Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

christ roi

  • « Je veux consacrer ce mandat, notre mandat, au Christ, Roi de l'univers... »

    Eh non, ce n'est pas en France...

    Une députée brésilienne de la Chambre des représentants a prononcé le 5 février dernier son discours d'ouverture, déclarant son engagement en tant que catholique envers « Le Christ, roi de l'Univers », et a terminé son discours par le cri « ¡Viva Cristo Rey! » (Vive le Christ Roi !).

    Christine Nogueira do Reis Tonietto, communément appelée « Chris Tonietto », est une avocate de 27 ans, membre du Centre Dom Bosco, un mouvement qui cherche à enseigner aux catholiques la connaissance de la doctrine catholique et la pratique de la piété catholique, particulièrement en ce qui concerne la réception régulière des sacrements. Elle a été élue à la Chambre des représentants brésilienne l'année dernière en tant que membre du conservateur Parti social libéral, qui a également nommé l'actuel président du Brésil, Jair Bolsonaro.

    Mme do Reis Tonietto fait partie d'une nouvelle génération de représentants catholiques et évangéliques protestants conservateurs qui ont été portés au pouvoir dans la victoire du président brésilien Jair Bolsonaro, qui a fait campagne pour éradiquer l'idéologie politique socialiste du gouvernement brésilien et pour la remplacer par les valeurs chrétiennes.

    Tenant des positions sans compromis pro-vie et pro-famille, Mme do Reis Tonietto s'est également engagée dans la refonte du système éducatif brésilien qui, sous les gouvernements socialistes précédents, est devenu un système d'endoctrinement politique en faveur de l'idéologie politique et sociale néomarxiste, notamment l'idéologie du genre.

    « [...] Je veux consacrer ce mandat, notre mandat, au Christ, Roi de l'univers, à Notre-Dame d'Aparecida, patronne du Brésil, qui est le pays de la Sainte Croix. Je veux réaffirmer ici mon engagement moral à la défense de la vie depuis la conception, à la défense de la famille, des valeurs chrétiennes, à la lutte contre l'avortement, l'idéologie du genre, la corruption et le crime. J'exhorte la jeunesse brésilienne à ne pas perdre espoir dans notre nation. Je veux servir ma patrie avec tout l'amour, tout l'engagement éthique et moral et la vigueur qu'inspire tant ma foi catholique. Je vous souhaite à tous un mandat excellent et béni, et que Dieu bénisse nos actions ici, dans cette enceinte législative. ¡Viva Cristo Rey! »

    Le cri « Viva Cristo Rey » est devenu populaire en Amérique latine et en particulier au Mexique dans les années 1920 et 1930, pendant la persécution des catholiques par le gouvernement mexicain, après l'institution de la fête du Christ Roi par le Pape Pie XI en 1925. Les [catholiques] participants à la « Cristiada » ou Guerre des Cristeros, qui éclata au Mexique en 1926 pour la défense de la foi catholique, utilisaient ces mots comme cri de ralliement.

    Source : Campagne Québec-Vie - Trad. d'un article de Matthew Cullinan Hoffman.

  • Angelus de ce dimanche 25 novembre 2018

    Le royaume de Dieu est fondé sur l’amour, non sur la violence et la force des armes : c’est ce qu’a dit le Pape François avant la prière de l’Angélus, en ce dimanche où l’Église célèbre le Christ Roi de l’Univers, une solennité qui clôt l’année liturgique.

    Compte rendu de Manuella Affejee à lire sur Vatican News.

    Texte intégral des paroles du Pape traduites en français sur Zenit.org.

  • Allelúia de la Fête du Christ Roi


    Abbaye Sainte-Madeleine du Barroux (CD Christ-Roi)

    Allelúia, allelúia. V/. Potéstas eius, potéstas ætérna, quæ non auferétur : et regnum eius, quod non corrumpétur.
    Alleluia, alleluia. V/. Sa puissance, est une puissance éternelle, qui ne sera pas emportée, et son règne est un règne qui ne sera point bouleversé. Alleluia, alleluia.
    (Dan. 7, 14)

    Chaque jour les offices en direct (ou en différé)

  • Programme liturgique du Pape en cette fin d'année

    Le Bureau des célébrations liturgiques du Saint-Siège a rendu public le mardi 6 septembre le calendrier liturgique des célébrations qui seront présidées par le Pape François jusqu’à la fin de l’Année jubilaire, le 20 novembre prochain.

