Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vénérable

  • Nouveaux décrets sur des causes de béatification

    Recevant en audience le Cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation des Causes des Saints, le Pape François a autorisé la publication de plusieurs décrets concernant des causes de béatification.

    Bse_Maria-Emilia-Riquelme-y-Zayas.jpg

    Ces décrets concernent un miracle attribué à une religieuse espagnole, Maria Emilia Riquelme y Zayas (1847-1940), fondatrice de la Congrégation des Sœurs missionnaires du Saint-Sacrement et de la Bienheureuse Marie Vierge Immaculée.

    Ils concernent également la reconnaissance du martyre de sept évêques tués en haine de la foi en Roumanie communiste entre 1950 et 1970, (Vasile Aftenie, Ioan Balan, Tit-Liviu Chinezu, Alexandru Rusu, Ioan Suciu, Valeriu-Traian Frentiu et Iuliu Hossu), ainsi que le martyre d’un prêtre italien de l’Institut pontifical pour les Missions étrangères, Alfredo Cremonesi, assassiné en Birmanie en 1953. La voie vers leur future béatification est donc ouverte sans qu'il ne soit nécessaire d'identifier des miracles liés à leur intercession.

    Enfin cinq autres Italiens voient reconnaître leurs « vertus héroïques » :
    - le prêtre Francesco Maria di Francia (1853-1913), fondateur de la Congrégation des Sœurs capucines du Sacré-Cœur,
    et les religieuses :
    - Maria Hueber (1653-1705), fondatrice de la Congrégation des Sœurs tertiaires de saint François,
    - Maria Teresa Camora (1818-1894), fondatrice de la Congrégation des Filles de Notre-Dame-de-la-Piété,
    - Maria Teresa Gabrieli (1837-1908), cofondatrice de la Congrégation des “Suore delle Poverelle” – Institut Palazzolo,
    - Giovanna Francesca dello Spirito Santo (Luisa Ferrari, 1888-1984), fondatrice de l’Institut des Sœurs Missionnaires Franciscaines du Verbe Incarné.

    Source : Vatican News.

  • Méditation - Vigile de la Pentecôte

    « L'Esprit Saint donnera aux justes la paix parfaite dans l'éternité. Mais déjà maintenant il leur donne une paix très grande lorsqu'il allume en leur cœur le feu céleste de la charité. L'apôtre Paul dit en effet : « L'espérance ne trompe pas, car l'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l'Esprit Saint qui nous a été donné » (Rm 5,5). La véritable et même la seule paix des âmes en ce monde consiste à être rempli de l'amour divin et animé de l'espérance du ciel au point que l'on en vienne à considérer comme peu de chose les succès ou les revers de ce monde, à se dépouiller complètement des désirs et des convoitises de ce monde, et à se réjouir des injures et persécutions subies pour le Christ, de sorte que l'on puisse dire avec l'apôtre Paul : « Nous mettons notre fierté dans l'espérance de la gloire de Dieu. Plus encore, nous mettons notre fierté dans les épreuves » (Rm 5,2).

    Il se trompe celui qui imagine trouver la paix dans la jouissance des biens de ce monde, dans les richesses. Les troubles fréquents d'ici-bas et la fin même de ce monde devraient convaincre cet homme qu'il a posé les fondations de sa paix sur le sable (Mt 7,26). Au contraire, tous ceux qui, touchés par le souffle de l'Esprit Saint, ont pris sur eux le joug très bon de l'amour de Dieu et qui, à son exemple, ont appris à être doux et humbles de cœur, jouissent dès maintenant d'une paix qui est déjà l'image du repos éternel. »

    Saint Bède le Vénérable (v.673-735), Homélie 12 pour la Vigile de la Pentecôte, PL 94, 196-197 (trad. Orval).

    St Bède,vénérable,vigile,Pentecôte,Esprit Saint,amour,paix,espérance,gloire,Dieu,douceur,humilité,coeur

    (Crédit photo)

  • Promulgation de nouveaux décrets par la Congrégation pour les Causes des Saints

    Le Pape François a autorisé, le mercredi 8 novembre dernier, la promulgation de plusieurs décrets par la Congrégation pour les Causes des Saints. L’un d’entre eux reconnaît les vertus héroïques de Jean-Paul 1er (Albino Luciani, 1912-1978), qui pourrait donc être béatifié si un miracle lié à son intercession est identifié, comme ce fut le cas pour ses prédécesseur et successeur, Paul VI et Jean-Paul II.

    jean-paul-Ier_5.jpg

    Parmi les autres décrets signés hier par le Pape figurent aussi deux reconnaissances de martyres vécus par un prêtre hongrois, Janos Brenner (1931-1957), victime du régime communiste, et une religieuse italienne, Leonella Sgorbati (au siècle: Rosa, 1940-2006), assassinée en Somalie.

