Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres - Page 4

  • Fêté ce jour : le bienheureux Ghèbrè-Michel (Mikaël Ghebra, 1791-1855)

    Heureuse parution en ce début d'été de ce livret, petit par la taille mais grand par son contenu, dédié au bienheureux Ghèbrè-Michel dont il nous conte la vie.

    3-Baeteman_large.jpg

    Serviteur de l’Archange Michel : Le bienheureux Ghèbrè-Michel, Abyssin, prêtre de la Mission et martyr (1791-1855)

    Ardemment chrétien et assoiffé de vérité, Abba Ghèbrè-Michel quitte courageusement le monophysisme pour la foi catholique, après avoir rencontré et vu vivre saint Justin de Jacobis, avec lequel il a de longs entretiens. Ce vaillant évêque saluera en lui « ce génie abyssin, perspicace, droit, actif, exemplaire, qui n’a jamais participé au relâchement du christianisme dégénéré de son malheureux pays, et qui, hors de toute secte, a toujours cherché, dans l’étude la plus sévère, la connaissance de la vraie foi », que viendra couronner son martyre.

    Une vie exemplaire, à lire et à méditer !

    Surtout connu pour son remarquable Dictionnaire amarigna-français suivi d’un vocabulaire français-amarigna, le lazariste Joseph Baeteman (1880-1938) a aussi écrit diverses publications pour faire connaître l’Ethiopie où il a été missionnaire.

    5 €, 18x11 cm. (br.), 76 p. : envoi franco de port en France métropolitaine.

    A commander directement chez l'éditeur :

    TRIFOLIUM
    5 rue Sainte Odile
    67000 Strasbourg (France)

  • Une sélection de beaux et bons livres pour votre été (4)

    Des audiolivres pour un été plein de sens

    A l'occasion de ces vacances - où les routes et moyens de transports sont moins chargés pour se rendre à votre travail - au cours des trajets, durant les instants de repos, les jours de pluie... ne laissez pas le temps vous filer entre les doigts : vous pouvez vous cultiver, vous détendre ou approfondir votre foi grâce à un support très simple d'utilisation : le livre audio.
     
    Les Éditions Saint-Léger proposent un catalogue riche de très belles références, que je vous invite à découvrir en suivant ce lien : le catalogue de l'été
     
    Du 15 juin au 15 septembre : un audiolivre gratuit pour l'achat de deux audiolivres.
     
    Bel été à toutes et à tous !
  • Une sélection de beaux et bons livres pour votre été (3)

    gustave-thibon-la-lecon-de-silence-grande.jpg

    Gustave Thibon La leçon du silence
    Raphaël Dabailiac
     
    Ce livre bienvenu parce que particulièrement bien accordé à notre temps, s'ouvre sur une biographie courte et concise de Gustave Thibon. L'on y retrouve ces noms familiers qui ont jalonné son existence : Jaques Maritain, Jean de Fabrègues, Gabriel Marcel, Simone Weil, Jacques Loew... sans oublier Mère Marie-Thérèse (au carmel d’Avignon) dont la rencontre fut si déterminante en ses jeunes années. Et tellement présents dans sa vie aussi, les coups frappés à coups redoublés à sa porte par la mort, qui emporta si tôt ses deux premières épouses, et Yvette bien des années plus tard ("Seuls les morts savent aimer : j'apprends cela à mesure que la mort pénètre en moi" écrira-t-il dans l'Ignorance étoilée en 1974). Et c'est donc à pas feutrés que nous sommes invités à entrer dans ce jardin anthologique, cultivé par thèmes avec grande maîtrise, par l'auteur qui nous invite à une promenade aussi instructive que revigorante.

    Rédigé d'une plume alerte, et dans un style que l'on croirait emprunté à Gustave Thibon lui-même, mordant, décapant même, ce livre pourrait se déguster d'un trait si l'esprit n'était sans cesse ramené à la réflexion par les nombreuses citations, fort bien choisies, extraites de la riche bibliographie de l'auteur (elle est donnée en fin d'ouvrage). De toute évidence, Raphaël Debailiac aime Thibon, connaît le philosophe et son œuvre, et adhère à sa pensée. Les commentaires, forts, puissants, sans concession ni compromis, qui présentent et encadrent ces citations, les mettent remarquablement en valeur, et étoffent la réflexion par la justesse de leur analyse. Le regard de l'auteur sur notre monde rejoint celui de Gustave Thibon : aucun fatalisme, pas de "désenchantement" ; seuls la lucidité et la quête de la vérité éternelle servent de fil conducteur à l'ensemble du livre. Ainsi que l'écrivait Thibon dans L'Échelle de Jacob : "Les vérités suprêmes manquent d'arguments. Elles savent se donner, elles ne savent pas plaider leur cause. Nos certitudes les plus intimes, les plus nourricières sont aussi les plus vulnérables sur le terrain dialectique. Les défendre, c'est déjà les trahir. Leur innocence, leur fraîcheur, leur magnétisme divins étouffent sous la cuirasse des arguments." Ici donc pas de longues argumentations, pas de raisonnements soutenus pour défendre tel ou tel point de vue. Un seul regard, aussi juste que peut l'être le regard humain, en lequel se rejoignent les deux écrivains, regard intense posé sur le monde et les hommes, qui effleure, pénètre, ausculte, et dégage avec clairvoyance les ressorts cachés qui animent sa pensée...

    Les familiers de Gustave Thibon se réjouiront de retrouver en ce livre si bien construit et si riche, le philosophe lucide et sans concession, et son inlassable quête de Dieu et de l'éternité en l'homme, et ceux qui viendraient ici à le découvrir seront certainement ravis de voir à quel point ces écrits en lesquels une profonde sagesse sourd derrière leur façade parfois cruelle, demeurent d'une frappante actualité.

    DDB / Artège - 284 pages - 15 x 22cm - 18,90 €

  • Une sélection de beaux et bons livres pour votre été (2)

    Il suffit de quelques justes,religieuses,drames,XXe siècle,Emmanuelle,Duez-Luchez,éditions,salvator

    Il suffit de quelques justes
    des religieuses dans les drames du XXe siècle
    Emmanuelle Duez-Luchez
     
    Ce livre retrace l'histoire d'une Congrégation religieuse du Nord de la France confrontée aux grands drames du XXe siècle : les lois anticongréganistes de 1902-1904 et la loi de Séparation de 1905, la Grande Guerre et la guerre de 39-45. Grâce à de très abondants témoignages datant de ces temps tourmentés, grâce à sa parfaite connaissance des contextes historiques en lesquels ils se sont déroulés, ainsi qu'à de multiples anecdotes aussi précises que dramatiques, mais toujours empreintes de la même espérance, l'auteur rend extrêmement vivante une histoire qui aurait pu n'être qu'anecdotique ; car qui connaît en effet aujourd'hui cette Congrégation, fondée par Nathalie Doignies en 1825, même dans ces régions du Nord où elle s'est tant donnée ? Sans doute parce qu'elle est aujourd'hui en voie de disparition, elle ne représente plus que quelques lignes sur le site internet du diocèse d'Arras...

