Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

juin

  • Mois du Sacré-Cœur de Jésus

    Notre dossier complet sur l'histoire de la dévotion au Sacré-Coeur
     
    La version corrigée, largement complétée et mise à jour
    (décembre 2019)
    est en vente aux Editions Téqui

  • Intention de prière du pape pour le mois de juin

    Le chemin du cœur :
    « Pour que ceux qui souffrent trouvent des chemins de vie en se laissant toucher par le Cœur de Jésus. »

    Source : prieraucoeurdumonde.net.

  • Intention de prière du pape pour le mois de juin

    Style de vie des prêtres :
    « Pour les prêtres, qu'à travers la sobriété et l'humilité de leur vie, ils s'engagent dans une solidarité active avec les plus pauvres. »

    Source : prieraucoeurdumonde.net.

  • Intention de prière du pape pour le mois de juin

    Les réseaux sociaux :
    « Pour que les réseaux sociaux favorisent la solidarité et l’apprentissage du respect de l’autre dans sa différence. »

    Source : prieraucoeurdumonde.net.

  • Juin 2017 : célébrons ensemble le Cœur de Jésus

    Avec le Secrétariat des Œuvres du Sacré-Cœur

    Pèlerins du monde entier et priants de tout horizon, le Secrétariat des Œuvres du Sacré-Cœur veut s'unir par la prière avec vous et avec ceux qui feront en ce mois de juin 2017 un acte de confiance au Cœur de Jésus. Le Christ nous appelle en nous disant : « venez à moi, car je suis doux et humble de cœur » (Mt 11, 28-29). Du cœur très aimant de Jésus procèdent tous les sacrements, mais surtout le plus grand de tous : l'Eucharistie, le sacrement d'amour par lequel Jésus veut être le compagnon de notre vie, la nourriture de nos âmes, sacrifice d'une valeur infinie. « Voici le Cœur qui a tant aimé les hommes qu'il n'a rien épargné, afin de leur témoigner son amour » dit Jésus à sainte Marguerite-Marie, à Paray le Monial. Dans le cadre de la Nouvelle Évangélisation, notre mission de chrétiens est de porter haut et fort la Parole de Dieu et de partager notre foi.

    fete_du_coeur_de_jesus_2017.jpgLa Fête du Cœur de Jésus est la fête de l'Amour de Dieu pour chacun de nous. Restons fidèles et rendons-Lui son amour par la prière, l'oraison, et quand cela est possible la participation aux célébrations liturgiques le 23 juin 2017 en paroisse - seul, avec des amis ou en famille.

    Le Secrétariat des Œuvres du Sacré-Cœur est en union de prière avec vous en ce mois béni, la communauté prie pour vous et pour vos proches. Vous avez la possibilité de commander des feuillets de prière et des affiches dédiés à la Fête du Cœur de Jésus, en cliquant ICI.

    Rdv sur le site du Secrétariat où vous trouverez aussi des centaines de prières qui vous soutiendront dans votre cœur à cœur avec Jésus, dans votre recherche de paix et d'amour, et dans vos besoins de réconfort en Dieu.

    pdf-eb697.png

    Bon de commande
    (feuillets-prière et affiches pour la Fête du Cœur de Jésus 2017, livrets de prière, objets religieux...)

  • Mois de juin, dédié au Sacré-Coeur de Jésus

    Acte de consécration

    « Ô Jésus, Fils éternel du Père, Fils dans le temps de la Bienheureuse Vierge Marie, Sauveur et Rédempteur des hommes, nous voici prosternés devant Vous, prêts à renouveler, en face du Ciel et de la terre, notre consécration à votre divin Cœur.

    Nous adorons, ô Jésus, votre Cœur Sacré, indissolublement uni à la divinité. Nous le vénérons et l'aimons comme le sanctuaire et le centre de votre zèle ardent pour la gloire de votre Père, de votre amour sans bornes pour nous. Du plus profond de notre être nous faisons monter vers Vous notre reconnaissance pour les trésors de grâces que de votre Cœur divinement aimant, Vous déversez sur le monde, sur nous en particulier appelés, quoique indignes, à faire partie de la partie choisie de votre Église. C'est pénétrés de ces sentiments et tout remplis de confusion et de regret à la pensée de nos innombrables ingratitudes, que, confiants en votre infinie miséricorde, nous venons en ce jour déposer à vos pieds l'offrande de tout notre être.

    Par l'exercice assidu de l'oraison et de la contemplation de vos grandeurs et de vos amabilités infinies, nous voulons tendre sans cesse à une plus parfaite union avec Vous ; et après avoir largement puisé nous-mêmes aux sources de salut qui jaillissent de votre Cœur Sacré, nous nous efforcerons d'en communiquer les trésors aux âmes de nos frères, y mettant tout le zèle dont nous sommes capables. Vous aimer, ô très aimable Sauveur et Vous faire aimer, voilà à quoi nous voulons désormais employer toutes nos forces.

    Aidez-nous, ô Jésus, de votre grâce. Prenez nos cœurs, changez-les, purifiez-les, pour les rendre dignes de Vous ; rendez-les doux, humbles, patients, fidèles et généreux comme le vôtre ; mettez-y la ferveur de votre charité, afin que nous nous aimions les uns les autres comme Vous nous avez aimés. Détachez nos cœurs de toute affection terrestre, qu'ils soient tout entiers à Vous seul, à la vie, à la mort, et pour toute l'éternité. Ainsi soit-il. »

    Père Alphonse de la Mère des Douleurs, Pratique journalière de l'oraison et de la contemplation divine d'après la méthode de Sainte Thérèse et de Saint Jean de la Croix, Tome III (Fête du Sacré-Cœur, Contemplation), Desclée de Brouwer & Cie, Lille - Paris - Bruges, 1917.

    mois,juin,Sacré Coeur,acte,consécration

  • Mois de juin : mois du Sacré-Coeur

    juin-mois-du-sacre-coeur_1a.jpg

    « Chaque personne a besoin d'un "centre" à sa vie, d'une source de vérité et de bonté, à laquelle puiser dans l'approche de différentes situations et dans la fatigue quotidienne. Lorsqu'on se recueille en silence, chacun de nous a besoin de sentir non seulement le battement de son cœur, mais plus profondément, la pulsation d'une présence fiable, perceptible par les sens de la foi et cependant beaucoup plus réelle : la présence du Christ, cœur du monde. C'est pourquoi j'invite chacun à renouveler pendant le mois de juin sa dévotion au Cœur du Christ, en mettant également en valeur la prière traditionnelle d'offrande de la journée et gardant à l'esprit les intentions que je propose à toute l’Église. »
     
    Benoît XVI, extrait de l'Angélus du 1er juin 2008.
     
    « J'invite tous les fidèles à poursuivre avec piété leur dévotion au culte du Sacré-Cœur de Jésus, en l'adaptant à notre temps, pour qu'ils ne cessent d'accueillir ses insondables richesses, qu'ils y répondent avec joie en aimant Dieu et leurs frères, trouvant ainsi la paix, entrant dans une démarche de réconciliation et affermissant leur espérance de vivre un jour en plénitude auprès de Dieu, dans la compagnie de tous les saints (cf. Litanies du Sacré-Cœur). »
     
    Jean-Paul II, extrait de la Lettre adressée aux pèlerins de Paray-le-Monial et envoyée aux évêques de France, 4 juin 1999.
     

    « Comme le message qui naît de la contemplation du Cœur du Christ est nécessaire pour l'humanité contemporaine ! Où, en effet, si ce n'est à cette source, pourra-t-elle puiser les réserves de douceur et de pardon nécessaires pour guérir les âpres conflits qui l'ensanglantent ? »

    Jean-Paul II, extrait de l'Angélus du 25 juin 2002.

  • Intentions de prière pour le mois de juin

    Les migrants et les réfugiés
    Pour que les migrants et les réfugiés trouvent bon accueil dans les pays où ils arrivent et y soient traités avec respect.

    Les vocations
    Pour que la rencontre personnelle avec Jésus suscite chez de nombreux jeunes le désir de lui offrir leur existence dans le sacerdoce ministériel ou la vie consacrée.

    Source : Apostolat de la Prière.