    Sont également reconnues les vertus héroïques de quatre serviteurs de Dieu : le jésuite vénézuélien Tommaso Morales Pérez (1908-1994), le franciscain italien Gregorio Fioravanti (au siècle : Lodovico, 1822-1894), le laïc du tiers-ordre franciscain Marcellino da Capradosso (au siècle : Giovanni Maoloni, 1873-1909), et la fondatrice de l’Institut des Sœurs pauvres, Teresa Fardella, veuve De Blasi (1867-1957).

    Enfin, concernant un dossier plus ancien remontant au Moyen-Âge, Bernard II de Bade (vers 1428-1458), béatifié en 1769, pourrait être prochainement canonisé, le Pape ayant reconnu ses vertus héroïques. Cet aristocrate allemand impliqué dans les croisades était un homme connu pour sa grande attention aux plus pauvres.

    Source : Radio Vatican (CV).

  • L’Eglise accueille un nouveau Bienheureux et sept Vénérables

    Le Bureau de presse du Saint-Siège indique ce 21 janvier que le Pape François a reçu hier en audience privée le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation des causes des saints, et qu'il a autorisé la Congrégation à promulguer les décrets créant :

    un nouveau Bienheureux :

    Bx_Arsenio-da-Trigolo_2b.jpg

    - le Père Arsenio da Trigolo (au siècle, Giuseppe Migliavacca, 1849-1909), capucin italien, fondateur des Sœurs de Marie Consolatrice (ISMC)

    et sept Vénérables :

    Raymundo Jardón Herrera (1887-1934), prêtre diocésain du Mexique, à Monterrey.

    Juan Sáez Hurtado (1897-1982), prêtre diocésain espagnol de Cartagène.

    Ignazio Beschin (au siècle, Giuseppe, 1880-1952), prêtre franciscain italien.

    Jozsef Wech Vandor (1909-1979), prêtre salésien de Hongrie, mort à Cuba.

    Francesco Convertini (1898-1976), prêtre salésien italien.

    Santina Maria Addolorata (au siècle, Maria Addolorata De Pascali, 1897-1981), fondatrice des Disciples du Sacré Cœur.

    Jan-Tyranowski_1b.jpg

    Jan Tyranowski, laïc (1901-1947), laïc polonais, qui enseigna la spiritualité du Carmel au jeune Karol Wojtyla.

  • Le Pape autorise une canonisation et des béatifications

    L’Espagnol Faustino Miguez (1831-1925) sera bientôt canonisé. Le Pape François a autorisé la Congrégation pour les causes des saints à publier un décret concernant un miracle attribué à son intercession, après une audience avec le Cardinal Angelo Amato. Ce prêtre scolope (*), fondateur de la Congrégation des Filles de Calasanz, a été béatifié le 25 octobre 1998 par Jean-Paul II.
    (*) des Écoles pies, fondées par Saint Joseph de Calasanz.

    Nouveaux Bienheureux

    Plusieurs béatifications ont aussi été autorisés par le Saint-Père, celle de l’Italienne Leopoldina Naudet (1773-1834), fondatrice des Religieuses de la Sainte Famille de Vérone - déclarée Vénérable le 6 juillet 2007 par le pape Benoit XVI - ainsi que celles de Mateu Casals, Teofilo Casajùs et Ferran Saperas, religieux clarétins martyrs en Espagne, et 106 compagnons de la Congrégation des Fils du Cœur Immaculé de Marie, tués en raison de leur foi pendant la guerre civile en Espagne entre 1936 et 1937.

    Et cinq nouveaux Vénérables

    canonisation,béatification,faustino miguez,vénérable,jean-baptiste fouque

    L'Abbé Jean-Baptiste Fouque

    Enfin une étape très importante avant la béatification a été promulguée par ce décret, la reconnaissance des vertus héroïques de Jean-Baptiste Fouque (1851-1926), prêtre français fondateur de l'Hôpital Saint Joseph de Marseille, de Lorenzo dello Spirito Santo, religieux de la Congrégation de la Passion de Jésus Christ (1874-1953), de la servante de Dieu Maria Raffaella du Sacré Cœur de Jésus (1814-1899), de Clelia Merloni, fondatrice italienne de l’Institut de l’Apostolat du Sacré Cœur de Jésus (1861-1930), et enfin d'Isidoro Zorzano Ledesma, laïc argentin de l’Opus Dei (1902-1943).

    Source : Radio Vatican (SB).

