Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

saint

  • Méditation - Saint Joseph

    « Connaissant aujourd'hui par une si longue expérience l'étonnant crédit de saint Joseph auprès de Dieu, je voudrais persuader à tout le monde de l'honorer d'un culte particulier. Jusqu'ici j'ai toujours vu les personnes qui ont eu pour lui une dévotion vraie et soutenue par les oeuvres, faire des progrès dans la vertu ; car ce céleste protecteur favorise d'une manière frappante l'avancement spirituel des âmes qui se recommandent à lui. Déjà depuis plusieurs années, je lui demande, le jour de sa fête, une faveur particulière, et j'ai toujours vu mes désirs accomplis. Si par quelque imperfection ma demande s'écartait tant soit peu du but de la gloire divine, il la redressait admirablement dans la vue de m'en faire retirer un plus grand bien.

    Si j'avais autorité pour écrire, je goûterais un plaisir bien pur à raconter, dans un récit détaillé, les grâces dont tant de personnes sont comme moi redevables à ce grand Saint. Je me contente donc de conjurer pour l'amour de Dieu, ceux qui ne me croiront pas, d'en faire l'épreuve : ils verront par expérience combien il est avantageux de se recommander à ce glorieux patriarche et de l'honorer d'un culte particulier. Les personnes d'oraison surtout devraient toujours l'aimer avec une filiale tendresse. Je ne comprends pas comment on peut penser à la Reine des Anges et à tout ce qu'elle essuya de tribulations durant le bas âge du divin Enfant Jésus, sans remercier saint Joseph du dévouement si parfait avec lequel il vint au secours de l'un et de l'autre. Que celui qui ne trouve personne pour lui enseigner oraison, choisisse cet admirable Saint pour maître, il n'aura pas à craindre de s'égarer sous sa conduite. »

    Ste Thérèse de Jésus (d'Avila, 1515-1582), Vie écrite par elle-même chap.VI, Trad. du P. Bouix, citée par le R.P. Huguet in "Pouvoir de Saint Joseph", Perisse Frères, Paris - Bruxelles, 1865 (15ème édition).

    Saint,Joseph,Thérèse de Jésus,Avila,culte,dévotion,faveur,secours,oraison,prière

  • Reconnaissance des vertus héroïques du P. Marie-Antoine de Lavaur, le « saint de Toulouse »

    De nouveaux décrets rendus publics ce 24 janvier 2020 reconnaissent notamment le martyre de plusieurs fidèles lors de la guerre civile au Guatemala et les vertus héroïques du Père Marie-Antoine de Lavaur (1825-1907) surnommé le « saint de Toulouse ».

    décret,reconnaissance,vertus héroïques,Marie-Antoine,Lavaur,saint,Toulouse

    Le jeudi 23 janvier 2020, le Pape François a reçu en audience le cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, autorisant son dicastère à promulguer une série de décrets.

    Ils concernent :

    - Le martyre des serviteurs de Dieu Benedetto di Santa Coloma de Gramenet (Joseph Domenech Bonet dans le siècle) et ses 2 compagnons, de l’Ordre des frères mineurs capucins; tués en haine de la foi en Espagne, entre le 24 juillet et le 6 août 1936.

    - Le martyre des serviteurs de Dieu Giuseppe Maria Gran Cirera et 2 compagnons, prêtres profès des Missionnaires du Très –Saint Cœur de Jésus, et 7 compagnons, laïcs ; tués en haine de la foi, au Guatemala entre 1980 et 1981.

    - Les vertus héroïques du bienheureux Giovanni Tavelli de Tossignano, de l’Ordre des Jésuates, évêque de Ferrare ; né à Tossignano (Italie) en 1386 et mort à Ferrare (Italie) le 24 juillet 1446.

    - Les vertus héroïques du serviteur de Dieu Joaquin Masmitjà y Puig, chanoine de la cathédrale de Girona, fondateur de la congrégation des Missionnaires du Cœur de Marie ; né à Olot (Espagne) le 29 décembre 1808 et mort à Girona (Espagne) le 26 août 1886.

    - Les vertus héroïques du serviteur de Dieu José Antonio Plancarte y Labastida, prêtre diocésain, fondateur de l’Institut des Sœurs de Marie Immaculé de Guadalupe ; né à Mexico (Mexique) le 23 décembre 1840 et mort dans la même ville le 26 avril 1898.

