Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

miracle

  • Méditation - De la pauvreté intérieure

    « Nous sommes absolument pauvres, et la grande tromperie de l'argent est de nous masquer que nous sommes pauvres. Rien n'est naturel. Même ce que nous appelons la nature n'est pas naturel. Si nous savions regarder la vie autrement qu'avec des yeux habitués, nous y verrions un miracle constant, et nous verrions aussi notre dénuement total ; mais nous n'apercevons pas le miracle, parce que nous ne voulons voir que nous : alors, ce que nous avons comme objet de contemplation, c'est un pauvre bonhomme assez pénible et maladroit, et il faut avouer qu'il faut de la complaisance pour se régaler de ce spectacle ! J'ai connu un homme qui trouvait décourageant de devoir être, selon le mot de l’Évangile, un serviteur inutile. C'est extrêmement consolant au contraire. Quelle liberté totale l'âme trouve dans la conscience de son dénuement et de son inutilité ! Quand on croit être quelque chose, on n'est quand même jamais content : on a toujours quelque chose à demander et on ne demande jamais ce qu'il faut. Quand on sait qu'on n'est rien, on n'a plus qu'à tout demander et on a l'assurance que tout nous sera donné. Se mettre dans l'esprit de pauvreté, c'est simplement se mettre dans la vérité. »

    André Charlier (1895-1971), L'esprit de pauvreté, in revue "Itinéraires" n°109, Janvier 1967.

    André Charlier,pauvre,pauvreté,argent,miracle,contemplation,evangile,denuement,vérité

  • Bientôt de nouveaux bienheureux et un jeune saint italien

    L’Argentine comptera quatre nouveaux bienheureux, parmi lesquels Mgr Enrique Angelelli, le "Romero argentin". Le Pape François a signé ce vendredi le décret reconnaissant le martyre de l’ancien évêque de la Rioja et de ses compagnons, après avoir reçu en audience le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, actuellement sur le départ.

    Mgr Angelelli, un évêque contre la dictature

    Mgr Enrique Angelelli (1923-1976) fut une figure particulièrement marquante de l’Eglise argentine. Après avoir été évêque de Cordoba, et avoir participé au Concile Vatican II, il fut nommé par le Bienheureux Paul VI évêque de La Rioja, où il se distingua par un fort engagement social. «Toujours avoir une oreille tournée vers le peuple, et l’autre vers l’Evangile», aimait à répéter celui que beaucoup surnomment le «Romero argentin». Il ne prit jamais la peine de cacher son hostilité envers la «guerre sale» et la dictature du général Videla, s’attirant l’ire des autorités.

    Il mourut dans un accident de voiture déguisé le 4 août 1976. Pendant des années, les autorités soutinrent que cette mort était accidentelle, en dépit des signes qui attestèrent de sa nature criminelle.  En 2014, deux officiers de l’armée, -qui avaient, selon un témoin, achevé par balles Mgr Angelelli après le simulacre d’accident-, furent condamnés à la prison à perpétuité.

    Deux autres Argentins et un Français tués en haine de la foi

    Avec Mgr Angelelli seront béatifiés trois autres personnes, tous morts « en haine de la foi », durant la même période :
    - Le Père Carlos Murias, jeune franciscain, avait été envoyé par Mgr Angelelli au service des pauvres de Chamical. Son engagement en faveur des paysans lui avait valu une étroite surveillance des militaires. Le 18 juillet 1976, des hommes se présentant comme des policiers l’arrêtèrent alors qu’il se trouvait dans un monastère.
    - Le curé de la paroisse de Chamical, le Père Gabriel Longueville, prêtre français Fidei Donum, refusa de le laisser partir seul et choisit de l’accompagner. Leurs corps furent retrouvés deux jours plus tard dans un champ, atrocement mutilés.
    - Wenceslao Pedernera, paysan, organisateur du Mouvement rural catholique, fut assassiné chez lui, devant sa femme et ses filles, par des hommes masqués, le 25 juillet 1976. Avant d’expirer, à l’hôpital où on l’avait transporté, il pardonna à ses meurtriers.

    Signature de trois autres décrets

    Bse_Conchita_1a.jpg

    Conchita Cabrera @ Domaine public

    D’autres décrêts ont été signés à la même occasion. Celui reconnaissant le miracle attribué à l’intercession du Bienheureux Nunzio Sulprizio (1817-1836), jeune ouvrier italien mort à 19 ans, « le petit saint boîteux ». Une Mexicaine et une Espagnole seront également prochainement béatifiées : la vénérable Maria Cabrera Arias de Armida (1862-1937), « Conchita », laïque et mère de famille mexicaine, et la vénérable Maria Guadalupe Ortiz de Landazuri y Fernández de Heredia (1916-1975), laïque espagnole, membre de l’Opus Dei.

    Source : Vatican.News.

  • Paul VI et Mgr Romero seront bientôt canonisés

    Paul VI sera bientôt canonisé, ainsi que Mgr Romero. Ces deux figures majeures de l’Église au XXe siècle figurent dans le décret de la Congrégation pour la Cause des Saints dont la publication a été autorisée hier, mardi 6 mars 2018, à l’issue d’une entretien entre le Pape François et le cardinal Angelo Amato, préfet de ce dicastère.

