Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pasteur

  • Angelus de ce dimanche 22 juillet 2018

    Voir, avoir de la compassion et enseigner : ce sont les trois verbes qui caractérisent le pasteur et sur lesquels le Pape François est revenu dans son commentaire de l’Évangile. Sans Jésus, il est impossible de bien s’orienter dans la vie.

    Compte rendu de Xavier Sartre sur Vatican.News.

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

  • Méditation : Où trouver le Christ Jésus ?

    « Mes sœurs, nous ne connaissons pas Notre-Seigneur Jésus-Christ. Il faudrait pourtant faire enfin sa connaissance : c'est la seule chose qui importe. Au lieu de ces idées plus ou moins justes que nous nous formons de Notre-Seigneur Jésus-Christ, il s'agirait d'entrer enfin en rapport avec lui afin de ne plus voir que lui seul. Il y a une parole du Cantique qui me paraît ici fort suggestive et allant droit à ce que nous disons. Quand la pauvre petite âme, ayant peur de se tromper, se demande, anxieuse : « Mais s'il m'arrive de suivre quelqu'un qui ne serait pas lui ? », elle supplie : Indica mihi quem diligit anima mea, ubi pascas, ubi cubes in meridie (Ct 1, 7). Indiquez-moi où vous paissez vos troupeaux, où vous reposez à l'heure de midi ? Quel malheur si l'on se trompait ! Le pasteur marche en tête du troupeau, très loin. Si on allait se méprendre ? Si nous allions suivre quelqu'un qui ne serait pas le Seigneur lui-même, mais simplement quelqu'un de ses compagnons... Ah ! Seigneur, vous qu'aime mon âme, ne permettez pas que je me mette à divaguer, donnez-moi les indications précises pour que je sois sûre de ne pas me tromper...

    Mes sœurs, vous le savez bien, il repose sur la Croix. Si tu veux me trouver, répond-il à l'âme, c'est là que je suis, tu n'as qu'à prendre ma Croix, ou plutôt ta Croix, celle que j'ai faite pour toi sur mesure, celle que j'ai préparée avec un amour infini pour toi ; tu n'as qu'à l'embrasser généreusement pour être sûre de ma présence. Car de même qu'on ne trouve pas Jésus sans la Croix, on ne trouve pas la Croix sans Jésus. In hoc signo vinces. C'est par ce signe, avec ce signe de la Croix que nous triompherons de toutes nos illusions. Il n'y a pas moyen de divaguer quand on s'attache à la Croix du Seigneur : Ne vagari incipiam post greges sodalium tuorum - Pour que je ne m'égare plus en suivant les troupeaux de vos compagnons (Ct 1, 7). »

    [P. Pierre-Thomas Dehau (1870-1956)], Des fleuves d'eau vive (Rester avec Jésus), Lyon, Les Éditions de l'Abeille, 1941.

    Crucifixion_Giotto_Assise_1a.jpg

    Fresque de Giotto di Bondone, église San Francesco à Assise

  • Regina Caeli de ce dimanche 26 avril 2015

    En ce IVe dimanche de Pâques, le Pape François a indiqué le modèle du Bon Pasteur à tous ceux qui ont pour mission de guider l’Eglise. Devant quelque 50 000 personnes venues participer à la prière du Regina Caeli, à midi sur la place Saint-Pierre, le Souverain Pontife a souligné qu’il ne suffisait pas de rendre grâce pour la sollicitude paternelle de Dieu. « Il faut suivre le Bon Pasteur, et cela vaut surtout pour les prêtres, les évêques et les papes. Ceux-ci ne doivent pas adopter la mentalité d’un chef d'entreprise mais être des serviteurs, comme Jésus qui, en se dépouillant, nous a sauvé par la miséricorde. »

    Le Saint-Père a fustigé « les pasteurs mercenaires » en rappelant que le Bon Pasteur pense à ses brebis, il ne les exploite pas. « Il participe avec empressement à la vie de son troupeau. Il n’a aucun autre intérêt ni ambition que celui de guider, nourrir, et protéger ses brebis, même au prix de sa propre vie. »

    Auparavant, dans la basilique Saint-Pierre, le Pape François avait ordonné 13 nouveaux prêtres pour le diocèse de Rome dont il est l’évêque et six autres pour différents diocèses. Il a créé une nouvelle fois la surprise en invitant deux d’entre eux, très jeunes, à réciter avec lui le Regina Caeli de la fenêtre du Palais apostolique et à bénir avec lui les fidèles.

