Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bienheureux

  • Nouveaux vénérables et bienheureux dans l'Eglise

    Le 7 novembre dernier, le Pape François a autorisé la Congrégation pour les causes des saints à promulguer 16 nouveaux décrets : ils concernent une béatification équipollente, deux miracles, trois martyrs, et dix reconnaissances de vertus héroïques.

    Bx_Michal-Giedrojc_1a.jpg

    Statue du bx Michal à Cracovie Pologne @ Eglise Saint-Marc

    la béatification équipollente :
    Il s'agit de Michal Giedrojc (v. 1420-1485), frère lai profès de l’Ordre de Saint-Augustin, originaire de Litualie et vénéré en Pologne depuis le XVe siècle. Il était déjà honoré du titre de bienheureux.

    les miracles attribués à :
    Edvige Carboni (1880-1952), laïque italienne
    Benedetta Bianchi Porro (1936-1964), laïque italienne

    trois martyrs :
    Angelo Cuartas Cristóbal et 8 compagnons, séminaristes espagnols d’Oviedo morts entre 1934 et 1937
    Mariano Mullerat i Soldevila (1897-1936), laïc et père de famille espagnol
    James Alfred Miller (1944-1982), frère des Ecoles chrétiennes né aux Etats-Unis et mort au Guatemala

    dix reconnaissances de vertus héroïques :
    Giovanni Jacono (1873-1957), évêque italien de Caltanissett
    Alfredo Obviar (1889-1978), évêque philippin de Lucena, fondateur de la Congrégation des Missionnaires catéchistes de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus
    Giovanni Ciresola (1902-1987), prêtre diocésain italien, fondateur de la Congrégation des « Povere Ancelle del Preziosissimo Sangue – Cenacolo della Carità »
    Luigi Bosio (1909-1994), prêtre diocésain
    Luigi Maria Raineri (1895-1918), religieux italien de la Congrégation des Clercs réguliers de Saint-Paul – barnabites
    Rafaela de la Pasion (au siècle : Rafaela Veintemilla Villacís, 1836-1918), religieuse équatorienne, fondatrice de la Congrégation des Augustiniennes Filles du Très Saint Sauveur
    Maria Antonia de Jesus (au siècle : Maria Antonia Pereira y Andrade, 1700-1760), carmélite espagnole
    Arcangela Badosa Cuatrecasas (1878-1918), religieuse espagnole de la Congrégation des Sœurs de la bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel
    Maria Addolorata del Sacro Costato (au siècle : Maria Luciani, 1920-1954), religieuse italienne de la Congrégation des Sœurs de la Passion de Jésus Christ
    Ludovico Coccapani (1849-1931), laïc italien, membre de l’Ordre franciscain séculier.

    Bulletin de la Salle de Presse du Saint-Siège.

  • Messe et canonisations présidées par le Pape François place Saint-Pierre

    Livret de la célébration

    Le Pape François a présidé ce dimanche la Messe et la canonisation de bienheureux parmi lesquels les martyrs brésiliens André de Soveral, Ambroise François Ferro et leurs 27 compagnons, dont un français, Jean Lostau Navarro ; 3 martyrs mexicains Christophe, Faustin et Jean tués alors qu’ils étaient encore adolescents entre 1527 et 1529 ; l’espagnol Faustino Miguez, prêtre et fondateur en 1885 de la Congrégation des Sœurs Calasanciennes qui se consacrent à l’éducation des jeunes filles, et un italien, Angelo da Acri, décédé en 1739 après avoir prêché dans l’Italie méridionale.

    Revenant sur l’Évangile de ce dimanche, qui parle du Royaume de Dieu comme de la célébration de noces, le Saint-Père commence son homélie en soulignant que le Seigneur désire « célébrer les noces » avec chacun d’entre nous. Des noces qui inaugurent la communion de toute la vie, et qui font de nous des serviteurs fidèles. Par cette noce, le Seigneur nous désire, et nous invite à une relation faite de dialogue, de confiance et de pardon. C'est la définition de la vie chrétienne, faite d’amour gratuit, et qui peut conduire jusqu’au don total de soi, jusqu’à donner la vie pour le Seigneur.

    Les saints canonisés ce dimanche indiquent cette voie. Ils n’ont pas dit « oui » au Seigneur pour un certain temps, « mais par leur vie et jusqu’au bout » dit le Pape. La vie chrétienne n’est pas une routine qui se contente de normalité sans enthousiasme et sans élan, et surtout avec la mémoire courte. Nous devons nous rappeler constamment du premier amour, du premier « oui » dit au Seigneur lorsque par le baptême, Il nous a invités à la noce.

    L’invitation peut aussi être refusée, et c’est précisément ce que rappelle l’Évangile de Saint Mathieu. Lorsque le Roi invite les serviteurs à la noce de son fils, de nombreux invités ont répondu « non » et son allés qui au camp, qui à son commerce, détournés par leurs intérêts, plutôt que d’accepter de se mettre en jeu. En se comportant ainsi, lorsqu’on préfère s’asseoir sur des sécurités, sur des commodités, on s’assoit sur les fauteuils des gains, des plaisirs, de quelque hobby qui rend joyeux, on finit par vieillir vite et mal, dit le Saint Père, « on devient rigide et méchant ».

