Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

basilique

  • Cérémonie de prise de possession du titre de premier Chanoine d'honneur de la Basilique Saint-Jean-de-Latran par Emmanuel Macron

    Ce mardi 26 juin, Emmanuel Macron a pris officiellement possession de son titre de chanoine d’honneur du Latran, au cours d’une cérémonie en présence de nombreux membres de la communauté française de Rome et du Saint-Siège.

    La célébration a débuté par l’ouverture des grandes portes de la splendide Basilique papale, et l’entrée solennelle d’Emmanuel Macron, entouré des membres du chapitre, au son de l’orgue. Puis, une allocution de Mgr Angelo de Donatis, vicaire du Pape pour le diocèse de Rome, qui a donc souhaité la bienvenue au président français, installé au pied de l’autel. « Une antique tradition se perpétue, il faut souligner les efforts des hommes de bonne volonté en Europe fondée sur les racines culturelles liées à celle de la tradition judéo-chrétienne », a-t-il notamment déclaré.

    Après un moment de prière pour la France, ponctué de chants, c’est le président qui a pris la parole, expliquant avoir accepté le titre de chanoine car il « appartient à une tradition d’amitié et de concorde entre la France et le Vatican ».

    Discours intégral du président Macron au Latran

    Des relations d’amitié et de confiance qu’il faut mettre au service de la paix, du bien commun, a insisté le président Macron, afin qu’elles « donnent à chacun la force de relever tous les défis » ; des défis rappelés peu avant par Mgr de Donatis, qui a cité la solitude des personnes, - toujours plus prégnante, surtout dans les villes -, la détresse des plus fragiles, et particulièrement des migrants.

    Après le chant du Salve Regina, Emmanuel Macron, a donc officiellement pris possession de sa stalle dans la salle du chapitre. Avec sa délégation, il s’est rendu devant la statue d’Henri IV, guidé par Mgr de Donatis.

    Il a ensuite rencontré, au Palais du Latran, attenant à la Basilique, les ecclésiastiques, religieux et religieuses résidant à Rome, ainsi que les laïcs travaillant au service du Saint-Siège. Il a d’abord insisté sur l’importance des racines, car les oublier, c’est se défendre « de regarder le présent avec force ». « Nous ne pouvons pas avancer si nous ne savons pas d’où nous venons, quelle est notre histoire. Le lien particulier entre la France et le Vatican est aussi une part de cette histoire », a-t-il déclaré, avant d’ajouter que ce lien particulier n’a pas empêché une discussion franche avec le Pape.

    Ce lien indispensable, a-t-il encore assuré, n’est pas incompatible avec la laïcité, laquelle « n’est pas une lutte contre la religion », ni une « pubidonderie contemporaine ». « Elle est parfois « un mystère », a avoué le président français, avant de promettre de revenir.

    Source : Vatican.News.

    Remerciements d'Emmanuel Macron au chapitre du Latran :

  • Messe pour l’Amérique Latine célébrée par le Pape François en la Basilique Saint-Pierre

     
     
     
    Texte intégral de l'homélie traduite en français sur Zenit.org.

  • Sainte-Pétronille : Messe en l’honneur de la France célébrée en la Basilique Saint-Pierre

    Sainte-Pétronille,Messe,honneur,France,Basilique,Saint-Pierre

    Le Guerchin (1591-1666), Funérailles et apothéose de Sainte Pétronille
    Musées du Capitole (Pinacoteca Capitolina), Rome

    Cette Messe est célébrée chaque année le 31 mai (en plus de celle du 13 décembre), jour de la Sainte-Pétronille, reconnue depuis Charlemagne comme patronne des rois de France à Rome.
    Cette année, le jour de la fête coïncidant avec l’Audience générale du mercredi, la Messe est anticipée à ce mardi 30 mai.
    Elle sera célébrée à la Basilique Saint-Pierre par Mgr Jean Lafitte, prélat de l’Ordre souverain de Malte, dans la chapelle latérale droite dédiée à la sainte.
    Pétronille, vierge romaine martyre au Ier siècle baptisée par saint Pierre, est considérée comme la fille spirituelle de saint Pierre.

    Source : Agence I.Media

    - Homélie de Mgr Jean Laffitte (texte intégral) sur Zenit.org.