    Le prochain rassemblement concernera le Jubilé des catéchistes, avec une Messe qui sera célébrée par le Pape François  le dimanche 25 septembre à 10h30 sur la Place Saint-Pierre.

    Le week-end suivant, du vendredi 30 septembre au dimanche 2 octobre, le Pape se rendra en Géorgie et en Azerbaïdjan pour la seconde étape de sa tournée dans le Caucase, après son voyage en Arménie en juin dernier.

    Le Jubilé marial, le week-end des 8 et 9 octobre, donnera lieu à deux rassemblements sur la Place Saint-Pierre, en présence du Pape François : une veillée le samedi soir à 17h30, et la Messe le dimanche matin à 10h30.

    Le dimanche suivant, 16 octobre, à 10h15 sur la Place Saint-Pierre, le Pape présidera la Messe de canonisation de sept nouveaux saints, parmi lesquels deux Français : la carmélite Élisabeth de La Trinité (1880-1906), et le Frère des Écoles chrétiennes Salomon Leclercq (1745-1792), tué durant la Révolution française.

    Les autres futurs saints sont l’adolescent mexicain José Sanchez del Rio (1913-1928), martyr de la guerre des Cristeros, le prêtre argentin Jose Gabriel del Rosario Brochero (1840-1914), qui deviendra la premier saint originaire du pays du Pape actuel, l’évêque espagnol Manuel Gonzalez Garcia (1877-1940), fondateur des Missionnaires eucharistiques de Nazareth, et enfin deux prêtres italiens du XIXe siècle : Alfonso Maria Fusco (1839-1910), fondateur de la Congrégation des Sœurs de Saint-Jean-Baptiste, et Lodovico Pavoni (1784-1849), fondateur des Fils de Marie Immaculée.

    Les 31 octobre et mardi 1er novembre, le Pape François effectuera un voyage en Suède à l’occasion du 500e anniversaire de la Réforme protestante. Pour la première fois de son pontificat, le Pape ne célèbrera pas la Messe de la Toussaint à Rome, mais sur place avec la petite communauté catholique locale.

    Le vendredi 4 novembre à 11h30, il présidera comme chaque année à l’autel de la Chaire, au fond de la basilique Saint-Pierre, la Messe en mémoire des cardinaux et évêques décédés dans le cours de l’année.

    Suivront deux Jubilés exceptionnels : le dimanche 6 novembre à 10h à la basilique Saint-Pierre, la Messe du Jubilé des prisonniers, et le dimanche 13 novembre au même lieu et à la même heure, le Jubilé des personnes sans domicile fixe.

    Enfin, le dimanche 20 novembre à 10h, en la Solennité du Christ-Roi qui marque la fin de l’Année liturgique (*), le Pape présidera la Messe de clôture du Jubilé de la Miséricorde, qui avait été ouvert en deux temps : le 29 novembre 2015 à Bangui (République centrafricaine), et le 8 décembre 2015 à Rome, en la Fête de l’Immaculée Conception.

    Naturellement, ce programme ne tient pas compte des activités du Pape ne relevant pas de la compétence du Bureau des célébrations liturgiques : audiences générales et jubilaires, audiences privées, et déplacements ne donnant pas lieu à une messe, comme sa participation à un rassemblement interreligieux à Assise, le mardi 20 septembre prochain.

    Source : Radio Vatican (CV).

    (*) : au nouveau calendrier liturgique. La fête du Christ Roi est placée au calendrier traditionnel au dernier dimanche d'octobre (donc le 23 octobre cette année).

