, membres nouveaux du Corps du Christ ?
    Demeurerons-nous, malgré les épreuves et les imprévus de la route, dans la Joie pascale ?

    chemin-fleurs-1.jpg