Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ouverture

  • Ouverture de la XVe Assemblée générale ordinaire du Synode des Évêques

    Dans un discours fleuve très didactique, le Pape François a livré sa définition du synode, donnant le ton des vingt-cinq jours à venir.

    Compte rendu de Delphine Allaire sur Vatican News.

    Texte intégral du discours du pape François sur le site internet du Vatican.

  • Messe d'ouverture du Synode des jeunes, place Saint-Pierre

    Livret de la célébration

    Retransmission en direct sur KTO

    Texte intégral de l'homélie du pape François sur le site internet du Vatican.

  • Le site de Chrétienté-Solidarité est à nouveau en fonction

    communiants-irak_1a.jpg

    Communiqué de Chrétienté Solidarité

    Bonne nouvelle !

    Le site de Chrétienté-Solidarité amélioré, modernisé, est à nouveau en fonction. Merci pour leur grand travail à Laurent Bonnet, Yvonne et Pierre Soleil, et à Erwan le « webmaster ».

    Nos militants et amis partout en France vont s’en réjouir mais aussi tous ceux, laïques ou religieux, au Liban, en Égypte, en Irak, qui apprécient la continuation de l’œuvre de parrainages d’orphelins ou d’enfants sinistrés lancée en 1986 à Beyrouth avec notre ami le père Naoum Atallah, alors supérieur général des lazaristes et des filles de la Charité pour tout le Proche-Orient.

    À 92 ans, s’étant nécessairement retiré dans la maison centrale des Lazaristes à Achrafieh, au cœur de Beyrouth, le père Atallah n’en continue pas moins, dans toute la mesure de ses forces, à nous soutenir par sa prière et ses conseils. Les parrainages de Chrétienté-Solidarité sont désormais déterminés par notre ami le père Joseph, fils spirituel du père Atallah, en charge d’un grand projet de rénovation de l’école des lazaristes d’Antoura et par le père Aboud, religieux carme à Khobayat.

    Lien vers le site Chrétienté Solidarité : http://www.chretientesolidarite.fr/

  • Édit publiant l’ouverture de la Cause de Canonisation de la Servante de Dieu Madame Élisabeth

    Madame-Elisabeth_1a.jpg

    Louise Élisabeth Vigée Le Brun (1755–1842), Madame Elisabeth
    Château de Versailles, Petit Trianon, Attique (salon de Madame Élisabeth)
    (Crédit photo)

    L’archevêque de Paris, à la suite de l’avis de la Conférence des évêques de France et du nihil obstat de la Congrégation pour la cause des saints, a décidé d’ouvrir par décret en date du 15 novembre 2017, la cause en canonisation d’Elisabeth de France, sœur de Louis XVI.

    Le 10 mai 1794, mourait à Paris la Servante de Dieu Élisabeth de France, sœur de Louis XVI, dite Madame Élisabeth. Sa renommée de sainteté progressant toujours malgré les années, la demande formelle étant présentée de commencer sa cause de canonisation et d’en donner connaissance à la communauté ecclésiale, nous avons décidé, ayant reçu l’avis de la Conférence des évêques de France et le Nihil obstat de la Congrégation pour les causes des saints, d’ouvrir cette cause par décret du 15 novembre 2017.

    Nous invitons tous les fidèles à nous communiquer directement toutes les informations susceptibles de donner prétexte, de quelques manières, à douter de la renommée de sainteté de la Servante de Dieu.

    Selon le droit de l’Église, nous ordonnons aussi par le présent ÉDIT, à tous ceux qui en posséderaient, de remettre au Président de la commission d’enquête, dans les délais les plus brefs, tout écrit, édité ou non, qui aurait pour auteur la Servante de Dieu, et n’aurait déjà été consigné à la Postulation de la Cause, et tout document intéressant cette cause. Ceux qui voudraient conserver les originaux pourront en présenter la copie dûment authentifiée.

    Ces documents doivent être adressés au Président de la commission d’enquête pour cette cause, 17 rue des Ursins à Paris 4e.