    L’Évangile nous demande de quel côté se positionner. Du côté de son propre égoïsme ou du côté de Dieu. Dieu qui continue de préparer le bien même pour celui qui fait le mal, parce que l’amour est toujours plus fort que le mal. Lorsque nous lui répondons « non », Dieu ne se résigne pas. Il continue de nous inviter à la fête, Il répond avec un amour toujours plus grand et ne perd jamais l’espérance, et aujourd’hui encore, Il nous appelle à « dépasser la résignation et les caprices de notre moi susceptible et paresseux ».

    Enfin, l’Évangile souligne que le vêtement des invités à la noce du fils du Roi est indispensable. Accepter l’invitation de Dieu n’est pas suffisant. Encore faut-il se revêtir chaque jour de l’amour de Dieu. Cet habit est aussi le vêtement blanc que nous avons reçu dans le baptême, l’habit nuptial de Dieu que nous devons endosser chaque jour et maintenir propre en allant recevoir sans peur le pardon du Seigneur.

    Source : Radio Vatican (JCP).

    Texte intégral de l'homélie traduite en français sur Zenit.org.


    Angélus : le Pape convoque un synode sur l'Amazonie

    « J’ai accueilli le désir de plusieurs conférences épiscopales de l’Amérique latine, ainsi que la parole de nombreux pasteurs et fidèles d’autres régions du monde, et j’ai décidé de convoquer une Assemblée Spéciale du Synode des Évêques pour la région de l’Amazonie ». Au terme de la messe célébrée place Saint Pierre et au cours de laquelle il a canonisé 35 bienheureux, le Pape a annoncé que cette rencontre aura pour objectif de trouver des nouvelles voies pour l’évangélisation des populations locales, particulièrement les populations indigènes, « souvent oubliées et sans la perspective d’un avenir serein ». Avenir assombri aussi par la déforestation du poumon amazonien, d’une importance capitale pour la planète.

    Source : Radio Vatican (JCP).

    Texte intégral des paroles du Pape traduite en français sur Zenit.org.

  • Consistoire pour la canonisation de plusieurs bienheureux, dont les voyants de Fatima

    Francisco-Jacintha_1a.jpg

    Le Pape François présidera jeudi 20 avril 2017 à 10h le Consistoire ordinaire public pour la canonisation de plusieurs bienheureux dans la salle du Consistoire du Palais apostolique. Parmi eux : Jacinthe et François Marto, les petits bergers à qui la Vierge est apparue à Fatima en 1917. Dans un décret publié jeudi 23 mars, la Congrégation pour la cause des Saints avait annoncé leur canonisation prochaine après que la reconnaissance par le Pape d’un miracle ouvrant cette voie.

    Voici la liste complète des bienheureux concernés par le Consistoire de jeudi :

    - 30 martyrs, dont les Pères Andrea de Soveral et Ambrogio Francesco Ferro, le laïc Matteo Moreira et 27 de leurs compagnons, considérés comme les premiers martyrs du Brésil, tués « en haine de la foi » les 16 juillet et 3 octobre 1645 ;

    - 3 jeunes martyrs mexicains : Cristobal – appelé pour sa jeunesse « Cristobalito » -, mort en 1527, Antonio et Juan, morts en 1529, enfants de 12 à 14 ans connus comme « les enfants martyrs de Tlaxcala » au Mexique ;

    - le Père piariste Faustino Míguez González (1831-1925), fondateur en 1885 de l’Institut Calasanziano des filles de la Divine Providence ;

    - le Père capucin Angelo da Acri (né Luca Antonio Falcone, 1669-1739). Le Pape Léon XII l'avait proclamé bienheureux le 18 décembre 1825 ;

    - Francisco Marto (1908-1919) et Jacinta Marto (1910-1920).

    Source : Radio Vatican.

  • L’Eglise accueille un nouveau Bienheureux et sept Vénérables

    Le Bureau de presse du Saint-Siège indique ce 21 janvier que le Pape François a reçu hier en audience privée le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation des causes des saints, et qu'il a autorisé la Congrégation à promulguer les décrets créant :

    un nouveau Bienheureux :

    Bx_Arsenio-da-Trigolo_2b.jpg

    - le Père Arsenio da Trigolo (au siècle, Giuseppe Migliavacca, 1849-1909), capucin italien, fondateur des Sœurs de Marie Consolatrice (ISMC)

    et sept Vénérables :

    Raymundo Jardón Herrera (1887-1934), prêtre diocésain du Mexique, à Monterrey.

    Juan Sáez Hurtado (1897-1982), prêtre diocésain espagnol de Cartagène.

    Ignazio Beschin (au siècle, Giuseppe, 1880-1952), prêtre franciscain italien.

