Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

béatification - Page 5

  • 13 septembre, Béatification de Benedict Daswa, premier martyr sud-africain reconnu par l’Eglise

    Bx_Benedict-Daswa_1.jpg

    Johannesburg (Agence Fides) – L’Eglise en Afrique du Sud s’apprête à célébrer, le 13 septembre prochain, la Béatification de Benedict Samuel Tshimangadzo Daswa, martyrisé le 2 février 1990 (voir Fides 30/09/2014), premier martyr sud-africain à être reconnu par l’Eglise.
    Pour l’occasion, a été créé un site Internet ad hoc (www.daswabeatification.org.za) qui présente la vie de ce catholique dévot. En février 1990, suite à une série de forts orages qui intéressaient la zone de son village d’origine, la population locale pensa que ces phénomènes étaient dus à des actes de sorcellerie. Le conseil des anciens décida donc de consulter un guérisseur et demanda pour cela aux habitants une contribution individuelle de 5 Rands pour lui payer ses émoluments. Benedict répondit que les éclairs étaient des phénomènes naturels et de sa foi catholique lui interdisait d’offrir sa contribution afin de payer un sorcier, suscitant ainsi la colère de nombreux habitants,
    Le 2 février 1990, la voiture à bord de laquelle voyageait Benedict fut bloquée dans le cadre d’une embuscade routière par un certain nombre d’individus. Parvenu à s’enfuir à pieds, il se cacha dans une habitation. Mais devant la menace de voir tuer la femme qui le cachait, Benedict se livra à ses bourreaux, remettant son âme au Seigneur. Il fut tué à coups de couteau et son corps arrosé d’eau bouillante.
    Le 22 janvier dernier, le Saint Père François a autorisé la Congrégation pour la Cause des Saints à promulguer le Décret reconnaissant « le martyre du Serviteur de Dieu Tshimangadzo Samuele Benedetto Daswa (Bakali), laïc, tué in odium Fidei le 2 février 1990 à Mbahe (Afrique du Sud) ».
    La Béatification aura lieu en présence du représentant du Pape François, S.Em. le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour la Cause des Saints, le 13 septembre prochain au Sanctuaire Benedict Daswa de Tshitanini dans la province du Limpopo.
    (L.M.)

    Source : Agence Fides 07/08/2015.

  • Communiqué de l'Association pour la Béatification de l'Impératrice Zita

    Communiqué,Association,Béatification,Impératrice Zita

    16 juin 2015

    Ouvert en 2009 dans le diocèse du Mans, le procès de béatification de l’Impératrice Zita d’Autriche (1892-1989) se poursuit avec un nouveau postulateur, l’abbé Alexander Leonhardt, prêtre du diocèse de Strasbourg et chapelain magistral de l’Ordre de Malte. Celui-ci a été nommé par l’acteur de la cause, l’Association pour la Béatification de l’Impératrice Zita, qui est présidée par Jean Sévillia et conseillée par le TRP Dom Philippe Dupont, Père Abbé de Solesmes et l’Archiduc Rudolf d’Autriche, petit-fils de l’Impératrice Zita. Le 6 mars 2015, l’abbé Leonhardt a prêté serment devant Mgr Yves le Saux, évêque du Mans et président du tribunal de la cause.

    L’Association pour la Béatification de l’Impératrice Zita vient de mettre en ligne son nouveau site : www.associationimperatricezita.com

    Fondée en concertation avec Dom Dupont, Père Abbé de Solesmes, et avec l’Archiduc Rudolf d’Autriche, aîné des petits-enfants du Bienheureux Charles d’Autriche et de l’Impératrice Zita, l’Association pour la béatification de l’Impératrice Zita, régie par la loi de 1901, est animée depuis sa création, en 2009, par un conseil d’administration où siègent notamment Jean Sévillia, journaliste et historien et Elizabeth Montfort, ancien député européen.
    Son objet est le suivant :

    • faire connaître la vie, la spiritualité, les écrits, le rayonnement et le rôle historique de Zita de Bourbon-Parme, Impératrice d’Autriche et Reine de Hongrie (1892 -1989),
    • promouvoir les valeurs lui ayant permis de traverser toutes les épreuves de sa vie, telles que la fidélité et l’amour conjugal, la sérénité et la confiance dans l’épreuve, l’esprit de service et de dévouement particulièrement aux personnes en détresse et aux enfants, le don de soi, le respect de la dignité de chacun,
    • œuvrer pour la solidité et la fécondité des couples et des familles dans le monde moderne,
    • offrir à toute personne de bonne volonté un exemple de vie utile aux autres et fidèle à sa vocation,
    • faire connaitre et reconnaître son action sur les plans personnel, familial et historique, et notamment promouvoir sa cause de béatification et de canonisation.
  • Promulgation de décrets

    A la suite de l'audience accordée hier après-midi au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

    au MIRACLE attribué

    - au Serviteur de Dieu Francisco de Paola Victor (1827-1905), prêtre séculier brésilien.

