Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

notre dame

  • 11 février 1858, première apparition de Notre-Dame à Lourdes

    Le récit de l'apparition par Bernadette

    Ce jour-là, il fait bien froid. Vers 11 heures, Bernadette Soubirous, sa sœur Marie-Antoinette et une amie, Jeanne Abadie, se dirigent vers les bords du Gave du côté de la grotte de Massabielle pour chercher du bois. Pendant que Toinette et Jeanne s'éloignent de Bernadette, celle-ci avant de passer l'eau glaciale du canal se met à genoux pour réciter l'Angélus qu'on vient de sonner. C’est alors qu’a lieu la première apparition, comme la raconte Bernadette :

    « J'avais commencé à ôter mon premier bas, quand tout à coup j'entendis une grande rumeur pareille à un bruit d'orage. Je regardai à droite, à gauche, sur les arbres de la rivière. Rien ne bougeait ; je crus m'être trompée. Je continuai à me déchausser, lorsqu'une nouvelle rumeur, semblable à la première, se fit encore entendre. Oh! alors, j'eus peur et me dressai. Je n'avais plus de parole et ne savais que penser, quand, tournant la tête du côté de la grotte, je vis à une des ouvertures du rocher un buisson, un seul, remuer, comme s'il avait fait grand vent. Presque en même temps il sortit de l'intérieur de la grotte un nuage couleur d'or, et peu après une Dame jeune et belle, belle surtout, comme je n'en avais jamais vu, vint se placer à l'entrée de l'ouverture au-dessus du buisson. Aussitôt elle me regarda, me sourit et me fit signe d'avancer, comme si elle avait été ma mère. La peur m'avait passé, mais il me semblait que je ne savais plus où j'étais. Je me frottais les yeux, je les fermais, je les ouvrais, mais la Dame était toujours là, continuant à me sourire et me faisant comprendre que je ne me trompais pas. Sans me rendre compte de ce que je faisais, je pris mon chapelet dans ma poche et me mis à genoux. La Dame m'approuva par un signe de tête et amena elle-même dans ses doigts un chapelet qu'elle, tenait à son bras droit. Lorsque je voulus commencer le chapelet et porter ma main au front, mon bras demeura comme paralysé, et ce n'est qu'après que la Dame se fut signée que je pus faire comme elle. La Dame me laissa prier toute seule ; elle faisait bien passer entre ses doigts les grains de son chapelet, mais elle ne parlait pas ; et ce n'est qu'à la fin de chaque dizaine qu'elle disait avec moi : Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto. Quand j'eus fini de réciter mon chapelet, la Dame me fit signe d'approcher. Mais je n'ai pas osé. Alors elle rentra à l'intérieur de la roche et le nuage disparut avec elle. »

    « La Dame avait l'air d'une jeune fille de seize à dix-sept ans, aux yeux bleus. Elle était vêtue d'une robe blanche, serrée à la ceinture par un ruban bleu glissant le long de la robe. Elle portait sur sa tête un voile blanc, laissant à peine apercevoir ses cheveux, retombant ensuite en arrière jusqu'au dessous de la taille. Ses pieds étaient nus, mais couverts par les derniers plis de la robe sauf à la pointe où brillait sur chacun d'eux une rose jaune, épanouie. Les grains de son chapelet étaient blancs et la chaîne d'or brillante comme les deux roses des pieds. Je n'en ai jamais vu de semblable, ça brillait comme de l'or et bien plus encore. »

    Source : J.M., Agence Fides, 2 mai 2007.

    Notre-Dame_de_Lourdes_8a.jpg

  • Mercredi 27 juin 2018

    De la férie
     
    Au nouveau calendrier : Mémoire facultative de
    St Cyrille d'Alexandrie, évêque et docteur de l’Église

     En certains lieux : Notre Dame du Perpétuel Secours

  • Jeudi 24 mai 2018 : Fête de Notre Dame de Sheshan, « Aide des chrétiens », en Chine

    Le Pape a invité hier tous les fidèles réunis place Saint-Pierre à s’unir par la prière à leurs frères chinois.