    Le Saint-Père a encouragé les nouveaux prêtres à choisir un style de vie pastorale sous le signe du service. « En nous donnant Jésus comme Pasteur, le Père nous a donné ce qu’Il avait de plus précieux », a-t-il dit, « l’amour total qui n’est dicté par aucun intérêt, calcul, ou besoin ». Saluant les nombreux fidèles venus de Pologne à l’occasion du premier anniversaire de la canonisation de Jean-Paul II, il a répété, sous les ovations, le célèbre appel du pape polonais « N’ayez pas peur », un appel qu’il lançait, a-t-il dit, « de sa voix forte et sainte ».

    Source : Radio Vatican.

    Le Pape prie pour les victimes du Népal lors du Regina Caeli

    Le Pape François est proche des populations touchées par le puissant séisme qui a frappé samedi le Népal et les pays voisins. Il l’a assuré à l’occasion de la prière dominicale du Regina Caeli. Il prie pour les victimes, pour les blessés et pour tous ceux qui souffrent à cause de ce violent tremblement de terre. Il souhaite qu’ils aient le soutien de la solidarité fraternelle. Il a invité la foule à prier avec lui un Ave Maria.

    Samedi déjà, à peine informé de la catastrophe, le Pape François s’était recueilli en prière tandis que le réseau Caritas se mobilisait pour offrir son soutien aux sinistrés. Dans un télégramme au vicaire apostolique du Népal, le révérend Paul Simick, le Pape François exprime sa tristesse et sa solidarité avec toutes les personnes affectées par ce désastre ; il encourage les secouristes et recommande les défunts à l’amour miséricordieux du Seigneur. [cf. texte intégral ci-dessous]

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral traduit en français sur Zenit.org.

    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

  • Angélus de ce dimanche 7 décembre 2014

    Le Pape appelle à se laisser consoler par le Seigneur

    Le Pape François invite à faire place au temps de la consolation lors de la prière de l’Angélus en ce deuxième dimanche de l'Avent, « un temps formidable qui éveille en nous l'attente du retour du Christ et la mémoire de sa venue historique ». La liturgie de ce jour, souligne le Saint-Père, « nous présente un message plein d’espérance ». C’est l'invitation du Seigneur exprimée par le prophète Isaïe : « Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu » (40,1). 

    « Isaïe s’adresse à des personnes qui ont traversé une période obscure, qui ont subi une épreuve très difficile ; mais maintenant est venu le temps de la consolation ». « La tristesse et la peur peuvent faire place à la joie, parce que le Seigneur lui-même guidera son peuple sur le chemin de la libération et du salut ». Et Il le fera « avec les soins et la tendresse d'un berger qui prend soin de son troupeau ».

    Ainsi le prophète invite ceux qui l’écoutent, y compris nous aujourd’hui, à diffuser ce message d’Espérance ». Mais, précise le Pape, « nous ne pouvons être des messagers de la consolation de Dieu si nous nous ne ressentons pas la joie d'être réconforté et aimé par Lui ». « Laissons résonner dans nos cœurs l’appel Isaïe « consolez, consolez mon peuple » en ce temps de l’Avent ».

    Être des témoins d’Espérance pour les opprimés et les esclaves du pouvoir

    Aujourd'hui, observe le Saint-Père, « nous avons besoin de personnes qui soient témoins de la miséricorde et de la tendresse du Seigneur, qui secouent les résignés, réconfortent les découragés, et allument le feu de l’Espérance ». « Tant de situations nécessitent notre témoignage consolateur ». Et le Pape dit penser à « ceux qui sont opprimés par la souffrance, l'injustice et l'abus de pouvoir ; à ceux qui sont esclaves de l'argent, du pouvoir, du succès, et la mondanité ».

    « Les pauvres ! », affirme le Saint-Père. « Ils ont de fausses consolations et non pas la vraie consolation du Seigneur ». « Nous sommes tous appelés à consoler nos frères, en témoignant que Dieu seul peut éliminer les causes des drames existentiels et spirituels ». Le message d'Isaïe, « est un baume sur nos blessures et une incitation à préparer avec ardeur  la voie du Seigneur ».

