Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

canonisation

  • Voyage apostolique du Pape François à Fatima

    logo-fatima-2017_600.jpg

    Ces 12 et 13 mai 2017, le Pape François se rend à Fatima au Portugal où il accomplit un pèlerinage à l’occasion du centenaire des apparitions mariales.

    Missel pour le voyage apostolique à Fatima

    Retransmissions en direct sur KTO :

    10h40 : Messe et Canonisations

    - Texte intégral de l'homélie traduite en français sur le site internet du Vatican.

    - Salut du Saint-Père au terme de la Messe, texte intégral traduit en français.

    voyage,pèlerinage,pape,françois,fatima,canonisation,jacinta,francesco

    « Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu'Il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés dont Il est offensé et de supplication pour la conversion des pécheurs ? »

    Demande de la très Sainte Vierge Marie aux enfants de Fatima lors de sa première apparition, le 13 mai 1917.

  • Les petits bergers de Fatima seront canonisés le 13 mai

    Francisco-Jacintha_1.jpg

    C’est donc confirmé : les deux petits bergers de Fatima, témoins des apparitions de la Vierge, vont être canonisés le 13 mai prochain par le Pape François lors de son voyage au sanctuaire marial portugais. Lors d’un consistoire ordinaire au Vatican ce jeudi 20 avril 2017, dans la matinée, le Pape a annoncé aux cardinaux présents la liste des prochains bienheureux qui seront canonisés et donc la date de la cérémonie concernant Jacinta et Francisco Marto.

    Depuis le 23 mars, date à laquelle il avait autorisé la publication d’un décret de la Congrégation pour la cause des saints, reconnaissant un second miracle, on savait que les deux petits bergers allaient être faits saints par l’Eglise. Ne manquait plus que la date… C’est donc chose faite…

    Lors de ce consistoire ordinaire que le pape avait annoncé au début du mois, François a confirmé la canonisation de trente martyrs brésiliens, de trois jeunes Mexicains, martyrs également, du père piariste Faustino Miguez, et du père capucin Angelo da Acri (Cf. au 11 avril 2017). Ils seront eux canonisés à Rome le 15 octobre prochain.

    Il faut noter que les deux petits bergers sont les premiers enfants non martyrs à être canonisés par l’Eglise. Leur cousine, Lucia Dos Santos (1907-2005), qui leur avait survécu et qui avait consigné toute leur histoire par écrit, fait elle l'objet d'un procès en béatification. Elle était devenue carmélite, et s'est éteinte peu avant saint Jean-Paul II, lui-même très attaché à Fatima où il s'était rendu en 1982, pour rendre grâce pour sa survie à l'attentat du 13 mai 1981, puis de nouveau en 1991 et en l'an 2000. Paul VI est lui venu pour le cinquantenaire des apparitions en 1967, et Benoît XVI en 2010.

    A Fatima, ce 13 mai 2017 donnera donc l'occasion d'une double fête, en présence du Pape François : le centenaire des apparitions, et la double canonisation.

    Source : Radio Vatican.

  • Consistoire pour la canonisation de plusieurs bienheureux, dont les voyants de Fatima

    Francisco-Jacintha_1a.jpg

    Le Pape François présidera jeudi 20 avril 2017 à 10h le Consistoire ordinaire public pour la canonisation de plusieurs bienheureux dans la salle du Consistoire du Palais apostolique. Parmi eux : Jacinthe et François Marto, les petits bergers à qui la Vierge est apparue à Fatima en 1917. Dans un décret publié jeudi 23 mars, la Congrégation pour la cause des Saints avait annoncé leur canonisation prochaine après que la reconnaissance par le Pape d’un miracle ouvrant cette voie.

    Voici la liste complète des bienheureux concernés par le Consistoire de jeudi :

    - 30 martyrs, dont les Pères Andrea de Soveral et Ambrogio Francesco Ferro, le laïc Matteo Moreira et 27 de leurs compagnons, considérés comme les premiers martyrs du Brésil, tués « en haine de la foi » les 16 juillet et 3 octobre 1645 ;

    - 3 jeunes martyrs mexicains : Cristobal – appelé pour sa jeunesse « Cristobalito » -, mort en 1527, Antonio et Juan, morts en 1529, enfants de 12 à 14 ans connus comme « les enfants martyrs de Tlaxcala » au Mexique ;

    - le Père piariste Faustino Míguez González (1831-1925), fondateur en 1885 de l’Institut Calasanziano des filles de la Divine Providence ;

    - le Père capucin Angelo da Acri (né Luca Antonio Falcone, 1669-1739). Le Pape Léon XII l'avait proclamé bienheureux le 18 décembre 1825 ;

    - Francisco Marto (1908-1919) et Jacinta Marto (1910-1920).

    Source : Radio Vatican.