    Paul-VI_2b.jpg

    Les décrets reconnaissant des miracles attribués à leur intercession ouvrent la voie à la canonisation des  bienheureux :
    - Giovanni Battista Montini (Pape Paul VI, 1897-1978)
    - Oscar Arnolfo Romero Galdámez (1917-1980), archevêque de San Salvador, martyr
    - Francesco Spinelli (1853-1913), prêtre diocésain italien, fondateur de l’Institut des Sœurs adoratrices du Très-Saint Sacrement
    - Vincent Romano (1751-1831), prêtre diocésain italien, curé de paroisse
    - Maria-Katharina Kasper (1820-1898), fondatrice en Allemagna de l’Institut des Pauvres Servantes de Jésus-Christ.

    Le décret ouvre également la voie à deux futures béatifications :
    Sont reconnus :
    - le miracle attribué à l’intercession de Maria Felicia de Jésus Sacrement (Maria Felicia Guggiari Echeverria, 1925-1959), carmélite paraguayenne
    - le martyre d'Anna Kolesárová (1928-1944), laïque slovaque tuée par un soldat pour avoir refusé ses avances.

    Enfin sont déclarés vénérables, par reconnaissance de leurs vertus héroïques :
    - Bernard Lubienski (1846-1933), prêtre polonais de la Congrégation du Très Saint Rédempteur
    - Giustina Schiapparoli (1819-1877) et Maria Schiapparoli (1815-1882), religieuses italiennes cofondatrices de la Congrégation des Sœurs bénédictines de la Divine Providence de Voghera
    - Cecilio Maria Cortinovis (Antonio Pietro, 1885-1984), religieux capucin italien
    - Maria Antonella Bordoni (1916-1978), laïque italienne, fondatrice de la Fraternité laïque des Petites filles de la Mère de Dieu
    - Alessandra Sabattini (1961-1984), laïque italienne.

    Sources : Vatican.News - Zenit.org.

  • Il y a 100 ans à Fatima, le 13 octobre 1917 : la « danse du soleil »

    miracle_of_the_sun_1a.jpg

    Le 13 octobre 1917, près de 70 000 personnes, provenant de toutes les régions du Portugal, se rassemblent à la « Cova da Iria » (Fatima). Depuis plusieurs semaines circule la nouvelle de l’apparition de la « Dame » et du miracle qu’elle a promis d’accomplir. Au milieu de citoyens ordinaires se trouvent aussi des nobles, des ingénieurs, des médecins, des notaires et, évidemment, des journalistes et des photographes.

    Du ciel, complètement couvert par les nuages, tombe une pluie incessante. François, Jacinthe et Lucie arrivent, accompagnés de leurs familles. Ils atteignent à grand peine le chêne sur lequel se pose habituellement la « Dame » et commencent à réciter le chapelet. Cependant, à midi, la pluie continue de tomber. Lucie ordonne de fermer les parapluies et la foule obéit. Peu après, la Vierge apparaît, plus lumineuse que d’ordinaire.

    Lucie demande : « Qui êtes-vous et que voulez-vous de moi ? ». La Vierge répond qu’elle est « Notre-Dame du Rosaire » et qu’elle veut que soit bâtie en ce même lieu une chapelle en son honneur. Elle conseille de réciter constamment le rosaire puis conclut : « Tous doivent se convertir, demander pardon pour leurs péchés et ne plus blesser Notre Seigneur ».

    Après ces paroles, elle ouvre ses mains qui se reflètent sur le soleil. À ce moment, pendant que Lucie crie : « Regardez le soleil », le miracle se produit : les épais nuages se dispersent et le soleil commence à tournoyer, à changer de couleur, à danser dans le ciel puis à s’approcher progressivement de la terre.

    Voici le témoignage du docteur Almeida Garrett :

    « Soudain, j’entendis la clameur de centaines de voix, et je vis toute cette multitude s’étendre à mes pieds, tourner le dos à l’endroit vers lequel, jusque-là, convergeaient toute leur impatience, et regarder le soleil du côté opposé… Je me tournai à mon tour vers ce point qui attirait tous les regards, et je pus voir le soleil apparaître comme un disque au bord net, à l’arête vive, qui luisait sans blesser la vue… Il ne pouvait se confondre avec le soleil vu à travers le brouillard – il n’y en avait d’ailleurs pas à ce moment – car il n’était ni voilé, ni brouillé. À Fatima, il conservait sa lumière et sa chaleur, et se dessinait nettement dans le ciel, avec ses arêtes vives, comme une large table de jeu… Le plus étonnant est d’avoir pu fixer aussi longtemps le disque solaire étincelant de lumière et de chaleur, sans avoir mal aux yeux et sans abîmer leur rétine. On entendit une clameur, le grand cri d’angoisse de la foule. En effet, le soleil, conservant son mouvement rapide de rotation, sembla pouvoir se détacher du firmament, et, rouge sang, avancer vers la Terre, menaçant de nous détruire sous son poids énorme. Ce furent des secondes terrifiantes. »

    Ce fut un instant si terrible que plusieurs personnes s'évanouirent, mais finalement il s'arrêta au grand soulagement de tous

    miracle_of_the_sun_2.jpg

    À la stupéfaction générale, la foule put constater que leurs vêtements, trempés par la pluie quelques minutes auparavant, étaient complètement secs.