    « Pour eux, prions la Sainte Vierge pour qu’ils puissent vivre la foi avec générosité et sérénité, et pour qu’ils sachent accomplir des gestes concrets de fraternité, de concorde et de réconciliation, en pleine communion avec le Successeur de Pierre. L’Église universelle prie avec vous et pour vous afin qu’au travers même des difficultés vous puissiez continuer à vous confier à la volonté de Dieu. La Sainte Vierge vous aidera toujours et vous gardera dans son cœur de mère. »

    C’est en 2008 que Benoît XVI, dans une lettre qu’il avait adressée aux catholiques chinois, avait exprimé sa volonté qu’une journée de prière se tienne chaque année le 24 mai pour l’Église en Chine. Il avait rédigé alors une prière à Notre Dame de Sheshan, vénérée dans la basilique du même nom, près de Shanghaï, premier lieu marial en Chine.

    D'après Vatican.News.

    « Vierge très sainte, Mère du Verbe incarné et notre Mère,
    vénérée dans le sanctuaire de Sheshan sous le vocable d’« Aide des Chrétiens »,
    toi vers qui toute l’Église qui est en Chine regarde avec une profonde affection,
    nous venons aujourd’hui devant toi pour implorer ta protection.
    Tourne ton regard vers le peuple de Dieu et guide-le avec une sollicitude maternelle
    sur les chemins de la vérité et de l’amour, afin qu’il soit en toute circonstance
    un ferment de cohabitation harmonieuse entre tous les citoyens.

    Par ton « oui » docile prononcé à Nazareth, tu as permis
    au Fils éternel de Dieu de prendre chair dans ton sein virginal
    et d’engager ainsi dans l’histoire l’œuvre de la Rédemption,
    à laquelle tu as coopéré par la suite avec un dévouement empressé,
    acceptant que l’épée de douleur transperce ton âme,
    jusqu’à l’heure suprême de la Croix, quand, sur le Calvaire, tu restas
    debout auprès de ton Fils, qui mourait pour que l’homme vive.

    Depuis lors, tu es devenue, de manière nouvelle, Mère
    de tous ceux qui accueillent dans la foi ton Fils Jésus
    et qui acceptent de le suivre en prenant sa Croix sur leurs épaules.
    Mère de l’espérance, qui, dans l’obscurité du Samedi-Saint,
    avec une confiance inébranlable, est allée au devant du matin de Pâques,
    donne à tes fils la capacité de discerner en toute situation,
    même la plus obscure, les signes de la présence aimante de Dieu.

    Notre-Dame de Sheshan, soutiens l’engagement de tous ceux qui, en Chine,
    au milieu des difficultés quotidiennes, continuent à croire, à espérer, à aimer,
    afin qu’ils ne craignent jamais de parler de Jésus au monde et du monde à Jésus.
    Dans la statue qui domine le Sanctuaire, tu élèves ton Fils,
    le présentant au monde avec les bras grands ouverts en un geste d’amour.
    Aide les catholiques à être toujours des témoins crédibles de cet amour,
    les maintenant unis au roc qui est Pierre, sur lequel est construite l’Église.
    Mère de la Chine et de l’Asie, prie pour nous maintenant et toujours. Amen ! »

    Benoît XVI, Prière à Notre Dame de Sheshan, 15 mai 2008.
    © Copyright - Libreria Editrice Vaticana.
     
  • Guillaume de Machaut (v.1300-1377) : Messe de Notre Dame - Gloria

    Ensemble Organum

  • Méditation - Stabat Mater

    « Si nous nous représentons l'affreux tourbillon de misères, le fardeau énorme de douleur et le surcroît de peines surnaturelles que Marie avait à endurer, et comment tout pesait d'une force irrésistible sur son cœur solitaire, c'est avec étonnement que nous verrons tout cela se briser contre sa tranquillité, comme la vague vient se briser en écumant contre un énorme promontoire, qui fait rejaillir les vagues furieuses et terribles sur la base frémissante sans être renversé. Ainsi en était-il de Marie.