  • Samedi 22 avril 2017

    Samedi in Albis

    (Samedi dans l'Octave de Pâques)

     

    17h, Basilique San Bartolomeo all'Isola :
    Liturgie de la Parole célébrée par le Pape François
    avec la communauté de Sant’Egidio
    en mémoire des « nouveaux martyrs » des XXème et XXIème siècle
     
    Cette basilique mineure de Rome, située sur l'île Tibérine, conserve les reliques de saint Barthélemy mais également celles de nombreux martyrs des deux derniers siècles. Elle sont exposées dans les chapelles latérales, chacune d’entre elles étant dédiée à un continent ou à une situation historique particulière.
    « La prière du Pape dans un lieu qui, depuis le Jubilé de l’an 2000 et par volonté de Jean-Paul II, garde les reliques des martyrs contemporains, endosse une valeur toute particulière dans des temps marqués par la souffrance de tant de chrétiens dans le monde et à la lumière de Pâques », explique la communauté de Sant’Egidio dans un communiqué.

    Le 7 avril 2008, le Pape Benoît XVI avait visité la basilique. Sur son site Internet, la communauté relate que Benoît XVI avait évoqué ce passage comme « un pèlerinage à la mémoire des martyrs du XXe siècle, foule innombrable d’hommes et de femmes qui ont versé leur sang pour le Seigneur. Mais Jésus ressuscité illumine leur témoignage, et ainsi, nous comprenons le sens du martyre. C’est la force de l’amour, désarmé et victorieux, même dans la défaite apparente. »

    Source : Radio Vatican (SBL).

    Retransmission en direct sur KTO

    Texte intégral de l'homélie traduite en français sur Zenit.org.

  • Mardi 4 octobre 2016

    St François d'Assise
    religieux,
    fondateur de l'Ordre des Frères mineurs

    Saint_Francois_d_Assise_Giotto_2b.jpg

    Giotto di Bondone, Vie de St François, 15. Sermon aux oiseaux
    Basilique Saint-François d'Assise, Assise

    (Crédit photo)

  • Béatification d’Elisabetta Sanna, veuve laïque italienne

    en la basilique de Saccargia à Codrongianos (Sardaigne)

    Béatification,Elisabetta Sanna,veuve,laïque,italienne,basilique,Saccargia,Codrongianos,Sardaigne

  • Vendredi 5 août 2016

    Dédicace de Sainte-Marie-aux-Neiges

    basilique-sainte-marie-majeure-rome_2b.jpg

    Fresque de Jacopo Torriti, Basilique Sainte-Marie Majeure
    (Crédit photo)

  • La France a besoin de vous ! Grande veillée de prière ce vendredi 27 mai à la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre

    veillee-priere-montmartre-2016-27-mai.jpg

    Ce vendredi 27 mai à partir de 19h00 vous êtes invités à une grande soirée de prière pour la France au Sacré-Cœur de Montmartre.
    A cette occasion le Sacré-Cœur sera illuminé à la bougie en signe d'espérance pour notre pays. Chacun sera invité à passer la Porte Sainte illuminée de la basilique afin de plonger la France dans la miséricorde de Dieu.
     
    Vous trouverez les informations complètes de la soirée sur unepriere.fr

    Prière pour la France de Jésus à Marcel Van :

    Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l'étreindre dans ton Amour et lui en montrer toute la tendresse. Fais que, remplie d'Amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô Amour de Jésus, nous prenons ici l'engagement de te rester fidèles et de travailler d'un cœur ardent à répandre ton Règne dans tout l'univers. Amen !

  • Sainte Messe en la solennité de la Très Sainte Mère de Dieu

    célébrée par le Pape François en la Basilique Saint-Pierre
    (Messe avec les Pueri Cantores, pour la clôture de leur XLe Congrès International)
     
     
     
    Dans la basilique Saint-Pierre, le Pape François a présidé ce vendredi 1er janvier 2016 la Messe en la Solennité de Sainte-Marie Mère de Dieu. Dans son homélie, le Pape a répondu à la question que se posent des milliers de fidèles qui s'interrogent sur la persistance de la souffrance et de la mort dans le monde, malgré la naissance du Christ.
     