    - Les vertus héroïques du serviteur de Dieu Pio Gurruchaga Castuariense, prêtre diocésain, fondateur de la congrégation des Auxiliatrices paroissiales du Christ-Prêtre ; né à Tolosa (Espagne) le 5 mai 1881 et mort à Bilbao (Espagne) le 22 mai 1967.

    - Les vertus héroïques du serviteur de Dieu Marie-Antoine de Lavaur (François-Léon Clergue dans le siècle), prêtre profès de l’Ordre des Frères mineurs capucins ; né à Lavaur (France) le 23 décembre 1825 et mort à Toulouse (France) le 8 février 1907.

    - Les vertus héroïques de la servante de Dieu Maria del Monte Carmelo de la Très-Sainte Trinité (Carmen Caterina Bueno dans le siècle), moniale professe de l’Ordre des carmélites déchaussées ; née à Campinas (Brésil) le 25 novembre 1898 et morte le 13 juillet 1966 à Taubaté (Brésil).

    Source : Vatican Nexs.

  • Méditation - Simple sainteté

    « Le Saint, ce n'est pas quelqu'un de parfait, ce n'est pas quelqu'un de valeur, c'est quelqu'un qui ne vaut rien, c'est quelqu'un qui n'est rien.
    Mais, par ce rien, Dieu passe, comme l'eau d'une source par le vide grand ouvert d'un conduit, pour aller donner aux âmes sa Grâce à boire.
    Le Saint est bon conducteur de Dieu. »

    Marie Noël (1883-1967), Notes intimes (p.296), Stock, 1959.

    Marie Noël,saint,sainteté,perfection,valeur,rien,Dieu,source,conducteur

    (Crédit photo)

    « Les saints sont ceux en qui Dieu fait tout. Et ces saints ne sont pas nécessairement sur les autels. Marie Noël savait par expérience que la sainteté n'est pas une question de vertus resplendissantes, de qualités éminentes, de sacrifices héroïques, bref que ce n'est pas la perfection, mais l'amour. Elle en arrive à cette définition : "La sainteté, c'est Moi, Dieu, en toi, l'homme" (Notes intimes, p.61). Ainsi la sainteté se trouve dans cette union étroite de notre volonté à celle de Dieu. Nous nous laissons aimer par Dieu. Cette union se vit toujours dans l'humilité que l'on découvre comme un vide et que l'on accueille comme une grâce, puisque Dieu nous remplit à la mesure infinie de son amour. »

    Jacques Gauthier, Tous appelés à la sainteté, Parole et Silence, 2008.

  • Méditation - Toussaint

    « L'intention de l’Église est d'honorer aujourd'hui tous les saints ensemble. Je les aime, je les invoque, je m'unis à eux, je joins ma voix aux leurs pour louer Celui qui les a faits saints. Que volontiers je m'écrie avec cette Église céleste : Saint, Saint, Saint ! à Dieu seul la gloire ! que tout s'anéantisse devant lui !

    Je vois les saints de tous les âges, de tous les tempéraments, de toutes les conditions : il n'y a donc ni âge, ni tempérament, ni condition qui exclue de la sainteté. Ils ont eu au dehors les mêmes obstacles, les mêmes combats que nous ; ils ont eu au dedans, les mêmes répugnances, les mêmes sensibilités, les mêmes tentations, les mêmes révoltes de la nature corrompue ; ils ont eu des habitudes tyranniques à détruire, des rechutes à réparer, des illusions à craindre, des relâchements flatteurs à rejeter, des prétextes plausibles à surmonter, des amis à craindre, des ennemis à aimer, un orgueil à saper par le fondement, une humeur à réprimer, un amour-propre à poursuivre sans relâche jusque dans les derniers replis du cœur.

    Ah ! que j'aime à voir les saints, faibles comme moi, toujours aux prises avec eux-mêmes, n'ayant jamais un seul moment d'assuré ! J'en vois dans la retraite livrés aux plus cruelles tentations ; j'en vois dans les prospérités les plus redoutables et dans le commerce du siècle le plus empesté. Ô grâce du Sauveur, vous éclatez partout, pour mieux montrer votre puissance, et pour ôter toute excuse à ceux qui vous résistent ! Il n'y a ni habitude enracinée, ni tempérament ou violent ou fragile, ni croix accablantes, ni prospérités empoisonnées, qui puissent nous excuser, si nous ne pratiquons pas l’Évangile. [...]