    Elle n'était pas insensible comme le froid granit. Au contraire, la tempête la pénétrait, s'insinuait dans chaque repli de cette vaste nature, remplissait jusqu'à les faire déborder toutes les puissances qu'elle possédait pour la souffrance, et abreuvait d'amertume toutes ses facultés et toutes ses affections. Cependant rien ne put troubler la tranquillité de Marie. Sa paix intérieure était semblable au calme des profondeurs de l'Océan, lorsque la tempête en bouleverse la surface. Mais cette tranquillité n'était pas pour Marie un refuge contre l'insensibilité de la souffrance. Elle la rendait plutôt apte à souffrir davantage. Le calme permettait à la douleur de pénétrer plus irrésistiblement dans chaque partie de son être.

    Et il n'y avait chez Marie ni éclats, ni soupirs bruyants, ni sanglots entrecoupés, ni de vaines paroles pour exprimer la plainte. [...] Marie se tenait debout au pied de la croix ; voilà le tableau si grand dans sa simplicité que nous trouvons dans l’Écriture, voilà l'exacte vérité, et le peintre est le propre époux de Marie, le Saint-Esprit. Et c'était l'image de cette femme debout et calme que l'un de ses enfants les plus tendres, saint Bernard, contemplait dans une amoureuse admiration. C'est là ce qu'il y a d'attrayant dans les apparitions que nous font connaître les révélations de Marie d'Agréda et dans le portrait que nous ont tracé les visions de la sœur Emmerich. Les instincts de la religieuse espagnole étaient même plus vrais que ceux de l'âme artistique de l'extatique Allemande.

    Nous ne devons donc jamais éloigner de notre esprit la pensée de cette tranquillité de Marie au milieu de ses douleurs. Il n'y avait chez elle rien d'extravagant, rien de désordonné, rien de dramatique, rien de passionné, rien de démonstratif, rien d'excessif ; elle gardait la dignité la plus calme, la plus royale, la plus tranquille, [...] ; elle demeurait tranquille selon son rang et son degré de perfection, comme la nature divine de Notre-Seigneur, pendant que les tourments de la passion foulaient aux pieds sa nature humaine et allaient la faire mourir. La tranquillité de Marie était comme le reflet de celle de Jésus. C'était une des nombreuses participations à sa personne que Jésus accordait à Marie dans ses heures ténébreuses. »

    R.P. F.W. Faber (1814-1863), Le pied de la Croix ou les douleurs de Marie (chapitre 1, IV), Quatrième édition, Paris, Ambroise Bray, 1862.

    crucifixion_29a.jpg

    Rembrandt (1606(7)-1669), L'élévation de la croix
    (Crédit photo)

  • Léon Boëllmann (1862-1897) : Suite Gothique Op. 25 - Prière à Notre Dame


    Dragan Trajer, orgue Mutin-Cavaillé-Coll de Notre-Dame de Metz

  • La Neuvaine - Neuf mois de prière pour la France (Annonciation)

    La Neuvaine,Neuf mois,prière,France,Méditation,abbé,Eric Iborra

    Annonciation - Méditation du Père Emmanuel Gobilliard

    Disponible également en téléchargement ici.

  • Le 19 septembre 1846, apparition de la "Belle Dame" à La Salette

    Le 19 septembre 1846, apparition de la "Belle Dame" à Maximin Giraud, 11 ans, et Mélanie Calvat, 14 ans, dans les alpages où ils font paître leurs vaches, au dessus du village de La Salette.
    D’abord assise et toute en larmes, la "Belle Dame" se lève et leur parle longuement, en français et en patois, de "son Fils" tout en citant des exemples tirés du concret de leur vie. Elle leur laisse un Message en les chargeant de le " faire bien passer à tout son peuple. "
    Toute la clarté dont elle est formée et qui les enveloppe tous les trois, vient d’un grand Crucifix qu’elle porte sur sa poitrine, entouré d’un marteau et de tenailles. Elle porte sur ses épaules une lourde chaîne et, à côté, des roses. Sa tête, sa taille et ses pieds sont entourés de roses. Puis la " Belle Dame " gravit un raidillon et disparaît dans la lumière.

    Voici le texte du Message de Marie à La Salette :

    "Avancez, mes enfants, n’ayez pas peur, je suis ici pour vous conter une grande nouvelle.

    Si mon peuple ne veut pas se soumettre, je suis forcée de laisser aller le bras de mon Fils. Il est si fort et si pesant que je ne puis plus le maintenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres ! Si je veux que mon Fils ne vous abandonne pas, je suis chargée de le prier sans cesse. Pour vous autres, vous n’en faites pas cas ! Vous aurez beau prier, beau faire, jamais vous ne pourrez récompenser la peine que j’ai prise pour vous autres.

    Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième et on ne veut pas me l’accorder. C’est ça qui appesantit tant le bras de mon Fils.

    Et aussi, ceux qui mènent les charrettes ne savent pas jurer sans mettre le nom de mon Fils au milieu. Ce sont les deux choses qui appesantissent tant le bras de mon Fils.

    Si la récolte se gâte, ce n’est rien qu’à cause de vous autres. Je vous l’avais fait voir l’an dernier par les pommes de terre, vous n’en avez pas fait cas. C’est au contraire : quand vous en trouviez des pommes de terre gâtées, vous juriez, vous mettiez le nom de mon Fils au milieu. Elles vont continuer, et cette année, pour la Noël, il n’y en aura plus.

    (Jusqu’ici la Belle Dame a parlé en français. Elle prévient une question de Mélanie et termine son discours en patois.)

    Vous ne comprenez pas, mes enfants ! Je vais vous le dire autrement. Si la recolta se gasta...
    Si vous avez du blé, il ne faut pas le semer. Tout ce que vous sèmerez, les bêtes le mangeront et ce qui viendra tombera tout en poussière quand on le battra. Il viendra une grande famine.
    Avant que la famine vienne, les petits enfants au-dessous de 7 ans prendront un tremblement et mourront entre les mains des personnes qui les tiendront.
    Les autres feront pénitence par la famine. Les noix deviendront vides, les raisins pourriront.

    (A ce moment Mélanie voit que la Belle Dame dit quelques mots à Maximin, mais elle n’entend pas. Puis c’est au tour de Maximin de comprendre qu’elle dit quelques mots à Mélanie qu’il n’entend pas non plus. Puis elle poursuit.)

    S’ils se convertissent, les pierres et les rochers deviendront des monceaux de blé et les pommes de terre seront ensemencées par les terres.

    Faites-vous bien votre prière, mes enfants ?
    Pas guère, Madame.
    Ah ! Mes enfants, il faut bien la faire, soir et matin, ne diriez-vous seulement qu’un "Notre Père" et un "Je vous salue". Et quand vous pourrez mieux faire, dites-en davantage.
    L’été, il ne va que quelques femmes un peu âgées à la Messe. Les autres travaillent le dimanche tout l’été, et l’hiver, quand ils ne savent que faire, ils ne vont à la Messe que pour se moquer de la religion.
    Le Carême, ils vont à la boucherie, comme les chiens.
    N’avez-vous point vu de blé gâté, mes enfants ?
    Non Madame !
    Mais vous, Maximin, mon enfant, vous devez bien en avoir vu une fois, au Coin, avec votre père. Le maître du champ dit à votre père de venir voir son blé gâté. Vous y êtes allés. Votre père prit deux ou trois épis dans sa main, les froissa et ils tombèrent tous en poussière. En vous en retournant, quand vous n’étiez plus qu’à une demi-heure de Corps, votre père vous donna un morceau de pain en vous disant : "Tiens, mon petit, mange encore du pain cette année, car je ne sais pas qui va en manger l’an qui vient si le blé continue comme ça".
    Ah ! Oui, Madame. Je m’en rappelle à présent. Je ne m’en rappelais pas tout à l’heure.

    Eh bien, mes enfants, vous le ferez passer à tout mon peuple !
    Allons, mes enfants, faites-le bien passer à tout mon peuple !"

    Source : Sanctuaire de Notre-Dame de La Salette.

     anniversaire,apparitions,belle dame,notre dame,la salette,maximin giraud,mélanie calvat,message,19 septembre,1846

  • Vietnam : Congrès marial au sanctuaire de La Vang du 13 au 15 août 2014

    Vietnam,Congrès marial,sanctuaire,Notre Dame,La Vang,13 au 15 août,2014

    Il s’agit là d’un congrès national qui a lieu tous les trois ans. Des représentants de l’ensemble de l’Église au Vietnam y participent, ainsi qu’un certain nombre de fidèles venus du monde entier.