    Lorsque Jésus est né, Rome dominait une grande partie du monde. Même Israël avait été conquis. Ce n’est donc pas vers la sphère géopolitique que l’on doit regarder pour définir le sommet du temps, « la plénitude des temps » évoquée par Saint Paul dans sa Lettre aux Galates, la deuxième lecture du jour. « Ce n’est pas l’histoire qui décide de la naissance du Christ ; c’est, plutôt, sa venue dans le monde qui permet à l’histoire d’atteindre sa plénitude ». « La plénitude des temps, poursuit le Pape, est la présence de Dieu personnellement dans notre histoire ». Grâce à son Fils, petit enfant dans une étable, « rayonnement de la gloire de Dieu, expression parfaite de son être », notre temps peut trouver sa plénitude.
     
    Cependant, constate le Souverain Pontife, ce mystère semble contraster avec la dramatique expérience historique. « Chaque jour, tandis que nous voudrions être soutenus par des signes de la présence de Dieu, nous devons rencontrer des signes opposés, négatifs, qui le font plutôt sentir comme absent. La plénitude des temps semble s’effriter devant les multiples formes d’injustice et de violence qui blessent chaque jour l’humanité ». Le Pape énumère le mépris de l’homme par l’homme, l’arrogance du plus fort qui continue à humilier le plus faible, en le reléguant aux marges les plus sordides de notre monde. Il parle de la méchanceté humaine qui sème sur la terre violence et haine, et évoque ces multitudes d’hommes, de femmes et d’enfants qui fuient la guerre, la faim, la persécution, disposés à risquer leur vie pour voir respectés leurs droits fondamentaux.
     
    « Un fleuve de misère, alimenté par le péché » semble contredire la plénitude des temps réalisée par le Christ ». Pourtant « ce fleuve en crue ne peut rien contre l’océan de miséricorde qui inonde notre monde ». Tous sont appelés « à s’immerger dans cet océan, à se laisser régénérer, pour vaincre l’indifférence qui empêche la solidarité, et sortir de la fausse neutralité qui empêche le partage. »
     
    La grâce du Christ, qui porte l’attente du salut à son accomplissement, nous pousse à devenir ses coopérateurs dans la construction d’un monde plus juste et fraternel, où chaque personne et chaque créature puisse vivre en paix, dans l’harmonie de la création originaire de Dieu.
     
    Au début d’une nouvelle année, l’Église nous fait contempler la maternité divine de Marie comme icône de paix. « A travers son “oui”, est arrivée la plénitude des temps ». Elle a cru en Lui et « se présente à nous comme un vase toujours rempli de la mémoire de Jésus, Siège de la Sagesse, où puiser pour avoir l’interprétation cohérente de son enseignement ».
     
    Marie offre la possibilité de saisir le sens des événements qui nous touchent personnellement, qui touchent nos familles, nos pays et le monde entier. « Là où ne peut arriver la raison des philosophes ni les négociations de la politique, là peut arriver la force de la foi qui porte la grâce de l’Évangile du Christ, et qui peut toujours ouvrir de nouvelles voies à la raison et aux négociations ». En ce premier janvier, en la solennité de Sainte-Marie Mère de Dieu, le Pape demande à la Vierge d’étendre sur chacun sa bénédiction. « Montre-nous le visage de ton Fils Jésus, qui donne au monde entier la miséricorde et la paix ».
     
    6.000 jeunes chanteurs de la Fédération internationale des Pueri Cantatores, des filles et garçons de 12 à 18 ans, ont chanté  lors de cette Messe, en présence de nombreux membres du Corps diplomatique accrédités près le Saint-Siège.
     
    Source : Radio Vatican.
     
    Texte intégral de l'homélie traduite en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Sainte Messe de la nuit de Noël célébrée à la Basilique Saint-Pierre

    Livret de la célébration

    Texte intégral de l'homélie traduite en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Sainte Messe avec ordination épiscopale en la Basilique Saint-Jean-de-Latran

    Livret de la célébration

    Le Pape François, évêque de Rome, s’est rendu à la cathédrale Saint-Jean de Latran ce lundi après-midi pour présider l’ordination épiscopale de Mgr Angelo de Donatis. C’est un très proche du Souverain Pontife qui est devenu ainsi son évêque auxiliaire. Prêtre incardiné dans le diocèse de Rome depuis 1983, Mgr de Donatis était précédemment le curé de la paroisse Saint-Marc évangéliste du Capitole, située au cœur de la ville éternelle. A la demande du Pape François, Mgr de Donatis avait prêché les exercices spirituels de Carême du Pape et de la Curie en 2014.

