Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

merci

  • Méditation - Reconnaissance, gratitude, action de grâces...

    « Ce qui nous empêche de recevoir des grâces plus abondantes de la part de Dieu, c'est peut-être tout simplement de ne pas suffisamment reconnaître celles qu'il nous a déjà accordées, et l'en remercier.
    Nul doute que si nous disons merci à Dieu de tout notre cœur pour chaque grâce reçue, en particulier pour les inspirations, il nous en accordera davantage.
    Écoutons Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus parlant à sa sœur Céline :
    Ce qui attire le plus les grâces du bon Dieu, c'est la reconnaissance, car si nous le remercions d'un bienfait, il est touché et s'empresse de nous en faire dix autres et si nous le remercions encore avec la même effusion, quelle multiplication incalculable de grâces ! J'en ai fait l'expérience, essayez et vous verrez. Ma gratitude est sans borne pour tout ce qu'il me donne, et je lui prouve de mille manières. (Conseils et souvenirs recueillis par Sœur Geneviève)
    Il ne doit pas s'agir d'un calcul, mais de prendre conscience que notre ingratitude envers Dieu nous replie sur nous-mêmes et nous ferme à sa grâce. Bénis ô mon âme le Seigneur, n'oublie aucun de ses bienfaits, dit le Psaume. (Ps 103,1) »

    P. Jacques Philippe, A l'école de l'Esprit Saint, Édition des Béatitudes, 1995.

    Jacques Philippe,reconnaissance,gratitude,action de grâces,merci,ingratitude,grâces,bienfaits,Dieu

    (Crédit photo)

  • Méditation - Action de grâces

    « Habitue-toi à élever ton cœur vers Dieu en action de grâces, et souvent dans la journée. - Parce qu'Il te donne ceci ou cela. - Parce qu'on t'a humilié. - Parce que tu ne possèdes pas ce dont tu as besoin, ou parce que tu le possèdes.
    Parce que sa Mère, qui est aussi ta Mère, Il l'a voulue si belle. - Parce qu'Il a créé le soleil et la lune, et cet animal et cette plante. - Parce qu'Il a donné à celui-ci d'être éloquent et à toi de bredouiller...
    Remercie-Le de tout, parce que tout est bon. »

    St Josémaria Escriva (1902-1975), Chemin (268), S.E.P.A.L., Paris, 1957-1966.

    tournesol-enfant_1a.jpg

     
    « Il est juste que nous ne cessions jamais de rendre grâces au Seigneur, et que nous comprenions combien nous sommes insolvables à son égard, combien ce que nous pouvons lui payer est peu de chose en comparaison de nos dettes, puisque nous ne pouvons pas même comprendre ce que nous lui devons. »

    St Pierre d'Alcantara (1496-1562), Méditations (série I ch.II), in "Œuvres spirituelles", trad. P. Marcel Bouix, Ve Régis Ruffet et Cie, Paris-Lille, 1872.
  • Audience générale de ce mercredi 13 mai 2015

    Ce matin, au cours de l'audience générale tenue Place St Pierre, le Saint-Père a poursuivi le cycle de catéchèses consacré à la vie de la famille, revenant sur le triple principe du S'il te plaît, merci, pardon : Simples, a-t-il dit, "ces paroles ne sont pas faciles à mettre en pratique. Or elles contiennent une force qui permet de maintenir la solidité de la famille malgré mille difficultés et épreuves. Sans cela, la famille risque de se détériorer et même de s'effondrer". Citant saint François de Sales pour qui la bonne éducation était la moitié de la sainteté, le Pape a dénoncé "le formalisme des bonnes manières, qui peut aller jusqu'à cacher l'aridité de la personne et son dédain de l'autre... La religion n'est pas à l'abri de ce danger de glisser du respect formel à la mondanité spirituelle. Lorsqu'il tenta Jésus, le Diable n'avait-il pas fait usage de bonnes manières et cité l'Ecriture ? Malgré le caractère correct de ses propos, son but était de détourner le Christ de la vérité de l'amour de Dieu". S'il te plaît se rapporte à la vie de l'autre dans laquelle nous demandons à entrer : La confidence n'autorise pas à tout. Même l'amour partagé, qui exige respect et liberté, "nécessite d'être capable d'attendre que l'autre ouvre sa porte... On en vient parfois à penser que nous sommes tombés dans une civilisation des mauvaises manières et des gros mots...où la gentillesse et le remerciement seraient signes de faiblesse... En famille il faut combattre cette tendance à la défiance. Il faut être intransigeant sur l'éducation à la gratitude car il en va de la dignité de la personne et de la justice sociale. Si la vie familiale n'y prend garde, elle perdra" sa dignité. Quant au défaut de pardon, "même sans s'en rendre compte, il finit par transformer de petites lézardes en fossés profonds. Le Pater, la prière que Jésus nous a enseignée, résume des besoins essentiels de la vie et, notamment, la capacité de pardonner à qui nous a offensé. Reconnaître avoir fauté et désirer rendre ce qui a été soustrait rend digne du pardon... Etre incapable de s'excuser signifie être aussi incapable de pardonner... Combien de blessures affectives familiales commencent par la perte des excuses... Ne finissez jamais la journée sans faire la paix, un geste simple ! Simples, ces trois formules sont fondamentales pour la famille, même si de prime abord elles font sourire". Pourtant, sans elles, on finit par ne plus avoir le sourire... Puisse le Seigneur nous aider à les remettre à l'honneur, en nous, à la maison, dans nos rapports sociaux".

