Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

france

  • Mercredi 15 août 2018

    Assomption de la Sainte Vierge
    patronne de la France

    Assomption_Guido-Reni_2a.jpg

    Guido Reni (1575-1642), L'Assomption (1617)
    (Crédit photo)

  • Mardi 3 octobre 2017

    Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus
    copatronne secondaire de la France

    Sainte_Therese_Lisieux_3bb.jpg

    Au nouveau calendrier : de la férie

  • Sainte-Pétronille : Messe en l’honneur de la France célébrée en la Basilique Saint-Pierre

    Sainte-Pétronille,Messe,honneur,France,Basilique,Saint-Pierre

    Le Guerchin (1591-1666), Funérailles et apothéose de Sainte Pétronille
    Musées du Capitole (Pinacoteca Capitolina), Rome

    Cette Messe est célébrée chaque année le 31 mai (en plus de celle du 13 décembre), jour de la Sainte-Pétronille, reconnue depuis Charlemagne comme patronne des rois de France à Rome.
    Cette année, le jour de la fête coïncidant avec l’Audience générale du mercredi, la Messe est anticipée à ce mardi 30 mai.
    Elle sera célébrée à la Basilique Saint-Pierre par Mgr Jean Lafitte, prélat de l’Ordre souverain de Malte, dans la chapelle latérale droite dédiée à la sainte.
    Pétronille, vierge romaine martyre au Ier siècle baptisée par saint Pierre, est considérée comme la fille spirituelle de saint Pierre.

    Source : Agence I.Media

    - Homélie de Mgr Jean Laffitte (texte intégral) sur Zenit.org.

  • Mardi 30 mai 2017

    De la férie
     
    En France : Ste Jeanne d'Arc, vierge,
    patronne secondaire de la France

    Sainte_Jeanne-d-Arc_Hermann_Anton_vision_1a.jpg

    Hermann Anton Stilke (1803-1860), Vision de Jeanne d'Arc
    Panneau gauche du Triptyque ‘La vie de Jeanne d'Arc’
    Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg, Russie

  • Méditation - La vocation de la France

    « A la France d'aujourd'hui qui l'interroge, la France d'autrefois va répondre en donnant à cette hérédité son vrai nom : la vocation. Car les peuples, comme les individus, ont aussi leur vocation providentielle ; comme les individus, ils sont prospères ou misérables, ils rayonnent ou demeurent obscurément stériles, selon qu'ils sont dociles ou rebelles à leur vocation. [...]

    Soyez fidèles à votre traditionnelle vocation ! Jamais heure n'a été plus grave pour vous en imposer les devoirs, jamais heure plus belle pour y répondre. Ne laissez pas passer l'heure, ne laissez pas s'étioler des dons que Dieu a adaptés à la mission qu'Il vous confie ; ne les gaspillez pas, ne les profanez pas au service de quelque autre idéal trompeur, inconsistant ou moins noble et moins digne de vous ! [...]

    « Mes frères, aimez ! Amate, fratres ! »

    Tout ce monde qui s’agite au dehors, et dont le flot, comme celui d’une mer déchaînée, vient battre incessamment de son écume de discordes et de haine les rives tranquilles de cette cité, de cette île consacrée à la Reine de la paix, Mère du bel amour ; ce monde-là, comment trouvera-t-il jamais le calme, la guérison, le salut, si vous-mêmes, qui, par une grâce toute gratuite, jouissez de la foi, vous ne réchauffez pas la pureté de cette foi personnelle à l’ardeur irrésistible de l’amour, sans lequel il n’est point de conquête dans le domaine de l’esprit et du cœur ? Un amour qui sait comprendre, un amour qui se sacrifie et qui, par son sacrifice, secourt et transfigure ; voilà le grand besoin, voilà le grand devoir d’aujourd’hui. Sages programmes, larges organisations, tout cela est fort bien ; mais, avant tout, le travail essentiel est celui qui doit s’accomplir au fond de vous-mêmes, sur votre esprit, sur votre cœur, sur toute votre conduite. Celui-là seul qui a établi le Christ roi et centre de son cœur, celui-là seul est capable d’entraîner les autres vers la royauté du Christ. La parole la plus éloquente se heurte aux cœurs systématiquement défiants et hostiles. L’amour ouvre les plus obstinément fermés. [...]

    « Veillez, mes frères ! Vigilate, fratres ! »

    Vigilate ! C’est qu’il ne s’agit plus aujourd’hui, comme en d’autres temps, de soutenir la lutte contre des formes déficientes ou altérées de la civilisation religieuse et la plupart gardant encore une âme de vérité et de justice héritée du christianisme ou inconsciemment puisée à son contact ; aujourd’hui, c’est la substance même du christianisme, la substance même de la religion qui est en jeu ; sa restauration ou sa ruine est l’enjeu des luttes implacables qui bouleversent et ébranlent sur ses bases notre confinent et avec lui le reste du monde.