    Enfin, nous ordonnons que le présent ÉDIT demeure pendant deux mois sur le site internet du diocèse de Paris. De plus il sera publié dans Paris Notre-Dame.

    Donné à Paris, le 15 novembre 2017

    André Cardinal VINGT-TROIS
    Archevêque de Paris

    Par mandement,
    Jean-Marie Dubois, chancelier

    Demandons l’intercession de Madame Elisabeth pour la France !

    Source : Eglise Catholique à Paris.

  • Johann Joseph Fux (1660-1741) : Ouverture en sol mineur


    Il Fondamento - Dir. Paul Dombrecht

  • Après la Belgique, les Pays-Bas : ouverture d’un centre pour l’euthanasie des enfants

    fin_de_vie_mort.jpg

    D’ici l’année prochaine, un « centre pour l’euthanasie des enfants » devrait ouvrir aux Pays-Bas a annoncé le professeur Eduard Verhagen. La loi néerlandaise actuelle autorise l’euthanasie des nourrissons jusqu’à 1 an et celle des enfants de plus de 12 ans, pour des « souffrances insupportables ». Des médecins plaident pour que la loi s’étende aussi aux enfants âgés de 1 à 12 ans, qui « sont en mesure de prendre une telle décision » selon eux. Ils invoquent l’exemple de la Belgique qui n’a pas de limite d’âge pour l’euthanasie.

    Sources : Gènéthique - NL Times, Janene Pieters (19/09/2016).

    Prions, inlassablement, et avec ferveur, prions !

  • Juan Crisóstomo de Arriaga (1806-1826) : Opéra "Los esclavos felices" - Ouverture

    Il Fondamento - Dir. Paul Dombrecht

  • JMJ 2016 à Cracovie

    Messe d'ouverture présidée par le Cardinal Dziwisz
     
     
    Le cœur de Cracovie bat désormais au rythme des JMJ. Le coup d’envoi de cette grande fête de la foi a été donné ce mardi 26 juillet 2016 dans la soirée par une cérémonie présidée par le Cardinal Stanislaw Dziwisz. L’Archevêque de Cracovie a appelé les jeunes à prier « pour toutes les victimes des récents attentats terroristes et en particulier pour le prêtre mort ce mardi pendant la célébration de l’Eucharistie en France ».
     
    Le compte-rendu d'Hélène Destombes à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Texte intégral en français de l'homélie du Cardinal Dziwisz sur Zenit.org.

    jmj,cracovie,ouverture,messe,cardinal dziwisz,vidéo

  • Alexandre Gretchaninov (1864-1956) : Dobrynya Nikitich, Op. 22 - Ouverture

    Russian National Orchestra of V. Andreev - Dir. Georgy Donyakh

  • Rimsky-Korsakov : Russian Easter Festival Ouverture, Op.36

    (Ouverture de la Grande Pâque Russe)
    Israel Philharmonic Orchestra - Dir. Zubin Mehta

  • Ouverture à Lourdes de l'Assemblée plénière de la CEF

    Les évêques de France sont réunis depuis ce mardi matin à Lourdes pour leur Assemblée plénière de printemps. Une rencontre à huis clos, jusqu’au 18 mars, qui a été inaugurée par Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France. Dans son discours, il a évoqué les sujets à l’ordre du jour et notamment le dialogue avec les musulmans, l’année de la miséricorde, les chrétiens persécutés et la situation des réfugiés en Europe, condamnant avec force les actions du « prétendu État islamique ».

    Mais un autre thème s’est imposé : les scandales pédophiles au sein du clergé. L’Église de France est actuellement secouée par de nouvelles affaires et le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, fait face à de nombreuses critiques.

    Retour sur le discours de Mgr Pontier avec Cyprien Viet, à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Texte intégral du discours de Mgr Pontier ci-dessous.

    Lire la suite

  • Sainte Messe à Sainte Marie Majeure - Ouverture Porte Sainte de la Miséricorde

     
     
    Le 1er janvier 2016, solennité de Marie Mère de Dieu, le Pape François a ouvert la Porte Sainte de la quatrième et dernière basilique romaine : Sainte-Marie-Majeure. Il avait ouvert celle de la basilique Saint-Pierre le 8 décembre, celle de Saint-Jean-de Latran, cathédrale de Rome, le 13 décembre, laissant à l’archiprêtre de Saint-Paul-hors-les-murs la tâche d’ouvrir la Porte sainte de cette basilique.
     
