Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

frère

  • Méditation - disciple du Christ...

    « Le disciple du Christ, c'est celui qui aime le monde, donne son âme pour autrui, accepte même d'être séparé du Christ pour le salut de ses frères. A l'inverse, l'homme qui suit le chemin de l'égoïsme, fut-il sacré, ne s'occupe que de son propre salut, ne se sent pas responsable de la souffrance et du péché du monde ; celui-là n'entend pas ce que dit le Seigneur, et ne comprend pas pourquoi le Christ a assumé le sacrifice du Golgotha.
    Certes il n'est pas rare que ceux qui suivent la voie du salut individuel s'adonnent à certaines pratiques en apparence vertueuses : nourrir les vagabonds, assister les pauvres, etc. Mais ils ne le font que comme un entrainement ascétique, un exercice utile à leur propre âme. Or ce n'est évidemment pas ce genre d'amour que l’Évangile nous enseigne, et ce n'est pas dans un tel exercice que le Christ fut crucifié.
    L'amour du Christ dont nous héritons est un authentique amour sacrificiel, c'est le don total de l'âme, non pour la retrouver avec des intérêts à mon profit, mais pour le bénéfice unique du prochain en qui se révèle, par la grâce même de ce don d'amour, l'image de Dieu.
    Mais attention. Ce que nous venons de dire ne signifie pas qu'il faille raisonner ainsi, puisque le Christ nous a donné la certitude que nous le rencontrons dans chaque pauvre, témoignons de l'amour à celui qui sous l'apparence de la pauvreté n'est en réalité autre que le Roi céleste, qui ne gaspillera pas nos dons mais nous les rendra au centuple. Non. Si le Christ est bien présent et souffre bien en lui, le pauvre, le malheureux, n'en est pas moins réellement lui-même, dans la réalité de sa pauvreté et de sa misère. Nous devons accueillir le pauvre au nom de l'amour du Christ, non parce que nous obtiendrons ainsi une récompense, mais parce que l'amour sacrificiel du Christ nous embrase, que nous nous unissons au Christ dans cet amour, que nous participons à sa souffrance sur la croix, que nous souffrons non pour notre purification et notre salut, mais réellement pour l'autre, le pauvre, le malheureux, pour que nos souffrances allègent les siennes.
    Nous ne pouvons pas aimer sacrificiellement en notre propre nom, mais seulement au nom du Christ, au nom de l'image de Dieu qui se révèle à nous dans chaque homme. »

    Mère Marie Skobtsov (1891-1945), Le sacrement du frère, Préface d'Olivier Clément - Biographie spirituelle par Hélène Arjakovsky-Klépinine - Le sel de la terre, Pully, 1995.

    pauvrete_aa.jpg

  • 1er vendredi du mois, dédié au Sacré-Cœur de Jésus

    « Il nous faut dilater notre cœur en visant la mesure du Cœur de Jésus. Grand travail, mais l'unique nécessaire. Cela fait, tout est fait. Il s'agit d'aimer tous ceux qui nous rencontrent, comme Dieu les aime. Et puisque nous sommes tributaires du temps, aimons le prochain un à la fois, en donnant toute notre attention au frère qui est devant nous. C'est Jésus lui-même, que nous aimons en tous nos frères : ceci implique le détachement. Nous devons garder la chasteté de Dieu, je veux dire par là : aimer comme Jésus aime. Il n'est donc pas nécessaire de frustrer le cœur et de réprimer l'amour, mais il faut le dilater à la mesure du Cœur de Jésus et aimer tous ceux que nous rencontrons. Et de même qu'une seule hostie suffit pour se nourrir de Dieu, un seul frère suffit - celui que la volonté de Dieu nous fait rencontrer - pour communier avec toute l'humanité, qui est Jésus mystique. Et communier avec notre frère est le second commandement, celui qui vient tout de suite après l'amour de Dieu et comme l'expression de cet amour. »

    Chiara Lubich (1920-2008), L'attrattiva del tempo moderno, Ed. Citta nuova, Rome, 1978, in "Connaître le Cœur de Jésus", Jesús Solano, Tequi, 1982.

    sacre-coeur_3a.jpg

  • Méditation - La prière d'intercession

    « Il n'y a pas d'autre prière d'intercession que celle de Jésus suppliant le Père, avec une grande clameur de larmes et de souffrances (He 7, 25), au creux de notre solitude. C'est la prière de l'Agneau sans tache qui porte le péché du monde, et justifie des multitudes en s'accablant lui-même de leurs fautes (Is 53, 1). Durant sa vie publique, Jésus passait des nuits en prière pour la venue du Règne. Pendant la Passion, il va supplier le Père avec sa souffrance et ses larmes. Tout homme de prière est appelé, un jour ou l'autre, à suivre l'Agneau au lieu du Crâne, avec tous les Abel et les Job de la terre, il en est réduit à prier avec des larmes.