  • Programme du Pape François en avril, mai et juin 2015

    Voici les cérémonies que présidera le Pape François en avril, mai et juin :

    AVRIL

    Dimanche 26 : Basilique vaticane à 09h30, Messe et ordinations sacerdotales.

    MAI

    Dimanche 03 : A 16h visite à la paroisse Ste Marie Reine de la paix à Ostie.

    Mardi 12: Basilique vaticane à 17h30, Messe d'ouverture de l'assemblée générale de la Caritas Internationalis.

    Dimanche 17 : Basilique vaticane à 10h, Messe de canonisation de quatre bienheureuses.

    Dimanche 24 : Basilique vaticane à 10h, Messe de Pentecôte.

    JUIN

    Jeudi 04 : Parvis du Latran à 19h, Messe du Corpus Domini, suivi de la procession eucharistique jusqu'à Ste Marie Majeure.

    Samedi 06 : Voyage pastoral à Sarajevo (Bosnie - Herzégovine).

    Dimanche 21 - lundi 22 : Visite pastorale à Turin (Italie).

    Lundi 29 : Basilique vaticane à 09h30, Messe de la fête des apôtres Pierre et Paul, bénédiction des Pallium.

    Sources : Salle de presse du Saint-Siège - Vatican Information Service (Publié VIS Archive 01 - 14.4.15).

  • Programme du Pape François en juin - juillet - août

    Voici le détail des cérémonies que le Saint-Père présidera lors des trois prochains mois.
    Tous les horaires indiqués sont en heure locale :

    Dimanche 8 juin : Messe de la Pentecôte, en la basilique Saint-Pierre, à 10h.
    Jeudi 12 juin : Consistoire pour quelques causes de canonisation en la salle du Consistoire, à 10h (*).
    Jeudi 19 juin : Messe pour la Fête-Dieu, place Saint-Jean-de-Latran, à 19h. Procession jusqu’à la basilique de Sainte-Marie-Majeure et bénédiction eucharistique.
    Samedi 21 juin : Visite pastorale à Cassano all’Jonio, en Italie.
    Dimanche 29 juin : Fête des saints Pierre et Paul et remise du pallium aux nouveaux archevêques métropolites en la basilique Saint-Pierre à 9h30.

    Samedi 5 juillet : Visite pastorale à Campobasso et Isernia, en Italie.

    Du mercredi 13 août au lundi 18 août : Voyage apostolique en Corée du Sud à l’occasion de la sixième Journée de la jeunesse asiatique.

    (*) : consistoire ordinaire public pour la canonisation :
    Du bienheureux Giovanni Antonio Farina, évêque italien fondateur des Soeurs de Ste Dorothé.
    Du bienheureux Kuriakose Elia Chavara, prêtre indien fondateur des Carmélites de l'Immaculée.
    Du bienheureux Ludovico da Casoria (Arcangelo Palmentieri), prêtre et religieux italien, fondateur des Franciscaines Elisabethiennes.
    Du bienheureux Nicola da Longobardi, minime italien.
    De la bienheureuse Euphrasie du Sacré-Coeur (Rose Eluvathingal), carmélite indienne.
    Du bienheureux Amato Ronconi, laïc italien du tiers ordre franciscain, fondateur de l'actuelle maison de repos Opera Pia Beato Amato Ronconi.

    Source : Bulletin de la Salle de Presse du Vatican.

  • Méditation : Engagement pour le mois du Sacré Coeur de Jésus

    « Ô mon Dieu, quand je vous dis : Je vous donne mon cœur, quel est le cœur que je vous offre ? Étant aussi misérable, aussi méprisable, aussi coupable qu'il l'est, oserai-je seulement vous le présenter ! Oui, mon Dieu, je vous le présenterai, malgré les misères dont il est rempli, malgré toutes les plaies dont il est couvert ; mais je vous le présenterai, afin que vous en ayez pitié, que vous le guérissiez, que vous le réformiez : plus même il est misérable, plus il doit exciter votre miséricorde et votre compassion.
    Convertissez donc mon cœur, ô mon Dieu ! c'est la prière que je vous adresse avec le Prophète.
    Mais en vous demandant cette grâce, ô mon Dieu ! ô Dieu saint ! voici la conversion du cœur que je vous demande, et les caractères sacrés auxquels je désire ardemment qu'elle soit marquée, afin de la rendre digne de vous et de votre Cœur.
    Une conversion prompte : dès ce jour, dès ce moment, je désire que mon cœur soit à vous ; tous ces délais, tous ces renvois, toutes ces attentes n'ont servi qu'à enraciner toujours davantage mes défauts, mes passions, toutes mes habitudes. Souvent j'ai promis, j'ai résolu, j'ai différé, et mon cœur est toujours le même : voudrais-je donc différer jusqu'à la mort, pour en être surpris ?
    Une conversion sincère, qui vienne du fond de ce cœur : que ce ne soit pas seulement ma langue, mais mon cœur qui vous dise : Je veux être à vous. Non, ce ne seront plus les paroles et les promesses, ce seront les sentiments et les œuvres qui vous le diront. Souvent on dit faiblement : Je voudrais ; mais on ne dit pas sincèrement et généreusement : Je veux. Je vous le dis dès à présent, ô mon Dieu ! vous voyez la sincérité de ma promesse ! puisque c'est vous-même qui la formez dans mon cœur.
    Une conversion entière, qui réforme, qui purifie, qui sanctifie tout dans ce cœur, qui en rabaisse les hauteurs, qui en ranime les langueurs, qui en brise les liens, qui en consacre toutes les affections : loin de mon cœur tout partage, toute réserve envers mon Dieu : son Cœur en serait blessé, et sa grâce outragée.
    Enfin, conversion de cœur, mais conversion constante et persévérante. Non seulement mon cœur veut être à vous, tout à vous, mais être à vous pour toujours, ô mon Dieu ! Que toutes les années, tous les jours, tous les moments de ma vie soient à vous, jusqu'au dernier soupir de mon cœur ; et que le dernier soupir même de ce cœur soit un renouvellement, une confirmation de la consécration que je vous fais en ce jour de moi-même et de tout ce que je suis.

    Cœur de mon Dieu, je sens combien j'ai à craindre de la faiblesse et de la fragilité de mon cœur : tant de vicissitudes et d'inconstances par le passé doivent me faire trembler pour l'avenir ; mais j'espère du secours de votre grâce ce que je ne saurais attendre de mes propres forces : de mon côté, je prendrai tous les moyens qui dépendront de moi ; fuite des occasions, attention sur moi-même, vigilance sur les sentiments de mon cœur, prière assidue, fréquentation des Sacrements, surtout union de mon cœur avec vous, ô Cœur adorable ! Dès ce moment tout est à vous, ô mon Dieu ! Conservez à jamais ce qui vous appartient, et qui vous est dévoué pour toujours. »

    Retraite sur les vertus du Sacré-Cœur de Jésus-Christ (Huitième jour, seconde méditation, considération), Ouvrage recueilli de divers auteurs orthodoxes par M.D.S., Avignon, Seguin Aîné, 1842.

    Sacre_Coeur_3b.jpg

  • Intentions de prière du Pape François pour le mois de juin

    Générale (Universelle) :
    "Pour que les chômeurs obtiennent le soutien et le travail dont ils ont besoin pour vivre avec dignité."

    Missionnaire (Pour l'évangélisation) :
    "Pour que l'Europe retrouve ses racines chrétiennes à travers le témoignage de foi des croyants."

    Source : Apostolat de la Prière.

  • Intentions de prière du Pape pour le mois de juin

    Universelle : Le respect des peuples
    "Pour que prévale entre les peuples une culture de dialogue, d'écoute et de respect réciproque."

    Pour l'évangélisation : La nouvelle évangélisation
    "Pour que là où l'influence de la sécularisation est la plus forte, les communautés chrétiennes sachent promouvoir efficacement une nouvelle évangélisation."

    Source : Apostolat de la Prière.