    Cette manifestation se déroule dans un lieu considéré par les catholiques du Vietnam comme le plus sacré de leur pays, et le sanctuaire de La Vang est l’un des plus connus et fréquentés de tout le continent asiatique. Selon une tradition qui remonte à la fin du XVIIIe siècle, la Vierge Marie y est apparue au mois d’août 1798. À cette époque, le roi Can Thinh, de la dynastie issue de la révolte des Tay Son, avait publié un décret ordonnant la persécution des catholiques du royaume. Beaucoup d’entre eux s’étaient enfuis dans la forêt. C’est là que la Vierge Marie leur était apparue alors qu’ils imploraient sa protection.

    Lorsque le pèlerinage au sanctuaire de Notre-Dame de La Vang coïncide avec un ce congrès triennal, comme c’est le cas cette année, le nombre de pèlerins est particulièrement élevé. Généralement, on en compte un demi-million...

    Le congrès, centré sur l’évangélisation de la famille, sera marqué par des témoignages de familles venues de plusieurs provinces et issues de milieux sociaux différents. Le 15 août, on priera pour l’Église catholique et pour le Vietnam. Des lectures bibliques et des sessions de prière ont été organisées pour préparer ce rendez-vous. L’Église veut relancer la participation à la Messe dominicale et la pratique de la confession qui ont baissé avec l’urbanisation et le développement.

    Historique

    Notre Dame de La Vang fut déclarée protectrice des catholiques du Vietnam en 1901. Une église remplaça cette année-là la petite chapelle construite en 1886 sur le lieu de l’apparition. En 1928, l'église fut agrandie et un pèlerinage national s’y déroule depuis tous les trois ans.

    L’église fut élevée au rang de basilique mineure en 1962 par Jean XXIII, mais ce lieu de culte fut détruit pendant la guerre du Vietnam.

    Lorsque le 19 juin 1988, St Jean Paul II canonisa 117 martyrs vietnamiens, il souhaita la reconstruction du sanctuaire « dans un climat de liberté et de paix, et de gratitude envers celle que toutes les générations disent bienheureuse », de sorte que ce sanctuaire puisse favoriser l’unité nationale et le progrès civil et moral du pays. Et le sanctuaire fut reconstruit. Le 15 août 1998, quelque 70.000 fidèles ont prié ensemble à Notre-Dame de La Vang pour le bicentenaire des apparitions.

    Sources : Radio Vatican et EDA (Eglises d'Asie)

  • Méditation : Notre Dame du Mont Carmel

    « Les jours les plus proches de la grande fête de Marie se trouvent relevés par la solennité qui célèbre la Bienheureuse Vierge dans les symboles prophétiques et dans les prodiges rassemblés autour du Mont-Carmel. Déjà le début de la messe nous fait entendre l'appel heureux de celle de l'Assomption : « Réjouissons-nous tous dans le Seigneur ». Les oraisons nous redisent les privilèges de l'Ordre fondé sur la terre même de Jésus et de Marie et auquel nous associe le plus ancien des scapulaires. Renouvelons-nous dans la tendre douceur de ce vêtement qui nous enveloppe en quelque sorte de la protection de notre Mère. Ce symbole maternel n'est-il pas magnifiquement célébré dans les promesses que l’Église prête à Marie elle-même et que nous trouvons dans l'épître de la messe de saint Jean ? « Comme une mère honorée... elle le revêtira de l'esprit de sagesse et d'intelligence et le couvrira d'une robe de gloire. Elle accumulera sur lui la joie et l'allégresse et lui donnera pour héritage un nom éternel. » Méditez avec une tendresse extasiée les promesses de votre Mère à ceux qui se revêtent de son amour comme de la robe nuptiale ordonnée par son Fils divin. Rappelez-vous tant d'autres prodiges illustrant le maternel symbole, sous la forme de vêtements célestes apportés par Marie à ses serviteurs. L'un d'eux demeure toujours le grand souvenir de Tolède et de sa splendide cathédrale. Chaque année donc, en la fête de Notre-Dame du Mont-Carmel, ayez à cœur de renouveler votre dévotion au scapulaire, ravissant témoignage de la protection de Marie. »

    Edmond Joly (1861-1932), Notre-Dame de Bonheur, Casterman, Paris, 1938 (éd. posthume).
    (NB : "Notre Dame de Bonheur" sera présentée le 9 août prochain.)

