Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

messie

  • Méditation - Rameaux

    « La Semaine Sainte s'ouvre par l'évocation de l'entrée triomphale du Seigneur à Jérusalem, le dimanche précédent sa Passion. Jésus, qui s'était toujours opposé à toute manifestation publique et avait fui lorsque le peuple voulait le faire roi (cf. Jn VI, 15), se laisse porter aujourd'hui en triomphe. Ce n'est que maintenant, sur le point de mourir, qu'Il accepte d'être acclamé publiquement comme Messie, précisément parce que c'est en mourant sur la croix qu'Il sera, dans toute sa plénitude, Messie, Rédempteur, Roi, Vainqueur. Il accepte d'être reconnu comme Roi, mais un Roi qui règnera par la Croix, qui triomphera et vaincra par la mort sur la Croix. La même foule exultante, qui L'acclame aujourd'hui, Le maudira dans peu de jours et Le conduira au Calvaire ; ainsi, le triomphe d'aujourd'hui donnera plus de publicité et de relief à la Passion de demain.

    Jésus entre triomphant dans la cité sainte, mais c'est pour y souffrir, pour mourir. D'où la double signification de la Procession des Rameaux : il ne s'agit pas seulement d'accompagner Jésus en triomphe, mais de Le suivre dans sa Passion, prêts à la partager avec Lui en cherchant - selon l'exhortation de Saint Paul (Ph II, 5-11) - à nous assimiler ses sentiments d'humilité et d'immolation totale qui doivent nous conduire, comme Lui et avec Lui, « jusqu'à la mort, et la mort sur une croix ». Les rameaux bénis que le prêtre nous remet aujourd'hui, n'ont pas seulement une signification de fête ; ils désignent aussi « la victoire que Jésus va remporter sur le prince de la mort » (Missel Romain). Ils doivent donc signifier également notre victoire ; nous devons mériter, nous aussi, la palme de la victoire, surtout en surmontant le mal qui est en nous, dans nos tendances mauvaises, et puis le mal qui rôde en dehors de nous. En recevant le rameau bénit, renouvelons notre promesse de vouloir vaincre avec Jésus, et n'oublions pas que c'est sur la Croix qu'Il a vaincu. »

    Colloque

    « Même si nous résistons à la grâce, ô Jésus, Vous demeurez à jamais le Vainqueur ; votre victoire sur le prince des ténèbres a été complète et l'humanité a été sauvée et rachetée en Vous. Vous êtes le bon Pasteur qui connaît et aime chacune de ses brebis et veut les porter toutes en lieu sûr. Votre Coeur très aimant ne se contente pas d'avoir mérité le salut pour tout le troupeau, Il désire ardemment que chaque brebis profite de ce salut... Ô Seigneur, donnez-nous donc cette bonne volonté capable d'accueillir votre don, votre grâce ; faites que votre Passion ne soit pas vaine pour nous. »

    P. Bruno Vercruysse s.j., Nouvelles méditations pratiques pour tous les jours de l'année Tome I (Dimanche des Rameaux), Braine-le-Comte - Paris, Charles Lelong - Jouby et Roger, 1874.

    rameaux_gravure_1a.jpg

     
    Méditations sur les Rameaux précédemment proposées ici :

    2011 : L'Imitation de Jésus-Christ (sur notre site)

    2012 : Les Bénédictins de l'Abbaye de Notre-Dame d'Einsiedein

    2013 : Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874)

    2014 : Dom Eugène Vandeur (1875-1967)

    2015 : Vénérable Léon Dehon (1843-1925)

    2016 : Cardinal César-Guillaume de La Luzerne (1738-1821)

    2017 : Père Alphonse de la Mère des Douleurs

    2018 : Pierre Gallwey s.j. (1821-1906)
  • Méditation : Temps de l'Avent, préparons nos coeurs !

    « La sainte Église nous fait souvenir en ce temps des désirs des saints patriarches qui soupiraient après la venue du Messie, lequel, pour cela, est appelé dans les saintes Écritures le Désiré, ou le Désir de tous les peuples. Nous excitons en nous ces désirs dans l'oraison, lorsque nous répandons nos cœurs en la présence de Dieu et que nous le supplions de venir en nous pour en prendre possession. Jésus-Christ nous a lui-même enseigné cette manière de prier, quand il nous a ordonné de demander à son Père que son règne arrive, c'est-à-dire qu'il règne paisiblement en nous, et que nous soyons par amour attachés à ses lois et à son Évangile.