  • Juin : mois du Sacré-Coeur - 16ème jour

    Seizième jour : Le Cœur de Jésus ouvert par la lance

    L’un des soldats ouvrit son côté par la lance et aussitôt il en sortit su sang et de l’eau. C’est à dessein que l’évangéliste s’est servi de cette parole. Il n’a pas dit : Il frappa son côté, il le blessa ; mais il l’ouvrit, afin de nous montrer ouverte, en quelque sorte, la porte de la vie, d’où ont coulé les sacrements de l’Eglise, sans lesquels on ne peut entrer dans la vraie vie. Ce sang, qui a été répandu, l’a été pour la rémission des péchés ; cette eau tempère et adoucit ce breuvage salutaire ; on peut à la fois s’y purifier et y boire… C’est pour cela que la première femme a été faite du côté de l’homme pendant son sommeil et qu’elle a été appelée vie et mère des vivants. Ce nom signifiait un grand bienfait, avant le grand mal de la prévarication. Ce second Adam, inclinant la tête, s’endormit sur la croix, afin qu’il lui fût formée une épouse qui sortit de son côté et de son Cœur pendant son sommeil. Quelle est donc cette mort, par laquelle ceux qui sont morts retrouvent la vie ? Quoi de plus pur que ce sang ? Quoi de plus salutaire que cette blessure ?
    Saint Augustin (354-430)

    Exemple : (Dixième Promesse) Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les cœurs les plus endurcis
    Saint Gérard Majella (1726-1755), grand thaumaturge du XVIIIème siècle et digne disciple de Saint Alphonse de Liguori avait reçu du Cœur miséricordieux de Jésus le don de convertir les plus grands pécheurs. On peut dire qu’il avait une plus grande connaissance de la conscience des autres que de la sienne propre. Il rencontra un jour un pécheur récidif que le respect humain enchaînait à l’enfer et qui ne pensait nullement à changer de vie. Gérard le conduisit dans sa chambre, et là, lui découvrant la noirceur de sa conscience devant un crucifix, il lui dit : Quoi ! tu as le cœur d’offenser ton Dieu de la sorte ! Puis, lui montrant l’image du Sauveur attaché à la croix : Qui a fait ces plaies, ajouta-t-il, sinon toi par tes péchés ! Et quel autre que toi lui a tiré ce sang des veines ? Au même instant, l’on vit le sang jaillir aux plaies des mains, des pieds et du Cœur de Jésus. Le misérable, touché de componction, alla aussitôt se jeter aux pieds du P. Pétrella, lui racontant l’événement avec tous les signes du plus vif repentir, et lui permettant de le publier partout. Les jours de confessions et de communions, Gérard circulait continuellement dans l’église pour détourner du sacrilège ceux qui se trouvaient en état de péché mortel. Les Pères disaient que ce Frère convertissait autant d’âmes que dis missionnaires. Il s’offrait sans cesse à Dieu en victime des péchés du monde. Quand il pressentit que sa fin approchait, il demanda en grâce au Seigneur d’éprouver les peines que Jésus agonisant souffrit sur la croix dans son corps et dans son Cœur. Il fut exaucé. Aussi l’entendait-on gémir et s’écrier : « Je souffre le martyre !... Priez pour moi, disait-il à un prêtre qui était venu le voir ; priez pour moi, car je souffre beaucoup. Je suis dans les plaies de Jésus-Christ, et ses plaies sont en moi : je ressens toutes les peines intérieures et extérieures que Jésus-Christ souffrir dans sa passion. » Ce saint Rédemptoriste mourut en 1753, âgé de vingt-neuf ans.
    (P. S. Omer)

    ☞   La vie de ce Rédemptoriste italien est détaillée sur Wikipédia.

    Page d’histoire :
    Voici un fait arrivé au Canada, en 1872, qui prouve combien le Cœur de Jésus est bon et miséricordieux pour les pécheurs.
    Un homme déjà avancé en âge était demeuré plus de trente ans éloigné des sacrements. A l’indifférence pour ses devoirs religieux, il joignait une aversion et une sorte de haine contre les prêtres. Toujours il cherchait l’occasion d’en dire du mal ou de les tourner en dérision, et et le saint ministère. Depuis bien des années, sa pieuse famille adressait des supplications au ciel, sans obtenir ce qu’elle désirait si ardemment. Une vertueuse parente conçoit un jour le projet de tenter un suprême effort auprès du Cœur de Jésus qu’elle aimait tendrement. Elle court à l’église, fait bénir une image du Sacré-Cœur, retourne toute joyeuse chez elle et cache habilement l’image dans les vêtements du pauvre pécheur. Elle fait ensuite commencer plusieurs neuvaines dans diverses communautés ; puis, quand elle juge que le Cœur du bon Maître est tout à fait gagné, elle mande un prêtre et lui ménage une entrevue avec la brebis égarée qu’elle veut ramener au bercail. Le divin Cœur n’a pas coutume de faire les choses à demi : le triomphe fut complet, miraculeux. Le pécheur, qui, depuis tant d’années, ne pouvait souffrir la vue d’un prêtre, accueille celui-ci avec empressement. Il se confesse avec d’admirables sentiments de repentir et de foi. Depuis, on fut presque obligé de modérer ses pieux désirs et son zèle pour la prière et les œuvres de religion. Quelques jours après sa conversion, quelqu’un se hasarda à parler contre les prêtres en sa présence ; mais ce malheureux visiteur compris bientôt qu’il s’adressait mal et qu’il fallait se taire. La famille est au comble de la joie, et le nouveau converti ne sait comment témoigner sa reconnaissance au Cœur de Jésus qui l’a retiré de l’abîme.

    Bouquet spirituel :
    Jésus fit couler de la plaie de son Cœur son sang précieux pour vivifier et embraser d’amour ses disciples.
    Saint Albert le Grand (1193-1280)

    Un soldat a ouvert le côté de Jésus… et j’y ai trouvé un trésor très précieux… Comme du côté d’Adam sortit Eve son épouse, ainsi du côté de Jésus-Christ a été formée l’Eglise.
    Saint Jean Chrysostome (v.344-407)

    Pratique :
    Remercier le Cœur de Jésus de sa miséricorde pour nous et en général pour tous les pécheurs.

    Oraison jaculatoire :
    Ô très doux Jésus, ne soyez pas pour moi un juge, mais un Sauveur.

    "Mois du Sacré Cœur - à l’usage des personnes occupées", par Franc, Maison de la Bonne Presse, 1901.
    Nihil Obstat Lutetiae Parisiorum, die 7 maii 1901. Franc. Picard
    Imprimatur Lutetiae Parisiorum, die 9 maii 1901. E. Thomas, Vic. Gen.
    et
    "Mois du Sacré Cœur – Tiré des écrits des Saints, des Pères et des auteurs ascétiques", par le P. Vincent Jeanroy, Paris, Bayard, 1900 (nlle édition).
    Imprimatur Luxemburgi, in festo Ascensionis, 1896. + Joannes-Josephus, Epis. Luxemburgensis.
    Parisiis, die 13 junii 1900. E. Thomas, Vic. Gen.

  • Juin : mois du Sacré-Coeur - 15ème jour

    Quinzième jour : La soif du Cœur de Jésus


    J’ai soif ! s’écrie le Sauveur. Pourquoi fait-il entendre ce cri ? Ne sait-il pas qu’aucune main charitable ne lui présentera seulement quelques gouttes d’un breuvage rafraichissant ?... Ah ! c’est qu’il veut élever nos esprits à la pensée de la soif bien autrement ardente, allumée dans son Cœur par le feu de la charité. C’est donc comme s’il criait aux pécheurs : Voyez, dans mon corps, il n’y a plus de place pour la douleur ; dans ma vie, plus de place pour l’humiliation ; c’est ainsi que mon Cœur vous a témoigné son amour ! Et pourtant, ce Cœur a soif de faire encore plus pour vous, si c’était possible. Pour vous, il voudrait pouvoir souffrir mille morts encore plus cruelles et plus ignominieuses !... C’est encore comme s’il eût crié à Dieu son Père : Mon Dieu, j’ai fait connaître votre nom, j’ai accompli l’œuvre que vous m’avez confiée, ce sang que vous avez mis dans mes veines, je l’ai répandu jusqu’à la dernière goutte ; ma mort approche, et pourtant j’ai soif de faire encore plus pour vous, si c’était possible…
    Secoue donc ta torpeur, ô mon âme, rachetée par la mort de Jésus-Christ, et paye d’un juste retour la charité de son Cœur.
    Ubertin de Casal (1259-v.1330)

