Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

précieux sang

  • Lundi 1er juillet 2019

    Fête du Précieux Sang de N.S.J.C. (Pie IX 1849)

    precieux-sang.jpg

    Au nouveau calendrier : de la Férie

  • Mois de juillet, mois du Très Précieux Sang

    Un "Mois du Précieux Sang" (1845) est disponible en ligne :
    - l'original sur Google Books (à télécharger sous divers formats)
    - et une copie reformatée ici (au format pdf)
    « Il faut dire aux peuples à quel prix les âmes ont été rachetées. Il faut leur faire comprendre de quelle façon le Sang du Christ les purifie et comment ils sont sanctifiés avant tout par les sacrements. Afin de sortir les hommes de leur insensibilité actuelle, il faut leur rappeler que ce Sang est offert tous les matins sur les autels et qu'il devrait être adoré et loué en compensation des outrages et des blasphèmes. »

    St Gaspard Del Bufalo (1786-1837), fondateur des Missionnaires du Précieux Sang (C.PP.S.) et co-fondateur des Sœurs Adoratrices du Sang du Christ (A.S.C.). Il a été canonisé en 1954.

    precieux-sang-1a.jpg

    « Ô Sang très Précieux de vie éternelle, prix et rançon de tout l'univers, breuvage et bain de nos âmes, qui soutenez sans cesse la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde ; je vous adore profondément, et je voudrais, autant qu'il est en mon pouvoir, vous dédommager des injures et des outrages que vous recevez sans cesse des hommes, et spécialement de ceux qui ont l'audace et la témérité de blasphémer contre vous. Et qui ne bénirait ce Sang d'une valeur infinie ? Qui ne se sentirait enflammé d'amour envers Jésus qui l'a répandu ! Que serais-je moi-même, si je n'avais été racheté par ce Sang divin ! Qui l'a tiré des veines de mon Seigneur jusqu'à la dernière goutte ? Ah ! certainement, ce fut l'amour. Ô amour immense qui nous a donné un baume si salutaire ! Ô baume inestimable, qui a jailli de la source d'un amour immense, ah ! faites que tous les cœurs, toutes les langues puissent vous louer, vous glorifier et vous remercier, maintenant et toujours, et jusque dans l'éternité. Ainsi soit-il. »

    Mgr Albertini, fondateur en 1808 à Rome de la Confrérie du très Précieux Sang (approuvée par Pie VII en 1809, élevée au rang d'Archiconfrérie en 1815), Oraison finale du "Petit chapelet en l'honneur du très Précieux Sang de Jésus Christ", Rome, 1914.