    Nous pouvons réduire tout ce qu'a dit Jean-Baptiste aux choses suivantes :

    1° A la pénitence, qui doit nous porter à nous éloigner du monde, à pleurer l'attachement que nous y avons pu avoir, et à embrasser les maximes de l’Évangile pour marcher dans la voie étroite ;
    2° A des sentiments d'une profonde humilité, nous estimant indignes de paraître devant Jésus-Christ, encore plus de nous unir à lui et de le recevoir en notre cœur ;
    3° A un grand courage et une fermeté inébranlable pour le bien, ne nous décourageant jamais à la vue des difficultés qui s'y rencontrent, et résistant avec vigueur au torrent du monde. »

    Fénelon (1651-1715), extrait de la Lettre 227 à la comtesse de Gramont (Dispositions qui conviennent au temps de l'Avent, 1691), in "Œuvres de Fénelon archevêque de Cambrai", Tome Premier, A Paris, Chez Lefèvre, 1835.

    Notre-Pere-3-fa.jpg

  • Angelus de ce dimanche 13 septembre

    « A la grâce du Père s’oppose la tentation du Malin qui veut détacher les hommes de la volonté de Dieu ». Le Pape François, lors de l’Angélus ce dimanche midi place Saint-Pierre est revenu sur l’Évangile de ce jour dans lequel Jésus demande à ses disciples et à la foule qui il est. Une question importante par laquelle Jésus vérifie la foi de ses disciples et de la foule qui le suit. Ainsi, si Pierre a raison quand il reconnait en Jésus le Messie, il se trompe en se scandalisant du sort qui attend Jésus à Jérusalem.

    « En annonçant qu’il devra souffrir et être mis à mort pour ensuite ressusciter, Jésus veut faire comprendre à ceux qui le suivent que Lui est un Messie humble et serviteur. Il est le Serviteur obéissant à la volonté du Père jusqu’au sacrifice complet de sa propre vie », a précisé le Pape.

    C’est pourquoi celui « qui veut être son disciple doit accepter d’être serviteur, comme Lui s’est fait serviteur ». Chacun devra donc se renier et prendre sa croix pour le suivre sur son chemin, « un chemin mal commode qui n’est pas celui du succès ou de la gloire passagère mais celui qui conduit à la vraie liberté, celle qui nous libère de l’égoïsme et du péché » a expliqué le Saint-Père. Autrement dit, « il s’agit d’opérer un net refus de cette mentalité mondaine qui met son propre “moi” et ses propres intérêts au centre de l’existence, et de perdre sa propre vie pour le Christ et l’Évangile, pour la recevoir renouvelée et authentique ».

    « Cette route, a poursuivi le Pape, conduit à la résurrection, à la vie pleine et définitive avec Dieu ». « Décider de Le suivre, notre Maître et Seigneur qui s’est fait Serviteur de tous, exige de cheminer derrière Lui et d’écouter attentivement sa Parole ». Et d’interpeller les nombreux jeunes présents sur la place : « Avez-vous ressenti l’envie de suivre Jésus de plus près ? Pensez et prier et laissez le Seigneur vous parler ».

    Source : Radio Vatican.

     

    Béatification en Afrique du Sud de Samuel Benedict Daswa, père de famille, tué en haine de la foi.

    angelus,pape,françois,Jésus,Messie,serviteur,suivre,croix,béatification,Benedict Daswa,martyr,afrique du sud

    Le Pape appelle les martyrs d'aujourd'hui à intercéder pour tous

    Après la prière de l’Angélus, le Pape est revenu sur la béatification ce dimanche de Samuel Benedict Daswa (1946-1990), premier sud-africain à être béatifié. « Père de famille, tué en 1990, il y a à peine 25 ans, pour sa fidélité à l’Évangile », « il a toujours démontré dans sa vie une grande cohérence, assumant courageusement des comportements chrétiens et refusant des habitudes mondaines et païennes. Que son témoignage aide spécialement les familles à répandre la vérité et l’amour du Christ ».