    Jozsef Wech Vandor (1909-1979), prêtre salésien de Hongrie, mort à Cuba.

    Francesco Convertini (1898-1976), prêtre salésien italien.

    Santina Maria Addolorata (au siècle, Maria Addolorata De Pascali, 1897-1981), fondatrice des Disciples du Sacré Cœur.

    Jan-Tyranowski_1b.jpg

    Jan Tyranowski, laïc (1901-1947), laïc polonais, qui enseigna la spiritualité du Carmel au jeune Karol Wojtyla.

  • Centenaire de la mort du Bienheureux Charles de Foucauld

    Centenaire,mort,Bienheureux,Charles de Foucauld

    † 1er décembre 1916

  • Vivons en vue de notre éternité - III. Prière aux Saints

     (suite et fin des méditations des jeudi 3 et samedi 5 novembre)

    « Que vous êtes heureux, ô saints du Seigneur, qui avez déjà traversé cette mer orageuse de la vie mortelle, et mérité d'aborder au port de l'éternel repos, de la paix et de l'inaltérable sécurité, où désormais il n'y a plus que tranquillité, bonheur et allégresse !
    Je vous supplie donc, au nom de la sainte charité, mère des hommes, vous qui n'avez désormais rien à craindre pour vous, de ne pas nous refuser votre sollicitude. Vous dont la gloire est impérissable, soyez touchés de nos misères infinies. Bienheureux saints, pensez sans cesse à nous, je vous en conjure par celui qui vous a choisis, qui vous a faits ce que vous êtes, de la beauté duquel votre coeur peut se rassasier, qui vous a communiqué son immortalité, et dont vous avez le bonheur de contempler sans cesse la grandeur et la divinité. Prenez pitié de nous, malheureux, qui sommes encore exposés aux flots orageux de la mer de cette vie. Vous qui êtes comme les portes hautes et splendides de la céleste Jérusalem, ne nous abandonnez pas, nous qui ne sommes que l'humble pavé sur lequel vous marchez. Tendez-nous une main secourable pour nous relever de notre abaissement, afin que guéris de notre faiblesse, nous soyons forts pour combattre nos ennemis. Intercédez et priez sans cesse pour nous, pauvres pécheurs, dont les négligences sont sans nombre, afin que par vos prières, nous obtenions la grâce d'être réunis à votre sainte société. Offrez donc pour nous vos prières à Dieu, ô divine cohorte des saints, ô célestes choeurs des bienheureux, afin que par le secours de vos prières et de vos mérites, nous puissions, sans naufrage, conduire notre vaisseau chargé de bonnes œuvres, jusqu'au port de l'éternel repos et de cette paix qui n'aura pas de fin. »

    Père Alphonse de la Mère des Douleurs, Pratique journalière de l'oraison et de la contemplation divine d'après la méthode de Sainte Thérèse et de Saint Jean de la Croix, Tome sixième (Vendredi de la dernière semaine, Oraison de la nuit), Desclée, De Brouwer, Lille - Paris - Bruges, 1917.

    prière,saints,bienheureux,éternité,paix,repos,tranquillité,bonheur,allégresse,gloire,immortalité,contemplation,divinité,pécheurs,faiblesse

  • Un martyr de la Révolution française bientôt canonisé

    Saint_Salomon-Leclerc_1.jpg

    Le Pape François a autorisé ce mardi 10 mai la Congrégation pour la Cause des Saints de promulguer le décret validant un miracle attribué au Bienheureux Salomon Leclercq (1745-1792). Ce religieux français, Frère des écoles chrétiennes, a été massacré lors de la Révolution Française pour avoir refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé. Les prêtres et les religieux devaient alors prêter serment de fidélité à la Constitution sous peine d'exil, d'emprisonnement et même de mort. Il fut arrêté le 15 août 1792, cinq jours après la chute de la monarchie et fut enfermé au couvent des Carmes, alors devenu une prison. Le 2 septembre, le massacre des prisonniers commence : prêtres, évêques, religieux et laïcs, au total, le mois de septembre 1792 sera particulièrement sanglant, avec la mort de 3000 personnes, en haine de la foi.

    191 personnes dont le frère Salomon ont été béatifiées par Pie XI le 17 octobre 1926. Le miracle qui lui est attribué a eu lieu au Venezuela, en 2007. Une fillette de 5 ans fut mordue à la jambe par un serpent très venimeux mais survécu. Alors que les médecins ne lui donnaient que peu de chance de survie et proposaient de l'amputer, la communauté du foyer de religieuses où elle résidait pria intensément l’intercession du frère Salomon. Moins de deux heures après la petite Maria Alejandra retrouvait des couleurs, et tous les symptômes disparurent. Le miracle fut reconnu en 2011 par le diocèse de Caracas. Les Lassalliens ont encore une présence importante dans le pays.

    La fête du Bx Salomon Leclercq est célébrée le 2 septembre, en même temps que celle des Frères martyrs des Pontons de Rochefort, morts 2 ou 3 ans plus tard.