    L’évêque de Leiria, dans sa lettre pastorale sur le culte à Notre-Dame de Fatima, écrivit : « Le phénomène solaire du 13 octobre 1917 fut encore plus merveilleux et laissa une impression indélébile chez ceux qui eurent le bonheur d’y assister. Il a été constaté par des personnes de toutes les classes sociales, des croyants, des non-croyants, des journalistes des principaux journaux portugais et des personnes qui se trouvaient à plusieurs kilomètres ». Les journalistes des principaux quotidiens du Portugal l'ont vu et raconté.

    miracle_of_the_sun_3a.jpg

    Journal portugais (Ilustração Portugueza) relatant le miracle du soleil
    (Crédit photo)

    Ce fut la dernière fois que Notre-Dame apparut à la Cova da Iria, laissant la preuve irréfutable de la réalité de ses apparitions.

    Source : Aleteia - Fatima.be.

  • Fatima : Francisco et Jacinta bientôt canonisés

    Lucia-Francisco-Jacintha-5a.jpg

    Le Pape a reconnu un nouveau miracle ouvrant la voie à la canonisation des voyants de Fatima. Dans un décret publié jeudi 23 mars, la Congrégation pour la cause des Saints a annoncé la canonisation prochaine de 36 nouveaux saints et de 40 nouveaux bienheureux. Parmi ceux qui seront prochainement canonisés, figurent Jacinthe et François Marto, les petits bergers à qui la Vierge Marie apparut à Fatima en 1917. Jacinthe et François n'avaient que 7 et 9 ans au moment de la première apparition.

    C'est aux côtés de Lucie Dos Santos, décédée en 2005, qu'ils verront la Sainte Vierge six fois entre le 13 mai et le 13 octobre 2017. Jacinthe et Francesco mourront en 1919 et 1920, emportés par la grippe espagnole. Ils avaient été béatifiés par le Pape Jean-Paul II le 13 mai 2000, jour de la fête de Notre-Dame de Fatima. Ce décret intervient quelques semaines avant la visite du Pape François au sanctuaire marial portugais, les 12 et 13 mai prochains.

    Source : Radio Vatican (OB).

  • Audience générale de ce mercredi 8 juin 2016

    Le premier miracle de Jésus accompli à Cana « illumine tout le mystère du Christ et ouvre le cœur des disciples à la foi ». Lors de l’audience générale, ce mercredi, le Pape François, en cette année de la miséricorde, a proposé une méditation sur le récit évangélique des noces de Cana. Le Saint-Père a notamment rappelé que c’est à Cana, que Jésus livre le sens de sa venue parmi nous.

    Commentaire de Xavier Sartre à lire / écouter sur Radio Vatican.

    Résumé :

    « Frères et sœurs, le premier signe de miséricorde accompli à Cana illumine tout le mystère du Christ et ouvre le cœur des disciples à la foi. Jésus se manifeste comme l’époux du peuple de Dieu et révèle la profondeur de la relation qui nous unit à lui. Le vin exprime l’abondance du banquet et la joie de la fête à laquelle nous sommes appelés. L’ultime recommandation, simple mais essentielle, de la Vierge ­ faites tout ce qu’il vous dira – est le programme de toute vie chrétienne. Il s’agit de s’en remettre à la Parole de Dieu pour faire l’expérience de son efficacité dans la vie. À Cana, Jésus livre le secret de sa personne et le but de sa venue parmi nous : l’époux inaugure les noces qui s’accompliront dans le mystère pascal ; il se lie à ses disciples par une Alliance nouvelle et définitive. »

    « Je salue cordialement les pèlerins de langue française, en particulier le pèlerinage du diocèse de Besançon, avec Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, la Confédération internationale de la Société Saint Vincent de Paul, le Séminaire du Prado de Lyon ainsi que les pèlerins de Suisse, de Belgique et du Canada.
    Chers frères et sœurs, Jésus nous invite, chacun, à la joie de le connaître et de l’aimer. Par l’intercession de la Vierge Marie puissions-nous toujours entendre sa voix et avoir le courage de le suivre.
    Que Dieu vous bénisse ! »

    Source : site internet du Vatican.

    Texte intégral traduit en français sur Zenit.org.

    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

  • Promulgation de décrets

    A la suite de l'audience accordée hier après-midi au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

    au MIRACLE attribué à l'intercession
    - du Bienheureux Alfonso Maria Fusco, prêtre diocésain italien (1839-1910), fondateur de la Congrégation des Sœurs de St Jean-Baptiste.

    decret,canonisation,béatification,martyre,miracle,vertus heroiques,albanie

    - du Serviteur de Dieu John Sullivan, prêtre jésuite irlandais (1861-1933).

    au MARTYRE
    - des Serviteurs de Dieu, Vincenz Prennushi, OFM, évêque albanais et ses 37 compagnons, tués sous le régime communiste entre 1945 et 1974.
    - des Serviteurs de Dieu José Antón Gómez, OSB, et ses 3 compagnons, prêtres et moines espagnols, tués en 1936.