  • L'église du Christ Roi à Font Romeu une nouvelle fois vandalisée

    eglise-christ-roi-font-romeu.jpg

    © Patrick Chevallier

    L'église du Christ Roi à Font Romeu a été une nouvelle fois vandalisée au début du mois de juin. Don Jean-Xavier, curé de la paroisse, a découvert les dommages ce vendredi 19 juin alors qu'il se rendait à l'église afin de préparer la saison estivale pendant laquelle cette église ouvre ses portes aux nombreux fidèles. Vitres brisées, porte cassée, croix abimée, excréments sur l'autel de la crypte, harmonium abimé sont malheureusement à déplorer.

    Cette nouvelle profanation provoque une immense peine pour les baptisés et toutes les personnes de bonnes volontés. Il nous faut réparer le mal qui a été commis.

    Tous les fidèles et les personnes scandalisées par ce vandalisme sont invités à participer à la Messe de réparation qui sera célébrée le samedi 27 juin à 11h00 à l'église du Christ Roi.

    Pour information, un projet de réhabilitation de cette église visant à empêcher les squats est à l'étude mais les autorisations nécessaires sont encore en attente.

    Source :  Paroisses Cerdagne Capcir.

  • Ordinations à la Fraternité Saint-Pierre et à l'Institut du Christ Roi

    Ordinations,Fraternité,Saint-Pierre,FSSP,normalisation,cathédrale,Chartres,Mgr Aillet,communautés,Ecclesia Dei,motu proprio,Summorum pontificum,Benoît XVI,liturgie traditionnelle,John BergTrois diacres de la Fraternité Saint-Pierre seront ordonnés prêtres le samedi 28 juin dans la cathédrale de Chartres. L’occasion de faire le point sur les relations entre l’épiscopat français et les communautés Ecclesia Dei.

    Samedi 28 juin, trois diacres français de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre (FSSP) seront ordonnés prêtres dans la cathédrale de Chartres par Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Oloron et Lescar. Une première, puisque les ordinations sacerdotales des ordinants français de cette communauté de prêtres traditionnels ont habituellement lieu dans leur séminaire de Wigratzbad, en Bavière, ou plus rarement en France, à l’abbaye Notre-Dame de Fongombault.

    Sept ans après le motu proprio Summorum pontificum sur la liturgie traditionnelle, cet évènement serait-il le signe d’une normalisation des relations entre l’épiscopat français et les communautés Ecclesia Dei ?

    Pour l’abbé John Berg, Supérieur général de la FSSP, c’est « un geste fort » de Mgr Pansard, l’évêque de Chartres. « En nous ouvrant sa cathédrale, il montre que nous avons toute notre place dans l’Église. C’est aussi, ajoute-t-il, un signe de l’accueil toujours plus favorable des communautés attachées à la forme extraordinaire du rite romain en France. »

    Du côté de Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et de Lourdes, il est après tout « normal et logique » que ces prêtres soient ordonnés dans une cathédrale française et non pas en Allemagne, puisqu’ils sont « français et en communion avec Rome ». 

    De fait, depuis plusieurs années, certains évêques n’hésitent plus à confier des missions apostoliques à des prêtres issus de communautés Ecclesia Dei dont la qualité de leur formation théologique est appréciée. « Ils ont par exemple des missions dans des écoles catholiques, des officialités. Dans mon diocèse, deux prêtres de la Fraternité Saint-Pierre exercent leur ministère à Lourdes, l’un dans le sanctuaire, l’autre auprès d’une communauté de fidèles attachés au rite romain traditionnel », explique Mgr Brouwet. De son côté, Mgr Castet, évêque de Luçon, se félicite des relations « très fraternelles » qu’il entretient avec les deux prêtres de la Fraternité Saint-Pierre en exercice dans son diocèse : « Ils font un très bon travail, nous avons des contacts réguliers ».  

    Pour eux, cette situation récente est le fruit du motu proprio Summorum pontificum, publié en juillet 2007 par le pape Benoît XVI libéralisant la messe en forme extraordinaire. « Cela a créé un apaisement et une dynamique qui se poursuit aujourd’hui, analyse l’abbé Berg. Les aspirations des fidèles attachés à ce patrimoine liturgique sont reconnues comme légitimes, leurs demandes sont mieux accueillies dans les diocèses. Il faut ajouter à cela un contexte général de bienveillance et de meilleure compréhension entre les catholiques, qui ressentent un grand besoin d’unité face à la culture relativiste ambiante et qui se retrouvent dans les causes urgentes de défense de la vie, de la famille et des fondements de la société ». 