    La prière de Silouane pour les hommes tire sa source de sa communion profonde avec les pécheurs. Un jour qu'il est accablé par les épreuves et les tentations de toutes sortes, il demande au Seigneur ce qu'il doit faire pour que son cœur devienne humble. Et le Seigneur lui répond : « Tiens-toi dans ta pensée en enfer et ne désespère pas » (Silouane, Spiritualité orientale n.5, Ed. Bellefontaine, 1971, p. 65). Comme Jésus, il descend aux enfers et, en expérimentant son propre péché, il communie à l'angoisse, à la souffrance et à la solitude de ses frères loin de Dieu. Il peut alors crier vers le Père, le supplier d'avoir pitié et de l'arracher, avec tous ceux dont il est solidaire, à l'abîme du péché. Je pense qu'il n'y a pas d'autre prière d'intercession que celle-là, car elle nous fait communier à l'unique prière du Christ à Gethsémani et sur la Croix :

    « Aime les hommes à ce point que tu prennes sur toi le poids de leurs péchés, car il veut que nous aussi aimions également nos frères » (Silouane, p. 71).

    [...] De même que nous ne pouvons crier qu'à partir du tragique de notre existence en donnant à Dieu un nom propre, de même, il faut communier au tragique de la vie de nos frères pour prier en leur nom. »

    P. Jean Lafrance (1931-1991), La prière du cœur (V, 2), Abbaye Ste Scholastique, Dourgne, 1978.
    Texte intégral en ligne (pdf)

    Jean Lafrance,prière,intercession,Silouane,péché,enfer,communion,frère

  • Méditation - Qu'est-ce donc que la charité ?

    « Qu'est-ce donc que la charité ? On la définit : amour de Dieu par-dessus toute chose et du prochain comme soi-même pour l'amour de Dieu. Cette formule est devenue classique et sert d'expression aux chrétiens voulant dire l'acte de charité. Il faut beaucoup l'approfondir si l'on ne veut pas risquer d'appauvrir et de compromettre la substance même du mystère. [...] Pour qu'un amour soit digne de Dieu, il faut qu'il soit éclairé par la conscience de sa bonté infinie.

    Mais il y a plus et, ici, nous franchissons le seuil du mystère ; notre amour pour Dieu doit non seulement dépendre de ce qu'il est, mais répondre à son amour. Il n'est pas simplement une réalité humaine ouverte sur l'Infini, mais une grâce qui nous est faite par lui. Même pour en pénétrer la nature, nos idées et notre expérience sont insuffisantes ; Dieu seul peut nous révéler le don qu'il nous fait et c'est de lui que nous devons apprendre la vérité et les beautés de la charité. [...]

    [...] La charité aime Dieu comme celui qui nous aime et qui nous aime au point de se donner à nous comme objet de connaissance et d'amour. Et parce qu'il est impossible d'aimer vraiment un être sans aimer, à cause de lui, tout ce qu'il aime, cette même charité s'attachera à aimer nos frères comme le Christ lui-même nous a aimés. [...]

    Dans ces perspectives, il devrait être inutile de rappeler qu'un tel amour n'a rien à voir avec la sensibilité. Dieu est esprit et c'est seulement en esprit que nous pouvons l'atteindre. Pourtant, une des tentations qui semble le plus indéracinable en la nature humaine est de vouloir juger par la sensibilité de toutes les réalités spirituelles et de confondre ainsi des dispositions toutes subjectives et tout épidermiques avec l’œuvre du Saint-Esprit en nous. Ce qui intéresse Dieu ne peut être autre chose que la volonté et ce oui de notre liberté se livrant à lui. Aimer ainsi ne sera donc jamais ressentir une émotion du cœur, mais vouloir, du plus profond de notre être, le bien de notre Père, communier à sa volonté et chercher à lui plaire. »

    1. Jn 17, 24.

    P. Joseph-Marie Perrin o.p. (1905-2002), Le Mystère de la Charité (Liv. II, 2e Part., Chap. I), Desclée de Brouwer, 1960.

    Joseph-Marie Perrin,charité,amour,Dieu,prochain,frère,connaissance,sensibilité,liberté,volonté,émotion,coeur

  • Poésie - Le regard de ma Mère

    Poésie composée par l'auteur quelques jours avant sa mort,
    au milieu de très grandes souffrances intérieures et physiques


    « Le céleste regard d'incessante tendresse
    Que votre cœur aimant déverse sur mon cœur,
    Mère du bel Amour, est la douce caresse
    Où je trouve toute douceur.

    C'est un allégement dans la dure souffrance,
    Où le Dieu qui me veut brise la résistance
    De mon corps matériel à son Esprit d'Amour,
    Venu pour l'emporter en son divin séjour.

    C'est un soulèvement dans l'effort de mon âme,
    Que voudrait retenir le néant passager,
    C'est une voix qui la réclame
    Sur les hauteurs, loin du danger.