  • Béatification du Vénérable Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus O.C.D. (1894-1967)

    Béatification,Vénérable,Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus

    11h00, Parc des expositions d'Avignon (84 - France) : célébration de la béatification
     
  • Promulgation de Décrets de la Congrégation de la Cause des Saints

    A la suite de l'audience accordée hier au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

    Au miracle attribué à l'intercession :

    - de la Bse Marie Elisabeth Hesselblad (1870-1957), religieuse suédoise, fondatrice de l'Ordre du Très Saint Sauveur de Sainte Brigitte.
    - du Vénérable Ladislaw Bukowinski (1904-1974), prêtre séculier ukrainien.
    - de la Vénérable Marie Céleste Crostarosa (au siècle: Giulia, 1696-1755), moniale italienne fondatrice des Soeurs du Très Saint Rédempteur.
    - de la Vénérable Maria di Gesù (au siècle: Carolina Santocanale, 1852-1923), religieuse italienne, fondatrice de la Congrégation des Soeurs Capucines de l'Immaculée de Lourdes.
    - de la Vénérable Itala Mela, oblate bénédictine du Monastère de Saint Paul à Rome.

    Aux vertus héroïques :

    - du Serviteur de Dieu Angelo Ramazzotti (1800-1861), Patriarche de Venise, fondateur de l’Institut pour les Missions étrangères (PIME).
    - du Serviteur de Dieu Joseph Vithayathil (1865-1964), prêtre séculier indien, fondateur de la Congrégation des Soeurs de la Sainte Famille.
    - du Serviteur de Dieu José Maria Arizmendiarrieta (1915-1976), prêtre séculier espagnol.
    - du Serviteur de Dieu Giovanni Schiavo (1903-1967), prêtre religieux italien de la Congrégation de Saint Joseph.
    - du Serviteur de Dieu Venanzio Maria Quadri (au siècle: Antonio, 1916-1937), religieux italien de l'Ordre des Serviteurs de Marie.
    - du Serviteur de Dieu William Gagnon (1905-1972), religieux américain de l'Ordre Hospitalier de Saint Jean de Dieu.
    - de la Servante de Dieu Teresa Rosa Fernanda de Saldanha Oliveira e Sousa (1837-1916), religieuse portugaise du Tiers-Ordre de Saint Dominique, fondatrice de la Congrégation des Soeurs Dominicaines de Sainte Catherine de Sienne au Portugal.
    - de la Servante de Dieu Maria Emilia Riquelme Zayas (1847-1940), religieuse espagnole, fondatrice de l'Institut des Missionnaires du Très Saint Sacrement et de la Bse Vierge Marie Immaculée.
    - de la Servante de Dieu Maria Esperanza de la Cruz (au siècle: Salustiana Antonia Ayerbe Castillo, 1890-1967), religieuse espagnole, cofondatrice des Missionnaires Augustiniennes Récollets.
    - de la Servante de Dieu Emanuela Maria Magdalena Kalb (au siècle: Elena, 1899-1986), religieuse polonaise, de la Congrégation des Soeurs Chanoinesses du Saint Esprit à Sassia.
    - du Serviteur de Dieu Nicola Wolf (1756-1832), laïc et père de famille suisse.
    - du Serviteur de Dieu Teresio Olivelli (1916-1945), laïc italien.

    Source : Vatican Information Service - Salle de Presse du Saint-Siège.

  • Méditation : Le très doux nom de Marie

    « Cette Mère admirable a bien voulu révéler elle-même à sainte Brigitte, comme elle l’assure dans ses Révélations, que les Anges se réjouissent en entendant son Nom, que les Démons tremblent et s’enfuient, que les âmes qui sont dans le Purgatoire en reçoivent du soulagement, et que les Anges Gardiens redoublent leurs soins. Cela se doit entendre quand il est bien invoqué. Ô nom précieux ! ô nom sacré ! ô nom aimable ! nom admirable ! nom de douceur ! de consolation et de paix ! nom de protection ! je désire vous révérer tous les jours de ma vie : servez-moi toujours de refuge et d’asile, particulièrement à l’heure de ma mort. Ô mon bon Ange, esprit céleste, au milieu de tous les soins assidus que vous prenez de tout ce qui me regarde avec des bontés inexplicables, redoublez ces soins pour me donner de plus en plus de la vénération et de l’amour pour le très doux nom de Marie, pour la gloire du divin nom de Jésus, par lequel et dans lequel le nom de Marie est grand au ciel et en la terre ; le tout se terminant à la très adorable Trinité, qui est la fin de toutes choses. »

    Vénérable Henri Marie Boudon (1624-1702), La Dévotion à l’Immaculée Mère de Dieu, Livre III, Pratique V : Honorer la très sainte Vierge par différents exercices de piété, A Paris, Chez Thomas Herissant, 1744.

    saint_nom_de_marie_9a.jpg

  • Méditation : Que signifie le "Sacré-Coeur" ?