    Le Pape a alors évoqué les martyrs d’aujourd’hui, appelant à ce que « son témoignage s’unisse au témoignage de tant de frères et sœurs, jeunes, personnes âgées, adolescents, enfants, persécutés, chassés, tués parce que croyant en Jésus-Christ. Remercions tous ces martyrs pour leur témoignage et demandons-leur d’intercéder pour nous ».

    Enfin, saluant les enseignants précaires italiens venus de Sardaigne, le Pape a souhaité que les « problèmes du monde du travail soient affrontés en tenant compte concrètement de la famille et de ses exigences ».

    Source : Radio Vatican.

    Texte intégral traduit en français à venir sur Zenit.org.

    Texte intégral en italien sur le site internet du Vatican.

  • Barbara Hendricks : « Laudate Dominum » de Mozart - « Hallelujah » du Messie de Haendel

  • Jésus le Messie : la Bonne Nouvelle du Christ annoncée aux musulmans - FORUM 2015

    Jésus,Messie,Bonne Nouvelle,Evangile,Christ,annonce,musulmans,FORUM 2015,ND de Grâce,PassyLongtemps pour annoncer l’Évangile aux musulmans, les missionnaires devaient traverser les mers et entreprendre de longs périples, comme saint François d’Assise allant à la rencontre du Sultan pour lui annoncer la Bonne Nouvelle.

    Aujourd’hui les chrétiens qui souhaitent partager la Bonne Nouvelle du Salut en Jésus Christ n’ont souvent qu’à traverser la rue : la présence de musulmans nombreux en France et en Europe rend possible une évangélisation de proximité. En outre nombreux sont les musulmans dont le cœur, secrètement préparé par Dieu en songes, ont soif du Christ et attendent que les chrétiens les jugent dignes de recevoir une annonce explicite.

    Jésus,Messie,Bonne Nouvelle,Evangile,Christ,annonce,musulmans,FORUM 2015,ND de Grâce,Passy« Sera-t-il donné à des générations qui nous suivront de voir ces âmes du nord de l’Afrique dire ensemble : «Notre Père…» s’adressant à Dieu comme au Père commun de tous les humains frères en Lui ?
    Je ne sais, c’est le secret de Dieu, mais c’est un devoir d’y travailler de toutes ses forces : c’est la pratique du 2ème commandement, l’amour du prochain comme soi-même, si semblable au premier, l’amour de Dieu par-dessus tout.
    Si les catholiques veulent pour eux-même conserver et féconder leur foi, qu’ils se fassent tous apôtres pour la donner à tous les peuples. »

    Bx. Charles de Foucauld


    FORUM 2015 - ND de Grâce de Passy, Salle Rossini, 8 bis rue de l’Annonciation, 75016 PARIS

    Les objectifs du Forum furent énoncés dès juin 2010, dans un courrier adressé à un certain nombre de prêtres (dont Mgr Rey) :

    - Informer et montrer aux catholiques, pasteurs compris, qu’ils ont une responsabilité dans l’accueil ou le non-accueil, dans le soutien ou l’absence de soutien aux convertis à cause de l’interdiction islamique de se convertir au christianisme.

    - Toucher les autorités civiles et politiques pour qu’elles réalisent que la liberté de choix, de croire ou de ne pas croire, doit aussi être garantie par l’État français aux citoyens nés musulmans.

    - Faire intervenir des musulmans de renom pour qu’ils se positionnent sur la question de la liberté de quitter l’islam.

    Programme du Forum : 9 & 10 mai 2015

    SAMEDI 9 mai 2015

    8H30 : Café - Accueil

    9H00 : Allocution introductive

    9H15-10H15 : Table Ronde : La liberté de conscience, P. Samir Khalil SAMIR, Xavier LEMOINE

    10H15 -11H15 - Pause et découverte des stands

    11H15 -12H15 : MESSE

    12H30-14H00 - Repas tiré du sac

    14H00-15H00 : Atelier : comment évangéliser les musulmans ? J.Y. NERIEC, P. Guy PAGES

    15H-16H30 - Pause et découverte des stands

    16H30– 17H30 : Table ronde : Les enjeux du dialogue avec l'islam, P. Philippe de KERGORLAY (SRI), P. Edouard Marie GALLEZ

    17H30-19H00 - Pause et découverte des stands

    19H00-20H00 - Repas libre

    20H00-22H00 : Veillée prière, témoignages et miséricorde

    DIMANCHE 10 mai 2015

    9H15-9H45 : Recherche historique et évangélisation, Odon LAFONTAINE, “Le Grand secret de l'islam”