    Le prophète, affirme le Pape François « parle à nos cœurs aujourd'hui pour nous dire que Dieu oublie nos péchés et nous console. Si nous nous confions à Lui avec un cœur humble et repentant, Il abattra les murs du mal, comblera les trous de nos omissions, aplanira les bosses de l'orgueil et de la vanité, et ouvrira la voie de la rencontre avec Lui ».

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral en français sur Zenit.org

    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

  • Mercredi 06 août 2014

    Transfiguration de Notre-Seigneur

    Transfiguration_Icon_1b.jpg

    Monastère Sainte Catherine, Sinaï en Égypte (XIIe siècle)
    (Source et crédit photo)

  • Samedi 26 juillet 2014

    Ste Anne, Mère de la Ste Vierge Marie

    Sainte,Anne,Mère,Vierge Marie,Saint,Joachim,Eraste,disciple,St Paul,évêque,martyr,Philippes,Macédoine,Saints,Symphrone,Symphronius,Olympe,Olympius,Théodule,Exupérie,martyrs,Rome,Hyacinthe,Porto,Valens,confesseur,Vérone,Pasteur,Siméon,Simeone,de Polirone,moine,ermite,monastère,St Benoît-sur-Po,Mantoue,Bartholomée,Bartolomea,Capitanio,vierge,fondatrice,Lovere,Brescia,Lombardie,Parascève de Rome,Paraskevi,martyre,Koupaia,Coupaïa,Pompée,Pompaïa,reine,Bretagne,Sève,Seo,Christine,Christiana,moniale,Belgique,Bénigne,Charus,Malcesine,Italie,Gothalm,confesseur,monastère,Melk,Autriche,Bienheureux,Joris,arménien,Béthune,Artois,Moïse le Hongrois,Kiev,Austinde,Ostent,archevêque,Auch,Gérontios,Sainte-Montagne,Evangéliste,Pérégrin,prêtre,Vérone,Hugues des Actes,Ugo de Actis,moine,Sassoferrato,les Marches,Bienheureuse,Camille,Camilla,Gentili,martyre,San Severino,Georges Swallowell,Durham,Angleterre,Jean Ingram,,Gateshead,Newcastle,Edouard Thwing,Robert Nutter,Lancaster,Guillaume,William,Webster,Ward,Tyburn,André,catéchiste,vietnamien,Phu Yen,Annam,Marcel Gaucher,Pierre-Joseph Le Groing,Rochefort,Marie-Marguerite,compagnes,religieuses,Orange,Pierre Dallemand,d'Allemand,Privas,Ardèche,Jacques Netsetov,missionnaire,Alaska,Vincent Pinilla Ibañez,Augustin Recollet,Emmanuel Martin Sierra,Motril,Grenade,Espagne,Titus Brandsma,carme,Dachau,Georges Preca,fondateur,La Valette,île de Malte

    Calendrier liturgique

  • Regina Coeli de ce dimanche 11 mai 2014

    La prière du Regina Coeli, ce dimanche 11 mai, a été l'occasion pour le Pape d'appeler les fidèles à prier pour les vocations, quelques minutes après qu'il ait célébré l'ordination de 13 nouveaux prêtres, dont 11 pour le diocèse de Rome en la basilique Saint-Pierre. Ce quatrième dimanche du temps pascal est aussi la journée mondiale de prière pour les vocations.

    Dans son commentaire de l’Évangile selon Saint-Jean, le Pape s'est appuyé sur l'image du Bon Pasteur. « En contemplant cette page de l’Évangile, nous pouvons comprendre le type de rapport que Jésus avait avec ses disciples. Un rapport basé sur la tendresse, sur l'amour, sur la connaissance réciproque, et sur la promesse d'un don incommensurable : "Je suis venu, dit Jésus, pour que vous ayez la vie et l'ayez en abondance." C'est cela, le modèle des relations entre les chrétiens, et le modèle des relations humaines », a déclaré François.

    Le Seigneur est encore le vrai Bon Pasteur, qui nous guide, nous accompagne, chemine avec nous, a insisté le Pape, s'adressant aux fidèles : « Vous aussi, je vous lance un appel, je vous demande de nous aider à être de bons pasteurs. »

    Téter pour faire jaillir le lait de la grâce

    Sortant de son texte, le Pape s'est appuyé sur l'image étonnante formulée par un Père de l’Église des Ve et VIe siècles, Saint Césaire d'Arles : « Une fois j'ai lu un chose très belle sur la façon dont le peuple de Dieu aide les évêques et les pasteurs à être de bons pasteurs, a improvisé François. C'est un écrit de Saint Césaire d'Arles, un père des premiers siècles de l’Église. Il expliquait que quand un veau a faim, il va à la mamelle de la mère, pour prendre le lait mais il n'y arrive pas tout de suite, alors il stimule la mamelle avec son museau, pour que le lait vienne. C'est une belle image ! »