    - à la Servante de Dieu Clara (Ludovica Szczęsna, 1863-1916), religieuse polonaise, co-fondatrice de la Congrégation des Servantes du Très Sacré Coeur de Jésus.

    au MARTYRE

    - du Serviteur de Dieu Frederico da Berga (Martí Tarrés Paigpelat), capucin espagnol, et de ses 25 compagnons prêtres et laïcs du tiers ordre, tués en haine de la foi en 1936.

    - du Serviteur de Dieu Joseph Thao Tiên, prêtre séculier laotien, et de ses 10 compagnons, prêtres des Missions étrangères de Paris et des Oblats Missionnaires de l'Immaculée, et de leurs 4 compagnons laïcs, tués en haine de la foi au Laos entre 1954 et 1970. (*)

    aux VERTUS HEROIQUES attribuées

    - au Serviteur de Dieu Antonio Celona (1873-1952), prêtre séculier italien, fondateur des Réparatrices du Sacré Coeur.

    - au Serviteur de Dieu Ottorino Zanon (1915-1972), prêtre italien fondateur de la Société de Saint Gaétan.

    - au Serviteur de Dieu Marcello Labor (1890-1954), prêtre séculier italien.

    - à la Servante de Dieu Maria Antonia del Sacro Cuore di Gesù (Rachele Lalia, 1839-1914), religieuse italienne fondatrice de la Congrégation des Soeurs Dominicaines Missionnaires de Saint Sixte.

    (*) : Le prêtre laotien Joseph Tien (1918-1954) est considéré comme le premier martyr laotien. Des dix prêtres français qui ont payé de leur vie leur engagement pour l'évangélisation du Laos, figurent cinq prêtres des MEP : Jean-Baptiste Malo (1899-1954), René Dubroux (1914-1959), Noël Tenaud (1904-1961), Marcel Denis (1919-1961) et Lucien Galan (1921-1968), et cinq prêtres des OMI : Louis Leroy (1923-1961), Michel Coquelet (1931-1961), Vincent L’Hénoret (1921-1961), Jean Wauthier (1926-1967) et Joseph Boissel (1909-1969).
    Figurent aussi parmi ces martyrs reconnus le catéchiste thaïlandais Joseph Outhay (1933-1961), le catéchiste laotien Luc Sy (1938-1970) et les laïcs laotiens Thomas Khampheuane (1952-1968) et Maisam Pho Inpeng (1934-1970).

    Source : Vatican Information Service - Salle de Presse du Saint-Siège - Radio Vatican.

  • Béatification du Père Cestac

    La Béatification du Père Louis-Edouard Cestac (1801-1868), prêtre du Diocèse de Bayonne et fondateur de la Communauté des Servantes de Marie et des Bernardines a eu lieu le dimanche 31 mai 2015 à 16h, en la cathédrale Sainte-Marie de Bayonne. 2000 fidèles ont assistés à cette célébration dans un climat joyeux et fervent pour rendre hommage au "Bon Père Cestac" et saluer l'oeuvre de cet homme d'Eglise, préoccupé tant par la condition sociale de ses contemporains, que par les questions économiques et environnementales de son temps.

    A lire sur le site internet du Diocèse de Bayonne :
    Notre diocèse resplendit dans l'Eglise par la sainteté de ces prêtres : homélie du cardinal Amato
    Inauguration de l'Avenue Cestac à Anglet : allocution du cardinal Angelo Amato

  • Béatification du Père Louis-Edouard Cestac (1801-1868)

    Fondateur de la Communauté des Servantes de Marie et des Bernardines
    A 16h, en la cathédrale Sainte Marie de Bayonne

    Béatification,Louis-Edouard Cestac,diocèse,Bayonne

    Célébration présidée par le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, à l’invitation de Monseigneur Marc Aillet, Évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, et de Sœur Jacqueline Bordenave, Supérieure Générale des Servantes de Marie.