    aux VERTUS HÉROÏQUES
    - du Serviteur de Dieu Thomas Choe Yang-Eop, prêtre diocésain coréen (1821-1861).
    - du Serviteur de Dieu Sosio Del Prete (Vincenzo), OFM (1885-1952), prêtre franciscain italien, fondateur de la Congrégation des Petites Servantes du Christ-Roi.
    - du Serviteur de Dieu Wenanty Katarzyniec (Jozef), OFM.Conv, prêtre franciscain polonais (1889-1921).
    - de la Servante de Dieu Marie Conseil de l'Esprit Saint (Emilia Pasqualina Addatis), religieuse italienne (1845-1900) fondatrice de la Congrégation des Sœurs de Notre Dame des douleurs.
    - de la Servante de Dieu, Marie de l'Incarnation (Catalina Carrasco Tenorio), religieuse espagnole (1840-1917), fondatrice de la Congrégation des Sœurs du tiers ordre franciscain Troupeau de Marie.
    - de la Servante de Dieu Maria Laura Baraggia, religieuse italienne (1851-1923), fondatrice de la Congrégation des Sœurs de la Famille du Sacré-Coeur de Jésus.
    - de la Servante de Dieu Ilia Corsaro, religieuse italienne (1897-1977), fondatrice de la Congrégation des Petites Missionnaires Eucharistiques.
    - de la Servante de Dieu María Montserrat Grases García, laïque espagnole (1941-1959), de la Prélature de la Ste Croix.

    Source : VIS (Vatican Information Service).

  • Promulgation de Décrets de la Congrégation de la Cause des Saints

    Le 21 janvier le Saint-Père François a reçu en audience privée le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints. Lors de l'audience, le Saint-Père a autorisé la Congrégation à promulguer les décrets concernant :

    le miracle attribué à l'intercession :

    - du Bx Stanislas de Jésus Marie (au siècle : Giovanni Papczynski, 1631-1701), religieux polonais, fondateur de la Congrégation des Clercs Mariaux de l'Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie ;

    - du Bx José Gabriel del Rosario Brochero (1840-1914), prêtre argentin, surnommé le curé gaucho (mort de la lèpre) ;

    - du Bx José Luis Sánchez del Río (1913-1928), jeune laïc des Cristeros, martyr mexicain ;

    Saint_Jose-Sanchez-del-Rio_2.JPG

    - du Vénérable Francesco Maria Greco (1857-1931), prêtre italien, fondateur de la Congrégation des Petites Sœurs Ouvrières des Sacré-Cœurs ;

    - de la Vénérable Elisabeth Sanna (1788-1857), laïque italienne, veuve, du Tiers-Ordre des Minimes, membre de l'Union de l'Apostolat Catholique fondée par St Vincent Pallotti.

    le martyre :

    - du Vénérable Engelmar Unzeitig (Hubert, 1911-1945), prêtre allemand de la Congrégation des Missionnaires de Mariannhill, appelé l'Ange de Dachau ;

    - du Serviteur de Dieu Javier Fueyo Castañón, prêtre espagnol, et 3 compagnons laïcs, tués en haine de la foi en 1936 ;

    - du Serviteur de Dieu Justo Takayama Ukon (1552-1615), laïc japonais (samouraï converti au christianisme).

    les vertus héroïques :

    - du Serviteur de Dieu Arsenio da Trigolo (au siècle : Giuseppe Migliavacca, 1849-1909), prêtre italien de l'Ordre des Frères mineurs capucins, fondateur de la Congrégation des Sœurs de Sainte Marie Consolatrice ;

    - de la Servante de Dieu Maria Luisa del Santissimo Sacramento (au siècle : Maria Velotti, 1826-1886), italienne du Tiers-Ordre franciscain, fondatrice de l'Institut des Sœurs Adoratrices de la Sainte Croix.

    Sources : Vatican Information Service - Salle de Presse du Saint-Siège.

  • La Bienheureuse Mère Teresa sera canonisée l'an prochain

    Bse_Mere_Teresa_24.jpg

    Le Pape François a autorisé la Congrégation pour la cause des Saints à publier plusieurs décrets ce vendredi 18 décembre. Parmi eux, la congrégation reconnait un miracle attribué à la Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta, fondatrice des Missionnaires de la Charité. Ce miracle ouvre officiellement la voie à la canonisation de la religieuse d'origine albanaise, décédée en 1997 et béatifiée par le Pape Jean-Paul II le 19 octobre 2003, en la Journée Mondiale des Missions.

    Anjezë (Agnès) Gonxha Bojaxhiu, en religion Mère Teresa, née le 26 août 1910 à Üsküb, dans l’Empire ottoman (aujourd’hui en Albanie), missionnaire en Inde, et de nationalité indienne, est morte le 5 septembre 1997 à Calcutta, aujourd’hui jour de sa fête. Sa canonisation pourrait avoir lieu durant l'année jubilaire de la miséricorde, même si aucune date n'a encore été arrêtée.

    Elle disait : « Par mon sang, je suis albanaise. Par ma nationalité, indienne. Par ma foi, je suis une religieuse catholique. Pour ce qui est de mon appel, j’appartiens au monde. Pour ce qui est de mon cœur, j’appartiens entièrement au Cœur de Jésus. ». Les missionnaires de la Charité sont aujourd'hui 5000, réparties dans 132 pays, dévouées aux plus pauvres.

    Source : Radio Vatican (avec Zenit).

    Commentaire de Mgr Thomas D'Souza, Archevêque de Calcutta : « C’est un Noël spécial que celui que nous nous apprêtons à vivre. Nous avons accueilli avec une joie immense le grand don de la nouvelle de la canonisation de Mère Teresa de Calcutta. Nous sommes profondément reconnaissants envers Dieu et le Saint-Père François. Dans la communauté catholique de Calcutta, règne aujourd’hui une atmosphère de grand enthousiasme ».

    A lire sur le site de l'Agence Fides.org.