    Exemple : (Neuvième Promesse) Je bénirai moi-même les maisons où l’image de mon Sacré Cœur sera exposée et honorée
    Nous lisons dans le bulletin du Vœu National de février 1883 ce touchant récit :
    Voici une conversion due au Sacré Cœur de Jésus et dont la publicité peut servir à la gloire de Celui qui a tant aimé les hommes. Naguère, le voyageur ou le pèlerin de Saint-Antoine en Dauphiné, pouvait, en traversant le dernier village qui le séparait de ce pays et de son église monumentale, apercevoir un homme assis contre les murs de sa cabane. Cet homme à la chevelure en désordre, à la barbe hérissée, à l’œil fauve, à la figure découpée en traits saillants, aurait, au milieu d’un désert, fait frissonner le voyageur le plus courageux ; au milieu d’un groupe d’habitations si bien situées, à l’entrée d’une plaine aussi riche que belle, son aspect avait au moins quelque chose d’étrange. Cet extérieur si sauvage devait accuser un intérieur aussi négligé. Il poussait le manque de convenance jusqu’à insulter à la religion de ceux qu’il voyait aller à la Sainte Messe le dimanche. C’est dire qu’il n’avait pas souvent fréquenté l’église depuis sa Première Communion.
    Usé à la fin par un régime malsain autant que par les privations, il s’affaissa sur un grabat. Qui eut le courage et la charité de pénétrer dans cette antre se rappelle encore l’odeur nauséabonde qui s’en dégageait. Mais, en face du malade, quelque chose frappait la vue et étonnait : c’était une grande image du Sacré-Cœur de Jésus, mal peinte, noircie par la poussière. Les yeux du Sauveur se portaient grands ouverts sur le malade : c’était saisissant. Pour lui, il avait la dévotion de son image (plus encore que celle de Garibaldi placée en face) ; il en parlait avec admiration, l’invoquait, il aimait son Sacré-Cœur. Les promesses du Sacré-Cœur devaient se réaliser pour lui. On avait espéré que son image le sauverait, elle le sauva. Du reste, une neuvaine au Cœur divin avait été commencée par des personnes d’une piété exemplaire qui s’intéressaient et se dévouaient à lui, pour demander sa conversion ! Pendant ce temps, le prêtre l’aborda et quel ne fut pas son étonnement quand il vit cet homme le prévenir lui-même en quelque sorte, se hâter de mettre en ordre aux affaires de son âme, se confesser avec larmes ! N’était-ce pas le loup changé en agneau ? Aussi comme il réclamait dès lors son sacrement (le sacrement par excellence de l’Eucharistie) pour ne pas mourir, disait-il, comme un vieil animal ! Il le reçut avec une piété vraiment touchante en présence d’un groupe de personnes tout étonnées et ravies de ce changement. Et comme il fut fidèle à dire son chapelet tous les jours jusqu’à la mort ! Marie et le Sacré-Cœur l’ont conduit au ciel ! Gloire donc au Sacré-Cœur de Jésus qui a tant aimé et qui aime tant les hommes !

    Page d’histoire :
    Garcia Moreno n’avait pas toujours vécu en disciple dévoué de Jésus. Catholique convaincu, il avait cependant négligé longtemps la pratique de ses devoirs. Il était étudiant à Paris, lorsqu’un jour, faisant une promenade au Luxembourg avec quelques amis, la conversation se transforma en discussion religieuse. Garcia Moreno défendit avec vigueur et succès la cause de sa foi. Un de ses interlocuteurs, se voyant vaincu, crut sortir d’embarras en mettant Garcia Moreno lui-même en cause : « Vous parlez très bien, dit-il, mais cette religion si belle, vous en négligez un peu la pratique… Depuis quand vous êtes-vous confessé ? » Moreno baissa la tête, puis regardant en face son interlocuteur : « Cet argument peut être excellent aujourd’hui, il ne le sera plus demain. » Rentré dans sa chambre, il médita longtemps sur sa vie passée, pleura ses fautes devant Dieu ; son amour s’était réveillé sous l’injure faite à son Dieu ; le lendemain, il était à la sainte Table, et jamais depuis, tant s’en faut, il n’a mérité le reproche qui causa son retour à Dieu.
    (Vie de Garcia Moreno, par le P. Berthe)

    ☞   Rappel : des précisions dans notre dossier dédié au Sacré-Cœur, concernant Garcia Moreno et le Sacré-Cœur de Jésus – voir en juillet 1873.

    Bouquet spirituel :
    Vrai Dieu ! que le Cœur divin est amoureux de notre amour ! Ne suffirait-il pas qu’il nous eût permis de l’aimer ? Mais non, il nous commande de l’aimer.
    Saint François de Sales (1567-1622)

    C’est au Cœur affligé de Jésus que je veux donner toute ma tendresse ; je veux m’occuper à pleurer ses douloureuses blessures ; je veux surtout déplorer tant de souffrances rendues inutiles pour un si grand nombre d’âmes.
    Saint Claude La Colombière (1641-1682)

    Pratique :
    Tous les soirs, examiner sa conscience et faire un acte de contrition parfaite, afin de n’être jamais en état de péché mortel.

    Oraison jaculatoire :
    Mon Jésus, miséricorde.

    "Mois du Sacré Cœur - à l’usage des personnes occupées", par Franc, Maison de la Bonne Presse, 1901.
    Nihil Obstat Lutetiae Parisiorum, die 7 maii 1901. Franc. Picard
    Imprimatur Lutetiae Parisiorum, die 9 maii 1901. E. Thomas, Vic. Gen.
    et
    "Mois du Sacré Cœur – Tiré des écrits des Saints, des Pères et des auteurs ascétiques", par le P. Vincent Jeanroy, Paris, Bayard, 1900 (nlle édition).
    Imprimatur Luxemburgi, in festo Ascensionis, 1896. + Joannes-Josephus, Epis. Luxemburgensis.
    Parisiis, die 13 junii 1900. E. Thomas, Vic. Gen.
  • Juin : mois du Sacré-Coeur - 14ème jour

    Quatorzième jour : Le Cœur de Jésus souffrant des douleurs de Marie

    Jésus souffrait doublement, car il souffrait deux grandes douleurs à la fois, la sienne et celle de Marie, et les souffrances de sa Mère ne le torturaient pas moins cruellement que les siennes, parce qu’il avait pu lire tout ce qui se passait dans l’âme de Marie et connaissait chaque sanglot de ce cœur virginal ! Pourra-t-on jamais faire assez connaître la tendresse, l’amour du Cœur de notre très bon Sauveur ? il voit Marie près de la croix, l’âme remplie d’amertumes, et, malgré les tortures qu’il endure, il ne peut être arraché par aucune souffrance à la pensée de sa Mère bien-aimée ; son Cœur si noble ne peut l’oublier, et, quoique déjà à l’agonie, il songe néanmoins à prendre soin d’elle. S’adressant à son disciple : Voici votre mère, soyez son fils, lui dit-il ; car je ne veux point qu’à un moment si cruel, elle soit privée de toute consolation. En faut-il davantage pour nous montrer la tendresse immense du Cœur si aimant de Jésus… Ô Dame Sainte Marie, inébranlable dans votre foi et votre amour, vous étiez là, debout près de notre Rédempteur, mais vous ne pouviez lui rendre aucun service, ni même arriver jusqu’à Lui, vous ne pouviez que blesser plus douloureusement son Cœur !
    Lansperge le Chartreux (1489-1543)