    Dans son homélie, suivant globalement le texte prévu par le missel romain, le Pape s'est adressé à Mgr de Donatis, en utilisant le tutoiement : « Frère très cher, souviens-toi que tu as été choisi parmi les hommes et pour les hommes (...). L'épiscopat est le nom d'un service, et non d'un honneur. »

    « Annonce la Parole à chaque occasion opportune et parfois inopportune, admoneste, réprouve, mais toujours avec douceur, exhorte avec magnanimité et doctrine. Que tes paroles soient simples, que tous comprennent, qu'il n'y ait pas de longues homélies. Je me permet de te le dire, a-t-il improvisé avec humour : souviens-toi de ton papa, quand il était tellement heureux d'avoir trouvé, près du village, une autre paroisse où la messe se célébrait sans l'homélie ! Que les homélies soient justement la transmission de la grâce de Dieu : simples, que tous comprennent, que tous aient la volonté de devenir meilleurs. »

    En appelant le nouvel évêque à se montrer proche des prêtres, des séminaristes, et à aller au contact des plus pauvres, le Saint-Père a aussi rappelé à Mgr de Donatis la perspective de l'Année jubilaire. « À l'approche de l'Année de la Miséricorde, je te demande, comme frère, d'être miséricordieux. L'Église et le monde ont besoin de tellement de miséricorde. Toi, enseigne aux prêtres, aux séminaristes, la voie de la miséricorde. Avec des paroles, oui, mais surtout avec ton attitude. La miséricorde du Père toujours reçoit, il y a toujours de la place dans son Cœur, il ne chasse jamais personne (...). C'est ce que je te souhaite : beaucoup de miséricorde ! »

    Durant le rite de la remise de l'anneau épiscopal, le Pape François a ajouté ces paroles : « N'oublie pas qu'avant cet anneau, il y avait celui de tes parents. Défends la famille ! »

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral de l'homélie traduite en français à venir sur Zenit.org.

    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

  • Méditation : Une maison d'oraison

    « En ce jour de fête, qui célèbre la première de toutes les Églises, celle du Latran, celle appelée justement la « Mère des Églises » ; celle qui conserve l'Image du Sauveur révélée au peuple romain au jour de la Paix de Constantin, l'Empereur ; en cette Dédicace splendide d'une église plus splendide encore, tant la piété l'a faite belle et glorieuse, en cette Solennité, je recueillerai mon âme.

    Dans cette « Maison de l'Oraison », où tant de générations ont passé et passeront, où tant d'âmes ont eu leurs désirs exaucés, je rentre dans ma maison intérieure, dans cette maison de Dieu, à qui convient toute sainteté. Toute Dédicace me ramène en ce « dedans » où mon baptême a fait descendre mon Dieu, Trinité que j'adore.

    Je descends moi-même, avec une âme qui l'a chanté, aimé, glorifié (1), dans ce ciel intime de mon être, puisque Dieu y habite - au moins, je le souhaite et je l'espère - et que le ciel, c'est Dieu.

    Je pénètre dans cette « forteresse du saint recueillement », comme elle l'appelait, et je m'y prosterne, livrant mon être effondré, là, à Celui qui l'a créé.

    Oui, mon âme doit être une maison d'oraison. La vraie vie d'un être est au dedans de lui-même. Si je vis, c'est là que je dois vivre ; vivre, c'est adorer, adorer toujours. Comprenne qui peut comprendre !

    « O mon Dieu, Trinité que j'adore », faites votre dédicace en moi ; consacrez mon âme ; marquez-la de votre onction sacro-sainte, ô Dieu, qui vous complaisez en votre Christ, Maison suprême, et en tous ceux qui aspirent à le reproduire.

    C'est là, dans mon « dedans », que je demanderai, que je recevrai ; là, que je chercherai et trouverai ; là, que je frapperai à la porte, et l'on m'ouvrira. Jésus, Porte des brebis, je frappe, je cherche et je demande. »

    1. Bse Elisabeth de la Trinité, Carmélite de Dijon.

    Dom Vandeur, Élévations sur la Messe de chaque jour - Temps après la Pentecôte II (Dédicace de l'Archibasilique du Saint-Sauveur), Éditions de Maredsous, Belgique, 1950.