    C'est un lien sacré, comme un baiser de mère,
    Qui forme autour de moi le rempart assuré
    De Celui qui par elle est devenu mon frère,
    Jésus, Maître adoré. »

    Dom Augustin Guillerand (1877-1945), Contemplations Mariales, Benedittine di Priscilla, Roma, 1959.
    Édition numérique disponible sur scribd.com et sur chartreux.org.

    Dom Augustin Guillerand,prière,poésie,Marie,regard,mère,tendresse,coeur,âme,souffrance,caresse,frère,Jésus

  • Méditation - La parabole du débiteur impitoyable : nos devoirs envers la miséricorde de Dieu

    « Nous devons 1° l'aimer, car n'est-elle pas infiniment aimable, la miséricorde de ce Dieu qui, offensé partout, à tous moments, par toutes sortes de personnes, et en toutes manières, supporte tout en silence et comble de biens ceux-là même qui l'offensent ; cette miséricorde, qui pouvait nous faire mourir quand nous étions en péché, qui nous a supporté jusqu'à ce jour (1), où il nous offre le pardon avec son paradis et nous conjure d'accepter l'un et l'autre ? Bonté touchante, que nous figure le roi de notre évangile, lequel a pitié de son serviteur et lui laisse le temps de s'acquitter (2).

    Nous devons 2° avoir confiance aux divines miséricordes. Oh ! que ceux-là entendent mal la bonté de Dieu, qui s'en défient, se découragent, se désolent et disent : Le ciel m'abandonne ; je ne me sauverai pas ! Comprenons mieux Dieu et ses miséricordes. Au service d'un Dieu si bon, se sauve qui veut : il suffit de le vouloir. Quelles que soient nos misères, nous devons toujours avoir courage et confiance, lutter contre les obstacles, et tenir pour assuré que nous serons sauvés si nous le voulons. Quelques revers que Dieu nous envoie, souvenons-nous qu'il ne frappe que pour guérir.

    3° Nous devons imiter les miséricordes de Dieu dans nos rapports avec le prochain. Le serviteur de l’Évangile, après avoir obtenu sa grâce, ne voulut point l'accorder à son compagnon ; le roi l'apprend, le mande, et rétracte la grâce accordée : J'avais eu pitié de vous, lui dit-il, ne deviez-vous pas aussi avoir pitié de votre compagnon ? Ainsi, remarque Jésus-Christ, fera le Père céleste à quiconque ne pardonnera pas à son frère du fond du cœur. Point donc de pardon pour qui ne pardonne pas, pour qui conserve du ressentiment des torts reçus. Dieu souffre toutes nos fautes sans se venger, sans s'emporter, sans même laisser voir qu'il est mécontent. C'est pour nous apprendre qu'il ne faut pas être si sensibles au mal qu'on nous fait, ou que nous nous imaginons qu'on a voulu nous faire ; ni être impatients, colères, vindicatifs, implacables, souvent pour des riens ; qu'il faut, au contraire, être toujours bons, doux, indulgents, miséricordieux, comme notre Père céleste (3), et avoir comme lui grande pitié des misères de l'humanité dans la personne de nos frères. »

    1. "qui solem suum oriri facit super bonos et malos, et pluit super justos et injustos" : il fait lever son soleil sur les bons et sur les méchants, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes (Mt V, 45) - 2. "Misertus autem dominus servi illius dimisit eum" : Saisi de compassion, le maître de ce serviteur le laissa partir (Mt XVIII, 27). - 3. "Estote ergo misericordes sicut et pater vester misericors est" : Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux (Lc VI, 36 ; cf. Mt V, 48).

    Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874), curé de Saint Sulpice, Méditations à l'usage du clergé et des fidèles pour tous les jours de l'année, Tome III (Vingt et unième dimanche après la Pentecôte, Second Point), Paris, Victor Lecoffre, 1886.

    debiteur-impitoyable_burnand_1a.jpg

    Eugène Burnand (1850-1921), le débiteur impitoyable
    (Crédit photo)

  • Méditation : Vivre pour pardonner

    « Nous vivons dans un continuel Pardon : nous devons tout à la Miséricorde. Nous avons toujours besoin du pardon des autres, et par conséquent nous devons passer notre temps à pardonner, trouver que c'est normal et quotidien.
    Mais pour pardonner, il faut qu'il y ait matière à pardonner : alors il ne faut pas s'étonner que les autres nous fassent mal.
    Il faut donc pardonner, pardonner des choses profondes. L'endurcissement du cœur est plus cruel à Dieu qu'à nous. On entend dire souvent, et j'ai dû le dire moi-même : « Je ne comprends pas qu'entre chrétiens on voie des choses pareilles. » En fait nous vivons entre chrétiens pour être pardonnés, pour pardonner, et pardonner douloureusement. C'est là que commence la vraie charité. Ce frère qui nous déplaît, qui résiste même à l'amour de Dieu, il y a un mystère sur lui plus précieux que toutes les sympathies que nous pouvons rencontrer. Si cela ne vous suffit pas, c'est que vous ne comprenez pas.
    Notre amour de Dieu vaut ce que vaut notre amour pour nos frères. Ce n'est pas n'importe quel amour fraternel qui reflète l'amour de Dieu : c'est celui qui n'a pas d'autre motif que l'amour de Jésus pour eux. »