  • Promulgation de Décrets de la Congrégation de la Cause des Saints

    A la suite de l'audience accordée hier au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

    - au miracle attribué à l'intercession de la Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta (née Agnès Gonxha Bojaxhiu, 1910-1997), religieuse albanaise (né en Macédoine sous l'empire ottoman), fondatrice de la Congrégation des Missionnaires de la Charité.
    - aux vertus héroïques du Serviteur de Dieu Giuseppe Ambrosoli (1923-1987), prêtre italien des Missionnaires Comboniens du Cœur de Jésus.
    - aux vertus héroïques du Serviteur de Dieu Adolfo (né Leonardo Lanzuela Martínez, 1894-1976), religieux espagnol de l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes
    - aux vertus héroïques du Serviteur de Dieu Heinrich Hahn (1800-1882), laïc allemand.

    Source : Vatican Information Service - Salle de Presse du Saint-Siège.

  • Promulgation de Décrets de la Congrégation de la Cause des Saints

    A la suite de l'audience accordée hier au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

    Au miracle attribué à l'intercession :

    - de la Bse Marie Elisabeth Hesselblad (1870-1957), religieuse suédoise, fondatrice de l'Ordre du Très Saint Sauveur de Sainte Brigitte.
    - du Vénérable Ladislaw Bukowinski (1904-1974), prêtre séculier ukrainien.
    - de la Vénérable Marie Céleste Crostarosa (au siècle: Giulia, 1696-1755), moniale italienne fondatrice des Soeurs du Très Saint Rédempteur.
    - de la Vénérable Maria di Gesù (au siècle: Carolina Santocanale, 1852-1923), religieuse italienne, fondatrice de la Congrégation des Soeurs Capucines de l'Immaculée de Lourdes.
    - de la Vénérable Itala Mela, oblate bénédictine du Monastère de Saint Paul à Rome.

    Aux vertus héroïques :

    - du Serviteur de Dieu Angelo Ramazzotti (1800-1861), Patriarche de Venise, fondateur de l’Institut pour les Missions étrangères (PIME).
    - du Serviteur de Dieu Joseph Vithayathil (1865-1964), prêtre séculier indien, fondateur de la Congrégation des Soeurs de la Sainte Famille.
    - du Serviteur de Dieu José Maria Arizmendiarrieta (1915-1976), prêtre séculier espagnol.
    - du Serviteur de Dieu Giovanni Schiavo (1903-1967), prêtre religieux italien de la Congrégation de Saint Joseph.
    - du Serviteur de Dieu Venanzio Maria Quadri (au siècle: Antonio, 1916-1937), religieux italien de l'Ordre des Serviteurs de Marie.
    - du Serviteur de Dieu William Gagnon (1905-1972), religieux américain de l'Ordre Hospitalier de Saint Jean de Dieu.
    - de la Servante de Dieu Teresa Rosa Fernanda de Saldanha Oliveira e Sousa (1837-1916), religieuse portugaise du Tiers-Ordre de Saint Dominique, fondatrice de la Congrégation des Soeurs Dominicaines de Sainte Catherine de Sienne au Portugal.
    - de la Servante de Dieu Maria Emilia Riquelme Zayas (1847-1940), religieuse espagnole, fondatrice de l'Institut des Missionnaires du Très Saint Sacrement et de la Bse Vierge Marie Immaculée.
    - de la Servante de Dieu Maria Esperanza de la Cruz (au siècle: Salustiana Antonia Ayerbe Castillo, 1890-1967), religieuse espagnole, cofondatrice des Missionnaires Augustiniennes Récollets.
    - de la Servante de Dieu Emanuela Maria Magdalena Kalb (au siècle: Elena, 1899-1986), religieuse polonaise, de la Congrégation des Soeurs Chanoinesses du Saint Esprit à Sassia.
    - du Serviteur de Dieu Nicola Wolf (1756-1832), laïc et père de famille suisse.
    - du Serviteur de Dieu Teresio Olivelli (1916-1945), laïc italien.

    Source : Vatican Information Service - Salle de Presse du Saint-Siège.

  • La voie est ouverte pour la canonisation du P. Jerzy Popieluszko

    Bx_Jerzy_Popieluszko_2.jpg

    Ce lundi 14 septembre, lors d’une prière à la cathédrale de Créteil, Mgr Santier, a rendu officielles les conclusions de la commission chargée par son diocèse d’étudier le cas de la guérison de François A. Cette guérison inexpliquée était survenue à l’hôpital Albert-Chenevier le 14 septembre 2012, et attribuée à l’intercession du prêtre polonais assassiné en 1984. Jerzy Popieluszko avait été béatifié à Varsovie le 6 juin 2010.

    Mgr Michel Santier annoncera samedi 20 septembre au cours d’une Messe célébrée au monastère de l’Annonciade à Thiais (Val-de-Marne), l’ouverture officielle du processus de canonisation. Le postulateur de la cause, le P. Tomasz Kaczmarek, qui présidera la Messe en présence de membres de la famille du P. Popieluszko venus pour l’occasion des États-Unis, a retenu ce cas parmi d’autres guérisons attribuées à l’intercession du Bienheureux, car « c’était le plus limpide », selon une source proche du dossier.

    La décision de reconnaître le miracle et de décréter la canonisation, très attendue par la Pologne, appartiendra ensuite au Pape François.

