Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ste gertrude

  • Préparation à la mort, prière de Ste Gertrude

    « O Cœur aimé plus que toutes choses, le cri de mon propre cœur s'élève vers vous. Ayez souvenir de moi ; que la douceur de votre charité rende, je vous en supplie, le courage à ce cœur. Que votre miséricorde la plus choisie s'émeuve en ma faveur ; car, hélas ! en moi le mal abonde et le bien n'existe pas. Par les mérites de votre précieuse mort, ô mon Jésus, de cette mort qui a suffi pour acquitter la dette universelle, remettez-moi tout le châtiment que j'ai mérité, et restituez-moi en vous-même tous les biens que j'ai perdus ; attirez-moi à vous avec tant d'efficacité que l'ardeur du divin amour m'ayant transformée tout à coup, je trouve grâce à vos yeux, et que j'obtienne cette miséricorde que vous m'avez méritée lorsque, par amour de mon amour, vous avez défailli et êtes mort sur la croix. Donnez-moi, ô mon cher Jésus, de vous aimer vous seul en toutes choses et par-dessus toutes choses, de m'attacher à vous avec ardeur, d'espérer en vous et ne mettre aucune borne à mon espérance.
    Accordez-moi de rendre à votre mort l'hommage qui lui est dû, en me donnant à goûter sans retard, à l'heure de mon trépas, le très doux fruit de ma rédemption, le mérite infini de votre propre mort, avec toute l'efficacité que vous m'avez souhaitée au moment où, dévoré de la soif de mon salut, vous rendiez l'esprit, ayant racheté mon âme au prix si élevé de votre sang.
    O amour, que ton adieu me soit doux à l'heure de ma mort, et que mon repos dans ta paix soit rempli de délices ! Amen. »

    Ste Gertrude (fêtée ce jour), Prière extraite des "Exercices de Sainte Gertrude" (Septième exercice, A None), Introduction, Traduction et Notes par Dom Albert Schmitt, A Paris, Éditions d'Histoire & d'Art, Librairie Plon, 1942.

    Ste Gertrude,Helfta,Coeur,Jésus,charité,amour,courage,mort,croix,dette,châtiment,miséricorde,espérance,rédemption,salut,repos

    Miguel Cabrera (Mexique, 1695-1768), Sainte Gertrude
    Dallas Museum of Art (Spanish colonial art gallery)

    (Crédit photo)

  • Mercredi 16 novembre 2016

    Ste Gertrude, religieuse (cistercienne)

    Sainte_Gertrude_gb.jpg

    Au nouveau calendrier : Ste Marguerite d'Ecosse
    (fête le 10 juin au calendrier traditionnel)

  • Méditation - Prières de Ste Gertrude

    « Seigneur Jésus-Christ, Pontife souverain, qui par votre précieuse mort m'avez donné la vie, daignez souffler sur moi dans la Vertu de votre Esprit, et dissiper toutes les embûches de l'ennemi par l'efficacité de votre présence. Brisez en moi tous les liens de Satan ; et dans votre miséricorde, éloignez de moi tout aveuglement du cœur. Que votre parfait amour, ô Christ, m'assure un noble triomphe dans toute tentation. Que votre sainte humilité m'enseigne la prudence pour éviter les pièges de l'ennemi. Que votre éclatante vérité soit mon guide, et me fasse marcher devant vous dans la sincérité d'un cœur parfait. Enfin que votre bénédiction infiniment bienveillante et miséricordieuse me prévienne, me suive et me garde jusqu'à la fin de ma vie. Amen. »

    « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. O mon amour crucifié, très doux Jésus, que je reçoive de vous le signe de votre sainte croix sur mon front et sur mon cœur, afin que je vive éternellement sous votre protection. Donnez-moi une foi vive pour accomplir les préceptes célestes ; dilatez mon cœur afin que je courre dans la voie de vos commandements (1) ; rendez-moi telle dans ma conduite, que je puisse mériter de devenir le temple de Dieu et la demeure du Saint-Esprit (2). Amen. »

    « A l'ombre de votre main, protégez-moi (3), ô Jésus plein d'amour ! que votre droite me reçoive (4). Ouvrez-moi la porte de votre miséricorde ; marquez-moi du sceau de la sagesse ; par votre vérité, enlevez-moi à tous les désirs terrestres ; et faites qu'à la suave odeur de vos commandements, je vous serve avec joie dans votre sainte Église et que, de jour en jour, j'avance de vertu en vertu (5). Amen. »