    Mais ce livre est aussi beaucoup plus que cela. Au-delà de ces événements narrés avec minutie et grand souci de la vérité historique, ces pages sont en effet un témoignage vivant et vibrant de la charité active, généreuse, débordante de ces religieuses qui, tout au long de ces conflits, surent puiser en leur foi indéfectible en l'Amour du Christ Sauveur, le courage et la force d’œuvrer, quel qu'en soit le prix, au service de tous les souffrants et laissés pour compte de ces temps d'épreuves. Témoins vivants et cœurs battants de la tendresse de Dieu, les religieuses de cette Congrégation se firent toujours les servantes des plus pauvres et des plus petits, là où le Seigneur les avaient placées, sur le territoire de Lille. Dans ce récit en forme de Chemin de Croix, et dans l'espérance du Samedi Saint, Sœur Emmanuelle Duez-Luchez, supérieure générale de cette Congrégation, nous livre ici un formidable témoignage, dont on ne peut qu'espérer qu'il féconde de nouveaux apôtres, tout donnés au service de leur prochain.

    A l'heure où nous commémorons la Grande Guerre, dans des cérémonies officielles avec tambour et trompettes, ce livre témoignage vient fort à propos nous interpeller sur notre propre vocation, faisant résonner à nos oreilles ce "Qu'as-tu fait de ton frère ?" qui ne cesse de retentir depuis la Genèse et à travers les siècles, au cœur de l'humanité. Ainsi que l'écrit Mgr Ulrich, archevêque de Lille, dans sa postface, citant au passage St François de Sales, "Ce qui rend ces récits si précieux à nos yeux, c'est bien qu'à travers la vie des Sœurs de l'Enfant-Jésus de Lille le Christ ait été annoncé, et que l'exemple nous ait été donné pour réveiller notre goût de l'annoncer, nous aussi, et fleurir là où nous sommes plantés". Dans une France devenue laïciste jusqu'au bout de chacune de ses lois, puisse ce beau livre allumer un grand feu en nos cœurs, un brasier ardent et rayonnant, de charité et d'espérance, pour que nous (re)devenions ce à quoi nous avons toujours été appelés : être la lumière du monde et le sel de la terre.

    Éditions Salvator - 220 pages - 14 x 21cm - 20 €

  • Une sélection de beaux et bons livres pour votre été (1)

    l-echelle-de-la-foi-simples-propos-sur-la-foi.jpg

    L'échelle de foi - Simples propos sur la foi
    Mgr Albert Rouet
     
    A partir de courtes citations (essentiellement de tradition franciscaine, mais pas seulement, puisque St Augustin côtoie St Bonaventure, François d'Assise et Guillaume de Saint-Thierry), et reprenant le symbole biblique de l'échelle (*) qui donna son titre au traité du célèbre moine du Sinaï St Jean "Climaque", Mgr Rouet nous invite à méditer sur ce désir qui tend notre être vers Dieu, en même temps qu'il est appelé à œuvrer dans les tréfonds de l'humanité, auprès de tous ces "autres" auprès desquels il vit.

    Livre de méditation(s) et non d'apologétique, ce livre est à déguster à petite dose, lentement, et à méditer assurément. Cette plongée dans le monde de la foi, en référence constante aux Saintes Écritures, nous amène à appréhender notre vie quotidienne sous cette double symbolique de l'échelle : l'appel de Dieu, toujours premier, qui attire l'homme à lui, et la réponse de l'homme, qui se réalise dans l'amour du frère - et donc du Christ lui-même.

    Comme le résume très bien St Bonaventure dans l'une des citations proposées par l'auteur : « La hauteur de la foi consiste dans la connaissance du Dieu éternel, et en profondeur dans la connaissance du Dieu fait homme. » Tendu entre cette hauteur divine où son désir l'entraîne, et cette profondeur en laquelle il travaille à la ressemblance du Christ, l'homme - le lecteur - qui "rejoint le Christ pour se trouver soi-même" - est donc appelé, comme dans le livre présenté ci-contre, à rejoindre son frère dont il aura à rendre compte. "L'homme est invité à prendre soin des hommes".

    La foi, comme l'échelle et telle une intermédiaire tendue vers le ciel et plongeant vers la terre, est ainsi vue comme une alliance entre l'un et l'autre. Et la perfection de cette alliance, de ce don parfait, se trouve en la croix du Christ, "don absolu". "La croix est la véritable échelle de Jacob". Et au cœur de cette alliance, en ce point de rencontre, resplendit l'Eucharistie. Là où Dieu est présent, là où il se montre, là où il se donne. Voilà l'alliance qui nous fait vivre, qui nous fait réellement exister. Et qui nous entraîne vers l'autre, vers le frère que Dieu appelle aussi à lui.

    De vraies perles spirituelles émaillent ce livre, et sont à garder en mémoire, telle que "La foi n'est pas une sagesse, mais une espérance", ou encore "La foi enfante : elle met au monde le fruit qu'elle porte"... Voilà de quoi nourrir tout un été, au calme du petit matin ou de la fraîcheur du soir... Tout un été, et bien au-delà. En marche !

    (*) : L'échelle que Jacob voit en songe est un grand thème de la vie spirituelle et de l'iconographie.

    Auteur d'une trentaine d'ouvrages, archevêque émérite de Poitiers, Mgr Albert Rouet parcourt aujourd’hui la France pour donner conférences et retraites.

    Éditions franciscaines - 176 pages - 12 x 31cm - 13 €

  • Benoîte Rencurel, Une vie avec les anges - François de Muizon

    Benoîte Rencurel,Une vie avec les anges,François de Muizon,Le Laus,apparitions,Notre-Dame,Dame Marie,anges,conversion,pécheurs

    Si le succès des pèlerinages à Notre-Dame du Laus ne s'est jamais démenti depuis plus de 300 ans, il est certain que la reconnaissance officielle des apparitions en mai 2008 leur a donné un nouvel élan, et qu'innombrables sont aujourd'hui les pèlerins qui se rendent sur cette terre bénie où la Sainte Vierge - comme à Lourdes - vient demander à une humble jeune fille de prier pour la conversion des pécheurs. Mais le Laus resplendit d'une faveur unique dans l'histoire des apparitions : les "bonnes odeurs" qui les accompagnèrent jadis se manifestent encore de nos jours, à de nombreuses personnes - non que celles-ci "méritent" de les recevoir, mais toujours dans le but d'une conversion du cœur, et d'un plus grand amour envers Dieu et le prochain.