    « Dans le langage pieux, le Sacré-Cœur s'entend de tout l'intérieur de Jésus. - Notre-Seigneur lui-même nous y a autorisé. N'a-t-il pas dit : « Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur » ? Il ne s'agit pas là de son cœur proprement dit, mais de son âme, de son intérieur, de ses vertus.
    C'est le langage de Marguerite-Marie et de ses interprètes, les Pères de la Colombière et de Gallifet. Sous le nom de Sacré-Cœur, Marguerite-Marie nous présente toutes les vertus de Notre-Seigneur, tous les actes de sa vie intérieure.
    « Plusieurs s'y trompent, dit le P. de Gallifet (liv. 1, ch. 4). En entendant ce nom sacré, le Cœur de Jésus, ils bornent leur pensée au cœur matériel de Jésus-Christ. Mais que l'idée qu'on en doit avoir est différente et bien autrement magnifique ! Il faut qu'on le considère comme uni intimement à l'âme et à la personne de Jésus-Christ, plein de vie, de sentiment, d'intelligence ; comme le plus noble et le principal organe des affections sensibles de Jésus-Christ, de son amour, de son zèle, de son obéissance, de ses désirs, de ses douleurs, de ses joies, de ses tristesses ; comme le principe et le siège de ces mêmes affections et de toutes les vertus de l'Homme-Dieu... » - « L'offrande au Sacré-Cœur, dit le P. de la Colombière, se fait pour honorer son divin Cœur, le siège de toutes les vertus, la source de toutes les bénédictions et la retraite de toutes les âmes saintes... »
    Les litanies du Sacré-Coeur énumèrent aussi toutes les richesses cachées dans l'humanité sainte de Notre-Seigneur, dans sa vie terrestre, dans sa Passion, dans son Eucharistie et au ciel même.

    Par extension, le Sacré-Cœur c'est encore toute la personne de Jésus. - Dans le langage courant, le mot cœur est souvent employé pour désigner la personne. On dit : c'est un grand cœur, c'est un bon cœur.
    Cela s'est fait tout naturellement dans la dévotion au Sacré-Cœur, Marguerite-Marie dit : Ce Sacré-Cœur, comme elle disait : Jésus. Cet usage est devenu courant. Il faut remarquer toutefois que l'on considère alors spécialement la personne de Jésus dans sa vie affective, dans son intime, dans ses principes de conduite.
    Ainsi entendu, le Sacré-Cœur de Jésus me rappelle Jésus dans toute sa vie affective et morale, Jésus intime, Jésus tout aimant et tout aimable, Jésus modèle de toutes les vertus. Toute la vie de Notre-Seigneur peut ainsi se concentrer dans son Cœur.
    Dans le même sens, une statue du Sacré-Cœur c'est une statue où Jésus, nous montrant son cœur essaie de traduire à nos regards toute sa vie intime, son amour surtout et ses amabilités.
    Grâce à cette extension, nous pouvons décrire la dévotion au Sacré-Cœur comme la dévotion à Jésus se montrant à nous et nous montrant son cœur, dans sa vie intime et ses sentiments les plus personnels, lesquels ne disent d'ailleurs qu'amour et amabilité. C'est Jésus nous révélant le fond de lui-même en nous disant : « Voilà ce Cœur ». (P. Bainvel). »

    Vénérable Léon Dehon (1843-1925), L'année avec le Sacré-Cœur, Tome I (p.602), Établissements Casterman, Tournai - Paris, s.d. (1909).

    Sacre_Coeur_21a.jpg

    A voir : notre dossier complet sur la dévotion au Sacré-Coeur

  • Un dossier présentant une guérison miraculeuse par l’intercession de Marthe Robin présenté à Rome

    Un dossier présentant une guérison miraculeuse obtenue par l’intercession de Marthe Robin (1902-1981) a été déposé à Rome. L’héroïcité des vertus de la mystique française a été reconnue le 7 novembre dernier par la Congrégation des causes des saints, et Marthe Robin avait ainsi été déclarée « vénérable ».

    Marthe_Robin_4b.jpg

    Regard du P. Bernard Peyrous, postulateur de la cause de béatification, sur son témoignage d’écoute et d’attention aux autres pendant les 53 années qu’elle passa alitée.
    Par Florence de Maistre.

    Qu’est-ce qui caractérise la figure de Marthe Robin ?
    C’est une femme très simple, d’origine paysanne, gravement handicapée, qui depuis sa chambre a fondé les Foyers de charité [communautés de baptisés, dont la mission principale est l’animation de retraites spirituelles. On compte 76 Foyers de charité à travers le monde, dont 12 en France métropolitaine]. Précurseur de Vatican II, elle a reçu plus de 100 000 personnes en entretien dans sa chambre. C’est une femme qui a eu une influence énorme, qui a donné sa vie pour le renouvellement de l’Église. Je vois en elle la sainte patronne de la Nouvelle Évangélisation.