  • Promulgation de décrets

    A la suite de l'audience accordée ce matin au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

    au MIRACLE attribué

    aux bienheureux Louis Martin (1823-1894) et Zélie Guérin son épouse (1831-1877), laïcs français.

    aux VERTUS HEROIQUES attribuées

    au serviteur de Dieu Francesco Gattola (1822-1899), prêtre italien, fondateur des Filles de l'Immaculée de Lourdes.

    au serviteur de Dieu Piotr Barbarić (1874-1897), novice jésuite de Bosnie-Herzégovine.

    à la servante de Dieu Mary Aikenhead (1787-1858), religieuse irlandaise, fondatrice des Sœurs de la Charité en Irlande.

    à la servante de Dieu Elisabetta Baldo (1862-1926), laïque italienne, fondatrice de la Pia Casa di San Giuseppe de Gavardo et cofondatrice des Humbles Servantes du Seigneur.

    à la servante de Dieu Vincentine de la Passion (Edvige Jaroszewska) (1900-1937), religieuse polonaise, fondatrice des Bénédictines samaritaines de la Croix.

    à la servante de Dieu Juana de la Cruz (Juana Vázquez Gutiérrez) (1481-1534), religieuse espagnole, Abbesse du couvent franciscain Ste Marie de la Croix à Cubas.

    à la servante de Dieu Maria Orsola Bussone (1954-1970), laïque italienne.

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 18.3.15).

  • Un miracle français retenu pour la canonisation du P. Popieluszko

    Mgr Michel Santier, évêque de Créteil, doit annoncer ce samedi 20 septembre l'ouverture officielle du processus de canonisation du P. Jerzy Popieluszko. Une guérison inexpliquée survenue à l'hôpital Albert-Chenevier en septembre 2012 (*) est en effet attribuée à l'intercession de ce prêtre catholique polonais, assassiné en haine de la foi à l'âge de 37 ans le 19 octobre 1984, et béatifié le 6 juin 2010 à Varsovie.

    (*) : Le 14 septembre 2012, un prêtre du diocèse de Créteil alla donner l'onction des malades à un patient âgé de 56 ans, souffrant d'un cancer. Après avoir demandé l'intercession du Bienheureux Jerzy Popieluszko, le prêtre plaça une image représentant le prêtre martyr sur la table de chevet du malade. Quelques jours plus tard, ce dernier fut complétement guéri. La tumeur avait disparu. Les médecins ont reconnu ce fait inexplicable pour la science.

     mgr santier,évêque,créteil,miracle,français,canonisation,prêtre,pologne,popieluszko,guérison,cancer,hôpital,albert-chenevier,septembre 2012

  • Promulgations de décrets

    A la suite de l'audience accordée ce matin au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs au MIRACLE attribué:

    à la Bienheureuse Marie-Christine de l’Immaculée Conception (Adelaide Brando), religieuse italienne (1856-1906), fondatrice de la Congrégation des Sœurs Victimes Expiatoires de Jésus Sacrement.

    au Vénérable Serviteur de Dieu Pio Alberto del Corona, OP, archevêque titulaire de Sardica, évêque émérite de San Miniato (1837-1912), fondateur de la Congrégation des Sœurs Dominicaines du Saint-Esprit.

    à la Vénérable Servante de Dieu Marie-Elisabeth Turgeon, religieuse canadienne (1840-1881), fondatrice de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire.

    Il a en outre approuvé la canonisation du Bienheureux Joseph Vaz, Oratorien indien (1651-1711), fondateur de l'Oratoire de la Sainte Croix des Miracles à Goa (Inde).

    Et décidé de convoquer un consistoire pour la canonisation de la Bienheureuse Marie-Christine de l’Immaculée Conception (Adelaide Brando) et du Bienheureux Joseph Vaz.

    A noter que la canonisation du Bx Joseph Vaz interviendrait donc avant (ou pendant) la visite du Pape François au Sri Lanka qui aura lieu du 12 au 15 janvier 2015 (voir l'annonce faite hier), placée sous le signe de ce prêtre oratorien indien.

    Sources : Bulletin de la Salle de Presse du Saint-Siège et VIS.

  • Méditation - Sainte-Marie-Majeure (Notre-Dame des Neiges)

    « Il y a à Rome trois églises patriarcales où le pape officie à certaines fêtes, et auprès de l'une desquelles il réside toujours quand il est dans la ville. Ce sont les basiliques de Saint-Jean de Latran, de Saint-Pierre du Vatican et de Sainte-Marie-Majeure. Cette dernière est ainsi appelée, parce qu'elle est, tant pour sa dignité que pour son antiquité, la première des églises dédiées à Rome sous l'invocation de la sainte Vierge. On lui donna le nom de Basilique Libérienne, parce qu'elle fut fondée, sous le pontificat du pape Liber, dans le quatrième siècle. Sixte III la consacra vers l'an 435, sous le titre de la Vierge Marie. Elle est encore appelée Notre-Dame des Neiges, d'une tradition populaire, qui porte qu'elle fut fondée et dotée sous le pontificat de Liber, par le patrice Jean, qui avait eu une vision où la Mère de Dieu lui était apparue, et auquel le Ciel avait désigné le lieu où il fallait la bâtir, en permettant qu'il se trouvât miraculeusement couvert de neige le 5 août.