    Le Pape François a également autorisé la Congrégation pour la Cause des Saints à publier un décret reconnaissant un autre miracle attribué à l’intercession du bienheureux italien Ludovico Pavoni (1784-1849), fondateur des Fils de Marie Immaculée et dévoué à l’éducation des jeunes. Il avait été béatifié par Jean-Paul II en 2002.

    Un autre décret a également été publié reconnaissant les vertus héroïques du P. Rafael Almansa (1840-1927). Ce prêtre diocésain, très attaché à la spiritualité franciscaine, fut nommé aumônier de l’église de San Diego à Bogota où il vécut trente ans jusqu'à sa mort.

    Source : Radio Vatican (OB, Avec I.Media).

  • Sainte Messe et rite de canonisation place Saint-Pierre

    Rite de canonisation des Bienheureux :
    - Vincenzo Grossi (1845-1917)
    - Maria dell’Immacolata Concezione (1926-1998)
    - Louis Martin (1823-1894) et Marie Zélie Guérin (1831-1877)

    BBx_Louis-et-Zelie-Martin_5b.gif

    Au début de la célébration célébrée place Saint-Pierre ce dimanche matin, devant près de 80.000 fidèles, quatre bienheureux ont été canonisés par le Saint-Père dont le premier couple de l’histoire de l’Église catholique à être canonisé, Louis et Zélie Martin, parents de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. La date de cette canonisation ce dimanche est symbolique, non seulement parce qu’elle intervient au cœur du Synode sur la Famille, mais aussi car ce 18 octobre l’Église fête la Journée missionnaire mondiale, placée sous le patronage de sainte Thérèse, elle-même canonisée il y a 90 ans, en 1925.

    Les époux Martin « ont honoré le mariage et la famille chrétienne »

    Lors du rite de canonisation au début de la messe, le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, a évoqué la vie des quatre bienheureux, dont celle des époux Martin : « Le Bienheureux Louis Martin et la Bienheureuse Marie Zélie Guérin, avec leur vie, ont honoré le mariage et la famille chrétienne, comme époux et parents exemplaires. Louis est né à Bordeaux en 1823 et s’est dédié au commerce, comme propriétaire d’un négoce de bijouterie et d’horlogerie. En 1858, il a épousé Marie Zélie Guérin, née à Alençon en 1831, où elle dirigeait une petite usine de dentelles. »

    Le Cardinal Angelo Amato poursuit : « Leur famille fut vraiment une petite Église dans laquelle régnait une foi joyeuse et profonde, et une charité délicate et attentionnée. Ensemble, les deux bienheureux ont parcouru les voies de la sainteté conjugale. De leur union sont nés neuf enfants, mais seules cinq filles ont survécu : quatre, parmi lesquelles Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, sont entrées au Carmel de Lisieux, et la cinquième est devenue sœur visitandine à Caen. L’exemple quotidien des parents fut décisif dans leur vocation religieuse. Marie Zélie, malade du cancer, est décédée en 1877 à l’âge de 45 ans. Son mari a traversé l’ultime période de sa vie dans la prière et entre de nombreuses infirmités. Il s’est endormi dans le Seigneur en 1894, à l’âge de 71 ans. Louis et Marie Zélie furent béatifiés ensemble le 19 octobre 2008. »

    Les nouveaux saints, un témoignage du service joyeux pour les autres

    Évoquant à son tour les bienheureux canonisés ce dimanche, le Saint-Père est revenu lors de son homélie sur leur humilité et leur charité, « ils ont constamment servi leurs frères avec une humilité et une charité extraordinaires ». Le Pape a ensuite dit un mot de chacun de ceux qui ont été faits saints : « Saint Vincent Grossi a été un curé plein de zèle, toujours attentif aux besoins de ses gens, spécialement aux fragilités des jeunes. Pour tous, il rompait avec ardeur le pain de la Parole et il est devenu un bon samaritain pour les plus nécessiteux. »

    Parlant de Sainte Marie de l’Immaculée Conception, le Pape François a rappelé qu’ « elle a vécu elle-même dans une grande humilité le service des derniers, avec une attention particulière aux enfants des pauvres et aux malades. » Quant aux saints époux Louis Martin et Marie Zélie Guérin, « ils ont vécu le service chrétien dans la famille, construisant jour après jour une atmosphère pleine de foi et d’amour ; et dans ce climat ont germé les vocations de leurs filles, parmi lesquelles sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. » Ces nouveaux Saints sont un « témoignage lumineux qui nous pousse à persévérer sur la route du service joyeux des frères. » a-t-il insisté.