    Ce nouveau livre dédié à la vénérable Benoîte Rencurel a bien des qualités, qui mériteraient d'être détaillées ici. Je pourrais ainsi faire état de l'exactitude historique des faits relatés, puisée aux meilleures sources (essentiellement la "Copie authentique des Manuscrits de Notre-Dame-du-Laus", qui regroupe les témoignages de l'époque les plus sûrs et les plus autorisés), et qui fait de ce récit un nouvel ouvrage de référence... Je pourrais vous inviter à partager mon émerveillement devant cette floraison d'apparitions angéliques, durant 54 ans, admirablement décrits par l'auteur, et vous dire toute leur beauté, leur simplicité, leur prévenance, leur délicate charité... Je pourrais dire combien sont justes et claires ses explications concernant la pédagogie et l'extraordinaire conduite de "Dame Marie" envers la jeune bergère, et la portée symbolique de ces étapes qui la mèneront jusqu'au Laus, où tant de conversions éclateront au grand jour... Je pourrais vous dire la remarquable sobriété avec laquelle sont relatées les apparitions du Christ "tout ensanglanté", cloué sur la Croix, qui se reproduira à 5 reprises, et qui fit tant pleurer Benoîte, atterrée par tant de souffrances, et connaissant alors une "douleur que l'on ne peut même pas concevoir"... Je pourrais aussi insister sur la précision avec laquelle François de Muizon nous raconte le déroulement de la mission confiée à Benoîte Rencurel, mission qui se prolonge encore de nos jours, et comment elle y fut conduite et instruite par Notre-Dame et les saints Anges...

    Mais ce qui me frappe le plus, c'est l'indéfectible bonté, et la profonde simplicité, le véritable "esprit d'enfance" qui furent ceux de la bergère du Laus, dès avant la première apparition (elle n'a alors que 17 ans) et jusqu'à son dernier souffle ici-bas, en 1718, à l'âge de 71 ans. « La surprise est considérable pour les contemporains - note l'auteur - lorsqu'ils découvrent cette femme illettrée, sans culture aucune, ni connaissances, au plus bas de l'échelle sociale, et qui s'autorise pourtant à conseiller les gens, y compris de hauts responsables politiques et des dignitaires religieux. » La limpidité de son âme, la pureté de ce cœur d'enfant qu'elle conserva toute sa vie, transparaissent à chaque page, et l'on ne peut que remercier l'auteur d'avoir si bien mis en valeur l'innocence (au sens le plus fort et le plus beau du terme) de celle qui n'aurait aspiré qu'à vivre cachée, et qui fut, par sa mission, appelée à côtoyer toute sa vie des milliers de personnes, de toutes conditions, sans que jamais cette sainte candeur ne soit altérée ni ternie. Âme transparente à la grâce, elle ne désira jamais d'autre bonheur que celui d'accomplir la volonté de Celle qui la guidait, le plus souvent par l'entremise des Anges qui l'accompagnaient, et ne connut d'autre joie que celle toujours renouvelée - joie naïve et sereine - des apparitions qui lui furent accordées, en raison même de cette vertu vécue inconsciemment en sa plus haute perfection. Oui, que François de Muizon soit abondamment remercié pour cette biographie vivante et lumineuse, qui conduit le lecteur à entrer lui-même dans ce chemin de simplicité, où le monde invisible devient une réalité aussi tangible que l'air que l'on respire, et sans lequel nous ne saurions vivre.

    Éditions Salvator - 224 pages - 17,90 €

    NB : L'auteur, François de Muizon - Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université d’Aix-Marseille, spécialiste des apparitions - a fait partie des experts consultés par Mgr Jean-Michel Di Falco, dans le cadre de la reconnaissance, en mai 2008, des apparitions qui se sont déroulées à Notre-Dame du Laus.

  • L'Arbre de Vie de saint Bonaventure

    l-arbre-de-vie-de-saint-bonaventure.jpg

    L'Arbre de Vie de saint Bonaventure
    Richard Martignetti

    L'Arbre de Vie est sans doute le plus célèbre des Traités de saint Bonaventure : il connut un tel succès dès sa parution qu'il influença grandement d'autres auteurs, qui n'hésitèrent pas à le copier, l'imiter, le remanier ou le développer. Le R.P. Valentin-Breton citait ainsi dans sa présentation des écrits du Docteur séraphique, Ubertin de Casale dans son "Arbor Vitae crucifixae Jesu" (1305), ou le frère Jean de Calvoli (de Caulibus), auteur des "Méditations sur la Vie du Christ" attribuées longtemps à saint Bonaventure lui-même. Plus récemment, c'est la liturgie du Sacré-Cœur qui lui a emprunté des leçons.

    Ce petit Traité (petit par la taille, mais d'une grande profondeur spirituelle) contient en 48 articles une Vie de Jésus, adaptée du texte de l’Évangile, complétée de réflexions et de résolutions, par lesquels saint Bonaventure invite le lecteur à entreprendre un voyage mystique vers Dieu. Le symbolisme de l'Arbre, avec ses 6 branches bifides portant chacune un fruit et quatre feuilles (6 x 2 x 4 = 48) ne doit rien au hasard, et est parfaitement explicité dans cette nouvelle édition par un jeune théologien franciscain américain, Richard Martignetti, qui décrypte les principes théologiques et les "outils" proposés par saint Bonaventure pour parcourir ce chemin de Vie : la Lectio Divina ; la compréhension spirituelle des Écritures et le voyage vers Dieu, méthode de l'ascension mystique en trois étapes (conversion, illumination, union), telle qu'on la retrouvera dans le Traité de "La Triple Voie", Directoire spirituel et œuvre de la pleine maturité doctrinale et expérimentale de Bonaventure (voie purgative, illuminative, unitive) - voie que suit l'âme pour atteindre Dieu par le Christ et dans le Christ, qui est Lui-même l'unique Voie.