    La même basilique a été aussi nommée quelquefois Sainte-Marie ad praesepe, à cause de la crèche ou berceau de Jésus-Christ, qu'on dit y avoir été apporté. Ce berceau se garde encore dans une châsse d'argent, et renferme une figure du même métal, qui représente un petit enfant. On l'expose à la vénération publique le jour de Noël. Le reste de l'année, il est déposé dans une magnifique chapelle souterraine. Le berceau du Sauveur se garda longtemps à Bethléem, et l'on sait que saint Jérôme, saint Paul, etc., avaient beaucoup de vénération pour cette relique.

    L'église dont nous parlons est du moins, après celle de Lorette, le lieu du monde le plus célèbre par la dévotion des fidèles. On y vient de toutes les parties de la chrétienté pour implorer le secours de la sainte Vierge, et l'on y a souvent obtenu de Dieu des grâces signalées. Cette dernière circonstance suffit seule pour la rendre singulièrement vénérable à tous les fidèles.

    Dès les premiers temps du christianisme, l’Église n'a jamais cessé d'exhorter ses enfants à réclamer la protection de la sainte Vierge, et de leur représenter cette dévotion comme un des plus efficaces moyens d'opérer leur salut. Elle veut qu'ils conjurent le Seigneur d'écouter les prières qu'elle lui adresse pour nous, puisque c'est par elle qu'il s'est lui-même donné à nous ; que c'est par amour pour nous qu'il a daigné naître d'elle, en lui conservant toujours sa virginité. Elle nous invite à l'appeler Mère de grâce et de compassion, et à mettre en elle notre confiance, afin qu'aidés de ses mérites, nous obtenions plus facilement de son Fils les secours qui nous sont nécessaires. Un chrétien est bien ennemi de lui-même, lorsqu'il n'a point de dévotion pour la sainte Vierge, et qu'il néglige de l'invoquer dans ses peines et ses besoins. Mais pour donner plus d'efficacité à nos prières, nous devons nous unir en esprit aux âmes pénitentes, quand nous invoquons cette avocate des pécheurs, et nous humilier de ne pas montrer une ferveur proportionnée à nos misères. »

    La Dédicace de Notre-Dame des Neiges - Extrait des Vies des Pères, des Martyrs, et des autres principaux Saints, Traduction libre de l'anglais d'Alban Butler, par l'Abbé Godescard, Mois d'Août, Lyon, Périsse Frères, 1834.

    histoire,Sainte-Marie-Majeure,

    Le miracle de la neige, par Masolino da Panicale (1383-1440)

    A lire pour approfondir : La Basilique Papale Sainte Marie Majeure (site internet du Vatican).

    Et sur les 4 Basiliques Majeures, le simple mais bien complet article de Wikipédia.

  • Angélus de ce dimanche 03 août 2014

    Compassion, partage, Eucharistie, c’est le chemin que nous indique Jésus. Le Pape François l’a rappelé ce dimanche lors de la prière de l’Angélus en commentant l’Évangile du jour qui relate le miracle de la multiplication des pains et des poissons par Jésus afin de nourrir la foule. (Mt 14,13-21). Le Saint-Père s’attarde sur le sens de ce geste qui nous livre trois messages.

    Le premier est la compassion. « Face à la foule qui le suit, Jésus ne réagit pas avec irritation, mais il éprouve de la compassion, parce qu'il sait que la foule ne le cherche pas par curiosité, mais par nécessité. Et le signe de cette compassion sont les nombreuses guérisons opérées par Jésus. Le Christ nous apprend à faire passer les besoins des pauvres avant les nôtres. Nos besoins, même s’ils sont légitimes, précise le Saint-Père, ne seront jamais aussi urgent que ceux des pauvres, qui n'ont pas le minimum indispensable pour vivre ».

    Le deuxième message de Jésus est le partage. Et le Pape invite à comparer la réaction des disciples face à la foule fatiguée et affamée, à celle de Jésus. « Les disciples pensent qu’il convient de congédier la foule afin qu'elle puisse aller chercher de la nourriture. Jésus lui, les invite à lui donner à manger ». Deux réactions différentes qui, souligne le Pape, « reflètent deux logiques opposées ».

    « Les disciples raisonnent selon le monde, où chacun doit penser à soi-même, Jésus, en revanche, pense selon la logique de Dieu, qui est celle du partage ». Combien de fois, déclare le Pape François, avons-nous détourné le regard pour congédier les pauvres. C’est une façon éduquée de dire « débouillez-vous tout seul. C’est de l’égoïsme ».

    Le miracle des pains annonce l'Eucharistie. C’est le troisième message de Jésus. « Il est visible dans le geste du Christ qui “récite la bénédiction” avant de rompre le pain et de le distribuer à la foule. C'est le même geste que fera Jésus lors de la dernière Cène. Dans l'Eucharistie, Jésus ne donne pas de pain, mais le pain de la vie éternelle, Il se donne lui-même, en s’offrant au Père par amour pour nous ».

    « Celui qui reçoit l’Eucharistie, sans éprouver de compassion et le sens du partage, précise le Pape, ne chemine pas sur les traces de Jésus ». Et le Saint-Père conclut en affirmant que la compassion, le partage et l’Eucharistie sont le chemin que Jésus nous indique dans l’Évangile. « Un chemin qui nous conduit à affronter avec fraternité les besoins de ce monde, mais qui nous mène au-delà de ce monde, parce qu'il provient de Dieu le Père et retourne à Lui ».

    Source : Radio Vatican.

    « Rappelez-vous, la compassion, le partage, l'Eucharistie... Et s'il vous plaît, n'oubliez pas de prier pour moi ! »

    Texte intégral en italien sur le site internet du Vatican.