    « Le motu proprio Summorum pontificum publié par Benoît XVI en 2007 a créé un apaisement et une dynamique qui se poursuit aujourd’hui. »

    Un bémol cependant, lié justement à la célébration de la messe. « Les prêtres des communautés Ecclesia Dei ne célèbrent pas la messe dans la forme ordinaire, ce qui m’empêche de leur confier certains ministères, regrette Mgr Brouwet. C’est dommage car cela me donnerait un bon coup de main. Je ne peux pas imposer la forme extraordinaire aux fidèles. Il faut qu’ils aient accès à la messe ordinaire. » Une opinion que partage Mgr Castet qui « regrette simplement que leur choix liturgique empêche leur ardeur apostolique de se développer plus largement ».

    Cette demande de bi-ritualisme pose la question du respect de la spécificité des communautés Ecclesia Dei, dont le pape François a souligné le « charisme propre » lorsqu’il a accordé le 28 octobre dernier sa bénédiction apostolique à la FSSP à l’occasion de son vingt-cinquième anniversaire.

    Pour sa part, de manière pragmatique, l’évêque de Fréjus-Toulon, Monseigneur Rey, a ouvert en septembre 2013 une formation au sein du séminaire La Castille : la Maison Saint Charles Borromée. Elle accueille les futurs prêtres diocésains attachés à la forme extraordinaire du rite romain et souhaitant la célébrer de manière principale, sans exclure la célébration dans la forme ordinaire.

    Élisabeth Caillemer

    Source : Famille chrétienne - Crédit photo ©P.RAZZO-CIRIC.

    *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

    « A nos Amis et Bienfaiteurs »

    Si l’on comprenait bien le prêtre sur la terre, on mourrait, non de frayeur, mais d’amour ! Ces paroles du saint Curé d'Ars résonnent à nos oreilles, à quelques jours de notre ordination sacerdotale. Alors que le monde rejette plus que jamais le prêtre et ce qu'il représente, il nous faut pénétrer davantage ce mystère du sacerdoce auquel Notre-Seigneur nous a appelés. Écoutons ce que disait le pape François lors d'une cérémonie d'ordinations sacerdotales le 11 mai dernier :

    Parmi tous ses disciples, le Seigneur Jésus veut en choisir quelques-uns en particulier, pour qu’en exerçant publiquement dans l’Église en son nom la charge sacerdotale en faveur de tous les hommes, ils poursuivent sa mission personnelle de maître, prêtre et pasteur. (...) 

    Ils seront en effet conformés au Christ, prêtre suprême et éternel, c’est-à-dire qu’ils seront consacrés comme véritables prêtres du Nouveau Testament, et à ce titre, qui les unit dans le sacerdoce à leur évêque, ils seront les prédicateurs de l’Évangile, les pasteurs du peuple de Dieu, et ils présideront les actes du culte, en particulier lors de la célébration du sacrifice du Seigneur. 

    Quant à vous, frères et fils bien-aimés, qui allez être élevés à l’ordre du presbytérat, considérez qu’en exerçant le ministère de la sainte doctrine vous participerez de la mission du Christ, unique maître. Dispensez à tous cette Parole, que vous avez vous-mêmes reçue avec joie, de vos mères, de vos catéchistes. Lisez et méditez assidûment la parole du Seigneur pour croire ce que vous avez lu, pour enseigner ce que vous avez appris dans la foi, pour vivre ce que vous avez enseigné. 

    Que votre doctrine, qui n’est pas la vôtre, soit donc la nourriture du peuple de Dieu : vous n’êtes pas les maîtres de la doctrine ! C’est la doctrine du Seigneur, et vous devez être fidèles à la doctrine du Seigneur ! Que votre doctrine soit donc une nourriture pour le peuple de Dieu, le parfum de votre vie, une joie et un soutien pour les fidèles du Christ, pour qu’avec la parole et l’exemple vous édifiiez la maison de Dieu, qui est l’Église. 