  • Vendredi 1er juillet 2016

    Fête du Précieux Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ

    crucifixion_giovan_1a.jpg

  • Mercredi 1er juillet 2015

    Fête du Précieux Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ

     Fête,Précieux Sang,Notre-Seigneur,Jésus-Christ

    La Crucifixion Mond, Raphaël (1483-1520)
    National Gallery, Londres

  • Méditation - Prière : Amende honorable de l'office du Précieux Sang

    « Ô divin Jésus, qui nous avez aimés jusqu'à laver nos péchés dans votre Sang, soyez loué à jamais d'une si grande Charité... Il a coulé ce Sang Adorable en tant de rencontres différentes, que votre Amour ne pouvait aller plus loin : dès votre Enfance au Mystère de la Circoncision ;... au Jardin des Olives ; à votre Flagellation ; au couronnement d’Épines ; par les Clous qui ont percé vos Mains et vos Pieds ; par l'ouverture de votre Côté, d'où il sortit comme d'un canal ouvert, pour noyer nos iniquités, et être le prix de la Rédemption de tous.
    Ce sont ces salutaires effusions de votre Sang précieux que nous honorons en ce jour d'un Culte particulier, puisque nous avons, par ce Sang adorable, la liberté d'entrer avec confiance dans votre Sanctuaire, pour vous y offrir nos vœux.
    Peu content de l'avoir versé sur la Croix, ce Sang précieux, vous voulez encore le répandre tous les jours sur nos Autels. mais, Auguste Victime, l'homme insensible à tant d'amour, n'y répond que par un mépris insultant, ou une indifférence coupable. Combien d'impies renouvelles les attentats et les blasphèmes commis lors de votre Passion...
    Que ne pouvons-nous expier et réparer tant de crimes par des larmes amères ; mais, divin Sauveur, vous connaissez notre impuissance : agréez donc que votre Sainte Mère, qui est aussi la nôtre, fasse valoir nos désirs auprès de vous, pour la gloire de votre précieux Sang, que nous adorons, nuit et jour, dans la Divine Eucharistie.
    Cependant, ô doux Sauveur, le souvenir de nos ingratitudes nous couvre de confusion ; et c'est pour en gémir en votre présence, que nous sommes ici prosternés en esprit de Réparation. Que ce Saint Asile, destiné par l'ordre de votre providence à l'Adoration perpétuelle du Sacrement de votre Amour, soit témoin de notre zèle pour faire, à votre précieux Sang, une Amende honorable. Pardon, ô Jésus, pardon...
    Pardon, pour les irrévérences commises contre ce Sang adorable... Pardon, pour ceux qui ne veulent pas en reconnaître le prix, et qui s'opposent aux fruits de votre abondante Rédemption... Pardon, pour tant de chrétiens sacrilèges qui foulent aux pieds le Sang de l'Alliance qui nous a sanctifiés... Pardon, pour tant d'âmes négligentes qui ne se sont point empressées, dans ces jours de Salut, de s'en appliquer les mérites... Enfin, Seigneur, éclairez..., convertissez les pécheurs, et pardonnez à votre peuple !
    Parce, Dómine, parce populo tuo, ne in æternum irascaris nobis »

    Office solemnel du Précieux Sang (1765), in "Offices Solemnels du S. Sacrement, de la Réparation et du Précieux Sang", s.l., 1777

    Voir également les textes du R.P. F.W. Faber (1814-1863), Le Précieux Sang ou le Prix de notre salut, Ambroise Bray, Paris, 1867 (4e éd.) :
    1er juillet 2012 - 1er juillet 2013 - 11 septembre 2013.

    prière,Amende honorable,office,Précieux Sang,seigneur,Jésus,passion,croix,couronne d'épines,flagellation,crucifixion,clous,côté,coeur,parce domine,réparation

  • Méditation : 1er vendredi du mois, consacré au Sacré-Cœur de Jésus

    « En union avec le Cœur Immaculé de Marie, je salue et adore la sainte Plaie de Votre Main droite, ô Jésus et je place, dans cette Plaie, tous les prêtres de Votre sainte Église. Donnez-leur, chaque fois qu’ils célèbrent le saint Sacrifice, le Feu de l’Amour divin, pour qu’ils puissent le communiquer aux âmes qui leur sont confiées. Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit. Amen.

    Je salue et adore la sainte Plaie de Votre Main gauche et je Vous confie, dans cette Plaie, tous ceux qui sont dans l’erreur et les incroyants, ces pauvres âmes qui ne Vous connaissent pas. Pour l’amour de ces âmes, envoyez ô Jésus, beaucoup de bons ouvriers dans Votre Vigne, afin que tous trouvent le chemin de Votre très saint Cœur. Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit. Amen.

    Je salue et adore les saintes Plaies de Vos Pieds sacrés, et je Vous confie, dans ces Plaies, les pécheurs endurcis, qui Vous préfèrent le monde ; ceux surtout qui aujourd’hui vont achever leur vie. Ne permettez pas, ô Jésus, que Votre Précieux Sang soit perdu pour eux. Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit. Amen.