    Comment peut-elle toucher, aujourd’hui, les personnes fragiles, malades, en fin de vie ?
    C’est le plus important. Marthe Robin a eu une vie humaine perdue. Malade dès l’âge de 6 ans, grabataire à 18 ans, elle a passé 53 ans dans son lit, souffrant affreusement d’une encéphalite qu’à l’époque on ne pouvait ni soigner, ni soulager. Elle représente ce que le monde actuel rejette : aujourd’hui l’euthanasie aurait sans doute été proposée. Or son évolution spirituelle, puisqu’il s’agit bien de ça, liée à la découverte de la Passion du Christ et de son amour donné jusqu’au bout provoque en elle un véritable retournement. À partir d’une vie inutile, elle devient l’une des femmes les plus influentes en France. Elle incarne parfaitement le Magnificat : les pauvres, les inutiles, ceux qui n’ont pas de place dans la société sont bénis par Dieu. Son témoignage est extrêmement fort. Il triomphe de la faiblesse. Le chemin de Marthe Robin montre qu’il n’y a pas d’explication à la vie humaine en dehors du Christ. C’est lui qui apporte une lumière qui transforme toute situation. Au nom de la vie donnée par le Christ : il y a toujours une espérance, aucune vie n’est perdue. Marthe Robin en est une démonstration aveuglante.

    Quelle parole particulière retenez-vous d’elle ?
    Marthe Robin a beaucoup parlé, elle a eu de nombreuses conversations*. Mais ce qui s’exprime d’abord chez elle, c’est un sourire de bonté, d’affection, de bienveillance. Ce sourire d’amitié, même si on ne le voyait pas, est le plus frappant chez elle, avec l’écoute et l’attention aux autres. Dans le livre « Ce que Marthe leur a dit », nous avons sélectionné des paroles, pour la majorité publiées pour la première fois, extraites de ses conversations, où elle est le plus elle-même. Comme ce n’est pas un récit, le lecteur peut choisir de lire tel ou tel passage, comme s’il conversait directement avec Marthe. Nous avons souhaité la rendre familière à tout un chacun. On ne peut nier sa vie mystique tellement forte, mais on doit respecter aussi sa discrétion et il y a certaines périodes où l’on ne sait rien sur les phénomènes extraordinaires qu’elle vivait. Nous avons effectué un tri important pour choisir les échanges qui permettent de la voir telle qu’elle était, très humaine, dans son ordinaire. Elle incarne parfaitement le verbe de Péguy, « le spirituel est devenu charnel » : dans son lit, elle reçoit à la ferme et se rend extrêmement présente aux gens. Tous les extraits proposés dans le livre me touchent, ce serait vraiment difficile d’en choisir un.

    Qu’est-ce que la reconnaissance de l’héroïcité de ses vertus, en novembre 2014, dit de la vie de l’Église en France ?
    Les dépôts de causes de béatifications françaises ont été très nombreux au XIXe siècle et très faibles au XXe siècle. Tout à coup arrive à Rome toute une saisine de causes : Robert Schuman, Edmond Michelet, Claire de Castelbajac, le P. Henri Caffarel, Jérôme Lejeune, Marthe Robin, et bien d’autres encore. Ces dossiers sont sérieux et bien menés. Nous risquons de connaître une série de déclarations d’héroïcité des vertus et de béatifications ! La France de la fin du XXe siècle connaît, en temps de crise, une sainteté très présente. Or les saints sont des fondateurs, des pères et des mères, un espoir des temps nouveaux. L’Église nous montre sa capacité à engendrer des saints, capables de porter du fruit. La vie de Marthe Robin du point de vue humain est une absurdité complète : mais son influence est extrêmement féconde. Elle a d’ailleurs connu la plupart de ces personnes mortes en réputation de sainteté. Elle était un carrefour et un carrefour de saints !

    * « Ce que Marthe leur a dit. Conversations inédites », Marie-Thérèse Gille / P. Bernard Peyrous, Éd. de l’Emmanuel / Éd. Foyer de Charité.

    Source : Eglise Catholique en France.

  • Promulgation de décrets

    A la suite de l'audience accordée ce matin au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

    au MIRACLE attribué

    aux bienheureux Louis Martin (1823-1894) et Zélie Guérin son épouse (1831-1877), laïcs français.

    aux VERTUS HEROIQUES attribuées

    au serviteur de Dieu Francesco Gattola (1822-1899), prêtre italien, fondateur des Filles de l'Immaculée de Lourdes.

    au serviteur de Dieu Piotr Barbarić (1874-1897), novice jésuite de Bosnie-Herzégovine.

    à la servante de Dieu Mary Aikenhead (1787-1858), religieuse irlandaise, fondatrice des Sœurs de la Charité en Irlande.

    à la servante de Dieu Elisabetta Baldo (1862-1926), laïque italienne, fondatrice de la Pia Casa di San Giuseppe de Gavardo et cofondatrice des Humbles Servantes du Seigneur.

    à la servante de Dieu Vincentine de la Passion (Edvige Jaroszewska) (1900-1937), religieuse polonaise, fondatrice des Bénédictines samaritaines de la Croix.

    à la servante de Dieu Juana de la Cruz (Juana Vázquez Gutiérrez) (1481-1534), religieuse espagnole, Abbesse du couvent franciscain Ste Marie de la Croix à Cubas.