    Le Pape a donc demandé aux fidèles de « déranger les pasteurs, tous les pasteurs, pour que nous vous donnions le lait de la grâce, de la doctrine, à l'image de ce veau qui dérange sa maman pour qu'elle lui donne à manger ! »

    Et François a aussi demandé de prier pour les jeunes en discernement sur la vocation sacerdotale, « Peut-être qu'il y en a un sur cette place qui sent cette voix du Seigneur qui l'appelle au sacerdoce : prions pour lui, et pour tous les jeunes qui sont comme lui. »

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral italien sur le site internet du Vatican.

  • Dimanche 30 mars 2014

    4ème dimanche de Carême (Lætare)

    Introït du 4ème dimanche de Carême

     
    Ant. ad Introitum. Is. 66, 10 et 11.
    Lætáre, Ierúsalem : et convéntum fácite, omnes qui dilígitis eam : gaudéte cum lætítia, qui in tristítia fuístis : ut exsultétis, et satiémini ab ubéribus consolatiónis vestræ.
    Réjouis-toi, Jérusalem, et rassemblez-vous, vous tous qui l’aimez ; tressaillez de joie avec elle, vous qui avez été dans la tristesse afin que vous exultiez et soyez rassasiés à la mamelle de vos consolations.

    Ps. 121, 1.
    Lætátus sum in his, quæ dicta sunt mihi : in domum Dómini íbimus.
    Je me suis réjoui de ce qui m’a été dit : Nous irons dans la maison du Seigneur.

    V/. Glória Patri.
     
     
    "Lutum fecit ex sputo Dominus" (Antienne de l’aveugle-né, chant de communion du dimanche "Lætare",  quatrième dimanche de Carême)
    Nouvelle interprétation proposée par les "Cantori Gregoriani" sous la direction de Fulvio Rampi ICI.
    (avec guide d'écoute)

  • Samedi 29 mars 2014

    Calendrier liturgique

  • Méditation - Prière de la brebis perdue...

    « Viens donc, Seigneur Jésus, chercher ton serviteur, chercher la brebis lassée.
    Viens, pasteur, me chercher comme Joseph ses brebis.
    Elle s'est égarée ta brebis tandis que, sur les montagnes, tu demeurais et vivais. Laisse là tes quatre-vingt-dix-neuf autres et viens chercher l'unique qui a erré.
    Viens sans chien, sans mauvais ouvrier, sans ce mercenaire qui ne peut entrer par la porte. Viens sans te faire aider ni annoncer ; j'attends désormais ta venue.
    Je sais que tu viendras, car je n'ai pas oublié tes préceptes. Viens, non avec la verge, mais avec la charité et la mansuétude de l'esprit. »

    St Ambroise de Milan, Exposé sur le Psaume 118, XXII, 28, éditions du Soleil Levant, Namur (Belgique).

    bon-pasteur-brebis-a.jpg

  • Méditation : le repentir

    « Le Seigneur aime le pécheur repentant ; il le serre avec tendresse sur son cœur : « Où étais-tu, mon enfant ? Je t'attends depuis longtemps. » Le Seigneur appelle ainsi à lui tous les hommes par son Évangile ; sa voix retentit dans le monde entier : « Venez à moi, vous tous qui peinez, et je vous donnerai le repos. Venez et buvez l'eau vive (Mt 11,2 ; Jn 4,10). Venez et apprenez que je vous aime... Je ne peux pas supporter que même une seule de mes brebis se perde. Même pour une seule, le Pasteur va dans les montagnes et la cherche partout. Venez donc à moi, mes brebis. Je vous ai créées et je vous aime. Mon amour pour vous m'a fait venir sur la terre, et j'ai tout enduré pour votre salut. Je veux que vous connaissiez mon amour et que vous disiez comme les apôtres sur le Mont Thabor : "Seigneur, il est bon pour nous d'être avec toi" (Mt 17,4) ». Le Seigneur nous appelle sans cesse vers lui : « Venez à moi, et je vous donnerai le repos ». Il nous nourrit de son Corps très pur et de son Sang. Avec bonté, il nous éduque par sa parole et par le Saint Esprit ; il nous a révélé les mystères. Il vit en nous et dans les sacrements de l’Église, et il nous conduit là où nous verrons sa gloire. Mais chacun verra cette gloire dans la mesure de son amour... Tu as attiré à toi les âmes des saints, Seigneur, et elles coulent vers toi comme des rivières silencieuses. »

    St Silouane (1866-1938), in Archimandrite Sophrony, Starets Silouane, moine du Mont Athos, vie, doctrine, écrits, Tr. Hieromoine Symeon, Ed. Présence, 1975.