    Je salue et j’adore les saintes Plaies de Votre Tête Sacrée, et je Vous confie, dans ces Plaies, les ennemis de la sainte Église, tous ceux qui, aujourd’hui encore, Vous frappent jusqu’au Sang et Vous persécutent dans Votre Corps mystique. Je Vous en prie, ô Jésus, convertissez-les, appelez-les comme Vous avez appelé Saul pour en faire Saint Paul, afin que, bientôt, il y ait un seul troupeau et un seul Pasteur. Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit. Amen.

    Je salue et j’adore la sainte Plaie de Votre très saint Cœur, et je Vous confie, dans cette Plaie, ô Jésus, mon âme et tous ceux qui sont affligés, tous ceux qui sont persécutés et abandonnés. Donnez-leur à tous, ô très saint Cœur de Jésus, Votre lumière et Votre grâce. Remplissez-les tous de Votre Amour et de Votre vraie paix. Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit. Amen.

    Père céleste, je Vous offre, par le Cœur Immaculé de Marie, Votre Fils bien-aimé et moi avec Lui, en Lui et par Lui, entièrement selon Ses intentions, et au nom de toutes les créatures. Amen. »

    Maria Graf-Suter (1906-1964), in Révélations de l'Amour Divin, Editions Miriam, 1975.

    Christetlesanges-a.jpg

  • Méditation : le sacrifice

    « Un trait distinctif de la dévotion au Précieux Sang, c'est la manière dont elle fait ressortir, et dont elle conserve toujours présent à nos yeux le principe de sacrifice. Le sacrifice est tout particulièrement l'élément chrétien de la sainteté ; et c'est précisément cet élément que la nature a en horreur et qu'elle repousse de toutes ses forces. Il serait impossible de compter toutes les illusions auxquelles la fécondité de notre amour-propre donne naissance, pour nous faire éviter l'obligation du sacrifice ou pour rétrécir le cercle de son application pratique. Ce serait chose facile d'être un homme spirituel, si pour cela il suffisait d'avoir des vues droites, des sentiments élevés, ou des aspirations ferventes. La pierre de touche de la spiritualité, c'est la mortification. Les amusements mondains, le bien-être domestique, une nourriture choisie, l'habitude quotidienne de faire toujours notre propre volonté dans les moindres détails de la vie, sont toutes choses incompatibles avec la sainteté, lorsqu'elles sont habituelles et qu'elles forment le courant normal et ordinaire de notre existence. La peine est nécessaire pour la sainteté ; la souffrance est essentielle pour la destruction de l'amour-propre ; il est de toute impossibilité que des habitudes de vertu puissent se former sans la mortification volontaire et la douleur doit féconder la grâce, pour lui faire porter des fruits. Si un homme ne s'impose pas constamment des sacrifices, il se trompe, il est dans l'illusion, et il ne fait aucun progrès dans la spiritualité. Si un homme ne renonce pas tous les jours à lui-même, il ne porte pas sa croix.

    Ces axiomes sont de ceux qui en tout temps blessent notre faiblesse, et heurtent notre indulgence pour nous-mêmes. Mais ils sont d'une importance particulière dans des temps comme les nôtres, où le bien-être et même le luxe sont devenus à peu près universels. C'est l'amour du bien-être qui est la ruine de la sainteté... Il en est qui ne sont attirés, ni par les bals, ni par les parties de plaisir, ni par les autres amusements à la mode, et qui, par conséquent, n'ont aucun mérite à s'en tenir éloignés. Mais ces mêmes personnes peuvent tenir beaucoup à ce qu'il n'y ait aucune interruption dans le cours de leur bien-être de tous les jours. Ils se lèvent quand il leur plaît, et dès leur lever, il réunissent autour d'eux tout le confortable possible. Il faut que leurs repas soient agréables, élégamment servis, et qu'il n'y ait rien à reprendre. Il faut que le mécanisme du service marche sans secousse, que leurs besoins soient prévenus, et que tout objet désagréable soit tenu loin de leurs regards. Ils veulent avoir la plus grande partie de leur temps à leur disposition. Il faut qu'ils puissent se distraire dans une conversation amusante, ou dans les rapports de la société ; enfin il faut qu'ils puissent satisfaire la mobilité de leur caractère, lorsqu'ils le voudront, par le changement d'air, de scène ou de compagnie...