    Le temps n’est plus des indulgentes illusions, des jugements édulcorés qui ne voulaient voir dans les audaces de la pensée, dans les errements du sens moral qu’un inoffensif dilettantisme, occasion de joutes d’écoles, de vains amusements de dialecticiens. L’évolution de ces doctrines, de ces principes touche à son terme ; le courant, qui insensiblement a entraîné les générations d’hier, se précipite aujourd’hui et l’aboutissement de toutes ces déviations des esprits, des volontés, des activités humaines, c’est l’état actuel, le désarroi de l’humanité, dont nous sommes les témoins, non pas découragés, certes ! mais épouvantés.

    Une grande partie de l’humanité dans l’Europe actuelle est, dans l’ordre religieux, sans patrie, sans foyer. Pour elle, l’Église n’est plus le foyer familial ; Dieu n’est plus le Père ; Jésus-Christ n’est plus qu’un étranger. Tombé des hauteurs de la révélation chrétienne, d’où il pouvait d’un coup d’œil contempler le monde, l’homme n’en peut plus voir l’ordre dans les contrastes de sa fin temporelle et éternelle ; il ne peut plus entendre et goûter l’harmonie en laquelle viennent se résoudre paisiblement les dissonances. Quel tragique travail de Sisyphe que celui qui consiste à poursuivre la restauration de l’ordre, de la justice, de la félicité terrestre, dans l’oubli ou la négation même des relations essentielles et fondamentales ! [...]

    Ô Mère céleste, Notre Dame, vous qui avez donné à cette nation tant de gages insignes, de votre prédilection, implorez pour elle votre divin Fils ; ramenez-la au berceau spirituel de son antique grandeur, aidez-la à recouvrer, sous la lumineuse et douce étoile de la foi et de la vie chrétienne, sa félicité passée, à s’abreuver aux sources où elle puisait jadis cette vigueur surnaturelle, faute de laquelle les plus généreux efforts demeurent fatalement stériles, ou tout au moins bien peu féconds ; aidez-la aussi, unie à tous les gens de bien des autres peuples, à s’établir ici-bas dans la justice et dans la paix, en sorte que, de l’harmonie entre la patrie de la terre et la patrie du ciel, naisse la véritable prospérité des individus et de la société tout entière. »

    Cardinal Eugenio Pacelli (futur Pie XII), in "Celui qui était hier le Cardinal Pacelli et qui est aujourd'hui Pie XII vous parle de la Vocation de la France - Discours prononcé à Notre-Dame de Paris - le 13 juillet 1937 - par le Cardinal Pacelli", Imp. Gibert-Clarey, 1937.

    Christ_Roi_14a.jpg

  • Lundi 3 octobre 2016

    Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus
    religieuse (carmélite) et docteur de l’Église,
    patronne secondaire de la France et des missions

    (fête avancée au 1er octobre au nouveau calendrier)

    Sainte_Therese_Lisieux_3bb.jpg

  • Méditation - Saint Michel et la France

    « A chaque nation, comme à chaque individu, Dieu a donné un Ange tutélaire, un Ange pour la guider, l'éclairer dans sa marche à travers les siècles ; la soutenir, la protéger dans ses luttes avec les autres peuples, tant qu'elle reste fidèle à sa mission providentielle. Tel est l'enseignement des Pères de l’Église et de la Sainte Écriture.

    Quel est donc l'Ange gardien de la France ? C'est Saint Michel, prince des phalanges célestes et glorieux vainqueur de Lucifer.

    Comme Dieu avait autrefois choisi les Hébreux parmi les nations païennes, pour conserver et défendre, sous l'égide de Saint Michel, la gloire de son nom ; ainsi a-t-il élu le peuple Franc pour être, parmi les nations chrétiennes et sous les auspices du grand Archange, le bouclier et l'épée de son Église.

    Cet honneur, ce privilège divin semble tout d'abord réservé à Constantin, qui tire l'épouse du Christ des catacombes ; mais ses successeurs ne comprennent pas leur mission ; ils ne répondent pas à l'appel divin, et ils disparaissent devant les invasions barbares. Alors Saint Michel, apparaissant au mont Gargan, cherche un nouveau peuple pour défendre l’Église de Dieu que l'arianisme essayait d'étouffer de toutes parts.

    Ce nouveau peuple de Dieu est trouvé ; c'est le peuple Franc violemment implanté sur le sol gaulois, peuple ignorant de la foi chrétienne, mais de pur de toute hérésie. Son chef, tout païen qu'il est, a même pleuré au récit de la passion du Sauveur.

    Pour mieux signaler et cimenter son alliance avec le peuple Franc, Dieu lui envoie son Archange, l'Ange des combats et des triomphes. Après la bataille de Tolbiac, où Clovis entrevit Saint Michel, disent certains auteurs, combattant avec lui et lui procurant merveilleusement la victoire, le roi Franc se fait baptiser à Reims, et son baptême devient celui de son peuple.

    A dater de ce jour, la France marche à la tête des nations. Toujours sûre de son angélique allié, elle porte partout la lumière avec les libertés sacrées de la foi chrétienne. Partout où elle passe, les chaînes tombent, la tyrannie disparaît, la barbarie recule épouvantée. Ainsi se réalisent, avec une étonnante célérité, les paroles du pape Anastase à Clovis et à Sainte Clotilde qui avaient mis la France sous la protection spéciale du glorieux Prince de la milice céleste. "Daigne le Seigneur, leur écrivait le pontife, accorder à vous et à votre royaume sa divine protection ; qu'il ordonne à Saint Michel, qui est votre Prince et est établi pour les enfants de votre peuple, de vous garder dans toutes vos voies, et de vous donner la victoire sur tous vos ennemis."