    Dom Vandeur,Dédicace,Basilique,Latran,eglises

     
    La basilique Saint-Jean-de-Latran est la cathédrale de Rome. C'est le premier sanctuaire du christianisme construit sur ce site, dès 312-313, par Constantin, le premier empereur romain devenu chrétien. C'est l'une des quatre basiliques majeures de Rome.
    L'abside date de 1880 mais la mosaïque du XIIIe siècle a été conservée. Elle reprend le thème de la Croix reposant sur la Jérusalem Céleste, de laquelle s'écoulent les quatre fleuves symbolisant les Évangiles.
    Commentaire sur la mosaïque
  • Lundi 9 novembre 2015

    Dédicace de la Basilique du Latran

    St-Jean-de-Latran_1.jpg

    Basilique Saint-Jean-de-Latran
     
  • Voyage apostolique du Pape : Prière au Sanctuaire de la Virgen de la Caridad del Cobre à Santiago

    Galerie photographique

    Rediffusion en différé sur KTO ce mardi 22 à 11h00

    Après sa visite à Holguìn, le Pape François a été accueilli par des milliers de personnes à Santiago, grand port de l’est du pays. Le Souverain Pontife a rencontré dans la soirée les évêques avant de se rendre au Sanctuaire de la Vierge de la Charité del Cobre.

    Le Pape François a posé un bouquet de fleurs au pied de la statue de la Vierge, puis il a médité pendant plusieurs minutes, avant de réciter une prière. « Vierge de la Charité de Cobre ! Patronne de Cuba ! Votre nom et l'image sont sculptés dans l'esprit et le cœur de tous les Cubains. (…) Mère de la réconciliation ! Rassemble tes enfants dispersés à travers le monde. Fais de la nation cubaine une maison de frères et sœurs pour que ce peuple ouvre son esprit et sa vie au Christ ».

    Le Saint-Père a aussi offert un vase d'argent avec des fleurs et des pétales en céramique : un geste symbolique à l’image de celui que font les cubains, donner un bouquet de fleurs à la Vierge. Car ce lieu réunit de nombreux fidèles : Notre Dame de la Charité a été proclamée Sainte patronne de Cuba en 1916 par le Pape Benoit XV, à la fin de la guerre d’indépendance nationale. La statue a, elle, été finalement couronnée par St Jean Paul II, au cours de son voyage sur l’ile.

    Source : Radio Vatican.

    Texte original des prières en espagnol sur le site internet du Vatican.

  • Mercredi 5 août 2015

    Dédicace de Sainte Marie aux Neiges
    (Basilique Sainte-Marie Majeure)

     basilique-sainte-marie-majeure-rome_1b.jpg

    Calendrier liturgique et sanctoral

  • Sainte Messe célébrée par le Pape François en la Basilique Saint-Pierre

    Bénédiction du Pallium des nouveaux Archevêques métropolitains

     Livret de la célébration

    « Malgré les tempêtes et ses nombreux péchés, l’Eglise reste inexplicablement solide, parce qu’elle n’est pas l’Eglise des Papes, des évêques, des prêtres ou des fidèles ; elle n’appartient qu’au Christ » : le Pape François l’a affirmé ce lundi matin au cours d’une messe solennelle, dans la basilique Saint-Pierre, à l’occasion de la fête des saints Pierre et Paul, Patrons de l’Eglise de Rome. Le Saint-Père a béni le pallium qui sera ensuite remis à 46 nouveaux archevêques du monde entier, nommés au cours des douze derniers mois. La plupart de ces nouveaux archevêques étaient présents à Rome ce lundi. Comme chaque année à la même date, une délégation du Patriarcat Œcuménique de Constantinople, emmenée par le métropolite de Pergame et grand théologien orthodoxe Jean Zizioulas, a également assisté à la célébration. Dans son homélie, le Pape François a lancé un appel à la prière, à la foi et au témoignage.