  • Fatima : Francisco et Jacinta bientôt canonisés

    Lucia-Francisco-Jacintha-5a.jpg

    Le Pape a reconnu un nouveau miracle ouvrant la voie à la canonisation des voyants de Fatima. Dans un décret publié jeudi 23 mars, la Congrégation pour la cause des Saints a annoncé la canonisation prochaine de 36 nouveaux saints et de 40 nouveaux bienheureux. Parmi ceux qui seront prochainement canonisés, figurent Jacinthe et François Marto, les petits bergers à qui la Vierge Marie apparut à Fatima en 1917. Jacinthe et François n'avaient que 7 et 9 ans au moment de la première apparition.

    C'est aux côtés de Lucie Dos Santos, décédée en 2005, qu'ils verront la Sainte Vierge six fois entre le 13 mai et le 13 octobre 2017. Jacinthe et Francesco mourront en 1919 et 1920, emportés par la grippe espagnole. Ils avaient été béatifiés par le Pape Jean-Paul II le 13 mai 2000, jour de la fête de Notre-Dame de Fatima. Ce décret intervient quelques semaines avant la visite du Pape François au sanctuaire marial portugais, les 12 et 13 mai prochains.

    Source : Radio Vatican (OB).

  • Le Pape autorise une canonisation et des béatifications

    L’Espagnol Faustino Miguez (1831-1925) sera bientôt canonisé. Le Pape François a autorisé la Congrégation pour les causes des saints à publier un décret concernant un miracle attribué à son intercession, après une audience avec le Cardinal Angelo Amato. Ce prêtre scolope (*), fondateur de la Congrégation des Filles de Calasanz, a été béatifié le 25 octobre 1998 par Jean-Paul II.
    (*) des Écoles pies, fondées par Saint Joseph de Calasanz.

    Nouveaux Bienheureux

    Plusieurs béatifications ont aussi été autorisés par le Saint-Père, celle de l’Italienne Leopoldina Naudet (1773-1834), fondatrice des Religieuses de la Sainte Famille de Vérone - déclarée Vénérable le 6 juillet 2007 par le pape Benoit XVI - ainsi que celles de Mateu Casals, Teofilo Casajùs et Ferran Saperas, religieux clarétins martyrs en Espagne, et 106 compagnons de la Congrégation des Fils du Cœur Immaculé de Marie, tués en raison de leur foi pendant la guerre civile en Espagne entre 1936 et 1937.

    Et cinq nouveaux Vénérables

    canonisation,béatification,faustino miguez,vénérable,jean-baptiste fouque

    L'Abbé Jean-Baptiste Fouque

    Enfin une étape très importante avant la béatification a été promulguée par ce décret, la reconnaissance des vertus héroïques de Jean-Baptiste Fouque (1851-1926), prêtre français fondateur de l'Hôpital Saint Joseph de Marseille, de Lorenzo dello Spirito Santo, religieux de la Congrégation de la Passion de Jésus Christ (1874-1953), de la servante de Dieu Maria Raffaella du Sacré Cœur de Jésus (1814-1899), de Clelia Merloni, fondatrice italienne de l’Institut de l’Apostolat du Sacré Cœur de Jésus (1861-1930), et enfin d'Isidoro Zorzano Ledesma, laïc argentin de l’Opus Dei (1902-1943).

    Source : Radio Vatican (SB).

  • Sainte Messe célébrée par le Pape François place Saint-Pierre avec rite de canonisation

    (cf. notre rappel du 14 octobre dernier)
     

    Le Pape François a présidé, ce dimanche 16 octobre place Saint-Pierre, la messe de canonisation de sept bienheureux, dont deux Français, Salomon Leclercq, des Frères des écoles chrétiennes et Elisabeth de la Trinité, carmélite originaire de Dijon, en France.

    Quelque 80 000 fidèles, parmi lesquels de nombreux Français ont assisté à cette célébration. Présentes également 5 délégations officielles : espagnole, mexicaine, italienne, française et argentine. La France était représentée par la Ministre de l’environnement, Ségolène Royal ; l’Argentine par le président de la République, Mauricio Macri qui avait été reçu par le Saint-Père ce samedi. Dans son homélie, le Pape a insisté sur la force de la prière qui était « au centre des lectures bibliques de ce dimanche ».

    Le compte rendu de Blandine Hugonnet à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Texte intégral de l'homélie traduite en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Méditation - L'unique nécessaire