    Avec le secours de l'Archange Saint Michel, la France grandit et prospère ; elle mérite le nom glorieux de Fille aînée de l’Église.

    Une des marques éclatantes de la suzeraineté de Saint Michel sur la France, c'est sa prise de possession du sol de notre pays. Qui ne connaît, au moins de nom, le mont Saint-Michel ? Qui n'a maintes fois entendu parler de ce rocher de granit qui se dresse entre la Normandie et la Bretagne, sur le littoral de la Manche ? C'est sur ce rocher que Saint Michel veut un sanctuaire. En 708, il apparaît trois fois à saint Aubert, évêque d'Avranches, et lui demande une chapelle sur la cime de ce mont, auquel de fréquents naufrages avaient valu le nom sinistre de Tombe au péril de la mer. Aujourd'hui, ce sanctuaire de Saint Michel, transformé par le génie des siècles, par la foi et la renaissance de nos pères, est ce qu'on nomme la merveille de l'Occident et l'un des plus célèbres pèlerinages.

    Ainsi le mont Tombe, jadis abri du démon et collège de druidesses, est devenu le siège d'honneur et le trône de Saint Michel qui, une fois de plus, triomphait de Satan à la place même où celui-ci avait dominé avant le règne de la croix.

    C'est du rocher du mont Saint-Michel qu'a jailli, comme un torrent, cette foi chevaleresque qui a converti et civilisé l'Europe entière. C'est là que Charlemagne et Saint Louis vinrent tour à tour s'agenouiller ; que les Normands, avec Rollon, leur chef, furent adoucis et christianisés, et que Charles VII, remonté sur le trône, se rendit en action de grâces. Plus tard, les sectes hérétiques ont beau inonder la France d'erreurs et de sang, le mont Saint-Michel demeure toujours une forteresse inaccessible à leurs atteintes. Emblème et rempart de la foi, il reste debout au milieu des tempêtes de l'océan, sans en être ébranlé, parce que l'Archange n'a jamais cessé de le couvrir de ses ailes et avec lui toute la France.

    Voilà pourquoi le peuple Franc, malgré tant d'égarements, reste dans le monde ce qu'il a toujours été, l'ouvrier des grandes choses de Dieu. Même dans notre siècle, où l'on dirait parfois qu'elle a échangé l'étendard de l'Archange contre celui de Satan, n'est-ce pas la France qui, de son sein généreux, a fait sortir et épanouir sur le globe les œuvres de la Propagation de la Foi et de la Sainte-Enfance, œuvres magnifiques qui ont donné tant d'accroissement à l’Église, tant d'âmes à Dieu, surtout dans les pays où Satan règne encore par les ténèbres du paganisme ?

    O Saint Michel, pitié pour notre chère France ! Daignez l'abriter encore sous vos ailes, malgré son ingratitude et ses fautes ; daignez la couvrir de votre bouclier, surtout en ce moment où l'Enfer la dispute au Ciel avec un acharnement effroyable ! Par votre puissant concours, ô divin Protecteur, puisse notre patrie échapper aux étreintes de l'impiété et de la démoralisation qui l'avilissent ; puisse-t-elle redevenir le foyer de la vraie civilisation, la digne Fille aînée de l’Église, le héraut et le champion de Dieu parmi les nations modernes ! »

    Extrait de "L'Ange Gardien" n°5, Septembre 1895, pp.147-150.

    Saint_Michel_statue-Emmanuel-Fremiet_3a.jpg

    Saint Michel terrassant le dragon, statue d'Emmanuel Fremiet (1824-1910)
    Mont Saint-Michel, France

  • Neuvaine à Saint Michel, protecteur de la France

    25098?customsize=696x300

    Du 21 au 29 septembre, jour de la Saint-Michel, venez confier la France à son ange gardien en méditant ses interventions dans notre histoire et ce qu'elles nous enseignent pour aujourd'hui.

    Le 21 Septembre 2016 - La grande bataille de Clovis

    En 496, à la bataille de Tolbiac, Clovis, roi des Francs, sentant que les Alamans prenaient le dessus, a invoqué le Christ pour qu'Il lui donne la victoire. Ayant remporté la bataille, Clovis a reçu le baptême avec 3000 de ses soldats, le soir de Noël 496. Plusieurs récits relatent que c'est grâce à une intervention de saint Michel Archange, au cœur de la mêlée, que les Francs ont pu prendre l'avantage. C'est la raison pour laquelle, dans le sacre des rois de France, l'invocation de saint Michel tenait une place centrale, notamment au moment de la bénédiction de la bannière du roi.