    N-D_Mont-Carmel-ba.jpg

  • Mercredi 16 juillet 2014

    N.-D. du Mont-Carmel

    N.-D.,Notre Dame,Mont-Carmel,Saint,Athénogène,évêque,compagnons,martyrs,Sébaste,Arménie,Valentin,Trèves,Tongres,Sisenand,diacre,martyr,Cordoue,Espagne,Fauste,Sainte,Renelde,Reinelde,Ernelle,vierge,Grimoald,Gondulphe,Saintes,Hannonie,Belgique,Domnion,Bergame,Domnin,enfant,Avrilly,Eure,Puy en Velay,Eustache,confesseur,Antioche,Vitalien,Capoue,Marie-Madeleine Postel,fondatrice,Abbaye,St-Sauveur-le-Vicomte,Coutances,Hilarin,moine,Ostie,Antioche,Antiochius,médecin,Anastasiopolis,Galatie,Landri,Sées,Hélier,ermite,île,Jersey,Généroux,abbé,Saint Jouin de Marne,Poitou,Monulphe,Gondulphe,Maastricht,Brabant,Ténénan,Thénénan,Tinidor,Léon,Sisenand,diacre,Cordoue,Andalousie,Bienheureuse,Irmengarde,abbesse,monastère,Chiemsee,Bavière,Milon,Thérouanne,Artois,Elvire,Ohren,Rhénanie,Bienheureux,Barthélemy des Martyrs,Braga,Portugal,Viana do Castello,Jean Sugar,Robert Grissold,Warwick,Angleterre,Bienheureux Martyrs du Brésil,André de Soveral,Dominique Carvalho,Cunhau,Natalia,Brésil,Marie-Rose de Gordon,compagnes,martyres,Orange,Nicolas Savouret,Claude Béguignot,prêtre,Rochefort,Lang Yangzhi,Paul Lang Fu,mère,fils,Lujiapo,Quingho,province,Hebei,Chine,Thérèse Zhang Hezhi,Zhangjaji,Ningjin

    La commémoraison fut instituée par les Carmes vers 1380

     Introitus: Gaudeamus omnes in Domino [version pour l'Assomption]

    Ant. ad Introitum.
    Gaudeámus omnes in Dómino, diem festum celebrántes sub honóre beátæ Maríæ Vírginis, de cuius solemnitáte gaudent Angeli et colláudant Fílium Dei.
    Réjouissons-nous ensemble dans le Seigneur, car la fête que nous célébrons aujourd’hui est celle de la bienheureuse Vierge Marie. Cette solennité réjouit les Anges et tous en chœur louent le Fils de Dieu.

    Ps. 44, 2.
    Eructávit cor meum verbum bonum ; dico ego opéra mea Regi.
    De mon cœur a jailli une parole excellente, c’est que je consacre mes œuvres à mon Roi.

    V/. Glória Patri.

    Calendrier liturgique

  • Vendredi 27 juin 2014

    Fête du Sacré-Coeur de Jésus

     fête,sacré-coeur,jésus,notre dame,nd,perpétuel secours,saint,joseph cafasso,confesseur,cyrille d'alexandrie,docteur de l'eglise,crescent,disciple,st paul,martyr,galatie,zoïle,zoilus,compagnons,martyrs,cordoue,espagne,anecte,césarée de palestine,sampson l'hospitalier,prêtre,constantinople,jean,breton,ermite,touraine,chinon,ladislas,roi,varadin,hongrie,sainte,jeanne la myrophore,femme,intendant,hérode,guddénis,guddène,gondène,martyre,carthage,pome,vierge

    « ...Et me découvrant son divin Cœur : Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes qu'il n'a rien épargné, jusqu'à s'épuiser et se consumer pour leur témoigner son amour ; et pour reconnaissance je ne reçois de la plus grande partie que des ingratitudes, par les mépris, irrévérences, sacrilèges et froideurs qu'ils ont pour moi dans ce Sacrement d'amour. Mais ce qui est encore plus rebutant, c'est que ce sont des cœurs qui me sont consacrés. C'est pour cela que je te demande que le premier vendredi après l'octave du Saint-Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon Cœur, en lui faisant réparation d'honneur par une amende honorable, communiant ce jour-là pour réparer les indignités qu'il a reçues pendant le temps qu'il a été exposé sur les autels ; et je te promets que mon Cœur se dilatera pour répandre avec abondance les influences de son divin amour sur ceux qui lui rendront cet honneur. »