    « Une âme qui discute avec son moi, qui s'occupe de ses sensibilités, qui poursuit une pensée inutile, un désir quelconque, cette âme disperse ses forces, elle n'est pas toute ordonnée à Dieu ; sa lyre ne vibre pas à l'unisson, et le Maître, quand Il la touche, ne peut en faire sortir des harmonies divines. Il y a encore trop d'humain, c'est une dissonance.
    L'âme qui se garde encore quelque chose de son royaume, dont toutes les puissances ne sont pas « encloses » en Dieu, ne peut être une parfaite louange de gloire ; elle n'est pas en état de chanter sans interruption le « canticum magnum », dont parle saint Paul parce que l'unité ne règne pas en elle ; et, au lieu de poursuivre sa louange à travers toutes choses dans la simplicité, il faut qu'elle réunisse sans cesse les cordes de son instrument un peu perdues de tous côtés.
    Combien elle est indispensable cette belle unité intérieure à l'âme qui veut vivre ici-bas de la vie des bienheureux, c'est-à-dire des êtres simples, des esprits. Il me semble que le Maître regardait à cela lorsqu'il parlait à Madeleine de « l'Unum necessarium » (Luc 10, 42). Comme la grande sainte l'avait compris ! L'œil de son âme éclairé par la lumière de la foi, avait reconnu son Dieu sous le voile de l'humanité, et, dans le silence, dans l'unité de ses puissances, « elle écoutait la parole qu'Il lui disait » (Luc 10, 39), elle pouvait chanter : « Mon âme est toujours entre mes mains », et encore ce petit mot : « Nescivi ! (*) »
    Oui, elle ne savait plus rien sinon Lui. On pouvait faire du bruit, s'agiter autour d'elle : « Nescivi ! » On pouvait l'accuser : « Nescivi ! » pas plus son honneur que les choses extérieures ne peuvent la faire sortir de ce silence sacré.
    Ainsi en est-il de l'âme entrée dans la forteresse du saint recueillement. L'œil de son âme ouvert sous les clartés de la foi, découvre son Dieu présent, vivant en elle. A son tour, elle demeure si présente à Lui, dans la belle simplicité, qu'Il la garde avec un soin jaloux. Alors peuvent survenir les agitations du dehors, les tempêtes du dedans ; on peut atteindre son point d'honneur : « Nescivi ! » Dieu peut se cacher, lui retirer sa grâce sensible : « Nescivi ! » Et encore avec saint Paul : « Pour son amour, j'ai tout perdu. » (Ph 3, 8)
    Alors le Maître est libre, libre de s'écouler, de se donner, « à sa mesure » (Eph 4, 7), et l'âme ainsi simplifiée, unifiée, devient le trône de l'Immuable, puisque l'unité est le trône de la sainte Trinité. »

    (*) : Nescivi (Ct 6, 12) : 1ère personne singulier parfait indicatif actif (Nescio, is, ire) : "Je n'ai plus rien su".

    Ste Élisabeth de la Trinité (1880-1906, canonisée ce jour), Testament spirituel, n°140, Éditions du Seuil, 1948.

    Bse_Elisabeth_de_la_Trinite_4a.jpg

  • Rappel : les sept nouveaux saints canonisés ce dimanche 16 octobre 2016

    Rappel des informations données sur ce blog le 20 juin dernier.
    Seront canonisés par le Pape François ce dimanche 16 octobre 2016 :

    Deux Français :
    - Salomon Leclercq, Frère des écoles chrétiennes, mort en martyr de la Révolution française en 1792
    - Élisabeth de la Trinité (Élisabeth Catez), carmélite, morte en 1906 à l’âge de 26 ans

    Deux prêtres italiens :
    - le P. Lodovico Pavoni (1784-1849), fondateur des Fils de Marie Immaculée
    - le P. Alfonso Maria Fusco (1839-1910), fondateur des Sœurs de Saint Jean-Baptiste

    Ainsi que :
    - Jose Gabriel del Rosario Brochero (1840-1914), prêtre argentin, surnommé le « curé gaucho »
    - José Sanchez del Rio (1926-1939), jeune martyr mexicain de la guerre civile des « Cristeros »
    - Mgr Manuel Gonzalez y Garciades (1877-1940), évêque espagnol, fondateur des Missionnaire Eucharistiques de Nazareth, surnommé « l’Apôtre des tabernacles abandonnés »

  • Programme liturgique du Pape en cette fin d'année

    Le Bureau des célébrations liturgiques du Saint-Siège a rendu public le mardi 6 septembre le calendrier liturgique des célébrations qui seront présidées par le Pape François jusqu’à la fin de l’Année jubilaire, le 20 novembre prochain.

    Le prochain rassemblement concernera le Jubilé des catéchistes, avec une Messe qui sera célébrée par le Pape François  le dimanche 25 septembre à 10h30 sur la Place Saint-Pierre.

    Le week-end suivant, du vendredi 30 septembre au dimanche 2 octobre, le Pape se rendra en Géorgie et en Azerbaïdjan pour la seconde étape de sa tournée dans le Caucase, après son voyage en Arménie en juin dernier.

    Le Jubilé marial, le week-end des 8 et 9 octobre, donnera lieu à deux rassemblements sur la Place Saint-Pierre, en présence du Pape François : une veillée le samedi soir à 17h30, et la Messe le dimanche matin à 10h30.

    Le dimanche suivant, 16 octobre, à 10h15 sur la Place Saint-Pierre, le Pape présidera la Messe de canonisation de sept nouveaux saints, parmi lesquels deux Français : la carmélite Élisabeth de La Trinité (1880-1906), et le Frère des Écoles chrétiennes Salomon Leclercq (1745-1792), tué durant la Révolution française.

    Les autres futurs saints sont l’adolescent mexicain José Sanchez del Rio (1913-1928), martyr de la guerre des Cristeros, le prêtre argentin Jose Gabriel del Rosario Brochero (1840-1914), qui deviendra la premier saint originaire du pays du Pape actuel, l’évêque espagnol Manuel Gonzalez Garcia (1877-1940), fondateur des Missionnaires eucharistiques de Nazareth, et enfin deux prêtres italiens du XIXe siècle : Alfonso Maria Fusco (1839-1910), fondateur de la Congrégation des Sœurs de Saint-Jean-Baptiste, et Lodovico Pavoni (1784-1849), fondateur des Fils de Marie Immaculée.