    Pour cette messe, le Pape avait à ses côtés le Cardinal Santos y Abril, Archiprêtre de Sainte-Marie-Majeure, et Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation à qui a été confiée l’organisation du Jubilé extraordinaire. Après le rite d’introduction et l’acte pénitentiel dans l’atrium de la basilique, le Saint-Père a ouvert la Porte Sainte ; il s’est recueilli en prière sur le seuil, avant de franchir la porte suivi des concélébrants, puis des fidèles religieux et laïcs, et il s’est dirigé vers l’autel pour célébrer la Messe.
     
    Cette célébration, le Saint-Père a voulu la placer sous le signe du pardon qui renouvelle la vie. Marie enseigne à l’Église que le pardon offert sur le Golgotha ne connaît pas de limites, a-t-il affirmé dans son homélie. La loi avec ses subtilités ne peut l’arrêter, ni la sagesse de ce monde avec ses distinctions. C’est pourquoi l’Esprit Saint a rendu les apôtres instruments efficaces du pardon. La force du pardon est le véritable antidote à la tristesse provoquée par la rancune et la vengeance. Le pardon ouvre à la joie et à la sérénité parce qu’il libère l’âme des pensées de mort, tandis que la rancune et la vengeance poussent l’esprit à la révolte et déchirent le cœur, lui ôtant le repos et la paix.
     
    À la fin de la célébration, le Pape François s’est dirigé vers la chapelle où se trouve l’icône de la Vierge Salus Populi romani. Il a ouvert la grille avec les gestes prévus pour l’ouverture d’une Porte Sainte et a déposé des fleurs devant l’icône. Puis il a prié en silence avant d’encenser l’icône. Enfin, il est sorti sur le parvis de la basilique pour saluer la foule qui se pressait à l’extérieur. Il a invité les fidèles à remercier la Vierge Marie en répétant comme les fidèles de l’ancienne ville d’Ephèse « Sainte Mère de Dieu » et, avant de prendre congé, le Saint-Père a souhaité aux fidèles une année « pleine de la miséricorde de Dieu qui pardonne tout. »
     
    Source : Radio Vatican (AG-RF).
     
    Texte intégral de l'homélie traduite en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Sainte Messe et Ouverture de la Porte Sainte à Saint Jean de Latran

     
     
    Ouvrir la Porte Sainte de Saint-Jean-de-Latran ouvre « le temps du grand pardon ». C’est sur ces mots que le Pape François a poussé les battants de la Porte Sainte de la cathédrale de Rome dans la matinée de ce dimanche 13 décembre. Au début de cette célébration solennelle à la basilique Saint-Jean de Latran, "mère de toutes les églises du monde", le Saint-Père a franchi pour la troisième fois le seuil d’une Porte Sainte, depuis le début de ce Jubilé.
     
    C’est donc sur la miséricorde que le Pape a de nouveau insisté dans une homélie plutôt courte. Citant les paroles de Jean-Baptiste, le Pape a souligné que nous sommes invités « à agir avec justice et à se tourner vers les nécessités de ceux qui sont dans le besoin. » Dans la cathédrale romaine, dont la Porte Sainte avait été la première à avoir été ouverte pour un Jubilé, en 1423, le Saint-Père a rappelé que c’est en ce dimanche 13 décembre que les cathédrales du monde entier ouvrent aussi leurs portes, « une invitation à la joie, ouvrant le temps du grand pardon ». « Il est temps de redécouvrir la présence de Dieu et la tendresse de son Père », a-t-il poursuivi devant les fidèles, précisant, en improvisant, que « Dieu n’aime pas les rigidités ».
     