    Exemple : (Huitième Promesse) Les âmes ferventes s’élèveront à une grande perfection
    Armelle Nicolas, connue sous le nom de la bonne Armelle, naquit en 1608, à Campénéac, en Bretagne. Sa première occupation fut la garde des troupeaux, emploi qui lui plaisait plus que tout autre, parce qu’elle y était seule, et avait plus de loisir pour dire son chapelet et d’autres prières. Tandis que ses compagnes se divertissaient, cette enfant de bénédiction se recueillait derrière une haie où Dieu lui faisait goûter mille douceurs. Un jour, elle trouva par hasard près d’elle un crucifix ; elle le baisa en l’arrosant de ses larmes, et, depuis lors, elle eut un attrait particulier pour l’image de Jésus crucifié, dont les blessures, surtout la plaie du Cœur, lui révélaient tant d’amour. Elle croyait entendre sans cesse, au fond de son âme, une voix qui lui disait : « C’est l’amour du Sauveur pour toi qui lui a causé toutes ses souffrances. » Pour avoir le bonheur de communier plus souvent, elle alla se mettre en service à Ploërmel, ville voisine. D’une soumission sans égale à ses maîtres et à son confesseur, elle disait : « Pourvu que je ne fasse pas ma volonté, je ne me mets en peine de rien ; mais si je faisais ma propre volonté, je me tiendrais pour perdue. » Inutile de dire que la croix fut le partage d’Armelle, puisque Dieu la donne à tous ses élus. Son confesseur, connaissant les mauvais traitements qu’elle avait à endurer, lui dit un jour qu’elle pouvait quitter son service. « Comment ! mon Père, répondit-elle, voudriez-vous donc me conseiller de quitter la croix que Dieu m’envoie ? Jamais je ne le ferai, si vous ne me le commandez absolument. » Et où allait-elle puiser ce courage, sinon dans le Cœur même de Jésus ? « Quand les hommes me persécutaient par leurs médisances et leurs mauvais traitements, aussitôt, disait-elle, je m’adressais au divin objet de mon amour, qui me montrait son Cœur pour m’y enfermer ; aussi je m’y cachais comme dans une citadelle. » Toutes les créatures parlaient de Dieu à cette pauvre fille élevée à l’école du Saint-Esprit. « Considérant la beauté des prairies, je disais en moi-même : Mon Bien-Aimé est la fleur des champs et le lys des vallées ; c’est la rose sans épines. Je l’invitais à faire de mon âme le parterre de ses délices. – Le matin, quand d’une étincelle de feu j’allumais un grand brasier, je disais : Ô amour ! si on vous laissait agir dans les âmes, que vous auriez bientôt fait de même ! » Armelle avait un tel désir de la communion qu’elle disait un jour à son confesseur : « Plutôt que d’être privée d’un si grand bien, je consentirais à subir les plus affreux supplices. » Peu de temps après, l’homme de Dieu lui dit : « Jusqu’ici, ma fille, on vous a permis de communier plusieurs fois la semaine ; je ne veux plus que vous le fassiez, sinon le dimanche ; n’en êtes-vous pas contente ? – Oui, mon Père, répondit-elle, je ferai tout ce qui vous plaira. » Et, en même temps, il s’éleva dans son âme un désir si ardent de cette divine nourriture, qu’il parut sensiblement sur son visage. Le confesseur s’en apercevant, lui demanda de nouveau si elle était contente. « Oui, mon Père, reprit-elle, je veux de tout mon cœur tout ce que vous voulez ; je préférerai toujours la volonté de Dieu à toute autre chose. – Allez, ma fille, dit alors le directeur, non seulement communiez comme auparavant, mais faites-le tous les jours, et n’y manquez jamais. » Elle mourut pleine de mérites en 1671.
    (Vie des justes, par Carron)

    ☞   La biographie d’Armelle Nicolas (1606-1671) dans notre dossier dédié au Sacré-Cœur.

    Page d’histoire :
    Mgr de Ségur, homme de la plus haute noblesse, à qui ses talents et ses manières distinguées promettaient un brillant avenir dans la carrière diplomatique, renonça à tant de belles espérances pour se donner tout entier au Cœur de Jésus en devenant prêtre. Il puisa au Cœur de jésus l’amour des petits, et consacra une grande partie de sa vie aux enfants du peuple, leur enseignant la pratique des vertus chrétiennes, les encourageant à persévérer ; il fut l’un des premiers à s’occuper en France de ces œuvres de persévérance connues sous le nom de cercles et de patronages catholiques, où les jeunes gens trouvent le double attrait de la vertu et d’une joie pure dans des délassements de tout genre. On ne saurait trop engager les parents à envoyer leurs enfants dans ces maisons où ils ont tout à gagner. On ne saurait trop engager les laïques pieux à aider les prêtres à établir et à soutenir ces œuvres.

    ☞   Des précisions sur Mgr de Ségur (1820-1881) et le Sacré-Cœur de Jésus – voir en mars 1857.

    ☞   Et une belle prière au Sacré-Cœur qu’il a rédigée.

    Bouquet spirituel :
    Quand Jésus vit la violence des angoisses maternelles de Marie au pied de la croix, il en fut si affecté, qu’il devint comparativement insensible à la souffrance de ses plaies, à cause de sa peine beaucoup plus grande que cette vue lui causait.
    Révélation de Sainte Brigitte (de Suède – 1302-1373)

    Au pied de la croix, l’amertume qui débordait du Cœur de Marie remontait à sa source, c’est-à-dire au Cœur de Jésus.
    Saint Bernard (1090-1153)

    Pratique :
    Soutenir, soit par l’aumône, soit par la prière, l’œuvre des écoles libres catholiques.

    Oraison jaculatoire :
    Cœur de Jésus, conservez en nous la pureté.

    "Mois du Sacré Cœur - à l’usage des personnes occupées", par Franc, Maison de la Bonne Presse, 1901.
    Nihil Obstat Lutetiae Parisiorum, die 7 maii 1901. Franc. Picard
    Imprimatur Lutetiae Parisiorum, die 9 maii 1901. E. Thomas, Vic. Gen.
    et
    "Mois du Sacré Cœur – Tiré des écrits des Saints, des Pères et des auteurs ascétiques", par le P. Vincent Jeanroy, Paris, Bayard, 1900 (nlle édition).
    Imprimatur Luxemburgi, in festo Ascensionis, 1896. + Joannes-Josephus, Epis. Luxemburgensis.
    Parisiis, die 13 junii 1900. E. Thomas, Vic. Gen.

  • Juin : mois du Sacré-Coeur - 13ème jour

    Treizième jour : Le Cœur de Jésus et le bon larron

    Que ne fit le Cœur de notre Sauveur à l’endroit de celui du mauvais larron, tout le temps qu’il fut à la croix ? Combien de fois le regarda-t-il, le provoquant à le regarder, permettant que son sang sacré vint à tomber sur lui, à dessein d’amollir et purifier son cœur… Certes, le bon larron, comme l’autre, était le plus scélérat voleur qui se pût trouver, et néanmoins, sur la fin de sa vie, il regarda la croix et il fut sauvé, et trouva sa rédemption pour nous montrer que les plus grands pécheurs ne doivent jamais désespérer du pardon de leurs fautes, pourvu qu’ils regardent la croix et se mettent sous sa protection, quand bien même ce ne serait que sur le déclin de leur vie, comme fit ce criminel… Donc, si Notre-Seigneur remet si librement des péchés si grands et si énormes à ceux qui lui en demandent pardon, et s’il offre le même pardon aux obstinés et les attend à pénitence avec tant de patience, que ne fera-t-il pas à celui qui la lui demande et avec quel cœur recevra-t-il le cœur du pénitent ?
    Saint François de Sales (1567-1622)

    Exemple : (Septième Promesse) Les âmes tièdes deviendront ferventes
    Dans une ville du nord de la France, un ecclésiastique, apôtre zélé du Sacré Cœur, dut séjourner pendant quelque temps. Une femme d’un certain âge se présente un jour à lui et le prie de l’entendre en confession. Il refusa poliment, « car il n’avait point, répondit-il, les pouvoirs nécessaires » ; il y avait, du reste, dans cette localité, un assez grand nombre de confesseurs. – « Je ferai, lui dit son interlocutrice, toutes les démarches qu’il faudra pour vous obtenir les pouvoirs de confesser dans ce diocèse. Il y va du salut de mon âme. »
    Ces mots frappèrent le digne prêtre qui lui donna rendez-vous dans quelques jours. Des renseignements qu’il reçut dans cet intervalle lui firent connaître à qui il avait affaire. Cette personne s’était montrée longtemps fervente et tout occupée de bonnes œuvres. Mais peu à peu le dégoût l’avait saisie, et elle avait abandonné ses pieuses pratiques et, sans commettre encore de fautes graves, elle accumulait du moins chaque jour infidélités sur infidélités. Elle se présente au jour fixé et déclare son dangereux état, bien décidée toutefois à ne rien faire pour en sortir. Le prêtre, voyant cette âme en grand péril, l’exhorte vivement à la prière et lui parle de la dévotion au Cœur de Jésus. A ce mot, sa pénitente se récrie, - elle n’aime point ces nouveautés, bonnes pour des imaginations enthousiastes. – Mais le confesseur lui imposa silence et lui fit promettre, que pendant huit jours, elle réfléchirait cinq minutes sur ces deux questions : « Qu’est-ce que le Cœur de Jésus a fait pour moi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour lui ? »
    Après bien des récriminations, cet engagement fut pris et gardé. Il n’en fallut pas davantage : en huit jours, le Cœur de Jésus avait fait d’une âme si languissante et si tiède une âme énergique et pleine de zèle, qui devint apôtre de sa dévotion. Elle est morte au bout de quelques années, laissant après elle de magnifiques souvenirs de charité et de dévouement.
    (Messager du Cœur de Jésus)