    « Au cours de l’histoire, tant de forces, de l’intérieur comme de l’extérieur, ont cherché et cherchent à anéantir l’Eglise, mais celle-ci reste vivante et féconde ». Car il n’existe pas de « force capable de vaincre celui qui détient la force de la foi ». La foi, le témoignage, la prière, telles sont les recommandations livrées par le Souverain Pontife aux nouveaux archevêques et à l’Eglise tout entière. « La communauté de Pierre et de Paul nous enseigne, a-t-il dit, qu’une Eglise en prière est une Eglise debout, solide, en chemin. Aucune communauté chrétienne ne peut aller de l’avant sans le soutien de la prière persévérante ! Un chrétien qui prie est un chrétien protégé et surtout il n’est pas seul. Dieu exauce nos prières en nous envoyant au moment opportun un ange qui, à l’improviste, vient nous sauver des esclavages et des chaînes mondaines, nous tirer des situations difficiles, nous arracher aux mains de la mort et du Malin, rallumer en nous la flamme de l’espérance ; consoler notre cœur accablé ; nous réveiller du sommeil existentiel ou simplement pour nous dire : "Tu n’es pas seul". Dieu met des anges sur notre chemin, mais pris par la peur, l’incrédulité ou l’euphorie, nous les laissons à la porte. Dieu n’enlève pas ses enfants du monde ou du mal mais il leur donne la force pour les vaincre ».

    Mais, avertit le Pape François, une Eglise ou un chrétien sans témoignage est stérile, « un mort qui pense être vivant ». Or, il n’y a pas de témoignage sans une vie cohérente. « Aujourd’hui, a insisté le Saint-Père, le monde a besoin, non pas tant de maîtres, mais plutôt de témoins courageux, qui n’ont pas honte du Nom du Christ et de sa Croix, ni devant les lions rugissants, ni devant les puissances de ce monde ». En cette fête des saints Pierre et Paul, le Pape François a rendu hommage au courage des Apôtres et de la première communauté chrétienne, qui ont continué l’œuvre d’évangélisation malgré les persécutions. Enfin, cette célébration lui a également donné l’occasion d’évoquer une fois encore les chrétiens qui, dans plusieurs parties du monde, sont encore victimes aujourd’hui de persécutions atroces, inhumaines et inexplicables, sous les yeux de tous mais souvent dans le silence général.

    Avant la messe, le Souverain Pontife a béni les palliums mais contrairement au passé, il ne les a pas imposés lui-même sur les épaules des nouveaux archevêques. Cette tâche est désormais confiée aux nonces apostoliques respectifs pour favoriser la participation des Eglises locales à cette étape importante de la vie de l’Eglise. Le pallium est une étole de laine blanche marquée de croix de soie noire qui symbolise notamment la brebis que le Bon Pasteur porte sur ses épaules.

    Après la messe, le Pape François s’est rendu avec le métropolite Jean Zizioulas sur le tombeau de saint Pierre sous l’autel de la Confession. Ils ont prié ensemble avant de s’entretenir brièvement.

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral de l'homélie ci-dessous : un appel à la prière, à la foi, et au témoignage.

    Lire la suite

  • Rencontre à la Basilique Saint Jean de Latran avec les participants à la 3e Retraite mondiale des Prêtres

     Rencontre,pape,François,Basilique,Saint Jean de Latran,Retraite mondiale,Prêtres

    Du 10 au 14 juin à Rome, en la Basilique de Saint Jean de Latran, se déroule la 3e Retraite Mondiale des Prêtres, promue par Service International du Renouveau Charismatique Catholique (ICCRS) et la mouvement "Fraternité Catholique", sur le thème : « Appelés à la sainteté pour la nouvelle évangélisation », avec pour fil conducteur l'Exhortation Apostolique Evangelii gaudium.

    À 16 heures aujourd'hui, en la Solennité du Sacré-Cœur de Jésus, le Pape François s'est rendu à la Basilique Saint-Jean de Latran et a livré une méditation sur le thème « Transformés par l'amour et pour l'amour ». Après un échange de deux heures avec les prêtres sous forme de questions-réponses, le Pape a présidé la Célébration eucharistique et a délivré à ceux qui étaient présents le mandat missionnaire.

    Assis derrière un bureau, stylo en main, le Pape a répondu aux questions de manière spontanée, en espagnol, aux nombreux prêtres venus l’écouter. Mêlant anecdotes personnelles, extraits d’homélies et conseils percutants, François a parlé d’évangélisation : « La première motivation pour évangéliser est l’amour de Jésus » a-t-il dit.