    9H45-10H45 - Pause et découverte des stands

    10H45-11H45 : Table ronde au sujet du film de Cheyenne Carron : l'Apôtre, ND de Kabylie

    12H00– 13H15 : MESSE

    13H15-14H15 - Repas tiré du sac

    14H15-15H00 - Pause et découverte des stands

    15H00-16H00 : Table ronde : Le baptême des convertis de l'islam, Abbés Guy PAGES et Guillaume de TANOUARN - Animée par le pdt de l'association ND de l'Accueil

    16H00-17H00 - Pause et découverte des stands

    17H00 : Conclusion et envoi

    Pour des raisons de sécurité , il faut impérativement s'inscrire pour pouvoir entrer au forum. Votre nom sera vérifié à l'accueil sur la liste des inscrits.

    Il y a de plus en plus de demandes de baptême de musulmans et nous en rendons grâce à Dieu.

    Merci de votre prière pour ce Forum, merci de prier pour tous les catéchumènes et pour ceux qui viennent de l'islam ( Ali, Gassen, Amal, Oussem, Marie, Monia,...)

    Tous renseignements (stands, intervenants, compte-rendus...) et inscriptions sur Jésus-Messie.org.

  • Méditation - Prière : Dimanche des Rameaux (1)

    « Jésus entre dans Jérusalem. Aussitôt le peuple se précipite à sa rencontre. Tous poussent des cris de joie ; tous lui font un cortège d'honneur. Les uns jonchent les rues de rameaux d'olivier, les autres étendent leurs vêtements partout où il doit passer. A la pensée de qui pouvait-il venir alors que ce même Jésus, acclamé comme le Messie et triomphalement reçu par tout ce peuple avec tant d'allégresse, devait, après sa condamnation à la mort, passer par ces mêmes rues en portant sa croix sur ses épaules ?

    Mon bien-aimé Jésus, vous entendez maintenant le peuple de Jérusalem qui fait retentir sur votre passage ces cris de triomphe : Hosanna, gloire au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! (Mt XXI, 9). Bientôt ils élèveront la voix pour exiger insolemment de Pilate qu'il vous déclare digne de mort et qu'il vous fasse mourir en croix. Enlevez-le ; enlevez-le ; crucifiez-le (Jn XIX, 15). Va, mon âme, et toi aussi, dis à Jésus avec amour : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Oui, soyez toujours béni, ô Sauveur du monde, d'avoir bien voulu venir ici-bas ; sans vous, nous étions tous perdus. De grâce, ô mon Sauveur, sauvez-moi. »

    St Alphonse de Liguori, Dimanche des Rameaux, in "Une année de méditations", Traduction nouvelle par le P. Eugène Pladys, Rédemptoriste, Tome I, Delhomme et Briguet, Éditeurs, Paris - Lyon, 1892.

    rameaux_image_4a.jpg

    "Entrée triomphale du Christ à Jérusalem", par Harry Anderson © IRI

  • 5 octobre : Toute l'année avec les Pères de l'Eglise

    "Malheureuse es-tu, Corazine ! Malheureuse es-tu, Bethsaïde !..." (Lc 10, 13-16)

    « Corazine, Bethsaïde, Capharnaüm : trois villes de la terre de Jésus, trois villes qui ne se sont pas converties. Trois villes qui ont reçu la visite du Sauveur et ont ignoré sa parole. Jésus ne les condamne pas, mais il pleure sur elles. Il pleure sur leur aveuglement. Même les villes les plus pécheresses, jadis, ont su voir dans les miracles un appel de Dieu à changer de vie. Comment Capharnaüm, le premier lieu où Jésus a prêché et fait des miracles, a-t-elle pu l’ignorer ?

    Ces trois noms résonnaient à l’époque comme des lettres de noblesse. Une réputation liée surtout à l’opulence du commerce. La vie n’est pas sans contraintes ni contrariétés, mais le confort que tous les hommes bien dans leur siècle peuvent souhaiter est accessible. De plus, à ce niveau de développement de la civilisation, l’esprit humain a acquis une maturation qui le met à l’abri des barbaries de jadis. Il est capable de concevoir beaucoup de choses, de rester ouvert à autrui. Même au rabbi de Nazareth. Il est connu dans la région, c’est un enfant du pays, il fait preuve d’une sagesse reconnue, on l’a même vu faire des miracles.