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 13.5.15).

     

    Résumé :

    « Chers frères et sœurs, la catéchèse d’aujourd’hui est comme une porte d’entrée sur la vie familiale. Sur cette porte sont écrits trois mots qui permettent de bien vivre en famille : S’il te plaît, merci, pardon. « S’il te plaît ! », c’est une façon de demander la permission d’entrer dans la vie de l’autre, avec délicatesse, dans la confiance et le respect. Un amour vrai exige le respect de la liberté et la capacité d’attendre que l’autre ouvre la porte de son cœur. Le Seigneur lui-même demande la permission d’entrer ! « Merci ! » Nous devons devenir intransigeants sur l’éducation à la reconnaissance. Pour un croyant, la gratitude est au cœur de la foi. Un chrétien qui ne sait pas remercier a oublié le langage de Dieu. « Pardon ! » C’est une parole difficile et pourtant nécessaire. Si nous ne sommes pas capables de nous excuser, nous ne serons pas capables de pardonner. Beaucoup de blessures dans les familles commencent par l’oubli de cette belle parole. Que le Seigneur nous aide à remettre ces trois mots-clés à leur juste place dans notre cœur, dans notre maison mais aussi dans notre vie sociale. »

    « Je suis heureux d’accueillir les pèlerins francophones, venus de France et d’autres pays. Je salue particulièrement les membres de l’Entraide missionnaire internationale. Chers amis, j’encourage vivement votre service des Congrégations et des Diocèses pour faciliter l’accès de leurs membres aux soins de santé et favoriser ainsi leur dévouement à la mission. Je demande au Seigneur de faire grandir chez tous le souci de l’annonce de la joie de l’Évangile. Que Dieu vous bénisse ! »

    Source : site internet du Vatican.

    Texte intégral traduit en français sur Zenit.org.

    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

  • Audience générale de ce mercredi 2 avril 2014

    Durant l'audience générale tenue place St Pierre, le Pape François a conclu son cycle de catéchèse consacré au mariage, un sacrement, a-t-il dit, "qui nous porte au cœur du projet de Dieu, fait d'alliance et de communion avec son peuple et avec chacun de nous. Dieu a créé l'homme à son image, homme et femme il les a créés... L'homme quittera ses parents pour s'unir à une femme et avec elle ne faire plus qu'un. Le couple, homme et femme ensemble, non séparément, reflètent l'image de Dieu... Nous avons été créés pour aimer, comme reflets de l'amour de Dieu. Dans l'union conjugale, l'homme et la femme réalisent cette vocation dans la réciprocité et d'un partage de vie total et définitif... Le mariage correspond à une vocation spécifique qui doit être considérée comme une consécration. L'homme et la femme se consacrent par amour. Par la force du sacrement les époux sont investis d'une mission particulière qui consiste à manifester ordinairement jour après jour l'amour du Christ envers son Église... C'est là un dessein magnifique. Le mariage est l'icône de l'amour que Dieu porte à l'humanité. Dieu est communion dans les trois Personnes, vivant à jamais dans l'unité parfaite, et de là découle le mystère du mariage. Dans le mariage Dieu fait des époux une seule chair, ainsi que le dit la Bible au moyen d'une expression forte".
    Dans l'épître aux Éphésiens, a poursuivi le Saint-Père, Paul confirme que les époux chrétiens reflètent le mystère du rapport entre le Christ et l’Église. "C'est une chose merveilleuse que le sacrement du mariage ! Qui s'accomplit simplement et malgré la fragilité de la condition humaine. Tout le monde connaît les difficultés et les épreuves de la vie conjugale, litiges, problèmes avec les enfants, problèmes au travail, problèmes d'emploi ou financiers... L'important est de maintenir vif le lien avec Dieu, qui est à la base de l'union matrimoniale. Pour cela il faut que la famille prie", afin que le lien survive. Mari et femme doivent prier l'un pour l'autre, afin de ne pas sombrer et de trouver des solutions. "Si telle est la condition humaine, l'amour est toujours le plus fort". Puis il a révélé son conseil aux époux, de toujours commencer la journée par de petits gestes de paix. "Comme je l'ai déjà dit sur cette place, le secret d'une vie matrimoniale réussie se résume à trois formules magiques : S'il te plaît, merci et pardon... Pardon est la plus difficile à dire, mais avec la prière des époux l'un pour l'autre le couple rétablit sa paix".