    à la servante de Dieu Maria Orsola Bussone (1954-1970), laïque italienne.

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 18.3.15).

  • Promulgation de Décrets

    A la suite de l'audience accordée au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des Décrets relatifs :

    au MARTYRE

    du serviteur de Dieu Oscar Arnulfo Romero y Galdámez (1917-1980), évêque salvadorien assassiné en haine de la foi le 24 mars 1980.

    des serviteurs de Dieu Michal Tomaszek (1960-1991) et Zbigniew Strazalkowski (1958-1991), prêtres franciscains polonais, ainsi qu'Alessandro Dordi (1931-1991), prêtre italien, assassinés au Pérou en haine de la foi les 9 et 25 août 1991.

    aux VERTUS HEROIQUES attribuées au serviteur de Dieu Giovanni Bacile (1880-1941), prêtre italien.

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 3.2.15).

  • Promulgation de Décrets de la Congrégation de la Cause des Saints

    Les Bienheureuses Jeanne Emilie de Villeneuve (1811-1854)
    et Marie de Jésus Crucifié (née Mariam Baouardy, 1846-1878)
    bientôt canonisées

    Le 6 Décembre 2014, le Pape François a reçu en audience privée le Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour la Cause des Saints. Lors de l'audience, le Saint-Père a autorisé la Congrégation à promulguer les décrets concernant :

    le miracle attribué à l'intercession :

    - de la Bienheureuse Jeanne Emilie de Villeneuve (1811-1854), originaire de Toulouse, fondatrice de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de l'Immaculée Conception de Castres ;

    - de la Bienheureuse Marie Alphonsine Danil Ghattas (1843-1927), née en Galilée, fondatrice de la Congrégation des Sœurs du Très Saint Rosaire de Jérusalem ;

    - de la Bienheureuse Marie de Jésus Crucifié (née Mariam Baouardy, 1846-1878), née à Jérusalem, moniale professe de l'Ordre des Carmes Déchaux ;

    promulgation,décrets,congrégation,cause des saints,vénérable,bienheureux,bienheureuse,jeanne emilie de villeneuve,alphonsine danil ghattas,marie de jésus crucifié,mariam baouardy,carmela de jésus,maria seiquer gayá,adalberta (vojtěcha) hasmandová,prassede (praxède) fernández garcía,elisabetta (elisabeth) tasca

    les vertus héroïques :

    - de la Servante de Dieu Carmela de Jésus (née Francesca Prestigiacomo, 1858-1948), italienne, fondatrice de l'Institut des Sœurs du Sacré-Cœur du Verbe incarné ;

    - de la Servante de Dieu Maria Seiquer Gayá (1891-1975), espagnole, fondatrice des Sœurs apostoliques du Christ Crucifié ;

    - de la Servante de Dieu Adalberta (Vojtěcha) Hasmandová (1914-1988), tchèque, Supérieure Générale de la Congrégation des Sœurs de la Miséricorde de Saint Charles Borromée ;

    - de la Servante de Dieu Práxedes (Praxède) Fernández García (1886-1936), espagnole, laïque et mère de famille, du Tiers-Ordre de Saint-Dominique ;

    - de la Servante de Dieu Elisabetta (Elisabeth) Tasca (1899-1978), italienne, laïque et mère de la famille.

    Source : Bulletin du Bureau de Presse du Vatican.

  • Marthe Robin et Jeanne Mance, déclarées vénérables

    Le Pape François, après avoir reçu ce vendredi en audience privée le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation de la cause des saints, a autorisé le dicastère à promulguer les décrets reconnaissant les "vertus héroïques" des personnes ci-dessous, qui deviennent donc "vénérables" :

    - La Française Jeanne Mance (1606-1673), laïque, fondatrice de l'hôpital de l'Hôtel-Dieu à Montréal au Québec, Canada

    serviteur,servante,dieu,vertus héroïques,vénérable,jeanne mance,marthe robin,francesco massimiano valdés subercaseaux,ildebrando gregori,raimondo calcagno,john sullivan,pelagio saúter,silvio dissegna

    - La Française Marthe Robin (1902-1981), laïque, fondatrice de l'Association des Foyers de Charité

    Marthe_Robin_4b.jpg

    - Le Chilien Francesco Massimiano Valdés Subercaseaux (1908-1982), de l'Ordre des Frères mineurs capucins, qui fut le premier évêque de la ville d'Osorno au Chili

    - L'Italien Ildebrando Gregori (Alfredo Antonio - 1894-1985), Abbé général de la Congrégation silvestrine de l'Ordre de Saint-Benoît, fondateur de la congrégation des Sœurs bénédictines Réparatrices de la Sainte Face de Notre Seigneur Jésus Christ

    - L'Italien Raimondo Calcagno (1888-1964), de la Congrégation de l'Oratoire de Saint-Philippe Neri

    - L'Irlandais John Sullivan (1861-1933), prêtre jésuite

    - L'Allemand Pelagio Saúter (1878-1961), prêtre de la Congrégation du Très Saint Rédempteur au Brésil

    - L'Italien Silvio Dissegna (1967-1979), enfant décédé à 12 ans

    Silvio_Dissegna_2.jpg

    A noter que le Postulateur de la Cause de Béatification de Marthe Robin, le Père Bernard Peyrous, déposera bientôt au Vatican un dossier présentant un miracle obtenu par son intercession. Si la commission chargée de l'étudier reconnaît la validité de ce miracle, le Pape pourra alors la déclarer « bienheureuse ».