    Dirai-je avec le monde insensé : Je veux bien me sauver, mais je ne prétends pas être un saint ? Ah ! qui peut espérer son salut sans la sainteté ? Rien d'impur n'entrera au royaume des cieux ; aucune tache n'y peut entrer ; si légère qu'elle puisse être, il faut qu'elle soit effacée, et que tout soit purifié jusque dans le fond par le feu vengeur de la justice divine, ou en ce monde ou en l'autre : tout ce qui n'est pas dans l'entier renoncement à soi et dans le pur amour qui rapporte tout à Dieu sans retour, est encore souillé. Ô sainteté de mon Dieu, aux yeux duquel les astres mêmes ne sont pas assez purs ! Ô Dieu juste, qui jugerez toutes nos imparfaites justices ! mettez la vôtre au dedans de mes entrailles pour me renouveler ; ne laissez rien en moi de moi-même. » (VI, 70)

    Fénelon (1651-1715), Pour la fête de tous les saints, in "Œuvres spirituelles", Manuel de piété, Coll. Les maîtres de la spiritualité chrétienne, Aubier, Paris, 1954.

    toussaint-tintoret-a.jpg

    Le Tintoret (1518-1594) et son fils, Le Paradis (partie gauche)
    Salle du Grand Conseil du Palais des Doges, Venise (Italie)

    (Tableau monumental de 22 mètres de long pour 10 mètres de haut)

  • Méditation - Devenir un saint !

    « Devenir un saint et un grand saint.
    Pour la gloire de Dieu, il faut se sanctifier soi-même ainsi que toutes les âmes présentes et futures, par l'intermédiaire de l'Immaculée.
    Fuir à priori non seulement le péché mortel, mais encore le péché véniel délibéré.
    Ne pas permettre que le mal reste sans réparation et sans destruction ; que le bien reste sans fruit et sans développement.
    Que la règle soit l'obéissance - la volonté de Dieu - par l'Immaculée. N'être qu'un instrument.
    Penser à ce que l'on fait, ne pas se préoccuper du reste, que ce soit en mal ou bien.
    Sers l'ordre et l'ordre te servira.
    Action pacifique et bienveillante.
    Se rappeler que l'on est la priorité exclusive, inconditionnelle, absolue, irrévocable de l'Immaculée.
    Qui que l'on soit, quoi que l'on ait ou puisse avoir, tout : pensées, paroles, actions et désirs sont son absolue propriété.
    Tout est à elle et non à soi, faire ce qu'elle veut. Également sont à elle toutes les intentions : elle dispose, agit et corrige, car elle ne peut se tromper.
    Être un instrument dans ses mains, ne faire que ce qu'elle veut.
    Tout recevoir de ses mains. Recourir à elle comme l'enfant à sa maman. Se confier à elle.
    S'occuper d'elle, de sa gloire et de ses biens, et lui confier le soin de sa vie.
    Ne rien avoir à soi, mais reconnaître que l'on reçoit tout d'elle. Tout le fruit de notre travail dépend de notre union avec elle. Comme elle est l'instrument de la Miséricorde divine...
    La vie (en chacun de ses instants), la mort (où, quand et comment), l'éternité, tout est tien, Vierge Immaculée. Fais de moi ce qui te plaît.
    Tout est possible en celui qui, par l'Immaculée, est ma force.
    Vie intérieure : en premier lieu, tout pour sa propre sanctification et, donc, tout pour la sanctification des autres. »
    (Février 1920 : Exercices spirituels)
    NB : Le Père Kolbe lui-même avait noté : A lire chaque mois...

    St Maximilien Kolbe, in "Le Bienheureux Père M. Kolbe - Entretiens spirituels inédits", traduits et présentés par l'Abbé J.-F. Villepelée, P. Lethielleux - Dessain et Tolra, Paris, 1974.