    Béatification,Louis-Edouard Cestac,diocèse,Bayonne

  • Regina Caeli du dimanche 24 mai 2015

    Le Saint-Père a exprimé dimanche sa vive préoccupation à propos du sort des nombreux réfugiés dans le Golfe du Bengale et la mer d’Andaman, en Asie du sud-est. A l’occasion de la prière du Regina Coeli, devant les fidèles rassemblés à midi sur la place Saint-Pierre, le Pape a félicité les pays qui se sont déclarés disponibles à accueillir ces personnes confrontées à de graves souffrances et à de nombreux dangers. Il « encourage la communauté internationale à leur offrir l’assistance humanitaire dont ils ont besoin ».

    Selon l’AFP, plus de 3.500 migrants, des bangladais fuyant la pauvreté et des Rohingyas musulmans persécutés en Birmanie, sont arrivés ces derniers jours en Malaisie, en Indonésie et en Thaïlande. Cet exode a pris une tournure catastrophique depuis le début du mois de mai. Des milliers de personnes ont été abandonnées en mer par les trafiquants et en un premier temps, certains bateaux ont été refoulés vers le large par les pays de la région. Depuis, les gouvernements ont assoupli leur position.

    Le Souverain Pontife par ailleurs profité de la prière mariale pour évoquer la béatification, samedi, de Mgr Oscar Romero, archevêque de San Salvador, tué pendant qu’il célébrait l’Eucharistie. « Ce pasteur qui, à l’exemple de Jésus, a choisi d’être au milieu de son peuple, surtout des plus pauvres et des opprimés, est mort en martyr. » Toujours samedi, une autre béatification s’est déroulée au Kenya, celle d’une missionnaire italienne, sœur Irène Stefani, « qui a servi les Kenyans avec joie, miséricorde et compassion ». Le Pape François a souhaité que « l’exemple héroïque de ces deux nouveaux bienheureux suscite en chacun de nous le désir de témoigner l’Evangile avec courage et abnégation ».

    Avant la prière mariale, le Pape avait expliqué le sens profond de la Pentecôte : « c’est le baptême de l’Eglise qui commence son chemin dans l’histoire, guidée par la force du Saint-Esprit. La porte du Cénacle qui était restée fermée pendant cinquante jours est ouverte : le courage succède à la peur, la fermeture cède la place à l’annonce et les doutes sont dissipés par la foi pleine d’amour. »

    Le Saint-Père a rappelé que « la première communauté chrétienne qui était restée repliée sur elle-même commence, à ce moment-là, à parler aux foules. L’Eglise naît donc universelle, une mais catholique, avec une identité précise mais ouverte, et elle embrasse le monde entier sans exclure personne. » « La Pentecôte, a insisté le Pape, c’est le début d’une nouvelle saison faite de témoignage et de fraternité. La langue de l’Évangile franchit les frontières établies par les hommes. Aujourd’hui comme alors, le Saint-Esprit souffle sans cesse sur l’Église et sur chacun de nous pour que nous sortions de nos médiocrités et de nos fermetures pour communiquer au monde entier l’amour miséricordieux du Seigneur. C’est notre mission ! »

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral traduit en français sur Zenit.org.

    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

  • Béatification de Mgr Oscar Romero, au Salvador

    Béatification,Oscar Romero,Salvador

    Mgr Oscar Arnulfo Romero (1917-1980) est béatifié aujourd'hui, Plaza de Las Americas à San Salvador. La liturgie sera présidée par le Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, le Cardinal Angelo Amato.

    L’évêque salvadorien, assassiné en 1980, a été reconnu martyr le mardi 3 février dernier, par un décret signé par le Pape François. Mgr Romero a été tué par haine de la foi, le 24 mars 1980, alors qu'il célébrait la Messe dans la chapelle de l'hôpital de la Divine Providence à San Salvador.

  • Béatification de Sœur Irène Stefani, au Kenya

    Béatification,SoeurIrène Stefani,Kenya

    Sœur Irène Stefani "Nyaatha" (1891-1930), missionnaire italienne des Missionnaires de la Consolata (MC), est béatifiée aujourd'hui à Nyeri, ville au centre du Kenya, non loin de la chapelle où elle fut inhumée. La liturgie sera présidée par le Cardinal John Njue, archevêque de Nairobi. Le Cardinal Polycarp Pengo, archevêque de Dar es Salaam (Tanzanie) accomplira le rite de béatification, en présence des évêques du Kenya et de nombreuses personnalités du pays.

    « L’héritage de sœur Irène est fait de simplicité évangélique et de passion missionnaire, de miséricorde, d’authenticité de vie, de capacité à comprendre et à toucher le cœur de l’autre », a écrit sœur Simona Brambilla, supérieure générale des Missionnaires de la Consolata.