    L'auteur présente dans un premier temps saint Bonaventure, et dans ses grandes lignes, la structure interne du Traité, pour faire entrer le lecteur au plus profond du Saint Évangile, qu'il en soit pénétré et qu'il y vive une rencontre fondée sur l'amour du Christ, vivant Verbe de Dieu. Nous trouvons dans l'Arbre de Vie les fruits même de la prière de saint Bonaventure, de sa longue méditation des textes évangéliques, de sa contemplation mystique, à l'école de saint François d'Assise.

    Puis dans le décryptage des "outils" cités ci-dessus, l'auteur nous permet de mieux aborder le texte lui-même, avec des clés de compréhension parfaitement explicitées, qui amènent tout naturellement le lecteur à se plonger dans le Traité présenté par courts paragraphes, chacun étant accompagné d'une analyse qui aide à en pénétrer le sens, sans jamais perdre le fil du but poursuivi par saint Bonaventure : mener le lecteur à la rencontre "amoureuse" du Christ vivant. Le sous-titre donné à cette édition en résume d'ailleurs bien le sens : "théologie du voyage mystique".

    Incarnation, crucifixion, résurrection..., c'est en pénétrant dans ce chemin de Vie que nous sommes invités à entreprendre ce "voyage du cœur", en cultivant une profonde relation avec le Christ, tendant toujours davantage à l'union avec Dieu, béatitude du bonheur céleste qui nous est promise.

    L'auteur nous invite enfin à goûter les "fruits" de l'Arbre de Vie, tels que la compassion du Fils, le pouvoir du Saint-Esprit ou la beauté du Père.

    Voilà sans nul doute l'édition la plus étayée et la mieux analysée de celles qui sont aujourd'hui disponibles, et si elle exige une lecture lente favorisant le mûrissement de la pensée et l'approfondissement des textes de l’Évangile, elle n'en est que plus recommandable : un riche Traité de saint Bonaventure à (re)découvrir sans tarder.


    Éditions franciscaines - 328 pages - 14,8 x 21cm - 23 €

  • Saint Séraphim de Sarov, par Pavel Toujilkine

    saint-seraphim-de-sarov-le-flamboyant-grande.jpg

    La spiritualité orthodoxe est hélas fort méconnue de nombreux occidentaux, et la vie et les écrits des saints de l'Orient parfois bien délaissés... Quel regrettable oubli ! Pourtant, parmi les quelques noms qui évoquent au moins une image - fut-elle "d’Épinal" - de la grande richesse de l'orthodoxie, celui de saint Séraphim de Sarov est sans doute de ceux-là, peut-être grâce à l'Abbaye de Bellefontaine, qui édita en 1973 le très beau livre d'Irina Goraïnoff (Spiritualité Orientale n°11) présentant la vie de ce saint moine, ainsi que son célèbre entretien avec Motovilov. Livre réédité par DDB, mais épuisé depuis longtemps...

    Pour faire connaître cette grande figure de l'orthodoxie, une biographie vivante et puisée aux meilleures sources était donc fort attendue. Voici cette lacune comblée, avec ce livre écrit par Pavel Toujilkine, qui sous une forme romancée - mais ne cédant en rien à l'exactitude historique - déroule sous nos yeux la vie de Prokhore Mochnine, qui deviendra le saint Flamboyant ("Séraphim"), clairvoyant et visionnaire, sous les pas duquel tant de miracles ont fleuri. Récit foisonnant et vibrant de toute l'intensité de l'âme russe (tellement méconnue des français, auxquels les médias dictent avec acharnement une pensée manichéenne et déformante de la Russie), cette foisonnante biographie s'enrichit encore des notes très précises et utiles de la traductrice, Catherine Brémeau, qu'elles concernent la culture ou l'histoire du peuple russe, ou qu'elles précisent, dans le récit, ce qui relève des "dits" parfois contestés mais placés là à dessein pour leur portée symbolique. L'auteur s'en explique d'ailleurs très clairement dans son avant-propos.

    Cette vivante, brillante, inoubliable figure de saint Séraphim, ne s'effacera pas de sitôt de votre mémoire, c'est certain, après la lecture de ce récit ou le quotidien du peuple russe côtoie à chaque pas la plus haute mystique.

    Et quand bien même vous penseriez déjà très bien connaître saint Séraphim, plongez-vous dans cette biographie : c'est un bain de jouvence et d'excellence dont vous ne ressortirez pas sans avoir été interpellé au plus profond de votre âme, tant il est vrai - faut-il le rappeler ? - que la sainteté ne connaît pas de frontières.

    Écrivain russe, Pavel Toujilkine vit à Sarov. Il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont une vie de saint Paul.

    Éditions Salvator - 254 pages - 14 x 21cm - 22 €

  • "Neuf chemins de méditation avec Marie", par Roger Bichelberger

    neuf-chemins-de-meditation-avec-marie-grande.jpg

    J'ai toujours grand bonheur à présenter un livre dont la simplicité d'écriture est mise au service d'un sujet dont il nous semble parfois déjà tout connaître. Car simplicité n'est pas simplisme, bien au contraire. Gardant toujours en mémoire ces paroles du Christ Jésus : "Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d'avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l'avoir révélé aux tout-petits" (Mt 11,25), un livre qui peut être mis entre toutes les mains, sans que rien ne soit perdu de la profondeur et de la grandeur du thème abordé, est un véritable trésor. Bien sûr, les livres de théologie, d'apologétique, philosophiques... sont essentiels, et doivent être lus par ceux qui en ont reçu la capacité. Mais le modeste ouvrier qui n'a pour seul bagage que quelques souvenirs de catéchisme, harassé par son travail du jour, se plongera-t-il dans St Augustin avant de partager le repas qui le réunit à sa famille ? La femme au foyer, dont la journée a été toute occupée par les milles tâches quotidiennes et qui n'a pas reçu la grâce de pouvoir prolonger ses études, se penchera-t-elle sur les Pères de l’Église en commençant sa pieuse prière du soir ? Et tant de jeunes privés de formation spirituelle par des parents trop négligents, seront-ils tentés d'ouvrir un gros et pesant livre doctrinal, pour mieux comprendre les mystères de la foi qui aspire leur âme vers des beautés qu'ils devinent sans les connaître encore ? Je pourrais multiplier les exemples...