    Suite à la conversion des Francs, le pape Anastase écrivit à Clovis et à sainte Clotilde, qui avaient mis la France sous la protection spéciale de saint Michel Archange : "Daigne le Seigneur, accorder à vous et à votre royaume sa divine protection ; qu'il ordonne à saint Michel, qui est votre prince et est établi pour les enfants de votre peuple, de vous garder dans toutes vos voies, et de vous donner la victoire sur tous vos ennemis."

    Ainsi, le Pape Anastase a entériné le lien qui unit saint Michel à la France, lien qui est d’autant plus important pour nous qu’il est à à l’origine même de la naissance de notre pays. Pour aider la France à mener à bien sa vocation, le Seigneur lui a donné le guide le plus puissant et le plus sage qui soit, le premier des anges : saint Michel.

    Méditation : Poursuivre la vocation chrétienne de la France

    En faisant d’elle la première baptisée d’Europe, le Bon Dieu a voulu confier une mission particulière à la France. Pour caractériser cette mission, l’histoire à retenu l’expression de Guibert de Nogent : « GESTA DEI PER FRANCOS » : « L’action de Dieu passe par les Francs ». « Quelle arrogance ! » pourrait-on se dire, mais les faits sont là : aucun autre pays n’a joué un rôle aussi déterminant dans la diffusion et la défense de la Foi chrétienne que ne l’a fait la France, depuis ses « rois très chrétiens » jusqu’aux missionnaires qu’elle a envoyés dans le monde entier. Comment douter de cette mission quand on sait le nombre incalculable de saints qui ont fleuri en terre de France et les si nombreuses apparitions de la Vierge Marie dans notre pays ?

    Pour mieux comprendre cette vocation particulière de la France, il nous faut lire le testament de Saint Denys, l’auteur même du baptême des Francs. De ce testament, le Pape saint Pie X disait en 1908 qu’il « se résume en ces mots […] : « Vive le Christ qui est Roi de France. » A ce titre seulement la France est grande parmi les nations. A cette clause Dieu la protégera et la fera libre et glorieuse. A cette condition, on pourra lui appliquer ce qui, dans les livres saints, est dit d’Israël : que personne ne s'est rencontré qui insultât ce peuple, sinon quand il s'est éloigné de Dieu... ».

    Ainsi, la vocation de la France est bien de faire régner le Christ chez elle et dans le monde. Cela semble vertigineux, presque gênant quand on voit l’état de déchristianisation de notre pays mais c’est bien la mission à laquelle il est appelé.

    Intention de prière pour la France

    Prions pour nos dirigeants pour qu’ils participent au règne du Christ en France et dans le monde en recherchant toujours le Bien Commun. Prions également pour qu’à l’occasion des prochaines échéances électorales nous sachions discerner avec sagesse pour désigner les dirigeants les plus à même de poursuivre la vocation de notre pays.

    Réciter un "Notre-Père", un "Je vous salue Marie" et un "Gloire au Père".

    Intention de prière pour nous

    Saint Michel est le premier des anges mais ce n’était pas le cas dans le projet de Dieu. Lucifer devait être le premier et Michel n’était « qu’ » un archange c’est-à-dire à l’avant dernier échelon dans la hiérarchie des anges. Ce n’était pas lui le patron ! Pourtant, il est le premier a réagir et combattre Lucifer et les autres anges déchus. Son nom  Micha-El : « Qui est comme Dieu ? », devenu en latin sa devise « Quis ut Deus », est la réaction de l’humble et fidèle serviteur qui s’insurge devant l’orgueil des créatures voulant se faire les égaux de Dieu. Malgré sa petitesse, Michel se dresse donc pour défendre l’honneur de Dieu. Il accomplit ainsi sa vocation en tenant sa place dans le combat invisible. Aujourd’hui il peut nous arriver de nous trouver nous-même bien petits pour accomplir la vocation chrétienne de la France. Pourtant chacun des français, chacun de nous, a sa mission dans ce combat. En la remplissant, nous hâtons l’avènement du règne du Christ. Prions pour demander au Bon Dieu la grâce de discerner quelle est notre place dans cette mission. Et demandons aussi à saint Michel de nous prêter un peu de sa force pour la remplir.

    Réciter un "Notre-Père", un "Je vous salue Marie" et un "Gloire au Père".

    Dire la prière de Léon XIII à saint Michel Archange :

    Saint Michel Archange,
    Défendez-nous dans le combat, soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon.
    Que Dieu exerce sur lui son empire, nous vous le demandons en suppliant.
    Et vous, Prince de la Milice Céleste, repoussez en enfer par la force divine Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde en vue de perdre les âmes.
    Ainsi soit-il.

    Faire le signe de croix.

    IMPORTANT :

    Pour le dernier jour de la neuvaine, il serait bon que nous assistions à la messe en l'honneur de Saint-Michel.

    Pour ceux qui le peuvent, nous vous donnons rdv le 29 septembre à Paris, à l'église Saint-Michel des Batignolles à 19h pour la messe qui sera célébrée par Monseigneur Santier (métro la fourche, 3 Place Saint-Jean, 75017 Paris). Les intentions de prière de cette messe seront celles du dernier jour de la neuvaine.