    Les 31 octobre et mardi 1er novembre, le Pape François effectuera un voyage en Suède à l’occasion du 500e anniversaire de la Réforme protestante. Pour la première fois de son pontificat, le Pape ne célèbrera pas la Messe de la Toussaint à Rome, mais sur place avec la petite communauté catholique locale.

    Le vendredi 4 novembre à 11h30, il présidera comme chaque année à l’autel de la Chaire, au fond de la basilique Saint-Pierre, la Messe en mémoire des cardinaux et évêques décédés dans le cours de l’année.

    Suivront deux Jubilés exceptionnels : le dimanche 6 novembre à 10h à la basilique Saint-Pierre, la Messe du Jubilé des prisonniers, et le dimanche 13 novembre au même lieu et à la même heure, le Jubilé des personnes sans domicile fixe.

    Enfin, le dimanche 20 novembre à 10h, en la Solennité du Christ-Roi qui marque la fin de l’Année liturgique (*), le Pape présidera la Messe de clôture du Jubilé de la Miséricorde, qui avait été ouvert en deux temps : le 29 novembre 2015 à Bangui (République centrafricaine), et le 8 décembre 2015 à Rome, en la Fête de l’Immaculée Conception.

    Naturellement, ce programme ne tient pas compte des activités du Pape ne relevant pas de la compétence du Bureau des célébrations liturgiques : audiences générales et jubilaires, audiences privées, et déplacements ne donnant pas lieu à une messe, comme sa participation à un rassemblement interreligieux à Assise, le mardi 20 septembre prochain.

    Source : Radio Vatican (CV).

    (*) : au nouveau calendrier liturgique. La fête du Christ Roi est placée au calendrier traditionnel au dernier dimanche d'octobre (donc le 23 octobre cette année).

  • Messe d'action de grâces pour la canonisation de Mère Teresa, place Saint-Pierre

    Les pèlerins étaient de retour sur la place Saint-Pierre ce lundi matin pour célébrer Sainte Mère Teresa. Le 5 septembre, jour anniversaire de sa mort, est aussi le jour de la Fête liturgique de la missionnaire de Calcutta, canonisée ce dimanche 4 septembre par le Pape François. Au lendemain de ce grand événement ecclésial, c’est le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat du Saint Siège, qui célébrait une Messe d’action de grâce, présentant Ste Mère Teresa comme « le miroir de l’amour de Dieu ».

    Mère Teresa était un merveilleux exemple de service aux autres, en particulier envers les populations les plus pauvres et les personnes abandonnées. Une pauvreté que le Cardinal Parolin a élargi en englobant des catégories de populations qui au premier abord ne sont pas dans une situation de nécessité, mais qui éprouvent un « vide intérieur ».

    Mère Teresa savait, souligne le Cardinal, que « l’une des formes les plus atroces de la pauvreté est de se savoir mal aimé, non désiré ou méprisé ». Et cette forme de pauvreté peut atteindre tout le monde, lorsque par exemple les liens familiaux ou affectifs viennent à se briser, et qu’il faut alors faire face à la dureté de la solitude, et au sentiment grandissant de sa propre inutilité.

    A ceux qui se sentent abandonnés, Mère Teresa a apporté son amour. « Aimer peut faire mal, disait la sainte de Calcutta, Jésus a été crucifié pour avoir aimé ». Et c’est cette image qu’elle reprenait lorsqu’elle s’adressait aux donateurs, elle ne se limitait pas à leur demander de donner le superflu, mais de donner jusqu’à ce qu’ils aient mal.

    Source : Radio Vatican (JCP-MA).

    Texte intégral de l'homélie du Cardinal Parolin traduite en français sur Zenit.org.

  • Angélus de ce dimanche 4 septembre 2016

    Après la prière de l’Angélus ce dimanche 4 septembre 2016, place Saint-Pierre, le Pape François a remercié toutes les personnes qui ont pris part à la Messe de canonisation de Mère Teresa. Un salut adressé en premier lieu aux Missionnaires de la Charité, « la famille spirituelle de Mère Teresa ». « Que votre sainte fondatrice veille toujours sur vote chemin et vous obtienne d’être toujours fidèles à Dieu, à l’Église et aux pauvres », a demandé le Saint-Père.