    Pourtant "malheureuse es-tu Corazine". Malheureuse es-tu d’avoir enfermé l’Envoyé dans tes propres catégories, de l’avoir aseptisé dans ton propre mode de vie, d’avoir manqué la rencontre offerte avec celui qui l’envoyait, Dieu. Rencontrer l’envoyé, les midrashim en témoignent, est rencontrer physiquement et personnellement celui dont il porte le message. Il n’était pas fait de distinction entre l’envoyé et son mandateur. L’erreur de ses villes n’est pas d’avoir refusé d’écouter Jésus mais de ne pas l’avoir accueilli pour ce qu’il est : Dieu.

    Cette rencontre a été manquée par manque d’ouverture. Pas par manque d’amitié ou d’amour pour Jésus ; on se souvient de sa famille accompagnée de ses amis et relations, venir le protéger de lui-même et tenter de le faire rentrer discrètement à la maison, avant qu’il n’ait totalement perdu la tête. L’égarement ne vient pas d’un manque d’intérêt mais d’une relation mal située. Capharnaüm a donné un toit au Messie mais ne s’est pas située en créature face au Créateur, en pécheur face au Sauveur, en disciple face au Maître.

    Ce mystère d’aveuglement est le mystère de notre propre relation à Dieu. La ville, nous le savons, est la personnification du peuple qui l’habite. Elle représente l’âme sous un mode d’intimité et de profondeur. Les villes sur qui Jésus pleure ce sont donc ses amis, ses familiers, nous. Tous ceux qui l’aiment mais qui ne lui donnent pas la possibilité de leur apprendre à l’aimer vraiment. Tous qui le connaissent mais ne le laissent pas assez se révéler lui-même. Tous ceux-là sont ces villes qui rompent peu à peu, sans violence, par la rondeur et la tiédeur d’un quotidien fait d’habitudes et de certitudes, la vérité de leur relation à Jésus. Ils ne le reconnaissant plus comme l’Envoyé, n’ont plus besoin de l’entendre, ne l’acceptent que dans la mesure où il peut être maîtrisé ou compris. Or il est l’Au-delà de tout. Et, par l’intimité de leur union, rejeter l’Envoyé est rejeter celui qui l’envoie.

    Demandons en ce jour la grâce de la prière. C’est elle qui nous permet de nous situer en vérité face à Jésus. Elle permet à la parole de ses envoyés, les apôtres, leurs successeurs et tous les témoins de l’évangile, de prendre forme en nous. La forme du visage du Christ. Elle fait de nous des chrétiens et nous donne envie de le devenir. »

    Homélie attribuée à Saint Jérôme.

  • 28 septembre : Toute l'année avec les Pères de l'Eglise

    Jésus leur dit : "Pour vous, qui suis-je ?" (Lc 9, 18-22)

    « Jésus est Fils de l'homme, à cause d'Adam et à cause de la Vierge, dont il descend... Il est Christ, l'Oint, le Messie, à cause de sa divinité ; cette divinité est l'onction de son humanité..., présence totale de Celui qui le consacre ainsi... Il est la Voie, parce qu'il nous conduit lui-même. Il est la Porte, parce qu'il nous introduit au Royaume. Il est le Berger, parce qu'il guide son troupeau vers le pâturage et lui fait boire une eau rafraîchissante ; il lui montre la route à suivre et le défend contre les bêtes sauvages ; il ramène la brebis errante, retrouve la brebis perdue, panse la brebis blessée, garde les brebis qui sont en bonne santé et, grâce aux paroles que lui inspire son savoir de pasteur, il les rassemble dans le bercail d'en haut.
    Il est aussi la Brebis, parce qu'il est victime. Il est l'Agneau, parce qu'il est sans défaut. Il est Grand prêtre, parce qu'il offre le sacrifice. Il est Prêtre selon Melchisédech, parce qu'il est sans mère dans le ciel, sans père ici-bas, sans généalogie là-haut car, dit l'Ecriture, "qui racontera sa génération ?" Il est aussi Melchisédech, parce qu'il est Roi de Salem, Roi de la paix, Roi de la justice... Voilà les noms du Fils, Jésus Christ, "hier, aujourd'hui, toujours le même", corporellement et spirituellement, "et il le sera à jamais". Amen. »

    (références bibliques : Mt 24,27 ; Mt 1,16 ; Jn 14,6 ; Jn 10,9 ; Jn 11 ; Ps 22 ; Is 53,7 ; Jn 1,29 ; He 6,20 ; He 6,20 ; He 7,3; Is 53,8 ; He 7,2 ; He 13,8)

    Saint Grégoire de Nazianze (330-390), Discours théologique 4 (Trad. coll. "Les Pères dans la foi", Migne, 1995, rev.)