    P. M.-D. Molinié o.p. (1918-2002), Le courage d'avoir peur (Cinquième Variation, III), Les Éditions du Cerf, Paris, 1975.

    pardon_1a.jpg

  • Adeste Fideles

    Frère Alessandro (à Bethléem)

  • Béatification à Turin de Luigi della Consolata (1922-1977)

    Bx_Luigi_Bordino_1a.jpg

    Au siècle Andrea Bordino, Frère Luigi est un religieux profès de la Congrégation des Frères de saint Joseph Benoît Cottolengo. La cérémonie sera présidée par le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, qui représente le Pape François.

    Le diocèse organise trois journées de célébrations autour de cet événement, les 1er, 2 et 3 mai, avec au programme notamment : veillée de prière, messe de béatification, bénédiction d'une statue à l'effigie du bienheureux.

    Frère Luigi della Consolata avait été déclaré « vénérable » le 12 avril 2003. Le Pape François a reconnu un miracle attribué à son l'intercession le 3 avril 2014.

  • Audience générale de ce mercredi 18 février 2015

    Poursuivant sa catéchèse sur la famille à l'occasion de l’audience générale Place St Pierre, après avoir traité de la mère et du père, le Pape a tenu à évoquer la figure du frère et de la sœur, deux mots, a-t-il dit, que le christianisme aime. L'expérience familiale rend ces mots et ces concepts connus de toutes les cultures et de tous les temps. Lorsque le lien fraternel est détérioré, le conflit prévaut et Dieu demande à Caïn ce qu'il en est d'Abel. Et malheureusement, siècle après siècle résonne la terrible réponse: Je l'ignore, suis-je donc le gardien de mon frère ? La rupture du lien entre frères blesse l'humanité. Et quelle peine lorsqu'il se rompt en famille, pour des broutilles comme pour un héritage ! Si on pense que tous sont issus du même sein maternel. Nous connaissons tous des familles ainsi déchirées. Puisse le Seigneurs aider ces frères et sœurs à reconstruire leurs familles. Et pensons dans nos prières aux frères et sœurs divisés. C'est que la fraternité, a assuré le Pape, naît au sein de la famille, cette "grande école de liberté et de paix. Même si on n'en est pas toujours conscient, c'est la famille qui fournit la première expérience fraternelle...et la diffuse telle une promesse dans toute la société et dans les rapports entre peuples". C'est l'action de Jésus qui dilate de façon incroyable le lien fraternel, "le rendant capable de dépasser les différences de langues, de cultures et de religions.

    Que seraient les liens inter-personnels si on ne pouvait dire à quelqu'un : Tu es pour moi comme un frère. Et puis l'histoire montre que l'égalité et la liberté sans la fraternité peuvent devenir individualisme et conformisme, parfois même intérêt personnel. La fraternité en famille est faite de patience et d'attention envers les éléments les plus faibles... Et puis avoir un frère ou une sœur proche est quelque chose de beau et d'irremplaçable. Il en va de même de la fraternité chrétienne : Les plus petits et faibles sont en droit d'attendre notre soutient. Nous devons les aimer tels qu'ils sont et les aider. Lorsque les pauvres sont comme de la maison notre fraternité chrétienne s'accomplit car les chrétiens ne vont pas au devant les pauvres et des faibles par obéissance à une idéologie mais à la parole et à l'exemple du Christ. Tel est le principe de l'amour de Dieu et de toute justice entre les êtres humains. Je suggère à chacun de réfléchir en silence à ces frères et sœurs, et de prier pour eux: Plus que jamais, a-t-il ajouté après un temps de recueillement, "nous devons diffuser la fraternité au sein d'une société techno-bureaucratique, afin aussi que la liberté et l'égalité soient ravivées. Pour aucune raison nous ne devons priver nos famille des bienfaits d'une large fraternité...ni perdre confiance dans la largeur de vue que la foi peut donner avec la lumière de Dieu".

    Après la catéchèse, le Saint-Père a invité une nouvelle fois "à prier pour nos frères égyptiens assassinés il y à trois jours en Libye parce que chrétiens. Veuille le Seigneur les accueillir et réconforter leurs familles et toute la communauté" copte. "Prions pour la paix au Proche et Moyen Orient, ainsi qu'en Afrique du Nord. Pensons à toutes les victimes, aux blessés et aux réfugiés. Puisse la communauté internationale trouver une solution pacifique à la crise libyenne".