    C'est la mission particulière du Précieux Sang, de prêcher une croisade contre la tranquillité inoffensive du bien-être. La messe est l'abrégé de l'Evangile ; c'est une hérésie dans le dogme d'y reconnaître le sacrement tout en niant le sacrifice. En pratique, la mondanité est coupable de la même erreur par rapport à la sainteté. Elle admet toutes les obligations de la sainteté, sauf une seule, et celle-ci, c'est l'obligation du sacrifice. »

    R.P. Frédéric-William Faber (1814-1863), Le Précieux Sang ou le Prix de notre Salut (ch. VI), Paris, Ambroise Bray, 1867 (4ème éd.).

    precieux-sang.jpg

  • Lundi 1er juillet 2013

    Calendrier liturgique

    Au calendrier traditionnel :
    Fête du Très Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ

  • 1er juillet : Méditation

    « Le Précieux Sang est le plus grand, le plus irrécusable de nos besoins. Il n'y a pas de véritable vie sans lui. Cependant il nous est très important de bien concevoir ceci, la création tout entière ne pouvait le mériter. Quelque nécessaire qu'il soit, il ne nous est nullement dû ; nous n'y avons aucun droit. L'amour de Dieu à notre égard nous a déjà paru comme une invention romanesque. Tout ce que Dieu a fait pour nous est prodigieux. Il nous est presque impossible de le croire, maintenant même que notre pensée s'y arrête avec plus de loisir. Nous connaissons la tendresse ineffable de notre Créateur, sa facilité à se laisser apaiser, la douceur de son Coeur, son inclination à pardonner. Nous savons que les besoins de ses créatures plaident auprès de lui d'une manière plus éloquente que nous ne pouvons le dire. Cependant, il n'y a pas de nécessité qui ait pu exiger le Précieux Sang, pas de mérites qui aient pu le gagner, pas de prières qui aient pu l'obtenir. Enfin, il n'y a pas d'intelligence créée, ni angélique, ni humaine, qui ait jamais pu imaginer rien de pareil.

    Le ciel serait rempli de multitudes innombrables de bienheureux aussi parfaits que saint Joseph, que saint Jean-Baptiste ou les apôtres, et tous ces saints auraient-ils encore dans leur sainteté le pouvoir de mériter, jamais, pendant des milliers et des milliers de siècles, leurs mérites réunis n'auraient pu gagner une seule goutte du Précieux Sang. [...] Réunissons ensemble les saints, les anges et Marie dans tout l'éclat de leur sainteté, supposons que cette sainteté va toujours croissant dans la suite sans fin des âges et des siècles, jamais ils n'auraient pu mériter le mystère de l'Incarnation dont la vertu réparatrice réside dans le Précieux Sang. Oh ! cette pensée inonde mon coeur de joie. Avoir toujours à reposer sur la libre souveraineté de Dieu, au lieu de reposer sur ma petitesse et ma misère ; toujours retomber sur la magnificence gratuite de Dieu, être pour toujours redevable de tout, et de quel tout, à Jésus ! ô Dieu miséricordieux ! cette joie est de toutes les joies de la terre celle qui se rapproche le plus de la joie des cieux. »

    R.P. F.W. Faber (1814-1863), Le Précieux Sang ou le Prix de notre Salut, Paris, Ambroise Bray, 1867 (4ème éd.).

    precieux-sang-1a.jpg

  • 1er juillet : 13ème dimanche du temps ordinaire

    Au calendrier traditionnel :

    Fête du Très Précieux Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