    Pour les personnes qui ne sont pas à Paris, prêtres ou laïcs, n'hésitez pas à utiliser le fil de discussion ou les commentaires de cette publication pour organiser / vous retrouver à une messe dans votre paroisse.

    Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19).

    Pour poursuivre cette Neuvaine, inscrivez-vous ICI

  • Samedi 13 août 2016

    De la Sainte Vierge
     
    Mémoire des Sts Hippolyte et Cassien, martyrs
     
    La légende en a pris à son aise avec Hippolyte, et elle en a fait successivement un disciple de Novat, un martyr d’Antioche, un évêque de Porto, finalement un soldat et le geôlier de saint Laurent.
    Il s’agit, au contraire, du célèbre Hippolyte, disciple de saint Irénée, prêtre et docteur de l’Église de Rome, qui, à l’occasion de l’élection papale de Callixte, consomma le schisme et devint ainsi le premier antipape. Il est l’auteur d’un grand nombre d’ouvrages théologiques, et sous le titre d’évêque de Rome il jouit, même en Orient, d’une indiscutable autorité. Heureusement d’ailleurs, cette division fut de courte durée, car Hippolyte, ayant été condamné pour la foi, en même temps que Pontien, deuxième successeur de Callixte, rentra dans l’unité de l’Église avant de laisser Rome pour le bagne de Sardaigne, et il mourut martyr catholique en 236.

    Bx Cardinal Schuster (1880-1954), Liber Sacramentorum - Notes historiques et liturgiques sur le Missel Romain, Vromant, Bruxelles, 1933.

    Saint_Hippolyte_2b.jpg

    St Hippolyte, martyr
     
    En certains endroits : Notre-Dame, refuge des pécheurs
     
    En certains endroits : Ste Radegonde, reine de France
  • GPA : la CEDH valide l’achat d’enfants pour tous

    adoption-GPA.jpg

    La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a de nouveau condamné la France ce 21 juillet « pour avoir refusé de transcrire à l’état civil les actes de naissances d’enfants nés à l’étranger par GPA ». La CEDH se prononçait sur les affaires Foulon et Bouvet, dans lesquelles « des hommes ont eu recours à des mères porteuses en Inde ». Elle estime que « le refus de transcription constitue une violation du droit au respect de la vie privée des enfants garanti par l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme ». Ces deux arrêts confirment ceux rendus en juin 2014 dans les affaires Menneson et Labassée, pour des enfants nés de mères porteuses aux Etats Unis (cf. CEDH - affaire Mennesson et Labessee : une porte ouverte à la GPA , La CEDH condamne la France : vers la légalisation de fait de la GPA). « La filiation n’est pas une question biologique », a commenté Caroline Mécary, avocate de MM. Foulon et Bouvet.

    L’Etat français est condamné à « verser 5000 euros à chacun des enfants pour ‘dommage moral’ et 15000 euros à chaque famille au titre des frais de procédure ».

    Note de Gènéthique : « Le gouvernement français refuse de combattre la GPA ».

    Sources: Gènéthique - Le Monde, Gaëlle Dupont (21/07/2016).

    Ce nouvel arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme marque une étape supplémentaire de la libéralisation de la GPA et de « l’achat d'enfant ». Alors que par les affaires Mennesson et Labassée, la Cour avait donné droit à des couples hétérosexuels mariés ayant obtenu des enfants aux Etats-Unis, par l’arrêt Foulon et Bouvet elle donne à présent raison à des hommes célibataires ou homosexuels, ayant « loué une femme » pour obtenir des enfants en Inde.
    Certes, il est de l’intérêt de ces enfants de voir établie leur filiation avec leurs parents biologiques, et donc a fortiori avec leur père, mais à aucun moment la Cour ne met en cause la moralité de la pratique de la GPA qui est pourtant contraire aux droits fondamentaux des enfants et des femmes. La Cour ne daigne pas davantage accorder la moindre attention aux circonstances de la naissance des enfants, à la honteuse et inhumaine exploitation de leurs mères.

    Ce faisant, la Cour européenne, avec toute son autorité, entérine la « GPA low-cost » et la « GPA GAY » ; elle encourage de fait le recours aux mères porteuses pour toutes les personnes en mal d’enfant, et ouvre, qu’elle le veuille ou non, un « droit à l’enfant pour tous ».

    Le plus triste est qu’à aucun moment la Cour ne s’interroge sur les faits en cause, sur la situation des mères porteuses, sur leur exploitation, et ce qu’il faut bien appeler le commerce des enfants. Elle ne s’interroge pas davantage sur les conséquences pour ces enfants d’avoir été commandés, payés, abandonnés par leurs mères, élevés par un homme seul ou en couple avec un autre homme. A moitié indiens, ils ne pourront pas oublier leur origine. Un jour, ces enfants  se révolteront, et ils auront raison.
    L’aveuglement moral de la Cour, prisonnière de son idéologie libertaire, est pathétique.

    La France est condamnée à payer 45.000 euros de dommages, frais et dépens.

    Grégor Puppinck
    Directeur

    Lire la décision de la CEDH

    Voir également l'étude :
    Quelle voies de droit international pour interdire la maternité de substitution

    Source : ECLJ (Centre Européen pour le Droit et la Justice).