    « Nous devons nous tenir en prière pour que nous puissions cultiver cet amour auquel nous sommes appelés, auquel les prêtres sont appelés envers le peuple de Dieu. Il faut ouvrir notre cœur à Lui, a rappelé le Saint-Père, Jésus qui nous contemple et nous voit. »

    « Comment parler de Jésus, quand on est prêtre, de son amour pour les gens ? » a demandé le Pape, qui a plaidé pour des homélies courtes et simples. « Le peuple de Dieu a besoin que l’on parle à son cœur, sinon il déconnecte, il n'a pas besoin de classes de morale, qu'on lui dise ce qui se fait ou ne se fait pas, mais des homélies qui touchent le cœur. »

    « Nous sommes appelés comme le Christ nous a aimés, à aimer sans limites » a-t-il expliqué, il faut une Église qui mette Jésus et la miséricorde au centre. Lors de cet échange, le Pape est aussi revenu sur la division des chrétiens qui est un scandale. « L’unité est un mandat de Jésus » a-t-il rappelé. Le Pape qui a évoqué un « scandale de famille » en faisant mémoire des massacres réciproques entre catholiques et protestants au cours de l’histoire. « Ceux qui massacrent les chrétiens aujourd’hui ne font pas la différence, a-t-il martelé : ils savent que chacun se réclame de Jésus. »

    Le Pape François a une nouvelle fois aussi dénoncé le cléricalisme « un péché complice » a-t-il dit , et expliqué que la grâce était gratuite, qu'elle ne s’achetait pas. Répondant à des questions venues d’Australie, du Pérou, des Pays-Bas ou du Burundi, le Saint-Père a aussi rappelé aux prêtres de laisser travailler les laïcs, il a rendu hommage au monde orthodoxe ou encore dénoncé les injustices sociales en Amérique Latine. Mais derrière cette discussion à bâtons rompus, une idée force émerge, qui sonne comme une profession de foi pour tous les prêtres : « Je souhaite toujours aimer plus Jésus, car je suis pécheur ».

    Source : Salle de Presse du Saint-Siège - Radio Vatican.

  • Le Pape François ordonnera 19 nouveaux prêtres dimanche 26 avril au Vatican

    pape,françois,ordination,prêtres,diacres,dimanche,vocations,basilique,saint-pierre

    19 diacres seront ordonnés prêtres par le Pape François dimanche 26 avril dans la basilique Saint-Pierre, au Vatican. 13 d’entre eux exerceront leur ministère dans le diocèse de Rome (Italie) tandis que les six autres appartiennent à différentes congrégations implantées dans le monde.

    Parmi ces 13 futurs prêtres, âgés de 27 à 39 ans, figurent une majorité d’Italiens ainsi qu’un Coréen, un Colombien et un Chilien. Sur les six autres futurs prêtres, quatre d’entre eux sont originaires du Pérou et de Madagascar et appartiennent à la Congrégation de la Famille des disciples. Un Croate appartient à l’Ordre des Frères mineurs conventuels franciscains. Un autre diacre, enfin, vient du diocèse de Thamarassery en Inde.

    Le Cardinal Agostino Vallini, vicaire du Pape pour le diocèse de Rome, concélèbrera cette Messe qui aura lieu lors de la Journée mondiale de prière pour les vocations, avec les cinq évêques auxiliaires du diocèse.

    Source : Radio Vatican avec I.Media.

  • Bulle d'indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde

    Misericordiae Vultus
    Bulle d'indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde

    La Bulle papale d'indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde a été présentée ce samedi 11 avril devant la Porte Sainte de la basilique Saint-Pierre. A cette occasion, la salle de presse du Saint-Siège publie une synthèse de ce document du Pape François : 

    « Dans la bulle d'indiction du Jubilé extraordinaire de la miséricorde, Misericordiae Vultus, qui comporte vingt-cinq chapitres, le Pape parcourt les traits saillants de la miséricorde divine à commencer par le visage lumineux du Christ. Miséricorde n'est pas un concept abstrait mais une réalité à découvrir, admirer et servir. Le texte se développe selon une forme trinitaire pour décrire l'Église comme signe crédible de la miséricorde. La vie de l'Église ne repose-t-elle pas sur la miséricorde !