    Au moment des saluts particuliers, le Pape a évoqué la présence à Rome des évêques ukrainiens (visite Ad Limina) et salué les pèlerins des divers diocèses venus les accompagner : "Soit loué Jésus-Christ !" , a-t-il dit en ukrainien. "Parmi les vœux que vous déposez sur les tombes apostoliques il y a celui de la paix pour l'Ukraine. Je m'unis à vous dans cette prière, afin que votre patrie retrouve au plus tôt une paix durable".

    Source : Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 18.2.15).

    Résumé en français

    « Frère », « sœur », sont des mots que le christianisme aime beaucoup, et que toutes les cultures et toutes les époques comprennent. Le lien de fraternité, formé en famille, dans un climat d’éducation à l’ouverture aux autres, est une grande école de liberté et de paix. La famille introduit la fraternité dans le monde ! La bénédiction que Dieu, en Jésus-Christ, répand sur ce lien de fraternité le rend capable de dépasser toute différence de nation, de langue, de culture et même de religion. La fraternité en famille resplendit particulièrement quand nous voyons la prévenance, la patience, l’affection dont sont entourés le petit frère ou la petite sœur plus faible, malade, handicapé. Il en va de même de la fraternité chrétienne. Les plus petits, les plus faibles, les plus pauvres, doivent ouvrir notre cœur. La parole et l’exemple du Seigneur nous disent qu’ils sont nos frères et nous devons les aimer et les traiter comme tels. Aujourd’hui, plus que jamais, il est nécessaire de mettre la fraternité au centre de nos sociétés. Alors la liberté et l’égalité prendront leur juste tonalité.

    J’adresse un cordial salut aux pèlerins francophones, en particulier à la paroisse chaldéenne de Pontoise et aux nombreux jeunes. Alors que commence le temps du Carême, je vous invite à découvrir à nouveau la beauté de la fraternité, à la vivre et à la répandre autour de vous. Que Dieu vous bénisse !

    Source : site internet du Vatican.

    Texte intégral traduit en français sur Zenit.org.

    Texte intégral original en italien sur le site internet du Vatican.

  • La Neuvaine - Neuf mois de prière pour la France (14ème semaine)

    La Neuvaine,Neuf mois,prière,France,Méditation,abbé,Eric Iborra

    14e semaine - Méditation de frère François Daguet

    Disponible également en téléchargement ici.

    NB : La prière citée par le frère François Daguet fut formulée par le Cardinal Pacelli (futur Pape Pie XII), alors Cardinal légat en France, en conclusion de son discours sur la vocation de la France, le 13 juillet 1937.

  • Jeudi 02 octobre 2014

    Saints Anges gardiens

    Saints,Anges gardiens,Saint,Modeste,diacre,martyr,Rome,Bienheureux,Léger,Leodegarius,évêque,Autun,Artois,Gérin,frère,Eleuthère,soldat,compagnons,martyrs,Nicomédie,Prime,Cyrille,Secondaire,Antioche,Théophile,moine,Bulgarie,Constantinople,Bacchi,Baqui,légionnaire,romain,Jouques,Provence,Sainte,Damaris,Eglises d'Orient,Lycomède,,disciple,St Jean,Cyprien,Justine, martyrs,Nicomédie ,culte supprimé,1969,Saturio,Saturius,ermite,Numance,Espagne,Bérégise,Bergis,abbé,Andain,Ardennes,David,Constantin,rois,Géorgie intérieure,Tbilissi),Ursicin,abbé,évêque,Coire,Rhétie,Suisse,Théodore Gavra,,gouverneur,Chaldia,Bienheureux,Louis Yakichi,épouse,Lucie,fils,André,François,,Nagasaki,Japon,Georges de Philadelphie,Grèce,Georges-Edmond René,prêtre,île Madame,Rochefort,Bienheureuse,Jeanne Émilie de Villeneuve,fondatrice,Castres,,diocèse,Albi),Antoine Chevrier,,fondateur,Prado,Lyon,Jean Beyzym,missionnaire,Fianarantsoa,Madagascer,François Carceller,,Isidore Bover,Elie,Jean-B. Carbonell Molla,Marie-Guadeloupe,Marie-Françoise Ricart Olmos,guerre civile espagnole,Marie-Antonine,Maria Anna,Kratochwil,vierge,martyre,Stanislawow,Pologne

    Calendrier liturgique

  • Jeudi 25 septembre 2014

    Calendrier liturgique

  • Mercredi 17 septembre 2014

    St Robert Bellarmin, prêtre et docteur
    (dies natalis)