    Et ainsi vous continuerez l’œuvre sanctificatrice du Christ. À travers votre ministère, le sacrifice spirituel des fidèles est rendu parfait, car il est lié au sacrifice du Christ, qui par vos mains au nom de toute l’Église est offert de manière non sanglante sur l’autel lors de la célébration des saints mystères.

    Chers amis, conscients de notre faiblesse, nous nous confions à vos prières pour être des prêtres selon le Cœur de Jésus, n'hésitez pas à nous confier les vôtres !

    Vos futurs prêtres.

    Abbé Francis Altiere

    Abbé Benjamin Coggeshall

    Abbé Joel Estrada

    Abbé Robert Vignaud

    Abbé Similien Waché de Corbie

    Abbé Andrew Todd

    Abbé Louis Poucin de Wouilt

    Abbé François de Beaurepaire

    Source : Institut du Christ Roi Souverain Prêtre - Lettre juin 2014.

  • "Cristeros", un film à soutenir dès maintenant

    En 1926, un soulèvement populaire secoue le Mexique suite aux lois du président Calles, qui interdisent toutes pratiques religieuses dans l’ensemble du pays. Des hommes et des femmes de tous horizons, les Cristeros, vont alors risquer leur vie pour défendre leur liberté et lutter contre les persécutions menées par le gouvernement. Une des pages les plus sombres de l'Histoire du Mexique qui évoquent le soulèvement des Vendéens en faveur de la liberté religieuse durant la Révolution française.

    Ce film à la distribution majestueuse est sorti au Mexique et aux États-Unis en 2012. Distribué en France par Saje Production ("Des vidéos pour la mission"), il mérite d'être soutenu dès maintenant, en participant à sa campagne de promotion. Pour cela, un moyen très simple : il suffit d'indiquer sur le site du film son intention de voir le film dans sa ville.

    Avec Andy García, Eva Longoria, Peter O'toole, Eduardo Verástegui.

    Sortie prévue en France le 14 mai.

    Pour participer à la promotion du film : http://www.cristeros-lefilm.fr/participez-a-la-promotion-du-film.html

    Cristeros.jpg

     "Ce film est dédié aux vaillants Cristeros et à leurs familles que leur grand amour de Dieu a poussé à défendre leur foi et leur droit à Le vénérer librement, avec toujours pour devise : "Longue vie au Christ Roi et à Notre Dame de Guadalupe !"

     

    La politique anti-religieuse au Mexique

    Extraits de la loi Calles (Plutarco Elias Calles) (1925)

           Article 1. « Les ministres de la religion doivent tous être mexicain de naissance. La peine pour les contrevenants est de 500,00 $ ou quinze jours de beau temps en prison. Les autorités ont le pouvoir d'expulser le contrevenant, sans conditions. »

           Article 2. « Quiconque célèbre les actes de culte, à savoir l'administration des sacrements, ou prêche des sermons doctrinaux, est punissable selon les mêmes termes que l’article 1."

           Article 3. « Nul ministre de la religion ne peut enseigner la religion dans une école élémentaire, même privée, sous peine de 500,00 $ ou quinze jours de prison. Toute récidive entraîne une sanction plus sévère. »

           Article 4. « Aucun ministre d'une religion ne peut ouvrir ou diriger une école élémentaire, ni enseigner. Toute infraction est punissable d’une amende de 500,00 $ ou 15 jours de prison. »

           Article 6. « Il est strictement interdit d’exprimer ses opinions religieuses. Les monastères et les couvents sont dissouts. Les membres de ces monastères dispersés qui se rencontrent secrètement, sont condamné à une amende et sont passibles d’une peine de un à deux ans de prison et six ans en cas de récidive. »

           Article 8. « Est passible de six ans de prison toute déclaration d’un ministre du culte, qui, par écrit, soutient que les présents articles la constitution anti-religieuse n'obligent pas en conscience. »

           Article 9. « Toute protestation par la force physique ou morale contre les dispositions de l’article 8 est passible de la peine d'un an de prison, et de six ans pour un prêtre. »

           Article 10. « Est punie d’une peine de cinq ans de prison toute critique des articles de la présente Constitution anti-religieuse par un ministre du culte, que ce soit en public ou en privé. »

           Articles 14-15. La liberté de la presse dans le domaine religieux est supprimée. Toute infraction est punie de sanctions sévères.