    Le récit de saint Marc de ce dimanche revient sur le sens du service. Le texte raconte les désirs de Jacques et Jean, qui veulent à tout prix être assis à la droite et à la gauche de Jésus, « revendiquant des places d’honneur ». Première secousse de Jésus aux convictions de ses disciples explique le Pape citant les textes : « La coupe que je vais boire, vous la boirez… Quant à siéger à ma droite et à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder ; il y a ceux pour qui cela a été préparé » Pour le Saint-Père, cette réponse est une invitation à suivre le Christ « sur le chemin de l’amour et du service, repoussant la tentation mondaine de vouloir exceller et commander aux autres. »

    Changer de mentalité, passer de la convoitise du pouvoir à la joie de servir

    Le Pape a ensuite insisté sur le thème du service. Comme Jésus appelle ses disciples à être serviteur plutôt qu’à chercher le pouvoir et le succès, le Souverain Pontife nous appelle à changer de mentalité. « Vous le savez : ceux que l’on regarde comme chefs des nations les commandent en maître ; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur » rappelle-t-il en citant l'Evangile. « Avec ces paroles, il indique le service comme style de l’autorité dans la communauté chrétienne ». « Celui qui sert les autres et est réellement sans prestige exerce la véritable autorité dans l’Église. » Nous sommes invités à « changer de mentalité et à passer de la convoitise du pouvoir à la joie de disparaître et de servir » ajoute le Pape, « à extirper l’instinct de domination sur les autres et à exercer la vertu de l’humilité. » insiste-t-il.

    Dans la tradition biblique, le Fils de l’homme est celui qui reçoit de Dieu « domination, gloire et royauté » Le Christ donne un nouveau sens à cette image précise le Saint-Père : « Jésus a le pouvoir en tant que serviteur, la gloire en tant que capable d’abaissement, l’autorité royale en tant que disponibilité au don total de sa vie. C’est en effet, par sa passion et sa mort qu’il conquiert la dernière place, atteint le maximum de grandeur dans le service, et en fait don à son Église. »

    C’est une question d’incompatibilité précise le Pape. « Incompatibilité entre une manière de concevoir le pouvoir selon des critères mondains et l’humble service qui devrait caractériser l’autorité selon l’enseignement et l’exemple de Jésus. Incompatibilité entre ambitions, arrivismes et suite du Christ ; incompatibilité entre honneurs, succès, réputation, triomphes terrestres et la logique du Christ crucifié. Il y a au contraire compatibilité entre Jésus “expert en souffrance” et notre souffrance. »

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral de l'homélie traduite en français ci-dessous.

    Lire la suite

  • La voie est ouverte pour la canonisation du P. Jerzy Popieluszko

    Bx_Jerzy_Popieluszko_2.jpg

    Ce lundi 14 septembre, lors d’une prière à la cathédrale de Créteil, Mgr Santier, a rendu officielles les conclusions de la commission chargée par son diocèse d’étudier le cas de la guérison de François A. Cette guérison inexpliquée était survenue à l’hôpital Albert-Chenevier le 14 septembre 2012, et attribuée à l’intercession du prêtre polonais assassiné en 1984. Jerzy Popieluszko avait été béatifié à Varsovie le 6 juin 2010.

    Mgr Michel Santier annoncera samedi 20 septembre au cours d’une Messe célébrée au monastère de l’Annonciade à Thiais (Val-de-Marne), l’ouverture officielle du processus de canonisation. Le postulateur de la cause, le P. Tomasz Kaczmarek, qui présidera la Messe en présence de membres de la famille du P. Popieluszko venus pour l’occasion des États-Unis, a retenu ce cas parmi d’autres guérisons attribuées à l’intercession du Bienheureux, car « c’était le plus limpide », selon une source proche du dossier.

    La décision de reconnaître le miracle et de décréter la canonisation, très attendue par la Pologne, appartiendra ensuite au Pape François.

  • Prière pour le Bienheureux Mgr Flavien Michel Melki

    Rappel : Mgr Flavien Michel Melki est béatifié aujourd'hui au Couvent patriarcal de Notre-Dame de la Libération à Harissa (Liban)

    Prière pour le Bienheureux Mgr Flavien Michel Melki
    Évêque de Jaziret-Ibn-Omar (Turquie)
    Martyr de la foi (1858-1915)

    « Seigneur Jésus,
    Toi qui as révélé à ton serviteur le Bienheureux Flavien Michel MELKI, la foi de l’Église, à laquelle il s’est attaché sans réserve,
    Toi qui lui as inspiré le courage d’annoncer, sans relâche, la Bonne Nouvelle de l’Évangile aux chrétiens du Sud-Est de la Turquie,
    Toi qui l’as soutenu dans les persécutions et les épreuves, pour l’unité de l’Église Syriaque.
    Nous te demandons, Seigneur Jésus, d’agréer la prière de ceux et celles qui t’invoquent au nom de ton Serviteur, l’évêque Michel, mort pour Ton Amour.
    Accorde aux chrétiens d’Orient, la grâce de s’unir dans la Foi et de former un jour, comme Tu l’as voulu : « Un seul troupeau, sous la houlette d’un seul pasteur ».
    Confirme-les dans l’unité et la charité.
    Soutiens-les, Seigneur, dans les épreuves de la vie.
    Rends-les fidèles à ton Nom, à ton Évangile, et à ton Église, à l’exemple de notre Bienheureux qui proclamait : « Je verse mon sang pour mes brebis »,
    Pour la gloire de ton Saint Nom, dans l’unité du Père et l’Esprit-Saint.
    Amen. »

    Prière,béatification,Bienheureux,Mgr Flavien Michel Melki

    - La béatification de Mgr Melki, un signe d'espérance pour les chrétiens d'Orient
    - La béatification de Mgr Melki, une fierté pour la communauté syriaque catholique

    Sources : Oeuvre d'Orient - Leonardo Melki (29/08/2015).