     Impression,Stigmates,St François,confesseur,Saint,Robert Bellarmin,docteur,Rome,Justin,prêtre,martyr,Saints,Narcisse,Crescention,martyrs,Lambert,évêque,Tongres,Maestricht,Liège,Belgique,Pierre d'Arbues,Saragosse,Aragon,Socrate,Etienne,Grande-Bretagne,Valérien,Macrin,Gordien,Nyon,Suisse,Floscel,Flocel,enfant,Autun,Sainte,Colombe,vierge,martyre,Cordoue,Andalousie,Ariadne,Phrygie,Agathoclie,,Satiro,Satyre,frère,St Ambroise,Milan,Hildegarde de Bingen,abbesse,mystique,docteur de l'Eglise,monastère,Rupertsberg,Bingen,Hesse rhénane,diocèse,Mayence,Théodora,Sophie de Rome,Eglise d'Orient,Lubin,Chartres,Urfold,Urfol,Wlphroedus,Urphoed,oncle,St Hervé,ermite,breton,diocèse,Saint Brieuc et Tréguier,Rouin,Roding,fondateur,abbé,Beaulieu,Verdun,Flaceau,Le Mans,Uni,Unni,Huno,Unno,Brême,Hambourg,Renaud,Régnault,solitaire,forêt,Craon,Mélinais,La Flèche,Anjou,Albert de Jérusalem,Albert Avogrado,Saint-Jean d’Acre,Palestine,Carmel,Chérubin,Cherubino,Testa d'Avigliana,prêtre,Avigliana,Turin,Bienheureux,Stanislas de Jésus et Marie,Estanislau Papczynski,fondateur,Pologne,Emmanuel Nguyen Van Trieu,Hué,Annam,François-Marie,Francesco Maria,de Camporosso,Gênes,Ligurie,Sigismond Félix Felinski,Varsovie,Cracovie,Pologne,Jean Ventura Solsona,Timothée Valero Perez,guerre civile espagnole,Sigismond Sajna,Varsovie

    Catéchèse de Benoît XVI sur St Robert Bellarmin (Audience générale du mercredi 23 février 2011)

  • Angélus de ce dimanche 07 septembre 2014

    La foule des grands jours ce dimanche pour l’Angélus Place Saint-Pierre, par une très belle journée ensoleillée comme Rome peut en offrir en septembre. Le Pape François pour sa catéchèse est parti de l’Évangile du jour, tiré du chapitre 18 de Saint Matthieu. Il nous invite à méditer sur la responsabilité que nous avons dans la vie de foi de notre prochain. C’est un appel à la sollicitude fraternelle. Nous sommes tous responsables du salut ou de la perdition de notre prochain.

    “Jésus nous enseigne que si mon frère commet une faute contre moi, je dois faire preuve de charité envers lui, et avant tout, lui parler personnellement, en lui expliquant que ce qu’il a dit ou fait n’est pas bon”, a expliqué le Pape François. “Et si mon frère ne m’écoute pas ? Jésus suggère dans ce cas d’agir progressivement : tout d’abord, aller le retrouver avec deux ou trois personnes pour lui parler à nouveau, pour qu’il prenne conscience de son erreur ; si malgré tout, il ne veut rien entendre, Il faut en parler à la communauté ; et s’il n’écoute pas la communauté, il faut lui faire percevoir la fracture et la séparation qu’il a lui-même provoquée, en affaiblissant la communion avec ses frères dans la foi.”

    Et le Pape de préciser ensuite que toutes les étapes de cette approche que le Seigneur demande à la communauté sont là pour accompagner celui qui est dans l’erreur, afin qu’il ne se perde pas. “Il faut avant tout éviter le bruit de la rumeur et les ragots de la communauté”, ajoutait le Pape, car Jésus nous conseille de réprimander le prochain en toute intimité. “ Une attitude de délicatesse, de prudence, d’humilité, d’attention à l’égard de celui qui a commis une faute, en évitant quel des paroles puissent blesser ou tuer ton prochain. Cette discrétion a pour but de ne pas mortifier inutilement le pécheur”.

    Pour le Pape, c’est à la lumière de cette exigence que l’on comprend les autres étapes de l’approche du prochain qui est dans l’erreur, lorsque l’on intègre ensuite des témoins et même la communauté. “Le but est d’aider ce frère à se rendre compte de ce qu’il a fait, et que sa faute a blessé non pas une seule personne, mais tous”.

    Le Pape François précisait encore sa pensée en soulignant que “devant Dieu nous sommes tous pécheurs et que tous nous avons besoin du pardon. Et que Jésus nous a dit de ne pas juger”. “La correction fraternelle représente un aspect de l’amour et de la communion qui doivent régner dans la communauté chrétienne, c’est un service réciproque que nous pouvons et devons nous rendre les uns les autres. Et c’est possible et efficace seulement si chacun d’entre nous reconnaît qu’il est pécheur et qu’il a besoin du pardon du Seigneur”. “La conscience qui me fait reconnaître l’erreur de l’autre, doit avant tout me rappeler que moi aussi je me suis souvent trompé”.

    Le Pape rappelait alors qu’au début de la Sainte Messe, nous sommes ainsi invités à reconnaître devant le Seigneur que nous sommes pécheurs. “Car lors de la célébration eucharistique, les participants ont tous deux choses fondamentales en commun : tous nous sommes pécheurs et à tous Dieu offre sa miséricorde. Il faut toujours se le rappeler avant d’aller trouver notre prochain pour le corriger fraternellement”.