           Article 17. « Toute initiative dans l'enceinte d’une église doit être signalée aux autorités, sous peine d'amende et d'emprisonnement. [Selon l'article 28, toute négligence dans l'application des dispositions de la présente de la part des représentants des autorités gouvernementales entraîne pour leur part une amende de cent dollars, et la suspension de leur fonction pendant un mois ; en cas de récidive, la suspension est définitive.]

           Article 18. « Le port d’un habit religieux est strictement interdit aux ministres du culte des deux sexes, ainsi que tout signe distinctif habituel en tant que membres d'une religion ou d’un culte. L'amende pour est de 500,00 $ ou 15 jours de prison. En cas de récidive, une peine plus sévère est appliquée. [L'article 29 prévoit que le refus de faire appliquer l’article 18 par le représentant de l’autorité municipale sera puni d'une amende de 100,00 $ et d’un mois de suspension. La récidive entraîne la suspension définitive]. »

           Article 22. « Toutes les églises sont propriétés de la nation et les autorités fédérales ont tout pouvoir pour y autoriser le culte ou non. La propriété de toutes les résidences épiscopales et presbytérales, les séminaires, les dispensaires et les écoles des associations religieuses sont transférées à la nation. »

        Article 38. « Tout représentant de l’autorité municipale qui autorise d’ouverture d’une église sans l'autorisation préalable du gouverneur de l'Etat, sera suspendu six mois dans l'exercice de ses fonctions, ou totalement suspendu. Une copie de cette loi doit être apposée en caractères lisibles sur les portes d'entrée des églises ou dans les lieux où ils sont habituellement pratiqués les actes religieux. »

    Source et traduction Liberté politique.

    A lire : le très intéressant commentaire de Jean-Baptiste Noé, historien et écrivain, au sujet de ce film, sur son site internet : Un film interdit, pour l’honneur des Cristeros ou sur Aleteia.

  • Introit de la Messe des Sts Pierre et Paul

    Institut du Christ Roi Souverain Prêtre


    Ant. ad Introitum. Act. 12, 11.
    Nunc scio vere, quia misit Dóminus Angelum suum : et erípuit me de manu Heródis et de omni exspectatióne plebis Iudæórum.
    Maintenant, je reconnais d’une manière certaine que le Seigneur a envoyé son ange : qu’il m’a arraché de la main d’Hérode et à toute l’attente du peuple juif.

    Ps. 138, 1-2.
    Dómine, probásti me et cognovísti me : tu cognovísti sessiónem meam et resurrectiónem meam.
    Seigneur, vous m’avez sondé, et vous me connaissez : vous savez quand je m’assieds, et quand je me lève.

    V/.Glória Patri.
    V/.Gloire au Père.
  • Angélus de ce dimanche 25 novembre

    « Laissons le Christ convertir nos cœurs »

    Après avoir célébré la messe en la basilique Saint-Pierre en la solennité du Christ Roi de l’Univers en compagnie des six nouveaux cardinaux créés samedi lors du cinquième consistoire de son pontificat, Benoît XVI a récité comme tous les dimanches la prière de l’angélus depuis la fenêtre de son appartement apostolique au Vatican.

    Le Pape est revenu dans son commentaire de l’Evangile sur la signification du royaume de Dieu dont il est question dans la lecture de ce jour. « Toute la mission de Jésus et le contenu de son message, consistent à annoncer le Royaume de Dieu et le faire vivre au milieu des hommes par des signes et des prodiges » a notamment déclaré Benoît XVI. « le Royaume de Dieu se manifeste dans la personne même du Christ qui l’a instauré via sa mort sur la croix et sa résurrection » a-t-il poursuivi. « Ce Royaume du Christ a été confié à l’Eglise qui a pour tâche de l’annoncer et le diffuser parmi les gens, avec la force de l’Esprit Saint. »

    Les fidèles participent au Royaume de Dieu

    Mais les fidèles sont eux aussi appelés à s’impliquer et à « prolonger l’œuvre salvifique de Dieu en se convertissant à l’Evangile, se mettant avec conviction à la suite de ce Roi qui n’est pas venu pour être servi mais pour servir et pour témoigner à la vérité » a enfin expliqué le Pape.