  • Promulgation de Décrets : nouveaux "vénérables"

    Cité du Vatican, 9 juillet 2014.

    A la suite de l'audience accordée hier au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs aux vertus héroïques :

    du serviteur de Dieu Antonio Ferreira Viçoso (1787-1875), évêque et religieux portugais (Brésil).

    du serviteur de Dieu Saturnino López Novoa (1830-1905), prêtre diocésain espagnol, co-fondateur des Soeurs de los Ancianos desamparados.

    du serviteur de Dieu Auguste Arribat, Père Joseph (1879-1963), prêtre français, salésien de Don Bosco, déclaré par le Mémorial de Yad Vashem "Juste parmi les Nations" le 22 janvier 1996.
    vénérable,Antonio Ferreira Viçoso,Saturnino López Novoa,Auguste Arribat,Père Joseph,Véronique de la Passion,Sophie Leeves,Elena da Persico,Gaetana del Santissimo Sacramento,Maria Carlotta Fontana,Marcello Candia

    (Source photo)

    de la servante de Dieu Marie Véronique de la Passion (Sophie Leeves : 1823-1906), religieuse O.C.D. anglaise, fondatrice du Carmel apostolique (Tiers-Ordre carmélitain apostolique).

    de la servante de Dieu Elena da Persico (1869-1948), religieuse italienne, fondatrice des Filles de la Reine des apôtres.

    de la servante de Dieu Gaetana del Santissimo Sacramento (Maria Carlotta Fontana : 1870-1935), religieuse italienne, première Supérieure générale des Filles de St Gaétan.

    du serviteur de Dieu Marcello Candia (1916-1983), laïc italien.

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 9.7.14).

  • Promulgation de Décrets

    A la suite de l'audience accordée hier au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

    au MIRACLE attribué

    au vénérable Louis-Edouard Cestac (1801-1868), prêtre diocésain français, fondateur de Notre-Dame du Refuge et de l'Institut des Servantes de Marie (fête le 27 mars).

    à la vénérable Irene Stefani (Aurelia Giacomina Mercedes, 1891-1930), religieuse italienne, des Missionnaires de la Consolata.

    aux VERTUS HÉROÏQUES

    du serviteur de Dieu Luigi Savarè (1878-1949), prêtre diocésain italien.

    du serviteur de Dieu Eugenio Reffo (1843-1925), religieux prêtre italien, co-fondateur de la Congrégation de St Joseph.

    de la servante de Dieu Magdalen du Sacré Coeur (Frances Margaret Taylor, 1832-1900), religieuse anglaise, fondatrice des Pauvres Servantes de la Mère de Dieu.

    de la servante de Dieu Maria Giuseppa Scandola (1849-1903), religieuse italienne, des Missionnaires della Nigrizia.

    de la servante de Dieu Itala Mela (1904-1957), oblate bénédictine italienne de St Paul Hors-les-Murs.

    du serviteur de Dieu Uberto Mori (1926-1989), père de famille italien.

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 13.6.14).

  • Méditation : "Tout faire par son Sacré Coeur"

    « "Par le Sacré Cœur" désormais je veux animer toute ma vie. Il me le demande :
    "Tout faire par son Sacré Cœur ;"
    "Suppléer à ce qui nous manque et à ce qui manque aux autres par les mérites de son Sacré Cœur ;"
    "Apaiser la justice du Père et Lui rendre une gloire infinie, par l'offrande du Sacré Cœur..."
    Voilà ce qu'Il a chargé la Bse Marguerite-Marie de me répéter.
    Ma vie ne pourra qu'y gagner immensément. Ma tiédeur, en passant par les flammes du Sacré Cœur, se changera en ferveur.
    Mes lâchetés, ma faiblesse en face du sacrifice se convertiront en force et en courage, si je les fais toucher aux plaies, aux épines et à la croix, que je trouve associées au Sacré Cœur.
    Ma jalousie, mes étroitesses et mon peu de générosité devront céder devant l'universalité et le rayonnement de son infini amour.

