Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Oskar Lindberg (1887-1955) : "Starlight" pour choeur (1/4)

    St. Johannes Chamber Choir - Dir. Karin Oldgren

  • Méditation - Éveiller pour le Ciel

    « Éveiller des enfants pour le Ciel, c'est la maternité authentique - une maternité spirituelle qui est indépendante de la maternité physique - la maternité la plus belle, la plus sublime et la plus riche de joies, même si c'est au prix de soucis, de sacrifices et de peines non moindres que la maternité physique. Faire jaillir l'étincelle divine dans un cœur d'enfant, voir croître et s'épanouir en lui la vie divine ou encore contribuer à allumer une nouvelle fois la vie de la grâce dans l'âme éteinte, dégénérée ou enténébrée d'un adulte auquel Dieu est devenu étranger, et pouvoir assister ensuite au merveilleux processus de transformation qui s'opère dans cette âme et y coopérer en tant qu'instrument, c'est témoigner et éduquer pour le Ciel, et cela procure une joie qui n'est pas de ce monde. Une telle maternité spirituelle peut combler la vie d'un être humain. »

    Edith Stein (Ste Thérèse-Bénédicte de la Croix, 1891-1942), La Femme, Ed. du Carmel, Paris, 2008.

    Jesus_enfants_41a.jpg

  • Hymne "Ut queant laxis resonare fibris"

    Office de la Nativité de Saint Jean Baptiste
    Schola Sanctae Sunnivae & Hartkeriana

    Ce sont les premières lettres de cette hymne qui ont donné leur nom aux notes de musique, sous l'impulsion du moine Guido d'Arezzo, théoricien de la musique, au XIe siècle.
    Explications ici.

    Ut queant laxis
    resonare fibris
    Mira gestorum
    famuli tuorum,
    Solve polluti
    labii reatum,
    Sancte Iohannes.

    "Pour que tes fidèles, ô saint Jean, puissent chanter à pleine voix les merveilles de ton histoire, efface le péché qui souille leurs lèvres..."

  • Lundi 24 juin 2019

    Nativité de Saint Jean Baptiste

    nativite-Jean-Baptiste_2b.jpg

    Giusto de Menabuoi (1330-v.1391), Le nom de Jean Baptiste
    Fresque de la cathédrale de Padoue (Italie)

  • Angelus de ce dimanche 23 juin 2019

    Avant de prononcer la prière de l’Angélus place Saint-Pierre, le Pape François est revenu sur le sens de l’Eucharistie en la solennité du Corpus Domini célébrée par l’Église universelle ce dimanche 23 juin 2019.

    Compte rendu à lire sur Vatican News.

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

  • Séquence "Lauda Sion Salvatorem"

    Abbaye Saint Maurice et Saint Maur de Clervaux

  • Méditation - Très Saint Sacrement, Très Sainte Présence (suite de la méditation du 20 juin)

    « Adorer le Dieu de Jésus Christ, qui s'est fait pain rompu par amour, est le remède le plus valable et radical contre les idolâtries d'hier et d'aujourd'hui. S'agenouiller devant l'Eucharistie est une profession de liberté : celui qui s'incline devant Jésus ne peut et ne doit se prosterner devant aucun pouvoir terrestre, aussi fort soit-il. Nous les chrétiens nous ne nous agenouillons que devant Dieu, devant le Très Saint Sacrement, parce qu'en lui nous savons et nous croyons qu'est présent le seul Dieu véritable, qui a créé le monde et l'a tant aimé au point de lui donner son Fils unique (cf. Jn 3, 16). Nous nous prosternons devant un Dieu qui s'est d'abord penché vers l'homme, comme un Bon Samaritain, pour le secourir et lui redonner vie, et il s'est agenouillé devant nous pour laver nos pieds sales. Adorer le Corps du Christ veut dire croire que là, dans ce morceau de pain, se trouve réellement le Christ, qui donne son vrai sens à la vie, à l'univers immense comme à la plus petite créature, à toute l'histoire humaine comme à l'existence la plus courte. L'adoration est une prière qui prolonge la célébration et la communion eucharistique et dans laquelle l'âme continue à se nourrir : elle se nourrit d'amour, de vérité, de paix ; elle se nourrit d'espérance, parce que Celui devant lequel nous nous prosternons ne nous juge pas, ne nous écrase pas, mais nous libère et nous transforme. »

    Benoît XVI, extrait de l'Homélie de la Fête Dieu, Parvis de la Basilique Saint-Jean-de-Latran, Jeudi 22 mai 2008.