    Saint_Maximilien-Marie_Kolbe_2.jpg

  • Méditation - Préparation à la Pentecôte

    « Considérez combien il est nécessaire de se bien disposer à recevoir le Saint Esprit dans cette Fête prochaine. 1. Parce que faute de préparation, l'on se prive des grâces que Dieu communique ce jour-là plus abondamment qu'aux autres. 2. Parce qu'en ce jour les hommes ont été faits les enfants adoptifs de Dieu, par le moyen de la grâce et de la charité que le Saint Esprit a répandues dans les cœurs. Dignité si grande, que Saint Jean ne pouvant l'exprimer, se contente de dire avec étonnement : Videte qualem charitatem dedit nobis Pater, ut filii Dei nominemur et fimus, I Joan. 3,1 (1). 3. Parce que cette Fête est comme l'anniversaire de la naissance de l’Église, dont nous sommes les membres ; la Loi chrétienne ayant commencé d'y être publiée, et d'obliger ceux à qui elle fut annoncée. Enfin, parce que celui que nous avons à recevoir, est un Dieu. Neque enim homini preparatur habitatio, sed Deo, 1 Paral. 29,1. (2).

    Considérez quelles préparations firent les Apôtres pour recevoir le Saint Esprit. Saint Luc nous apprend dans leurs Actes, qu'étant tous assemblés avec les disciples dans le Cénacle, ils y demeurèrent enfermés avec la Sainte Vierge, persévérant dans une oraison continuelle. Et cum introissent in caenaculum, ascenderunt ubi manebant Petrus et Joannes, etc. Hi omnes erant perseverantes unanimiter in oratione cum mulieribus, et Maria matre Jesu, et fratribus ejus, Act. 1,13-14 (3). Paroles dans lesquelles nous sont marqués trois excellentes dispositions. La première est le recueillement qui les retire des promenades et des visites de la ville, en les enfermant dans leur maison ; qui les retire même des allées et venues qu'ils pourraient faire dans la maison en les enfermant dans une chambre ; enfin qui les dégage des pensées inutiles et de l'affection de toutes les choses créées, et les fait rentrer en eux-mêmes, pour ne penser qu'à Dieu et à eux-mêmes. La seconde, c'est l'union fraternelle qui les unit de cœur aussi étroitement, comme ils l'étaient de maison et de chambre, en sorte qu'on peut déjà dire de ces premiers Chrétiens ce qu'on dit après des autres : Multitudinis credentium erat unum et anima una, Act. 4,31 (4). La troisième, c'est la prière fervente et continuelle qu'ils adressent au ciel, encore qu'ils ne doutassent pas de la promesse qui leur avait été faite.

    Considérez, suivant ce modèle, que pour recevoir le Saint Esprit, il faut de notre part apporter ces trois dispositions que pratiquèrent les Apôtres. La première, la retraite, parce qu'on ne peut se rendre capable d'être reçu en la familiarité de Dieu, qu'en se retirant des affaires du monde. La seconde, l'union et la charité qui fait que nous ne voulons faire tort à personne, mais au contraire que nous faisons du bien à tous autant que nous le pouvons. La troisième, c'est la prière ; car encore que Dieu soit assez bon pour nous donner le Saint Esprit sans le demander, et que par tous nos efforts nous ne le puissions mériter, néanmoins il veut que nous le demandions, mais que nous le demandions avec instance et persévérance, au matin, sur le midi et au soir, au commencement, au progrès et à la fin de nos actions.

    Voyez maintenant comment vous pouvez pratiquer cette retraite, ou en vous retirant effectivement quelques jours de la semaine, pour penser un peu plus sérieusement à vous-même ; ou en retranchant quelques entretiens moins nécessaires, en parlant et conversant moins que vous ne faites ; ou enfin, s'il faut toujours agir, tâchant d'agir avec moins d'empressement et d'attache naturelle. Regardez ensuite si vous avez cette union de charité avec tout le monde ; si vous n'avez point d'envie, de jalousie, ni d'aversion contre personne ; et enfin quelle prière vous avez dessein de faire. Vous n'en sauriez trouver de plus belle que celle dont se sert l’Église en ce temps, Veni Creator, ou Veni Sancte Spiritus. Servez-vous-en, et outre cela adressez souvent vos vœux au ciel, par de fréquentes et courtes aspirations. »

    1. 1ère Lettre de Saint Jean : "Voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes."
    2. 1er Livre des Chroniques : "Ce n'est pas pour un homme, mais pour Dieu même, que nous voulons préparer une maison."
    3. Actes des Apôtres : "À leur arrivée, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient habituellement ; c’était Pierre, Jean... Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères."
    4. Actes des Apôtres : "La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme."