    Source : Radio Vatican.

    Appel à la paix en Ukraine

    Après la prière de l'Angélus, le Pape a lancé un appel à la paix en Ukraine. Il a relevé des « pas significatifs réalisés dans la recherche d'une trêve » dans le conflit à l'Est de l'Ukraine. « Même si j'ai entendu ce matin des nouvelles peu réconfortantes, je souhaite toutefois que ces pas puissent apporter du soulagement à la population et contribuer aux efforts pour une paix durable, a-t-il ajouté. Nous prions afin que, dans la logique de la rencontre, le dialogue entamé puisse se poursuivre et porter les fruits escomptés ». En effet, dimanche matin, malgré la signature d'un cessez-le-feu entre la Russie et l'Ukraine vendredi soir, une femme a été tuée par des tirs à Marioupol dimanche matin et à Donetsk, la capitale du Donbass, l'aéroport était encore la cible de tirs.

    L'appel des évêques du Lesotho

    Le Saint-Père a eu également une pensée particulière pour le Lesotho, relayant l'appel pour la paix lancé par les évêques locaux. Ils ont notamment exhorté les trois partis politiques du gouvernement et les agences de sécurité à résoudre leurs différences sans avoir recours à la violence, en insistant sur le besoin de mesure dans leurs actions. Samedi 30 août, l'armée, du côté du vice-Premier ministre Mothetjoa Metsing, s’est déployée dans la capitale, Maseru, et a encerclé le quartier général de la police avant de regagner ses casernes. La police serait fidèle au Premier Ministre, qui a du coup fui en Afrique du Sud, dénonçant un coup d’État. Thomas Thabane est rentré au Lesotho quatre jours plus tard. Le Pape a condamné « chaque acte de violence » et prie pour que « dans le Royaume du Lesotho soit rétablie la paix dans la justice et la fraternité ».

    Un convoi de la Croix-Rouge en Irak

    Enfin, il a également exprimé son soutien sincère au départ d'un convoi de 30 volontaires de la Croix-Rouge vers l'Irak, dans la région de Dohuk, proche d'Erbil, où sont réfugiées des dizaines de milliers d'Irakiens. Le Pape y voit une « opération généreuse et concrète » et a béni la délégation, ainsi que « toutes les personnes qui cherchent concrètement à aider nos frères persécutés et opprimés ».

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral en italien sur le site internet du Vatican.

    Traduction intégrale en français sur le site Zenit.org.

  • Lundi 1er septembre 2014

    St Gilles, abbé

     Saint,Gilles,Aegidius,ermite,abbé,Narbonne,Septimanie,12 Sts Martyrs,Donat,Félix,martyrs,Sentiano,la Pouille,Saints,Josué,patriarche,Gédéon,Palestine,Sainte,Anne la Prophétesse,Jérusalem,Prisque,Prisco,martyr,Capoue,Campanie,Térentien,évêque,Todi,Ombrie,Ammon,diacre,40 vierges,Héraclée,Thrace,Vincent,Sentes,Xaintes,frère,Loetus,Laetus,Liède,diocèse,Aire,Dax,Rieul,martyr,Populonia,Piombino,Toscane,Bienheureux,Loup,Leu,confesseur,Sens,Sinice,Sixte,Reims,Gaule,Victeur,Victor,Le Mans,Gaule,Constance,Costanzo,Aquin,Latium,Vérène,vierge,Zurzach,Rhin,canton,Argovie,Suisse,Ambrosinien,Arménie,Dijon,Nivard,Reims,Amédée,Lausanne,Suisse,Bienheureuse,Julienne de Collalto,abbesse,fondatrice,abbaye,Saint-Blaise,Catalde,Venise,Douceline,mystique,soin des malades,Marseille,Fréjus-Toulon,Jeanne Soderini,Florence,Toscane,Thérèse-Marguerite Redi,Teresa Margherita del Sacro Cuore,religieuse,Christin,Alphonse,Pierre,Marie-Carmen,16 martyrs,guerre civile espagnole,Vénérable,Marie-Josephte du Sacré Cœur,Marie-Josephte Fitzbach,veuve,Servantes du Coeur Immaculé de Marie,Maria Giuseppa Scandola,missionnaire

    Charlemagne rencontre St Gilles
    La légende de saint Gilles d’après Guillaume de Berneville

  • Mardi 12 août 2014

    Calendrier liturgique

  • Méditation : communion au Christ, union à son Corps

    « Pensez-vous que votre communion doit vous "unir" aux autres ? D'abord à ceux et à celles avec lesquels vous vivez, spécialement dans votre famille, dans votre milieu de travail. Vous unir à ceux qui communient souvent et aussi à ceux qui ne communient jamais.

    Et alors, que de grâces à demander au Christ qui vit en vous, pour que cette "union" fraternelle ne reste pas un mot, mais devienne une réalité !