    Saint_Sacrement_35a.jpg

  • William Byrd (1539-1623) : Motet "Cibavit eos"

    (voir texte de l'Introït plus bas)
    Cappella Musicale Pietro Allori - Dir. Mariano Garau
     
  • Méditation - Très Saint Sacrement, Très Sainte Présence

    « Avant tout, une réflexion sur la valeur du culte eucharistique, en particulier de l’adoration du Très Saint Sacrement. C’est l’expérience que nous vivrons aussi ce soir, après la messe, avant la procession, pendant son déroulement et à son terme. Une interprétation unilatérale du concile Vatican II avait pénalisé cette dimension en réduisant en pratique l’Eucharistie au moment de la célébration. En effet, il a été très important de reconnaître le caractère central de la célébration, à travers laquelle le Seigneur convoque son peuple, le rassemble autour de la double table de la Parole et du Pain de vie, le nourrit et l’unit à lui dans l’offrande du Sacrifice. Cette mise en valeur de l’assemblée liturgique dans laquelle le Seigneur agit et réalise son mystère de communion, demeure naturellement valable, mais elle doit être replacée dans un juste équilibre. En effet — comme c’est souvent le cas — pour souligner un aspect, on finit par en sacrifier un autre. Ici, l’accent mis sur la célébration de l’Eucharistie s’est fait aux dépends de l’adoration, en tant qu’acte de foi et de prière adressée au Seigneur Jésus, réellement présent dans le Sacrement de l’autel. Ce déséquilibre a aussi eu des répercussions sur la vie spirituelle des fidèles. En effet, si l’on concentre tout le rapport avec Jésus Eucharistie dans le seul moment de la Sainte Messe, on risque de vider de sa présence le reste du temps et de l’espace existentiels. Et ainsi, l’on perçoit moins le sens de la présence constante de Jésus au milieu de nous et avec nous, une présence concrète, proche, au milieu de nos maisons, comme « Cœur battant » de la ville, du pays, du territoire avec ses différentes expressions et activités. Le Sacrement de la Charité du Christ doit pénétrer toute la vie quotidienne. »

    Benoît XVI, extrait de l'Homélie de la Fête Dieu, Basilique Saint-Jean-de-Latran, Jeudi 7 juin 2012.

    Benoït XVI,Saint-Sacrement,Corpus Domini,Fête Dieu,Jésus Christ,pain,adoration,prière,amour,vérité,paix"

  • Introït "Cibávit eos"

    Abbaye de Solesmes (Joseph Gajard)
     
    IN FESTO SANCTISSIMI CORPORIS CHRISTI

    Ant. ad Introitum. Ps. 80, 17.
    Cibávit eos ex ádipe fruménti, allelúia : et de petra, melle saturávit eos, allelúia, allelúia, allelúia.
    Il les a nourris de la fleur du froment, et il les a rassasiés du miel sorti du rocher, alléluia, alléluia, alléluia.

    Ps. ib., 2.
    Exsultáte Deo, adiutóri nostro : iubiláte Deo Iacob.
    Exultez en Dieu notre protecteur : jubilez en l’honneur du Dieu de Jacob.

    V/. Glória Patri.

    Commentaire spirituel et musical sur le Blog de L'Homme Nouveau.
  • Jeudi 20 juin 2019

    Fête du Très Saint Sacrement
    Fête-Dieu

    Saint_Sacrement_34a.jpg

    (Crédit photo © Galilea)
     
     
    Au nouveau calendrier :
    de la Férie
  • Audience générale de ce mercredi 19 juin 2019

    En ce jour d’audience générale, le Pape a centré sa réflexion sur la Pentecôte et l’œuvre salvatrice de l’Esprit Saint, « artisan de communion » et « artiste de la réconciliation ».

    Compte rendu à lire sur Vatican News.

    Texte intégral de la catéchèse du Pape traduite en français sur Zenit.org.

    Résumé en français :

    « Chers frères et sœurs, cinquante jours après Pâques, alors qu’ils étaient en prière, les Apôtres sont surpris par l’irruption de Dieu, une irruption qui ouvre grandes les portes grâce à la force d’un vent qui rappelle le souffle primordial et qui accomplit la promesse de la ‘force’ faite par le Ressuscité avant son départ. Au vent s’ajoute le feu, ce feu qui accompagne la manifestation de Dieu. L’Église naît du feu de l’amour, d’un incendie qui éclate à la Pentecôte et qui manifeste la force de la Parole du Ressuscité remplie d’Esprit Saint. L’Alliance nouvelle et définitive est fondée non plus sur une loi écrite sur des tables de pierre, mais sur l’action de l’Esprit de Dieu qui fait toutes choses nouvelles et se grave dans des cœurs de chair. La parole des Apôtres s’imprègne de l’Esprit du Ressuscité et devient une parole nouvelle, qui peut être comprise dans toutes les langues. Il s’agit du langage de la vérité et de l’amour qui est la langue universelle. Même les analphabètes peuvent la comprendre. L’Esprit Saint est l’artisan de la communion, celui qui fait la réconciliation et sait enlever les barrières pour faire de tous un seul corps. Seul l’Esprit de Dieu a le pouvoir d’humaniser et de fraterniser tout contexte à partir de ceux qui l’accueillent. Demandons au Seigneur de nous faire faire l’expérience d’une nouvelle Pentecôte, qui dilate nos cœurs et harmonise nos sentiments avec ceux du Christ. Ainsi nous annoncerons sans honte sa parole qui transforme et nous témoignerons de la puissance de l’amour qui appelle à la vie tout ce qu’elle rencontre. »

    « Je salue cordialement les pèlerins de Suisse, de France et d’autres pays francophones, venant en particulier de Genève, de Paris et de La Guadeloupe. Alors que nous allons célébrer la fête du Corps et du Sang du Christ, je vous invite à donner une place centrale à l’Eucharistie dans vos vies. C’est elle qui nous fait vivre de la vie du Christ. C’est elle qui fait l’Église. Que Dieu vous bénisse ! »

    Source : site internet du Vatican.