  • Le Cardinal Mamberti a présidé la Messe pour la France

    Cardinal_Mamberti.jpg

    Ce 31 mai 2016, en la fête de Sainte Pétronille, le Cardinal Dominique Mamberti - Préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique - a célébré la traditionnelle Messe pour la France dans la chapelle Sainte-Pétronille de la Basilique Saint-Pierre, au Vatican, rapporte l'agence I.MEDIA.

    « Dans nos sociétés, bien sûr, nous ne faisons pas face à la persécution, mais nous devons faire face au risque de la marginalisation », a assuré le Cardinal Mamberti, pour qui les catholiques doivent rendre témoignage auprès de ceux qui cherchent un sens à leur vie, dans « un monde qui cherche à évacuer Dieu de son horizon ». « Nous devons être des signes de l’amour de Dieu pour les hommes, partout où cela est possible, sans cacher ni taire notre identité », a affirmé le haut prélat français.

    Le Cardinal Mamberti, devant une trentaine de prêtres et de nombreux membres de la communauté française à Rome, a assuré que prier pour la France, « pour la vie sociale, pour le bien commun et donc pour tous ceux qui ont une responsabilité particulière », était un devoir.

    La Messe pour la France a été célébrée devant un parterre de diplomates, et en présence du chargé d’affaires ad interim de l’ambassade de France auprès du Saint-Siège, François-Xavier Tilliette, à la veille de l’arrivée à Rome du nouvel ambassadeur, Philippe Zeller. Celui-ci devrait présenter ses lettres de créance au Pape François avant la fin du mois de juin.

    Source : Radio Vatican (CV-I.MEDIA).

  • Lundi 30 mai 2016

    de la ferie
     
    Mémoire de St Félix Ier, pape martyr
     
    En France : Ste Jeanne d'Arc, vierge, patronne secondaire de la France

    Sainte_Jeanne-d-Arc_9b.jpg

    Illustration d'un manuscrit de 1505
    (Crédit photo)

  • Méditation - Le règne de l'Eucharistie

    « L'Eucharistie est la gloire de l’Église. Jésus-Christ, son époux, est Roi ; il est le Roi de gloire. Son Père a placé sur sa tête une couronne resplendissante. Mais la gloire de l'époux est la gloire de l'épouse ; et l’Église, comme le bel astre des nuits, reflète les rayons divins du Soleil de gloire.
    L’Église, devant le Dieu de l'Eucharistie, est belle aux jours des fêtes de son Époux, parée de ses vêtements d'honneur, chantant des hymnes solennels, conviant tous ses enfants à se réunir pour honorer le Dieu de son cœur.
    Elle est heureuse de rendre gloire à son Roi et à son Dieu ; à l'entendre, à la voir, on se croirait transporté dans la Jérusalem céleste, où la cour angélique glorifie, dans une fête perpétuelle, le Roi immortel des siècles.
    Elle est triomphante quand elle déploie, au jour de la Fête-Dieu, ses longues processions, cortège du Dieu de l'Eucharistie ; elle s'avance comme une armée rangée en bataille, accompagnant son chef ; et alors, rois et peuples, petits et grands, chantent la gloire du Seigneur, qui a établi sa demeure au milieu de son Église.
    Le règne de l'Eucharistie, c'est le règne de l’Église, et là où l'Eucharistie est oubliée, l’Église n'a que d'infidèles enfants, et bientôt elle pleurera une ruine nouvelle. »

    St Pierre-Julien Eymard (1811-1868), La Divine Eucharistie, extraits des Écrits et Sermons du Bienheureux Pierre-Julien Eymard, Première Série, La Présence réelle (L’Époux divin de l’Église, III), Société Saint-Augustin, Desclée de Brouwer & Cie, Bruges - Lille - Paris - Lyon, 1928 (seizième édition).

    St Pierre-Julien Eymard,eucharistie,Saint Sacrement,Fête-Dieu,gloire,Jésus,Christ,roi,règne,Eglise,soleil,fête,procession,France,adorateurs

    Procession de la Fête-Dieu à Rome, mai 2012

    « Ce qui effraie aujourd'hui, c'est de voir, dans tant de villes, Jésus-Eucharistie abandonné, laissé seul, absolument seul. Et dans nos campagnes, on ferme les églises par crainte des voleurs, et parce qu'il n'y entre jamais personne ! Est-ce possible ? Voulons-nous donc perdre l'Eucharistie ?
    Sachons bien que, Jésus s'en allant, les échafauds, la persécution, la barbarie reviendront.
    Qui donc arrêterait ces fléaux ?
    O Seigneur, demeurez avec nous ! Nous serons vos fidèles adorateurs ! Mieux vaudrait l'exil, la mendicité, la mort, que d'être privés de vous.
    Oh ! ne nous infligez pas cette punition d'abandonner le sanctuaire de votre amour.
    Seigneur, demeurez, demeurez avec nous, car il se fait tard, il est nuit sans vous : Mane nobiscum quoniam advesperascit. (*) »

    (*) : Lc XXIX, 29 : « Restez avec nous, car le soir approche ».