    Née le 22 août 1891 près de Brescia en Italie, Mercede Stefani est entrée à 20 ans chez les Missionnaires de la Consolata, prenant le nom de sœur Irène. Partie en 1914 pour les missions du Kenya, elle a travaillé de 1914 à 1920 dans les hôpitaux militaires à Voi, Kilwa et Dar-es-Salaam, en Tanzanie. De 1920 à 1930, elle s'est dévouée dans la mission de Gekondi à l’enseignement scolaire. La population l’appelait « Nyaatha », « mère toute de miséricorde » en langue kikuyu. C'est en soignant un malade de la peste qu'elle a contracté la maladie, et elle est décédée le 31 octobre 1930, à 39 ans.

    Avec Fides.

  • Béatification du prêtre vénitien Luigi Caburlotto

    Bx_Luigi-Caburlotto_2b.jpg

    Fondateur de l’Institut des Filles de Saint Joseph

  • Promulgation de Décrets de la Congrégation pour la Cause des Saints

    A la suite de l'Audience accordée hier après-midi au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs :

    au MIRACLE attribué

    au bienheureux Vincenzo Grossi (1845-1917), prêtre italien du diocèse de Crémone, fondateur des Filles de l’Oratoire.

    à la bienheureuse María Inmacolada (María Isabel Salvat Romero) (1926-1998), religieuse espagnole, Supérieure Générale de la Congrégation de la Sainte-Croix.

    au serviteur de Dieu Giacomo Abbondo (1720-1788), prêtre italien (diocèse de Verceil).

    au MARTYRE

    des serviteurs de Dieu Mario Borzaga (1932-1960), prêtre italien missionnaire des Oblats de Marie Immaculée, et Paul Thoj Xyooj (1941-1960), catéchiste laïc laotien, tués en haine de la foi au Laos.

    aux VERTUS HÉROÏQUES attribuées

    du serviteur de Dieu Giacinto Vera (1813-1881), évêque uruguayen.

    du serviteur de Dieu Anton Antić (1893-1965), prêtre capucin croate.

    de la servante de Dieu Juliette Colbert (1786-1864) laïque italienne d'origine française, arrière-petite-nièce de Colbert, veuve, fondatrice des Filles de Jésus Bon Pasteur.

    de la servante de Dieu Brigida Maria Postorino (1865-1960), laïque italienne, fondatrice des Filles de Marie Immaculée.

    de la servante de Dieu Rafaela María de Jesús Hostia (Rafaela Martínez-Cañavate Ballesteros) (1915-1991), clarisse espagnole.

    du serviteur de Dieu Sergio Bernardini (1882-1966), père de famille italien, tertiaire franciscain.

    de la servante de Dieu Domenica Bedonni (1889-1971), mère de famille italienne, tertiaire franciscaine.

    Il a par ailleurs approuvé la sentence rendue en session ordinaire par les Membres de la Congrégation relative à la canonisation du bienheureux Junípero (Miguel José Serra), prêtre franciscain espagnol (1713-1784).

    Sources : Vatican Information Service - Salle de Presse du Saint-Siège.

  • Béatification à Turin de Luigi della Consolata (1922-1977)

    Bx_Luigi_Bordino_1a.jpg

    Au siècle Andrea Bordino, Frère Luigi est un religieux profès de la Congrégation des Frères de saint Joseph Benoît Cottolengo. La cérémonie sera présidée par le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, qui représente le Pape François.

    Le diocèse organise trois journées de célébrations autour de cet événement, les 1er, 2 et 3 mai, avec au programme notamment : veillée de prière, messe de béatification, bénédiction d'une statue à l'effigie du bienheureux.

    Frère Luigi della Consolata avait été déclaré « vénérable » le 12 avril 2003. Le Pape François a reconnu un miracle attribué à son l'intercession le 3 avril 2014.

  • Béatification d'Elisabeth Turgeon à Rimouski au Canada

    béatification,Elisabeth Turgeon,Rimouski,Canada

    Élisabeth Turgeon, fondatrice des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire et native de Beaumont (Bellechasse), sera béatifiée ce dimanche 26 avril en l'église Saint-Robert-Bellarmin de Rimouski lors d’une célébration qui débutera à 14h30. Le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour la cause des Saints et légat du Pape François, présidera la béatification, accompagné par le nonce apostolique au Canada, Mgr Luigi Bonazzi.
    (Communiqué de Jasmin Lemieux-Lefebvre, directeur des communications du diocèse de Québec)

    L’événement sera retransmis en direct sur le site Internet de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire.