    Voici donc un livre aussi simple que beau, pour cheminer avec Marie, non seulement en ce mois de mai qui lui est dédié, mais tout au long de notre vie. L'auteur, proche de la Famille marianiste, connaît bien le sujet qu'il aborde, et a su le rendre accessible à tous. Des Saintes Écritures à nos jours, en parcourant l'histoire de l’Église, il nous propose "neuf chemins" pour marcher avec celle qui a dit "Oui", chemins de vie dans l'obéissance et l'humilité, qui ne pourront que toucher les cœurs de tous ceux qui ont su garder - ou retrouver - cet esprit d'enfance qui seul ouvre les portes du Royaume... Si vous pensez que ce livre n'est pas fait pour vous (et je crains, pardonnez-moi, que vous ne vous trompiez), soyez généreux : offrez-le autour de vous, y compris à des chrétiens de confession protestante, ou à des musulmans. Marie, présente en notre temps comme dans les temps passés, conduit toujours les âmes qui l'approchent à son Fils, qui est venu pour que "tous les hommes aient la vie, et qu'ils l'aient en abondance" (Jn 10,10). Puisse ce beau petit livre humblement y contribuer !

    Éditions Salvator - 110 pages - 11x17 cm - 9,95 €

  • Un très beau livre en ce mois de Marie : "Le roman de Mariam" de Jean-Marie Saget

    Le roman de Mariam,Jean-Marie Saget,Salvator,mois de marie,Marie,Galilée,vie,St Joseph

    Il ne manquera pas de grincheux (il y en a toujours, hélas...) pour dire ou écrire qu'un livre (intitulé "roman" de surcroît) sur la vie de la Vierge Marie est parfaitement inutile, que si les Évangiles ne contiennent que peu d'informations à son sujet c'est qu'elle a désiré demeurer humble et cachée et qu'elle doit le rester, et que tout ce que nous devons savoir a déjà été écrit sur elle par les pères de l’Église, théologiens et autres grands prédicateurs des siècles passés. Ne les écoutez pas ! Précisément parce qu'il est d'un abord facile, simple et fort vivant, ce livre peut - doit ! - être mis entre toutes les mains, et pour tous les âges, jeunes compris. A noter que cette simplicité d'écriture va de pair avec une grande connaissance de la Terre Sainte et des coutumes juives, qui émaillent le récit et l'inscrivent ainsi parfaitement dans les lieux où il s'est effectivement déroulé.

    Voilà donc un livre fidèle aux Évangiles - dont les citations, très nombreuses, sont placées en italique, ce qui les met particulièrement en valeur - ainsi qu'aux enseignements de l’Église, que l'on pourra donner à lire également à celles et ceux qui n'ont pas la foi, ou qui l'ont perdue, ou qui ne savent plus trop ce qu'ils en ont fait.

    Et je suis persuadé que tout croyant fervent, ayant reçu la grâce de l'esprit d'enfance, plongera avec délices dans ce livre à l'écriture vivante, chaleureuse (l'amour de l'auteur, Jean-Marie Saget, pour la Sainte Vierge Marie et pour saint Joseph, transparaît à chaque page), et si l'on peut toujours remettre en question tel ou tel élément fictif de son cru, l'ensemble n'en demeure pas moins un magnifique hommage rendu à la simplicité de cœur de celle qui a dit "Oui", pour notre salut et celui de l'humanité.

    Éditions Salvator - 225 pages - 14 x 21cm - 19 €

  • Livres : notre sélection du mois

    cristeros-grande.jpg

    La véritable histoire des Cristeros - Hugues Kéraly

    Qui connaissait jusqu'à ce jour l'histoire des "Cristeros" mexicains ? Qui avait seulement entendu parler de cette sombre page de l'histoire du Mexique ? Peu de monde, assurément. L'heureuse réédition de ce livre, considérablement revue, corrigée, et augmentée depuis sa première édition en 1986, nous permet de nous plonger dans ce conflit qui opposa les catholiques aux armées gouvernementales, suite à la promulgation de lois maçonniques antichrétiennes particulièrement violentes. De 1926 à 1929, le peuple mexicain, privé de sacrements et du droit de culte, prit les armes pour défendre les droits du Christ-Roi. Nombre d'entre eux, femmes, enfants, hommes furent martyrisés en raison de leur attachement à la foi. Plusieurs ont été déjà béatifiés et canonisés par les Papes St Jean-Paul II et Benoît XVI. Une lecture indispensable, avant d'aller voir le film "Cristeros" dont la sortie est programmée ce 14 mai. Un livre historique passionnant et bouleversant, dont la trame n'est pas sans rappeler le génocide des Vendéens décrété durant la révolution française en France, et les guerres de Vendée. Incontournable !

    L'Homme Nouveau - 224 pages - 13,5 x 22cm - 20 €

  • C´est la miséricorde que je veux ! Les plus belles citations des papes

    c-est-la-misericorde-que-je-veux-les-plus-belles-citations-des-papes-grande.jpg

    Nous l'avons tous encore en mémoire : c'est Jean-Paul II que le Seigneur a choisi pour (re)mettre en pleine lumière la miséricorde de Dieu. Ce pape polonais choisit la miséricorde divine comme thème de sa seconde encyclique (Dives in misericordia, "Dieu riche en miséricorde", en 1980), il canonisa sainte Faustine, réceptrice entre la Première et la Seconde Guerre mondiale des messages de Jésus miséricordieux, qu'elle avait consignés dans son "Petit Journal", en même temps qu'il institua la fête de la Miséricorde divine demandée par le Christ à la religieuse polonaise, au dimanche de l'octave Pâques, et enfin consacra solennellement le nouveau sanctuaire de la Divine Miséricorde à Cracovie en 2002.

    Comme le rappelle si justement Frère Gilles Marie qui a rédigé l'Avant-Propos de ce recueil, Saint Benoît nous a laissé cette ultime recommandation à la fin de sa Règle : ne jamais désespérer de la miséricorde de Dieu ! Et après lui et une très longue liste de témoins, les papes depuis le dernier Concile ont tous mis l'accent sur cet "attribut" du Cœur de Notre Seigneur, si riche en miséricorde.

    C'est donc avec un choix judicieux de citations de Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul II, Benoît XVI et notre pape François, que nous sommes invités à nous plonger, à nous immerger dans cet océan de miséricorde, pour en imprégner notre cœur et notre esprit, et ne jamais oublier que si nous la Lui demandons, le Seigneur ne nous la refusera jamais.

    Pierre Téqui éditeur - 96 pages - 10,5 x 15cm - 7 €

  • Jean Etévenaux : "Histoire de l'esclavage", feuillage éditions, 2014.

    Jean Etévenaux,Histoire de l'esclavage,feuillage éditions,2014

    Après le succès au cinéma de "12 years a slave" (Esclave pendant douze ans), film "coup de poing" de Steve McQueen sur l'esclavage qui a remporté le mois dernier l'Oscar du meilleur film à Hollywood, et surtout au moment même où le Saint-Père dénonce avec vigueur la traite des êtres humains - voir ci-dessous - voici un livre à lire absolument.