    St Pierre-Julien Eymard (1811-1868), La Divine Eucharistie, extraits des Écrits et Sermons du Bienheureux Pierre-Julien Eymard, Première Série, La Présence réelle (Le Souverain Bien, III), Société Saint-Augustin, Desclée de Brouwer & Cie, Bruges - Lille - Paris - Lyon, 1928 (seizième édition).

  • La France a besoin de vous ! Grande veillée de prière ce vendredi 27 mai à la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre

    veillee-priere-montmartre-2016-27-mai.jpg

    Ce vendredi 27 mai à partir de 19h00 vous êtes invités à une grande soirée de prière pour la France au Sacré-Cœur de Montmartre.
    A cette occasion le Sacré-Cœur sera illuminé à la bougie en signe d'espérance pour notre pays. Chacun sera invité à passer la Porte Sainte illuminée de la basilique afin de plonger la France dans la miséricorde de Dieu.
     
    Vous trouverez les informations complètes de la soirée sur unepriere.fr

    Prière pour la France de Jésus à Marcel Van :

    Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l'étreindre dans ton Amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d'Amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô Amour de Jésus, nous prenons ici l'engagement de te rester fidèles et de travailler d'un cœur ardent à répandre ton Règne dans tout l'univers. Amen !

  • Rappel : Tournée exceptionnelle de la Chorale d'enfants syriens

    chorale-syrienne-coeur-joie-image.png

    Derniers jours :
    Le 18 mars à Béziers (Concert)
    Les 19 et 20 mars à Toulouse (Concert et Messe)
    Le 21 mars à Lourdes (Concert)
    Les 24 et 25 mars à Paris (2 Messes)

  • "24 heures pour le Seigneur" - En France, en Belgique, au Québec

    Les vendredi 4 et samedi 5 mars, les catholiques sont invités à consacrer 24 heures pour le Seigneur autour de la prière et de la confession, indique la Conférence des évêques de France (CEF).

    Interview de Mgr Lefevre Pontalis, vicaire général du diocèse de Paris

    À travers cette invitation et en cette période de Carême, il s’agit pour les chrétiens d’offrir 24 heures au Seigneur comme l’a écrit le Pape François dans la bulle d’indiction : « Puisse le Carême de cette Année Jubilaire être vécu plus intensément comme un temps fort pour célébrer et expérimenter la miséricorde de Dieu. »

    Quelques propositions diocésaines à cette occasion (liste non exhaustive, renseignez-vous dans votre paroisse) :

         Diocèse de Paris : installation de la relique de Jean-Paul II à Montmartre
    Journée de la Miséricorde avec Mgr de Moulins-Beaufort, évêque auxiliaire de Paris. Démarche jubilaire et installation de la relique de Saint Jean-Paul II.
    Plus d’information en cliquant ici

         Diocèse de Beauvais : illumination de la Cathédrale de Noyon
    Plus d’information en cliquant ici

         Diocèse de Pontoise : spectacle des jeunes du Cenacolo
    Des jeunes en difficulté de la Communauté « Cenacolo » donnent un spectacle « Le fils prodigue » les 11 et 12 mars à l’église de L’Isle-Adam.
    Plus d’information en cliquant ici

         Diocèse de Lille : prières, adoration eucharistique, confessions
    Plus d’information en cliquant ici

         Diocèse du Mans : sanctuaire de Notre-Dame du Chêne, vénération des reliques de Ste Faustine, St Jean-Paul II et du Bx Sopocko
    Plus d’information en cliquant ici

         Diocèse de Quimper et Léon : cathédrale de Quimper, église St Louis de Brest
    Plus d’information en cliquant ici

         Diocèse du Tarn : Albi et ses environs
    Plus d'information en cliquant ici

         Diocèse de Fréjus-Toulon : Toulon, Fréjus, Saint-Maximin, Sanctuaire Notre Dame de Grâces
    Plus d'information en cliquant ici

         Paroisse du Chesnay et de Rocquencourt
    Plus d'information en cliquant ici

         A Lyon, paroisse Saint-Nizier
    Plus d'information en cliquant ici

         En Belgique, diocèse de Liège
    Plus d'information en cliquant ici

         Au Canada, diocèse de Québec, deux églises offriront ces journées de la miséricorde :
    Notre-Dame-de-Saint-Roch et et Notre-Dame-de-Lévis.
    Des prêtres y seront disponibles le jour et la nuit, de 8h00 du matin à 8h00 le lendemain.
    Plus d'information en cliquant ici

  • La chorale Cœur-Joie arrive en France !

    chorale-syrienne-coeur-joie.jpg

    La célèbre chorale Coeur-Joie de Damas est de retour en France !
    Sous la direction du Père Zahlaoui et avec Claudia Touma comme chef de chœur, 114 enfants choristes et 15 musiciens sillonneront la France, pour sept concerts exceptionnels, du 11 au 25 mars.

    “Apporter un message de paix et d’espérance” tel est le souhait de cette chorale dont les membres vivent quotidiennement les horreurs de la guerre en Syrie.

