Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hildegarde de bingen

  • Hortus Deliciarum

    "L’Hortus Deliciarum" ou "Jardin des Délices" est un recueil composé au XIIe siècle par Herrade de Landsberg, abbesse du couvent de Hohenbourg au mont Sainte-Odile, en Alsace. C'est l'une des premières sources connues de polyphonie en chant. Les chants présentés ici sont reconstruits à partir de ce texte. Seul le n°20 a été composé par Hildegarde de Bingen.

    NB : Le codex d'Herrade de Landsberg est un véritable trésor, une mine d'enseignements. Articles en ligne à lire ici.
     
    01. Enixa est puerpera, hymn
    02. Sol oritur occasus nescius, conductus
    03. O rubor sanguinis, antiphon for Saint Ursula & her companions
    04. Favus distillans, response for Saint Ursula & her companions
    05. Hec est mater (trope de Benedicamus)
    06. Leto leta concio, canon
    07. Congaudeat turba fidelium
    08. Kyrie - Magne Deus (trope of Kyrie)
    09. Dilexisti iustitiam, graduel
    10. Veri floris sub figura, conductus
    11. Primus parens hominum, hymn
    12. Offerentur regi virgines, offertory
    13. Sanctus - Phos, patris karitatis (trope of Sanctus)
    14. Agnus Dei - Ave Maria (trope of Agnus Dei)
    15. lube Domine (lecture) / Navigantes inde sursum, V. Germaniam visure (répons) / Beata virgo (lecture) / Sanctis Rome visitatis, V. Di
    16. Cum vox sanguinis, hymn for Saint Ursula & her Companions
    17. Procedentem sponsum de thalamo, Benedicamus
    18. Diapente est diatesseron, exercise for intervals
    19. Stephani primi martiris, hymn
    20. Alleluia - In Maria benignitas (Graduel de Pairis) / Alleluia - O virga mediatrix (Hildegard von Bingen)
    21. Ite iam sine tristicia (trope of Ite missa est)
  • Méditation - L'âme humaine, décrite par Ste Hildegarde de Bingen

    « L'âme est présente dans le corps comme un vent dont on ne voit ni n'entend le souffle. Aérienne, elle déploie son souffle, à la manière du vent, ses soupirs et ses pensées ; son humidité, véhicule de ses bonnes intentions envers Dieu, l'assimile à la rosée. Comme l'éclat du soleil qui illumine le monde entier et qui ne faiblit jamais, l'âme est tout entière présente dans la petite forme de l'homme. Ses pensées lui permettent de s'envoler dans toutes les directions : les œuvres saintes l'élèvent vers les étoiles par la louange de Dieu, les œuvres mauvaises des péchés la précipitent dans les ténèbres.

    L'âme raisonnable profère de multiples paroles qui résonnent comme l'arbre multiplie ses rameaux, et, de la même façon que les rameaux proviennent de l'arbre, les énergies de l'homme jaillissent de l'âme. Ses œuvres, quelles qu'elles soient, réalisées de concert avec l'homme, ressemblent aux fruits d'un arbre. [...]

    L'âme, tant qu'elle est dans le corps, sent Dieu parce qu'elle vient de Dieu, mais tant qu'elle accomplit sa tâche dans les créatures, elle ne voit pas Dieu. Lorsqu'elle aura quitté l'atelier de son corps et lorsqu'elle sera confrontée à Dieu, elle connaîtra sa nature et ses anciennes dépendances corporelles. [...] Elle attend donc avec avidité ce dernier jour du monde, car elle a perdu ce vêtement qu'elle aime et qui est son propre corps. Quand elle l'aura recouvré, elle verra avec les anges la face glorieuse de Dieu. [...] "L'homme est le vêtement que revêt mon Fils en sa royale puissance afin d'apparaître Dieu de toute création et vie de la vie." [...] Dans la forme de l'homme, c'est la totalité de Son œuvre que Dieu a consignée. »

    Ste Hildegarde de Bingen (fêtée ce jour), Le Livre des Œuvres divines, Quatrième vision, Trad. Bernard Gorceix (Albin Michel, coll Spiritualités vivantes, 1982), in Régine Pernoud, "Hildegarde de Bingen", Éditions du Rocher, 1995.

    Sainte_Hildegarde-de-Bingen_dessin1a.jpg

    L'Homme universel, 'Liber Divinorum Operum' de Ste Hildegarde de Bingen, 1165.
    (Crédit photo)

  • Méditation : de la colère

    « La colère est le pire des vices, c'est presque le cœur du diable ; parfois elle se cache dans la caverne d'une couleuvre, et son habitude est d'assaillir l'homme : elle lui fait perdre la raison et fuir la bénédiction d'Abraham, qui a obéi avec bonne volonté à tous les préceptes de Dieu ; c'est pour cela que beaucoup des descendants d'Abraham ont transmis sa bénédiction.

    L'homme colérique corrompt tout germe de vertu, arrache avec les dents tout ce qui est en train de germer, tel un fieffé voleur, et mâche tous les dons accordés aux hommes par le doigt de Dieu. Il apporte courroux et discorde partout où il le peut, et, d'une façon non seulement insolente, mais impie, il enfreint les lois de Dieu. En effet, la colère est comme un dragon qui brûle tout partout où il passe ; c'est une voleuse qui vole et pille tout ce qu'elle peut voler et piller. Dans la colère, la sagesse devient sottise, la patience se transforme en impatience, et la modération se change en exagération.