    L'auteur de cet ouvrage remarquablement documenté, est Docteur en Histoire et diplômé de l'Institut d'études politique, chevalier des Palmes académiques, et déjà auteur de quelque douzaines de livres - études historiques et biographiques, et dont le dernier ouvrage porte sur Napoléon III.

    Depuis l'esclavage des Hébreux en Égypte et à Babylone, puis en Mésopotamie, en Grèce et à Rome, et en Europe jusqu'au XIXe siècle, jusqu'à l'esclavage aux XXe et XXIe siècles, il aborde dans des chapitres clairs et objectifs (dégagés du "politiquement correct" et de "l'historiquement correct") toutes les régions du monde qui à travers les siècles ont transformé l'être humain en "chose" appartenant en totalité à son maître (la "res mancipi" des romains).
    C'est ainsi que de l'Extrême-Orient à l'Amérique précolombienne, de l'esclavage arabo-musulman aux traites africaines, du "Code noir" de Louis XIV en France et des ports négriers aux Caraïbes, des mouvements abolitionnistes aux enfants esclaves de notre siècle, un vaste panorama se déroule sous nos yeux, avec ses horreurs, ses révoltes, sa complexité aussi, sans que ne soit jamais occultée la réalité des faits - dates, chiffres et noms à l'appui des situations décrites.

    Ainsi que Jean Etévenaux l'écrit en son dernier chapitre, trois lignes de forces se dégagent de la connaissance que nous avons aujourd'hui de l'esclavage : 1. il "semble avoir affecté, à un moment ou à un autre, pratiquement toutes les civilisations"... 2. "celui pratiqué à l'encontre des Négro-africains par les nations européennes et leurs excroissances nord et sud-américaines... a duré moins longtemps que ses deux sources essentielles, la traite interafricaine et l'arabo-musulmane"... 3. "... de nombreuses formes d'esclavages demeurent au XXIe siècle, appliquées soit à des individus soit à des groupes"...

    Pour prendre toute la mesure de ce sujet beaucoup plus étendu que ce que nous en rapportent généralement les "livres d'histoire" ou même les médias aujourd'hui, il faut lire ce livre, tour d'horizon complet qui amène à "une meilleure compréhension d'un phénomène multiple et complexe".
    A lire également pour évacuer bien des idées reçues, et prendre toute la mesure (beaucoup plus étendue qu'elle ne nous est généralement présentée) de cette chosification des individus, et de ses conséquences au sein des civilisations et des pays où elle se produit.
    Une lecture attentive et hautement instructive, vivement recommandée !

    15x24cm - 185 pages - 20 € - en toutes librairies - sur internet - chez l'éditeur

    A noter, du même auteur : L’Église et l’État, préfacé par le cardinal Barbarin, pour comprendre les enjeux de la laïcité.

  • En vue de la canonisation de Jean XXIII et Jean-Paul II - Conseils de lecture (2)

    canonisation,jean xxiii,jean-paul ii,Louis-Marie,Grignion de Montfort,En haute mer,Bertrand Lemaire,Yann Le Goaëc,CCFO,Centre Chrétien des Familles de l'Ouest,Saint-Laurent-sur-Sèvre,Marie,Marthe Robin,pape,François

    Voici une belle et vivante occasion de (re)découvrir saint Louis Marie Grignion de Montfort, évangélisateur de la Vendée, auteur bien connu du "Secret de Marie" et du "Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge", qui fut le "Maître spirituel" du bienheureux Jean-Paul II. Sous la forme d'un entretien imaginaire avec le "bon Père de Montfort", l'auteur Bertrand Lemaire (*), fin connaisseur de cet apôtre infatigable de l’Évangile, nous en brosse un portrait dynamique et original, en tout point fidèle à l'histoire de ce saint, et il nous semble suivre pas à pas notre héros dans chacun de ses déplacements, chacune de ses rencontres, avec les difficultés et les embûches qui ne manquèrent pas sur son chemin. Les témoignages de Jean-Paul II, du pape François, de Marthe Robin et d’un moine bénédictin que sa spiritualité a nourris profondément, complètent judicieusement ce vivant récit. Celui-ci est enfin harmonieusement illustré par les très beaux dessins de Yann Le Goaëc, réalistes et parfois non dénués d'humour.
    La forme nouvelle de cette biographie la rend tout à fait accessible aux jeunes, et j'invite chaleureusement les parents qui auront acquis ce livre à en faire lecture à leurs enfants : ce sera une belle initiation à la spiritualité mariale, à l'école de saint Louis-Marie !
    Et ce n'est évidemment pas une coïncidence : l’Église fête saint Louis-Marie Grignion de Montfort le 28 avril... soit cette année au lendemain de la canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II !

    (*) : Bertrand Lemaire anime bénévolement avec son épouse et une quinzaine de familles la Librairie-Médiathèque familiale et religieuse située juste à côté de la basilique de Saint-Laurent-sur-Sèvre (1 Place Grignion de Montfort - 85290 Saint-Laurent-sur-Sèvre).

    CCFO Editions - Distribution Pierre Téqui.
    272 pages - 16 x 23cm - 24 €

  • En vue de la canonisation de Jean XXIII et Jean-Paul II - Conseils de lecture (1)

    canonisation,jean xxiii,jean-paul ii,Approche d´une destinée,Luc Baresta

    Il fallait - je dirai même qu'il était devenu indispensable de pouvoir consulter - un livre qui puisse faire contre-poids à tous les livres, articles, et commentaires divers s'acharnant à déformer, salir, et finalement détruire tant la figure du bienheureux pape Jean XXIII que l'oeuvre qu'il a accomplie au service de l’Église. Et ainsi que l'écrit le théologien Bernard Bro dans la préface du présent ouvrage : "Enfin ! ... Merci !" Oui, voici un magnifique portrait brossé par le journaliste Luc Baresta, qui réhabilite la figure de ce pape tant dénigré, et retrace son parcours : diplomate en faveur de la communion des Églises orientales (1925-1944), Nonce apostolique en France, Grand Patriarche de Venise, et enfin Souverain Pontife jusqu'à la promulgation de l'encyclique "Pacem in terris" du 11 avril 1963, moins de deux mois avant son rappel à Dieu (le 3 juin).

    Loin de suivre les usages de l’exploitation politique ou du dénigrement, Luc Baresta réussit donc le tour de force de livrer une synthèse vivante et accessible de ce que Jean XXIII a dit, écrit, et qui détruit bien des mythes.