    (Source)

    Calendrier liturgique

  • Antonio Lotti (v.1665-1740) : Messe à 3 voix en si b majeur - Kyrie eleison

    Maîtrise de la Cathédrale Notre Dame de Paris
    Orgue de chœur : Yves Castagnet

  • Vie monastique bénédictine

    "La connaissance de Dieu est reçue dans le silence divin" (St Jean de la Croix)
    Voix des moines de l'Abbaye de Notre Dame de Fontgombault
    "Alleluia Vir Dei Benedictus omni" (Saint Benoît)

  • Défendre le repos dominical, enjeu électoral

    A l’approche des élections européennes, l’Alliance européenne pour le dimanche a lancé cette semaine un appel aux députés, sous la forme d’un texte d’engagement. En signant ce texte, les membres actuels du Parlement européen et les candidats aux prochaines élections s’engagent notamment à défendre le repos le dimanche :

    "Le dimanche chômé et un temps de travail décent sont de la plus haute importance pour les citoyens de toute l'Europe, sans être nécessairement en conflit avec la compétitivité économique. En ce temps particulier de crise socio-économique, l'adoption d'une loi prolongeant les heures de travail le soir tard, les jours fériés et le dimanche aurait des conséquences directes sur les conditions de travail des salariés, notamment dans les petites et moyennes entreprises. La compétitivité a besoin d'innovation, l'innovation de créativité, la créativité de repos !

    En tant que membre actuel ou futur du Parlement européen, je m'engage :

    1. à m'assurer que la législation communautaire respecte et préserve un jour de repos hebdomadaire commun à tous les citoyens de l'UE, en principe le dimanche, en vue de protéger la santé des travailleurs et de promouvoir un meilleur équilibre entre vie familiale et vie professionnelle ;
    2. à promouvoir une législation européenne garantissant des modèles de temps de travail durable, fondé sur le principe du travail décent, tant au bénéfice de la société qu'à l'économie dans son ensemble.

    Signature."

    Cette campagne européenne pour la dignité du travail et le respect du dimanche a déjà reçu le soutien des salésiens de Belgique. A diffuser largement.

    Source : Radio Vatican.

    « Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième et on ne veut pas me l’accorder. C’est ça qui appesantit tant le bras de mon Fils. »
    Notre-Dame de La Salette, le 19 septembre 1846.

    « Il ne faut pas travailler le dimanche. Heureux celui qui croira et malheureux celui qui ne croira pas. »
    Notre-Dame du Dimanche, à Saint-Bauzille-de-la-Sylve, le 8 juillet 1873.

  • Jeudi 27 juin 2013

    Calendrier liturgique

  • Couronnée d'étoiles

    R/ Nous te saluons, ô toi Notre Dame,
    Marie Vierge Sainte que drape le soleil,
    Couronnée d'étoiles, la lune est sous tes pas.
    En toi nous est donnée l'aurore du Salut.

    1. Marie, Eve nouvelle et joie de ton Seigneur,
    Tu as donné naissance à Jésus le Sauveur
    Par toi, nous sont ouvertes les portes du jardin,
    Guide-nous en chemin, Etoile du matin.

    2. Tu es restée fidèle, Mère au pied de la croix,
    Soutiens notre espérance et garde notre foi.
    Du côté de ton Fils, tu as puisé pour nous
    L'eau et le sang versés qui sauvent du péché.

    3. Quelle fut la joie d'Eve lorsque tu es montée,
    Plus haut que tous les anges, plus haut que les nuées,
    Et quelle est notre joie, douce Vierge Marie,
    De contempler en toi la promesse de vie.

    4. Ô Vierge Immaculée, préservée du péché,
    En ton âme, en ton corps, tu entres dans les cieux,
    Emportée dans la gloire, sainte Reine des cieux,
    Tu nous accueilleras un jour auprès de Dieu.