    P. Matthieu Beuvelet (1622?-1657), Méditations sur les principales vérités chrétiennes et ecclésiastiques, Tome I, Méditation pour l'Octave de l'Ascension, A Paris, Chez George & Louis Josse, 1690.

    Matthieu Beuvelet,préparation,Pentecôte,Esprit,Saint,Saint-Esprit,grâces,apôtres,disciples,cénacle,Sainte Vierge,retraite,union,charité,prière,persévérance

    Duccio di Buoninsegna, 1308-11, La Pentecôte
    Panneau de la face postérieure de la Maestà
    Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption (Santa Maria Assunta), Sienne

  • Méditation - « On lui donna le nom de Jésus » (Mt 1, 21 ; Lc 2, 21)

    « Jésus. Tel est le Nom très saint, le seul Nom en lequel nous puissions être sauvés (1). Chaque fois que je le prononce avec foi, chaque fois que mon cœur le chante, que tout mon être l'adore, c'est mon Sauveur que j'appelle, c'est à l'Auteur de la vie éternelle que je crie, dirigeant vers Lui, dans cette attente, toutes les énergies de mon être.

    Jésus ! Voilà la Pierre d'angle de l'immense édifice du salut, du temple de ma sainteté.

    Jésus ! Tel est le Nom admirable et saint que j'adore, qui fait exulter le ciel, espérer la terre et trembler l'enfer. C'est le seul devant lequel ma foi s'agenouille, s'incline et se prosterne.

    Jésus ! Ô doux souvenir (2), le seul souvenir qui donne des joies véritables. Jésus ! Nom plus doux que le miel, plus suave que toutes choses quand il s'incarne, pour ainsi dire, et pénètre dans ma pensée.

    Jésus ! Nom en qui le repentir espère, qui est toute bonté pour qui t'implore, si bon pour qui te cherche, et surtout pour qui te trouve. Celui-là seul peut l'exprimer qui l'expérimente.

    Jésus ! Quand ton souvenir me visite et pénètre mon cœur, alors, c'est la Vérité qui l'inonde de lumière, c'est le monde qui lui apparaît en toute sa vanité ; c'est alors l'amour qui brûle dans mon âme devenue fournaise, une fournaise d'amour.

    Jésus ! Nom très doux, espoir de mon âme qui soupire après toi. Regarde mes larmes qui te cherchent, entends le cri poussé des profondeurs de mon être.

    Jésus ! Reste avec moi, ô Lumière ; car la nuit tombe et mon jour est sur son déclin. Délivre-moi de mes ténèbres, ô Jésus, rassure-moi dans ma cécité.

    Jésus ! Je t'ai goûté et je reste affamé. Je t'ai bu comme à la source de Dieu et j'ai toujours soif. Qui t'a goûté, qui s'est enivré de la sorte, ce cœur-là ne peut plus que te désirer.

    Jésus ! Ô Lumière, ô Nourriture, ô Remède céleste ! Je t'adore, Nom descendu du sein paternel, manifesté à Gabriel, révélé à Marie, à Joseph ! Toute sainteté ici-bas, n'est qu'un rayon lointain de ta fulgurance éternelle.

    Jésus ! ô Jésus ! et toujours Jésus !... »

    1. Épitre. - 2. Hymne des Vêpres.

    Dom Eugène Vandeur (1875-1967), Élévations sur la Messe de chaque jour, Noël, Épiphanie (Le Très Saint Nom de Jésus-Christ), Éditions de Maredsous, Namur, 1955.