    Cette religieuse décédée en 1881 à l’âge de 41 ans, avait consacré sa vie à l’enseignement pour les enfants les villages les plus pauvres du Québec sur la côte du fleuve Saint-Laurent.

    A visiter au sujet de cette béatification :

    Conférence des Evêques catholiques du Canada

    Congrégation des Soeurs de Notre-Dame du Rosaire

  • Un site web pour aider à la béatification de Pauline Jaricot

    Pauline-Jaricot_1b.jpg

    « J’ai aimé Jésus Christ plus que tout sur la terre, et pour l’amour de Lui, j’ai aimé plus que moi-même tous ceux qui étaient dans le travail ou la douleur »

    Afin de recueillir des témoignages de guérisons obtenus par l’intercession de Pauline Jaricot, fondatrice des Œuvres pontificales missionnaires (OPM), en vue de son procès de béatification, un site web est lancé en six langues.

    C’est le cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, qui viendra inaugurer officiellement le site web international lancé par « Les Amis de Pauline Jaricot », samedi 25 avril, dans la paroisse Saint-Nizier à Lyon, où est inhumée Pauline Jaricot. Ce site en six langues vise à recueillir des témoignages de grâces, de guérisons ou de miracles obtenus par l’intercession de la fondatrice des Œuvres pontificales missionnaires, dans le cadre de son procès en béatification.

    Prière pour la béatification de Pauline Jaricot

    Seigneur,

    Tu as inspiré à Pauline-Marie Jaricot,
    la fondation de la propagation de la foi
    et du Rosaire Vivant
    ainsi que son total engagement
    pour le monde ouvrier.
    Daigne hâter le jour où l’Église
    pourra célébrer la sainteté de sa vie.

    Fais que son exemple
    entraîne un plus grand nombre de
    chrétiens à se dépenser pour l’Évangile,
    afin que les hommes et les femmes
    de notre temps et tous les peuples
    découvrent ton Amour infini,
    manifesté en Jésus Christ Notre Seigneur,
    qui vit et règne avec Toi dans l’unité
    du Saint Esprit pour les siècles des siècles.

    Amen.

  • Un dossier présentant une guérison miraculeuse par l’intercession de Marthe Robin présenté à Rome

    Un dossier présentant une guérison miraculeuse obtenue par l’intercession de Marthe Robin (1902-1981) a été déposé à Rome. L’héroïcité des vertus de la mystique française a été reconnue le 7 novembre dernier par la Congrégation des causes des saints, et Marthe Robin avait ainsi été déclarée « vénérable ».

    Marthe_Robin_4b.jpg

    Regard du P. Bernard Peyrous, postulateur de la cause de béatification, sur son témoignage d’écoute et d’attention aux autres pendant les 53 années qu’elle passa alitée.
    Par Florence de Maistre.

    Qu’est-ce qui caractérise la figure de Marthe Robin ?
    C’est une femme très simple, d’origine paysanne, gravement handicapée, qui depuis sa chambre a fondé les Foyers de charité [communautés de baptisés, dont la mission principale est l’animation de retraites spirituelles. On compte 76 Foyers de charité à travers le monde, dont 12 en France métropolitaine]. Précurseur de Vatican II, elle a reçu plus de 100 000 personnes en entretien dans sa chambre. C’est une femme qui a eu une influence énorme, qui a donné sa vie pour le renouvellement de l’Église. Je vois en elle la sainte patronne de la Nouvelle Évangélisation.

    Comment peut-elle toucher, aujourd’hui, les personnes fragiles, malades, en fin de vie ?
    C’est le plus important. Marthe Robin a eu une vie humaine perdue. Malade dès l’âge de 6 ans, grabataire à 18 ans, elle a passé 53 ans dans son lit, souffrant affreusement d’une encéphalite qu’à l’époque on ne pouvait ni soigner, ni soulager. Elle représente ce que le monde actuel rejette : aujourd’hui l’euthanasie aurait sans doute été proposée. Or son évolution spirituelle, puisqu’il s’agit bien de ça, liée à la découverte de la Passion du Christ et de son amour donné jusqu’au bout provoque en elle un véritable retournement. À partir d’une vie inutile, elle devient l’une des femmes les plus influentes en France. Elle incarne parfaitement le Magnificat : les pauvres, les inutiles, ceux qui n’ont pas de place dans la société sont bénis par Dieu. Son témoignage est extrêmement fort. Il triomphe de la faiblesse. Le chemin de Marthe Robin montre qu’il n’y a pas d’explication à la vie humaine en dehors du Christ. C’est lui qui apporte une lumière qui transforme toute situation. Au nom de la vie donnée par le Christ : il y a toujours une espérance, aucune vie n’est perdue. Marthe Robin en est une démonstration aveuglante.