    Luc Baresta, journaliste, a collaboré à L’Homme Nouveau, de 1946 à 1963, et à France Catholique de 1963 à 1988, dont plusieurs années comme rédacteur en chef.

    Pierre Téqui, Éditeur.
    332 pages - 14 x 21cm - 14,90 €

  • Livres : notre sélection du mois

    danse-avec-jesus-grande.jpg

     
    Autant le dire tout de suite : ce livre est un véritable trésor, une merveille de justesse, de beauté et de lumière. Son auteur, vous la connaissez sans doute : Mireille Nègre, danseuse étoile de l'Opéra de Paris, convertie à 28 ans, recueillie au Carmel pendant 10 ans, puis instituée vierge consacrée, elle met désormais ses nombreux talents au service de l’Évangile. Dans ce livre, comme dans les deux précédents (Instants de vie en 2004 et Dans les pas de l'ange en 2006), et plus encore sans doute qu'en ceux-ci, elle nous emmène sur des chemins d’Évangile vécus, par le texte et le dessin, et nous émerveille à chaque page... Simplicité, fraîcheur, douce lumière de ces merveilleuses aquarelles, tout concourt à faire de ce livre un écrin de beauté destiné à tous, un avant-goût du ciel destiné aux petits et aux grands, un de ces livres porteurs de paix que l'on peut lire en famille, et en lequel chacun trouvera une perle, un joyau à conserver en son cœur.

    En fin d'ouvrage, un résumé de son parcours, illustré de superbes photographies, comblera celles et ceux qui souhaitent approcher de plus près cette femme qui vit au quotidien, dans la simplicité et la beauté, la vie évangélique à laquelle elle a adhéré de toutes les fibres de son être.

    Éditions Salvator - 66 pages - 21,5 x 22cm - 18,90 €

  • Trois conférences-méditations pour un Carême en toute intériorité

    Un CD audio MP3

    Sur un même audiolivre,
    trois grands entretiens à écouter dans le temps de Carême.
    (Avec indexations courtes pour une écoute quotidienne)

    audio-livre,carême,conférence,méditation,Cendres,Père,Francesco,Rossi de Gasperis,Mort,Résurrection,Joseph-Marie,Verlinde,Espérance,Raniero,Cantalamessa,Saint-Léger Productions

    Cendres, du Père Francesco Rossi de Gasperis s.j. (École Biblique de Jérusalem)
    Mort et Résurrection, du Père Joseph-Marie Verlinde (Famille de Saint-Joseph)
    Espérance, du Père Raniero Cantalamessa ofm (prédicateur de la maison pontificale)

    Entretiens et musique : Abbé Denis Veilleux (Directeur de Radio Galilée-Québec)

    13h d'écoute - Prix public : 22 € TTC

    Entendre des extraits ici.

    Saint-Léger Productions
    1 chemin des pièces Bron
    49260 Le Coudray-Macouard

  • Déclaration du Père Lombardi à propos de « L’homme qui ne voulait pas être Pape » de Nicolas Diat

    Le Père Federico Lombardi, directeur du Bureau de presse du Saint-Siège et de Radio Vatican, a souhaité réagir à la publication, chez Albin Michel, du livre de Nicolas Diat, « L’homme qui ne voulait pas être Pape ». L’ouvrage contient en effet des accusations graves qui sont inexactes.

    Tout en saluant les efforts déployés par l’auteur pour offrir un éclairage approfondi du pontificat de Benoît XVI, le Père Lombardi critique la méthode et l’esprit qui animent ce livre et conteste la véridicité de certains passages.

    Déclaration du Père Federico Lombardi, à propos du livre de Nicolas Diat :

    La déclaration du P. Lombardi en MP3.

    « Un ouvrage volumineux en français (Nicolas Diat : « L’homme qui ne voulait pas être Pape », chez Albin Michel) a été publié il y a quelques jours. C’est le fruit d’un travail de longue haleine, le résultat de nombreux entretiens entre l’auteur et plusieurs personnalités ecclésiastiques. L’ouvrage offre un vaste panorama du pontificat du Pape Benoît XVI. Il évoque également le début du pontificat de son Successeur, mais, comme le titre l’indique, l’auteur a surtout voulu approfondir la pensée ainsi que la personnalité de Joseph Ratzinger, son esprit et ses intentions.

    Le livre retrace les événements et fournit de nombreuses informations utiles pour les replacer dans leur contexte. Les interventions et les discours du Pape sont largement rapportés. L’auteur les relit avec intelligence et analyse souvent en profondeur les intentions qui étaient à la base. Il s’appuie sur les nombreux témoignages personnels recueillis lors de ses conversations avec des témoins privilégiés et fiables.

    Bref, le livre offre sans nul doute une contribution significative à la connaissance et à la compréhension du pontificat du Pape Benoît, dont l’auteur est un admirateur sincère et un observateur attentif.

    Mais l’auteur ne s’arrête pas là. Inévitablement, il évoque à plusieurs reprises les faits et les personnes qui ont entouré le Pape. Le cadre général fait état des relations complexes, des difficultés, des tensions, des moments particulièrement difficiles, qui ont longtemps défrayé la chronique et suscité des débats. On ne peut certes pas parler de manière approfondie du pontificat du Pape Benoît XVI en faisant abstraction des vicissitudes qui ont atteint un niveau dramatique avec la soustraction de la part du majordome du Pape de documents réservés et leur publication.

    C’est à ce niveau-là que l’ouvrage mérite de sérieuses critiques, lorsque, à plusieurs occasions, il prend pour cible des personnes précises, en les nommant, en leur attribuant explicitement des responsabilités très graves, sans un fondement certain ou – tout au moins dans certains cas – sans aucun fondement (deux exemples particulièrement graves : dans le cas du cardinal Mauro Piacenza, on parle par exemple de ses rencontres avec Paolo Gabriele qui n’ont jamais eu lieu ; en renfort des accusations qui sont adressées à un autre cardinal, on cite pour preuve un document « sino-allemand » qu’à l’époque, en connaissance de cause, j’avais qualifié de « délirant » ; et on pourrait citer d’autres exemples). L’auteur laisse entendre qu’il se base sur les témoignages qu’il a recueillis et ajoute, à la fin de l’ouvrage, une longue liste de remerciements à l’égard de personnalités influentes, dont de nombreux cardinaux. Mais, alors que l’identité des auteurs des témoignages positifs est clairement indiquée, les déclarations négatives et les accusations les plus graves restent anonymes même lorsqu’elles sont placées entre guillemets. En outre, plusieurs personnalités qui sont remerciées à la fin du livre ont pris leur distance par rapport à cet ouvrage dans lequel elles ne se reconnaissent pas.