    Le courage des sœurs missionnaires

    « J'aimerais rendre hommage à ceux qui se donnent au service des frères dans des contextes difficiles et risqués », a aussi déclaré le Pape François, citant les religieuses « qui donnent leur vie sans ménagement ». « Je pense particulièrement à la sœur missionnaire espagnole, Sœur Isabelle, qui a été assassiné il y a deux jours dans la capitale d’Haïti, un pays tellement éprouvé », a souligné le Pape. Il a souhaité « que cesse de tels actes de violence et qu’il y ait plus de sécurité » dans le pays avant de poursuivre : « Rappelons-nous ces autres sœurs qui, récemment, ont subi des violences dans d'autres pays. »

    Les volontaires confiés à la protection de la nouvelle sainte

    Le Saint-Père a également exprimé sa gratitude aux autorités, aux délégations officielles et aux pèlerinages venus des pays liés à Mère Teresa pour sa canonisation, appelant la bénédiction de Dieu sur ces nations. Enfin il a salué les volontaires et opérateurs de Miséricorde, réunis durant le week-end à Rome pour leur Jubilé. « Je vous confie à la protection de Mère Teresa : qu’elle vous apprenne à contempler et à adorer tous les jours Jésus Crucifié pour le reconnaître et le servir dans les frères nécessiteux. Demandons cette grâce aussi pour tous ceux qui sont unis à nous à travers les médias, dans chaque partie du monde ».

    Source : Radio Vatican (SBL).

  • Messe et canonisation de la Bse Mère Teresa place Saint-Pierre

    C'est en décembre 2015 que le Pape François a autorisé la publication du décret qui reconnaissait un miracle par l'intercession de Mère Teresa (1910-1997), acte qui ouvrait la voie à sa canonisation. Le 15 mars 2016, le Pape a annoncé au Vatican la canonisation de la célèbre religieuse albanaise, fondatrice des Missionnaires de la charité en Inde.
     
     
     
    C’est l’un des points d’orgue de l’Année sainte de la Miséricorde : le Pape a inscrit Mère Teresa, fondatrice de la Congrégation des Missionnaires de la Charité au calendrier des Saints ce dimanche 4 septembre 2016, devant 120 000 fidèles qui participent à la Messe de canonisation.
    Dans son homélie, le Pape a rappelé que « partout où il y a une main tendue qui demande une aide pour se remettre debout, doit se percevoir notre présence, ainsi que la présence de l’Église qui soutient et donne espérance ». Il rappelle que les chrétiens sont appelés à traduire dans le concret ce qu’ils invoquent dans la prière et qu’ils professent dans la foi. « L’engagement que le Seigneur demande est l’engagement d’une vocation à la charité ». Un engagement « sérieux », mais joyeux qui demande « radicalité et courage ».
     
    Le Saint-Père rend également hommage à la nouvelle sainte qu’il continue d’appeler Mère Teresa, « il serait un peu difficile de l’appeler sainte Thérèse », glisse-t-il dans un sourire. En se rendant disponible à travers l’accueil et la défense de la vie humaine, Mère Teresa a été tout au long de sa vie une « généreuse dispensatrice de la miséricorde divine ». Elle s’est dépensée dans la défense de la vie dans le sein maternel comme la vie abandonnée et rejetée. Elle s’est penchée sur les personnes abattues qu’on laisse mourir au bord des routes ; elle a fait entendre sa voix aux puissants de la terre, afin qu’ils reconnaissent leurs fautes.

    Mère Teresa, une sainte de la miséricorde. « La miséricorde a été pour elle le ‘‘sel’’ qui donnait de la saveur à chacune de ses œuvres, et la ‘‘lumière’’ qui éclairait les ténèbres de ceux qui n’avaient même plus de larmes pour pleurer leur pauvreté et leur souffrance ».
    Sa mission perdure de nos jours comme un témoignage éloquent de la proximité de Dieu aux pauvres parmi les pauvres, souligne le Pape. Il a remis ce dimanche « cette figure emblématique de femme et de consacrée au monde du volontariat : qu’elle soit votre modèle de sainteté ! » s’est-il exclamé.

    Mère Teresa, une « infatigable artisan de miséricorde » dont il espère qu’il nous aidera à comprendre toujours mieux que « notre unique critère d’action est l’amour gratuit, libre de toute idéologie et de tout lien et offert à tous sans distinction de langue, de culture, de race ou de religion ». Le Pape François a enfin demandé à chacun de porter le sourire de la sainte en leur cœur et de l’offrir à leur prochain pour « ouvrir des horizons de joie et d’espérance à tant de personnes découragées ».

    Source : Radio Vatican (MD).

    Texte intégral de l'homélie du Pape François traduite en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Méditation - Voulons-nous devenir saints ?