    Ensuite, le Saint-Père décrit les étapes du jubilé, dont l'ouverture (8 décembre) coïncide avec le cinquantième anniversaire de la clôture du concile Vatican II : L'Église ressent la nécessité de le garder vivant un événement qui a marqué une nouvelle étape de son histoire. Les pères conciliaires avaient fortement ressenti le souffle de l'Esprit, l'exigence de parler de Dieu à leurs contemporains d'une manière plus compréhensible. Étant abattus les murs qui depuis trop de temps avaient fait de l'Église une forteresse close, il convenait d'annoncer l'Évangile d'une façon nouvelle. La conclusion de l'année sainte extraordinaire est fixée au 20 novembre 2016, solennité du Christ Roi. La fermeture de la Porte Sainte sera l'occasion de rendre grâce à la Trinité pour cette période de grâce, de confier l'Église, l'humanité et l'univers à la souveraineté du Christ, afin qu'il distribue sa miséricorde comme la rosée du matin en vue d'une histoire féconde bâtie ensemble.

    Une des particularités de ce jubilé est qu'il peut être célébré dans tous les diocèses. À Rome, la Porte Sainte de la basilique vaticane sera ouverte par le Pape le 8 décembre, et le dimanche suivant dans toutes les églises du monde désignées à cet effet, cathédrales ou sanctuaires fréquentés par les pèlerins. Reprenant l'enseignement de Jean XXIII, qui parlait de la médecine de la miséricorde, et celui de Paul VI, qui identifiait la spiritualité de Vatican II à celle du Samaritain, le bulle du Pape François précise les points saillants de ce jubilé extraordinaire : Le sens de la formule Miséricordieux comme le Père est miséricordieux, celui du pèlerinage et avant tout l'exigence du pardon qui est particulièrement chère au Pape. Quant aux œuvres de miséricordes matérielles comme spirituelles, elles devront réveiller une conscience personnelle souvent assoupie face au drame de la pauvreté, nous faire mieux entrer au cœur de l'Évangile où les pauvres sont les préférés de la divine miséricorde. Le carême sera l'occasion d'envoyer en mission des agents de la miséricorde, une initiative originale par laquelle le Saint-Père entend souligner l'attention pastorale de l'Église.

    Ensuite le Pape François traite du rapport entre justice et miséricorde qui, sans vouloir s'en tenir à une vision légaliste, tende à la manifestation d'un amour miséricordieux. Puis il lance un appel contre la violence organisée, mais aussi contre les auteurs de la corruption et leurs complices. Ainsi dénonce-t-il cette plaie infectée en insistant pour que l'année sainte de la miséricorde soit un parcours de conversion, une occasion de changer de vie, un temps de compassion cordiale. Face au mal, à des crimes graves, il faut écouter la plainte des innocents, privées de leurs biens, de leur dignité, de leurs affections, et parfois de leur vie. Le mal ne produit qu'illusion et tristesse, alors que la vie véritable est toute autre chose. Dieu ne cesse de nous tendre la main, dit le Pape : Il est toujours disposé à l'écoute, comme je le suis avec mes frères évêques et prêtres. Prenons acte de l'appel à la conversion et à rechercher la justice, car c'est la miséricorde que l'Église offre.

    Le rappel à l'indulgence comme caractère fondamental de tout jubilé permet au Pape de souligner que la divine miséricorde est commune aux chrétiens, aux musulmans et aux juifs : Puisse cette année sainte, vécue selon la miséricorde, favoriser le dialogue avec ces religions et les autres traditions spirituelles. Puisse-t-elle nous rendre plus aptes à l'ouverture et à la compréhension, éliminer en nous toute forme de préjugé ou de mépris, évacuer toute violence ou discrimination. Le Saint-Père espère que ce jubilé, vécu en symbiose avec la divine miséricorde, sera une occasion de vivre au quotidien cette grâce que le Père nous a toujours accordée. Laissons nous surprendre par Dieu au cours de cette année sainte extraordinaire car il ne cesse de nous ouvrir son cœur, de nous dire son amour et sa volonté de nous faire partager sa vie. Faisons donc écho à la parole de Dieu qui résonne pour nous pardonner, nous aider et nous aimer. Il est patient dans le réconfort et le pardon.

    L'Église, conclut le Pape François, doit être l'interprète de chaque femme et de chaque homme pour répéter sans cesse : Souviens-toi Seigneur de ta miséricorde et de ton amour éternel. »

    Source : salle de presse du Saint-Siège.

  • Messe en la Basilique de l'Annonciation de Nazareth

    Messe de la solennité de l'Annonciation, présidée par le patriarche latin de Jérusalem S.B. Mgr Fouad Twal, en la basilique de l'Annonciation de Nazareth.