    "Par Lui" j'offrirai toutes mes actions ; mes prières, mon travail, mes efforts. Lui demandant de suppléer par ses mérites infinis à toutes les imperfections de ma vie.
    "Par Lui" surtout, je sanctifierai mes souffrances et mes larmes, en les unissant à son sang divin pour l'expiation de mes péchés et de ceux de tous les hommes.
    "Par Lui" par ses sentiments si parfaits, je vivifierai toutes mes dévotions de Règle : ma dévotion à Marie, à St Joseph, aux Sts Anges, à mes Saints Patrons, aux Âmes du purgatoire.
    De la sorte, la dévotion au Sacré Cœur, loin de diminuer mes autres dévotions, deviendra leur lumière et leur stimulant. »

    Vénérable Marie-Clément (Joseph Staub, 1876-1936, fête ce jour), Vie d'union avec le Sacré Cœur, Centre américain de l'Archiconfrérie de Prière et de Pénitence, Collège de l'Assomption, Worcester, MA, U.S.A., 1917 (2e éd.).
    Prêtre et religieux français des Augustins de l'Assomption, Apôtre du Sacré-Cœur, fondateur des Sœurs de Ste Jeanne d'Arc, déclaré vénérable le 3 avril 2014.

    sacre_coeur_25a.jpg

  • Promulgation de Décrets

    A la suite de l'audience accordée le vendredi 9 mai au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné samedi 10 mai 2014 la promulgation des décrets relatifs :

    au MIRACLE attribué

    au vénérable Paul VI (Giovanni Battista Montini 1897 - 1978), Souverain Pontife. Sa béatification est fixée au 19 octobre prochain.

    au vénérable Luigi Caburlotto (1817 - 1897), prêtre italien, fondateur de l'Institut des Filles de Joseph.

    Aux VERTUS HÉROÏQUES

    du serviteur de Dieu Giacomo Abbondo (1720 - 1788), prêtre italien.

    du serviteur de Dieu Jacinto Alegre Pujals (1874 - 1930), prêtre espagnol.

    de la servante de Dieu Caroline Colchen Carré de Malberg (1829 - 1891), mère de famille française, fondatrice des Filles de St François de Sales.

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 12.5.14).

  • 1er vendredi du mois, dédié au Sacré-Coeur de Jésus

    « Moi N***,
    pour accroître toujours davantage la gloire de N.S. Jésus-Christ mort pour notre salut sur la croix, pour correspondre à l'ardent amour dont son divin Cœur brûle pour nous dans le très-saint Sacrement de l'Autel, et pour réparer les outrages qu'il reçoit dans ce Sacrement d'amour, je m'engage de tout mon cœur et pour toute ma vie à la Confédération d'amour et réparation formée en l'honneur du Sacré-Cœur de Jésus ; je m'unis à tous les associés de cette sainte Confédération, et je désire participer aux Indulgences qui y sont attachées et au bien spirituel qui s'y fait, en satisfaction de mes péchés, et pour le soulagement des âmes du Purgatoire. »

    Acte de consécration rédigé par le P. Maurice Garrigou, déclaré vénérable le 9 décembre dernier, pour les associés de la "Pieuse Confrérie du Sacré-Cœur de Jésus" qu'il a créée à Toulouse, approuvée le 11 décembre 1818 par les vicaires généraux du diocèse. Les inscriptions commencèrent dès le 1er janvier 1819. Elle connut un fort succès, avec plus de 2000 inscrits en 1852. Elle connaîtra ensuite un déclin rapide, parallèlement au développement de l'Apostolat de la Prière qui fit rayonner depuis Toulouse cette dévotion au Sacré-Cœur de Jésus.

    Source : Jean-Claude Meyer, Sur les chemins de la compassion ou la vie de Maurice Garrigou (1766-1852), Association Pele-Jeunes-Region, Baziege, 2002.

  • Le P. Maurice Garrigou (1766-1852) déclaré vénérable

    Parmi les décrets de la Congrégation pour les causes des saints dont le Pape François a ordonné aujourd'hui la promulgation, et la reconnaissance des vertus héroïques de plusieurs serviteurs et servantes de Dieu (cf. ici la liste complète), se trouve un chanoine français, le P. Maurice Garrigou (1766-1852), fondateur de l'Institut Notre Dame de Compassion.

    "Se voulant humble serviteur, ce prêtre marque la vie et le renouveau spirituels de l'Église de Toulouse par ses nombreuses fondations : la Congrégation de la Sainte-Épine, en 1804, pour développer chez les fidèles la dévotion à l'Ecce Homo, et l'affiliation à la Pieuse confrérie du Sacré-Cœur, symbole de l'immense amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ ; la Congrégation des religieuses de Notre-Dame de la Compassion, en 1817, avec Mère Desclaux : « Jésus sera votre modèle, et l'Évangile votre règle », soutenue par les religieuses l'Œuvre des Plaies, association de dames vouées aux soins des malades."

    (Extrait de sa biographie présentée dans la revue Esprit & Vie).

    Fête du nouveau Vénérable : le 27 septembre.

    vénérable,serviteur de Dieu,père,chanoine,Maurice,Garrigou,Toulouse