    « La sainteté consiste à accomplir d'un cœur joyeux la volonté de Dieu... Le premier pas vers la sainteté est la volonté de devenir saint. A travers une volonté ferme et droite, nous aimons Dieu, nous choisissons Dieu, nous nous hâtons vers Dieu, nous L'atteignons, nous L'avons. La sainteté n'est pas un luxe réservé au petit nombre, mais simple devoir pour vous et moi ; aussi, soyons saints comme notre Père aux cieux est saint. Saint Thomas disait : « La sainteté n'est rien d'autre qu'une ferme résolution » - l'acte héroïque d'une âme qui s'abandonne à Dieu.
    Notre progrès dans la sainteté dépend de Dieu et de nous, de la grâce de Dieu et de notre volonté de devenir saint. Nous devons avoir la vivante et authentique détermination d'atteindre la sainteté. « Je serai un saint » veut dire : je me dépouillerai moi-même de tout ce qui n'est pas Dieu, je viderai mon cœur de toutes les choses créées, je vivrai dans la pauvreté et le détachement, je renoncerai à ma volonté, à mes penchants, à mes caprices et à mes fantaisies, et ferai de moi une esclave volontaire, soumise à la volonté de Dieu.
    Rien ne peut nous rendre saints, excepté la présence de Dieu... Et pour moi la présence de Dieu réside dans la fidélité à de petites choses.
    Nous pouvons ne pas accomplir de grandes choses - juste des petites, avec grand amour. Les Sœurs font des petites choses : aider les enfants, visiter les personnes solitaires, les malades, les indésirables. Quand quelqu'un me dit que les Sœurs n'ont entrepris aucun grand travail, qu'elles font tranquillement de petites choses, je réponds que même si elles n'aidaient qu'une seule personne, cela suffirait. Jésus serait mort pour une seule personne, pour un seul pécheur.
    Nous devons devenir saints, non parce que nous voulons nous sentir saints, mais parce que le Christ doit être capable de vivre pleinement Sa vie en nous. Nous devons être tout amour, toute foi, toute pureté... Je prie que chacun de vous soit saint, et ainsi répande l'amour de Dieu partout où il va. Que Sa lumière de vérité soit dans la vie de chaque personne, de façon à ce que Dieu puisse continuer à aimer le monde à travers vous et moi. »

    Bse Mère Teresa (1910-1997), L'amour, un fruit toujours de saison, Éd. du Roseau, Canada, 1986.

    Bse_Mere_Teresa_30a.jpg

  • Consistoire pour quelques causes de canonisation : deux français seront canonisés le 16 octobre

    Le Pape François a annoncé lundi 20 juin 2016, lors d'un Consistoire ordinaire public, que cinq bienheureux seront canonisés le dimanche 16 octobre 2016. Parmi eux, les Français Salomon Leclercq et Elisabeth de la Trinité. Salomon Leclercq (1745-1792) est une victime de la Révolution française, mort en martyr pour avoir refusé de prêter le serment de constitution civile du clergé. Elisabeth de la Trinité (1880-1906) avait choisi de s’abandonner à l’amour trinitaire.

    Née en juillet 1880, Elisabeth Catez entre au Carmel de Dijon en 1901. Elle choisit de faire de sa vie une louange de gloire à Dieu et de s’abandonner à l’amour trinitaire. Prenant l'habit sous le nom d'Elisabeth de la Trinité, elle développe une doctrine centrée sur "l’habitation de Dieu dans la personne humaine". En 1960, le grand théologien suisse Hans Urs von Balthasar a salué « la structure de son univers spirituel, le contenu et le style de sa pensée théologique d’une densité et d’une consistance sans défaut ». Elisabeth de la Trinité a été béatifiée en 1984 par le pape Jean-Paul II.

    canonisation,salomon leclercq,elisabeth de la trinité,manuel gonzález garcía,lodovico pavoni,alfonso maria fusco

    Né en novembre 1745, Guillaume-Nicolas-Louis Leclerq reçoit le prénom de Salomon en entrant chez les frères des écoles chrétiennes en 1767. Professeur puis maître des novices, il refuse de prêter le serment de constitution civile du clergé qui, après le renversement de la monarchie, donnait à l’Etat le contrôle sur l’Eglise de France. Le religieux vit dans la clandestinité à Paris avant d’être arrêté en août 1792 et enfermé à la prison des Carmes. C’est là qu’il est exécuté à coups d’épée lors des massacres de septembre, avec 190 autres ecclésiastiques. Salomon Leclercq a été béatifié en 1926 par le Pape Pie IX.

    canonisation,salomon leclercq,elisabeth de la trinité,manuel gonzález garcía,lodovico pavoni,alfonso maria fusco

    Outre ces deux Français, Manuel González García, fondateur des Sœurs Missionnaires eucharistiques de Nazareth (1877-1940), Lodovico Pavoni, fondateur de l'Institut des fils de Marie Immaculée (1784-1849), et Alfonso Maria Fusco, fondateur de la Congrégation des Sœurs de Saint-Jean-Baptiste (1839-1910), seront également canonisés le 16 octobre 2016.

    Source : Radio Vatican.

  • Messe célébrée par le Pape François place Saint-Pierre

    Canonisations des BBx Stanislas de Jésus et Marie et Élisabeth Hesselblad
     

     
    Le Pape François a présidé ce dimanche matin 5 juin une Messe de canonisation place Saint-Pierre. Celle du Père Stanislas de Jésus et Marie (1631-1701), un mystique polonais du XVIIe siècle, ainsi que de Marie Elisabeth Hesselblad (1870-1957), une religieuse suédoise née dans une famille luthérienne, très engagée dans l’œcuménisme. Stanislas de Jésus et Marie fonda en 1673 la Congrégation des Clercs mariaux de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie, aujourd'hui présente dans une quinzaine de pays. Marie Elisabeth Hesselblad fut quant à elle reconnue Juste parmi les nations pour avoir sauvé des juifs pendant la dernière guerre mondiale à Rome. Ces canonisations concernent deux pays qui seront bientôt visités par le Pape François, qui doit se rendre en Pologne en juillet et en Suède en octobre.