    Grâces pour lutter constamment contre les manques de charité fraternelle, vos susceptibilités, contre les froissements d'amour-propre, contre votre orgueil qui empêchent cette union.
    Grâces pour être souriant, aimable, dévoué, pour comprendre les autres, leur rendre service, être constamment disponible.
    Grâces pour réagir contre les clans, pour semer par votre vie un peu d'union et de fraternité chrétiennes.

    Et l'union dans votre famille ?...
    Et l'union dans votre Paroisse, dans le mouvement chrétien auquel vous appartenez ?...
    Et l'union entre les hommes dans la société ?...
    Et l'union entre les peuples ?...

    Que de grâces à demander !...

    ...

    « Il me semble, ô Jésus, Vous entendre me répéter la prière que Vous faisiez à votre Père au soir du Jeudi Saint, en me demandant de la réaliser par ma vie : Je Vous prie afin que tous soient un, comme Vous mon Père, Vous êtes en Moi et Moi en Vous. » (Jn XVII, 21) »

    Abbé Gaston Dutil, Votre Religion dans Votre Vie (VII. La Communion et Votre Vie), Secrétariat National de la J.E.C.F., Paris, 1952.

    Cene_fresque_Rillieux_a.jpg

    La Cène, fresque peinte par Georges Avril en 1994
    en l'église Saint Pierre Chanel, à Rillieux-la-Pape (69140)

  • Mardi 1er juillet 2014

    Calendrier liturgique

    (Au calendrier traditionnel : Fête du Très Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ)

    (Tout le mois de juillet est consacré au « Précieux Sang »)


    Litanies du Très Précieux Sang

  • Mercredi 2 avril 2014

    St François de Paule, ermite, fondateur, confesseur

     Saint,François de Paule,ermite,fondateur,confesseur,Tours,Amphien,Aphien,Apphien,Apphianos,frère,Edèse,martyrs,Césarée de Palestine,Sainte,Théodosie,Théodora,vierge,martyre,Urbain,évêque,Langres,Abonde,Abondius,Abbondio,Côme,Lombardie,Victor,Vittore,Capoue,Campanie,Nizier,Lyon,Marie l'Egyptienne,Palestine,Eustase,Eustaise,disciple,St Colomban,abbé,Luxeuil,Bavière,Noflette,Agneflette,fondatrice,monastère,Mamers,Longis,la Boisselière,Maine,Floberde,Flobarde,Frodoberta,Fledoberta,Amilly,diocèse,Orléans,Grégoire de Nicomédie,Jean,John,Payne,prêtre,martyr,Chelmsford,Angleterre,Bienheureuse,Alexandrine,Alessandrina,couvent,Foligno,Ombrie,Bienheureux,Didace-Louis,Diego Luis,de San Vitores,Tumhom,île de Guam,îles Mariannes,Océanie,Pedro Calungsod,catéchiste,Léopold,Leopoldo,de Gaiche,Monteluco,Ombrie,Dominique Tuoc,Xuong Diên,Tonkin,Elisabeth,Elisabetta,Vendramini,religieuse,Padoue,Vénétie,François Coll,Francisco Coll y Guitart,Vic,Catalogne,Guillaume Apor,Vilmos,Gyor,Hongrie,Nicolas,Mykola,Carneckyj,Kiev,Ukraine,Marie de Saint-Joseph,Laure Alvarado,Maracay,Vénézuéla


    Franz Liszt : Saint François de Paule marchant sur les flots
    Anne-Marie Dubois, piano

    Le miracle de saint François de Paule marchant sur les flots fascinait Franz Liszt. Il avait un grand nombre de peintures le représentant, qu'il exposait en permanence sur un mur chez lui. Saint François de Paule était son saint préféré.

    Franz Liszt signe, à propos de ce miracle célèbre, survenu au XVe siècle, un article dont voici un extrait condensé :

    Arrivés près de la plage de Cattona, saint François de Paule et ses deux compagnons virent une barque prête à partir pour la Sicile. Saint François demanda au batelier de bien vouloir les conduire sur l'île. Ce dernier exigea le prix du passage. Mais comme les moines n'avaient pas de quoi payer, il refusa de les prendre à son bord. Témoins de la scène, des habitants, qui avaient accompagné saint François, prièrent le batelier d'embarquer ces pauvres moines, en assurant que l'un d'eux était un saint. Sa réponse fut la suivante: « Si c'est un saint, il n'a qu'à se promener sur les vagues et faire un miracle ! » Puis, sa barque s'éloigna. Sans se troubler, saint François, après avoir prié, déposa sur l'eau le manteau d'un de ses compagnons, puis, soutenant le sien au bout de son bâton, après l'avoir béni, il en fit une voile. Soutenus par une foi inébranlable, et par la grâce de Dieu, le saint et ses compagnons arrivèrent à bon port bien avant la barque du batelier. (d'après le chapitre 35 de la Vie de Saint François de Paule, par Giuseppe Miscimarra.)

    Calendrier liturgique