    Page d’histoire :
    Garcia Moreno, président de la République de l’Equateur, dont nous avons déjà cité l’exemple à propos de l’humilité, peut encore servir de modèle à notre amour pour ceux qui souffrent. A Quito, sa capitale, tous les jours aussitôt après la messe, il visitait l’hôpital, dont il s’était constitué directeur. Quand il arrivait dans une autre ville, sa première visite était encore pour l’hôpital afin de veiller à ce que tout s’y passât avec charité. Vivant avec une simplicité extrême, il employait en aumônes la plus grande partie de son traitement, et réduisait pour cela le plus possible ses autres dépenses, s’interdisant, par le même motif, tout dîner d’apparat. Il reçut un jour une somme destinée à lui permettre d’en offrir un au monde officiel ; il la porta à l’hôpital et organisa le banquet pour ses habitants ; il avait pensé, disait-il, qu’un bon repas ferait plus de bien à eux qu’aux diplomates.

    ☞   Rappel : des précisions dans notre dossier dédié au Sacré-Cœur, concernant Garcia Moreno et le Sacré-Cœur de Jésus – voir en juillet 1873

    Bouquet spirituel :
    Oh ! qu’il est agréable au Cœur de Jésus d’être prié pour les pécheurs ! il disait un jour à la vénérable Séraphine de Capri : Aide-moi par tes prières à sauver les âmes.
    Saint Alphonse (1696-1787)

    Ayez pitié de moi, Seigneur, s’écriait le larron repentant, compatissant aux douleurs du divin Maître. En réponse à une telle prière, le Sauveur pouvait-il mesurer sa paix avec parcimonie ? Sa poitrine auguste était tout proche et sous les yeux de celui qui l’invoquait, de celui qui par la confession de sa foi et le repentir, était devenu son soldat et son disciple fidèle, ne dut-il pas alors lui révéler tous les secrets de son Cœur ?
    Ubertin de Casal (1259-v.1330)

    Pratique :
    Aimer à visiter ceux que nous savons être dans quelque peine physique.

    Oraison jaculatoire :
    Cœur de Jésus, consolation des affligés, ayez pitié de nous.

    "Mois du Sacré Cœur - à l’usage des personnes occupées", par Franc, Maison de la Bonne Presse, 1901.
    Nihil Obstat Lutetiae Parisiorum, die 7 maii 1901. Franc. Picard
    Imprimatur Lutetiae Parisiorum, die 9 maii 1901. E. Thomas, Vic. Gen.
    et
    "Mois du Sacré Cœur – Tiré des écrits des Saints, des Pères et des auteurs ascétiques", par le P. Vincent Jeanroy, Paris, Bayard, 1900 (nlle édition).
    Imprimatur Luxemburgi, in festo Ascensionis, 1896. + Joannes-Josephus, Epis. Luxemburgensis.
    Parisiis, die 13 junii 1900. E. Thomas, Vic. Gen.

  • Juin : mois du Sacré-Coeur - 12ème jour

    Douzième jour : Le Cœur de Jésus dans son agonie

    Sa tristesse fut très grande à cause des nombreux motifs que son Cœur si bon avait de s’attrister. Un combat se livra dans son âme : la partie supérieure acceptait la souffrance et la mort, la partie inférieure tremblait et refusait ; mais l’amour que Jésus avait pour Dieu et son grand désir de procurer notre salut triomphèrent de cette résistance et terminèrent la lutte qui s’était élevée dans son Cœur. La sang du Sauveur bondit alors d’allégresse et se prépara à couler pour nous ; il se sentait comme poussé et pressé par l’amour qui sortait du Cœur de Jésus, se répandait dans tout son être ; oui, c’est à cause du désir qu’il avait de nous sauver, c’est par l’excès et dans l’enthousiasme de son trop excessif amour que Jésus a sué le sang au jardin des oliviers… Oui, Jésus, qui fortifia les autres et leur donna du courage, intrépidité, persévérance, entra lui-même en agonie, et l’angoisse de son Cœur fut si cruelle, qu’il sua du sang en grande abondance… Sans doute, il était entièrement résigné à tout, puisqu’il était venu, bien volontairement, exprès pour souffrir ; néanmoins, puisqu’il avait pris la nature humaine dans sa réalité, son Cœur souffrait, parce que c’était un vrai cœur, le plus généreux, le plus noble des cœurs… Oh ! qu’il est donc pénible de voir le Cœur si bon de Jésus rempli de tant de tristesse !
    Lansperge le Chartreux (1489-1543)

    Exemple : (Sixième Promesse) Les pécheurs trouveront dans mon Cœur l’océan infini de la miséricorde
    Dans une paroisse de Belgique vivait un homme livré aux plus honteux excès de l’ivrognerie. Depuis plus de vingt-cinq ans, il ne cessait d’être un sujet de profonde affliction pour ses frères et sœurs. En 1864, un zélé missionnaire vint donner un sermon sur la dévotion au Sacré-Cœur. Les nombreux assistants l’écoutèrent avec un vif intérêt, mais l’un d’entre eux fut plus ému que les autres : c’était le pauvre ivrogne. Son cœur qui avait été insensible en entendant les plus terribles vérités, fut amolli par l’exposé que fit le ministre de Dieu sur toutes les amabilités du Cœur de Jésus. Il fondit en larmes, lorsqu’il entendit citer ces paroles de Jésus-Christ révélant son Cœur à sainte Marguerite-Marie : « Les pécheurs trouveront dans la dévotion à mon Sacré-Cœur l’assurance de leur pardon. Mon Cœur est l’océan infini de la miséricorde ! » A ce moment, l’infortuné saisit qu’il avait trouvé ce qu’il n’osait plus croire possible, une miséricorde plus grande que ses fautes, et une grâce plus puissante que ses mauvais penchants. Son parti est pris… Immédiatement après le sermon, il va se jeter aux pieds du prédicateur : « Mon Père, lui dit-il, j’ai beaucoup péché, vous m’avez touché le cœur ; je veux me confesser. » Cette conversion fut aussi durable qu’elle fut sincère. D’un seul coup, il brisa tous ses liens. Il renonça pour toujours à ses anciens amis, à ses compagnons de débauche, et il ne connut plus d’autre chemin que celui de l’église. Il communiait au moins tous les quinze jours. La paroisse fut grandement étonnée de ce changement. Le Cœur de Jésus qui avait opéré cette belle conversion se hâta de la couronner ; car un an après, la paroisse recevait la grâce d’une mission. Le converti y assista à tous les exercices. Il ne pouvait entendre parler de l’amour de Dieu et de l’ingratitude des pécheurs sans verser d’abondantes larmes… Pendant une instruction du matin, il sentit le désir irrésistible d’aller immédiatement se confesser et de recevoir ensuite la Sainte Communion. La multitude des fidèles qui assiégeaient les confessionnaux ne lui permit pas de satisfaire sa dévotion avant l’heure de midi. Tout porte à croire qu’il avait le pressentiment de sa fin prochaine. Etant rentré chez lui, il monta directement à sa chambre et s’étendit sur son lit. Quand on vint pour s’enquérir de ce qu’il était devenu, on le trouva endormi dans le Seigneur !... En rassemblant les circonstances extraordinaires de cette mort, on ne peut douter que notre converti ne soit allé s’unir au Cœur de Jésus, qu’il aimait si tendrement depuis sa conversion.
    (Messager du Cœur de Jésus)