  • Méditation : Nativité de saint Jean-Baptiste

    « Toute la vie du « plus grand parmi tous les enfants des femmes » est le miracle des miracles. En plus de la vie entière de Jean, prophète dès avant sa naissance et le plus grand des prophètes, c'est aussi tout ce qui arrive avant sa naissance et après sa mort qui surpasse tous les miracles. En effet, les prédictions des prophètes inspirés par Dieu à son sujet le décrivent non comme un homme mais comme un ange, comme un flambeau étincelant, comme l'étoile du matin diffusant la lumière divine – car il précède le Soleil de justice – et comme la voix du Verbe de Dieu lui-même. Or qu'y a-t-il de plus proche du Verbe de Dieu...que la voix de Dieu ?

    Lorsque le moment de sa conception approche, ce n'est pas un homme mais un ange qui descend du ciel pour mettre fin à la stérilité de Zacharie et d'Élisabeth... Il prédit que la naissance de cet enfant sera la cause d'une grande joie, car elle annoncera le salut de tous les hommes : « Il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira pas de vin ni de boissons fermentées, et il sera rempli de l'Esprit Saint dès avant sa naissance. Il fera revenir de nombreux fils d'Israël au Seigneur leur Dieu ; il marchera avec l'esprit et la puissance d'Élie ». Jean, en effet, sera vierge comme Élie, surtout parce qu'il sera le précurseur de Dieu « car, est-il dit, il marchera devant le Seigneur »...

    Il vivait pour Dieu seul, attentif à Dieu seul, trouvant sa joie en Dieu. Il vivait donc en un endroit isolé, comme il est dit : « Il alla vivre au désert jusqu'au jour où il devait être manifesté à Israël »... De même donc qu'en ce temps-là, le Seigneur, poussé par son immense amour pour nous, est descendu du ciel pour nous qui étions tous pécheurs, de même en ce même temps Jean est sorti du désert pour nous, afin d'aider à la réalisation de ce dessein d'amour. Car, pour servir le Dieu de bonté dans son abaissement extraordinaire envers les hommes qui étaient alors plongés dans l'abîme du mal, il fallait un homme d'une vertu inégalable comme Jean. »

    (Références bibliques : Mt 11,11 ; Lc 1,44 ; Mt 11,9 ; Ml 3,1 Hébr ; Nb 24,17 ; Za 3,8 LXX ; Ml 3,20 ; Is 40,3 ; 1R 18,18 ; 21,20 ; Mc 6,18)

    St Grégoire Palamas (1296-1359), Homélie 40 ; PG 151, 496 (Trad. Delhougne, Les Pères commentent, Brepols, 1991, p. 490 rev.)

    nativite-Jean-Baptiste_1a.jpg

    Fra Angelico : Zacharie nomme "Jean" (1334-1335)
    Fresque du Couvent San Marco, Florence. Italie

  • Promulgation de Décrets

    A la suite de l'audience accordée hier au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

    au MIRACLE attribué

    au vénérable Louis-Edouard Cestac (1801-1868), prêtre diocésain français, fondateur de Notre-Dame du Refuge et de l'Institut des Servantes de Marie (fête le 27 mars).

    à la vénérable Irene Stefani (Aurelia Giacomina Mercedes, 1891-1930), religieuse italienne, des Missionnaires de la Consolata.

    aux VERTUS HÉROÏQUES

    du serviteur de Dieu Luigi Savarè (1878-1949), prêtre diocésain italien.

    du serviteur de Dieu Eugenio Reffo (1843-1925), religieux prêtre italien, co-fondateur de la Congrégation de St Joseph.

    de la servante de Dieu Magdalen du Sacré Coeur (Frances Margaret Taylor, 1832-1900), religieuse anglaise, fondatrice des Pauvres Servantes de la Mère de Dieu.

    de la servante de Dieu Maria Giuseppa Scandola (1849-1903), religieuse italienne, des Missionnaires della Nigrizia.

    de la servante de Dieu Itala Mela (1904-1957), oblate bénédictine italienne de St Paul Hors-les-Murs.

    du serviteur de Dieu Uberto Mori (1926-1989), père de famille italien.

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 13.6.14).

  • Mois du Sacré-Coeur - Dixième Jour

    Dixième Jour
     
    Prions pour celles de nous qui en ont le plus besoin.

    Jésus et le peuple manquant de pain en plein désert.

    Il y a des paroles bien émouvantes ; Jésus voit la foule qui le suivait oubliant, dans sa ferveur, les choses nécessaires à la vie, et il dit : « J’ai pitié de ce peuple ; depuis trois jours qu’il me suit il n’a presque rien pris… Je ne veux pas le renvoyer à jeun, de peur que les forces lui manquent… » Vous pensez donc à tout, à tout, bon Maître ; et je m’inquiéterais !... Oh ! si je vous suis, si je vous sers, ne pensant pas même à ma vie matérielle, je puis donc être assurée que vous y pourvoirez vous-même par un miracle, s’il le faut ! Ô mon Dieu ! que je la comprends bien cette autre parole : « Cherchez d’abord le royaume du ciel et tout le reste vous sera donné par surcroît !... » Le monde ne comprend pas, le monde se moque… Je crois, je crois, mon Dieu !

    Je dirai une dizaine de chapelet, pour demander à la Sainte Vierge beaucoup d’abandon à la Providence.