    Quelle parole particulière retenez-vous d’elle ?
    Marthe Robin a beaucoup parlé, elle a eu de nombreuses conversations*. Mais ce qui s’exprime d’abord chez elle, c’est un sourire de bonté, d’affection, de bienveillance. Ce sourire d’amitié, même si on ne le voyait pas, est le plus frappant chez elle, avec l’écoute et l’attention aux autres. Dans le livre « Ce que Marthe leur a dit », nous avons sélectionné des paroles, pour la majorité publiées pour la première fois, extraites de ses conversations, où elle est le plus elle-même. Comme ce n’est pas un récit, le lecteur peut choisir de lire tel ou tel passage, comme s’il conversait directement avec Marthe. Nous avons souhaité la rendre familière à tout un chacun. On ne peut nier sa vie mystique tellement forte, mais on doit respecter aussi sa discrétion et il y a certaines périodes où l’on ne sait rien sur les phénomènes extraordinaires qu’elle vivait. Nous avons effectué un tri important pour choisir les échanges qui permettent de la voir telle qu’elle était, très humaine, dans son ordinaire. Elle incarne parfaitement le verbe de Péguy, « le spirituel est devenu charnel » : dans son lit, elle reçoit à la ferme et se rend extrêmement présente aux gens. Tous les extraits proposés dans le livre me touchent, ce serait vraiment difficile d’en choisir un.

    Qu’est-ce que la reconnaissance de l’héroïcité de ses vertus, en novembre 2014, dit de la vie de l’Église en France ?
    Les dépôts de causes de béatifications françaises ont été très nombreux au XIXe siècle et très faibles au XXe siècle. Tout à coup arrive à Rome toute une saisine de causes : Robert Schuman, Edmond Michelet, Claire de Castelbajac, le P. Henri Caffarel, Jérôme Lejeune, Marthe Robin, et bien d’autres encore. Ces dossiers sont sérieux et bien menés. Nous risquons de connaître une série de déclarations d’héroïcité des vertus et de béatifications ! La France de la fin du XXe siècle connaît, en temps de crise, une sainteté très présente. Or les saints sont des fondateurs, des pères et des mères, un espoir des temps nouveaux. L’Église nous montre sa capacité à engendrer des saints, capables de porter du fruit. La vie de Marthe Robin du point de vue humain est une absurdité complète : mais son influence est extrêmement féconde. Elle a d’ailleurs connu la plupart de ces personnes mortes en réputation de sainteté. Elle était un carrefour et un carrefour de saints !

    * « Ce que Marthe leur a dit. Conversations inédites », Marie-Thérèse Gille / P. Bernard Peyrous, Éd. de l’Emmanuel / Éd. Foyer de Charité.

    Source : Eglise Catholique en France.

  • Le Pape François autorise la béatification de Mgr Oscar Romero (1917-1980)

    Mgr_Oscar-Romero_1b.jpg

    Le Pape François a signé le décret autorisant la béatification de Mgr Oscar Romero, l'ancien archevêque de San Salvador assassiné en 1980. Cette décision était attendue puisque le Saint Père avait lui même débloqué le procès de béatification de l'ancien archevêque, ouvert en 1994 mais au point mort depuis des années. Le rayonnement de Mgr Romero dépasse largement les frontières du Salvador et est immense dans toute l'Amérique latine.

    Le Serviteur de Dieu Óscar Arnulfo Romero y Galdámez est né le 15 Août 1917 au Salvador et est mort assassiné le 24 Mars 1980.

    Il est connu pour avoir dénoncé les injustices commises durant le conflit armé au Salvador qui dura 12 ans de 1980 à 1992, faisant pas moins de 75 000 morts, 8 000 disparus et 12 000 invalides. Il a été assassiné par un commando d'extrême-droite en pleine messe, le 24 mars 1980, dans la chapelle de l'hôpital de la Divine-Providence,de San Salvador. La veille, dans son homélie, il avait lancé une diatribe contre les exactions de l'armée qui ensanglantait le pays.  « Au nom de Dieu, au nom de ce peuple souffrant, dont les lamentations montent jusqu'au ciel et sont chaque jour plus fortes, je vous prie, je vous supplie, je vous l'ordonne, au nom de Dieu : Arrêtez la répression ! » avait-il lancé.