    Après la catéchèse, le Pape a salué un groupe de personnes venues de L'Aquila, ville italienne (Abruzzes) dévastée par un séisme il y a cinq ans : "Je m'unis à la prière en suffrage des nombreuses victimes et confie à la protection de Notre Dame de Rio les personnes qui continuent de vivre dans l'embarras. Il faut garder espoir. Que la reconstruction des maisons s'accompagne de celle des églises, à la fois lieux de prière communautaires et monuments historiques auxquels est lié la renaissance de la région".

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 2.4.14).

    Le 2 avril 2005, il y a exactement neuf ans, le Vatican annonçait la mort de Jean-Paul II, la veille du dimanche de la Miséricorde. Après un pontificat long de 26 ans, le deuxième plus long de l'histoire, le Polonais Karol Wojtyla s'éteignait à l'âge de 84 ans.

    A quelques semaines de sa canonisation, qui aura lieu le 27 avril prochain, dimanche de la Miséricorde, le Pape François a eu une pensée spéciale pour le Pape polonais lors de l'audience générale place Saint-Pierre.

    L'approche de cette cérémonie de canonisation est pour le Pape François une « occasion spéciale pour se préparer spirituellement et pour raviver le patrimoine de la foi que Jean-Paul II a laissé derrière lui. En imitant le Christ, il a été pour le monde un prédicateur infatigable de la Parole de Dieu, de la Vérité et du Bien. Et ça a fait du bien au monde, même dans sa souffrance. C'était le magistère de sa vie, à qui le Peuple de Dieu a répondu avec grand amour et estime. Son intercession nous renforce dans notre foi, notre espérance et notre amour ».

    Source : Radio Vatican.

  • Audience du Pape François aux couples de fiancés

    Le Pape François reçoit en audience à 11h45 les couples de fiancés, en ce jour de la fête de Saint Valentin, devenu le patron des amoureux. C'est le Conseil pontifical pour la famille qui est à l'origine de cette initiative.

    Le Pape François a rencontré ce midi les vingt mille fiancés catholiques rassemblés Place St Pierre à l'invitation du Conseil pontifical pour la famille. Engagés dans la voie du mariage, ils entendaient approfondir leur vocation matrimoniale autour d'une formule : On ne se marie pas après que tous les problèmes aient été résolus mais pour les résoudre ensemble. Et le courageux 'Pour Toujours' doit être une perspective de joie, un avenir d'espérance.