    Fils_prodigue_Rembrandt_4a.jpg

  • Méditation : Unité de Dieu - unité de l'Eglise

    « Frères, qui donc serait assez perfide et assez forcené dans sa passion de discorde, pour s'imaginer qu'on puisse mettre en cause, et pour oser lui-même déchirer l'unité de Dieu, le vêtement du Seigneur, l'Eglise du Christ ? (cf. Jn 19,24) Dans son évangile, Dieu ne fait-il pas entendre cet avertissement : "Il n'y aura qu'un seul troupeau et qu'un seul pasteur" ? (Jn 10,16) Quelqu'un pense-t-il après cela que dans un même lieu, il puisse y avoir normalement plusieurs pasteurs et plusieurs troupeaux ? Voyez comment l'Apôtre Paul nous recommande pareillement cette unité : "Mes frères, je vous en conjure au Nom de Notre Seigneur Jésus-Christ, ayez tous le même langage, ne souffrez pas parmi vous les divisions. Soyez tous unis dans le même esprit et dans les mêmes sentiments... vous supportant mutuellement avec charité, vous efforçant de conserver l'unité de l'Esprit par le lien de la paix" (1 Co 1,10 et Ep 4,2-3). Vous donc, pensez-vous rester debout et vivre encore, si vous abandonnez l'Eglise, pour établir ailleurs votre demeure, pour éloigner d'elle votre foyer ? A propos de la Pâque n'est-il pas dit dans l'Exode que l'agneau dont l'immolation signifie celle du Christ doit être mangé dans une même maison ? (Ex 12,46) La chair du Christ, la chose sainte du Seigneur, pas plus que la chair de l'agneau, on ne peut la jeter dehors. Pour les croyants, il n'y a donc pas d'autre demeure que l'Eglise... »

    Saint Cyprien (IIIe siècle), De l'unité de l'Eglise catholique, Trad. Pierre de Labriolle, Paris, Ed. du Cerf, 1942.

    bon_pasteur_icone.jpg

  • Mardi 6 août 2013

    Transfiguration de Notre-Seigneur

    Calendrier liturgique

  • Vendredi 26 juillet 2013

    Ste Anne, Mère de la Ste Vierge Marie, et St Joachim

    Calendrier liturgique

  • Méditation : Ste Catherine de Sienne, fêtée ce jour

    "Montons sur l'arbre de la très sainte croix"

    « Voilà donc notre doux et bon berger qui animé d'un désir insatiable et d'un amour enflammé a sacrifié sa vie sans se soucier de ses peines, de notre ignorance, de notre ingratitude pour un si grand bienfait, des reproches des juifs et, tel un amoureux, a obéi au père avec un grand respect. Elle peut donc s'accomplir en nous, si nous montons sur l'arbre, si nous le voulons, si notre négligence ne nous retient pas, la parole prononcée par la douce bouche de vérité : "Quand je serai hissé en haut, j'attirerai tout à moi." Et vraiment il en est ainsi. L'âme qui s'y est élevée, voit se déverser la bonté et la puissance du père, puissance qui a donné au sang du fils de Dieu la vertu de laver nos iniquités. Là nous voyons l'obéissance du Christ crucifié qui, pour obéir, meurt. Il se soumet à cette obédience avec un tel désir que la peine du désir est plus grande que la peine du corps. On y voit la clémence et l'abondance du Saint-Esprit c'est-à-dire cet amour ineffable qui le tint cloué sur le bois de la très sainte croix car ce ne sont ni les clous ni les cordes qui auraient pu le tenir attaché sur la croix s'il n'y avait pas eu les liens de la charité. Ah, il faudrait qu'il soit vraiment de diamant le coeur qui ne sentirait pas dissoudre sa dureté dans un si grand amour ! Mais en vérité le coeur blessé par cette flèche se dresse avec toute sa force : il n'est pas tout pur l'homme, mais pure est son âme pour laquelle Dieu a fait toutes choses. Si vous me disiez : "Moi je ne peux pas monter il est trop haut", je vous répondrais qu'il a fait des échelons dans son corps : élevez votre affection jusqu'aux pieds du fils de Dieu et élevez-vous jusqu'au coeur qui est ouvert et consumé pour vous. Alors vous atteindrez à la paix de sa bouche et vous goûterez et vous vous nourrirez d'âmes. Ainsi vous serez un vrai berger qui expose sa vie pour ses brebis. Tachez d'avoir toujours l'oeil sur elles afin que le vice soit extirpé. Semez la vertu. »