    Son assassin ne fut jamais officiellement retrouvé. Ses funérailles ont rassemblé pas moins de 350 000 personnes à San Salvador. L'an dernier, une délégation de quatre évêques salvadoriens, travaillant sur sa cause de béatification ont rencontré au Vatican le Pape François. L'évêque auxiliaire de San Salvador, Mgr Gregorio Rosa Chavéz avait précisé : « En 2017 nous fêterons les 100 ans de la naissance de Mgr Romero, nous sommes confiants qu’avant cette date nous l’aurons sur les autels ».

    Source : Radio Vatican.

  • Promulgation de Décrets

    A la suite de l'audience accordée au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des Décrets relatifs :

    au MARTYRE

    du serviteur de Dieu Oscar Arnulfo Romero y Galdámez (1917-1980), évêque salvadorien assassiné en haine de la foi le 24 mars 1980.

    des serviteurs de Dieu Michal Tomaszek (1960-1991) et Zbigniew Strazalkowski (1958-1991), prêtres franciscains polonais, ainsi qu'Alessandro Dordi (1931-1991), prêtre italien, assassinés au Pérou en haine de la foi les 9 et 25 août 1991.

    aux VERTUS HEROIQUES attribuées au serviteur de Dieu Giovanni Bacile (1880-1941), prêtre italien.

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 3.2.15).

  • Ouverture du procès en béatification de Léonie Martin, sœur de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face

    Ce samedi 24 janvier à Caen (Calvados), Mgr Jean-Claude Boulanger, évêque du diocèse de Bayeux-Lisieux, au cours de la Messe qu’il va célébrer à 15h en la chapelle du monastère de la Visitation, annoncera officiellement l’ouverture du procès en béatification de sœur Françoise-Thérèse, plus connue sous le nom de Léonie Martin, la petite violette de Dieu, sœur de sainte Thérèse de Lisieux.

    Née en 1863 à Alençon, Léonie Martin a été éveillée à la foi par sa sœur, Ste Thérèse de Lisieux. Léonie est la moins douée des quatre sœurs Martin, et trouve difficilement sa place entre Marie et Pauline, ses aînées, et Céline et Thérèse, ses cadettes. Qualifiée d’enfant difficile (après la mort de sa sœur Hélène à 5 ans, elle devient le souffre-douleur de la bonne, qui la bat à l’insu de ses parents), elle est attirée adolescente par la vie religieuse. Mais à trois reprises, elle ressort du couvent, d’abord des clarisses d’Alençon, puis deux fois de la Visitation de Caen. Enfin en 1899, elle devient définitivement visitandine à Caen, alors que ses autres sœurs ont choisi de devenir carmélites à Lisieux. Depuis sa mort, à l’âge de 80 ans, les courriers ont afflué pour remercier la sœur de l’aide apportée et des grâces obtenues par son intercession, rapporte Le Pays d’Auge.
    Normandie Actu - Ouest France

    A lire : Léonie Martin - Une vie difficile (Sanctuaire de Lisieux)

    « Ô mon Dieu, dans ma vie où Vous avez mis peu de ce qui brille, faites que comme Vous, j’aille aux valeurs authentiques, dédaignant les valeurs humaines pour estimer et ne vouloir que l’absolu, l’éternel, l’Amour de Dieu, à force d’Espérance. »
    La servante de Dieu Léonie Martin

  • Trentième anniversaire de la béatification du Père Daniel Brottier

    directeur des Orphelins Apprentis d'Auteuil de 1923 jusqu'à sa mort en 1936

    « Grignon-Orly, le 19 Août 1903
    Demande de profession M. Brottier
    Monseigneur,
    Je suis prêtre; j’ai 27 ans et un peu de bonne volonté. Pour les aptitudes, je n’ai jamais brillé dans aucun genre. Mon état de santé, s’il n’est pas très brillant, ne m’a cependant pas empêché jusqu’ici d’aller et venir, tout comme les autres mortels, et je suis convaincu que la vie active du missionnaire au grand air me conviendra.
    En entrant dans la Congrégation du St Esprit, j’ai eu en vue les missions et la vie religieuse, au même titre je dirais, ne voulant pas être missionnaire sans être religieux, avec un peu l’arrière pensée de ne pas être religieux sans être missionnaire.
    J’ai étudié et je crois avoir compris l’étendue des obligations de la vie religieuse dans la Congrégation. La charité surtout, la simplicité, l’obéissance aveugle, et j’espère que, Dieu aidant, je pourrai, malgré certains défauts que n’a pas complètement déracinés l’année de noviciat, n’être pas trop encombrant pour mes supérieurs et mes confrères de demain.
    Quant à la vie de mission, je l’ai toujours envisagée, dès l’âge de 12 ans, comme la vie d’un homme qui veut se sacrifier et s’immoler pour le salut des âmes, vite ou goutte à goutte, qu’importe! Si cependant il m’était permis d’exprimer une préférence, ce serait pour la première éventualité.
    C’est vous dire, Monseigneur, que la tête ne me tient point trop sur les épaules, j’ai du reste de bonnes raisons pour cela. Je ne voudrais pas être présomptueux, mais, si vous avez un poste plus périlleux, où il faille risquer quelqu’un, je vous dis bien simplement: Me voici!
    Du sang de missionnaire, c’est de la semence de chrétien. Ça été ma première parole au R.P. Genoud, quand je m’ouvris à lui de mes projets. Je ne la retirerai pas après une année de noviciat.
    Daignez agréer, Monseigneur, l’hommage du religieux respect, avec lequel j’ai l’honneur d’être de Votre Grandeur l’enfant très humble et très obéissant.
    D. Brottier »