    IHS_18a.jpg

  • Méditation - L'humilité à l'école de Jésus

    « Au cours de nos méditations nous devrions toujours demander à Jésus : « Fais de moi un saint, selon ton propre Cœur, doux et humble. » « Apprenez de moi » a-t-il insisté. C'est dans l'esprit dans lequel il l'a dit lui-même que nous devons l'exprimer. Maintenant nous le connaissons mieux au travers de nos leçons et méditations d’Évangile, mais l'avons-nous compris dans son humilité ? Est-ce que son humilité nous concerne ? Nous attire-t-elle ? »

    Bse Mère Teresa (1910-1997), Jésus Celui qu'on invoque (Quatrième mois n°26), Traduit de l'anglais par Françoise Champenois-Laroche, Nouvelle Cité, Paris, 1988.

    Bse Mère Teresa,méditation,saint,humilité,humble,école,coeur,Jésus

    (Crédit photo)

  • Méditation : Devenir chrétien

    « Ce n'est pas là peu de choses : devenir chrétien, pleinement, raisonnablement, surnaturellement chrétien ; nul ne sait avant de l'avoir entrepris ce que cela représente d'efforts accomplis, de sacrifices acceptés, de patient labeur. Mais nul ne sait aussi la douceur de cette lutte et la joie indicible du triomphe.
    Être chrétien, c'est d'abord s'efforcer de devenir un modèle de raison supérieure, de droiture et de bonté ; c'est réaliser en soi la perfection du type humain, c'est ne négliger aucune des vertus purement naturelles et, suivant le mot de Mme Swetchine, « avant d'être un saint être d'abord et superlativement un honnête homme. »
    Mais c'est plus et mieux que cela, et ces vertus naturelles elles-mêmes empruntent une perfection plus grande au mobile supérieur que leur fournit la vie surnaturelle.
    Cette vie est un don de Dieu ; elle commence en nous au jour et à l'heure voulue par Lui, quelquefois révélée soudainement, quelquefois préparée par un lent et mystérieux travail que nous comprenons seulement lorsqu'il est achevé ; elle nous ouvre le domaine de l'Infini, nous fait connaître Dieu, notre âme et les éternelles réalités ; elle nous apprend la prière, nous révèle le but de la vie et la féconde beauté de la souffrance. »

    Elisabeth Leseur (1866-1914), extrait de la conclusion de "Une âme", petit livre consacré à la mémoire de sa sœur Juliette, in "La vie spirituelle (Petits traités de vie intérieure) suivie de Une âme", Paris, J. de Gigord, 1920.

    Elisabeth Leseur,chrétien,efforts,sacrifices,souffrance,labeur,lutte,triomphe,vertus,Mme Swetchine,saint,prière,don,âme,Dieu

  • Méditation : Devenir saint

    « Moi, être un saint ! n'est-ce pas là une entreprise au-dessus de mes forces ? nous dira notre faiblesse. Non, répondent en ce jour, par leurs exemples, tous les saints du ciel. Nous voyons, en effet, parmi eux des saints de tout âge, de toute condition et de tout sexe. Or ce qu'ils ont pu, pourquoi ne le pourrais-je pas (1) ? Tant de chrétiens dans le monde se sont conservés purs parmi tous les dangers de la séduction, recueillis parmi les dissipations et le tumulte, pauvres et détachés parmi les richesses, mortifiés parmi les occasions de jouissance ! Pourquoi ne pourrais-je pas, dans des conditions meilleures, faire ce qu'ils ont fait dans une position plus difficile (2) ? - Il n'y a point ici à dire : J'ai des passions qui m'entraînent, des tentations qui me sollicitent. Les saints en ont eu aussi, et de plus violentes, et ils en ont triomphé. Pourquoi ne pourrais-je pas en triompher comme eux ? - Il n'y a point à dire : Le sérieux de la sainteté, la monotonie du devoir m'ennuient ; je n'y puis tenir. Est-ce que les saints n'ont pas, eux aussi, éprouvé ces ennuis, ces dégoûts ? Ils les ont supportés, et plus longtemps que moi ; et maintenant qu'ils sont au ciel, comme ils s'en savent bon gré ! comme ils comprennent qu'ils ont bien fait ! - Mais ma faiblesse me fait peur ; je crains de ne pouvoir persévérer. Hélas ! les saints étaient faibles comme moi ; la grâce les a soutenus. Pourquoi n'espérerais-je pas qu'elle me soutiendra comme eux ? C'est ainsi que tout prétexte est confondu, toute excuse tombe devant ce seul mot de saint Augustin : Ne puis-je pas ce que d'autres ont pu ? (3) »

    1, 2 & 3. Quod isti et istae, cur non ego ? : Ce que ceux-ci et celles-là ont fait, pourquoi ne le ferais-je pas ? (St Augustin, Confessions, Livre VIII).

    Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874), curé de Saint Sulpice, Méditations à l'usage du clergé et des fidèles pour tous les jours de l'année (Tome III, 1er novembre, Fête de tous les saints, III), Paris, Victor Lecoffre, 1886.

    abbé Hamon,toussaint,saint,saints,passion,ennui,dégoût,jouissance,faiblesse,persévérance,triomphe

    Fra Angelico (v.1400-1455)
    Retable de l'église du couvent San Domenico à Fiesole (Italie)

  • 18 décembre : Expectation du Saint Enfantement de la Vierge Marie (In Expectatione partus Beatæ Mariæ Virginis)

    « Il est bien juste, en effet, ô Vierge-Mère, que nous nous unissions à l'ardent désir que vous avez de voir de vos yeux Celui que votre chaste sein renferme depuis près de neuf mois, de connaître les traits de ce Fils du Père céleste, qui est aussi le vôtre, de voir enfin s'opérer l'heureuse Naissance qui va donner Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et sur la terre Paix aux hommes de bonne volonté. O Marie ! Les heures sont comptées, et elles s'écoulent vite, quoique trop lentement encore pour vos désirs et les nôtres. Rendez nos cœurs plus attentifs ; achevez de les purifier par vos maternels suffrages, afin que si rien ne peut arrêter, à l'instant solennel, la course de l'Emmanuel sortant de votre sein virginal, rien aussi ne retarde son entrée dans nos cœurs, préparés par une fidèle attente. »

    Dom Guéranger, L’Année Liturgique.

    Source : Notre-Dame des Neiges.

    =>  Historique de cette fête rédigé par Dom Guéranger.

  • Samedi 6 décembre 2014

    St Nicolas, évêque et confesseur

     Saint_Nicolas_de_Myre_Grandes-heures.jpg

    Saint Nicolas de Patare, archevêque de Myre, en Lycie, patron des écoliers
    Grandes heures d'Anne de Bretagne, Jean Bourdichon (XVIe)

    Calendrier liturgique et sanctoral

  • Samedi 28 novembre 2014

    Calendrier liturgique

  • Vendredi 28 novembre 2014

    En certains endroits : Ste Catherine Labouré, religieuse

     Calendrier liturgique

  • Méditation : de la sainte présence

    « Seigneur, ô que l'abondance est grande des douceurs que vous avez réservées pour ceux qui vous craignent ! (Ps 30, 20)
    Quand je rappelle en ma mémoire, ô mon Dieu ! avec quelle dévotion et quelle ardeur certaines personnes pieuses s'approchent de votre Sacrement, je me confonds souvent en moi-même, et je rougis de m'approcher de votre Autel et de votre sainte Table si froidement et avec tant de tiédeur.
    J'ai honte d'être si sec et sans aucune affection pour vous dans le cœur, de n'être pas tout enflammé devant vous, qui êtes mon Dieu, et de ne pas ressentir en moi ces attraits et ces mouvements affectueux qu'ont eus tant de personnes dévotes, qui pressées d'un désir extrême de la communion, et du sentiment d'un amour tendre, n'ont pu retenir leurs larmes ; mais qui vous ouvrant en même temps la bouche de leur cœur et de leur corps, comme à la source des eaux vivantes, aspiraient à vous de toutes leurs forces, ne pouvant autrement apaiser leur faim et se rassasier, que par la réception de votre corps qu'elles recevaient avec un transport de joie et avec une avidité spirituelle.
    Ô que leur foi était véritable et vive ! qu'elle prouve bien la vérité de votre sainte présence !
    Car ces personnes reconnaissent véritablement leur Seigneur dans la fraction du pain (Lc 24, 35), lorsqu'elles ont le cœur si brûlant et si plein de Jésus qui marche avec elles. Je suis souvent bien éloigné d'une affection et d'une dévotion semblables, et d'une charité si ardente.
    Ô bon Jésus ! qui êtes la bonté et la douceur même, soyez-moi propice. Accordez à votre serviteur pauvre et mendiant, de ressentir au moins de temps en temps dans la sainte communion quelque étincelle de votre amour, afin que ma foi se fortifie de plus en plus, que mon espérance en votre bonté s'augmente, et que ma charité étant une fois bien allumée, et ayant goûté cette Manne céleste, ne s'éteigne jamais. »

    L'Imitation de Jésus-Christ, Livre IV ch. XIV, trad. R.P. de Gonnelieu, Paris, chez Le Fuel, s.d.