    « Conservez dans le sanctuaire intime de votre Cœur si bon, ô mon très doux Jésus, la pureté de mon innocence baptismale et la charte de ma foi, afin que restant sous votre garde fidèle, je puisse vous les représenter dans leur intégrité à l'heure de ma mort. De grâce, imprimez sur mon cœur le sceau de votre Cœur, afin que je vive selon vous et qu'après cet exil j'arrive à vous sans obstacle et comblée d'allégresse. Amen. »

    1. Ps. CXVIII, 32. - 2. I Cor. VI, 19. - 3.Is. XLIX, 2 ; LI, 16. - 4. Ps. XVII, 36. - 5. Ps. LXXXIII, 8.

    Ste Gertrude (1256-1302), Prières extraites du Ier Exercice, in "Les Exercices de Sainte Gertrude", Trad. Dom Albert Schmitt, Moine de Solesmes, A Paris, Éditions d'Histoire & d'Art, Librairie Plon, 1942.

    Ste Gertrude,Helfta,religieuse,cistercienne

    Sculpture en bronze de Philippe Faraut (©2008)

  • Méditation : Faisons de toutes nos actions des actes d'amour

    « « Puisque l'essence de la perfection, dit l'auteur du Précis de Théologie ascétique et mystique, consiste dans l'amour de Dieu, il en résulte que le chemin de raccourci pour y arriver, c'est de beaucoup aimer... Or, ce n'est pas seulement quand nous récitons un acte de charité que nous aimons Dieu, mais encore chaque fois que nous faisons sa volonté ou que nous accomplissons un devoir, même le plus minime, en vue de lui plaire... Vouloir aimer, c'est donc aimer ; prier, c'est aimer ; remplir ses devoirs d'état pour plaire à Dieu, c'est encore aimer ; bien plus, se récréer, prendre ses repas dans les mêmes intentions, c'est aimer. Il n'est donc rien de plus facile, avec la grâce de Dieu, que de pratiquer constamment la divine charité et par là même d'avancer sans cesse vers la perfection (1). »
    On ne peut trop souligner l'importance pratique de cette dernière affirmation. Il ne dépend que de nous de changer l'acte que nous accomplissons, même le plus banal, en cette perle précieuse qu'est la charité : du moment que cet acte est conforme à notre devoir d'état ou à la raison, rien n'empêche de l'offrir à Dieu et d'en faire un acte d'amour. Faire ce que Dieu veut, et le faire pour Dieu (c'est-à-dire pour son règne et pour sa gloire), c'est l'amour le plus authentique.
    Sainte Bernadette l'avait admirablement compris : « Je sais que les militaires, écrivait-elle à son frère Jean-Marie, appelé à la caserne, ont beaucoup à souffrir et en silence. S'ils avaient soin de dire tous les matins, en se levant, ces courtes paroles à Notre-Seigneur : Mon Dieu, aujourd'hui je veux tout faire et tout souffrir par amour pour vous ; que de mérites n'acquerraient-ils pas pour l'éternité ! »
    Transformons donc en actes de charité nos différentes occupations ; et ainsi nous ferons notre demeure dans le Coeur de Jésus. C'est par ce moyen que sainte Gertrude s'unissait merveilleusement au divin Sauveur. Les soulagements eux-mêmes qu'on lui imposait, durant ses maladies, elle les offrait avec tant d'amour à Notre-Seigneur que celui-ci s'en déclarait aussi touché que d'un sacrifice. Sainte Marguerite-Marie, elle aussi, ne vivait que pour aimer et faire aimer le Cœur de Jésus, pour le consoler et pour réparer.

    Seigneur Jésus-Christ, qui avez d'une manière admirable révélé à la bienheureuse vierge Marguerite-Marie les insondables richesses de votre Cœur, faites que par ses mérites et son imitation, nous méritions, vous aimant en tout et par-dessus toute chose, d'avoir une demeure permanente dans ce divin Cœur. »


    1. Tanquerey, Précis de Théologie Ascétique et Mystique, nos 320 et 350, Société de S. Jean l'Evangeliste - Desclée & Cie, Paris, 1924.