  • Consistoire ordinaire public pour des causes de canonisation

    Ce matin, à 10 heures, dans la Salle du Consistoire du Palais Apostolique du Vatican, lors de la célébration de Tierce, le Pape François a tenu le Consistoire ordinaire public pour la canonisation des Bienheureux :

    - Vincenzo Grossi (1845-1917), prêtre diocésain, fondateur de l'Institut des Filles de l'Oratoire ;

    - Marie de l'Immaculée Conception (1926-1998), religieuse, supérieure générale de la Congrégation des Sœurs de la Compagnie de la Croix ;

    - Louis Martin (1823-1894) et Marie Guérin (1831-1877), laïcs mariés, parents de Ste Thérèse de Lisieux.

    Lors de ce Consistoire, le Pape a décrété que les Bienheureux seront inscrits parmi les Saints le dimanche 18 octobre 2015.

    Source : Salle de Presse du Saint-Siège.

     canonisation,bienheureux,saints,époux,guérin,martin,18 octobre,lisieux

    Trois entretiens à écouter sur Radio Vatican, au micro de Cyprien Viet :

    - le P. Olivier Ruffray, recteur de la basilique de Lisieux (mp3)

    - le P. Jean-Marie Simar, recteur de la basilique Louis et Zélie d’Alençon (mp3)

    - le P. Antonio Sangalli, vice-postulateur de la cause des époux Martin, qui évoque la guérison de la petite Carmen (mp3)

  • Le diocèse de Rennes fête le résistant Marcel Callo

    Pour le 70e anniversaire de la mort du bienheureux Marcel Callo, le diocèse de Rennes organise plusieurs événements à partir du 19 mars 2015 : projection du film consacré à la vie de Marcel Callo, visites guidées, fresque sur la place Sainte-Anne... tous les détails sur le blog consacré à cet événement.

    Bx_Marcel-Callo_beatification.jpg

    Parti pour le Service du travail obligatoire en Allemagne en 1943, cet ancien scout, typographe de métier, fut arrêté par la Gestapo pour avoir organisé des réunions d’action catholique, ce qui était formellement interditpar le IIIe Reich.

    En prison, puis dans les camps de Flössenburg et de Mauthausen, il soutint ses camarades dans l’épreuve jusqu’à sa mort à l’âge de 23 ans. Jean-Paul II le béatifia en 1987 et le présenta comme un exemple aux jeunes d’Europe.

    Diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo.

  • Les parents de Sainte Thérèse de Lisieux seront canonisés

    BBx_Louis-et-Zelie-Martin_2a.jpg

    Ce mercredi 18 mars, le Pape a reconnu le miracle attribué à l’intercession des Bienheureux Louis et Zélie Martin, les parents de Sainte Thérèse de Lisieux. Il a autorisé la promulgation d’un décret en ce sens lors d’une audience avec le cardinal Angelo Amato, le Préfet de la Congrégation pour les Causes des saints.

    Louis Martin est né à Bordeaux le 22 août 1823. Membre d’une fratrie de cinq enfants, il grandit au sein de différentes garnisons avant que sa famille ne s’installe définitivement à Alençon. Louis Martin souhaitait consacrer sa vie à Dieu au monastère du Grand St Bernard, mais son niveau insuffisant de latin l’oblige à abandonner la poursuite de ce projet. Il ouvre en 1850 une horlogerie-bijouterie. Sa foi reste vive cependant. Il prend ainsi part au cercle Vital Romet qui réunit de jeunes adultes chrétiens autour de l’abbé Hurel. Grâce à l’intermédiaire de sa mère, il rencontre Zélie Guérin qu’il épouse quelques mois plus tard, en juillet 1858.

    Zélie Guérin est née le 23 décembre 1831 à Saint Denis–Sarthon dans l’Orne où son père était enrôlé dans la gendarmerie. Sa sœur ainée devient religieuse. Elle a un frère de dix ans son cadet. Elle se sent elle aussi appelée à la vie religieuse et souhaite entrer à l’Hôtel-Dieu d’Alençon où sa famille s’est installée en 1844, mais la mère supérieure le lui refuse. Zélie s’initiera alors au célèbre point d’Alençon et ouvre sa fabrique de dentelle en 1853. Son entreprise, une véritable famille, est prospère lorsqu’elle rencontre Louis Martin.