    A la conclusion de la manifestation, faite de lectures, de chants et de témoignages, le Saint-Père s'est adressé à l'assemblée rappelant d'emblée qu'il faut se poser la question de savoir s'il est possible de s'aimer pour toujours. Car, de nos jours, "tant de personnes craignent de faire des choix définitifs. Il leur semble impossible de s'engager pour la vie... C'est une mentalité qui conduit beaucoup à dire 'Ensemble tant que dure l'amour'. Mais alors qu'est ce que l'amour ? Ne s'agit-il que d'un sentiment, un état psycho-physique ? Comme ça on ne peut rien bâtir de solide. L'amour est une relation et une réalité qui grandit comme un bâtiment qu'on construit à deux, et non seul... Ne fondez rien sur le sable de sentiments qui vont et viennent. Construisez sur le rocher de l'amour, de l'amour qui vient de Dieu. La famille naît d'un projet d'amour qui grandit à l'instar d'un bâtiment afin d'être un espace d'affection, d'espérance et de partage. L'amour de Dieu est pour toujours, et l'amour fondant la famille doit l'être également. Il ne faut pas se laisser dominer par la culture du provisoire... La crainte du 'Pour Toujours' doit être vaincue jour après jour dans la confiance au Seigneur, par une vie qui devient un cheminement spirituel commun... Ce 'Pour Toujours' n'est pas une question de durée et le mariage ne réussit pas par la seule durée mais par sa qualité. Vivre ensemble et s'aimer pour toujours est le défi des époux chrétiens... Dans le Pater nous demandons à recevoir le pain quotidien. Nous demandons au Seigneur de nous apprendre à aimer et de nous aimer les uns les autres. Seigneur donne-nous aujourd'hui notre amour quotidien !... Vivre ensemble est un patient cheminement, beau et fascinant" qui a des règles. Elles peuvent se résumer en 'S'il te plaît', 'Merci' et 'Pardon'... Le véritable amour ne peut s'imposer par la dureté et l'agressivité...mais par la gentillesse, qui est la soeur de la charité... Dans ce monde souvent violent et arrogant, nos familles ont besoin de beaucoup de gentillesse". Et puis la gratitude est importante. Savons nous remercier ? Dans vos rapports actuels et demain dans le mariage, a dit le Pape à l'assemblée, "ayez toujours conscience de ce que l'autre est don de Dieu, pour lequel il faut rendre grâce. On dit toujours merci pour les dons de Dieu... Vraiment il faut savoir dire merci afin d'aller de l'avant ensemble. On fait tant d'erreurs dans la vie, mais il faut savoir s'excuser... Ainsi peut grandir la famille chrétienne, même s'il n'existe pas de famille parfaite, de mari parfait, d'épouse parfaite". Jésus, qui sait bien que nous sommes tous pécheurs, nous enseigne qu'il ne faut pas finir la journée sans se demander pardon les uns aux autres, car la famille doit retrouver la paix du foyer. Et puis que le mariage ne soit pas une chose mondaine mais une véritable fête chrétienne. Les Noces de Cana sont le modèle de cette "fête nuptiale qui rendra authentique votre mariage par la présence du Seigneur comme don de sa grâce... Votre mariage doit aussi être sobre et révéler l'essentiel". "Si le décor est important dans une fête il ne saurait indiquer le motif profond de votre joie, la bénédiction du Seigneur sur votre amour".

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 14.2.14)

  • 24 avril : Méditation

    « C'est parce que nous méprisons la grâce divine et le don gratuit de la vie, que nous perdons la foi. A l'écoute de la grâce, la bonté de Dieu pour l'homme qu'il comble de ses dons, nous apparaît.
    Comment exprimer notre reconnaissance ? Par un simple merci ? Cela est bien faible au regard de la générosité du Seigneur et dire "merci" ne suffit pas à nous entraîner dans une dynamique. Dès lors que l'on goûte à la plénitude de la grâce, la réponse s'impose : le don de Dieu appelle l'action de grâce.
    Oser dire : "Je te bénis Seigneur pour tout ce que tu m'as donné", "Je te bénis pour ce que tu m'as enseigné à travers tous les événements de ma vie", "Je te bénis pour tout ce que tu me permets de vivre en cet instant"... nous entraîne dans un élan de générosité et dans une puissance d'amour qui seront les fondements de notre relation et de nos échanges avec Dieu, avec l'autre et avec nous-mêmes et feront de nous les témoins des merveilles qu'il a opérées en nous.

    Dans "action de grâce" il y a le mot "action". L'action ne doit pas se limiter à la bénédiction verbale mais aller au-delà. Cela implique de redistribuer autour de nous ce que nous avons reçu du Seigneur. L'action de grâce ne peut donc être vécue comme un rite à accomplir mais comme un témoignage vivant et actif des énergies divines qui nous animent. Elle accomplit dans un acte d'amour, un geste venant de la profondeur de notre coeur qui seul peut exprimer la miséricorde et l'amour.

    "Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas l'amour, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit" (1Co 13, 1). »

    Suzanne Giuseppi Testut, La déposition - Parcours spirituel à l'école de saint François d'Assise, Nouvelle Cité, 2009.

    action,grâce,divine,don,dieu,seigneur,merci,charité,générosité,amour,oeuvre,miséricorde

    Précisions sur le tableau de Jean-Louis Bézard (1799-1881) ci-dessus : "Les Sept oeuvres de miséricorde", en l'église paroissiale de l'Invention-de-la-Sainte-Croix d'Aubusson, dans la Creuse, ici.