    Page d’histoire :
    Notre-Seigneur, ayant un jour apparu à Marguerite-Marie, lui demanda si elle voulait bien céder un peu du bien qu’elle avait fait, et supporter des souffrances pour obtenir les grâces dont une âme avait grand besoin. Marguerite-Marie s’offrit autant que son divin Maître le voudrait. Peu après, elle souffrit de grandes douleurs et telles que Dieu seul peut en connaître l’étendue. Ce n’a pas été pour cette seule personne que cela lui est arrivé, mais il y en a une quantité d’autres pour lesquelles Dieu l’a fait souffrir. C’était pour elle une joie incroyable de pouvoir, par ses peines, satisfaire aux outrages commis contre la divine Bonté.
    (Vie de sainte Marguerite-Marie, édition de Paray)

    ☞   Rappel : la biographie résumée de Sainte Marguerite-Marie dans notre dossier dédié au Sacré-Cœur

    Bouquet spirituel :
    Ô très doux Jésus, transformez mon pauvre cœur en votre Cœur Sacré ; que vos douleurs unissent votre Cœur au mien et me le rendent toujours aimable et propice !
    Bienheureux Henri Suso (v.1295-1366)

    Apprenons par cette agonie mortelle à mettre nos souffrances dans le Cœur de Jésus, en le priant de les perfectionner, de les offrir à son Père céleste, afin que, par cette union, elles soient anoblies et procurent aux Saints la gloire, aux justes des mérites, la miséricorde aux pécheurs et le soulagement aux âmes du Purgatoire.
    Ludolphe de Saxe (v.1300-1378)

    Pratique :
    Se priver d’un plaisir permis en expiation des péchés des hommes.

    Oraison jaculatoire :
    Ô Cœur de Jésus, plutôt la mort que le péché.

    "Mois du Sacré Cœur - à l’usage des personnes occupées", par Franc, Maison de la Bonne Presse, 1901.
    Nihil Obstat Lutetiae Parisiorum, die 7 maii 1901. Franc. Picard
    Imprimatur Lutetiae Parisiorum, die 9 maii 1901. E. Thomas, Vic. Gen.
    et
    "Mois du Sacré Cœur – Tiré des écrits des Saints, des Pères et des auteurs ascétiques", par le P. Vincent Jeanroy, Paris, Bayard, 1900 (nlle édition).
    Imprimatur Luxemburgi, in festo Ascensionis, 1896. + Joannes-Josephus, Epis. Luxemburgensis.
    Parisiis, die 13 junii 1900. E. Thomas, Vic. Gen.

  • Juin : mois du Sacré-Coeur - 11ème jour

    Onzième jour : Les souffrances du Cœur de Jésus

    Quel fut, au temps de la Passion de Notre-Seigneur, la peine de son Cœur très délicat et très suave ? C’est chose impossible à comprendre, parce que toutes les douleurs subies par Jésus, tant les naturelles que les violentes, s’attaquaient à son Cœur, d’une sensibilité et d’une vivacité extrêmes. Donc, dans sa Passion, il n’est pas de peine qui n’écrasât, ne broyât et n’étouffât pour ainsi dire son Cœur très tendre… Quelles indicibles plaies ce Cœur très doux ne reçut-il pas quand les très douloureux supplices de la Passion s’exercèrent effectivement contre le Rédempteur ? Passe en revue et médite en détail, ô mon âme, la cruelle Passion et la mort de Notre-Seigneur, et tu verras que le Cœur de Jésus dans toutes ses veines et dans tous ses muscles fut bien plus douloureusement blessé, offensé, frappé, affligé, cloué et crucifié par ses douleurs intimes que le corps tout entier de la divine Victime ne le fut sur la Croix par ses plaies extérieures.
    P. Ignace del Nante

    Exemple : (Cinquième Promesse) Je bénirai toutes leurs entreprises
    L’un des premiers apôtres de la dévotion au Sacré-Cœur fut le P. Romain Hinderer, S.J., presque contemporain de sainte Marguerite-Marie. Ce Père mourut en odeur de sainteté en 1744, au fond d’une lointaine province de la Chine qu’il évangélisait depuis de longues années. La vie de cet apôtre manifesta d’une manière frappante la réalisation de la promesse que Notre-Seigneur faisait à la Sainte, lorsqu’il lui disait qu’il bénirait toutes les entreprises de ceux qui seraient dévoués à son divin Cœur. Il obtint, en effet, par la dévotion au Cœur de Jésus, les succès les plus étonnants, nous pouvons même dire les plus prodigieux pour son apostolat. Voici, entre autres, une page tirée de sa vie par le P. Chancy : « La plus grande persécution fit tomber en Chine plus de 50 églises. Le P. Hinderer s’enferma dans celle qu’il desservait. C’était la première église de Chine consacrée au Cœur de Jésus. Il gagna les bonnes grâces du vice-roi qui le persécutait. En effet, ce prince donna l’ordre aux mandarins de respecter le Père et ses travaux apostoliques. Le zélateur du Sacré-Cœur en profita pour établir une Congrégation en l’honneur de l’objet de son amour et bientôt il vit son zèle couronné d’un tel succès, qu’il ne savait assez en remercier la divine bonté. Il avait divisé en plusieurs catégories les membres de l’Association et tous rivalisaient d’ardeur pour glorifier le Sacré-Cœur de Jésus. Les enfants de chœur, changés en petits apôtres, sortaient de leurs assemblées tout enflammés de ce feu sacré que Notre-Seigneur est venu répandre sur la terre. Ils entraient dans les maisons des païens, les évangélisaient, baptisaient les enfants et arrachaient tous les jours à l’enfer un très grand nombre d’âmes. Un médecin se servit si bien de l’influence de son art, qu’en une année il baptisa plus de 8000 enfants.
    Un prince de sang, frappé des prodiges de cette merveilleuse charité, étudia expressément la médecine pour imiter l’apôtre dont nous venons de parler. Il devint bientôt si habile en cet art, qu’on réclamait partout son ministère. Sa qualité de prince lui donnait accès dans les palais, et les pauvres, qu’il ne négligeait pas, étaient enchantés de recevoir gratuitement les soins de son inaltérable charité. C’est dans le Cœur de Jésus qu’il l’avait puisée, c’est dans les allocutions pleines de feu adressées aux Confrères du Sacré-Cœur qu’il l’activait, c’est à ce Cœur à jamais béni qu’il rapportait toute la gloire de ses succès. »
    Vie du P. Romain Hinderer de la Compagnie de Jésus, l'apôtre du Sacré-Cœur dans l'Église de Chine au dix-huitième siècle, 1668-1744, par le P. Chancy.

    ☞   Le 12 octobre 1707, le P. Romain Hinderer S.J. (1668-1744) aborde en Chine, où il élève la première église dédiée au Sacré-Cœur (à Hang-Tcheou, province du Tché Kiang)

    Page d’histoire :
    L’historien du saint curé d’Ars raconte ce qui suit de son zèle pour le salut des âmes :
    « J’avais remarqué, dit-il, plusieurs fois qu’il faisait des neuvaines pour la conversion des pécheurs. Le voyant accablé de confessions, je lui dis un jour : « Monsieur le curé, ne faites donc pas de si longues prières, vous voyez bien que vous n’en pouvez plus ! – C’est vrai, me répondit-il, j’ai cette dévotion de prier pour les pécheurs, il me semble que je ne peux pas m’en empêcher. » Tous les jours de la semaine, à l’exception du lundi qu’il consacrait aux âmes du Purgatoire, il offrait ses souffrances et travaux pour les pécheurs. Il disait : « Rien n’afflige tant le Cœur de Jésus que de voir toutes ses souffrances perdues pour un si grand nombre… Prions donc pour la conversion des pécheurs : c’est la plus belle et la plus utile des prières. » Il conseillait de s’offrir en victime huit ou quinze jours pour les pécheurs, de souffrir à la même intention le froid, le chaud, de se priver d’un regard, d’une visite agréable, de faire des neuvaines, d’assister à la messe. Aux pasteurs des âmes, il recommandait le jeûne, les veilles, la discipline, etc., en un mot, ce qu’il faisait lui-même. » (Vie du Curé d’Ars, par Monin)

    ☞   Vie et œuvres du Saint curé d’Ars au Sanctuaire d’Ars

    Bouquet spirituel :
    Seigneur, introduisez-moi dans le Sanctuaire sacré de vos douleurs intérieures ; submergez-moi dans cet océan d’amertume que renferme votre Cœur.
    Bienheureuse Baptista Varani (1458-1527)

    Il est impossible de considérer, sans être ému de compassion, tout ce que le Cœur de Jésus eut à souffrir sur la croix pour l’amour de nous.
    Saint Alphonse de Liguori (1696-1787)

    Pratique :
    Prier pour telles personnes que nous savons en avoir besoin.