    Louis et Zélie, « un don » pour les parents, les époux, les veufs et les malades

    De 1860 à 1873, neuf enfants, dont quatre mourront en bas âge, naîtront au foyer des Martin. La dernière sera Sainte Thérèse de Lisieux / de l’Enfant Jésus. Une foi profonde anime leur famille. Une grande affection lie les deux époux comme en témoigne les lettres de Zélie Martin à son mari.

    « Modèle exemplaire de foyer missionnaire », les nouveaux bienheureux Louis et Zélie Martin sont par leur vie un « don » pour « les époux de tous âges », « les parents », « ceux qui ont perdu un conjoint » et « ceux qui affrontent la maladie et la mort », a affirmé dans son homélie le cardinal Martins, Préfet émérite de la Congrégation pour les Causes des saints, dimanche 19 octobre 2008 lors de la célébration de la béatification des parents de Sainte Thérèse de Lisieux.

    A la mort de Zélie Martin le 28 août 1877 des suites d’une longue maladie, Louis s’installe dans la ville de sa belle-famille à Lisieux. Dix ans plus tard, après l’entrée de Thérèse au carmel, Louis sera interné au Bon Sauveur de Caen. Lui-même malade, il s’occupera dès qu’il le peut des autres patients qui l’entourent. Il meurt le 29 juillet 1894, à 71 ans.

    Source : Radio Vatican, avec le site des évêques de France et du sanctuaire d'Alençon.

  • Promulgation de décrets

    A la suite de l'audience accordée ce matin au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

    au MIRACLE attribué

    aux bienheureux Louis Martin (1823-1894) et Zélie Guérin son épouse (1831-1877), laïcs français.

    aux VERTUS HEROIQUES attribuées

    au serviteur de Dieu Francesco Gattola (1822-1899), prêtre italien, fondateur des Filles de l'Immaculée de Lourdes.

    au serviteur de Dieu Piotr Barbarić (1874-1897), novice jésuite de Bosnie-Herzégovine.

    à la servante de Dieu Mary Aikenhead (1787-1858), religieuse irlandaise, fondatrice des Sœurs de la Charité en Irlande.

    à la servante de Dieu Elisabetta Baldo (1862-1926), laïque italienne, fondatrice de la Pia Casa di San Giuseppe de Gavardo et cofondatrice des Humbles Servantes du Seigneur.

    à la servante de Dieu Vincentine de la Passion (Edvige Jaroszewska) (1900-1937), religieuse polonaise, fondatrice des Bénédictines samaritaines de la Croix.

    à la servante de Dieu Juana de la Cruz (Juana Vázquez Gutiérrez) (1481-1534), religieuse espagnole, Abbesse du couvent franciscain Ste Marie de la Croix à Cubas.

    à la servante de Dieu Maria Orsola Bussone (1954-1970), laïque italienne.

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 18.3.15).

  • Le franciscain Junipero Serra, évangélisateur de la Californie, bientôt canonisé

    Dans l'avion entre le Sri Lanka et les Philippines, jeudi 15 janvier, le Pape François a annoncé que, au cours de son voyage aux États-Unis en septembre prochain, il canoniserait le missionnaire Junipero Serra (1713-1784), prêtre franciscain originaire de Majorque, qui a évangélisé l'Ouest du pays au XVIIIe siècle. "Malgré beaucoup de fatigues et d’épreuves, il prêcha l’Évangile aux tribus de cette région encore païennes dans leur propre langue et défendit avec beaucoup de force les droits des pauvres et des humbles." (Martyrologe romain)

    bienheureux,prêtre,franciscain,Junipero Serra,évangélisateur,Californie,etats-unis,canonisation

    Biographie en anglais - Biographie en espagnol  (avec photos)

  • Voyage du Pape François au Sri Lanka - Messe avec Canonisation du Bienheureux Joseph Vaz

    Il est sept heures quarante-cinq du matin et déjà un grand soleil inonde le Galle Face Green, un parc longeant la mer, au nord de Colombo. Le Pape a traversé la foule en papamobile avant le début de la Messe de canonisation du bienheureux Joseph Vaz. On parle de plus de mille prêtres présents et de plus de 500.000 fidèles, dont un tiers qui a prié le Rosaire avant de dormir sur place. Ceux qui se sont endormis sur le trajet de la papamobile ont été réveillés à 4 heures du matin ! Parmi eux se trouvent de nombreux Indiens venus de Goa.

    Né à dans cette ville du sud de l’Inde en 1651, Joseph Vaz est considéré par les catholiques comme « l’apôtre du pays ». Fondateur en 1684 d’une société de prêtres suivant l’Oratoire de St Philippe de Neri, il prend la décision de se rendre au Sri Lanka, sous domination hollandaise et calviniste. L’Église y vit des heures sombres. Elle est privée de prêtre depuis trente ans. Joseph Vaz, à la peau sombre, rentre incognito au Sri Lanka en 1686, comme ouvrier mendiant. Il recherche de nuit les catholiques pour échapper à la surveillance des Hollandais. Pour leur échapper, il part vers le sud, dans le Royaume bouddhiste de Kandy. Il y sera emprisonné. On le prend pour un espion.