  • 24 juin : Méditation

    « Que la naissance de Jean soit commémorée quand les jours diminuent, et celle du Seigneur lorsqu'ils commencent à augmenter, comporte une signification symbolique. Jean, en effet, a lui-même révélé le secret de cette différence. Les foules le prenaient pour le Messie en raison de ses vertus éminentes, tandis que certains considéraient le Seigneur non comme le Messie mais comme un prophète, à cause de la faiblesse de sa condition corporelle. Et Jean dit : "Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse" (Jn 3,30). Le Seigneur a vraiment grandi car, alors qu'on le regardait comme un prophète, il a fait connaître aux croyants du monde entier qu'il était le Messie. Jean a décru et diminué car lui qu'on prenait pour le Messie est apparu non comme le Messie, mais comme l'annonciateur du Messie.
    Il est donc normal que la clarté du jour commence à diminuer à partir de la naissance de Jean, puisque la réputation de sa divinité allait s'évanouir et son baptême bientôt disparaître. Il est également normal que la clarté des jours les plus courts recommence à grandir dès la naissance du Seigneur : il est, en vérité, venu sur terre pour révéler à tous les païens la lumière de sa connaissance dont, auparavant, les Juifs seuls possédaient une partie, et pour répandre partout dans le monde le feu de son amour. »

    Saint Bède le Vénérable († 735), Homélie sur la naissance de Jean et celle de Jésus (trad. Roguet et Pirlot, cf. Les Pères de l'Eglise commentent l'Evangile, Brepols).

    Saint_Jean-Baptiste_7a.jpg

  • L'Alleluia du Messie de Haëndel (1685-1759)


    Par l'Escolania de Montserrat (Espagne)

  • 26 avril : Toute l'année avec les Pères de l'Eglise

    « Pierre devait recevoir les clés de l'Église, plus encore les clés des cieux, et le gouvernement d'un peuple nombreux devait lui être confié... Si Pierre, avec sa tendance à la sévérité, était resté sans péché, comment aurait-il pu faire preuve de miséricorde pour ses disciples ? Or, par une disposition de la grâce divine, il est tombé dans le péché, si bien qu'après avoir fait lui-même l'expérience de sa misère, il a pu se montrer bon envers les autres.
    Rends-toi compte : celui qui a cédé au péché, c'est bien Pierre, le chef des Apôtres, le fondement solide, le rocher indestructible, le guide de l'Église, le port imprenable, la tour inébranlable, lui qui avait dit au Christ : "Même si je dois mourir avec toi, je ne te renierai pas" (Mt 26,35) ; lui qui, par une divine révélation, avait confessé la vérité : "Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant".
    Or, l'évangile rapporte que, la nuit même où le Christ fut livré..., une jeune fille dit à Pierre : "Toi aussi, hier, tu étais avec cet homme", et Pierre lui répondit : "Je ne connais pas cet homme" (Mt 26,69-72)... Lui, la colonne, le rempart, se dérobe devant les soupçons d'une femme... Jésus fixa sur lui son regard... Pierre comprit, se repentit de sa faute et se mit à pleurer. Mais alors le Seigneur miséricordieux lui accorda son pardon...
    Il a été soumis au péché pour que la conscience de sa faute et du pardon reçu du Seigneur le conduise à pardonner aux autres par amour. Il accomplissait ainsi une disposition providentielle conforme à la manière d'agir de Dieu. Il a fallu que Pierre, lui à qui l'Église devait être confiée, la colonne des Églises, le port de la foi, le docteur du monde, se montre faible et pécheur. C'était, en vérité, pour qu'il puisse trouver dans sa faiblesse une raison d'exercer sa bonté envers les autres hommes. »

    Saint Jean Chrysostome (v.345-407), Homélie sur saint Pierre et saint Élie, 1 ; PG 50.