    Finalement, l’impression qui en ressort est que Benoît XVI était entouré de démons. L’auteur semble avoir identifié quelques adversaires auxquels il pense avoir le droit d’adresser non seulement des critiques compréhensibles pour leurs erreurs ou pour des faits certifiés, mais aussi les accusations les plus atroces de trahison, en allant au-delà de ce qui a été prouvé, de ce qui est plausible et licite.

    Dans ce sens, contrairement à son intention, ce livre ne fait pas la lumière sur les tensions et les ombres de Vatileaks et annexes, mais paradoxalement dans plusieurs de ses pages, il finit par en devenir une illustration et un prolongement.

    Et pourtant, nous espérions en être sortis, grâce à deux Papes et à leur sagesse.

    Par sa décision historique de renoncer au Pontificat, en nous élevant dans une autre dimension, le Pape Benoît a contribué aussi à surmonter définitivement le climat de bavardages, de médisances et de mesquinerie qui, malheureusement, avait accompagné et assombri la dernière partie de son pontificat. Le Pape Benoît, nous le savons, avait affronté avec patience et sagesse, l’aspect douloureux et obscur des événements de la dernière partie de son pontificat. Il avait souhaité pour son majordome un procès pénal et une peine équitable avant de le gracier pour mettre un point final, conclusif et évangéliquement apaisant à ce triste chapitre.
    En chargeant une Commission de trois cardinaux de mener une enquête, il avait aussi voulu porter un regard objectif et impartial sur les événements, par le biais de contacts plus larges et complexes qui n’auraient pu trouver place dans le cadre d’un procès pénal. Cette enquête, elle aussi, s’est achevée avant la fin de son pontificat et, comme on le sait, ses conclusions ont été remises personnellement et exclusivement à son Successeur. Un acte d’une grande et admirable sagesse.

    L’auteur du livre, qui est à coup sûr un grand admirateur du Pape Benoît, ne semble pas en revanche en être un bon disciple.

    Par ailleurs, et cela devrait être absolument clair pour tous, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du monde ecclésiastique, le Pape François a acheminé son pontificat sur des voies nouvelles, en toute liberté par rapport au passé, en projetant l’Église vers la mission et en envisageant les « réformes » en fonction de ce caractère missionnaire, en s’efforçant de la libérer des pesanteurs et des mesquineries qui l’entravent dans des dynamiques autoréférentielles et mondaines.

    Par conséquent, si l’on a su saisir l’esprit de Benoît et celui de François, on peut dire que l’exercice visant à ranimer le trouble, en soutenant des interprétations, des hypothèses ou pire en attribuant des responsabilités et en lançant des accusations qui sont loin d’être fondées, cet exercice va résolument à l’encontre de ce que les deux Papes ont voulu et veulent. Bien entendu, chacun est libre d’assumer la responsabilité de ses propos et d’écrire ce qu’il juge opportun. Mais permettez-moi de dire que quand le Pape François fustige les bavardages, qui peuvent aller jusqu’à la calomnie – il le fait souvent, comme on le sait, et il l’a fait à plusieurs reprises avec une fermeté particulière le dimanche 16 février – il pense aussi à ce type d’ouvrages et de discours.
    Dommage ! Ce que l’auteur dit de Benoît XVI est beau. Pourquoi le gâcher de cette façon ? »

    Source : Radio Vatican.

  • 1er février 2014 : 60ème anniversaire de l’appel de l’abbé Pierre contre la misère sur Radio Luxembourg (RTL)

    1er février 2014,60ème,anniversaire,appel,abbé Pierre,misère,Radio Luxembourg,RTL,secret spirituel,Salvator,René Poujol,Jean-Marie Viennet

    Y-a-t-il encore des choses à dire sur le curé des sans-logis qui, le 1er février 1954 lançait au micro de Radio Luxembourg (RTL), son appel historique à l’insurrection de la Bonté ? Oui, répondent les auteurs de ce livre riche en anecdotes et confidences, sur celui qui fut longtemps la personnalité préférée des Français.

    Rassemblant leurs souvenirs, citant des sources inédites, notamment sur « l’affaire Garaudy », ils dressent le portrait bouleversant d’un homme dont l’engagement est né de son expérience, faite à 14 ans, d’un Dieu d’Amour. Cette « brûlure d’Assise » est le secret qui donne sens à sa vie et son action.

    René Poujol, journaliste, est bien connu du public. Il a "suivi" l’activité de l’abbé Pierre pendant une trentaine d’années.
    Jean-Marie Viennet, ancien vicaire général du diocèse de Belfort-Montbéliard, a été Secrétaire général d'Emmaüs international pendant 25 ans, et a accompagné l'abbé Pierre à travers le monde. Il en a été le confident et le confesseur.

    Un livre extraordinairement vivant, passionnant, qui nous fait vivre aux côté de l'abbé Pierre tout au long de son combat et de sa longue vie de prière, en faveur des plus démunis.

    Éditions Salvator : 217 pages - 14x21cm - 18 €

  • Livres : notre sélection du mois

    l-imperatrice-sainte-helene-grande.jpg

    L’illustre empereur Constantin ne serait sans doute pas le premier empereur chrétien sans sa mère, l’impératrice Hélène, et cette dernière n’aurait sans doute pas « découvert » la Sainte Croix sans l’aide matérielle de son fils. Tous les deux étaient intimement liés par leur amour réciproque et leur rôle politique. Ainsi ne peut-on pas évoquer l’un sans évoquer l’autre...

    L’auteur, Docteur ès Lettres, a voulu rendre justice à cette grande impératrice trop méconnue, au destin fabuleux et d’une origine très modeste. Pour ce faire, elle a fait appel à une multitude de sources, aussi bien historiques que tirées de la tradition de l’Église orientale ou de légendes et coutumes diverses, ou encore de la numismatique et de l’art. Hélène Yvert-Jalu montre tout ce que l’Église doit à sainte Hélène et apporte une contribution notable à la connaissance de l’Antiquité tardive dans la seconde moitié du IIIe siècle et au début du IVe siècle. L’Impératrice fut un lien fort entre catholiques et orthodoxes, entre l’Orient et l’Occident, et contribua ainsi à l’unité de l’Église universelle.

    L'auteur allie avec bonheur la rigueur scientifique de l’historienne avec un style hagiographique empli de ferveur. Un livre remarquable, un érudition sans faille mise à la portée de tous !
     
    Pierre Téqui éditeur - 270 pages - 15 x 21cm - 18,90 €