    Saint_Sacrement_23a.jpg

  • Jeudi 27 novembre 2014

    Diocèse de Paris et en certains endroits :

    L’Immaculée Vierge Marie de la Médaille Miraculeuse
    (Fête de la médaille miraculeuse)

     Immaculée,Vierge Marie,fête,Médaille Miraculeuse,Paris,Saint,Acace,moine,arménien,Saints,Basilée,évêque,Auxile,Saturnin,martyrs,Antioche,Hirénarque,prêtre,Sébaste,Arménie,Facond,Primitif,Galice,Jacques l'Intercis,officier ,martyr Perse,Valérien,Valeriano,d'Aquilée,Vénétie,Maxime,Lérins,Riez,confesseur,Provence,Gaule,Virgile,Fergal,abbé,Salzbourg,apôtre,Carinthie,Norique,Bavière,Barlaam,Josaphat,ermite,désert,Sennaar,Mésopotamie,Indes,Séverin,moine,solitaire,Paris,Nathanaël,Egypte,Maharsapor,perse,Secundinus,Sechnaille,Sechnall, Dunshaughlin,Irlande,Eusice,Blois,Siffrein,Siffret,Suffren,Carpentras,Anschaire, Achaire,Luxeuil,Noyon,Tournai,Sainte,Bilehilt,Bilhilde,Bithilde,fondatrice,monastère,Altmunster,Mayence,Rhénanie,Fergus,Picte,Glamis,Ecosse,Goustan,Gulstan,abbaye,Rhuys,Bretagne,Bienheureux,Bernardin,Bernardino,de Fosse,Aquila,Abruzzes,Thomas Koteda Kiuni,compagnons,Nagasaki,Japon,Antoine Kimura,Bronislaw Kostowski,séminariste,polonais,Dachau,Bavière

    Calendrier liturgique

  • Mercredi 26 novembre 2014

    Calendrier liturgique

  • Mardi 25 novembre 2014

    Ste Catherine d'Alexandrie, vierge et martyre

     Sainte,Catherine,Alexandrie,vierge,martyre,Saint,Moïse,prêtre,martyr,Rome,Erasme,Antioche,Mercure,stratopédarque,soldat,Césarée,Cappadoce,Joconde,Juconde,Emilie, Italie,Pierre,évêque,Marcule,Numidie,Pierre l'Hésychaste,ermite,Antioche,Maurin,diacre,évangélisateur,Agen,Réol,Rieul,Reims,Alain de Lavaur,Elan,Albi,Alnoth,Stowe,Grande Bretagne,Bienheureux,Bernold,moine,monastère,Ottobeuren,Bavière,Ekbert,Egbert,abbé,Münsterschwarzach, Conrad d'Heisterbach,abbaye,Heisterbach,Königswinter,Rhénanie-du-Nord,Westphalie,Allemagne, Bienheureuse,Béatrix,Béatrice,d'Ornacieux,fondatrice,Eymeux,Drôme,Elisabeth Achler,Achlin,la Bonne,religieuse,stigmatisée,Reute,Souabe,Saints,Pierre Yi Ho-yong,Agathe Yi So-sa,martyrs,Séoul,Corée,Hyacinthe,Jacinto,Serrano Lopez,Jacques,Santiago,Meseguer Burillo,martyrs,guerre civile espagnole,Louis,Luigi,Beltrame Quattrocchi,épouse,Marie,Maria,Corsini,père,mère de famille

    Sainte Catherine avec la palme du martyre, l'épée et la roue, instruments de son supplice
    Grandes heures d'Anne de Bretagne, Jean Bourdichon, XVIe

  • Lundi 24 novembre 2014

    St André Dung-Lac, prêtre, et comp., martyrs

    Au calendrier traditionnel : St Jean de la Croix, religieux, confesseur et docteur

     Calendrier liturgique