    Sainte Catherine de Sienne, Lettre XXXIV au Prieur de Montoliveto près de Sienne, in "Le Livre des Dialogues suivi de Lettres", Préface et traduction Louis-Paul Lartigues, Editions du Seuil, Paris, 1953.

    Sainte_Catherine-de-Sienne_1.jpg

  • Regina Coeli : "Reconnaître la voix de Jésus"

    Lors du Regina Coeli, récité depuis la fenêtre du Palais apostolique, le Saint-Père a rappelé l'Evangile de ce quatrième dimanche de Pâques, dit du Bon Pasteur, dont quatre versets condensent l'entier message de Jésus : Mes brebis entendent ma voix, dit le Christ, je les connais et elles me suivent. Je leur offre la vie éternelle et aucune ne sera perdue. Personne ne me les arrachera car le Père qui me les a confiées est plus plus fort que tous. Personne ne peut les arracher à mon Père, avec lequel je ne fais qu'un. "Jésus entend établir une relation avec ses amis qui reflète celle qu'il entretient avec le Père, une relation d'appartenance réciproque et confiante, une communion intime... Le mystère de la voix est important d'autant que dès la vie utérine l'enfant apprend à reconnaître celle de sa mère et celle de son père. Au ton d'une voix on perçoit l'amour ou le mépris, l'affection ou la froideur. La voix de Jésus est unique. Si nous apprenons à la reconnaître, elle guidera notre vie, une vie qui surmontera l'obstacle de la mort". A un autre moment Jésus parle des brebis que le Père lui a données. "Il s'agit d'un mystère profond, difficile à déchiffrer. Si je me sens attiré par Lui, si sa voix réchauffe mon coeur, c'est grâce au Père qui a inscrit en moi le désir de l'amour, de la vérité, de la vie, de la beauté. Or Jésus est pleinement tout cela".

    "Ceci doit nous aider à comprendre le mystère de la vocation, de l'appel à une consécration spéciale... Il y a beaucoup de jeunes sur la place !... Je voudrais vous demander si vous avez jamais entendu, dans un désir ou dans une inquiétude, la voix du Seigneur qui vous invite à le suivre de plus près ?... La jeunesse doit être mise en cause pour de grands idéaux... Demandez à Jésus ce qu'Il attend de vous. Soyez courageux... Avant et derrière toute vocation sacerdotale ou religieuse, il y a toujours la forte prière de quelqu'un, d'un grand parent, d'un père, d'une communauté" car Jésus a dit de prier le Seigneur de la moisson pour qu'il envoie des ouvriers. "Toute vocation naît dans la prière et dans la prière seulement elle peut s'affermir et porter du fruit. En cette Journée de prière pour les vocations, prions tout particulièrement pour les prêtres que je viens d'avoir la joie d'ordonner pour le diocèse de Rome. Invoquons l'intercession de Marie, de la femme qui a dit oui tout sa vie. Puisse celle qui a reconnu la voix de Jésus dès sa grossesse nous aider à mieux l'entendre et à le suivre tout au long de notre existence".

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 22.4.13).

  • Samedi 30 mars 2013 : Samedi Saint

    Calendrier liturgique

  • Vendredi 29 mars 2013 : Vendredi Saint

    Calendrier liturgique

  • Méditation : péché et miséricorde divine

    En écho aux paroles du Saint Père ce dimanche, relatives à la miséricorde :

    « La conduite que Jésus Christ tenait pendant sa vie mortelle nous montre la grandeur de sa miséricorde pour les pécheurs. Nous voyons qu'ils viennent tous lui tenir compagnie ; et lui, bien loin de les rebuter ou du moins de s'éloigner d'eux, au contraire, il prend tous les moyens possibles pour se trouver parmi eux, afin de les attirer à son Père. Il va les chercher par les remords de conscience ; il les ramène par sa grâce et les gagne par ses manières amoureuses. Il les traite avec tant de bonté, qu'il prend même leur défense contre les scribes et les pharisiens qui veulent les blâmer, et qui semblent ne pas vouloir les souffrir auprès de Jésus Christ.