    P. J.-B. Gosselin s.j., Sujets d'Oraison pour tous les jours de l'année, Tome III (94, II), 3ème édition revue et notablement augmentée, Apostolat de la Prière, Toulouse, 1950.

    sacre_coeur_35a.jpg

  • Méditation - Prières : "O Dieu de mon cœur..."

    « Dans le courant de ce jour, où tu vaqueras à l’amour, afin que tes sens soient embrasés du vrai Soleil qui est Dieu, et que ta flamme ne s’éteigne pas, mais que tu ailles toujours croissant en amour, tu rumineras assidûment un de ces versets :

    Bienheureux les yeux qui te voient, ô amour Dieu ! Oh ! quand donc arriverai-je là où tu es, ô Dieu vraie lumière, Dieu et agneau ? Je sais qu’enfin je te verrai de mes yeux, ô Jésus, Dieu mon Sauveur !

    Bienheureuses les oreilles qui t’entendent, ô amour Dieu, Verbe de vie ! Oh ! quand donc serai-je consolée de ta parole pleine d’une suavité plus douce que le miel, et par elle appelée vers toi ? De grâce, que je n’aie point à craindre la sentence formidable, mais que j’entende bientôt ta voix m’appelant à la gloire. Amen.

    Bienheureux l’odorat qui te respire, ô amour Dieu, très doux arôme de vie ! Oh ! quand donc soufflera pour moi la suave odeur de ta divinité d’où coule le miel ? De grâce, que bientôt j’arrive aux pâturages riches et délicieux de ta vision éternelle. Amen.

    Bienheureuse la bouche qui goûte, ô amour Dieu, tes consolantes paroles plus douces que le miel, que le miel en rayon ! Oh ! quand mon âme sera-t-elle donc nourrie, rassasiée de ta divinité, et enivrée de l’abondance de tes délices ? De grâce, mon Seigneur, qu’ici-bas je goûte combien tu es doux, afin que là dans l’éternité, j’aie le bonheur de jouir de toi, ô Dieu de ma vie. Amen.

    Bienheureuse l’âme qui dans un embrassement d’amour s’est inséparablement attachée à toi, et bienheureux le cœur qui sent le baiser de ton cœur, ô amour Dieu, contractant avec toi une alliance d’indissoluble amitié. Oh ! quand donc serai-je serrée dans tes bras, ô Dieu de mon cœur, et quand donc te verrai-je sans milieu ? De grâce que bientôt, bientôt retirée de cet exil, je voie dans la jubilation ta face d’où coule le miel. Amen. »

    Ste Gertrude, Les Exercices, Cinquième exercice, pour exciter le divin amour (Oraison et versets), Trad. du Père Emmanuel, OSB oliv., Paris, 1919.

    jesus_enfants_6a.jpg

  • Méditation - Prière : "Ô Jésus, faites que je n'aie soif que de vous !"

    « Ô Jésus, fontaine de vie, faites-moi boire de cette eau vive (1) qui jaillit de vous, afin que, vous ayant goûté, je n'aie soif que de vous durant toute l'éternité. Submergez-moi tout entière dans les profondeur de votre miséricorde. Baptisez-moi dans la sainteté de votre précieuse mort. Renouvelez-moi dans votre sang par lequel vous m'avez rachetée. Lavez, dans l'eau qui sortit de votre très saint côté, toutes les taches dont j'ai souillé mon innocence baptismale. Remplissez-moi de votre Esprit, et possédez-moi tout entière dans la pureté de l'âme et du corps.
    [...]
    Faites-moi porter sans cesse sur mes épaules, ô Jésus, par amour pour votre amour, le joug si doux et le fardeau si léger (2) de vos commandements, et conserver toujours sur ma poitrine le mystère de votre foi sacrée comme un bouquet de myrrhe (3), afin que vous soyez toujours pour moi le crucifié, sans cesse fixé dans mon cœur. Amen. »

    (1) : S. Jean IV, 10.
    (2) : S. Matth. XI, 30
    (3) : Cant. I, 12.

    Ste Gertrude (1256-1301), in "Les Exercices de Sainte Gertrude", Extrait du Premier Exercice, Traduction par Dom Albert Schmitt, Moine de Solesmes, Plon, Paris, 1942.

    Ste Gertrude,

    Vitrail de l'église de Chirens (détail)
    (Source et crédit photo)

  • Mardi 17 décembre 2013

    Calendrier liturgique