  • Problème technique d'affichage des images

    Depuis ce mardi 18 juin 2019

    il m'est impossible d'insérer les illustrations de l'éphéméride et des méditations,

    celles-ci refusant obstinément de s'afficher sur le blog...

    J'espère que ce nouveau problème technique sera corrigé rapidement par le serveur

    et vous remercie une fois encore pour votre patience et votre compréhension...

  • Luke Mayernik : Tropaire "Mandatum Novum"

    (Album "Ever Ancient, Ever New")
     
    « Mandatum novum do vobis, ut diligatis invicem, sicut dilexi vos, dicit Dominus. »
    « Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés, dit le Seigneur. »
  • Méditation - « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés » (Jn 13,34)

    « Il faut nous aimer, du moins essayer constamment de nous aimer comme Jésus nous a aimés lui-même, avec le même désintéressement, la même spontanéité toute gratuite, avec la même profondeur et sincérité de sentiments, avec une véritable affection, avec le même dévouement sans limites, usque ad mortem (1), avec la même condescendance à l'égard de chacun, avec la même délicatesse, sicut dilexi vos (2) ! Les perspectives sont infinies, les progrès sont toujours possibles. Ne nous contentons pas d'une bonne petite vie familiale où l'on se supporte à peu près les uns les autres. Cherchons à nous aimer avec toujours plus de vérité, de profondeur. Soyons bons, très bons et bienveillants les uns à l'égard des autres. Ne supportons pas la moindre parole ni la moindre pensée contraire à la charité. La personne de notre prochain, quel qu'il soit, est sacrée ; il n'y faut toucher qu'avec un souverain respect. Et puis aimons-nous tous les uns les autres ; pas d'excommunication, pas d'exclusion sous aucun prétexte. Ayons une charité vraiment catholique... »

    (1) : par ex. Mt XXVI, 38 : "jusqu'à la mort"
    (2) : Jn XIII, 34 : "Mandatum novum do vobis: ut diligatis invicem sicut dilexi vos..." - "Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés..."

    Dom Placide de Roton (1908-1952), Jésus c'est tout (Aimer Jésus dans nos frères, Août 1952), Editions Sainte-Madeleine, 2004.

    Dom Placide de Roton,amour,aimer,Jésus,aimez-vous,affection,dévouement,charité

    Jean-Joseph Ansiaux (1764-1840), Jésus-Christ bénissant les enfants (1820)
    Musée du château de Versailles
    (Crédit photo)

  • Mercredi 19 juin 2019

    Ste Julienne Falconieri, vierge

    ste julienne falconieri,vierge,sts gervais et protais,martyrs,st romuald

    Mémoire des Sts Gervais et Protais, martyrs
     
    Au nouveau calendrier :
    Mémoire facultative de St Romuald
  • Synode sur l’Amazonie (octobre 2019) : présentation de l’Instrumentum Laboris

    “Des nouveaux chemins pour l’Église et pour une écologie intégrale”, tel est le thème du prochain Synode sur l’Amazonie qui se tiendra au Vatican du 6 au 27 octobre prochains. L’Instrumentum Laboris, le document de travail de cette assemblée, a été présenté ce lundi en salle de presse du Saint-Siège. Un document en trois parties qui met au cœur le « cri des pauvres et de la terre » et le rôle que l’Église est appelée à tenir pour être l’avocate de ces voix oubliées et exploitées, tout en poursuivant sa mission d’annoncer le Christ.

    Commentaires d'Olivier Bonnel et Cristiane Murray à lire sur Vatican News.

    Le synode sur l’Amazonie devrait étudier la question des viri probati (sur Cath.ch).

  • Messe et Angélus de ce dimanche 16 juin 2019

    Le Pape François a présidé l’Eucharistie ce dimanche matin sur la place Cavour de Camerino, petite ville des Marches d’un peu plus de 7000 habitants frappée récemment par un séïsme. Devant les fidèles réunis sous un chaud soleil, le Pape a dans son homélie livré une réflexion sur la mémoire de Dieu et l’espérance en l’Esprit Saint quand l’homme est frappé par les épreuves.

    Compte rendu d'Olivier Bonnel à lire sur Vatican News.

    Texte intégral de l'homélie du Pape traduite en français sur Zenit.org.

    Au terme de la Messe qu’il a présidée à Camerino, et juste avant la prière de l’Angélus, le Saint-Père a prononcé un bref message évoquant quelques thèmes d’actualité. Il a demandé de « favoriser le dialogue et la paix », notamment dans la région du Moyen-Orient.

    Compte rendu d'Adélaïde Patrignani à lire sur Vatican News.

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.