    Lettre du P. Brottier adressée à Monseigneur Le Roy, Supérieur Général des Spiritains, le 19 Août 1903, depuis Grignon-Orly - Lettre de demande d’admission à la Profession et à la Consécration à l’apostolat. Source : Documents historiques des OAA, Manuscrits du Père Brottier, Cahier 1, Lettre 144 à Mgr Le Roy - Source : Fam. 25 / Voc. 8, Original à Chevilly.

    Trentième,anniversaire,béatification,Daniel Brottier,directeur,OAA,Orphelins Apprentis d'Auteuil,lettre

  • "Dio mi ama", thème musical de la béatification de Chiara Luce

  • Méditation : un exemple de don total de soi-même

    Bienheureuse Chiara Luce Badano, fêtée ce jour (29.10.1971 - 07.10.1990)
    Béatifiée le 25.09.2010 (la date de sa fête a été fixée au 29 octobre)
     
    « Sa maladie a duré assez longtemps : de la première intervention en février 1989 jusqu’en octobre 1990. Une période au cours de laquelle elle a adhéré continuellement à Celui qu’elle avait appris à appeler « mon Époux » : Jésus crucifié et abandonné. Elle répondait ainsi à un besoin de donation totale d’elle-même. « Les occasions pour étreindre mon Époux ne manquent pas » écrit-elle. Lorsque s’approche la grande rencontre avec son Époux, Chiara attend avec impatience le paradis. Dieu lui fait éprouver quelque chose de la joie qui l’attend à travers une expérience singulière d’union à Dieu. Elle en parle avec simplicité : « Vous ne pouvez pas imaginer quel est maintenant mon rapport avec Jésus. » Elle ajoute : « Je passe des journées où tout est silence et contemplation... Je me sens enveloppée par un dessein magnifique qui se révèle à moi peu à peu. »

    Le jour tant attendu arrive. C’est le 7 octobre 1990. Ses derniers mots sont : « Maman, sois heureuse car je le suis ! »

    Chiara Badano a été et est un exemple qui traduit de façon concrète et substantielle les paroles de Benoît XVI, envoyées récemment aux jeunes, en préparation de la JMJ de Madrid de 2011 : « Chers amis, la Croix nous fait souvent peur, car elle semble être la négation de la vie. En réalité, c’est le contraire ! Elle est le “oui” de Dieu à l’homme, l’expression extrême de son amour et la source d’où jaillit la vie. Car du Cœur de Jésus ouvert sur la Croix a jailli cette vie divine, toujours disponible pour celui qui accepte de lever les yeux vers le Crucifié. Je ne peux donc que vous inviter à accueillir la Croix de Jésus, signe de l’amour de Dieu, comme source de vie nouvelle. »

    Face au don que représente Chiara-Luce Badano pour nous et pour toute l’Église, nous ne pouvons qu’être en admiration et en action de grâce. À travers son témoignage, Dieu vous stimule, surtout vous, les jeunes, à ne pas suffoquer l’ardent désir, si présent à votre âge, d’une vie qui ait quelque chose de plus que la routine de la vie quotidienne ; à aspirer à une vie qui atteigne cette grandeur et cette beauté, cette capacité d’amour universel, que Dieu a imprimé dans la personne humaine en la créant à son image (cf. message de Benoît XVI pour la XXVI JMJ 2009, 6 août 2010, n. 1) »

    Cardinal Bertone, extrait de l'homélie de la Messe d'action de grâce pour la béatification de Chiara Luce Badano, 26 septembre 2010.
    Source et texte intégral de l'homélie.

    chiara,luce,badano,cardinal bertone,homélie,messe,action de grâce,béatification