    De nombreux pèlerins polonais et suédois avaient fait le déplacement à Rome pour cet évènement, à commencer par le Président polonais Andrzej Duda, et Alice Kuhnke, ministre suédoise de la culture. La Messe a par ailleurs été concélébrée par le Cardinal Stanislas Dziwisz, Archevêque de Cracovie et ancien secrétaire de Jean-Paul II.

    Le Pape a centré son homélie sur la résurrection. Il a salué le témoignage des deux nouveaux saints, « qui sont restés intimement unis à la passion de Jésus » et dont la vie a manifesté la puissance de la résurrection du Christ. En revenant sur les lectures du jour, le Saint-Père a souligné combien l’Évangile nous rappelait la victoire de Dieu sur la mort. Il a aussi expliqué que Saint Paul, en passant de persécuteur à témoin et héraut de l’Évangile, « est aussi une espèce de résurrection ».

    Stanislas de Jésus et Marie et Marie Elisabeth Hesselblad sont des témoins exemplaires de ce mystère de résurrection a précisé le Pape : les deux peuvent chanter dans l’éternité avec les paroles du Psalmiste : « Je t’exalte, Seigneur : tu m’as relevé ».

    Source : Radio Vatican.
    messe,pape,françois,canonisation,stanislas de jésus et marie,Élisabeth hesselblad,homélie

    Texte intégral de l'homélie traduite en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • Calendrier des célébrations présidées par le Pape François de juin à septembre

    Le maître des cérémonies pontificales Mgr Guido Marini a publié ce vendredi le calendrier des prochaines cérémonies présidées par le Pape François, de juin à septembre. Voici les temps forts de ces prochains mois.

    Juin :

    - Le 3, Solennité du Sacré-Coeur de Jésus, à 9h30 place Saint-Pierre : messe à l'occasion du Jubilé des prêtres.

    - Le 5, messe de canonisation des Bienheureux Stanislas de Jésus-Marie et de Marie Elisabeth Hesselblad.

    - Le 12, à 10h30 place Saint-Pierre : messe à l'occasion du Jubilé des malades et des personnes handicapées.

    - Le 20, salle du Consistoire du Vatican, Consistoire annonçant des causes de canonisation.

    - Du 24 au 26, voyage apostolique en Arménie (voir précisions plus haut).

    - le 29, Solennité des Saints Pierre et Paul, messe de bénédiction des pallium pour les nouveaux archevêques métropolitains.

    Juillet :

    - Du 27 au 31, voyage apostolique en Pologne, à l'occasion de la XXXIème Journée mondiale de la jeunesse (Cracovie).

    Septembre :

    - Le 4, à 10h30 place Saint-Pierre : messe de canonisation de la Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta, marquant le Jubilé des opérateurs de santé et des volontaires de la miséricorde.

    Source : Radio Vatican (OB).

  • Un martyr de la Révolution française bientôt canonisé

    Saint_Salomon-Leclerc_1.jpg

    Le Pape François a autorisé ce mardi 10 mai la Congrégation pour la Cause des Saints de promulguer le décret validant un miracle attribué au Bienheureux Salomon Leclercq (1745-1792). Ce religieux français, Frère des écoles chrétiennes, a été massacré lors de la Révolution Française pour avoir refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé. Les prêtres et les religieux devaient alors prêter serment de fidélité à la Constitution sous peine d'exil, d'emprisonnement et même de mort. Il fut arrêté le 15 août 1792, cinq jours après la chute de la monarchie et fut enfermé au couvent des Carmes, alors devenu une prison. Le 2 septembre, le massacre des prisonniers commence : prêtres, évêques, religieux et laïcs, au total, le mois de septembre 1792 sera particulièrement sanglant, avec la mort de 3000 personnes, en haine de la foi.

    191 personnes dont le frère Salomon ont été béatifiées par Pie XI le 17 octobre 1926. Le miracle qui lui est attribué a eu lieu au Venezuela, en 2007. Une fillette de 5 ans fut mordue à la jambe par un serpent très venimeux mais survécu. Alors que les médecins ne lui donnaient que peu de chance de survie et proposaient de l'amputer, la communauté du foyer de religieuses où elle résidait pria intensément l’intercession du frère Salomon. Moins de deux heures après la petite Maria Alejandra retrouvait des couleurs, et tous les symptômes disparurent. Le miracle fut reconnu en 2011 par le diocèse de Caracas. Les Lassalliens ont encore une présence importante dans le pays.

    La fête du Bx Salomon Leclercq est célébrée le 2 septembre, en même temps que celle des Frères martyrs des Pontons de Rochefort, morts 2 ou 3 ans plus tard.

    Le Pape François a également autorisé la Congrégation pour la Cause des Saints à publier un décret reconnaissant un autre miracle attribué à l’intercession du bienheureux italien Ludovico Pavoni (1784-1849), fondateur des Fils de Marie Immaculée et dévoué à l’éducation des jeunes. Il avait été béatifié par Jean-Paul II en 2002.