    La colère est aussi l'amertume qui vomit la bonté et la douceur des lois et des préceptes de Dieu ; elle est un crime qui divise le corps et l'âme, et les empêche de s'unir. c'est aussi un rocher dur et immuable qui écrase toute bonté et toute justice ; elle a sa place en enfer depuis qu'elle désire bouleverser les choses célestes. Lorsqu'elle s'est emparée d'un homme, elle le met hors de lui, et le conduit vers une telle démence qu'il ne pense plus alors ni à la terre ni au ciel, car il écrase et met en pièces tout ce qui a été créé à l'image de Dieu ; et un tel sacrilège entraîne une impitoyable condamnation. »

    Ste Hildegarde de Bingen (1098-1179), Le Livre des mérites de la vie (Liber vitae meritorum, 1, 108), Trad. Lys-Marie Anibeaud, Éditions Bénédictines, 2012.

    Hildegarde de Bingen,colère,vices,vertu,diable,enfer,discorde,dragon,sottise,impatience,exagération,amertume,démence,sacrilège,condamnation

  • Hildegarde de Bingen : Spiritus Sanctus

    (Seconde Antienne et Psaume 110/111 des Vêpres de Hildegard von Bingen)

  • Deux nouveaux Docteurs de l'Eglise proclamés par Benoît XVI

    L'Eglise compte désormais 35 Docteurs, dont 4 femmes.

    C’est à la Pentecôte, le 27 mai, que le Pape avait annoncé son intention de proclamer deux nouveaux Docteurs de l’Eglise à l’occasion de l’ouverture du Synode des évêques. Benoît XVI avait alors souligné que ces deux grands témoins de la foi vécurent à des époques et dans des contextes culturels très différents. Hildegarde, une bénédictine vivant en plein Moyen Age allemand, fut un vrai maître de théologie versée dans les sciences naturelles et la musique. Prêtre de la Renaissance espagnole, Jean d’Avila prit part au renouveau culturel et religieux d'une Eglise et d'une société parvenue au seuil des temps modernes.


    Taduction intégrale de l’homélie que le Pape a prononcée ce 7 octobre

    disponible sur Radio Vatican

    L'Angélus

    A la fin de la messe, avant la prière de l’Angélus, Benoît XVI a invité les fidèles à mettre en valeur la prière du chapelet pendant l’Année de la Foi, individuellement, dans les familles et les communautés. Le Pape s’est exprimé en plusieurs langues dont le français :

    « Je salue cordialement les pèlerins francophones. Alors que s’ouvre le Synode pour la Nouvelle Evangélisation, je vous invite à prier plus particulièrement l’Esprit Saint, le protagoniste de l’évangélisation depuis la naissance de l’Église. Les participants venus du monde entier manifestent l’universalité de l’Évangile qui s’adresse, aujourd’hui comme hier, à chaque personne rachetée et sauvée par Jésus Christ. Puisse chaque chrétien être renouvelé dans sa responsabilité de faire connaître le Sauveur et son message d’amour et de paix ! Confions à la Vierge Marie, l’Etoile de l’évangélisation, les travaux de cette Assemblée. Bon dimanche à tous et que Dieu vous bénisse ! »

    Source : News.va

  • 17 septembre : Sanctoral

    Ste Hildegarde de Bingen, abbesse († 1179)

    Catéchèse de Benoît XVI sur Ste Hildegarde : 1er septembre et 8 septembre 2010

    St Robert Bellarmin, cardinal et docteur de l'Église (1542-1621)

    St Lambert, évêque de Maëstricht et martyr († 696)

    Bienheureux Stanislas de Jésus Marie Papczynski (1631-1701)

    Fondateur de l'Ordre des Mariens de l'Immaculée
    Béatifié le 16 septembre 2007

    Au calendrier traditionnel : De la férie

    Mémoire de l’Impression des Sts Stigmates de St François, confesseur

    Saint François d’Assise reçut les stigmates en 1224 ; la fête des stigmates fut étendue à l’Eglise par le succès du bréviaire franciscain. S. Pie V l’a supprimée en 1568, elle fut rétablie en 1585, ramenée à une simple commémoraison en 1960.

  • 27 mai: Benoît XVI - Regina Caeli

    Regina caeli de ce dimanche 27 mai

    Devant plusieurs milliers de fidèles réunis Place Saint-Pierre, durant la prière du Regina Caeli, le Pape a annoncé que le 7 octobre prochain, Saint Jean d’Avila et Sainte Hildegarde de Bingen seraient proclamés Docteurs de l’Église universelle.

    Avila-Hildegarde.jpg

    Texte intégral et vidéo sur le site internet du Vatican.

    Allocution du Pape en français :
    « En ce jour de la fête de la Pentecôte, je suis heureux de vous accueillir chers pèlerins francophones. Aujourd’hui, je participe aussi spirituellement à la joie des fidèles du diocèse de Vannes rassemblés pour la célébration de la Béatification de Louise-Élisabeth Molé, Mère Saint-Louis. Fondatrice des Sœurs de la Charité de Saint-Louis, elle nous apprend comment, avec l’aide de l’Esprit-Saint, nous pouvons ouvrir notre cœur avec douceur pour rejoindre les autres dans leur différence, leur fragilité et leur pauvreté. Laissons-nous guider nous aussi par l’Esprit pour annoncer au monde les merveilles de Dieu ! Que la Vierge Marie nous aide à être des témoins de l’Esprit de vérité et de liberté ! Bonne fête de la Pentecôte à tous ! »

    A lire et écouter sur Radio Vatican