    A l’issue de la prière, le Pape s’est ensuite adressé aux pèlerins francophones, parmi lesquels de nombreux Libanais venus accompagner Sa Béatitude Boutros Raï, le patriarche maronite, créé cardinal samedi :

    « Je salue cordialement les pèlerins francophones, particulièrement les Libanais venus nombreux accompagner leur nouveau Cardinal. Nous célébrons aujourd’hui la Solennité du Christ Roi de l’univers. Sa royauté ne réside pas dans le pouvoir, l’honneur, la richesse, mais dans la faiblesse et l’anéantissement de la croix par amour pour nous sauver. Laissons le Christ convertir nos cœurs et nos mentalités, pour reconnaître que la véritable grandeur de l’homme et sa plénitude sont uniquement dans l’être avec Dieu, et dans l’amour reçu et donné. Puisse sa bénédiction descendre sur toute l’humanité et la conduire vers la paix ! Bonne fête à tous ! »

    Benoît XVI est revenu sur la béatification samedi en Equateur de la bienheureuse Maria Troncatti, sœur des Filles de Marie Auxiliatrice, née en Italie. Infirmière pendant la Première guerre mondiale, elle partit ensuite pour l’Equateur où elle se dépensa sans compter au service des populations de la jungle, de l’évangélisation et la promotion de l’homme.

    Source : Radio Vatican.

  • Benoît XVI : Messe ce matin en la solennité du Christ Roi de l’Univers

    « Un Royaume de justice, d’amour et de paix »

    « Le Royaume de Dieu est un royaume totalement différent des royaumes terrestres. » Benoît XVI, entouré par les six cardinaux qu’il a créés samedi lors du cinquième consistoire de son pontificat, a célébré la messe en la basilique Saint-Pierre en la solennité du Christ Roi de l’Univers, qui clôt l’année liturgique. Cette fête a été instituée par Pie XI en 1925 et affirme la domination du Christ sur toute la création. Pie XI souhaitait ainsi rappeler que toutes les nations ont un seul Roi : Jésus.

    En présence des délégations officielles qui ont accompagné les six nouveaux cardinaux, et des fidèles venus des Philippines, d’Inde, du Liban, de Colombie ou du Nigéria, Benoît XVI est revenu dans son homélie sur ce que signifie Royaume de Dieu, celui dont parlait Jésus à Pilate qui l’interrogeait.

    « Il ne se fonde pas sur les armes et sur la violence »

    Benoît XVI clôt l’année liturgique avec un rappel clair et net : « le Royaume de Dieu est un Royaume totalement différent des royaumes terrestres. » « Il ne se fonde pas sur les armes et sur la violence. » Jésus, en répondant à Pilate qui lui demande s’il est le roi des Juifs, explique que son « règne, n’est pas un pouvoir mondain mais un amour qui sert. » Il précise que « son règne ne doit absolument pas être confondu avec un règne politique quelconque. »

    Le Pape souligne bien la dimension pacifique de ce Royaume : « Jésus ne veut pas être défendu par les armes, mais il veut accomplir jusqu’au bout la volonté de son Père et établir son royaume non pas par les armes et la violence, mais par la faiblesse apparente de l’amour qui donne la vie ».

    Les cardinaux appelés à témoigner de ce Royaume

    Car « Dieu est amour » et « veut établir un royaume de justice, d’amour et de paix. Celui qui est ouvert à l’amour, écoute ce témoignage et l’accueil avec foi, pour entrer dans le royaume de Dieu » poursuit Benoît XVI. « La Royauté annoncée par Jésus est la Royauté de la vérité, l’unique qui donne à toute chose sa lumière et sa grandeur ».