    Un autre décret a également été publié reconnaissant les vertus héroïques du P. Rafael Almansa (1840-1927). Ce prêtre diocésain, très attaché à la spiritualité franciscaine, fut nommé aumônier de l’église de San Diego à Bogota où il vécut trente ans jusqu'à sa mort.

    Source : Radio Vatican (OB, Avec I.Media).

  • Jeudi 28 avril 2016

    St Paul de la Croix, religieux, fondateur des passionistes

    Saint_Paul-de-la-Croix_1b.jpg

    En certains endroits : St Pierre Chanel, missionnaire martyr, patron de l'Océanie

    Saint_Pierre-Chanel_1.jpg

    En certains endroits : St Louis-Marie Grignion de Montfort, prêtre
    fondateur des montfortains et des Filles de la Sagesse

     Troisième centenaire de sa mort (28 avril 1716)

     Le secret de Marie, lecture et parcours d'intégration, proposé par les Montfortains (pdf)

    Pie XII, discours aux pèlerins réunis à Rome
    pour la canonisation de St Louis-Marie Grignion de Montfort

    (21 juillet 1947)

    Saint_Louis-Marie-Grignion-de-Montfort.jpg

  • Promulgation de décrets

    A la suite de l'audience accordée hier après-midi au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

    au MIRACLE attribué à l'intercession
    - du Bienheureux Alfonso Maria Fusco, prêtre diocésain italien (1839-1910), fondateur de la Congrégation des Sœurs de St Jean-Baptiste.

    decret,canonisation,béatification,martyre,miracle,vertus heroiques,albanie

    - du Serviteur de Dieu John Sullivan, prêtre jésuite irlandais (1861-1933).

    au MARTYRE
    - des Serviteurs de Dieu, Vincenz Prennushi, OFM, évêque albanais et ses 37 compagnons, tués sous le régime communiste entre 1945 et 1974.
    - des Serviteurs de Dieu José Antón Gómez, OSB, et ses 3 compagnons, prêtres et moines espagnols, tués en 1936.

    aux VERTUS HÉROÏQUES
    - du Serviteur de Dieu Thomas Choe Yang-Eop, prêtre diocésain coréen (1821-1861).
    - du Serviteur de Dieu Sosio Del Prete (Vincenzo), OFM (1885-1952), prêtre franciscain italien, fondateur de la Congrégation des Petites Servantes du Christ-Roi.
    - du Serviteur de Dieu Wenanty Katarzyniec (Jozef), OFM.Conv, prêtre franciscain polonais (1889-1921).
    - de la Servante de Dieu Marie Conseil de l'Esprit Saint (Emilia Pasqualina Addatis), religieuse italienne (1845-1900) fondatrice de la Congrégation des Sœurs de Notre Dame des douleurs.
    - de la Servante de Dieu, Marie de l'Incarnation (Catalina Carrasco Tenorio), religieuse espagnole (1840-1917), fondatrice de la Congrégation des Sœurs du tiers ordre franciscain Troupeau de Marie.
    - de la Servante de Dieu Maria Laura Baraggia, religieuse italienne (1851-1923), fondatrice de la Congrégation des Sœurs de la Famille du Sacré-Coeur de Jésus.
    - de la Servante de Dieu Ilia Corsaro, religieuse italienne (1897-1977), fondatrice de la Congrégation des Petites Missionnaires Eucharistiques.
    - de la Servante de Dieu María Montserrat Grases García, laïque espagnole (1941-1959), de la Prélature de la Ste Croix.

    Source : VIS (Vatican Information Service).

  • Mère Teresa sera canonisée le 4 septembre 2016

    canonisation,mere teresa,josé luis sanchez del rio,4 septembre,16 octobre

    Mère Teresa sera canonisée le 4 septembre : l’annonce a été faite ce mardi matin, 15 mars 2016, lors de la tenue du Consistoire ordinaire public, la réunion des cardinaux qui permet de décréter l’organisation des canonisations.

    La fondatrice des Missionnaires de la Charité, décédée en 1997, avait été béatifiée par Jean-Paul II en 2003, dans un délai exceptionnellement rapide. Sa canonisation coïncidera avec le Jubilé des opérateurs et des volontaires de la Miséricorde.

    Deux autres cérémonies de canonisations sont programmées cette année :

    Le dimanche 5 juin 2016 seront canonisés le religieux polonais Stanislas de Jésus et Marie (1631-1701), un important représentant de l'école polonaise de spiritualité, et la religieuse suédoise Élisabeth Hesselblad (1870-1957), déclarée Juste parmi les nations en 2004 pour avoir caché des juifs à Rome durant la Seconde guerre mondiale.

    Le dimanche 16 octobre 2016, deux figures de l’Amérique latine seront à leur tour canonisées : l’adolescent mexicain José Luis Sanchez del Rio (1913-1928), martyr de la guerre des Cristeros, et le prêtre argentin José Gabriel del Rosario Brochero (1840-1914), dit le curé Brochero.

    Source : VIS - Radio Vatican (CV).