    Mais le détenu se comporte si bien qu’il impressionne ses gardiens, puis le roi qui décide, finalement, de le libérer et lui permet de poursuivre sa mission. Le prêtre partagera sa vie entre le Royaume de Kandy et des excursions clandestine sur les côtes hollandaises. Il meurt exténué à l’âge de 49 ans. Joseph Vaz a également, avec un autre prêtre, traduit la Bible en langue cinghalaise.

    Sauveur de la foi alors qu’elle était menacée dans le pays, l’Église srilankaise a demandé dès 1737 sa béatification, célébrée par St Jean-Paul II, le 15 janvier 1995. Vingt ans plus tard, à un jour près, le Pape François a canonisé Joseph Vaz représenté ce mercredi par une statue de bois. (le décret a été signé le 17 septembre dernier). L’autel est d’ailleurs le même que celui utilisé en 1995.

    Ce mercredi, le Sri Lanka a donc son premier saint. La joie est immense, comme le prouvent les 500.000 personnes rassemblées ce matin, dont des bouddhistes et des hindous. Une tristesse cependant, les catholiques n’ont pas de lieu où aller prier leur saint. Joseph Vaz serait enterré sous une station de police à Kandy.

    Lors de son homélie, le Pape a détaillé la vie et les qualités de saint Joseph Vaz, prêtre exemplaire, et exemple de zèle missionnaire : « Saint Joseph savait comment offrir la vérité et la beauté de l’Évangile dans un contexte multi-religieux, avec respect, dévotion, persévérance et humilité. Voilà la voie pour suivre Jésus aujourd’hui encore. »

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral de l'homélie du Saint-Père ci-dessous.

    Lire la suite

  • Voyage du Pape François au Sri Lanka et aux Philippines

    Programme du jour

     08h30   Messe et canonisation du bienheureux Jose (Joseph) Vaz au Galle Face Green à Colombo

     Bx_Joze-Vaz_1.jpg

    14h00   Transfert en hélicoptère à Madhu
    15h30   Prière mariale au Sanctuaire de Notre-Dame du Rosaire à Madhu (11h heure française)
    16h45   Transfert en hélicoptère à Colombo

    Fuseau horaire :
    Colombo : +5h30 UTC
    Madhu : +5h30 UTC
  • Promulgation de Décrets de la Congrégation de la Cause des Saints

    Les Bienheureuses Jeanne Emilie de Villeneuve (1811-1854)
    et Marie de Jésus Crucifié (née Mariam Baouardy, 1846-1878)
    bientôt canonisées

    Le 6 Décembre 2014, le Pape François a reçu en audience privée le Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour la Cause des Saints. Lors de l'audience, le Saint-Père a autorisé la Congrégation à promulguer les décrets concernant :

    le miracle attribué à l'intercession :

    - de la Bienheureuse Jeanne Emilie de Villeneuve (1811-1854), originaire de Toulouse, fondatrice de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de l'Immaculée Conception de Castres ;

    - de la Bienheureuse Marie Alphonsine Danil Ghattas (1843-1927), née en Galilée, fondatrice de la Congrégation des Sœurs du Très Saint Rosaire de Jérusalem ;

    - de la Bienheureuse Marie de Jésus Crucifié (née Mariam Baouardy, 1846-1878), née à Jérusalem, moniale professe de l'Ordre des Carmes Déchaux ;

    promulgation,décrets,congrégation,cause des saints,vénérable,bienheureux,bienheureuse,jeanne emilie de villeneuve,alphonsine danil ghattas,marie de jésus crucifié,mariam baouardy,carmela de jésus,maria seiquer gayá,adalberta (vojtěcha) hasmandová,prassede (praxède) fernández garcía,elisabetta (elisabeth) tasca

    les vertus héroïques :

    - de la Servante de Dieu Carmela de Jésus (née Francesca Prestigiacomo, 1858-1948), italienne, fondatrice de l'Institut des Sœurs du Sacré-Cœur du Verbe incarné ;

    - de la Servante de Dieu Maria Seiquer Gayá (1891-1975), espagnole, fondatrice des Sœurs apostoliques du Christ Crucifié ;

    - de la Servante de Dieu Adalberta (Vojtěcha) Hasmandová (1914-1988), tchèque, Supérieure Générale de la Congrégation des Sœurs de la Miséricorde de Saint Charles Borromée ;

    - de la Servante de Dieu Práxedes (Praxède) Fernández García (1886-1936), espagnole, laïque et mère de famille, du Tiers-Ordre de Saint-Dominique ;

    - de la Servante de Dieu Elisabetta (Elisabeth) Tasca (1899-1978), italienne, laïque et mère de la famille.

    Source : Bulletin du Bureau de Presse du Vatican.

  • Samedi 28 novembre 2014

    Calendrier liturgique

  • Vendredi 28 novembre 2014

    En certains endroits : Ste Catherine Labouré, religieuse

     Calendrier liturgique