    Oraison jaculatoire :
    Cœur de Jésus, refuge des pécheurs, ayez pitié de nous.

    "Mois du Sacré Cœur - à l’usage des personnes occupées", par Franc, Maison de la Bonne Presse, 1901.
    Nihil Obstat Lutetiae Parisiorum, die 7 maii 1901. Franc. Picard
    Imprimatur Lutetiae Parisiorum, die 9 maii 1901. E. Thomas, Vic. Gen.
    et
    "Mois du Sacré Cœur – Tiré des écrits des Saints, des Pères et des auteurs ascétiques", par le P. Vincent Jeanroy, Paris, Bayard, 1900 (nlle édition).
    Imprimatur Luxemburgi, in festo Ascensionis, 1896. + Joannes-Josephus, Epis. Luxemburgensis.
    Parisiis, die 13 junii 1900. E. Thomas, Vic. Gen.

  • Juin : mois du Sacré-Coeur - 10ème jour

    Dixième jour : Le Cœur de Jésus s’offrant à son Père

    La très clémente charité du Dieu très doux, très miséricordieux, très compatissant de Jésus se montre tout entière dans le soin empressé qu’il a pris de s’offrir lui-même à son Père céleste : excité sans relâche par le feu dévorant qui brûlait son Cœur, il s’est présenté pour procurer le salut des hommes ; il s’est dévoué, s’est exposé, s’est sacrifié pour nous… Avoir souffert tout cela, n’est-ce pas le faire d’un Cœur très charitable, très aimant, tout débordant d’un amour sans bornes, n’est-ce pas là une preuve incontestable de la bonté du Sacré-Cœur ?...
    Ô Père miséricordieux, nous vous présentons maintenant ces mêmes souffrances par le Cœur très doux de votre Fils en union avec l’amour avec lequel il s’offrit lui-même à vous ; nous vous demandons par les entrailles de votre miséricorde, qu’aujourd’hui encore, ces mêmes mérites opèrent dans tous les élus, vivants et morts, la vertu et la paix que jadis ils opérèrent sur l’autel de la Croix.
    Lansperge le Chartreux (1489-1543)

    Exemple : (Quatrième Promesse) Je serai leur refuge assuré pendant la vie et surtout à l’heure de la mort
    Si l’on veut voir comment Notre-Seigneur daigne récompenser à la mort ceux qui ont aimé son divin Cœur, il suffit de lire le récit des derniers moments de Mlle de Angelis, jeune Romaine, morte le 30 mai 1869. Le 28 mai, elle reçut le Viatique ; pendant son action de grâces, elle serra longtemps sur sa poitrine l’image du Cœur de Jésus, lui parlant avec une telle tendresse qu’on la crut ravie en extase : « Oh ! que je suis contente, s’écriait-elle, que je suis heureuse, ô mon Jésus, de m’en aller auprès de vous ! Oh ! que j’éprouve de consolation ! Vous savez, ô mon Dieu, combien je vous aime ! » Ayant fait appeler son frère aîné et son neveu, elle leur parla avec un zèle tout apostolique sur l’importance du salut, l’attachement à l’Eglise, l’assistance quotidienne à la Sainte Messe, la fuite des mauvaises compagnies. Son confesseur lui ayant dit qu’elle irait bientôt en paradis, elle s’écria : « Ô mon Père ! quelle douce parole ! le paradis ! je vais au paradis ! je m’en vais enfin voir mon Jésus, je vais rejoindre Marie, ma bonne Mère. Oui, je vais au paradis. » Elle se mit alors à baiser mille fois l’image du Cœur de jésus, puis celle de Marie et de Saint Joseph. « Vraiment, disait-elle, je ne suis déjà plus de ce monde, je suis dans le Cœur de Jésus, sous le manteau de Marie : oh ! que je suis heureuse ! je ne me serais jamais attendue à être si consolée à mes derniers moments. » Au milieu des plus violentes douleurs, elle parlait à Notre-Seigneur avec la tendresse la plus touchante : « Venez, disait-elle, venez vite, ô mon Jésus ! Qu’il me tarde de m’unir à vous ! Que vous êtes aimable, Seigneur, quel doux paradis que votre Cœur ! Ah ! quand verrai-je le front si ravissant de mon Jésus ! Quand baiserai-je ses mains, ses pieds, son divin Cœur ; oui, ce Cœur qui m’a tant aimée, ce Cœur qui sera ma demeure éternelle, ce Cœur si plein de douceur et d’amabilité ! » Enfin, tenant dans ses mains l’image du Cœur de Jésus et la regardant avec tendresse, elle répéta plusieurs fois : Jésus, Jésus, Jésus !... et rendit tranquillement son âme à Dieu. Tous ceux qui l’ont connue s’accordent à proclamer que sa bienheureuse mort a été le fruit de sa dévotion vraiment extraordinaire au Sacré-Cœur de Jésus.
    P. S. Omer

    Page d’histoire :
    Sainte Emilie de Rodat, fondatrice et Supérieure générale de la Sainte-Famille de Villefranche, morte le 19 septembre 1852, se distingua par l’intelligence du pauvre. Elle se proposait, ainsi que ses compagnes, d’honorer spécialement le Cœur de Jésus. La fin principale de son Institut étant l’éducation chrétienne, les orphelines, les enfants les plus déshéritées de la nature, les plus rebutantes, étaient l’objet de ses prédilections. Les pauvres petites filles saisies dès leur naissance par la misère et livrées à toutes les duretés de la vie lui attendrissaient le cœur… Dans les commencements de la Congrégation, alors que tout y faisait défaut, une Sœur, ayant un jour brisé une grande cruche pleine de vin, s’en désolait, lorsqu’elle vit venir à elle la Mère Emilie tenant par la main une enfant recueillie dans la rue. « Consolez-vous, lui dit-elle, nous avons plus gagné que perdu : voyez cette pauvre petite ! » Et elle montrait l’enfant qu’on venait de lui amener, toute galeuse et pleine de vermine. Et elle s’en réserva le soin ; c’était elle qui la lavait, la peignait, l’habillait… Son grand moyen d’attirer les grâces sur son Institut et ses ressources pour la fondation et l’entretien de sa maison était de prendre des orphelines pauvres. Elle redoublait d’aumônes dans les temps de disette ; et plutôt que de renvoyer les enfants des familles dans la gêne, elle leur faisait remise de partie ou totalité de la pension : elle en prenait parfois deux et trois de la même famille à sa charge. (Vie de la R. Mère Emilie, par Aubineau)

    ☞   La Congrégation de la Sainte-Famille de Villefranche et Sainte Emilie de Rodat

    Bouquet spirituel :
    Dès le premier moment de son Incarnation, la Croix fut, pour ainsi dire, plantée dans son Cœur, et il accepta dès lors toutes les douleurs, toutes les humiliations que sa sainte humanité devait souffrir.
    Sainte Marguerite-Marie (1647-1690

    J’aurais consenti à souffrir, non pas une seule fois, mais une infinité de fois, pour recouvrer une seule âme.
    Notre-Seigneur à la Bienheureuse Baptista Varani (1458-1527)

    Pratique :
    Faire aujourd’hui une aumône plus abondante.

    Oraison jaculatoire :
    Cœur de Jésus, soyez toute notre richesse.

    "Mois du Sacré Cœur - à l’usage des personnes occupées", par Franc, Maison de la Bonne Presse, 1901.
    Nihil Obstat Lutetiae Parisiorum, die 7 maii 1901. Franc. Picard
    Imprimatur Lutetiae Parisiorum, die 9 maii 1901. E. Thomas, Vic. Gen.
    et
    "Mois du Sacré Cœur – Tiré des écrits des Saints, des Pères et des auteurs ascétiques", par le P. Vincent Jeanroy, Paris, Bayard, 1900 (nlle édition).
    Imprimatur Luxemburgi, in festo Ascensionis, 1896. + Joannes-Josephus, Epis. Luxemburgensis.
    Parisiis, die 13 junii 1900. E. Thomas, Vic. Gen.