    « Devant la Porte Sainte, que nous sommes invités à traverser, nous sommes appelés à être des instruments de miséricorde, sachant que nous serons jugés sur cela. » Pour le Saint-Père, le baptisé, le croyant, celui qui a la foi « a un devoir plus grand » : « être miséricordieux comme le Père », « un voyage qui dure toute la vie » a-t-il ajouté.
     
    « La venue du Seigneur doit remplir notre cœur de joie »
     
    En ce troisième dimanche de l’Avent, le Pape a rappelé que, à quelques jours de Noël, « nous ne pouvons pas nous laisser prendre par la fatigue, aucune tristesse n’est autorisée, même si nous en aurions des raisons, avec tant de préoccupations et de formes de violences qui blessent notre humanité ». Car, a poursuivi le Pape, « la venue du Seigneur doit remplir notre cœur de joie ».
     
    Dieu protège son peuple et fait savoir « aux hommes de pouvoir » que son peuple ne sera jamais laissé à la merci de l'arrogance de ses dirigeants, et le libérera de toutes angoisses. Il ne faut pas « baisser les bras devant le doute, l'impatience ou la souffrance. »
     
    Le Pape insiste sur la joie et ce message qui s’adresse encore aujourd’hui « à toute l’Église et à chacun de nous ». « La joie de franchir la Porte de la Miséricorde s’accompagne d'un engagement à accueillir et témoigner d'un amour qui va au-delà de la justice, un amour qui ne connaît pas de frontières. » Et « cet amour infini nous en sommes responsables, malgré nos contradictions. »
     
    Source : Radio Vatican (BH).
     
    Texte intégral de l'homélie traduite en français sur Zenit.org.
     
    Texte intégral en italien sur le site internet du Vatican.

  • Sainte Messe d’ouverture de la Porte Sainte de la Basilique Saint Pierre

     
    Le Pape François a inauguré, ce mardi matin, le Jubilé de la Miséricorde au Vatican. Au terme d’une messe célébrée devant des dizaines de milliers de fidèles, le Saint-Père a ouvert la Porte Sainte lors d’une cérémonie retransmise en direct et en mondovision et en présence du Pape émérite Benoît XVI. Dans son homélie, le Pape François a rappelé que « l’histoire du péché n’est compréhensible qu’à la lumière de l’amour qui pardonne. Si tout restait cantonné au péché, nous serions les plus désespérées des créatures, alors que la promesse de la victoire de l’amour du Christ enferme tout dans la miséricorde du Père. (…) La Vierge Immaculée est devant nous un témoin privilégié de cette promesse et de son accomplissement ».
     
    Cette Année Sainte extraordinaire, a indiqué le Saint-Père, est « un don de grâce ». « Entrer par cette Porte signifie découvrir la profondeur de la miséricorde du Père qui nous accueille tous et va à la rencontre de chacun personnellement. Ce sera une Année pour grandir dans la conviction de la miséricorde ». « Que de tort est fait à Dieu, et à sa grâce lorsqu’on affirme avant tout que les péchés sont punis par son jugement, sans mettre en avant au contraire qu’ils sont pardonnés par sa miséricorde ». Le Pape exhorte alors à «  faire passer la miséricorde avant le jugement ».
     
    En franchissant aujourd’hui la Porte Sainte, a également insisté le Pape, « nous voulons aussi rappeler une autre porte que, il y a cinquante ans, les Pères du Concile Vatican II ont ouverte vers le monde. Cette échéance ne peut pas être rappelée seulement pour la richesse des documents produits, qui jusqu’à nos jours permettent de vérifier le grand progrès accompli dans la foi ». Le Concile, a rappelé le Saint-Père, a été « une véritable rencontre entre l’Église et les hommes de notre temps. Une rencontre marquée par la force de l’Esprit qui poussait son Église à sortir des obstacles qui pendant de nombreuses années l’avaient refermée sur elle-même, pour reprendre avec enthousiasme le chemin missionnaire ». Le Jubilé, a-t-il conclu, « nous provoque à cette ouverture et nous oblige à ne pas négliger l’esprit qui a jailli de Vatican II, celui du Samaritain ».

    Source : Radio Vatican.
     