    Informations complètes : soschretiensdorient.fr/coeur-joie

    Charles de Meyer, président de l'Association SOS Chrétiens d'Orient, était l'invité de Hélène Lecomte et Nicolas Herbeaux sur LCI. Il a présenté la tournée de la chorale syrienne Cœur-Joie.

    Paris, Lyon, Bollène, Sanary-Sur-Mer, Béziers, Toulouse ou Lourdes : réservez vite votre place sur weezevent.com/coeur-joie.

    - 12/03 - Paris (75) - Eglise Notre Dame des Champs - 20h30
    - 13/03 - Lyon (69) - Basilique Notre-Dame de Fourvière - 20h30
    - 15/03 - Bollène (84) - Collégiale Saint-Martin - 20h
    - 16/03 - Sanary-sur-Mer (83) - Théâtre Galli - 20h30
    - 18/03 - Béziers (34) - Cathédrale Saint-Nazaire - 20h30
    - 19/03 - Toulouse (31) - Halle aux grains - 19h
    + 20/03 - Toulouse (31) - Cathédrale Saint-Etienne (Messe des Rameaux)
    - 21/03 - Lourdes (65) - Basilique du Rosaire - 20h30
    + 24/03 - Paris (75) - Eglise du Coeur Eucharistique de Jésus (Messe)
    + 25/03 - Paris (75) - Mairie du 7ème, Eglise Saint-Julien-le-Pauvre (Messe)

    chorale-syrienne-coeur-joie-affiche_600.jpg

  • Décès du Père Patrick de Laubier

    Patrick-de-Laubier.jpg

    Le P. Patrick de Laubier était né le 13 janvier 1935. Il est mort à Genève le 28 février 2016, vers midi. Ses obsèques auront lieu ce mercredi 2 mars à la Basilique Notre-Dame de Genève. L’inhumation aura lieu en Vendée.

    Universitaire français, professeur de sociologie et directeur du département de sociologie de l’Université de Genève, il avait été ordonné prêtre à Rome par le Pape Jean-Paul II, le 13 mai 2001, à 66 ans. Il faisait partie des « missionnaires de la miséricorde » envoyés par le Pape François, lors de la messe du Mercredi des Cendres, le 10 février dernier.

    Le 18 décembre 2014, il avait publié dans le cadre de la "Neuvaine de prières pour la France" la prière ci-dessous, appelant la Vierge Marie au secours de notre pays, "menacé par un changement de civilisation ou plutôt d’un effondrement de civilisation".

    « Vierge Immaculée, Fille du Père, Mère du Fils, Épouse non épousée de l’Esprit Saint, vous avez montré au cours des siècles  une attention  toute spéciale pour la France, Fille aînée de l’Église. Depuis deux siècles des révolutions et vos apparitions se sont  multipliées et nous arrivons aujourd’hui à l’aboutissement d’un drame annoncé dès la Salette (1846) à savoir  l’apostasie de ce pays.

    Il y a eu au cours de son histoire des moments tragiques et nul pays n’a connu une délivrance comparable à celle de Jeanne d’Arc dont l’intervention spirituelle et politique n’a pas d’équivalent dans l’histoire de l’Église. La sainteté a donné des fruits  bien remarquables et continue à le faire, mais la Foi n’est plus vécue par le grand nombre. L’athéisme est devenu une croyance généralisée autorisant des législations opposées non seulement à la vérité évangélique mais aussi à la loi naturelle. On assiste à des mouvements de protestation mais une sorte de paralysie a gagné la vie politique.

    La raison profonde de cette léthargie est une désuétude de la pratique de la prière devenue habituelle chez les croyants malgré tant de rappels de votre part et l’enseignement de l’Église. Les églises de pierres encore si nombreuses sont vides et la vie paroissiale a perdu ce qui faisait sa force sans que les chrétiens ne réagissent à cette mort lente de la vie spirituelle. Au moment même où les musulmans, de plus en plus nombreux, montrent l’exemple d’une dévotion oubliée par les baptisés. Un grand nombre de chrétiens n’a gardé du christianisme que des coutumes sans rencontrer dans la prière la Personne du Christ qui est le Cœur même de la dévotion et de l’Amour.

    Vierge très sainte vous savez tout cela, mais le dire et le redire indique où est le mal et quelle est la guérison attendue. Il faut prier, c’est-à-dire s’adresser à notre Sauveur en sollicitant votre aide secourable. Les sacrements et en premiers lieux l’Eucharistie et la Réconciliation qui la prépare deviennent vite des routines sans âme lorsque la prière ne fait plus vivre en nous ces trésors surnaturels.

    Marie très sainte, Mère de Dieu et notre Mère, notre Sœur aussi (Paul VI), écoutez notre supplication. Tout est possible à Dieu mais la Grâce sollicite notre liberté de créature à l’image et à la ressemblance de Dieu. L’Amour de Dieu attend l’amour de l’homme et la prière en est l’expression nécessaire. Face à une « civilisation de la mort », nous chrétiens de France nous voulons préparer une civilisation de l’amour qui est l’orientation de la doctrine sociale de l’Église.

    Ô Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à Vous. »

    Source photo : La Neuvaine.

    Requiescat in pace