    Le Pape rappelle ensuite aux fidèles que « nous aussi nous participons à la Royauté du Christ. » « Etre disciple de Jésus signifie donc ne pas se laisser séduire par la logique mondaine du pouvoir, mais apporter au monde la lumière de la vérité et de l’amour de Dieu. » Une invite adressée également aux nouveaux cardinaux qui sont appelés par Benoît XVI à « rendre témoignage au règne de Dieu, à la vérité. Cela fait émerger toujours la priorité de Dieu et de sa volonté face aux intérêts du monde et à ses puissances. »

    C’est une « invitation pressante » que nous a envoyé le Christ alors même qu’il s’engageait sur le chemin de la Passion et que la foule ne le comprenait pas. Une invitation valable pour tous les croyants.

    Source : Radio Vatican.
    Texte intégral (et vidéo) sur le site internet du Vatican.

  • 1er avril : Dimanche des Rameaux

    Au calendrier traditionnel :

    2ème Dimanche de la Passion - Dimanche des Rameaux

    Gloria, laus et honor

    (Hymnus ad Christum Regem - Hymne au Christ Roi)



    C'est Saint Théoduphe d'Orléans (Theodelphus, v.755-821) qui a composé cette hymne en l'honneur du Christ-Roi, durant sa détention à Angers (818-821). (1)
    Aujourd'hui encore, la Liturgie de l'Eglise nous propose cette hymne pour la procession qui a lieu le Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur.

    Gloria, laus et honor (Hymnus ad Christum Regem)
    Chorus:
    Glória, laus et honor tibi sit, Rex Christe, Redémptor: Cui pueríle decus prompsit Hosánna pium.
    Omnes:
    Glória, laus et honor...
    Chorus:
    Israël es tu Rex, Davidis et ínclita proles: Nómine qui in Dómini, Rex benedícte, venis.
    Omnes:
    Glória, laus et honor...
    Chorus:
    Coetus in excélsis te laudat caelicus omnis, Et mortális homo, et cuncta creáta simul.
    Omnes:
    Glória, laus et honor...
    Chorus:
    Plebs Hebraea tibi cum palmis óbvia venit: Cum prece, voto, hymnis, ádsumus ecce tibi.
    Omnes:
    Glória, laus et honor...
    Chorus:
    Hi tibi passúro solvébant múnia laudis: Nos tibi regnánti pángimus ecce melos.
    Omnes:
    Glória, laus et honor...
    Chorus:
    Hi placuére tibi, pláceat devótio nostra: Rex bone, Rex clemens, cui bona cuncta placent.
    Omnes:
    Glória, laus et honor...

    Hymne au Christ Roi
    Le Choeur :
    Gloire, louange et honneur à vous, ô Christ-Roi, Rédempteur : à qui l’élite des enfants a chanté un pieux Hosanna !
    Tous :
    Gloire, louange…
    Le Choeur :
    Vous êtes le roi d’Israël, le noble fils de David : ô Roi béni, qui venez au nom du Seigneur.
    Tous :
    Gloire, louange…
    Le Choeur :
    L’armée angélique, au plus haut des cieux, L’homme mortel et toute créature vous louent ensemble.
    Tous :
    Gloire, louange…
    Le Choeur :
    Le peuple hébreu vint au-devant de vous avec des palmes : Nous voici avec des prières, des voeux et des hymnes.
    Tous :
    Gloire, louange…
    Le Choeur :
    Avant votre Passion ce peuple vous paya son tribut de louange : Nous vous adressons ces hymnes à vous qui régnez dans les cieux.
    Tous :
    Gloire, louange…
    Le Choeur :
    Leurs voeux furent agréés ; que notre dévotion le soit aussi : Roi de bonté. Roi de clémence, à qui tout ce qui est bon plaît toujours.
    Tous :
    Gloire, louange…

    (1) : Saint Théoduphe d'Orléans (Theodelphus, v.755-821) : Missus dominicus, nommé évêque d'Orléans par Charlemagne, Abbé de Fleury, il reçu le pallium lors de la cérémonie de couronnement impérial de Charlemagne en 800.
    A noter que Saint Théodulphe est fêté par l'Eglise Catholique le 1er mai.

    Rameaux,Jérusalem,Jésus,Christ,ânon,Hosanna,acclamation,Christ Roi,Passion