    Texte intégral de l'homélie traduite en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • 8 décembre 2015 - 20 novembre 2016 : Jubilé extraordinaire de la Miséricorde

    8 décembre 2015,20 novembre 2016,Jubilé,extraordinaire,Miséricorde,ouverture,porte sainte,pape,François,messe,homélie

    Bulle d'Indiction du Jubilé Extraordinaire de la Miséricorde Misericordiae Vultus

    Lettre du Pape François accordant l'Indulgence à l'occasion du Jubilé de la Miséricorde

  • Le Pape François en République Centrafricaine : Messe avec les prêtres, religieux, religieuses, catéchistes et jeunes en la cathédrale de Bangui

    Et ouverture de la Porte Sainte

    Bangui est devenue ce dimanche 29 novembre 2015 la capitale spirituelle du monde, la capitale de la prière. Le Pape François a officiellement inauguré le Jubilé de la Miséricorde, en Centrafrique, un pays exténué et oublié. Il a posé un geste historique en ouvrant la porte sainte de la cathédrale de Bangui, située au cœur d’une capitale dévastée, aux périphéries du monde, où les infrastructures sont vétustes ou inexistantes, où la misère est extrême.

    Loin du faste somptueux de la basilique Saint-Pierre, la Porte Sainte de Bangui se compose d’une grille en bois, en forme de porche, qui donne directement sur la nef, laissant passer la lumière et la fraicheur. Devant cette porte ouverte sur le monde, le Saint-Père s’est arrêté, ému, recueilli. « Ouvrez les portes de la Justice », a-t-il récité sur un ton solennel, le visage grave. « Nous demandons la paix, la miséricorde, la réconciliation pour la Centrafrique et pour tous les pays en guerre. Nous demandons la paix », a-t-il scandé en sango, la langue du pays, suscitant un tonnerre d’applaudissements.

    Et c’est accompagné de chants joyeux que le Pape François a parcouru la nef de la cathédrale au milieu de l’assemblée composée de prêtres, religieux, religieuses, séminaristes, un clergé confronté à des difficultés en tous genres, engagé dans l’œuvre de réconciliation, mais aussi dans le domaine de l’éducation et de la santé, dans un contexte qui est loin d’être réjouissant.

    « Nous devons pardonner », a martelé le Pape dans son homélie insistant sur l’amour des ennemis qui prémunit contre la tentation de la vengeance et contre la spirale des représailles sans fin. « Les agents d’évangélisation doivent être avant tout des artisans du pardon, des spécialistes de la réconciliation, des experts de la miséricorde ». Et le Pape a lancé un appel à « tous ceux qui utilisent injustement les armes de ce monde afin qu’ils déposent ces instruments de mort. Armez-vous plutôt de la justice, de l’amour et de la miséricorde, vrais gages de paix ». Le Pape François en est certain : « Dieu aura le dernier mot ».

    Source : Radio Vatican (XS-MD-RF).

    Paroles prononcées avant l’ouverture de la Porte Sainte

    (Italien) Aujourd’hui Bangui devient la capitale spirituelle du monde. L’Année Sainte de la Miséricorde commence en avance sur cette terre.

    (Espagnol) Une terre qui souffre depuis plusieurs années de la guerre et de la haine, de l’incompréhension, du manque de paix. Mais sur cette terre souffrante, il y a aussi tous les pays qui passent par la croix de la guerre. (Italien) Bangui devient la capitale spirituelle de la prière par la miséricorde du Père. Tous, demandons la paix, la miséricorde, la réconciliation, le pardon, l’amour. Pour Bangui, pour toute la République de Centrafrique, pour le monde entier, pour les pays qui souffrent de la guerre, demandons la paix !

    Et tous ensemble, demandons l’amour et la paix. Tous ensemble ! (En Sango) Doyé Siriri ! [tous répètent : Doyé Siriri !]

    Et maintenant, avec cette prière nous commençons l’Année Sainte : ici, dans cette capitale spirituelle du monde, aujourd’hui !

    Source : site internet du Vatican.