    Il va encore plus loin : il veut se justifier de la conduite qu'il tient à leur égard par une parabole qui leur dépeint, comme l'on ne peut pas mieux, la grandeur de son amour pour les pécheurs, en leur disant : « Un bon pasteur qui avait cent brebis, en ayant perdu une, laisse toutes les autres pour courir après celle qui s'est égarée, et, l'ayant retrouvée, il la met sur ses épaules pour lui éviter la peine du chemin. Puis, l'ayant rapportée à son bercail, il invite tous ses amis à se réjouir avec lui d'avoir retrouvé la brebis qu'il croyait perdue ». Il ajoute encore cette parabole d'une femme qui, ayant dix drachmes et en ayant perdu une, allume sa lampe pour la chercher dans tous les coins de sa maison, et l'ayant retrouvée, elle invite toutes ses amies pour s'en réjouir. « C'est ainsi, leur dit-il, que tout le ciel se réjouit du retour d'un pécheur qui se convertit et qui fait pénitence. Je ne suis pas venu pour les justes, mais pour les pécheurs ; ceux qui sont en santé n'ont pas besoin de médecin, mais ceux qui sont malades » (Lc 5,31-32).

    Nous voyons que Jésus Christ s'applique à lui-même ces vives images de la grandeur de sa miséricorde envers les pécheurs. Quel bonheur pour nous de savoir que la miséricorde de Dieu est infinie ! Quel violent désir ne devons-nous pas sentir naître en nous d'aller nous jeter aux pieds d'un Dieu qui nous recevra avec tant de joie ! »

    Saint Jean-Marie Vianney (1786-1859), Sermon pour le 3ème dimanche après Pentecôte, 1er sur la miséricorde, in "Sermons du Saint Curé d'Ars" (Tome II), Nouvelle édition, Gabriel Beauchesne, Paris, 1925.

    Jesus_pardon-4a.jpg

  • 7 mars : Toute l'année avec les Pères de l'Eglise

    "Celui qui n'est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse." (Lc 11, 14-23)

    « Vous, enfants de la vraie lumière, fuyez les querelles et les mauvaises doctrines. Comme des brebis, suivez partout votre berger. Car souvent des loups apparemment dignes de foi égarent ceux qui courent dans la course de Dieu, mais si vous demeurez unis, ils ne trouveront pas de place parmi vous.
    Ayez donc soin de ne participer qu'à une seule eucharistie ; il n'y a, en effet, qu'une seule chair de notre Seigneur, une seule coupe pour nous unir en son sang, un seul autel, comme il n'y a qu'un seul évêque entouré des prêtres et des diacres. Ainsi, tout ce que vous ferez, vous le ferez selon Dieu… Mon refuge, c’est l’Evangile, qui est pour moi Jésus lui-même en chair, et les apôtres, qu’incarne le presbytérium de l'Église. Aimons aussi les prophètes, car eux aussi ont annoncé l'Évangile ; ils ont espéré dans le Christ et l'ont attendu ; croyant en lui, ils ont été sauvés et, demeurant dans l'unité de Jésus Christ, saints dignes d'amour et d’admiration, ils ont mérité de recevoir le témoignage de Jésus Christ et d'avoir part à l'Évangile, notre commune espérance…
    Dieu n’habite pas là où règnent la division et la colère. Mais le Seigneur pardonne à tous ceux qui se repentent, si le repentir les ramène à l’unité de Dieu et à la communion avec l’évêque. Je crois en la grâce de Jésus Christ qui nous délivrera de toute chaîne. Je vous en supplie, n’agissez jamais par esprit de querelle, mais selon l'enseignement du Christ. J'en ai entendu qui disaient : "Ce que je ne trouve pas dans les archives, je ne le crois pas dans l'Évangile"... Pour moi, mes archives, c'est le Christ ; mes archives inviolables, c'est sa croix, sa mort et sa résurrection et la foi qui vient de lui. Voilà d’où j’attends, avec l’aide de vos prières, toute ma justification. »

    Saint Ignace d'Antioche (?-v.110), Lettre aux Philadelphiens.