    Texte intégral de l'homélie traduite en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Ouverture de l’Année Saint Martin 2016

    Cette « année martinienne » correspond au 1700e anniversaire de la naissance de saint Martin.

    Elle a débuté le mardi 10 novembre, à Tours, et sera ouverte, officiellement, ce 11 novembre après-midi, en la cathédrale Saint-Gatien, par Mgr Aubertin, archevêque de Tours.

    Source : diocèse de Tours.

    Ouverture,Année,Saint Martin,2016,diocèse,Tours

  • Richard Wagner : Tannhäuser - Ouverture

    Orchestre Philharmonique de Vienne - Dir. Herbert von Karajan
    (Vienne, 1988)

  • Sainte Messe pour l'ouverture de la XIVe Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Evêques

    Le Pape François a ouvert ce dimanche matin en la basilique Saint-Pierre, la XIVe Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques consacrée à la famille. Dans son homélie, le Saint-Père a commenté les lectures bibliques du jour qui, a-t-il souligné, « semblent choisies spécialement pour l’événement de grâce que l’Église est en train de vivre ». « Elles sont centrées sur trois thèmes : le drame de la solitude, l’amour entre l’homme et la femme, et la famille ». Le Pape a rappelé que « le rêve de Dieu » se réalisait dans « l’union d’amour entre l’homme et la femme ». Dieu qui « les unit dans l’unité et l’indissolubilité ». Pour Dieu, a précisé le Saint-Père, « le mariage n’est pas une utopie propre à l’adolescence, mais un rêve sans lequel sa créature sera destinée à la solitude ! ».

    « Aujourd’hui se vit le paradoxe d’un monde globalisé, où nous voyons beaucoup d’habitations luxueuses et de gratte ciels, mais de moins en moins de chaleur de la maison et de la famille (…) beaucoup de moyens sophistiqués de divertissement, mais de plus en plus un vide profond dans le cœur ; beaucoup de plaisirs, mais peu d’amour ; beaucoup de liberté mais peu d’autonomie… Les personnes qui se sentent seules sont de plus en plus nombreuses, mais aussi celles qui se renferment dans l’égoïsme, dans la mélancolie, dans la violence destructrice et dans l’esclavage du plaisir et du dieu argent ».

    Après avoir évoqué « le drame qui, encore aujourd’hui, afflige tant d’hommes et de femmes : les « personnes âgées, abandonnées même de leurs êtres chers et de leurs propres enfants », « les veufs et veuves », « les migrants et réfugiés qui fuient les guerres et les persécutions », et « tant de jeunes victimes de la culture de la consommation (…) et de la culture du déchet », le Pape François a indiqué que « dans ce contexte social et matrimonial très difficile, l’Église est appelée à vivre sa mission dans la fidélité, dans la vérité et dans la charité ».

    « Vivre sa mission dans la fidélité à son Maître comme une voix qui crie dans le désert, pour défendre l’amour fidèle, et encourager les très nombreuses familles qui vivent leur mariage comme un espace où se manifeste l’amour divin ; pour défendre la sacralité de la vie, de toute vie ; pour défendre l’unité et l’indissolubilité du lien conjugal comme signe de la grâce de Dieu et de la capacité de l’homme d’aimer sérieusement ».

    « Vivre sa mission dans la vérité, qui ne change pas selon les modes passagères et les opinions dominantes (…) « Vivre sa mission dans la charité, qui ne pointe pas du doigt pour juger les autres, mais – fidèle à sa nature de mère – se sent le devoir de chercher et de soigner les couples blessés avec l’huile de l’accueil et de la miséricorde ; d’être ‘’hôpital de campagne’’ aux portes ouvertes pour accueillir quiconque frappe pour demander aide et soutien ».

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral de l'homélie traduite en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809-1847) : Les Hébrides, Ouverture, Op. 26

    London Symphony Orchestra - Dir. Claudio Abbado

    Les amateurs pourront comparer l'interprétation de Claudio Abbado avec celle d'Otto Klemperer, très différente (plus ample, plus sonore), dirigeant l'Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise, dans la version ci-dessous, enregistrée le 23 mai 1969 à Munich :